Skip to main content

Full text of "The fall of Japan"

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 

t 

m 

D E S AR T S 
D E P E I N T U R E, 

SCULPTURE ET CRAVURE. 



Digitized by 



Google 



f. >-• 



•• '"^ ' - '■ aa 



^. ' ; J. Ji » ■■■ 



■1 ^ , ^ a < 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 

DE S ARTS 
DE PEINTURE, 

SCULPTURE ET GRAVURE. 

Far M. "W A T E I B T , ie PAcademie Franfoile , 

Honoraire de I'Academie royale de Peinture & 

Scnipture ;&M. L£vESQU£,de PAcadcmie des 

InfcriptioQS & Belles-Lettres , Aggr^^ i PAca>» 

dexnie Ae$ Beaux-Arts de Saint -Pecerlbourg. 

TOME SECOND. 



A P A R I S, 

Qm L. F. PRAULT, Imprimeur, Quai des 
Auguftins. 



7 9 2. 



^V5^ * • • Digitized by CjOOQIC 



' r , 









:,! o r 



'.*?i 



^; A 



.Digitized by 



Google 



■ 

/ 

; 



N o u r E A V 

piCTiONNAIRE 

D E P E I N T U RE. 

^' '■ '.'< ■ ' 

E . 

JlL A D - ]P D K T E , ( ifufcft. ^m. ) t^imt de grivufe. \ 
Le mot eau-forte fe prend en deux fehs differens :' il 
fignifie, dans le premier fens, une tiqiieur acfde qui! 
rohge l^airain. II y en a de dfeux fortes ; ^eau- forte de 
d^Jart, & fedU'forte i couler : l*artifte en fait ufage 
pour rendre pfofdndes &: folides les tiiilles qu^il atra- 
cees fur un vernis dont il a commence fair cbuvrir Ibii 
cdivre. Cfette operatioh ap^rtient k la pratique. 

'Veau'/orU \ dans un autre ftns , fe prend pouif 
r^ftaihpe qui eft le produit du travail que l*artifte a 
trace (ht le vernis , & qu^il a fait creuf(&r par l*eau- 
forti. C*eft dans ee fens que l'6h dit : « les eau^- 
» fonts de Labelle fixAt pl^ines d'efprit, Les eaux-forifS: 
Tomt lU A 



Digitized by 



Google 



a E A U 

m des peiBties fimc quelcpiefeis plus recherch^ei qa# 
B let plus belles eftampes des gtaveurs ». 

Ceux qui one (|uelqtte connpiflance des proc^d^s 4e 
In gtaFure au burin & de celle i Vtau-fone^ cm qui 
prendront Im peine de fe procurer cette ponnoiflknce 
dans le didionnaire pratique , femironc combien la gra* 
▼nre a feau-fbrte dok iVpiporter par I'efprit , le goAc 
& la liberty. Le burin eft un ontil r^ftant , qui eft 
poul^ par la $»rc^du poignet, an lieu ^&re conduit 
par I'agilit^ des doigts , & qui ne procMe que par des 
lignes droites oa circulaiies. La pointe done en fe^ferf 
poui.gnver a Veau-fbru (e dent avec Iss doigts Gomm# 
una plume ou un crayon & (e prite ^ tous les moure-* 
mens que les doigfs veulejit li|i impripierf Tai^tAt on 
la conduit avec fermet6 , tant6t on la £ut badiner fur 
1^ vecnis^ elle fe pr^e \ tous les travaux ^capricieux 
qu'on lui prefer It de tracer. Comparee au crayon , elle 
a le deiavantage de la refiftance que lui of^fe le cuivre 
qu'elle doit entamer plus ou moins l^g^ement ; mats 
elle ^ I'avantage de/ p^oduire a\i be(bia d^ ttava^x 
bi^n plus fubtUs. Si les failles qu'elle t^ape out par 
elles-mlmes pI^s de imigreur ^ dp f$^l|erefli^ que les 
hacbur^ f$u;es au craypn , c'eft un inconvenient que 
rintelligencQ £^ le gpAt de TartJ^e foa|! aifemi^c 
difparoiure , &: dont \\ tire m^me des zpivf^^^ partis 
culi^r^fi fqn ar?. 

Les e^^X'far^^s , prif(?s dans Tacccption pA piles 
fignJfie^t 4§3 eftampes pirodaites par des trayap? deG- 
(In^s a la poinie . & ^reui^s par Vewfonc , font de deus^ 
efp^^a. Lf^ i)nes font deftin^s par Tartifte I demeurer 
tel]^ qu'^llef fpn^ ; le^ ^ouX'/qtus des pemtres fqnt 
tiv^^p^rft 4^ eetfe <i^S^» Lfs au^es ipnt feulem^ni 



Digitized by 



Google 



E A U s 

Its Ouches d'eibmpes qui doivent £tre enfuite ter-^ 
fldn^s au burin ; telles font , en g^n^ral , les eaux' 
firtts des graveurs. 

On fent que , par leur differente deftination , ellet 
Exigent des ttavaux d*eli)^ce diff^reht6. Le peintre he 
£b propoRmt |>as de rev«nir llir foft ouyrage , doit f 
^tablit tous les travaux n^ceflalfes pour produire I'eff^t 
<{u'il a dans la penfi^e. le grayeur qui travaillera de 
nouveau Con cui^re , rt'jr 6tablit que les prenilera tra-^' 
taux , & les lailTe bien loia de I'dfet que produira fit 
planche tcrmin^e. Veawforu Au peihtre j*eut done ayoh* 
iin efTet tr£s-piquant ; celle du graveur h'a d'drdf niiire 
qu'un effec grisitre^ fkde & blafard. Le peihtte,^ 
n'ayant pas deffein de repaflef fur tes op^tioiis de (M 
pointe avec un inflrument flxts inflexible , k pennet 
tous les travaux qtie Ton goAc lui in^ire , il fair jeue^ 
i Ton gr6 fur le vernis uhepolbt^ libertine ^ il ^argh'e,- 
11 melange , il prodigue lei travaux : il en ftablit qull 
pr^voit bien qui feront cottifondui &; cr^^^ par Veau'^. 
/one J & fe promet d'ayanife , de cet accidens, dei. 
efFets piquans & pittorefque^. Cette heuneufe audac^ 
eft interditeau graveur: en operant avec la pointer 
il eft occupy des op^tlons quHl ddit faire dans' U 
flrite avec le bririn ; il tie p&aiet guite k Ci pointe 
de tracer un chemin que fbn burin ne poarra fnivre i 
M fent qu^il n^ufe de Ol Wheni i&tielU qn^^ec le 
fentitteAt de Ibh efclavage" fbtut. Vedu -fine dti 
peintre fera done libre , ragoAtante', fpirituelle;' Veau^ 
forte du graveur fera froide , fttvUe & p^llife. 

Ce que nOus yeilbhiij <fe dhre ne d(^ pas Irre prb 
Ibp gite^lement. II y a des eaux-fbnts de peintre^ 
^ni onr^tt de m^rite, mfiite d^ni la psh-tre du deflbr^ 

A li 



Digitized by 



Google 



f E A U 

parce que ces peintres, ppu 2iccoutan(6$ h ihzniet fk 
pointe , & g^n^s par la refiftance du cuiyre , n'ont pii 
^tablir leur trait avec la m^me sArete qu'ils I'auroient 
fait au crayon ou au pinceau. II y a des eaux -fortes 
de. grave^rs qui ofFrent drs travaux libres, & pit" 
toreCqaes, parce qu'ils ont fort avanc^, &: quelquo^ 
foh^mSme achev^ A -^^ po!"^® les parties dpnt -elle 
s*acquitte mieux ,que le^burin. Corneille Wifchpr a 
quelquefbis montr^, dans la mdme. eftanipe,,.ce qu^ 
la pointe .peut praduire de plus brut, avec ce que 
le hv^'iti peut produite de plus brillant., 
^ -Il-y- a des eftaxnpes tr^s-avancees , §«: . m$me preJP- 
qu'en^i^ement terminees k Vtau-foru tpii font tres- 
^in^^es , parce qu'elles rodent biensi pliifieurs :^gardj^ 
les -tableaux du maitre d'apr^ lequel elles fontfaites, 
&: qui n^oat cependant aucUn m^rite remarquable pac 
rapport au travail de HL,^oini«.. Le trait &;lWet t^y 
trouyenty mais la manoeuvre n'en.a rien d'aimable ni de 
piquant. Telles font lei ^ayures de Michel Porigny 
d'apres Ic VQuet,fon beanp^re : je placerois encore 
dans cette claffe , mais d^ns un rang ^ rupgrieur , les 
eftainpes de Pefne , d'apres le Pouflin. 

' On. ^tablit mal ayjac ,des paroles le jn^rite des ou^ 
yrages des arts. Le^ le^furqui youdra .fentir lemdrite 
des eauX'fQrtfs ^. ^Q\t conltderer ayec,une forte d'^- 
tude c^Ues dii P^edette, deRe^bifandt^de Labelle^ 
de Cal)<^t, de le Clerc , de Smidt , & de difterei^ 
peintres..Ce ne fera qu'apris s'fitre familiariie avec ce 
genre y qu'il commencera a aimer, celles de Vandick^ 
quoique pen ibign^es. II ne n^gligcra pas nan p)us 
celles d'Annibal Carrache , ni du Guide , ^c. quoique 
la luaniosuYre en foit uo peu frbide. Les- eftampes de 



Digitized by 



Google 



EAU f 

&t2Lti Audran lui offriront le melange le plus pkto* 
reCque de la pointe & du burin. En vain de brillans 
•uvriers employeront tout le preftige, tout le charla- 
tanifme de leur metier pour corrompre le goAt du pu-' 
blic fiir le vrai merite de la gravure : il reftera tou- 
jpurs de vrais connoi^eurs qui conferveront la palme 
a ce grand artifte. 

Duchange tie poffedoh pas au mSme degre que Ge- 
rard Audran la partie pittorefque de Veau-fcirte ; mais 
il avoit un tr^s-bon goAtl Get artifte, & les graveurg 
defbn ecole laifToiehtbadiner & briller Veau-f one fur 
les parties claires de leurs eftampes & dans les loin- 
tains. On a perdu cette pratique, & I'on referve aur 
jourd'hui ces parties pourle travail du burin pur. Oli 
fe plait h faire triompher le' metier dans les parties 
m5mes qui auroient tant de grace fi elles &oient r6- 
lervees a i'art. 

Il femble, en general , que les graveurs ne fe fer-» 
vent aujourd'hui de Veau-forte , que parce qu*ils ne 
font pas affez familiers avec le burin pour ^baucher 
leurs planches fans le fecours de la pointe. Les grands 
maitres en gravure fe fervoient de la pointe , parce 
qu'ils fentoient tout ce que le melange defes travaux 
avec ceux du burin pouvoit ajouter de pittorefque 4 
leurs ouvrages. Ge n'eft pas la peine d'etabiir des tra- 
vaux a la pointe , pour que le burin les efface enti^re- 
ment. On a vu des graveurs plus fenfibles a 1» 
variet^ des reflburces de I'art qu'aux allechemens du 
metier , donner a leurs travaux au burin le defordre 
pittorefque & la brutalitc des travaux ^ Veau- forte* 
On en trouvera de beaux exemples dans les eftampes 
de Bolfwert. II "giMivoit les tableaux ^e Rubens {6\x% 

A il| 



Digitized by 



Google 



$ jfeBA 

}es yeux de ce g^rand maltre; & Rubens n'edc pat 
applaudi le grayeur qui auroit facrifi^ une partie det 
reffources de I'art i la vanit^ de montrer par-tout des 
tailles bien brillames , bien froides & bien l^ch^es , 
Sc qui auroit voulu rendre fes tableaux avec les m^mes 
manoeuvres qu'il faudroit employer pour rendre des ou^ 
wages d'airain ou d'orfevrerie. 

VeaU'fortCj c'efl-a-dire , la pointe doit travailler 
beauQoup dans le feuHl^ des arbres , les terralTes > les 
4raperies groffi^ret, leschaumieres & toutes les fabriques 
jruftiques : elle doit dominer dans les lointains , parce 
que I'interpofition de I'air leur donne un vague , une 
Corte d'indecifion &: de moleffe qui feroit moins bien 
exprim^ par les travaux plus fermes du burin : elle ^baur 
chera a^rec fucces les chairs. Le burin s'acquittera 
mieux du travail des eai^x 9 du marbre , de I'airain , 
des vafes precieux , des ^toffes brillantes» Quelquefois 
Veau'fo/tjt fera heur^fement le deifous du travail ^ 
8c elle fera recquverte d^une ou de deux tailles att 
burin qui forn^ront une forte de glacis , & accor- 
4eront cjette dbauche Utawfont avec les travaux vor^ 
fins oil le bu^ria fera dominant. Eniin il ne faut pas 
oublier que la gravure n'eft pas feu^ement un metier, 
mais un art, & qu'elle doit confulter le godu ( ArticU 

±B 

:i^AUCHE , ( fuft. Um. ) ce terme n eft pas fyno- 
nyme d'efquiiTe. L'efquifTe eft la premiere penfee du 
tableau , exprim^e d'une mani^e plus ou *mpins recmi- 
nee, & jett^e i'ur un papier ou fiir une toile f^ar^. 
Lfs figures ) les acceflbires^ le fite ^ Ve^tj font ior* 



Digitized by 



Google 



6b A 7 

^11^ -, mats rien n'y eft rendu ^ rieA ri'y eft arr£t£. 
C7eft pour le peintre ce que feroit le plan d'un oti- 
viage pout un ^crivain. Vihaucht eft le pfenrier travail 
du tableau rnSme : elle dolt 6tre c6ttverce darif la fiitt^ 
par d'autres traraux -, mais cependant elle doit fabftfter y 
& m&ne , fk elle eft favammenti laite , lea oouleursr en 
doivent fervir & concourir ii I'efFet de celles qui lei 
couyriront, fur-tout dans les ombres qui dbirent tbu- 
|ours £tre l^^es de couleur. Par conf^ueAt d6s Vihait^ 
€he , les formes doivent ^re ar^^es, fans quoielle ne 
ferviroltpas, puifqu'll fatidroit t'etfacer par lei couched 
fuperieures ; elle £broit m6me miifible,car les cotrleurst 
du deflbus percent avec le terns. II eft done util^ de 
fr^otr,en ^tablWattt les telnt6s de Vehauehty cellest 
^'on nettra par deffins. ^ 

. Tous les peintres ne fuivent pas la mkmt m^thode 
dais^ learr chOMuhe. II y en a de qui VSauche offre 
d^ y mais d'une teiAte pliii feible , I'effet qu'ils f6 
propcfent de produire dam le fini. D'autres ne font 
qu'uA l^er lavis de odafettr y 8c leur tableau ihauch6 
ne prefente qi^une gtifaille. Rtikens penibit ^ en ekau^ 
chant i a titer parca , n«a-feulement de fon i^auchc y 
wua. Kbkmst des tofts de Tiitipteffioft A» la toile. 
. ^ivanc Eatrdfe, lameilleftre mediode, quslnd il doit 
J avoir du poy^e &ns le tableaii , eft de conuiiencer 
lV*^fia:^e par le fond , parce que c'eft tfapr& la clart^ 
oa PobfeiiHc^ du ciel qu'll faut £(^fer toutes les am^et 
pMtles & r^er tmites les teintes Aet obfets. 

Mats ft ^ foiit des figures' na d'skitre^ grahdtf ^b|ef a 
ij^ fi>rtoent la prificlpale pstim du tableau y 11 ere^ 
^Hbm il fAit c(ftduitencer par refldroit oil deit ^i^ 
m^teyte U ifi»» g^Uife fr94e, Si i^ismmiiti^ , f«iiP 

A iv 



Digitized by 



Google 



8 Jfe B A 

ne pas faire un travail inutile , d'obferver die& Vc^auc^s 
la perfpedive aenenne , & de difpofer les coulcurs &i 
les teintes de maniere qu'pn regardant lo tableau a un 
pertain elojgnement , il y ait deja un parfait accord 
dans I'enfemble, II jiige avec raifdn que cette merhodef 
procurera faeaucgup de fsgilite pour la fuite du tra-*' 
vail. 

II bJ^me fur-tout les peLntres qui ne fuiveftt que lei 
C^aprice dans le choix de lai partie du tableau par la- 
quelle ils commencent Xeut^hauche } qui, ft leur imav 
gination eft flattee de la reprefentatiori d'un vafe d'or , 
commenceront par ce vafe , pour palTer enfiiite , fans 
vn deifein bien deternune & bien reflechi , a une dra- 
perie bleue , pi^is a une draperie rauge , &c. II trcuvc^ 
le mliie inconvenient a peindre d'abord & a termihei^ 
^ntiterement lenud> pour paffer enfuite aux drapetles 
& a tous les acceffoires. Les ouvr^ges , . commetices 
par cette methode vicieufe , ii'ofFrent ^ fuivant lui , 
qu'une incoherenc;^ qui enjbarrafle plus l*artifte quei 
s'il n'avoit fous fes yeux qu^lne toile impriinee. Mais 
quand la di^'podtion, le coloris , l^entente generale ont 
ete bien obferves dans la premiere couche de couleurs 
qui forme Vehauch&^ quand tout y a ^te le |^roduit dai 
|a reflexion fur I'ouvrage qui doit fuivre , l*artifte peut 
s'appllquer avec goAt a Is^ meitleiire maniere. de finiv 
ce quMl »=jfi bien indijque. 

On fe fert aufli du mot ibaucht dans la fculptur^ & 
la gravurc. On ^t ehaucher une fiaiu^ , un bas-ren 
Jief , ju^e planche : mais on dit plus volotitiers efquijfer 
^Xi.^defiii\^ quoiqueles premiers travaux par lefquel* 
^n et^blit les formes ihterieufes & le clair - obfcut^ 
lf6pQ;i4^t i c^x 4e IV^ai^^i^ #u peimure > puifc^u^aii 



Digitized by 



Google 



l&CH f 

dleflln t^rmine eft en efFet un tableau d'linefeule cou- 
leur , un camayeu. ( Article dt M. Levesque ). 

tc 

fiCAILLE, tCAiLLfi. On dit qu'an tableau s^ecaillei 
lorfqu'il s*en detache de petites parties qu'on appelle 
ecaiUes. Les peintures i frefque font fujettes a %^e'cailUr. 
Le flue s^eeailU ^ foment. On dit : ce tableau s^ecaille^ 
eft tout icaille, ( Article de Pancienne Encyclopedic )- 

fiCHAMPER , ( V. aft. ) c'eft terminer les /contours 
des objets , les tirer du champ , c'eftri-dire , les detacher 
d'avec le fond. ( Article de Vauncienne Encyclopedic ). 

£CHO de lumiire , ( ftibft. mafc. ) On appelle ahifi 
metaphor iquement la r^p^tition de la lumiere , comme 
au fens propre , on appelle echo la r^p^tition du fon. 

On ne doit jamais rep^ter la lumiere principale \ mats 
\\ eft important de la rappeller dans les diverfes parties 
de la Qompofition , a moins qu'on ne traite des llijetS 
de nuit* Pour foutenir la lumiere principale , il faut 
introduire des ^hos lumineuot qui appellent fucceflive- 
nene I'oeil du fpedateur , & qui , le promenant d'uft 
bout & Pautre fur des lignes diagonales ^ lui faffene 
paroitre le tableau plus grand que la toile. 

C*eft \ I'endroit oii fe palTe le plus fort int^St de 
I'adion qu'il convient ordinairement de placer la lu- 
miere principale *, les ^chos doivent ^re diftribu^ fiir 
les cijpconftances les plus confid^rables. lis peuvent itre 
port^ a Teclat le plus vlf fur les premiers (kes y pourvil 
^u^ |q toiun^e n'en foitpas bien large, & quMIs n« 



■ Digitized by 



Google 



#b i C © 

fi>ient, parrappoti alalumiere dominamd^ que oe qut^ 
fant les touches de la maiTe. La lumi^re principale 
doic*6tre li^e avec tous le^ objets qui I'environnent par 
tea e'chos J c*eft-i-dire, psHr des lumieres fecondcs 
snoins vives, & qui ne difputent avec elle ni par l^eclat, 
fii par Ic volume. ( AnicU emrmt da Trditi de Ftin^ 
iare de M. DahdrA Bakdoh). 

iSCLAT , ficLATANT. On dit qu'un tableau a de 1'^ 
lieu , lorfqu'il efl chitr prefque par tout , & que , quoi* 
qu'il y ait tr^s-peu d'ombres pout faire valoir les clairs ^ 
U eft cependaiit extrimemeiit brillant. ( AnicU de 
tancienne Encyclopedie)* 

ECOLE, (fuibft. fenl. ) dans les Beaux arts^ fig^nifie 
froprement uae claffe d*artiftes qui ont af^ris leur art 
d?un maitre , foit en recevant fes le^ns , foit en ^tudiant 
fe» ouvraged ^ & qui en confequence ont fuivi plus oo 
pi»ns la maniire de ce maitre , foit \ defTein de I'imi- 
ter^leitpar I'habitude qui leur a fait adopter fes priil* 
«i|HMb Une habitude fi ordinaire a des avantagea fans 
doiKe^ mais elle a peut-dtre encore de phis grands 
mcimv^tens. Ces inconv^niens, pour n^ parler tei 
^e de la peinture , fe font principalemeat ^ntir dans 
}m paftie de , la couleur , ii j'en crois les hablles ar-^ 
tiftes & les connoifTeurs vraiment ^lair^. Selon eux ^ 
i;ettee(p^pe de convention tacite forsi^e daifi una ^cole^ 
pour rendre les effets de la lunti^ par tela ou u!it 
awyeas, neproduit qu'un peuple fervile d'imitateara^ 
fttir vont toujours en d^g^n^rant ; ce qu'on poarrok 
f^vmver aifement par les exemples. 
( XJae fipconde obferyation non Audits isiportante^ ^p 



Digitized by 



Google 



£ C O IX 

5e i0$ aux monies connoiifeurs , c'eft qu^l eft tres- 
dangereux de porter un jugement general fur les ou* 
vnge^ fortis d'une ^cohi ce jugement *eft rarement 
^ez exaft pour latisfaire celui qui le porce , a plua 
forte raifbn pour fatisfaire les autres. Les ouvr^gesde 
peinture changent tous les jours y lU perdf nt I'accord 
que I'artifte y avoit mis; en6n ils ont^ comms tout c^ 
qui ekifte, une efp^ce de vie dont la terns eft born^^ 
& dans laquelle il faut diftinpier un ^t d'enfimce , 
un ^t de perfedion , du moins au d^gr^ oil ils peuvene 
Vavoir , & un ikat de caducit4 : or ce n'eft que dans 
le fecond de ces trois ^ts qu'on peut les appr^eier 
avec juftice. 

On dit pour I'ordinaire que Vdcole romaine s'eft 
principalement attach^e an deffin, VecoU venitienne 
au coloris, &c. On ne doit point ^ntendre par-lli qu9 
les peintres de ces ecoUs ayent eu le projet forme de 
preferer le deflin a la couleur, 6u la couleur au deffin : 
ce feroit leur attribuer des viies qu'ils n'eurent fani 
doute jamais. II eft yrai que par le r^fultat des ou* 
vrages des differentes dcoles y il s'eft trouve que cer- 
taines parties de la peinture ont ^x& plus en honneur 
dans certaines ecoUs que dans d'autres; mats il feroit 
rr^s-dlfficile de dem^ler & d'afligneir les caufe^ de cea 
differences : elles peuvent £tre moralea&: non moinaobi^ 
cures. ' 

£ft-ce i, ces cauTes phyfiquesou aux cauies morales^ 
(m ^ la reunion des ones & des autrea, qu'on doit attr^ 
|>uer Vistn de langueur oii la peinture Sc la iculpture 
T^m afiueUement en Italie ? Vecoie de peinture fraa- 
^ife eft aujourd'hui , de I'aveu gln6ral ^ fupdrieure ^l 
tontey leii suitre^ Sont«CQ les r^compenfes | les occafions ^ 



Digitized by 



Google 



12 ]£ C O 

rencouragement & I'emulation qui manquent aux Ita- 
liens? car ce ne font pasties grands modeles. Ne fe- 
roit-ce point plut6c un caprice de la nature , qui , en 
fait de talens & de genie, fe pla!t, pour ainfi dire, a 
ouvrir de tems en terns des mines, qu'elle referme 
enfuite abfolument pour plufieurs fi^cles? plufieurs des 
grands peintres d*Italie & de Flandres ont y6cu & font 
morts dans la mil^re : quelques-uns ont 6t6 perfecutcs, 
bien loin d'etre encourages. Mais la nature fe joue de 
Tinjuftice de la fortune, &. de celle des hommes; ella 
produit des g^nies rares au milieu d^un peuple de bar- 
bares, comme elle fatt nattre les plantes precieules 
parmi des Sauvages qui en ignorent la vertu. 

On fe plaint jque rtotre ^coie de peinture commence i 
degenerer , (inon par le m^rite , au moins par le nombre 
des bons artiftes : notre dcole de fculpture , au con- 
traire, fe foutient : peut- dtre m6me , par le nombi-e & 
le talent des artiftes , eft-elle fuperieure a ce qu'elle a 
jamais et^. Les peintres pl*^tendent, pour fe juftifier , 
que la peinture eft fans comparaifon plus difficile que 
la fculpture -, on juge bien que les (culpteurs n'en con^ 
vienneiit pas, & je ne pretends point decider cette ques- 
tion : je me contenterai de demander fi la peinture 
avoit moins de difficultes lorfque nos peintres egaloient 
ou m6me furpaflbient rios fculpteurs. Mais j entrevois 
deux raifons de cette inegaliti^ des deux ecoles : la 
premiere eft le gout ridicule & barbare de la nation 
pour les magots de porcelaine & les figures eftropi^es 
de la Chine. Comment , avec un par eil goAt , aimera- 
t-on les fujets nobles, vaftes & bien traites? Auffi les 
grands ouvrages de peinture fe font-ils aujourd^ui re-» 
fugies dans nos ^glifes, oil m6me on trouye rarement 



Digitized by 



Google 



Ifis occafioins de travailler en ce genre. Une feconde 
raifon non moins r^elje que la premiere , & qui merite 
beaucoup plus d^attention, parce qu'elle peut s^appli- 
quer auY lettres ct>mme aux arts , c^efi la vie difFe- 
rente que mencnc les peincres & les fculpteurs. L'ou- 
vrage de ceux-ci demandant plus de terns, plus de 
Coins , plus d'afllauite , les force a ^tre moins repandus : 
lis font done moins fujets i fe corrompre le godt par 
le. commerce, Irs vues & les confeils d'une foule de 
pretendus connoifTeurs , auffi ignorans quepr^fomptueux. 
Ce feroit une queftion bien digne d'etre propofee par 
une de nos academies, que d'examiner y< /e commerct 
des gens du monde a fait plus de bien que de tgrt 
aux gens de Lettres & aux artifles, Un de nos plus 
grands ibulpteurs ne va jamais aux fpe^lacles que nous 
appellons ferieux .& nobles , de crainte que la mani^re 
toange dont les h^ros & les dieux y font fouvent ha- 
billys , ne derange les idees vraies , majeflueufes &^ 
fimples quMl s'eft formees fur ce lujet. II ne craint pas 
la mSme chofe des fpedacles de farce , oii les tebiHe- 
inens grotefques ne laifTent dans ion ame aucune trace 
nuifible. C'eft apeu-pr^s par la mSme raifon que le P. 
Malebranche ne fe delaflbit qu'avec des jeux d*eilfant; 
Or je dii que le commerce d'un grand ifombre de 
faux juges eft audi dangereux A un artifte, que la 
frequentation de nos grands fpedacles le feroit a Tartifte 
dont on vient de parler. Notre ecole de peinture fe 
perdra totalement , (i los amateurs qui ne font qu'ama- 
teurs ( & combien peu y en a-t-il qui foient autre 
chofe ? ) pretendent y donner le ton par leurs difcour* 
& par leurs Merits. Toutes leurs diflbrtations fl'abou- 
tiront qu*a faire de nos artiftes de beaux efgrits man- 



Digitized by 



Google 



f 4 tCO 

ques & de mauvais pelntres. Raphael n*avo!t guire lA 
i ecrits fur (on art , encore moins de dsfTertations ; 
mais il ettfdia la nature & I'antique. Jules II ^ & 
I^on X laifroienc- faire ce grand homme , & le r^* 
Cdtipenfoieht en fouverains , fans le confeiller en im" 
becilles. Les Fran9ois ont peut - 6tre beaucoup pluA & 
beaucoup tnieux ^cric que les Italiens fur la peinture f 
les Italiens n'en font pas moins leurs maltres en ce 
genre. On peut fe rappeller a cette occafion I'hiftoire 
de ces deux architeftes qui fe prefenterent aux Athe- 
niens pour execu^r un grand ouvrage que la r^ublique 
vouloit faire. L'un d*eux parla tr^s-long-tems & tr^s- 
difertement fur fon art , & I'autre fe contenta de dire 
apres un long filence : ce qi^il a dit , je U feral. 

On auroit tort de conclure de ce que je viens d'avan- 
cer, que les peintres , & en general les artiftes, nc 
dpi vent point ecrire fur leur art \ je fuis perfuade au^ 
cbntraire qu'eux feuls en font vraiment capahles : mais 
!I y a un temps pour faire des ouvrages de genie , 8c 
un terns pour en 6crire : ce dernier tems eft arrive ^ 
quand le feu. de ^imagination commence a dtre rallenti 
parl'^ge*, c'eft alors quel'exp^rience acquife par un 
long travail, a fourni une matiere abondante de r^* 
;flexions y & Ton n'a rien de mieux a faire que de ]e$ 
^xnQttre en ordre. Mais unpeintre qui dans fa vigueur 
abandonne la palette & les pinceaux pour la plume ^ 
me parolt femblable I un poete qui /adonneroit ^ 
r^tude des langues orientales -, d^ ce moment la nul- 
lity ou la m^diocrite du talent de I'un & de I'autre eft 
decid^e. On ne fonge gu^re a ecrire fur la po^tique , 
^uand <)n eft en etat de faire I'lliade. 
' Xa ii^^rioritl g^n^ralement reconnue ^ ce me fenibl'e ', 



Digitized by 



Google 



tCO ' if 

it fMle ancienne d'ltalle fur V^cole (mnqoiCe 2a^ 
cienne & moderne, en fait de peinture, me foumle 
we autre reflexion que je croit devoir pr^fenter k 
mea ledeurs. Si quelqu'un vouloit per(uader que noi 
peimres efiacent ceux de i'ltalie , il pourroit raifonner 
en cette forte : Raphael & un grand nombre de deffi-^ 
aateurs italiens , ont manqu^ de coloris ; la pliipart dea 
color^es ont pich6 dans le deffin : Michel^ Ange^ 
Paul Veronefe^ & le« plus grands maftres de VicoU 
italienne, ant mis dans leurs ouvrages des abfurdit^ 
gro0ieres. Nqs peintres franfois au concralre ont ^ 
fans comparaifon plus raiibnnables & plus fages dans 
leurs compofitions. On ne Toit point dans les tableaust 
de le ^iueur, du FoufHn, & de le Brun, des contre-' 
fens & des anachronifine^ ridicules ^ & dans les on- 
vrages de ces grands honunes la fiigefTe n'a point nui 
^ la beauf^ : done notre tcole eft fort fupt^rieure i 
celle d'ltalie. Voil^ un ratfonnement tr^s-faux , done 
pourt^t tpiit eft vraiy except^ la confluence. C'eft 
qu'il £mt Jiiger les ouvragts de g^nie , non par lei^ 
^tes q^i ^y rencontrent, mais par les beaut^ qui sY 
trouYent. Le tableau de la famille de Darius eft lef 
cbe^-Gmvt^e de le Brun-, ^et ^uvrage efl tr^-efli*- 
mdble par la compofition, I'ordonnance , & Pexpreffion' 
m^o : Qepofidam;, de I'avis des cennoilTeurs, il fe 
ibutient \ peine aupris du tableau de Paul Veronefe ,' 
qu'on roit i c6t(§ de lui dans les appartemens de Ver* 
faille« , ^ qui reprefente les p^lerins d^Emmaus , parce 
que ^e dernier tableau a des beaut^ fup^ietires, qu) 
font publier les fautes grofli^res de fa compofition. La 
Puerile f fi )'en crois ceux qui ont eu la patience de 
la lire , eft mieux c^duite que VEntide y & cela n'eflr 



Digitized by 



Google 



»» ±C 

p2s difficile k croire ; mais vingt beaux vers de Vlrgile 
icrafeiit toute I'ordonnance de la Pucelle. Les yiece* 
de Shakefpear ont des groflieretes barbares; mais 1^ 
travers c6tte ^paifTe fumee brillent des traits de geni€i 
que lui feul y pouvoit hiettre-, c'eft d'apr^s ces trait* 
qu'on doit le juger, comme c'eft d'apr^s Cinna & 
JPolUua<^ &c noff d^apres The 8c Berenice ^ qu'on d<^ic 
juger Coriieille. {L\ecole d'ltalie , malgre tous fe| de- 
fkucs, eft fuperieurea Veccde fran^oife, parce que lei 
grands maitres d'ltalie font fans comparaifon en plus 
grand nombre que les gtands mattres de France , & 
parce qu'il y a dans les tableaux d'Inilie dies beaut^s 
que les Franjojj n'onr point atteintes. Qu'onne m'ac- 
cu(e point .ic} de tabaiiTer ma nation rperfonne n^eOt 
plus admira^eur que moi des excellens ouvrages qui ert 
fi>nt fort is ; mais il itie Cemble qu'il feroit audi ridicule 
de lui recorder la lupetiorite dans tous les genres ^ 
qu'injufle de la lui. refnfer dans pluiieurs. 

Sans nous ecarter de notre fujet^ ( car il s^agit ki de$ 
Jcoles des beaux arts en general ) , nous poUvohs appli- 
quer a la Mufique une partie de ce que tious venons 
de dire. Ceux der nos 'ecrivains qui dans ces -derniers 
terns ont attaqu^ la mufique italienhe, &'dont laplu-' 
party tr^s <- feconds en injures , n'avoieac pas la plM 
l^gere connoifTance de I'art, ont fait contr'elle un 
raifonnement pr^cifement femblable ii cehii qui vient 
d'etre refute. Ce raifonnement tranf^orte de la mu^ 
fique a la peinture, e^t^e, ce mefemble, la meil-^ 
Jeure reppnfe qu'on pAt oppofer aux adverfaires de k 
mufique italienne. II ne s'agit pas de favoir (i les 
Italians ont beaucoup de mauvaife mufique, cela doit 
Itre^ comme ils one. fans doute beaiucoiip de mauvai^ 

tableaux ; 



Digitized by 



Google 



ife c o 17 

tableaux 'y s'ils ont fak foavent des contrefens^ cela 

lioit ^tre encore ; fi leurs points d'orgue font deplaces 

oa flon ; s^ih ont prodigu^ ou non les ornemens mal-^ 

a-propo8 : il s'agit de fa voir (i dans Texpreffion du 

iencinient & des pafltons , 8c dans la peinture des ob^ 

jets de toute efpece, leur mufique eft fup^rieure i hi 

n6tre, foit par le nombr^, foit par la quality des 

morceaux, foit partous les deux enfemble. Voil^, «*il 

hi'eft pefmis de parler ainfi, Tenoned du probl^me i. 

r^fbudre pout juger la queftion. L'Europe femble avoir 

jug6 eh favear des Itatiens, & ce jugement merite 

d'autaiit plus d'a'ttention , qu*elle a tout-S-la fois adoptd 

ig^n^ralcment notre lingue & nos pieces de th^tre , & 

profcrit g^neralement notre mufique. S^eft-elle tromp^e> 

ou non? c'eft ceque iiotre pofterit^ decidera. II me pa^ 

1*011 feulement que la diftindioh fi commune entre la 

mufique Fr^9oife & I'ltalienne , eft frivole ou faufle. 

II n'y a quSin genre de mufique : c'eft la bonne. 

A-c-on jamais parl^-de la peinture frangoife & de la 

iPeinture i^alienne? La nature eft la mdme par-tout; 

alnfi les arts qui I'imitent, doivent audi 6tre par- tout 

femblables. 

Comme il y a eft Peinture difFerentes Scales , il y e?t 
a atiffi en Sculpture , en Architefture , en Mufique , & 
en general dans tous les beaux Arts. £n Mufique , pat 
exemple, tous ceux qui ont fuivl le ftyle d'un grand 
maitre ( car la Mufique a fon ftyle comme le Difcours), 
(ont on peuvent ^tre regardes comme de l^/voU de ce 
maitre. L'illuftre Pergol^fe eft le Raphael de la Mufique 
italienne •, fon ftyle eft celui qui merite le plus d'etre! 
fuivi y & qui en effet I'a ^te le plus par les artiftes de^ 
ik nation : peut-6tre commencent-ils k s'ecarter un peil 
Tome Ih B 



Digitized by 



Google , 



i8 ji; c o 

trpp du-ton vrai, noble 8c fimple , aue ce grand hommtf 
avoir donn^. II femble que la Munqae en Italic com- 
jnence i approcher du fiyle de Sen^ue ; I'art & TeC- 
-prit s'y montrent quelquefois un peu trop , ijlioiqu'on 
y remarque encore des beaut^s vraies, fuperieures , &:en 
grand nombre. 

Les Francois n'-ont eu jufqu'ici que deux 4scoles de 
Mufique , parce qu'ils n'ont eu que deux ftyles ; celui 
de Lulli y 8c celui du c^lebre Rameau. On fait la 
j-evplution que la Mufique de ce <iernier artifte a caulee 
en France ; revolution qui peut-6tre n'a foit qu'«n pr^ 
parer une autre : car on ne peurfe diflimuler Teffet que 
la Mufique Italienne a commence k produire (ur nous. 
" Lulli caufade mSme une revolution de Ton terns, ilap- 
pliqua a notre langue la Mufique que Pltalie avoit pour 
lors ; on commen9a par declamer contre lui , 8c on fin it 
par avoir du plaifir & par fe taire. Mais ce grand hoflime 
etoit trop eclair^ pour nB- pas fentir que de fon terns I'art 
^oit encore dans I'^nfance : il avouoit en mourant 
qu'il voyoit beaucoup plus lorn qu'il n'avoit ete : 
^ande le9on pour fes admirateurs outers & exclufifs. 
{ Article de M. Dalbmbekt , dans Pancienne Encyclo- 
pedie), 

BcoLE. Gemot, dans la langue commune, fignifie 
un lieu od Ton enfeigne quelque chofe ; icole de lec- 
ture , ecole d'^riture , €cole d'efcrime , d'equitation ; 
envoyer un enfant a V ecole. II a dans la langue des arts 
une forte d'emphafe qui porte avec elle une idee de ce- 
l^brite. Ainfi quoiqu'un peintre mediocre , ou mdme ha- 
bile , mais m^diocrement c^l^bre , fafle ^es 61^fbs , on 
ne fe fervira pas du mot icole , pour exprimer colledi- 
. Y^ment fes ^l^ves , ni pour d^gner TatteliiBr dans lequel 
il donne fes lemons. 



Digitized by 



Google 



t C O 19 

tl ne Taffit mSme pas que le makre alt du talent & 
de la cel^brite , pour qu'on exprime latig-rems la collee** 
blonde fes eleves par le moxecoU; il faut encore que 
plufieurs de ces ^l^^ves fe foient rendus c^l^bres eux* 
ttilmes. Safis cette condition, ott employera bien, 
ipendant la vie d^un matrte habile , 1^ mot eVo/^ , pout 
fignifier raiTemblage de fes eleves ; tnais ce titre , que 
Tufage a rendu hotibrifique, ne lui fera pas conferv^ 
jar la pofterite. On dit Vecole de Raphaiel , parce que 
Jules - Romain ," Polydore de Carravage , &c qui furent 
fes ^l^vfes , fe firent eux-m^mes un grand nom. On dit 
Vtrcole des Carraches , d'oii fortirent le Dominiquin , le 
Guide , I'Albane. On dit V.ecoU de Vouet , qui fut 
celle de le Sueur y de le Brun , &: il eft vraifemblable 
<qtr6 , par la mdme raifon , la pofterite dira ?ecoh de 
Vien. 

Gomme on emploie le mot ecole pour exprimer collcc- 
tivement tous lies ^Kves qui ont •re5u l-es lemons d'un 
mSme mattte , on fe fet: auffi par extenfton de ce mot 
pour raflembler fous une feule denomination tous les 
artiftes d'un m^me pay«. Ainfi tous les f'eintres que 
PEurope a produits depuis la renaiflTance dea arts , font 
clafles fous la divifion A^e'cole Fiokentine , ^Vo/tf Ro- 
MAiNB, ecole V£nitienne, ecole Lombarde , rcole 
FRAN901SE , ecole Allemaude , e'cole Flamande & 
'tcole Hoi.LAiiDoisr» 

Nous allons tacher d'etabiir le caraftere de ces <3if- 
firentes ecolesj & de faire connottre non pas tousles 
grands arciftesqu'ellesont produits, mats feulement les 
premiers maitres qui leur ont imprime le cara^lere qui 
lesdiftingue, ceux en unmot , qui ^jeuvcnt ^tre re- 
gairdes comme les fondateurs de ces ecoJes^ Nous nous 

Bij 



Digitized by 



Google 



ao i; c o 

r^ervons dlndiquer un plus grand nombre d'artlftes 
fous les articles Graveurs , Peint?.es , Sx:ulpteurs.', 

£coLE Florentine. Cette ecole fe diftingue par U 
fierte , le mouvement , une certaine auft^rit^ fombre j 
line exgreffion de force qui exclud peut - ^ti'e celle 
de la grace, un caradere de deffin qui eft d'une 
grandeur , en quelque forte y gigantefque. On p6ut lui 
reprocher une forte de charge ; mais on ne peut nier 
que cette, charge n'ait une majefte id^ale qui el eve I« 
nature humaine au - deiTus de la nature foible &: pe- 
riflable ^ de I'homme. Les artiftes Tpfcans , fatisfaits 
d^impofer I'admiratioti , femblent dedaigaer de chercher 
^ plftire. 

Cette ecole a un titre inconteftable a la veneration 
jdes amateurs desarts *, c'eft qu'elle eft la m^rede toutes 
celles d'ltalie. 

Les arts qui avoient tou)ours d^g^ner^ depuis le regne 
de N^ron , p^rirent avec le colofle de ^Empire Romaia 
& fiireirt renverles avec lui par les Barbares. Si , dans 
leur 6tat de degradation , ils conferv^rent dans la Grece 
un miferable afyle, ils 1^ durent i la pi^t^ bien plus qu'a^ 
goAt des Soiiverains & des fujets du Bas - Empire *, ih 
furent employes & non pas accueillis; ils procuroient ^ 
ceux qui ne d^aigndient pas de les cultiver, une 
xnalheureule fuBfiftance, fans leur attireraucun applau- 
diifement *, & tout le fucces qu'on en attendit & qu'ils 
(e propolaffcnt , ^toit de repr^fenter fans agr^ment fana 
adrelTe , fans ^ude, fans connoiflance de la nature , 
les objets de la veneration religxeufe. Les tableaux ^ 
ou comme on s'^exprimoit alors , les images , rttftiquer 
meiit barbouillees ^ &ornees , ou plut^t couvertes d'or 
&: de pierrerles ^ timent l«ur feul p^rite & toute leur 



Digitized by 



Google 



ECO 21 

valeur des matieres precieufes dont elles etoient en* 
richies. 

Ce f ut cependant ^ cette contr^e oil les arts languif* 
foient dans une telle degradation , que I'ltalie , qui 
devoir un jour devenir fi fiere de fes artiftes , fur oblir 
gee de demander des makres. Florence, dks I'an 1140^ 
fitrenir-de la Grece des ouvriers en peinture dont toute 
I'habilet^ confiftoit I, 6tablir un rrait groffier , & i bar^ 
bouiller de couleur, bien plutot qu*l peindre, I'int^rieur 
de ce contour. lis favoient faire auffi de mauvaife moi- 
fa'ique , & ils trouvoient en Icalie des admirateurs en- 
core plus ignorans qu*ils ne l*6toient eux-fti^fties. 

La Peinture languifToit dans cet etat d'enfance ou de 
decrepitude, lorfqu'en 1,240 miquit i Florence, d^m& 
famillc noble, le Citnahiie. Cottuiie il montra, d^s fee 
premieres annees , beaucbup de vivacit© d'efprit , fes 
parens le deftin^rent aux fciences , qui d6ja orgueil- 
leufes , etoient cependant plongees dans la m^rtie Ian* 
gueur que les arts. Mali il couvroit £es calii^rs de grif- 
fonemens, & fe deroboit a fes etudes pour aller voir 
travailler des Grecs qui peignoient une chapelle dans 
Teglife de Sainte Marie -nouv elk. 

Devenu I'eleve de ces makres groffiers , il les furpaffa 
bient6t, & fit luire dans Florence l^aurore des arts. Ce 
n'etoit qu'une bien foible clarte , mais elle fembloit 
eclatante , parce qti'on €toit enfeveli dans une obfcurite 
profonde. De m^diocres artiftes rqugiroient aujourd'hui 
de produire desouvrages femb tables a ceuxdu Cimahue\ 
mais qua tre fiecles qui I'ont fuivi , ont eclair^ lesfuc- 
celTeurs de cet artifte , & il avoit fans doute un grand, 
genie , puifqu^il fut capable d'une creation. Si fes fpibles 
ouvrageslui procurerent une grande gloire, Ilia m^^* 

B Uj 



Digitized by 



Google 



2Z J& C O 

ritoit , & fes tableaux , malgre leur foibteffe y ftoient 
alors des prudiges. Quand il eut termine une Vierge 
qu'il peignit pour Sainte Made - nouvelle , le peuple 
alia prendre avec refpedl ce tableau dans Tattelier do 
Parti fie, & le porta au bruit des trompettes Jufqu'i 
r^eglife oil il devoit ^tre place. Ce font les applaudiffe- 
mens qu'on accorde aux arts naifTans qui nourrifTent 
leur enfance , augmentent leur vigueur , 8c lesamenent 
i I'age floriffant de leur maturite. L*indifFerence pu- 
blique tue les talens au berceau , & fi le Cimabuet^etLt 
pas trouve des admirateurs, FlorenQe n'auroit pent' 
fere jamais euJVIiQhel-Ange> 

< Clmahu^ mourut dans la premiere ann^e du quator* 
sieme fiecle : il peignoit a frefque & en detrempe. Taffi:^ 
fon contemporain , fans ^fc rlv^l de fa gloire , peignic 
•ft mofa'ique , & ^prit. cet art de qiielques Grecs qui 
.travailloient k Venife. Le Giotto , jeune villageois que 
le Clmahue trouva gardant des moutons qu'il s'amufoit 
^ deffiner fur une brlque , dcvint I'el^ve de ce ma!: re, 
& lit faire \ Tart de nouveaux prbgr^s. II fut appelle 
\ Home pai' le Pape Boniface YIII , & y ex^cuta la 
inofaique qui eft fur le portail de Saint Pierre : ella 
reprefenre JefusrChrifl marchant f..r les eaux , 8c on 
J^appelle la nave del Giotto Le nombre d^s peintres de^. 
vim en peu de temv fi confiderable a Florence , que. , 
dps Fannee T3ya, Us ^tabJireti^t une Cpnfniirie fous l.a 
proeftlon de Saint Luc. 

Vers ce terns Paolo Uccellofm {e pcemSer ^U1 obf^rva 
exaftement la perfpeftive, NJaffbltno , v^rs le com- 
mencement du quinzieme fiecle, donna plus de grafir 
diojite a fes figures , agenda mieux leurs v6cemens, ^ 
r^ajndic un^ forte dQ vie & d'exprejOion fur Iqs yii^e$a 



Digitized by 



Google 



£ c a 23f 

II firt furpaiTe par Maffacio , Ton el^ve, qui donna le 
premier de la force > du mouvement, du relief a i^s 
ouvrages , montra dans les attitudes quelque chofe qui 
pouvoit reifembler \ de I'aifance & de la grace , & ex- 
prima mieux les raccourcb que fes pr^decefleurs. Long- 
terns les peintres firent pofer les figures fur les orteils y 
faute de favoir defliner un pied en raccourci. 

Les Floremins continuoient de fne peindre qu'eit 
mofaique , afrefque &en di^trempe. Le» ouvrages des 
deux premiers genres ne pouvoientfi^ tranfporter & por* 
ter la gloire de leurs auteurs hors de la Vilfe od ils 
avoient travaill^ r ceux du dernier genre manquoiene 
d'eclac , ne pouyoient ^tre poulTes i un ton y igoureux ^ 
Hb gitoient aifement \ l^umidite , & ne pouyoient (e 
nettoyer. Andr£ Castagna fut le premier Flbrentin 
qui peigmt i^ I'huile. Nous yerrons eit parlant de ?ecolt 
Flamandc , que pe genre de peinture ayoit ^te inyent6 
a la fin du quinzi^me fi^cle par Jean van Eicky plus^ 
connu fous le nom de Jean de Bruges. Un peintre Sici« 
lien , Antoine ou Antonello de Mefftne^ ayant yu 1 
Kaples un tableau de yan Eic^, alia en Flandres^ 
gagna I'amiti^ de cet arcifte , & obtint qu'il Im . d^- 
couvrit fbn fecret. Lui m^me 1% communiqua \ fbn 
el^ve Dominiqui , V^nitien , qui eut le mallieur de 
yenir exercer fbn talent a Florence. Ahdre Caflagna 
obtint a force de carefTes la-confiance de Dominique y 
le logea chez lui , & le determina a hii apprendre le 
fecret de peindre \ Thuile. D^s qu^l Vent obtenu , i\ 
ne regarda plus^fon ami que comme un riyal nuifiUe y 
qu'on employoit a de& ouyrages dont lui-m6me feroic 
charge feul , s'il pftuyoit fe d^barraiTer de cet ^mule. 11 
Vattendit 4tns un« rue ecart^e , & le poignarda. Lo^ 



Digitized by 



'Google 



m4 i6 C O 

malheureux Dominique , mortellement bleife , inaf J| 
parlant encpre, fe fit porter chez fon aflaflin qu'il n'avoic 
pas reconnu , & rendit le dernier foupir dans les bras 
de cemonftrfe qu'Il regardoit encore con^me fon ami. Ce 
fut Andre qui , au lie de la n^ort , avoua hii-m6me fon 
crinie. 

PisANELLO ,eleve del*odieux Caftagna , fut peintre^ 
fculpteur & graveur de medailles , & fe diftingua dans 
pes trois genres. Enfinparurent Guirlandaio , d'abord 
Orf^vre , enfaite peintte & makre de Mkhel - Ange ; & 
Andr£ Verrochio, peintre & fculpteur &:maltre de 
L^amard de VmcL Ghirlandqio mit dans la compofition 
une intelligence inconnue jufqu'i lui : JTerrochio p^ignit 
durement , mais il introduifit la fbience dans le deflin 
& fut donner de la grace aux t^tes de femmes, Ce fut 
lui qui trouva le moyen de mouler en plitre les vifages 
4es perfonnes mortes & vivantes, pour donner aux 
portraits plus de resemblance. 

Li^ONARD DE Vinci, ne en 1445 > fiit don^ avec; 
profufion des dons de Jsnature. II avoir la beaute des 
traits, celle de la talUe & les qualit^s brillantes de I'ame 
& de I'efprit -, & joignoit a la plus grande force corpoi 
relle nne ^uRi grande agilit^. II mit tous ces dons en va*. 
leur & cultiva tous les talens & tous les arts^ L'uni- 
verfalite de ies difpo&cions lui donnoic une efpdc* 
d'in quietude qui I'emp^choit de fe fixer ^ un feul obt 
jet, par ce qu'unfentiment intijrieur fembloit luiannoncet 
qu'il etoit capable de les embraifer tous. II danfoit aveq 
grace , montoit bien a eheval , fe diftinguoit aux exer-^ 
cices de I'efcrtme , jduoir bien de plufieurs inflrumens ^ 
avoit des connoKTances alTez Vendues dans I'hifloire na-x 
turell^ , fcietice alots naiiftiate comme (outcs les autt^ 



Digitized by 



Google 



i; c o 2x 

Quand il n'auroit 6te qu'homme de Letfres , il auroic 
he eflim^ par fes tale;is & fon erudition. Crefccmbeai 
n^ii^fite pas a le compter entre les reflaurateurs de la 
Poefie Italienne. Onn-a conferv6 de lui qu'un .Sonnet 
que nous rapporterons ici parce qu'il eft peu connu, 

Chi non pub quel che vuol , quel che pud voglia : 
O e quel che non (ipub, folic* o volere: 
Adunque faggio e ThuomQ da cenere 
€he da quel che non puo , fuo volet toglfa, 

Pero ch'ogni diletto nollrOy e doglia 
Sea in si e no fa^er volei potcre : 
Adunquc quel fol pu6 , che col dovere 
Ne crahe la lagion fuot di fua fogli?, 

Ne fempre e da voler quel, che Thuom puotc; 
Speflb pat dolce quel, che torna amaro, 
Pianfi gii quel ch'io volG, poi ch'io Thcbbi. 

AdunqKe tu, leitor di quede note» ^ 

Se a te vuoi eifer buono , e agU alcri caro , 
VogK fempte pocer quel, che ca debbi. 

Cette oppofition tant de fois r^petee entre le voidoir 
& le pouvoir a fans doute quelque chofe d'affede, 
c'etoit le vice du terns ; mais les Tercets ont en m^me 
terns un ton defageflfj & de fenfibilit^. » line faut pas 
» tou jours Vouloir ce que I'on peut. Souvent ce qui 
TO paroit doux devientamer j j'ai pleur6 fouvent, aprfe 
^ avoir obtenu ce que jWois defire. O toi, qui liras 
» cps vers , fi tu vcux ^tre utile a toi-meme & cher 
9> aux autres , veuilles toujours ne pouvoir que ce que 
<c tu dois. >» 

Leonard ne n^gligea aucun des arts qui tiennent au 
^eflin. 11 etudia J'Architefture , exerga la Sculpture & 



Digitized by 



Google 



2<5 J£ C O 

fit de la Pelnture fa principale occupation. Ses progfesy 
furent fi rapides , que le Verrockio , fon maitre , fe te* 
connoifTant vainci/ par fon el^ve , abandonna les pin*- 
eeauK &r fe borna uniquement \ la Sculpture. Le jeune 
artifte donna pour fondement au deffin Petude des Ma- 
thifmatiques , de la Perfpeaive , de I'Optique , & celle 
de rAnatomle. II s'appliqua audi a la Mecanique^ 

Appelle a Milan par le Due Louis Sfone, dlt le , 
More , il eut la diredion d^ine Academic de Peinture 
, & d^Architefture que fonda ce Souverain. Ce fut a 
Milan qu'il m^rita d'etre compt^ parmi les plus habiles 
Ing^nieurs, lorfqu'il conduifit dans cette Ville les 
eaux de PAdda par un canal dont les plus favans artiftos. 
avoient cru jufqu*alors I'execution impoffible. II vain- 
quit tous les obftacles que lui oppo(bit la nature , & 
for9a les vaifleaux \ s'elever fur la clme ^q& montagnes j 
pour defcendre enfuite dans des vallees &^trouver 
encore des montagnes a franchir. 

Spirituel & fenfibl^ , il s'attacha dans la Peinture \ 
rexpreffion des affeftions de I'ame ; &fi, dans cette 
fublime partie de Part , il fut enfuite furpafle par Ra- 
phael , 11 eut du moins la gloire de furpaifer tous tes 
peintres qui I'avoient prec^dls , ou plut6t d^)uvrir une 
route jufqu'alors inconnue. II fut, pour fon ttm%^ affez 
bon colorifte; on peur mSme l.e regarder comme le 
premier des anciens peintres Florentins pour la couleur ^ 
quoique fes carnations tirent en general flir la lie, & 
que la teinte g^nerale da fbs tableaux foit viol^tre. 
Aucun peintre avant lui n*avoit donne tant de grace \ 
fes figures. 

Son deflin ^toit pur & pr^is &; ne manquoit pas de 
Ifrandejtir. II ae s'^leya pas au-daffus de la nature , mti^ 



Digitized by 



Google 



t C O 2J 

il ne rimita pas fans choix. S'il me vamquit pas tout- 
afaic la roideiir qui faifoit encore le carad^re de I'arc, 
c'eft qu'on ne connoifToit pas cette Itgne ondoyante qui 
femble to jours tendre I, la droite &: a la circukire Sc 
qui n'eft jamais ni Tune ni I'autre. 

Ses ouvrages ^toient tr^ - finis ; mats il ne put 
s'«xempter de la feche^eiTe qui ^toit encore augmenree 
par la pratique qu'il a^'oit de trop marquer les conrc<.:rs 
qui doivenc en quelque forte fe perdre. Cependant on 
fie peut lui faire ce reproche de fecherefle que par com- 
parailbn aux bons peintres qui I'ont fuivi ; car il efl 
coulant & moeleux , (i on le compare aux arciftes de fon 
terns. Ses ouvrages avoient une qualiv6 qui eft fort ef- 
timable & qu'on delire fouvenc dans de bons tableaux ^ 
c'efl que les figures fe diflinguent nettement de loin. 

On raconte que dan^ un voyage de Florence k Rome 
oii il accompagnoic le Due Julien de Mcdicis , il fit pour 
I'amiier de petites figures qui voloient en I'air & redef- 
cendoientenfuiteiterre. Cejeu de lionard n'auroit-il 
pas quelque rapport ayec I'invention dqs ballons aeroP* 
ftatiques ? 

II avoit tvop de merite pour ne pas^prouver les traits 
de Tenvie. II fut degoAt^ du fcjour de Florence & de 
Rome par les perfe'cutions de Michel-Ange qui affcc- 
toit de le meprift^r , & qui le livroit aux railleries de 
fes eUves. Sans doute Michel-Ange etoit biea fuperieur 
a Ltfon^rJ par la grandeur & la &rt^ de la conception 
tc par la fcience ptofbnde du deflin *, mais Leonard k 
Son tour lui ^oit iuperieur dans toutes les parties al-^ 
jnables de I'art. 

. Pour fe fouftraire aux degoAts qu'il eprouvoit dans 
fk patrie , cet artifte , prefque feptuaj^^naire , fe readit 



Digitized by 



Google 



a8 ^ C O 

k rinvitttion de Fran9ois premier, & vint en France , 
oH il yScut peu de temps. II mounit I I'dge de foixante 
& quinze ans^ en 15x0 , entre les bras du Monarque. 
Nous croyons devoir rapporter ici le jugement que^ 
Rubens a porte de Leonard, Les jugemens des] grands 
arcifteafbnt en efFet des lemons, puifque ce qu'ils ap- 
prouvent eft ce qu'il eft avantageux de pratiquer;. 
Nous ttanfcrirons la tradudion d^ de Piles -, il avoit 
cntre les mains le taanufcrit latin de Rubens que nous 
ne connoilTons pas , & qui peut- ^tre n'exifle plus. 

« Lionard de Find , dit le grand mattre de l^ecoTe 
» de Flandre^ conimen9oit par examiner routes chofes 
» felon les regies -d'une exafte tb^orie, & en faifoic 
9 enfuite I'application fur le nsturel dont il vouloit fe 
» fervir. II obfervoit les bienieances & fuyoit route 
» afFedation. II favoit donner k chaque objet le ca- 
» rafl^re le plus vif , le plus fpecificatif , & le plus 
» convenable qu'il eft poflible , & pouflbit celui de la 
» majefte jufqu*ii la rendre divine. Uordre & la me- 
» fure qu'il gardoit dans les expreflions ^toit de re* 
» muer Timagination & de I'elever par des parties 
» eflentielles, plutot que de la remplir par des 
» minuties , &: il tichoit de n'^re en cela ni prodiguc 
» ni a\rare. II avoit un fi grand foin d*eviter la con- 
» fufion des objets , qu'tl aimoit mieux laifTer quel- 
» que chofe k fouhaiter dans fon ouvrage , que de 
» raffafier les yeux par une fcrupuleufe exaditude : 
» mais ea quoi il excelloit le plus , c*etoit , comme 
» nous Pavons dit , a donner aux chofes un carafltere 
» qui leur fAt propre , & qui les diftinguit I'une d© 
» Tautre- 
x> II 'commen9a par confulter pluficuri fortes de 



Digitized by 



Google 



ECO a9 

"» Vivres ', 11 en av9it tire unc infinite de iJeux com- 
» muns dont il avoit fait un rccucil. II ne lailToit rien 
» echapper de ce qui pouvoit convenir I rexpreffion de 
>3 foil fujet •, & 5 par le feu de fon imagination , auffi 
» bien que par la folidit^ de fon jugem«nt , il Revolt 
» les chofes divines par les humaines , & favoit don- 
n ner aux hommes les degres difFerens qui les portoient 
» jufqu'au caradere de heros. 

» Le premier des exemples qu'ils nous a laifles , efl: 
» le tableau qu'il a peint aMilan de la fcenede notre 
» Seigneur, dans laquelle il a repr^fent^ les ap6tres 
» dans les places qui leur conviennent, & notre 
» Seigneur dans la plus honorable , aumilieu de tous, 
» n'ayant perfbnne qui le prefTe ni qu| foit trop pre* 
» de fes c6t^. Son attitude eft grave , & €es bras font 
30 dans une fituation libre & d^gagee pour marquer 
» plus de grandeur , pendant que les Ap6tres paroi^ent 
» agit^s de c6t6 8c d'autre par la vehemence de leur 
» inquietude , dans laquelle n^anmoins il ne parott 
» aucune bafTelTe ni aucune adion contre la bien- 
» feance. Enfin , par un effet de fes profondes fp^cu- 
» lations, il eft arriv^ a un tel degre de perfeftion, 
» qu'il me parott comme impoffible d'en parler aflex 
» dignement , & encore plus de I'imiter ». 

On connolt de Leonard un trait6 de peinture , im^ 
prim6 en italien, avec des figures deffin^es par le 
Pouffin, & traduit en fran9ois. II a laifle un grand 
nombre d'autres Merits que Ton croyoit perdus , mais 
que M. de Villoifon , de I'acad^mie des Infcriptions ic 
Belles-Lettres , m'a dit avoir vus ^la bibliotheque 
Ambrofienne. 

Michel-Ange Buonarroti, la gloire de Vecolc 
Florentine y naquit en 14749 dans un chiteau voiita 



Digitized by 



Google 



30 ECO 

d'Arezzo, d'une famille noble , mais peu fonan^e. Soft, 
p^re , Louis Buonarroti Simoni , etoit de I'ancienne & 
illuflre maifon des Comtes de Canoffe. Les parens de 
Michel' Angc zuroient cru, en le deftinantaux beaux 
arts , degrader leur haute noblefle, 8c c'etoit par 
l^exercice de ces arts qu'il devoit procuret* uti jour k 
leur nom Tilluflration la plu«' brillante qu'il pAt re^ 
cevoir. 

Son penchant , plus fott que les pr^juges 8c les op- 
pofitions de fa famille , lui faifoit dei-ober , en faveur dU 
deflin , une partie du terns qu'on lui prefcrivoit de con<>- 
facrer aux Etudes : mais I'etendue des difpofitions qu'il 
avoit revues de la nature , le fit reufiir k la fois dans 
Fetude des lettres & dans celle des arts. L'ltalie qui 
met fa gloire a le compter au rang de fes artiftes les 
plus illuftres , le compte audi pa^^mi fts bohs poetes ; 
le recueil de Tes veis , en grande partie ^crit de fti 
main , eft pr^cieufement conferv^ entre les manuicrits 
de la bibliotheque du Vatican , & a ^t^ imprim6 plu- 
(ieurs fois. La derniere 8c la meilleure Edition eft celle 
de Florence, 171 6 , d^d'ee au Senateur Philippe Buo- 
narroti , de la famille del'auteur. Cos poefies reffemblent 
pour le fujet , les idees & le ftyle a celles de P^trarque. 
Elles font I'expreflion d'un amour pur , degag^ du 
commerce des fens. 

Dans lefonnet fuivant , on croit entendre Petrarque 
deplorer la perte de la belle Laufe , qui lui fut enlev^e 
par la fameufe pefte de 134S. 

Quindo il principio de i Tofpif miei taoti 
Fu per morie dal del al mondo roI'O, 
Natura, chc non fc m^ si bcl volto > 
Refl^ in vergo^na , e chi lo vcde m piantL . . 



Digitized by 



Google 



i: c o p 

. O Cotte tCA de i mid deHri amanti . 

O £dlaci fperanze , o fpirco fciolco , 

t)o¥e f e' or ? La terra ha pur raccolco 

^ue belle membra , e*l ciel tuoi pcnficr fanti. 

Mai fi crederce morce acerba e rea 
Fermare il fuon di rue virtuti fparte , 
Ch* obblio di lete edinguer non potea ; • 

Che fpogliaro da lei , ben mllle carte 
Parian di tej nc per re*l cielo avea 
Latsu , fe nou per morte , albergo e parte. 

Le p^re de Michel-^ngc fe vit enfin oblige de c^der 
i^ I'impulfion irrefiflibie de la nature, & de placer fon 
fils , ige de quatorze ans , chez le Ghirlandaio , done 
la reputation &'etendoit dans toute I'ltalie* Le jeune 
el^ve acquit avec une etonnante rapidite lestalensqui 
le rendent encore aujourd'hui I'un des plus grands 
maltres des fculpteurs pour la fierte de I'ex^cution » 
des peintres pour la fcience profonde du deflin ; des ar* 
chitedes pour la hardiefTe de fes conftrudions. S'il 
n'avoit ete ni peintre , ni ftatuaire , il fe feroit fait le 
plus grand nbm comme architefte par le Dome de Saint- 
Pierre & le palais Farn^fe *, comme ingenieur civil par 
le pont de Rialto a Venife , & comme ingenieur mi- 
litaire par lee fortifications de Florence. 

II faut remarquer qu'alors le m^me artifte itoit 
Ibuvent peintre, orfevre, archite6le, ftatuaire, fon- 
dear , ingenieur , & fe faifoit deja compter parmi les 
grands maitres a I'age oil maintenant on n'eft encore 
qu'un foible ilhve y quoiqu'on ne cultive qif'un feul 
talent. 

Michel'Ange a porte fon cara6l^re dans fes ouvrages, 
II etoit fier , violent , inflexible , & of;^ refifter plus 



Digitized by 



Google 



32 ECO 

d'une fois au terrible Jules II , (bus qui tout flechiflbiu 
II faifoit les Etudes de fes ouvrages avec le plus 
grand foin > & les ex^cutoit enfuite avec la plus grande 
c^lerite* On dit qu^il ne fut que feize mois a faire eti 
ironze la ftatue de Jules II, haute de cinq brafles , fla- 
tue dont la t^tc feule a ete confervee, & dont le refte 
1 et6 fondu pour fairfe uhe pi^ce d'artillerie. II h'em- 
ploya que vingt mois i peindre la voAte de la chapelle 
Sixte, 8c cependanc il travail loit feul & n'avoit m6me 
perfonne qui broyat fes couleurs. S'il pafTa huit ans ^ 
j^eindre dans la mSme chapelle le jugement dernier , 
e*eft qu'il faifoit en m^e-temps d*autres ouvrages. II 
tailjioit le mar)»re avec line hardiefTe dont il eut quel-^ 
quefois a fe repentir ; car il a laifTe imparfaites des fta* 
tnes qu'il n^auroit pu terminer fans y ajufter de» 
morceaux , parce que , dans la fougue du travail y tl 
tvoit enlev^ trop de marbre en certaines parties. 

Moins fait pour ^prouver les affedions douces que lesr 
paflions veh^mcntes , il a pl^t6t cherche dahs la naturd 
ce^qui fait la force de I'homme que ce qui en cohftituei 
labeaute-, il a voulu ^tre grapd , terrible, & a ne- 
glige d'etre gracieux. Profondement inf^ruit de I'ana- 
comie , il a plus favamment qu'aucun autre artiftc ox* 
prim6 l«s embottemens desos , les attaches des membres^ 
I'ofiice & l*infertion des mulcles : mais trop curieux 
de montrer fon erudition anatoiiiique , il femble avoir 
oubli^queles mufcles font adoucis par la peau qui les 
recouvre , & qu*ils font moins fenfibles dans les enfans , 
les femmes , les adolefcens que dans la force de l^age 
viril. Malgr6 fon affedation de fcience , que quelquei 
critiqties n'ont pas hefit^ a traiter de pddantefque , ^ il 
n'apas ^vite le reproche de n^avoir pas it6 auffi favant 

qu0 



Digitized by 



Google 



r 



E CO \it 

%iie les artiftes de Panclemie Grice t{nt iit^lent enne* 
ais de toute affedation. Ses femmes mime (emblene 
moins deftin^es ^ plaire , qu'ii luttei\ avec les plus ri" 
goureux athletes. A fierce de Touloir 6tre grand > il a 
€te lourd & a charge les contours de la nature. <cDana 
p fes figures , dit Mengs, les articulations des mufdea 
9» font fi peu d^li^es, qu'elles ne paroifTent faices que 
i> pour I'attitude dans laquelle U les a repr^ent^. Set 
i» chairs ont trop de formes rondes , & fes mufcles une 
y^ grandeur Sc une force trop %ales : on ne remarque 
» jamais chez lui de mufcles oifi& , & quoiqu'il fde 
i> admirablement bien les fUcer , il ne leor doanoie 
» pas le caraftire cony enable. 

p II ne pofledoir p9s,.ditun autre artifte , M. Rtf** 
» nolds , tant de belles parties que Raphael ; nuus celles 
p qu'il avoic acquifes etoient du genre le plus fublime.; 
» II Yit dans la peinture peu de chole de plus que cm 
ji a quoi I'on peut atteindre dans la fculpture , & 3 
» 8*7 borna i la correftion des formes & ii Pexpreffion dea 
» padlons »• C'eft dire a^ez qu'il n^ligeala coulenr^' 
ou plutdt il n'ayoit aucune id^e de cette partie de 
fart qui fut inyent^^ k Venife par le Titien plus jeune 
que lui. Quand on lui montra, dans fa yieille^^qa 
cablean de ce peimre , il eh panit foiblement touchy p 
& dit >que ce maitre auroit dd foutenir par la cor^n 
redio0 des formes les beaut^ 8c les illofions du go« 
lor is. C'eft la peinture en huile qui fepcftceie mieulc 
aux channes de la couleur , & il fiiifoit peu d# cat de 
cette miani^re de peindre : il difoit que c'^it un^ 
ikcttpation digne des femmes & des enfans. 

II noua apprend lui •m£ine dans >ane de fes lettrea^ 
^u'il modeloit en terre ou en cire toutes Ictfigur^ qu'il 
Tomt H, C 



V 



I 



Digitized by 



Googk 



vouloit fpixjAfe. C'eft A cctte pratique qu'il dut l*ati> 
d'exprimer fi favanient les raccourcis. Cette hi^thod^ 
6tQic, familiere aux grands peintres de ce terns , '& 
n'auroit peut-^tfe jamais dA dtre abandonn^e. II fetnble 
qu'on fe rend un compte plus f^v^re dei formes quand 
on les repr^fente telles qu'elles font dans leur relief, 
que }orfqu'on Jes imite feulement fur une fup^rficie 
pUn^ par le moyen du crayon ou ^du pinceau. Ce^ 
deux inftrumens oik a I'atde d^un maniement adroit , 8t 
du elairrobrciir , i^n preftige capable de cacher I'igno^ 
'ranoe'ou la n%li^nte du oopifte. Un fcutptenf fprr 
m^iiEKireneconunettroitpas contrela juftelTe des formed 
& cintre les proportions ^ies^fautes qu'on pent rehiai^ 
^uec dans les buvrages de quelqoe^ habiles.peintres. 
.' :I1 ne faut chercher dans les peintures de Michel- 
Aftg^ ni la fouleur, ni I'harmonie , ni I'emente de 1» . 
compoTuion , ni I'art d^ jetter les draperies, ni I'intel- 
lig^nce du -elair-obfcur, ni Tobfervation des conve** 
nances. Quelle graitcCsur avoit-il done dans la feule 
parrle qu'il peEedott, puifqu'il a conferv^ii Ic^g-tems 
tout^ fk gloire, lorfque tant de qualites lui mah- 
-quoijsm, •& que ces qualites font precifement celles 
.^uiplaitbnt? : ^ -^ 

Mala s'il co&(erve des^aitotraceurr, & fur^cout fi les 
-figures de.fon^ugement dernier (bnttou jours, a Rome , 
4'obj^ dea^^t^des'des jeunes artifies^ if. a trouv^ de 
ier^MS cen&urs. 6n lui a reprdche de n'avoir peint 
^ue^de^igroffiers porte-ftix & des fervante^ d'hdtel^ 
^firie > de nVcroir obferve in bienfeance ni coftume ; 
d'avoir proftmii le faint lieu par la cepr^fentation d'un# 
Jbiile de Jhi^t^s ; d'aroir ob&rv^ une diQ>ofition sym- 
^m^l^ique idfks aafiijet oii la nature. entiere doit 6c{t 



Digitized by 



Google 



i 



4fl^ Tout l6 defordre de la'deftru&ion ; d'avoir repil^- 
fente- dans im i^jet cHretiea le nocher Caron ay^c fa 
ksurqixe ^ d'avoir plus etudl^ le Dante que la dodrike de 
J'^life, 8c -ie s'^re livr6 fans referVe a la bizarferie 
de fba knagination , au lieu de f&p^n^trer de la tet:-> 
reur relSgieufe qu'il devoit ^prouver. ' 

PeHt-^tre ne faudroit^il pas exiget de Michtt-^fi^e 

les parties de.l'art qui Ji'etoient (^ connues de (Bn 

temps , la cguleur , le cliair^obfcur Sc mdme la coifi- 

poficion qui n'efl nee qu'aptes lui do g^nie de Raphael. 

La difpoiltloH fymmetrique , ^celc le d^faut de fes pf(- 

deceif^urs , & ce defaut etoit en -po^MEon de pltik# : 

il n^ft pas donn^ m£me I I'homme' de g^hxe de s'^lev^r 

a teus les ^ards au-deiTus de fon fi^cle : il eft. des 

^^poques dii e!ei]b 6tre bien grandq^e de $'6kver:flt- 

deflixs des. autres dans quelques pames. Quant' aox 

convenanc^, ellesne font pas uhe-^anie ^oniUmtive ' 

de Tart) & eHes peuvent. fe trou vet dans fabfence in 

talent ; le .plus.maavais Peinciie peut lesoblbrver (km 

que cette obferyation Uii donne ll^pdne un m^tte 

de plus^ & le^piuB grands Peinft-e ' jr manque^- f«As 

iivok ,. cQiidne;Peintre, un n^te de molns. II ^Ut 

louer Fartifie quand il eft en'ZhAme:temps, Htfti^ietf, 

KskUfpOL^tty Tbeolpgien, Fhilofo^he,' fuivanc 4e»'l^ 

jets qu'il traits : mats il faut le louw comme art! fte, 

.fl^^me lorfqii?!! eft .fimplemoit artifte. Le but de Mi^ 

chei " Angt , comme le fut en general celui des antibils 

artifties de.la Gr^ce , ^toit dp flMmtser ia (cience' dxL 

nud, & ce prdjet lut impofoit tPautiss oMveittuie^ 

. que celles du fi^^t : c*eft done it ecs cosr^ances quil 

.jB^Vft liYt^ > & line pouvoit confid&^c fimfujet coiteie 

Je^ c^i^esitff > puifq^'il la ceai^i^oit awe dM ^nitl 

Cij 



Digitized by 



Google 



9 Aco 

differeatef. S^il a Introdiiit le fabuleux Caron dant tti 
fujet chr^ien V^^^P^^^ faifbieilc alors le mtee nii^ 
iaoge de la Mythologie payenne avec les y^ritis du 
ChriftianiOne. Pardonnons au Peintre ce qu'on armt 
pardpnn6 au Dante 9 i^ Saanazar. On Texcuferoit plus 
difficilement d'avoir n^glig^ la grace & la beaat^ , fi 
c^ quality eiUTent pu ft trouveruaies ^vec la force 
qui fiufoit ion carad^re , & qu'll a repr^fent^e dans 
touter fQs produdiof^. $es figures one le genre de beau** 
ce qui s'accorde avec I'extr^me vigueur y 8c non celle 
iqut s^accorde avec les graces -, elles peuvent faire des 
ftOions terribles , & Jie feroient pas propres aux acr 
tions qui exigent une agr^ble Ibupleile. 

JUkhel'Angi aimoit la foUtude.Il difoit que lapein* 
ture ^it jaloufe ^ & voulok que^fes amans ft livrafftnc 
iellefansr^ftrve. 

Jamais y dit M. Re3molds , il ne ft fit une £tude 
des ^r^mens a^o^&ires , & il fcmbleque foa i^aie 
fiAliste avoit 1^ droit de m^ifer les patties in£§rieures 
de I'art. Toutes fts Ujfes ^toient ^lev6es , fublimes-,fts 
figures ftmbloient ifpartenir a un curdre fup^rieur 1 
4'lia9ianit^ : eUes n'ont pas celles des beaut^ de la 
Aatore liumaine qui tiennent \ ft foiblefle , mais elles 
jrepf^ateat,.A^us la forme humaine, des dtres plus 
fi^rSi^ plus vigoureuk ^ moins voifins de la mort^ S^ 
Jd^ 'ftmblent Vtoe exlialees conune it% jett de fta 
;4f Jiiag^ie ia^i&ble* 

Mats il faut aFOoer que fts expreflions ^ grandes ft 
s^Heesv font en ntfme •< terns pen naturelles ; fts attiv- 
jittdes font d^uft dime fewfMt d^^^r^le ; fts draperies 
^t adh^pentes k la peau v ftn coloris tieat de la bHqu« 
§!^i^ Hs cbufs^fic tendauiH>ir dans les dabres. Aref 



Digitized by 



Google 



too 3^ 

txm les defauts qull avoit comme peSntrv » & k peu 
de grace qu^il mettoh dans fon deffia , on peut crotre 
qu^tl auroit perdu de fa r^puutioa, & elle nVoh pat 
et^ foutenue par teutes les fortes de nitrites qu'il r6u* 
niHoit. Mais au Horn de MichehAnf^ , oii< fe tajppelle 
^ la fois le peintre, le ftatuaire, l^krchkefte, V\x^ 
S^meur , & llmagination fiACprife ne fait plus qn'adt* 



mirer. 



II mourut ^ Rome en XJ64, ftg^ dd quatre-ylnglfr 
£x ans. 

£co^E RoMAiNE. L'aiicienne IbcMne , rrche des oitn 
vr^es apport^ de la Gr&:e ^ on hits dans fon Msk 
p^ dies artifbs Grecs , a latfTe dans (Ss debris I la Rome 
modeme les ^l^mens de la gloire i laq^elle die ^eft 
flerfe dans les arts. Ceft par T^de d^s antiques que 
fi font forrn^ fes aniftes*. lis y ont trouv^ la fcieace- 
dtt deffin^ lafiiprfime beaut^ des formes ^ la {randeur 
duftyle, la.juftcffe des expreflions port^ leulemenc 
jafqa'au. degr^ oil elles ne d^truifent pas trop la.beaut^.L 
lis y out m£me trouv^ les principes de I'art dtii draper ^^ 
& ils ont fuivi ces psincipes , en adbptant cependant 
pour la. peittture des dirapperiesplus lai^s &phis flot- 
tantfs ^e cetles qui avoient convenu aux fculpteurs^ 
de ramiquit^. Ce Ibnt les parties que nous venons i^ 
d<tailler , & la icience db la compofitiont qu^ fauiCr 
chercher dans VicoU Romaihe. Elle s^ eft livrfetoute^* 
emigre comme aux prtncipales parties de l^rt , i cellea. 
qui eir conftituent fur-tout le g^me & ht majefi^ , & 
«e s^eft occup^e du colons qu'autant qu'il le £dloia^- 
pourfeiMir une difi&ence entreta peimure St la fcutp^ 
ture , ou entre la peinture rarife dans les couleurs & Vft 
peitture en chdr-obfcun aCea'^pa$unemenrellleL||. 



Digitized by 



Google 



5fS- FCO ] 

jj dit fellbien , fi le goAt romain ^tarit extrfememenc 
» OQcup^ de toutes ces parties , Ip coloris , qui ne vlent 
»/que le dernier , n'y trouve plus de place. L'efprit de 
»* I'homme eft trop born^ , & la vie eft trop cource , 
» ' pour apprbfondir toutes les parties de la peinture , & 
.»}es pQjG[^der parfaitement toutes a la fois »• * 

"PiETRE PfiRiTGiN , ainfi noihm^ parce qu'^il etok de 
Jeroufe, eft le Patriarche deVecole Romaine. II com- 
men9a les Etudes de fon art dans fon pays , fous un 
^Peintre quj lui donnoit fort durement de tr^s - foibles 
lefons. II alia enfuite i Florence , & entra I I'ecole 
,d« Verrochio , oil il fe tfouva avec lionard de Viiici. 
Il-travaiJla4ong-tems en cette ville, &retourna exei> 
cdr fon art dans ft patrie. II avoit appris d6 VerrochJo 
a^donner de la grace aux t^tes, fbr-tout }l celles de 
feimmes ; & quoiqu'il ait toujours conferv^ de la fe- 
chereiTe, il en.eut cependant moins que fon mattre. II 
ciit une grande reputation & fut charg^ d'ouvrages 
confiderabl^s ; mais fa gloire eft fbr - tout fondee fur le 
giand nom de Raphael, fba difciple. II mourut en 
I J24 , i l*4ge de 78 ans. 
/ Raphael Sanzio naquit i Urbin en 1483. Son pere 

etoit un Peintre mediocre ^i lui donna les premieres 
lemons de fon art , 8c le plaja enfuite dans fecole dar 
Pietre Perugin : mais Raphael eut'en efFetpour maitr« 
toutes les le9ons que purent lui donner & les anciens 
Be fes predeceffeurs & fes contemporains & la nature. 
Ses talens^ fon carad^rc , fon efprit^ fa politefTe lui 
• dbnneWnt une telle ^nfid^ration , que le Cardinal de 
Sainte Bibiane lui offirit fa niece en mariage. Mais' R^r 
^ jpJUiel av6it une plus haute aml>ition , & le Peintre d'Urr 

jbfl) iipiroit life placer entre ies Princes deTEgliCb'. U 



Digitized by 



Google 



1& C O ' 5p 

%voit teqh de Leon X I'efp^raltceJ d*obtenir le chapeau 
^deCsirdinal, & il feroit peut-6tre parvenu i. cat Emi- 
nent honneur , fi fa vie edt etd prolong^e. II mburuc 
en 1 520 , a rige de 37 ans , des exc^ oil I'avoit entraine 

( fa paffion pour ks femmes. 

Ji^z/^^ad'/nefut pas tout defuite un grand homtne. tl 
cut fes difierens ^^es , & il fallut qu'il s'eflay at *avant 

. de pouvok cxprimer fa penfee : on pourroit direm&ne 
• qu'avant d'exercer pleinement le grand art dent iHailfa 
de fi beaux modeles , il faHoit qu'il I'mvent^t. Sa pre- 
miere maniere futcelle du Perugin, fon roattre : mais 
il fit deux voyages a Florence pour y 6tud!er les grands 
artiftes qui floriflbient alor& en c^tte vilie. Pendant une 

, abfencede MLchel-Ange qui peignoit a Rome la cha- 

.pelle.Sixte, Bramante, Architeae du Pape & oncle 

de Raphael , pi^ta a fon neveu les clefs de cette cha- 

pelle , pour quMl y piit voir les ouvrages commences 

par le Peintre Florentin : ce fpeftacle ^claira le jeuno 

, . Peintre d?Urbin qui changea de maniere & donna it fofln 

, :defrin plus de force & de grandiofite. On pr6tcn<Ht 
m^me que c'etoit a Pimitation de Miqhel - Ange qi^l 
avoit fait a Notre- D^ne de la Paiic les Prophctes &: 
.les S.ybilles. Michel - Ange^ fe plaignit de Pinfid^lit^ 

. -du Braijiame-, fon parti fit retentir I'accufation de 
plagiatj mais depujs pres dc troia fi^cles , les chefs- 
:d-Geuvre de-MicHel-Ange & de Raphael font expoife 
dans Rome a }i vue de tout le monde , & comme le 
remarqu6 F^libi^n ^ on n'a pas encore vu de larroa 
ijir^z l^bil^ , poup.coftimettre de femblables larcins. 
' Ce fut un boiiheuf pour Raphael^ dit Mengs quenons 
4u*ivons pas a pas daps Qet article, de naltre dans le ten» 
J^^x\\ ^pell^ /ingenieuftment rinnoft.enc,e de I'axt. ILoontt 



Digitizec^by 



Google 



^ i c d 

iiien(a.parcopief exa&ement la fimpIev^itf.S'iI ignorotb 
encore que dans ce qui eft vrai il y a u^ choix i faire , 
ilvit les ouvrages de Leonard de Viftci, de MaiTacio, 
de Michel- Ange, & fon genie prit un noavel eCor. 
II confut alors que I'arc eft quelque chofe de plus 
qu'une iimple imitation de la v^rit^. Mais lea ouvrages 
des i^Lakres qui venoient de lui ouvrir les yeux , n'eteient 
pis encore d'une afiez.complette perfe&ion pour lui 
indiquer le meilleur choix qu'il piit faire^y il nageoie 
dans l'incertitude» quand il vit k Rome les ouvrages 
deaanciens. Alors il reconnut qu'il avoit trouv6 les vrais 
linodMes qu'il cherchoit^ & il n'eut plus qu'a fuivre 
I'heureufe impulfion de Con caraA^re. II ne fe contenta 
fas d'^tudier les antiques qui ^oient i Rome *, il entre* 
tint des gens qui deffinoienc en Gr^ce & en Italie ce 
«}u'ils pouvoient d^couvrir des ouvrages des anciens. 

Habitn^ par fa premiere maniere i imiter la nature 
arec pr^cifioh , il ne lui fut pas difficile de potter la 
ffi€me exaftitude dans limitation des antiques , & ce 
fut un grand avantage qu'il eut fi^r les fiecles oA les ar- 
dftes devenus plus praticiens, font parvenus I imiter 
tout ^vec une grande facility , & rien avec une exac* 
Aitude'rigoureufe. II n'abahdonna pas la nature , mais 
31 apprit des ahciens comment elle doit ^tre choifie & 
itudiie, II recpnnut que les Grecs ne I'avoient pas 
iiiivie dans les petits details, qu'ils n'ein avoient pris 
que ce qu'elle a de plus necefTaire & de plus beau ^ & 
^'ufte des principales caufes de la beaute de leurs our 
vrages confifte dans la r^gularit^ des proportions : il 
commen^a donp par ^attacher a cette partie de Tart* II 
rit audi que dans la charpente du corps humain , I'em- 
inanchement des os &: le jeu libre de leurs articula- 



Digitized by 



Google 



t CO it 

iSonifont let caufes de la grace des mouvemens ; il fit , 
^ I'ezemple des anciens ^ la plus grande attention i cette 
parde , & fuc conduit par ces obfenrations i, ne pas fd 
cofltenter de la (imple imitation du nature!. 

Son deffin eft tr^«beau , mats il n'a pas le fini ni U 
p^rfeftion de celui des Grecs , & en I'admirant, on eft 
oblig^ de convenir qu'il n'a pas eu des Jdees audi pr^ 
cifes de la veritable beaut^ : il a excell^ dans le czrzGtire 
des Philolbphes , des Ap6tres & des autres figures dd 
ce genre -, mais il n'a pas eu un fucc^s aufli completdant 
les figures divines. On peut m^me lui reprocher qu'en 
peignant les femmes , il a abufe des contours conyexet 
& arrondis^ce qui I'a fait tomber dans une forte de 
pe(anteur. Quelquefois aufli , en roulant ^yiter ce d^ 
faut, il eft retourn^au ftyle fec&roide. 

Son godt de deflin fut plut6t Roihain que Grec^ 
ptrce que c'ecoit principalement d'apres les bas-reliefs 
qa'il ^tudioit I'antique. C'eft de - ik qu*il a pris Vhz" 
bitude de faire fentir fortement les os & les anicula* 
tions & de moins travailler les chairs. Mais comme cet 
bas-reliefs font fort beaux par rapport i^ la convenance 
des proportions r^ciproques de chaque membre, il i 
excelle dans cette partie, fans donner cependant eti 
g^n^l i fes figures route I'^l^gance qu'on renurqutf 
dans celles des artiftes Grecs , & fans montrer m6m^ 
dans leurs articulations tbute la flexibility qui fe fait 
admirer dans le Laocoon , ^lansl'Apollon du Belredere ^ 
& dans le Gladiateur. 

II s'eft trouv6 plus foible , ajoute le m^me adml« 
rateur Sc le mdme critique de Raphael ^ lorfqne l'an« 
tique lui a manque^ comme on le volt par les mains 
de fes figures , parce qu'il refte peu de maini antiques]^ 



Digitized by 



Google 



ces parties ayant &e- ^etruice* dam k pkpart' de* 
ftatues que le terns a refpeft^s, 11^ a a-ufli donne i 
ies en&ns un caraaete trop fagc & trop grave-, 8c 
'ne lour a pas imprime cette morhidejffh Sc ce potele 
^ue deitiande la nature enfantine. II lui manque audi 
la grandiofite & la noblefTe des anciens , & il ne s'eft 
pas elcve dans cette parcie au deflbs de Michel- Angc ; 
pn peut ajouter qu^l n'a pas aufTi bien poffede que ce 
JVIaltre la parfaite eonnoiflance des mufcles. 

II n'a pa5 egal^ les Grecs' dans les figures ideale* 
qui doivent porter remprelnte de la divinite. Le C^rift 
n'eft chez lui qu'un it^ortel ordinaire. II eft bien elqighe 
de la beaute divine de VApollpn . Ses VJerges font belles 
par I'expreflion ; mais elles. le cedent par la beaute de^ 
formes a plufteurs t^tes antiques. Ses figures du Pcjfe 
Eternel portent le cara^-ere de' la dcbilit^ & du decKa 
de I'age : elles'ne donnent pas fidee d'une nature im- 
periffable. On pourroit m6me montrer dan*s ce genre 
de plus beaux modeles vivans, Elles font loin d'avoir 
la beaut^ divine de quelques tStes antiques de Jupitfer. 

S'iln^ s'ejeva pas jufqu'a I'ideal des anciens, c'eft 
que les moeurs & I'efprit. de fon fiegle ; & les fujet^ 
qu'il avoit a traiter le lui permettoient rarement, 
N'ayant 'qye peu d'occafions de reprefenter des figure? 
purei^ent ideales, il fe livra h. la purete de I'expref* 
iion , & , il y etoit natur^llement entrain^ par la mode- 
ration de fon cara6lere & par un elprit eleve & aclif 
qui lui prefentoit toujours de grandes idees : il reconnut 
gtie- I'expreflion des paHions de Tame , eft I'une des 
premieyes parties d'un art qui doit reprefenter les aQT 
^ions des hommes*, puifque ce font <^es aflbdion^ qui 
^aufenc }es ^^ions. Fs^lre a^ir des figures & neg^ger 



Digitized by 



Google 



t C O 4^ 

rSe reprefent^r leurs moaTemens im^eurs , ce n'eft 
: plus mettre en adion des perfotinages aninies,' mtisfaire 
jouer des aotomates. On volt hiet\ qu'ils o^it les- attitudes 
de I'adion , mais on voit aufli qu'ils n'agifTent ps^ 
d'eux-m^es, parce qu'on ne remarque pas en eux un 
priAcipe int^rieur* qui les faflTe agir. Tout artifte qui 
neglige rexpceffion , ne repr^fente que de$ mannequins , 
m^xne loriqu'il^ a le (bin de prendre la nature puur mo- 
dele. 

. Le premier foin de Raphael quand il voulolt compofer 
iin tableau, ^toitde pcnier a TexprefBon, c'eft-J-dire , 
de bien ^tablir , fuivant le fujet, queHes paflions de- 
voient animer les perfonnages , -Be il faifoit tendrc tou- 
tes les figures ^ tous les acceflbires, routes les parties 
de la compofitton a rexpreilion generale du fujet. 

Comme il n'avoit pas trouve dans les ftatues antiques 
de lemons pour le clair-obfcur, iL fut toujours afTez 
foible dans cette partle , 8c s'il con9ut qu'il peut y 
avoir quetque grandiolite dans, la diftribution des jours 
& des ombres, ce fut une decouverte qu'il fit dans 
les ouvrages des Peiftres Florentins. On ne pent pas 
dire cependant que , memepour la partie du clair-oblr 
cur, il ait imit^* la nature fans choix. II cheroha 
ce qu'on appelledesm^J/tfj&m^nafea les grands clair^ 
pour les parties les plus apparentes des figures nues ou . 
drapees. Si cette methode ne produifitpas de ces efFet* 
qu'on appelle magiques^ elle repandit au moins fUirfea 
ouvrages cette nettet^ qui fait diftinguer de loin les 
figures , "& Ton ne peut nier que ce nefoit encore une 
des parties effentielles de Part. II n'a pas ^te au de-1^ , 
& content de la partie du clair-obfcur qui vient de 
'fimitzuotiy il n'a pas cherch^ celle qui eft ideale. 



Digitizedt)y 



Google 



^ E€0 

« n aroit cmitume de faire tomber tes ptus granddl 
p lumiires & les plus fortes ombres fur let figiiret d» 
* » premier plan , cotnme fi les draperies & tous les autre* 
» objets eufTem ^te d'iine mime couleur^ II porta la ^ 
» lunuere de chaque couleur de fts figures du premier 
• plan jufqu'^u blauc , & tomes les ombres pifqu^a 
» noir. Cette habkude lui vint die ce qu'il deffiiioit 
» le iujet entier de fon tableau d'apres de petits mod^les^ 
» & de ce qu'il en' faifoit earement des efqui^es colo* 
» ri^. De cette niaaiere , il s^ccoutuma i placer les^ 
» Jours & les ombves fiir (es fibres comme fi elles' 
» eufTeitt ^t^ ombres d'apres des ftatues ^ c'eft-i-dire ^ 
» que, ^us eUes (e tfouyoient placies fur le devant 
» du tableau y plus il renforf oit les lua^eres & les^ 
» ombres en les degradant i mefure que ^ figures. 
» fuyoient «• 

» Le coloris eft une partie dims laquelle 11 ne m^rit9 
»' pas d'ayoic dlmimteurs. II apprit dfabord , fuivant 
» Tufage de foa temps,. a peindre en d&rempe, '& 
» comnte il eft fort difficile d^^cre colorifte dians ce* 
» genre de peinture, il ne fbtfafTa pas fes maitres.. 
» La frefqufe qull pratiqua fur^tout dans la. fuite ne 
» pouvoit guere le perfefiionner dans cette partie^ 
9 parc« qu'elle exige trop de promptitude dans I'exe-^ 
9 cution pour permettre de colorier d*apr^s nature*. li 
9 rendlti^ Florence, chez Barthelemi de Saint-Marc, 
» fon pinceau plus vigpureux , fes couleurs plus ani- 
9 xaies , fa touche moins lechee & acquit une grande 
3> perfeAion dans la frefque v mais il' n& merita ja« 
h mais d^iStre plac^ entre les grands coloriftes cc. Mtngu 
On reconnok cependant qu'il a ete quelquefois d'une- 
grande v^rite fians la couleur, & q^ue , fkc - tout dan»> 



Digitized by 



Google 



16 C d .|)p 

l«s aerftlen temps de fa vie , il y avpit fait dos progr^ 
renarquables : niais il ne faut pis le juger dans cette 
partie , d'aprfe les prilicipcs de I'ecole Veniticnn^, que 
Pon peitc ctoire qu^il n'aurait pas adopts- , quand mfime 
il les aumit mieux connus. II auroit pcat-6tre crainc 
^u^il ne naififTent aux autres parties de l^art auxquel l^s 
11 donnoit les premieres places , & que par confequenc 
H Vouloit faire dominer dans fes ouvrages. 

La compofition & iVnfemble des figures &oit la 
partie principale de Raphael. Son elprit philofophiqud' 
ne pouvoit 6tr# touch^ que des chofes qui ont de Tex- 
predion. II avoir une trop hstute idee de Ton art , pour 
le regarder comme un art muet ; il vouloit le faic0 
parler a I'ame & i Pefprit •, mais pour le faire parler, 
il faut lui donner quelque chofe I, dire , & cela n'efl 
poflible que dans les fujets expreflifs. Si Raphael ne 
a'^Ieva pas & la hauteur des Grecs , s'il ne poiT^da pas aii 
sniffle degr^ Part d'embellir la nature , il vit du moins 
& imita ce que la nature a d'expreifif & de beau. <c Lek 
» Grecs planoient avec majeft^ , dit Mengs , entr^ 
B ia terre & le ciel \ Raphael % march^ avec juftelTe 
» fur la terre. 

» II a ^, non-^feulement tr^s-habile , mais fiirpre* 
as nant dans^ la partie de la compofition : c'eft celle quf 
» lui a felt le plus d'honneur , & avec juftice. II e{i 
,» a h& le createur , & Va eu dans ce genre aucui^l 
j» Biodile.nl dans I'antique , ml chez les modemes. Ofi 
» pourroit dire qu'il auroit paH<§ les limites de i'hum;!-' 
n fAt£ y s^ avoit pofil^d^ toutes les parties de I'art ad 
» mkme degt6 que celle-U. w 

m la compofition eft en g^n^al de deux efpicet ^* 
m 4^Mite le m^me artifte i c^lle de Raphael eft le geiirir 



Digitized by 



Google 



4|f ,r 1& C O 

» exprefGf , I'autrc eft le genre th^itral ou le J)ittt)h 
» refque , qui condfte en une difpofition agr^ble d^s 
» figures, du fujet que I'on tr^ce ; Lanfranc a ^teie prci-' 
n mier inventeur de ce genre y §c apr<^s lui , Pietre d« 
» Cortone. )e donne la preference a Raphael fur tous 
& les autres dans cette partie , parce que la raifona 
p» prelid^ a tous fes oavi'ages ou du inoins au plus ^rani 
i> nombre. II ne s'eft p^s lailTe feduire par -de^ idetc 
» commutles , ou^ mSme par de belles id^s dans fes 
D figures accedbires , qui ^uroient d6tourne I'auention 
^ de I'objec principal, & en aiiroientdiminue la beaut^ n. 
Nous avpns parle .ailleurs dje I'art avec lequel 11 a 
trait^ les draperies : voye\ draf£KIES. II eft inutile de 
s^arr^ter a I'harmonie de les ouvragpes ; comme il n'a ja-» 
xnais fbng^ au deHcat.&: au gratieux, mais ioti jours i 
rexprefTion, il s'eft pcu occupede, I'harmonie. Ce n'eft 
pas qu'oh ne puifTe entrouveif.dansfes tableaux ', mais 
elie eft'plut6t un effet de l^itnitacioiti d^ la nature , que 
le fruit; de fe; talens psirticuliers dansc^tte partie. 

l£coLE V£NiTiENKE.:Cette Vco/tf eft Telfeve rde* k 
stature* Les peintres V^nitiens iji'ayant pas fous les yeux 
comme ceux de Rome , des reftes de* Tart antique > 
roaaquerent de lemons potu^ fe fakemne jufte idee de 
la beaute dies formes & de celle de l^s^preflioti. Its 
copi^rent fans choix les ^wrmes de la nature; macs ilis 
. furent fut-tout frapp^s des t^^aates qu'elle offroit dans 
leni61ange& la vari^te de .fes. couleurs. N^tant point 
^iftraits de cette partie (iflatteufe pa^: d'autres parties 
d'un ordre fu{Krieur , ils y dotih^fent route leur atten-* 
tion , & fe diftinguerent par rle:eoiQris..Ils he.fe con* 
tenterent^pas de cara^^rirerrles pbjets par comparalfon y 
^ faUantyaloir la cp\ileut propt^.de J'sin parJa xoojeut 



Digitized by 



Google 



tC6 |> 

^to^Jife dd Tauti^e ; mais ils cherchhietit eYicote pai? la 
rapprochement , Taccord ou I'pppofition des objets co-i' 
lores, par le contrafte de la luitii^re^ & defa priva- 
tiofi , a. produife ur.e vigueur piquante , \ appdler & 2 
•fixer le regard. . . 

* Ce Dominique que nous avons vup^cir fi malheu** 
reorementi Florence par la jalouie cupidit^ d*Andr^ 
Caftagna , ce Dominique qui fiit le (bcond attifte Ita* 
^ien quipolTed^tl'arteneorefccrct de peindre en huile, 
^voit en pour ^l^ve , avant de quitter Venife , fa patrie'^ 
Jacques Bellin, qui mourut en 1470, & qu'on he 
connoit que par I'education pittorefque qu'il donna 3 
Gentil &: Jean Scllin fes fils. ' : , 

Centily qui droit l*aSn^ , peighit Tiir-tout en ddbempe. 
vOn fait qu'il fiit mande i Confhintinople par Maho- 
met II. II fit voir i ce conquerant un tableau de la 
ddcolation de Saint- Jean qu'il venolt de peindre. Le 
heros barbare critiqua le cou de la figure j foutint au 
peintre que la peau fe retire en cette partie auffitdt 
que la t€te a ^te f^paree du tronc^ , & pour joindre la 
demonftration au principe , il fe fit amener un efclave 
auquel il fit trancher la t6te. Bellin frdmit de cette 
]e9on ^ 8c pour n*^tre plus expof6 I. en recevpir id 
iemblabies , SI revint a Florence oil il mourut ea 

Jean contribua beaucoup aux progres de fon art en 
• peignant conftamment en huile & d'apr^s nature. Quoi- 
qu^il ait toujours ' conferv6 iine grande ftchcrelfe , il 
en eut cependant beaucoup moi^s que fon pere & 
ion frere , '& I'on voit . dans fes ouvrages une jrande 
wopret6 de cduleur , & un commencement d'harmonle. 
Son goiit dedefHn eft goth^que, fes airs de tfee>fle« 



Digitized by 



Google 



upbles, let tttitudes d'oii auurtis cholx^ Sds figunli 
ians expreffioii. 

II eut pour diDciple le Giorgtone & le Titien. 

Le GipRGipiiB fe diftingiia par un travail facile 8c 
tin deflin d'un meilleur goAt que celui de foA maitre ^ 
fiuds (ur tout par le degn§ auquel il porta le eolocis* 
II ne v^cuc que trente-deujc ans, &^xcita I'emulatioa 
da Titien qui ne tarda pas i le furpafler. 

TiziANO Vecbxii y que les Franfois nomment !• 
Titien , naquic d*uiie famille noble k Cado/ dans le 
JFrioul en 1477* H fut rends d^ Ion enfance aux (bins 
^'un onde qui demeuroiti Venife & qui le plajadana 
Vicole de Jean Bellin* II y apprit }l fuiyte fervilement 
Ig nature -» mais quand il eut m les ouvrages du Gior*^ 
gione, .il commen^a i chercher I'ideal dans la cou<- 
|eur. En 1546 U fut appellS i, Rome par le Cardinal 
Farnefe pour faire le poi^trait du Eape. II mpurut de 
|a pefte en 1576 ig^ de ^^ ans» 
. Si dans fes tableaux d'hiftoire , on veut trouver en 
|ui un hiftorieii, il parottipa fort infidele, comme tous 
le^ artiftes de la m6me ecole. II ne cherchoit ni la 
^6titi de la fcene , ni celle du coftume , ni I'expreffion 
qtfe fuppofe le fujet, ni les autres convenances qu'on 
li[oi( avec tant de. plaifir dans les ouvtages des artiftes 
qui ont €t6 curieux d'etudier I'antiquit^. Enfin on ne 
trouveca en Jui qu'un tres - grand peintre & rien de 
flus^ 

Quoiqu'on ne le place pas dans la clafl^ des granda 
deffinateurs , il ne faut pas croite quMl n'alt pas fu 
j^ien delfiner. On Ta quelquefois calomni^ k cet ^ard 
en lui attribuant des ouvrages qui ne font pas de lui , 
ou en le jugeant fur quelques-uns de ^eux oik il ^eft 

n^^Iige. 



Digitized 



d by Google 



ECO ^ 

H^lig^. Tons les peintres-de ce temps avoient re^a 
ie leur 6ducation la }uftefie du coup d^oeil & la faci- , 
lite de rendre tout ce qulk (e propofoienc d'iniiter. 
Comme le Titien ne fe propofa que I'tmitation de la 
nature y il repr^fema de belles formes quand elles luL 
furent oSertes par le modele , & il ceifa ftxxe beau 
quand fes modules manquerent de beaut^* S'il avoit eu ^ 
comme Raphael, I'amour du beau , (i cet amtour lui 
aVoit ^t^ ihfpir^ par la conuoiiTance de I'antique qui 
lui manquoit, il aurol^ choifi dans la nature ce qui 
m^toit Air tout d'etre imit4, 11 auroit ^gal^ dans 1^ 
deflin Raphael 8c tous les peintres les plus celebres. 

Mais quoiqu'il ne m^rite pas d'etre plac6 entre lea 
artiftes qui fe font diftin^u^s par I'excellence du choix , 
il ne femble pas avoir tout-a-fait manque 4u fentlment 
de la grandeur & de la nobleffe. Il a fouvent cherche 
dans les figures d'hommes la grandlofic^ : ma!s fi quel« 
quefois, comme Michel • An ge, il exagfroit & char- 
geoit le deffin , c'^toit plut6t pour montrer la nature 
^endre & chamue, que pour la rendre, comme Michel- 
Ange, puiilante & mufculeufe. Le fentiment de la 
couleur , plut6t qu'un principe de compofition y I'enga- 
geoit a faire fur-tout paroitre les plus belles parties , 
parce que ce font celles qui ofirent les plus grander 
& les plus belles maffes* II a montr^ du godt dans 
les repr^fentations des feAunes & des enfans. II don* 
aoit aux femmes des attitudes naives & negligees qui 
ne font pas la' grace , mais quelque chofe qui y ref-: 
femble. II (avoit donner k leurs coefiiires & i leuti 
ajuftemens use ^Ugance pittorefque, 

Prefiju'enti^rement livr^ I la fimple imitation > U 
&'a pas mis plus de choix daas la panie du clair-obfcur 
Tome IL Du 



y 



Digitized by 



Google 



f& tea 

<JUe dshs celle ^u deffin. Oh ne p6ut cependiaftt luf 

fcptdcher d'avoir 6t6 tt-eS-foibk dans cdtte panie , parcef 

' que chetcham i imiter les couleufs de la nature, il fut 

^lige ^6ur y paci-vfenir dfohSktv^r les digth de la lu- 

Aifete. Cbmlne il porfoit au plus haut pbirtt I'imitatiott 

desT toui^iii^s natdrelles , 11 n^a pu dcre tout-^&it ^gfio* 

Tziii dklis k clair-obfcur : itiais il faut ce{)ehdant avouer 

^life tt h*eft plas dahs iMfiteltigfehce tie cette partie de 

l*arf: qu!il feut chercher le ptincipe des beautds qu^of- 

ireht tes 6uvriges •, ce principe tiMe dans l^entent^ 

des couleurs propres & d^^ couleurs locales , & il porta 

^ette entente iau plus haut i6gr6. On peut quelquefois 

lui reprbcher de la dur6t6 dans fbn clair-oblcur , & il 

<t6it toitdtiit i cette diiret^ pkr PaiFedation de chfetcher 

i, produire die grands eft'ets par les contraftes. 

Lis peintfes de Vecole IHor^ntint 8c de V^cole Rd- 
Iftain^ y)l>tipiaiient l^ plus ftrdinairettient k frefque oii 
^ dftr^pe, &: en peign^nt, au lieu de prendre fa 
fritiirt , lis fi^avoifenfc fbus les yeuic q\ie leutS cartofiSb 
lie Titien peigftit d'abofd \ l*huile & d^ipt-fes nature , 
^ c^tfte j^ratique , jointe i fes heureufes difpofilions , 
dfevoit hii aiqu^rir iifie co\iiettr plus cbnforftite I U 
t^lfl. II i^ut efttbire im autre evahtagfe pouf d<§vfehir 
febltWIte, c^ui de fkire Ibuvent desport1-aits.Ce gtebte 
P4fH:6ignbit k imlt^t les couleiifs de la hature darts 
rfe daHiatiohs fe li6S diapeVies. Comm^ il ^tbu otlig# 
hb cbfler Us habits deS {)^l:fohn%s qu*il reprSfehtbit , if 
appHt }l y'arier fa cbuleur & £a tduche , pbur rehdre la 
HrUd' dgs efcbffes : ehfin, il peigftit le p^y(age, 3c il 
en etudioit audi la couleur d'apres nature. II a refultif 
iFet^tire tn^e ^tude que le JPouflih, qui aftttrlmenc 
V^ fss piac6 d^s la clall^ d^s grii&ds cbloriftei, » 



Digitized by 



Google 



too yr 

cependant donn^ une bonne coulenr aux pkyfages & 
anx fonds de fes tableaux. 

c< Comme le Titien Vapper^ut , dit Mengs , que Jei 
» objets qui font t>eaux dans la nature font fouvent uh 
» ntauvats effet dans la peinture , il chercha iL par<» 
B venir aa choix dans limitation de la virit^ , Sc il 
» remarqua qu'il y a des objets dont les couleurs lo** 
ti cales Com tres-bellcs , mais qui font d^grad^s paries 
» relets , par la porofit^ des corps , par les difierentes 
3> teintes de la lunuere, &fc. fl vit audi que, idani 
7> chaque objet , il y a une infinite ^e demi-teintes , 
» ce qui le conduidt k la coniitsirfrance de i'harmoiiie* 
» Enfin ^ il obferva que , dans la nature , chaque -dbje^ 
» offre un accord particlilier de tnMifparence , d'opa- 
» cit^ , de mdeffe &: de poli , & que tous ces obj&» 
» different dans le degr6 de leurs teintes 6c de lenrs 
» ombres. Ce fut dans cette diverfit^ qu*il chercha 1i 
» perfeAion de fbn art. Dims ia fuite , il prir, datttf 
», chaque partie, lie plus pokir le tout; d*eft-^-dire, que" 
» d'une carnation qui avoir feeaucoup de demi-tiimes i 
» il ne formoit qu*une fenle demi-teinte , & quSi 
» n'employoit ptefqu'aicune demi-tcinte, dans cdle 
» oA il y eft avoit peu. Par ce moyen , il jjitrvint f 
3^ poileder un colons fup^eurement tieau , & rffeflf 
» dans cette partie qu^il a ^t^ le plus grand nudtre & 
» qu^ faut riroiter. Par f ^tude de ia diftribution det 
» prlncipales couleurs , il acquit la cbnnoiflance Hei 
» principalcs mafTes, aihfi queKaphaa y MftfkrrtfiU 
» par le deflin , & le Carregte par le -clair-cM^ur ». 

"Le Titien a mis en g^i^al peu d^xprdSioa dans fet 
tableaux, & il y a m^e qnelquefois imroduit des 
portraits ) ce qui «n augoxente hfrotdeuT ^ ^mr /H mfk 



Digitized by 



Google 



'f:x i: c o 

vrai que ies t^tes dbivent ^re €tudiees d'aprei nature 
m6me dans Ies tableaux d'hiftoire, il eft vrai aufl| 
qu?elles nc doivent pas prefenter une nature indiyi- 
duelle, mais une nature g^nerale & ideale ; il faut 
qu'elles »ieat toute la v6rite de la nature, & il ne 
faut pas cepenclaftt qu'elles reffemblenta desgcns que 
nous pouvons connot«e. Lc peintre a manqu6 une 
partie de I'efFet qu'il doit produire , fi quand il nous 
r^refente Achille , Heaor , C6far , nous pouvons dire : 
je rai vu quelque pan. Nous ne pourrcms nous p^n^- 
trer pour des gens de notre connoifTan^e de ce refped 
que nouSi impofent tes grands perfonnages de Panti- 

quit^. ^ 

Le Titien fut d'abord fymm^trique dans la compor 
fitipn. C^etoit ; comme nous favons dit. en parlant d^ 
Michel - Ange > la methode dc fon tems. Sa feconde 
maniere a ,^te plus vari^, plus librq : mais, quoiqu'il 
ait.quelquefois bien compofe, on ne peut pa« dire 
qu'il fe^ ibit fait des principes de compofition : il fem- 
ble, dans t6utes Ies parties, n'avoir fait que fuivre 
!». ij^tute , lans avoir ew recours a Tart. 
'.»Xe TinVn, ajoute Mengs, n'a pas montre beau- 
> coup d'ideal dans fon deffin. Dans le clair-obfcur , 
w H en poffedoit affez pour bien concevoir la nature , 
n mai& U n'en a pas euautant que le Cortege , & fon 
» clair-obfcur n'eft, pour ainfi dire, qu'ebauch^. H 
,p a eu plus tfid^al dans le coloris, & m^me aflex 
, pour trouver le vrai caradere & le jufte degr^ des 
» cpulears qu'il a fu bi^n difpofer : car il rfeft pas fi 
9 fj^cile qu'on le croit de iavoir quand il faut fe fervir 
» d'une draperie rouge, ou d'une draperie bleue, & 
^ c'fft une partie que le Titien a merveilleufem^nf 



gitized by Google 



Digitized 



^) lien entendue. II a mis aiifTi tine grande harmonie 
» dins les couleurs, partie qui tient a I'ideal & qui 
>» ne peut s'apprendre dans la nature , fi on ne la con* 
» 9oit pas d'abord dans ^imagination. J'en dis autanc 
n du claif-obfcur, parce que les demi-teintes n'ont pas 
» autane de degr^ dans I'arc qu'elles en ont dans la na- 
D ture ; ce qui peut s^appllquer de m6m6 h Tharmonie 
& ^ aux (iiDuleurs, oH une fimple imitation de la na* 
7> ture ne fervira^de rien : j'en conclus done que le 
» Tjti«n n'a pu (i bien rempHr cette parde , fans avoir 
» beaucoup dMdeal. Sa compofition eft fore fimple, & 
}» il n'y a jamais mis que ce qui ^toit abfolument n^* 
» ceffairei ; par confequent il n'a ^te ^ue fort peu ideal 
» dans cette partie »• 

. Les couleurs de fes tableaux fbnt tellement fondues , 
qu'elles ne laiflent aucunis id^e des couleurs qui ^oient 
fur fii palette , ce qui le diftingue de Rubens qui a 
Dlac6 fans prefque les fondre , le^ couleurs les unes 
a c6t^ des autres. Cette pratique l'emp6che d^^tre audi 
harmoiiieux , & mime ne lui permet de parrenir k une 
forte d'harmonie, qu'ii force d'employer une grainde 
diverfit^ de couleurs & de forts reflets 4-uoe couleur 
dans I'autr^. On ne fauroit dire, en voyaot les tableaux' 
du Titien,, av.ec quelles couleurs il a produit fes teintes. 
Cette pratique ) qui Ta conduit a un^ imitation fi pat> 
faite de la nature coloree, rendle maniemeht de Ton 
pinceau peu apparent. Les amateurs n'ont pas ce plaifir 
auquel ils font fi fenfibles, parce que c'eft un de ceui^ 
x{tti font le plus i leur portee , d'y voir la liberty de 
la main; aiai* ils n'y peuvent rien voirnon plus qt4 
t^Qioigoe la gSne , & d'ailteurs ils doivent toe confol^ 
par les touches , aufTi luftes que fines ^ dont cet artifb| 



Digitized by 



Google 



y4 t c O 

animoie ton travail , & qui accufent avec 1^ plus gran<kr 
fTiciCion le caradere des difFerens objets. 

II a. peint de belles 6toffes &; en a bien reprefent^ 
)e caradere : mais on ne (auroit dire du'il ait bien drape* 
II a mSme iauvent peche par la difpoiition de# plis , 
& I'on voir qu'au lieu de faire un choix fonde fur des 
principes, il fecontenteit de copier leshafards que lui 
ofFroit ia hature. Conune le hafard offre quelquefois de 
belles fuites de plis , il n'eft pas rare d'en trouver audi 
dans les tableaux du Titien, 

H eft , entre les peintres d'hiftoire , Tuii de ceu^ qui 
dntle mieux fait,le payfage. Sesfitesfont bien chords, 
ies arbres font vari^ dans lenrs formes , & leur feuille 
eft bien rendu* II avoit coutume , pour rendre fes pay* 
f^ges plus piquans , d*y reprefenter quelqucs efFets ex- 
traordinaires de la nature. " 

Ecoz^ LoMBARDE*; elle fe diftingue par la grace ^ 
par un goAt de deffin agreable quoiqu^il tie (bit pas d'une 
grande corre£lion, par un pinccau moelleux & une 
belle fonte de couleur. 

Ai^TONio Aliegri, dit le CoRREGSy en eft le pere 
& rornement. II naquit a ^orrege ou dans un village^ 
Toifin de cette ville. Quelques ecrivains placent fa naiP* 
fitnce en 1490 ; mais Mengs , que nous allons fuivre 
tonftamment dans ce que nous dirons de ce peintre^ 
croit plus vraifemblable qu*il eft n6 quatre ans plus 
iard, & regarde comme certain qd'il eft mort en 1J54 
^ I'ige de quarante ans. II fut mari^ deux fois & eue 
des enfans de fes deux femmes. 

L^opinion la plus g^n^rale eft que le Correge eft n6 

' de parens pauvres & de baffe extra^ion ;c^autres preten^ 

ient^ mais fanspreuve ^ qu'il ^toit d*une famille nobl* 



Digitized by 



Google 



t C O "Sf 

& nes-riche : Mengs prend un milieu entre 9.«^ ^eu|c 
(eQtimens , & croic qu^il jouifTok 4'H!^f ^tiianceimi^^r^ 
proporcionnee au pays 8^ au tcn^s od il yjvc^it. Lf, 
rarete de$ efpo^e^ & la langu^yr dc la circfu}»tioii pft 
ptmivet par la force Ae moRno'ie ^^ns laquelle ^ pf»y0}C 
leCorregCy a jqui Ton donnoit efi cuivre de$ Ojjiho^' 
afTez fortes. Mengs f^ ^B$yine 4ai^s l*of4nipn-^tt^jC^t 
artifte n'etoit pas infortiine , par finfpe^ion de fiss iifti- 
Ffages , dans Jefquels il oe trpuye pas , comme dalis 
. ceux des peintres qui languiffoient daii$ Ig panvrttj^.^ 
des teoioignages cl& limine > ni mime d'economie. Set 
tableftu^ font peintji ou fi|f d«« toijes tr^-flnes., ou fiir 
de tons panneiux , ou 9i6ne f^r du cuivre : i^s foat 
iinis ayee ^eau(toup de foin, ^ ^e femblenc pas ht& 
Touyr^e ^^ti howme qui «c(!e«^ if paieiMnt; av«;. 
impacifo^e ; Jes ewlfurs le^ pjus ^fcer^ ^ j^spliie itf- 
ficiies & employer p'y fpw pa? ^gs&fii fil^s iffr 
rrpuycqt m^me aye^ i^ixe fofte 4e prpfu(|(w. ^»fin oH 
4'ait qu'il emplQyoit pour faire .}e^ luodeles defa cou- 
]po\^ 49 P^m^% In BegareUi, feulpteur .e&mf m&me 
de Michel-Ange , & aupun peintre aujourd'hut Ae £1^- 
rqit en etat de pnyer a ua ]>&n Coulpteuir les siodeles^ 
n^c^a&es pour un ouyrage {i ^onfuJerabie. 

Ofl 4onae ptHir pre^ye de la pauvreti tkxflonSge 8c 
de la foible retrltHition qu^il ricoit 4e ^sjouyrages> 4ji 
fymme d9 ^en$ fot^aiu^ diK Icus ^u'il refiit jan maft^oigs 
ie iiui3fi» fsmr la feoot^ icAupoIe. C'^ft de cemi&ne 
£}i^ :<p«e Me9& f^ h pr «»v# quf le Carx/g^ isxj^t oRm 
i^MtevQfm psy^if ttigard a A)n pays. £n efbt y ctmxne. 
im»^}^f^ #Kig0 i>«auaoi|p de t6iBfi J&: ^dea avowees 
Co^d£r«bles 4e la pm 4e i^avcifte , M ^fjt A^aAi» 
ifif'xlM^ivjSjfiui .pajceioem ««dAf^«AS «Qmi6s.I.ea cenl 

D ty 



Digitized by 



Google 



V5 . too 

foixantc & dix ^cus qae rejut 7^ Corrige ne fatfoieiK 
done t{ite ta plus fbible parcie d^s ibmmes €p?'A avoic 
re9ues pendant le cours de I'ouvrage, & Raphael qui 
vivoit dans un pays pins riche , & qui fut le plus ri- 
ch ement pay^ de tons les peintres de Ibn terns, ne re9ut 
<iue douze cens ecus d'br pour chacune des loges da 
Vaticam. Le dernier payement fiix^uCorrige fut, dit-oo, 
iacaufe defa mort ; il voulut porter lui-mlme toute la 
fomme quHl renoit de recevoir ^&: la fatigue lui donna 
line fluxion de poitrine. 

II commenja, commetous les antres peintres de (on 
terns , par imiter uniquement la nature ; mais cosune il 
^oit principalenieitt todch^ de la grace, 11 purgea Ton 
deffin de toutes les parties tranchantes & angulaires . II 
, reconnut que les grandes formes contribuent a rendre 
on ouvrage gracieux \ il rejetta toutes 4es petites par- 
ties, agrandit les contours, ^vitales lignes droites &r 
les angles aigus , & donna ainii une certaine grandio* 
i\t€ I, Ton deflin. 11 1» rendit Elegant & large, il en 
varia les contours, & les rendit ondoyaas, mdis H ae 
fut pas toujours piir & correft. 

2> II ne r^pandoit pas , comme Raphael , qui lui ell 

i> fort inferieur en cette panie , la lumi^re fur tout le 

7t> tableau ; m^s rl pla9oit les jours & les ombres oii 

a il croyoit quHls feroient le meilleur effet. Si lev 

a jourtomboit naturellement (ih* I'endroit qu'il Touloit 

•a tenir ^lair^, il I'lmitoit tel quMl le veyoic; fuien, 

a il pla^oit dan« cet endroit un corps clair ou opaque^ 

•a de la chair, une draperie, ,ou tout autre objet qni 

a pouyoit produire le degr6 de lumiere qu'il fbuhai*- 

a toit ) & , par ce mpyen , il parvint a la beaut^ id^e 

ta» da clair-obfcur. A cette p^tie du dair-obftar, H 



Digitized by 



Google 



£co n 

» joignit une efpece d'hannonie, c'eft ^a - dire qu'il 
D diflribua (on clair-obfcur de fagon que la plus grande 
» lumiere & I'ombre la plus forte ne fe prefefltoient 
» que fur une feule partie de fes tableaux. Son goAt 
3» delicat lui apprit que la trop forte oppofition des 
3» lumi^ret & des ombres caufe une grande duret^ ; 
J) audi ne pla9a-t-U pas le noir I. c6t^ du blanc comme 
» d*autres artiftes qui ont, ainfi que lui, cherch^ la 
j> beautc dans la partie du clair-obfcur ; mais il pafTa, 
» par une gradation infenlible , d'uhe couleur ^ une 
» autre , mettanc le gris obfcur k cdt6 du hoir, & le 
» gris clair i*c6te du blanc, de forte que Ces ouvrages 
n font tou jours d'une grande douceur. II fe garda bien 
3»«aufli de mettre enfemble de fortes mafTes de jour &: 
]» d'ombre. S'il aroit* i faire une partie tr^ - ^lairee 
x> ou tr^s-fortemenc ombr^e , il n'en* pla^oit pas im** 
3» mediacement I c6t€ une autre de la mSme efpece ; 
JD mais il laiifoit entre deux un grand intervalle de 
9 demi-teinte, par lequel il ramenoit Toeil d'une grande 
» tenfion au repos. Par cet equilibre des couleurs , Toeil 
7} du fpedateur re^oit continuellement des fenfations 
3> differentes^ & if n'eprouve jamais de fatigue,parce 
2> qu'il trouve toujours des beaut^s nouvelles dans I'ou- 
» vfage qu'il contemple <f. 

Le Correge commenp par felndre i I'huile , genre 
de peinture fufceptible d'une touche delicate & fuave ; 
& comme fon caraftcre le portoit i tout ce qui eft 
agreable, il donna tout de fuite un ton moelleux \ 
fes tableaux. Ilchercha des couleurs tranfparentes pour 
reprefenter des ombres conformes a U nature , & adopts 
une numiere de glacer qui fitparoitre rdellement ob^ 
^ures. left parties ombr^es. C'eft a quoi Von ne pent 



Digitized by 



Googk 



y8 too 

parvenir par les.couhurs les plus fombres, fi. elles ne 
font pas tranfparentes , pkrce que la lumi^re reflechit 
furleurfuperficle, & qu*elles lie reprefentent par Qon- 
f^qiient qu'une couleur pbfcure, mais ^clair^e*, au lieu 
que les couleurs tranfparentes, abforbant Ics rayons de 
!a lumi^re , reprefentent une fuperficie recllem^nt otf- 
cure. II emp^ta fortement les rehauts^pacce qu'ils doi- 
Vent ^tre d'une touche propre a reccvoir un nouveau 
degre de la clarte du jour. II s'appergut q^e la lumi^e 
<iui vient du foleil n'pft pas blanche, n^ais jaun^tre , 
Sc que les reflets de lumiere doivent tenk de la cou- 
leur des corps d'oii i|s rejailliflent : &c« futainfi qu'il 
parvint a la theorie de Temploi des couleurs dans les 
trois parties, les jours, les ombres & les reflets. Mais 
c eft fur-tout dans la copleur de fes ombre? qu^il faut 
chercher a Timiter, car fe^ lu^i^res font trap cjaires 
,& un peu lour4e5^ & fes chairs ne font pa5 aflea tranf- 
parentes. 

■Le Cgrri^e n© doit pas 6tre choafi pour modele, de 
toutes les fortes d'exprcfiions. N^ pour les graces, il 
ne pouvoit confentir a Ips abandont^er ^ & il affoiblif- 
foit toutes Jes affeaions qui ten<ient a les alterer. S*il 
J>eint la douleur , c*eft celle d^tin enfant qui fera bientot 
remplacee par les ris; s'il peint la coler^,'c'eft cello 
d*une jeune& douce a^funte. Quant a la diftribution ^ 
il cherch^ plus a placer fes figures de xnanicre. a four- 
nir de gramJes maffes d'ombre & de lumi^re ^ qu'a le& 
faire concourir a une cxpreffion generate. 

Pans fes draperies m^mes , t\ a toujours cu la grac© 
pour objet. II chercha plus les mafljss que rexpreflion, 
& prefera Pagreable au beau. Ses draperi^ font largos 
& l%^res ', mais les plis n'ett font pas favamment dif* 



Digitized by 



Google 



tribal; quelquBfbis ihlme, chez lui, les v£temens 
eachent & coupent les figures. Mais 11 a^te faivant d^ns 
Je$ couleurs des etofTes; elles font prefque tou|oiurf . 
moelleufes , & s^il les choifit fouvent d'une teinte 
fombi-e> c'efl pour donner aux chairs plus d'eclat & 
de delicatelTe. « 

En cherchant le gracieux, I'agrfoble , ce ^ qui dott 
plaire enfin , il devoir trouver I'harmonie *, c'eft audi 
dans cette partie qu'il a excell^. Comme la delicitclT^ 
de Ton godc ne lui permettoit pas de foufirir de fortes 
oppofitions, il falloit bien qu'il devint un grand maltre 
dans cette partie qui n'eft autre chofe que I'art de 
palTer d'un extreme a I'autre par des nuances intermdr • 
diaires qui les lient doucement entr'eux. II fyt harr 
snonieux dans le defTin, en coupant par des lignef 
courbes les lignes droites qui formeroient des contours 
anguleux 9 & en rendant toujours fbn trait ondoyant# 
De mSme , tant dans les lumieres que dans les ombres, 
il plaga taiijours entre les deux extrSnies un efpace 
deftinc a les unir & ^ fervir de paflage de l*un a l*autr«u 
La delicatefte de i'es organes lui avoir fait fentir mieiix 
qu'a tout autre artifle qu'apres line cercaine tenfioa 
les yeux ont befoin de repos : il eut done foin de fair? 
fuivre une couleur franche & doxhinante par line der 
mi-teinre ^ & de Qonduire , par une gradation inlea* 
fible , l^oeil du fpeftateur au m^me degre de'tenfion d'oft 
il ^toit parti. Ainfi , dit Mengs , une mu&que agr^bl^ 
& melodieufe arrache fi doucement au fommeil que le 
reveil reflexijble plutdt a un enchantement qu*i un fom- 
meil interrompu. 

\ki go(lt delicat dgns la couleur? une par&ite in- 
t^Iligen^f du clair-obfcuT ) rart d'umr le o^ir au 



Digitized by 



Google 



»o fe C O 

clair, Tombre 1 t'ombre; celui i^ detacher les objets 
du fond, une harmonie enfiit que perfonne n'a jamais 

* furpa(!ee ni m^me egal^e, voHl dans quetles panics 
jointes i la grace le Corrige eft au -delTusde tous les 

• autres pcintrps. 

. Les CarrachAs , Louis & les deux fr^res Auguflin 
' 8c Artni^atCes coufins-getmains , peuvent Stre regardes 

comme les peres de la fibconde ^cole Lomharde , qu'on 
diftingue quelquefois par le nom d'tcoiE de Boiogmk. 
Ife furent les reftaurateuts de Part qui s'6toit obfcurci 
dans l^Italie enti^re apres y aroir jette tant d'eclat.. 
Tous trois ^toient de Bologne, & leur naiifance ^oit 
obfcure : le p^re d^ Auguflin & ^Annihal ^toJtTailleut;. 
Tous trois difF^oient peu par leur igc : 'Louis naquic 
en tj jj , Auguflin en I J J7 , & AnniBal en ij6o. 

houis y comme le plus £g^ , fuc le maltre des deux 
auttes. II avoic ^tudie les ouvrages du Titien &, de 
Paul Veron^fe \ Venife , ccux d^'Andre del Sarte , I 
Florence •, ceux du Corr^ge , a Parme ; ceux dis Jules- 
Romain a Mantoue ; mais c'ctoit far-tout la maniere 
du Correge qui! tdchoi t d*imiter. Annihal fe partagea 
entre le Correge & le Titien ; Auguflin , leur ^mulo 
dans la petnture , avoit relprit culthre par les lettres ^ 
&: donnoit une partie de fon terns \ la po^(ie , a la 
muiique , \ la danfe & aux exercices du corps \ mais 
il fe con(acroit principal ement \ la gravura qull avoit 
apprifa de Comeill'e Cort. Souvent ils travailloient tous 
les trois' aux m^es ouvrages *, & Ton admicoif que 
y Jcurs mains paruffcnt 6tte conduites pat uiv mSme 

efprit. V 

lis ^tablircnt i Bologne une acad^micr qua leur z^le 
fbur le progres de Tart fit nommer d^abord Vacadmid 



Digitized by 



Google 



]& C O ' 6% 

iegli Dejiderofi y & qu'on appella tlans la fuite I'aca- 
demie des Carrachts ^ parce que la gloire qu^ s'ac* 
qi^irent ces trois attiftes tie permit pas de donner un 
nom plus ilkiftre k un etabliflement done ils 6toienc 
les auteurs. On y pofoit le modele 9 on y profeffoit )a 
perfpe&ive & I'anatomie y on y donnoit des le9on$ fur 
les belles proportions de la nature , fur la meilleure 
manlere d'employer les couleurs , & iUr les principe^ 
des ombres & des lumi^res. On y falfoit fouvent des 
conferences ) & non-feulement des artiftes , mais des 
gens de lettres y propofoient , y eclaircifibient des diffi- 
cultes relatives a I'art. 

La reputation des Canachts ne refta pas renferm^e 
dans la Lombardie ; elle s'etendit jufqu'i Rome , fe le 
Cardinal Odoard Farnefe qui vouloit que la pefnture 
ajout&t fes richeiTes \ la magnificcace de fon palai*^ 
crut Anniial digne de le d^corer. II le manda y & le 
peintre de Bologne, qui n'avoit pu prendre encore 
qu'une . connoi^ance imp^rfaite des chefs-d^oeuvre da 
I'antiquite & de ceux de Raphael , faifit avec joie cett'e 
occafion d'acqu^rir des connoiffances nouvelles, en 
exer^ant celles que deja 11 avoit acquifcs. Appell6 i 
Rome conune un grand mahre y il ne crut pas fe de- 
grader en commenjant par y reprendre le peribnnage 
d'etudiant , & il partagea fes joumees entre les travaux 
qui lui etoient confies & I'etude des antiques & des plus 
beaux ouvrages des modernes. 

Des-lors il changea fa maaiire. Il avoit jufques 1^ 
regard^ comme les premieres parties-de I'art la couletir 
du Titien & la fuavite du Qorrege •, il reconnut que ces 
parties fi attrayantes Etoient cependant fubordonn^es i^ 
deux jutres plus nobles ; la reprefematipn de I'ame & 
celle ds U beaut^. C'efi en fiaiGmt de ces deux ps^ties 



Digitized by 



Google 



^» £ C O 

les premiers objets Ae fes travaux , que le peintre iihr€^ 
foti att i fi'^re plus? feulement une Smicatioft do la 
liature ext^rieure; ma!$ & dbnnefunc id^e cdlefte de 
la nature de fhbmme par la- beaute de fe^ formes ,i& k 
fixer en quelque forte (lit la toile, par l*expreffion, le 
&uffle de vie qu*il a reju de Con auteuf . 11 s'appergut 
que le foiii de repr^fenter feuldnlent la Mature coloiree , 
appaftiem I * dfcs genres inf^rieurs de I'art, &: que la 
deftination du premier genre, celui de l*hiftoire, eft 
fUr-tout de reprefenter la nature animee. Ilfentit,qu6 
les genres iriferieurs doiv^nt empmntcr leurs premiers 
charmes de la couleur , parce quails font deftin^si plaire' 
aux yeux , & qu*ils ne doivent ndgliger aucunsmoyens 
de feduSion , parce qu*ils ne peuvent attacber par au- ' 
Cun int^rftt puiiftant ; mais que le genre de Vhiftoire 
4Dit ufer avec moderation de ces preftiges^ parce 
qu'ayant afTez de dignltS pour maltrifer la penfSe, if 
dolt rejecter tout ce qui peut la diftraire. Mais 11 he 
ientit peut-6tre pas affei qu'elle doit alTurer par 1*effet 
rinipreffion qu'elle veut produire , fe que le ton du 
tableau doit en fortifier I'expreffion. 

n employe huit ans I detorer le palais F^nKe ^ 
ne recevant que dix ^cus par mois. Quand l*6uvrage 
fut entierement termini, on lui apporta cinq cens^ 
^cus. Le Carrache ^ n^ dans la pauvret^ , & accoutumf 
a une vie paurre , avoit pour l^rgent un li^pris tres- 
fincere dont il donna plulieurs fois les preures les moins 
Equivoques : mais il regarda la fotbleffe de la r^com- 
penfe qu*n recevoit comme un temoignage du m^pris 
qu'on faifoit de fes talens , Sc cette injure le plongea 
dans une m^lancdlio qui abr^ea fes jours. II mourut 
a Kome en46o6 , ig6 de quarante-neuf ans. 
' On a Ibuvent confondu Ids ouvrages des different 



Digitized by 



Google 



t C O ^3 

Cttrraches , parcc quMi y avoir une grafidc rcffembk^ic* . 
dans lent mani^re , lur-tout avant t^ViAnnihal fe fd$ . 
^tabli a Rome. Cependslht chacun d'eux avoit un ca* 
radere marqu6 qui peat le faire n^connoitre. houis avoxt 
moins de feu , mlis plus do grace & d« grdndlojit^ ; ' 
Augiifiin plus d^efprit dans la conception , plus d'agri* 
ment dans I'ex^cution -, c*eft de lui qu^eft , dans la gaierie . 
Farn^fe, le tableau qui repr^fente^ GaUth^e entrc lea 
bras d'un triton , & celui d'Aarore & de Cephale | 
Annihal fe cara6lerife par plus defiert^ , par un deflia 
plus profond, une expreflion plus vive , uae execution 
plus ferme. 

M, Reynolds quia vn \ Bologne lesouvrage^ de Louis^ 
marque pour ce peintre un godt de predileftion. II 
f otfre fur-tout comme le premier modulo dans ce qu'il 
appelle le ftyle en peinture , & qui n'eft autre chofe 
^e la faculty de difpofer les couleurs de mani^re k, 
exprimer n«s idees ou nos fentimens , comme les pa- 
roles ont la mime deftination dans le difcours. » Lduis. 
t> Carrachey dit-il, eft celui qui, dans fes meilljBurs 
» ouvrages , femble approcher le plus de la perfeftion 
» dans cette partie -, fe^ jours & fes ombres , larges. 
» fans atfeflation -, k fimplicite de fon coloris qui y xniir 
» nage avec intelligence , ne diftrait pas le regard de^ 
» I'objet qui doit roccuper; l*effet impolknt de ce. 
9 demi-jour qui femble repandu fur toutes Ces produce 
i> tions, jcdhviennent mieux, felon moi> aux fujecs 
» graves ic majeftueux que ce brillant plus fadict, 
» dela lumi^re du foleil dont le Titien a ^clair^ £ts 
» ouvrages. Il eft raalheureitx que les produ6lions de 
» Louis , dont je crois I'etude ii utile aux elkves ne fe 
» trouyent qu'i Bologtie. ^if oflvrages font dignes de 



Digitized by 



Google 



6^ ^ C O 

i> fixer Inattention des jeun^s artiftes , & je crois que 
D ceax qui voyagent devroient prolonger plus quails lie 
» le font ordinairement leur fejour en cette ville ». 
^ Annibal , entre les grands mattres , eft compt^ parmi 
ceux qui peuyent fervir de module pour la fcience & 
la beaute du deflin : c'eft pour cec objet d'etude que. 
les figures feintes de ftuc qu'il a repr^fentees dans la 
galerie Farn^fe font pr^f^r^es i fes tableaux. Ceux qui 
le bliment d'etre devenu moins colorlfte a Rome qu'il 
ne I'avoit €i€ ^ Bologne , doivent cependant recon- ' 
noftre que ^c'eft a fa feconde maniere qu'il doit fur-tout 
le grand nom dynt il jouit. Les crltiquesXeveres trouvent 
^ue fon deflin eft trop peu varil dans les formes; qu'il" 
excellolt feulement dans la beaut^ mile ; qu'en imitanc 
les formes des ftatues antiques , il en a quelquefoia 
approch^) mais fans dtre parvenu i la fublimii^ des 
adees & du ftyle qui formoit le carad^re des anciens , 
cfn forte qu^il a bien imite I'extirieur de leur maniere ^ 
itiais qu'il n'a pas pi^n^tre l'int6fiieur de ces admirables 
artiftes, ni les raifonnemcns profonds qui les d6ter- 
nunoient. 

Les fucc^s UfAnnihal & fa gloire biem m^rit^e i>nt 
peut-Stre et^ nuifibles a I'art. La plupa^i des artiftes 
qui Jbnt venus apf^s lui , feduits par foh m^rite & fa^ 
reputation , fe le font propole pour objet de leurs Etudes 
au lieu de remonter principalement aux maitres qui 
avoient ^t^ les fiens , & qu'il n'avoit pas %ales. II en 
eft r^fultd qu'eux-m^mes ne font pas devenusles ^aux 
d'Annibal, & qu'ils ont charg6 fes d^fauts fans atteindre 
\ fes beaut^s ; qu'ils fe font plus attaches aux formes 
qui indiquent la vigueur , qu'^ celles qui produifent la 
grace ^ qu'ils ont nlglig^ I'exprjeilion des affedions 

' iat6rieures 



Digitized by 



Google 



IktMeo^s pou^ limitation des fomet extirieutdd \ t\i 
lieu de fidre concribfterles formes ext^rieures \ exprimei 
les affisfiations de Tlmis , & ifu'ils, iie (b tbnt t>as ^liBv^ 
enfin aux fublimes concepticms de Raphael. Dans V^aoU 
Frwifoifi 9 le Brun s^etoit form6 fui: les Dutragds bri^ 
giiiaux d'Annibal , le Sueur h'avoit gu^re pu 6todi'e# 
Raphael que pstt de^ eftampes faices d'apr^ tft mattre t 
& dependant il I'emporca fur fon ^uld dans le getifo 
de htsaiic^ qui inWefle I'arae ^ & dans PexpreiQon dea 
mouve^ens intMeun qui VaSkStent. 

VtcoLE Fran?oiss eft fi difFerentft d'elte-memd 
dans fes^differcns maltres ^ & il y a eu , s'il eft periftiir 
de^nrler ainti, taiit de* difF^rences ^c&ks dans cettd 
tcolc , qu'il eft bten difficile de la cara6leri{br. EhtrW 
ies artiftes les un^ fe font fofm^ iur des peitltres Plo^ 
rentins ^u Lombards ; d^antrbs ont ^tudil i Roto^ !a 
maai^re Romajiie; d'autres ont cherch^ celle de» 
■^ pfeihtres y^nltiens '» qiielques - nils fe (but diftihgu^ 
par one raani^rd qu^ib patoi^nt ne dev*oit qvfi euX^ 
m^es. Q^el ftft , d6 taht de ft/les diffi^en^ ^ <ielui ^uf 
aaraderiCera notre<^ci>/t^? En patflant geh^aleiheht , 8t 
laiiTant s^ part les exc<£ptions, on diroit peut-6tfe qud 
fiin caeaS&re eft de n'arbif pas de cara^terd paiticulier V 
mais de fe diftinguer paf fon aptitude i imiter celul 
^'elle veut prendre. Oh p6ul'roit encore , en ne ]« 
confiderant toujours qu'eh g^n^ral , dif e qu^elle i^tliii 
en un degr^moyefi les difFerefites parties de Part , Cknt 
St diftihguer par aucuilfe partie ip^eial^ ^ ni en portef 
aucune k un degt^ ^minent^ 

II ne Seroit.pas-plus aife de marquet le t^mcoft I^ 
peimure a camas&nsi pairini' noiis^ On (ait qu^ U 
France avoittr^-aoaiennemeAC deapeliittes Cur viti^ 



Digitized by 



Google 



fk 4e$pet4tlres:en miniatures.; & qoe mfinte, jisttsi 'celt 
deux genifes y l^Jtalk^ eitt- queiquefois tecoors. i nos af** 
tlfies* JEnfin ^ quaad Frangois.P'^ maiida ie RoiTo oti 
maltre Roux, Flocehtin ,& le Primatice^ Bolonois^ 
cU^ fqSSiiM uA aflbz grand nombre 6d peititres qui 
me (e diftinguoieift'pas , H eft vmi^ pair- off' tdlent fit- 
p^ietu: , xnaifs qui furent du moms en icat dc tr^iUer 
Ibus ces maltres Strangers. * •''•;'. 

1.6 plus anclen *des petiitres Francois -qui att laiflc- 
«in from eft Jean .€t>usp, qu^exer9a Ie plusii^uveivr 
l^Jft^i^t fur des ykre&) itfais qui s^eftaufli diftingu^ 
f:|f:d€s^ tableaux. On regarde cellii' du jugement der- 
fikr , dans la facrlAie des Minimes du bois de Vin^ 
^^1^105^ ccfmme un temoignage de la fertility de ibnt 
ginie : ce morceau eft grav^. Jean Coitfin exer9oit auffi la; 
j(bulpture. ;U et^ corre&^ i»ais peu. Elegant daas ibsi 
deflin. ^ 

, LapeiiituFe/fu^tquc tenisencouragfeparFranfoisI«»'y ^ 
comba daosiuit eiat de laflgueur, d'oii elle ne put fcr 
4^v^ qi^e ibus le r^giie de Xouh XIU* Ce.fut alora 
q^e fterk Jacques Bj.ancharek, forml a l^ecole dot 
Vcnife, & que tKous . appellons le Tititn Franfois^ 
Conttne iJeftnuo«.jeune^ & fans a^iroir laiffe d'^l^ver 
^i aieht perp6tu6'fon. talent, on petit Je regarder 
«omme un bon astifte ilcd^, & ^^ cqmnie llm.de* 
inftituteur* deA^^oTe fran^ft. ' ' ' 

: La France n'ia pas non plus le bonheur de pouvoir 
eompter entre les siaitres^ de Ton i^ir^ IW de^ plust 
grands peintre» y ou le pHis grand peutr6tre> qu^elle 
ait produit. Conune c'eft prelque-jtonjouiis en Italiv' 
qu'il a exerc^ 4eis tabns , ritalie ie reyendique-: niaii| 
ik SMOiCtf fi^re did Itti avoir doQiii Jbi maflaaoa/ Sc 



Digitized by 



Google 



ik jpremiere Education , fe confole cie lie ^uvotr 1^ 
tcompter au Aombfe des fo^dateurs de foA irVa/e, ell 
ie comptattt da moins au notnbire cU fes artiftcg; ' 

On entend bien que nous parlons du Pt^uffiii , <qiid 
les Francois a|ipellenf \e Raphael dc Id FranJce^ male 
4qui n'euc pas ^icoU & he laifTa pas d^eleves coihrni^ 
ie feiritre d*Urbin- 

Nicolas Pou^si^, haquit lAhdely enNormandi^ 
^n 1594, d'une fomiUe originaire de SoilTons. Soh per^ 
^oit noble > m^is fans fortune. L6 jeune Fouffiji y peti^ 
daiu ie cours dfe fes Etudes litt^ratres , manifefla Ibil 
godt pour Ie deflin , 8t \\ y fit des progrSs rapide9 
d^s qu'il.ieut obtehu de foii pere la permi0ioh xle s'y 
Jivren II quitta vers I'age de dix-huit ans la province 
oil il avolt pris naiftance , pour venir \ Paris ctiercher 
des mattres -^^ mais , coitime lious I'avoiii dit^ I'art jr 
^toit dans iin etat de langueur. Foujjin '^it fucceP 
livemeiit les le^otis de deux pelhtres doht I'un ^toic 
fans talent, & I'autre avoit. feulemefnt <}ttfelqu%ahil^t^ 
•dans ie portrait, 11 he tarda pas I, reconnoitre k 'p'eii 
de fruit qu'il pourroit fecueillir fous de tels inftitit-* 
teurs , & les c}uitta au bout . de quelques ihois^ ll avoi£ 
i^ppris fous eux laL manoeuvre de I'art, &:ilch*8Ut 
plus d'autres maitres que des eftampes grar^ei d^ptds 
Haphael & Jules - Romaih. S<§s defirs s'elahjbieht vers 
jlome, il eh entreprit deux; £ois Ie voyage^ ia^i%m 
tibfiacles Ie forcferehtii l^iwiterroiflprei t 

. Enfiitj aprk ^voir fait dahs la capitate <&^hsJ^ 
|ir«vtnces des travatix mal r^conipehfes , il cofiHut 2 
JWisrie Cavaliet MsTrift , c61ebrepar Ie ptteme <f Adohi^ 
oH ii a repandu avec tatit de profufiohtoiut V6el&t &. 
^uf'fabus^ de I'effrit. Le^ Cavalier recanh^# ^n» l# 



Digitized by 



Google 



«» ft CO 

jeuAt Vioujfk im pelntre vraiment po&iS ; & eomtiif 
IHunour-propre a toujours la principale influence fiur let 
jugemens des hommes , il fenth d'autant plus dMnclina^ 
tion i Teftiioer, que I'artifhe fe plaifoit i deiGner des 
liijett tir^ de 1' Adonis. II alldlt retouraer I, Rome ^ 
fc Itti offirit de Vf ^onduire -, mdt Fouffin etoit retenia 
i Paris ptr quelques ouvrages commences V ftentr'autrvs 
far le tableau repr^entant la mort de la Vii^rge /qu'il 
iaifeit pour PEgltfe de Notire-Dame. Dds qu'il fiit 
litre » il eatreprit pour la troifieme fois le toyag« 
de-.Rome y 8c y arriva, i IHge de treate ans, au prin* 
terns de Tann^e 1614. " " 

II y retrouva W Caralier Marin , mais prSt I partir 
four Naples ^ oil il mourut bientAc apres. II fut connu p . 
par Ton moyen , du ^Cardinal Barberin^i neveu d'Ur* 
bain VIII -, naisce Cardinal alMtpardrpourfes l%a« 
dons. Ainli le Pcuffin , d^ji bora de la premiere 
leunefle, fe trouva dans une ville ftrang^e^ ftaa 
connoiflknces, fans appnl, (ans aucune autre refTourc^ 
qi'un talent qui devoit 6tre mat appr^SS parce qu'au* 
^^un ptAneur ne le fai&it valpir. R^duit i un &at de 
jBUfiire qui^auroit ploag^ daiis le d^ielpoir une anUs 
ibible, pottvant i peine tirer de fas oovrages le prix 
qufli lui coAtoieat les totles, les couleurs, & tme 
miferable fubfiflaace , il ft trouvmt heureux parce 
qu'il pouypit itudier I'antique & Raphael. Otfk aiafi 
^'avec une paflioa vive.& facile a fatisfaire , en ptua 
ftouverle bonheur danile feia de Pinfortane^ comme 
les ames ralgaires que ae tranfporte aucun godt do« 
sniaaat » aVpn>ttreat qu'u'ae langueur douloureaie daaa 
|e ftia de ia prolpfrite* 

'UPQK^ aroit dTautatkiiiai de petae i fubfifter t$ 



Digitized By 



(Google 



tea tf 

Ibn talent , qu'il y a dans l«i arts unc forte dc node » 
^ que £i maniere^^oit fort ^loign6o <fe la mode do* 
mmame. DVilleurs I'artifte ne dtvient pas ailment 
* c^l^bre quand I'homine n'eft pas coniiu ^ & le Poujjirt 
▼ivoit dans la plus grande retraite* II fiit une fob 
Migi de donnerpour huit francs un tableau dbnt ua 
jeuiie p^imre un peu moins inconnii fit ttne copie qull 
rendit le douUe. 

Au Ueu de travailler I multiplier le nombre de fti 

ouvrages pour fupel^r par la quantity k lafoiblbffe da 

piix qu^l cnrecevoit, le Poujpfty anim^db ce coufag« 

que donne un violent amour des arts, cbnfacroit Im 

plus grande partie de fon terns k Petude. Li^ avecTe 

ftulpteur Duquefnoy, fl connu fousle nom de Fran* 

foU Flamand, il copioit les antiques au crayon, il 

les modek>i« eft bas on eir plein relief, H I'es mcfurott 

dans toutes teurs parties : it fe promenoit ^ms let 

▼ignes, & duis les lieux les plus ecart^ d^ tz cam-" 

pa^e de Rome ; cotifid^^int & d^flinant les ftatuesdea 

Grecs & des Remains , fixant dans fk m^moire ou fur le 

papier les vues les plus agr&ibKs , & HU^nt Iks plus 

beaux cffets de )a nature. It efquiiToit tout ce qui 

pouYoit lui fefvir un jour , arbres , terrafles, accident 

de liTmiere ^ cempolittbns d'Kiftoire , difpditions de 

figures , ajuftemens de draperies, armes , vfitemens & 

ttftenfiles des anciens. Pouvoit-tl fe plaiiidre de It 

paurret^ , tbrfque cliaque (bir il rentroit dans fbnliumble 

. — Ibgis pour y afouter- de nouveHer ricKeiret au trefor 

qu^l accumuloit > Des t^oins de fa vie Tauroient cm 

aaalheureux -, & tous (es inftans ^H|^t)t des jouifGuices* 

II ne faut pas croire qu'il perdlt pour Pan les inftaat 

ftft-itiie manioit'Bi ki piAceaux^ ni-le cArayon^ nii, 

£••• • 



Digitized by 



Google 



f B c d 

I'ebauchoir. II appliquoiB alors Ton efprit I chercher fk. 
raiCoh des heautes qu*il avoit pbferv^es , il approfoti^ 
^iiToit par la medkation la theorie de Ton arc , il. ecu^ 
dioit la g^ometrie , & fitr-toat l\>ptiqu€ , il reprenoit 
avec uti lav ant chirurgien les anclennes itu^es anato-^ 
piques quMl avoit faites a Paris , ti les repalToit d^ns les 
Merits & fur le? planches dc Vefale. II mettoit, k profit 
|e tex^s m6me oil il marcholt dstQs les r^ies , oblervaiu 
Jes pafTans , leurs phyfionomies , leurs attitudes , .les 
plis de leurs habits , le )eu des paflions qui fe peigBoiene 
fur Jeurs vif^ges ; & fi quelqiies-unes de c;es obferva^ 
tions lui fembloi^nt dlgnes d^dtre confervees y rlenfaifoic 
4es efquKTes legeies. 

Son genie avoit de trop grand^s coHformites avec 
^elui de Raphael , pour que ce ne fAt pa« le ma!tre 
^uquel il donndt la preference fur tous les autres.T.© 
Pomioiquin recevoit (on fecond hommage , il ^judioit 
le Titiei^i poui: le ^oloris y on affuire m6ijie qu^a copift 
quel^ues tableaux de ce ipattre v & fi ^ dans la fuite ^ 
il negligea d'obferver fes principes , ce fut , fs^ns doute , ' 
jpar une determination reflccfiic. 

Enfin , le Cardinal B^rberin revint a Roafie apres avoh> 
termii^ fes ambaffades de France & d^Efpagne ( il eior 
' ploya , iJ fit connoitre les talens du Boujfin^ &:"fi ce 
grand artifle ne parvint pasaux richefles quHl mepkFi(bi<^ 
il ceiTa du i^oin^ de connoitre l*infortune. La mortj da 
Cerpunicua fut le premier tableau quMl pejgnic pour 
90 Cardinal. II ne fit jamais d'avance leprix d.es ou-j 
' vrages quW lui demandoit *, il ecrivoit derrier^ la toile 
Je prix/iu*il in^ttoit a fon tableau quafid il ^toit terlninf,^. 
^c cette v^Ueur etoit toujpurs modique^ eu egard ai^ 
tlleijf ^^l^a^re^utajciQaij^^^^^^^ Ur^^uToji; <tO#«Sr 



)igitized by VjOOQIC 



icq yt 

mttnt d^ recevoir aucune fomme fup^neure IkPeftimsitioa 
que lui-m^me avoit faitc ; on Ipt avoit envoys Cent 
4cus pour le raviifemeiit de Saint-Paul , il en renvoys 
cinquante. Audi arriva*t*il que des ourrages: dotit II 
n'avoic demande que foixance ecus ^ en furent vendus 
miile pcu d'annees apr^. 

Sa reputation vint de Rome en .France. H y £ut 
mande par le xniniftre des foyers qui avoit la furinten-' 
dance des bidmens du Roi, & ne (e rendic .qu'aveo 
peine k cette invitation^ II eut un logement aux 
Tuileries & le tit re de premier peintre du Roi : iftai« 
ces honneurs furent bientot empoifoones par let msL-* 
noBuvres de Tenvie. Le Vouet , £es ei^ves, ^jufqu^aii ♦ 
Pay(agifte Fouquieres'^ critiquoiem am^rement les ou-» 
vrages qu*il mettoit au jour, & xndme ceux qu'il 
n'avoit pas encore faits ; on cabajoit contre lui auprdt 
du Miniftre. II obtint un conge pour aller i^ Romit 
chercher la femme & arranger fes afPaires, & il (e 
pfomit bif^n en partant de me phis revenir. 

II mourut i Rome en' i66ffk V^^g^ ^^ foixante-onz^ 
ans. II lui auroit et^ facHe de i^enricbir, s'il edc roulu 
profit er de PemprefTement avec lequelon chercfaoit^ 
fe procurer de fes tableaux; mais il avoii choiTt par gods 
Tetat de mediocrite, il avoit infpiv^ k fa femme 1» 
mdme moderation, & ils n'avoient pas m£me un feul 
dom^fliqiie pour les fervir. 

Quoiqu'il foit ai(e de diAinguerfes tableaux de ceusi 
de tons les autres maitres, il* s'etu<lieit cependanc k^ 
en varter la maniere & le ton, leur donirant une 
touche pIttS ferme on plusmolle, une teinte plus gzre 
ou plus auftere , i;n fire plus riant oh plKs fauvage, un« 
lumire glus large ou plus refferriie fuivinc Us fujet^ 

£iv. 



K 



t 

y Google 



Digitized by > 



7* £ CO 

^u*ll ^vok I traitcr & l*inipreflio« qu'ij fc propofeit <(e, 
fake. II avoit appliqu^ i la peinture la theorie dei^ 
modes que les Grecs avoient ititroduits dans la mufique ; 
le Dorien pour les Ibntimens graves & (erleux, le? 
Phrygieh pouf les paJlTKMis vehementes, le Lydien pour 
les affedions douces & agreables, rTpniqu^ pour let' 
flutes, les baccanales& les datifes. Ceftee qu^il nout 
apprend lui ^ mSme par une de fes lectres. Mais s'll Ce, 
fUiibiiik varier f^s fujets & la maniere de les traiter^ 
il croyoit q^il ^oit tndigne de Part de traher des 
fiijte qui manqualTent de noblefie. < 
- Ses compoficions toiijours profondlment &: )udicieup 
lement penfees lui one m^i4t^ le titre de peintre des 
gens d*efprh : (on attention \ obferver rigoureufbmene 
toutes 1^ parties du eoftume pourroit lui faire. donnj&f 
aufli le titre de ptlmn des favans. Quelques {>elle» 
parties qu^ient.pefTedees les j;rands maitipes ^ je ne 
crois pas que les outrages d*aucun d'eux laiAnt d'audi 
profonds fouv^enirs *, & celakvient de Inattention quWoie 
le Pauffin de fortifier pa» tous les moyens de l^irt r^unis, 
J'inipreilion qu'il vouloit exciter. Quand on a vo yn» 
fbis ]U tifftamcnt d'EuJamidas , la mart de Germaniais , 
I'jircadte , on s'^n reflbuvient toujours , & Ton ne s'en 
r^ppelle januib lam^moire fans eppouver une ibniation 
force ) & fe livrer a des r^exions profondes, 

Aiifii le but quHl fe propnfoit co^ftamment , & qu'il 
<»roy(ut £tre celut de^l-art, etoit de parler ik Pame : 
tons fes effons tendoient i frapper oe but. On peut m^me 
nva^cer que ce prlnQipe lui avoit fait negliger , non 
}a couleur, .<;ar il ^voit celle qui convenoic I fon 
l>bjet , mais les allechemens du coloris : i) aurott cralnt 
4q dlftraix^k feAtiment & k xj&^ion par U fcnfitioi^ 



Digitized by 



Google 



too ^i 

paf&g^e dir^Iaiiir des yeux \ il fe propofoit d'attaeher 
& non de brtller. Je ne doute pas que le coloris du 
PouJJin y ce coloris tant de fois critique , n'entre pouc 
l>eaucoup dans la caufe de Pimpreffion pro&nde & du** 
rable que font fes tableaux. En eflet , s'tl eft vrai 9 
comme ehacun peut ailement I'obferver en fatfantun 
retour fur lui-^mSme , qu'un grand ^clat (bit un obftacl« 
aa reciieillement int^rieur ,•§! faut reconnoitre qaeja-^ 
mais artifte n'a mieuz connu que lui le devoir du 
peintre qui ne fe propofe I'avantage de plaire qu« 
comme un moyen qui conduit 3k intthruire. 

£t il ne faut pas croire que ce (bit par un menfong^ 
contre la nature que le PouJJin ait ^eift P^lat qui 
auroit nui \ (on projet. II avoit pblerr^ que l^s cama'* 
tions n'ont coute leur fraicheur , & les couleurs , toute 
leur yiYacite, que vues de pr^s *> mais qu'elles s'eteigneni 
Jorfqi^elles font rues i une certainc diftance y 8c que 
c'eft par un menfonge , & pour b.i$std\re plutAt !#• 
yeux que la raifon que les peintres donnent I des ob« 
fets, qui (bnt cenfes \ une diftance confid^rable de 
Foeil y le brillant qu'ils |ie peuvent avoir que lorfqu'ilt 
en font voifins''* II eut done la fatisfaftion de rendre li 
v^ife > en mfime-tems qu'il rejettdit une forte de c%* 
^uetterie contraire a lafageifede fes viies. 

S^il n'a pas conftamment imite les V^idens dana 
Fepanchement des ombres & de^ lumieres par grandee 
snaCes , c'eft qu'il n'a pas cru quosl'art ddt fe prc^pofer 
d^imtter le plus fou vent ce qui eft ofi^n le plus raremeiie 
par la nature. II croyoit que j il[ns recourir i cet arti- 
fice , on avoit affez de itioyens de d^cher les obietl 
par la degradation des teintes, & par I'interpofirioa. 
de I'air en plus ou moins jgrande quantity | en piftpor-; 
lion des diftancea* 



Digitized by 



Google 



74- ^ C O 

Toujonrs fidilc au principe dHu'lpicer au {|>eaateur di» 
recueillement & non. de la diftraflion., ii »'a repanda 
dans fes convpodtions que des richeiTes grandes , noblesL 
& (tmples , Se belles maiTes d'architefiure , & fiop des 
cFQemens 4e detail ; de fuperbes payfages & non dem 
lardins de plaifance ', des draperies majeftueafes & non 
des parures. On lui a reproohe d*avoir cjoelqucfoi<i trop 
jnuhiplie les plis , &; il n'&ft pas abiblument au-defTos 
de cette critique. 

S'il He relTemble a aucun mbdeme , ceVetoit pas non 
plus avec les modernes qu'il avoit cherche a &*etabUi? 
iun^ incurrence* II avoit ecudie Tart des^ anciens dans 
Jeurs^ilatues', leurs bas-^reliefs & les reftiges de leurs 
pgintiires. Par ce qu'ij en connoifToh, il avoit rente det 
fen^trer cequ'on ne pout pl\is connoitre ,.c*eft-a*dirc , 
^a maftiere des Apelles & des autres heros de 4*art an- 
41 que, leur fagon de concevoir, les principes qu*iU 
♦*etoient formes , & d*apr^ ces obfefvations •& ces 
jncditations ^ il travailloit I hire revivre la peinture , 
4cs a^piens. Nous fbmmes loin de rouloir deprimer 1^ 
bpaute, des parties queJes^mod^nes ont ajo'utces a la 
|)einturp , & qui paroiflbnt avoir ete abfolument incon- 
i)ues des anciens Mnais quand on penfe a IV^treme 
profondeur de jugemdnt qu^ont montree les Grecs dans 
icoutes Ics chofes fur lefqtielles nous pouVotis les juger » 
ipn ^A tente^ de crolre que les beautes dont ils n'bnt 
pas fait cholx n'ecoient que des beautes inferieures qui 
auroiant nui i celles'dont ils faifbient les objets de 
JeiirS travaux , & I'on h*eA pas loin de prononcer qu^ 
Je i^ouffin , en cherchant a refTufciter Part pittorefque 
/de3 Grecs , a ouvert aux artiftes la plus belle r«uto<{u^Ua 
puifftnt fe propofer de fuivre. . 

Mais 3 eloigne de la France , Sc plut adoaire'qu'imit^^ 



Digitized by 



Google 



H nV eu , coAmc nous I'avons clit , auciitie influence 
far I'inftitution de V^cole pranQoife, Ceft I'lin de fe» 
, ^nnemis & de (fes pcrfecuteiirs qu'on pent regarder 
^omme le fdrdatpur de cette ecoU ^ pare^ qu<^ ce funt 
ies Aleves , qui , dans 1e beau (iecle de nos arts , out 
jett^ lo plus d'eclar. Je parle de Simon Vouet , qui 
livQic Ae^ t:Uens diftingues , mais qui auroir perdu VecoH 
qu*il crepic, fi ies difciples eulTent conflaoament fuivi 
fa mani^re« II avoit la forte de grandeur que donnc 
I'extr^me facility •, mais il etoit mani^re dans le tJeflin , 
faux dans la couleiir , & n'avcit aucime idee de l*ex-» 
preilion. II doit ^en panic ce qii'il a d'impoftint au nien^ 
(bnge qu'il (fe permit , en erabliffant de^grandes teintci 
general es d*orobres & de lumieres pour expedler da van-- 
tage. On diroit qu'il n'avoit bpibin que de prendre le 
pinceau pour terminer d'un feul coup le fiijet qu'il 
;ivott conyn, & I'oo eft tente d*etre fatisfait, parccs 
qu'on eft eronne. H eut au moins la gloire do detruire 
la mani^re fad^ qui regnoit ^n Frante & d*y faireluir<5 
" I'aurore du bpn goAt. II mourpt en 1641 , age de cin- 
quante-ncuf ans. 

S'il jetta Ies fondemens de notre fVo/e, ce fut ib 
Ijrun Ion eleve qui achera Tediiice. ' 

Un fculpteur mediocre fut le pere de Chaimes ie 
Brun , n^ en 1619. II prenoit foin lui- merae de l'edu*» 
nation de Ton fils , lej monoit avec lui dans Ies endrolts 
^^ I'appelloient fbs travaux ', & le faifoit deffiner a 
fcs cotes. li fut charge de quelques ouvrages dans los 
^ardins deed Chancelier Seguicr dont Ja memoire vt- 
vra long-ten*^, parce qu'ij protcgca Ies arts & 1«^ 
lettre:;. Scguier vit lejcuhc U Sriin^ fi(t toucli(! de 
ft fh^ftoixo«iie, adn^ir^ ^es 4iijp^^iitioa:> pour lo dcffiAi 



Digitized by 



Google 



176 6 CO 

reneouraget, tat fcmrnk iet (eeours pfeunitiret, 8£ 
frit ibin de fon avanc^n^nt. Le Bnm fut plac£ dans 
r^o/e du F'auct , oA il 6tonha le maltre & lei elivet 
par la rapidit^ de fes progris. A l^e de vtngt*deux mi , 
il avoitfait le tableau des chevaux de DiomeJe ^ quifd 
ioutieiit ao Padais Rayal I c6t^ des plus grands maltres. 
Son prottfieur le fit partirl'ann^e fiiivaiite pour ntajl« 
avec une forte penfion. II le recommanda au Pouflin; 
inais le jeune artifte ^f»it plut6t deftln^ par Ces difpofi-^ 
tions naturelles a cette panie moderne qu'on appello 
la grande machine^ qu'S la fagefTe profonde &: r^flcchi^ 
des artiftes grecs , dont le Pouflin auroit pu lui infpirer 
le fentiment. II ne fut pas cependatrt kiutile au jeune 
peintre^ & ce fut par les confeils de ce grand maitr^ ' 
jque U Brun ^dia les monumens de Tantiquit^ > 1^ 
tilages & les habillemens des anciens , leur architec* 
tore , leurs rites » leurs rpe6Eacles , leurs exercises , leurt 
. combats & leurs triomplies. Les avb qu^l fe plut |^ 
donner au jeune U Brun forment le lien ^i I'attache i 
*finftitution de V^cole Franfaifr, 

A (on retour en France, , le Brun ne trouva iiu'ui| 
feul rival , fuftacbe le Sueur. Mai; plus vant^, plus 
pttifiamment prot^o, & peut-icre plus adif & plot . 
occup^ de fes inti^rlts , il I'emporta fur ce redoutable 
teule que la pofte^it^ lui pr6fire. II avoit tous les 
grands oiivrages & toutes les occaIk>ns de fe (i^aler ; 
sne feule qu'on ne put enlever k le Sueur fuffie p<Air 
^cemifer (on nom dans let faftesdes arts ; nuis il fallut 
' ' que le fikle c^ui Tavoit ru na!tre f At &oule y pour qu'il 
c^fnt une ]^leine juftice. 

En rengeant le Sueur de Tavenglement on de In 
|artialit£ de {et contemporaint ^ n'oublions pas ce que 



Digitized by 



Google 



tco rf 

»t«i am dbiihnt i h Bmn de reconnoififlce. Ce fbe 
deux tnsapres Ion rietour de Rome, que, ptr'le cr^dk 
du Chancelier qui I'aimoit , il eut une grande part 1 
rinftitution de VAcadimit R^yaU de Feimurt , mi'di 
pent regarder comme le fi^ge de VtiUi Franfoift. Jfu& 
qu'a cette ^poqub les artiflesavolent fkH wi Jft^me cor^ 
avec ItzMattrts Ptintres en bftcimeni ,8^,4aiucett# 
alTo^iacion monftrueufe > Tan &oit fiibordonn^ an nMer 
{mrement manuel. 

Le Surintendant Fouquec louiflbie alon detoMtilei 
faveurs de la fortune qui devoit fi cnieUeaie;at \m 
crahir. Son &fte tfra9oit celul da trine. Dire qu^fl 
voulut que (on chiteau de Vaux fut embelll {>ar lea • 
calens de tt Brun y c'eft aiTez faire^ entendro que U 
Brun €toit alon regards comme le premier peintre de 
la nation. II fe Tattachapar unepenfion de donzemille 
livres> qui raudroit aujourd'hui pr^s de deux foli 
davantage, Independamment du prix de fes tableaux 
qui deroient lui 6tre pay^s fepar^ent. 

Aprte la difgrace de Fouquec > le Brtm travallla pour 
le Roi y qui lui accorda des lettres de noblefle & le 
titre de Ton premier Peintre, avec one penlion fern-- 
blable a celle que Fouquet lui avoir faice -, car tl fem^ 
bloit que le Monarque ne p6t furpafTer Fe Surintendant 
en g^eri^t^. Louk XIV aimott le grand en tooe 
genre J & le premier peintre n'euc pas trop de coutela 
.fecondit^, de route la richeiTe de fon imaginatioflr, 
pour facis&ite le goAt du Sourenun. Sculptures , ome* 
mens Int^rieurs des appartemens, tapifferies, pieces 
dWi^r^e &de ferrurerie, ouvrages demolaiqaey 
tables , rafts , luftm , cand^labres , girandoles , tout 
S^ &ifoit ftttl & direftioft & fur fat deffins. Tant Ar 



Digitized 



5y Google 



travaux ne I'empech^ent pas de multiplier le hoMyff. 
des tableaux falts en tout ou en partie de fa main. S^s 
l^vrages les plus celebres par <^ux-infimes ou par le« 
belles eflampes qui en ont fait connoitfe a I'Europd 
la cony) ofition , ^Ipht les deux tableaux de Notre- 
Dame , donti'un rcpr^fente le martyi'ede Saitit^Ahdr^ 
jSc Tautre icel'ui;de Saint- Etieiine, la Madeleine con- 
.Vertle dcs Carmelites, la bataille de JVIaxefice & de 
Conftintin , la famille de Darius devant Alexandre |' 
}es brailles d'Alexandre , le Chrift> aux adg^s , &o; v 
, L^Smn ayoit la conception hoble & I'iihaginatiod 
feconde. Jamais il n*etoit iriferieuraux plus vaftes cdm- 
Jjofitions qu'il ehtreprenoit •, il les tfouvoit avec faci* 
lite & Ifes digerojt aVec reflexioft. Gjitune it ^ort fpit 
infiruit , il obfervoit fi goureufement le eofhiiife & lei 
aonvehances. ' . .- \ . 

Peu de peintfes otxt reufi! uti phts. grahd nombre ^d 
qiialites effenticlles ou accelToires ^e l^al-t*; & fi l*oii 
eft oblige de reconnoitre qu'il a des fupdrieurs, c^eft 
4jue d'autres ont poficde quelques-unes dp ees parties 
en un dogre plas-emin^nt. II 6roit tres-bon deffinftteur j 
mais fon defiin , lo»n d'etre audi elegant que celtii i4i 
Raphael , aulTi pur que celui du Domitirquin , eftplus 
fcfant &z molns fpirituel que celui d^ Ann ibalCariachir 
qii'il avoit pris pour.modcle , parce qu'uftimitateur eft 
ton jours pofte. I charger les defains de fon . origirtaj. 
Il avoit pris de Vecoli Rom^iml^L manieie dje drapper ; 
Jes v^temensqu'il do^noit a fes figured n^itbieht ^jas^ 
pomrae dans Vecolcde Venife , teUes outelles ^toffes , 
mais feulement des draperies^ ^ cette mani^re co^ye- 
l^oit au g^Bre^ heroique qui ^toit celUi de fes mivrtges : 
mats, ^aiii; c^fejaru^yU ii^;fiu:pas J'%«1 ^o^pekM 



Digitized by 



Googl? 



-ECO ^ 

fjPltf^t H Ivoir ^rndie l^expreflion des afffe^fons d€ 
l^zme-f on en a la. pireuve danr^fon traitd du cairaft^NT 
jdes pafBoHs . : mais vpris aVoif > obf^^rv^ c^s cara6l6r(» 
^en^taux ^ & en avoir ^bli les ptlncipanx traits , 'il 
xrut poffeder dans tout9 ion etejidue cecte fciencc^ done 
Tetendtte eft fi vafte •, U empdoya coujoufs ce petit* nom- 
bre^^ de. cara6lefes qu*il avoh une fois trouv^ , & ne- 
gligea d^etudier fans celTe dans la nature la prodigieuft 
ejira^j^ ^es nuan&es pia'i> lefqueUes nos affedions inte-* 
Heores fe, manifipilent ftu*dehof5. Il tomba done dan\r 
l^'^l^i^ire en i'e f^potiint tdujoups , & n?eut pas la fi-» 
ft^fljBa^la profondeur^rextr^me jwftefTe d^exptfciTiori d# 
Rfigl^^l^ il^ne pent xnSme dans cette partie , 6tfe com- 
p^ k^ Sueur; II aifi^ok & polfedoit bielt la gtani4 
machiM^l^^t •> ii fe prlaafohaux grahd^s coriipofitioni'^ 
Wf". inettoitde 1* vie-^ -da ^ouvemfent , de la varl^r^ > 
maisfans avok la fougue-^ i^in^iration'de Jlnlbdns. Si^ 
CQB^fttiolvs font bien raifonnees ; mais Selfes tie Rn^ 
•beii$.(bnt crepes. LeBrun penroit bien-, Ila^hael, I^ 
Pi^0itV» le Sueor penfoient fl&s profpndemeht. Le ffruk 
diyoit^e l^^ation , mats U: M'%*^& pas iltyi' tdidmk 
R3^ilULehj.ufqki'aQ foblime. 

..^11 n^ £9iit pas fonger a dtabllr de compdraiibn entri 

^lui £i Ifcs. peintf es Vcnitiens pour la coul^Utrwt-fall 

^u^il ne:l«s aroit poini etudies ^niais Vicole Romaine 8t 

icelle dft f^omiardic offreiii des exemples d*\xti6 couleuf 

•^lu$ fitave, pius male, plus appellame , plu^ fblide^ ^ 

rd^MA ^taSsoient de ptftceav plutf Hbre , pliis fier ^ pluijf 

iPioelleux**' . ' .- . 

^ .Center /e jff/tiff ^toit ti^ ivec de Pe^rtt^ & mi'^ 

avoU prbfbhixletac&klvttr , il aimpit Vk\le^Y:6^^ pak-ce^ 

^e c««.gftiu^ 4^uvr4^iiiiPVifU ahamp -au^ iitventloiu 



/ 



Digitized by 



Google 



•a ECO 

Ittgfni^uteL Pour mbntrer encore jplat It (icmiiti ft 
les reSoHtcei ^e foa immginmon , il carafte^'.foic fes 6^ J 
gure&all%ortques par dee fymboles qu'il inventoit luh 
mfime au lieu dVmployer ceox qui femblent coitfacrtfi 
par let anciens , & qu'on peut regarder comme Its ca*^ 
raft&es tqiivenus d'uhe (brtc d*&:riture hi^n^lyphique. 
Cette pr^ention a renda les allegories de le JUrun^ 
lnigmaciques» 

Ce n^eft pas a de (emblables inventions que^rgrtifttf 
Aoit fur- tout confacrer foo efprit. Ce qu'on appejle efprli 
& penfet dans les arts n'oft pas la tnSme chofe que Vif' 
prlt Sc la ptnfee dans les ouyrages litt^ratres : ce n^eft 
|His contre iespoetcs ccrivaitu ^ mz\s contre Aenpo'eta 
pclntres que le. peintre d<^ fonger \ liitfer. If pourra^ 
ni6me avec un taleiit fort m^iocre, mettte dans les' 
eiivrages beaucoup de la ferte d'invention qui appar- 
aient i U po/JU eeriti^ fiins procurer 1. 6m art ufie 
richeffie de plua. La poejis pittorefqui , le v^itabte 
cTprit d^ Tartifte ^ confifte i faire agtr fes perlbnnagea 
preoifement comme ils ont it agir dans la circoalV 
tance oii on les fuppofe , i fe p^etrer foi ^ m^e de toua 
les fentipiens dont ilsdevoient 6tre afieft^s ySck faire 
pafTer ces fentimens fur la toile. C'eft 'ainfi* quUl in'^ 
a^reflera bien plus fdremeat* que s'il exprimoit par dee 
figures tc des fymboles allegoriques tout ce que ces per* 
tonnages dot vent me faire connoltre en fe pr^enunc 
Amoi. Le Poufjin femble avoir fait bien moins de frai» 
-d'efprir & d'imagination que le BrUn\ cependant il 
fttisfut bien mleux les g^s d'efprit , & , comme Aoiia 
favons die 9 il a m^k6 d'etre ippell6 leut peintre. ^ 
Le Brun eft mort h Paria le ix Fevrier i%o^ 
SvsTACHE It SvEVRy n^ ea 1617 & nort i# i^5i 

k 



Digitized by 



3^ Google 



£C(J U 

4 rSge. de trente^uit ans, cut pourmattre le V.ouet^ 
6u plutdt il ifut Televe det' antiques qui avoSeht ^t^ ■ 
apport^es en France , des tableaux & des delTins des 
gf ands maitres de f^cote Komaint ^ Sc des eilampes qui 
avoieht ^.€ gravees d'apres leurs ouvrages. II fembloic 
que Tame die Rkphael f At paAee dans le corps de It 
Suettr : tous deux ^toient ^galement n^s pour femir let 
pafllons douces & pout les exprimer, pour avoir le 
fentiment int^rieur de la beaut^ & pour la repr^fenter.. 
Aucun peintre n^a plus approch^ de Raphael dans I'art 
de jetter les draperies , & d^en dlfpofer les plis dant 
Pordre le plus favont & le plus noble. Son defliA ^toit^^ 
en general , plus fvelte que celui de Raphael > & iL 
ehercha de mime i le former fur Pantique. Comme Ra- 
phael, il repr^fenta, avec non moins de finefle qut 
de pr^cifion , les afFediohs de Tame : comme Raphael , 
il vafia les airs de tite fuivant l^etat, l^ige , le car^Setd 
4es perfonnages : comme lui , il fit conctibuer routes 
les parties 4e chaque figure , & toutes . celles de la 
compofition y a Texpre^on general d^ II compofoic pout 
•xprimer ron'fujet, & non poui* faire de beaux con- 
traftes , pour etablir de beaux grouppes , pour itonner 
& (eduire le fpeda'teur par le &fte ambitieux d^une 
fc^ne th^itrale & le fracas d^une grande machine » 
Chez lui fitn ne fcnt le th^itre , rien ne fent la dif- 
ppfitioh ^udiee , tien n^ofFre l*appareil d*une richeffe 
inutile > o*eft le fujet tel qu'il a dA fe paffer , ce foni 
les perfonnages neceffaires & rien de plus. Se% tons font 
fins , fes teintes font harmonieufes-, fa tfouleur n*eft pai 
appellante comme celle des icoles de Vehife & i^ 
Flandre ; mais elle eft attachante : elle eft telle qu*il 
convient qu^ello (bit pour lailTer Tame paifible , & la 
TomclU E 



Digitized by 



Google 



fixer faiiKdiftraaion ^ Cut des parties l» Tate Hip^teum 
au coloris. 

. On peut voir fa predication de Saint-Paul i. Notrc- 
Bame, & le tableau qu'il a peint k Saint - Gervais , & 
que de favans artiftes ont compart k ce que Rome a de 
plus beau ; mais il a fur-tout d^v^lopp^ fpn g^nie dans 
les vingt - deux tableaux qu^il a peints pour le cloitre 
des Chartreux de Paris , &: dont le Roi afait l^acqui- 
fition. Les contemporains alTurent qu'il he regardoit cei 
/ chefs-d'oeuvre de Tart que comme des efp^ces d'ef^ 
quizes *, ils dot vent 6tre places aux premiers rangs entre 
les ouvrages qui font la gloire de Vecole Franpoife, 

Si le Sueur eAt vecu plus long-temps, fi, comme 
£f JBrurij il eiftt ^t^ charge des plus grands travaux 
de fon fiecle & de la dlredion de tous ceux .qu'ordon-* 
iioit une Cour amie du kixe& des arts, Ytcale Fran'* 
foife edt pris des* lors, fans doute^ un autre ftyle, & 
une maniere plus generalement approuvee. La noble 
ibeaut^ des tlte/i, la majefle iimple des draperies^, la 
fvelteSe du deilih , la verite des expreffions , celle des- 
attitudes , la naivete de la difpofition gen^rale auroteiie 
forme le caraft^re de cette ecole : fur-tout le men- 
fonge pompeux du ftyle theirral auroit doming plus 
tard , ou nWroit jamais o(e fe montrer : en6n on auroit 
vu dans Paris une image de Rome. Mais c'etoit le Brum 
qui diftribuoit les ouvrages & les graces ; pour ^re 
employ^ ou recompenfe , il fallok imker fa maniire ; 8c 
•qmme fes prot^g^s n'ecoient pas des le Brun , ih 
tdopt^retit fes defauts en les exagerant, & prirem lea 
vices qui avoilinoient Ces beaut^. 

Nous nous ^tendrohs p^u fur I'ScoiE AiiiMANDty 
if eut-Stre improprement appell^ ecoUy puifgue TAlk* 



Digitized by 



Google 



feed ^) 

Ih^gfi^ dfrc plutdt des artiftei ifoles qu^une filiation 
tf artiftes qu'on puifle fairfe remonter a un leul maitre ^ 
t>u du moins 1 uh petit noxnbre de mattres. Quelques 
|>eihtres Allemands fe font diflitigues dan^ le temp& oH 
^'art , forti de la barbarieJ de fdn l)er«eau , commen^oit 
4 devenir floriiTaht. Comme lis nc coilhoiflbient) nl 
l^annque, tii le petit liombrfe de chefs-d'oeuvre que 
commenifblti produire Wtalie , ils h^eurent pburmaftr* 
que la ilature quails copioiehc avec peu Ah choix ^ 
& ils cohrerv^reht qu'elqu||^hore de cette roideur qui 
forihe le ftyle gothique. (/eft cfe ftyle que l^on marqui^ 
brdinairehient pour ciiraftere de Vtfcoic aiUmande. Celi 
l&ft vrai , fi l^on tie confid^re que les premiers maitres 
6e cette ei,ole\ m^is.cela Ae Teft plus fi Tbh parle iti ' 
)ouvrages de leurs f\]ccenbul'S , doiit les tins ont ^te 61^yf i ' 
de la Flandte & ISsautres del^Italie. Si, par exeinple^ 
ton veut comprendre dans cette Wo/e Men gs, ou m^md 
DietHch, oA ne tfouvera rlen en eux du caradere paf 
lequel bh veut la diftihguer. Nous ne paHerohs done 
lei que des ahciens peihrres Alleniahds , dans lefquel^ 
on trouve ce ftyle gotJiique que l*on donne poui^ 
cara&ere de ?t(iotty & iious AG ferons qu*abreger cd 
^u^eh a dit M. Defcaraps. 

Albert Durer, ne ^ Nuremberg en 1470 , eft Id 
jpremier Allemand qui ait fiforme ie mauv^is goAt Ah 
fa patriS. Sott pft'e , habile orfevre, le deftinoit i & 
pfofeffion i inais les inclinations du jeune Albert Ten* 
trafnoient vers la peintufe & la gravure. II Vejut de 
ces deux arts des le9ons de deux maitres difFetehs qui 
feroient egalement ihconnus, fi la celebrite de Icut 
^leve n'edt fauve lours noms de I'oubli. 

Alben piit la fineffe & la nettete de fon burin fit fi^e 



Digitized by 



Google 



d'^toniMtls progf^s 1 la gravure encore naiflante; ft 
ne put ^tre que foiblement imitl par ^iarc*- Antoine ^ 
fe graveur de JUphael , qui le ,prit pour module & 
cppia m6xne quelques unes de fes eftampes. Ce ulept 
edt fuffi a fa reputation , & c'eft sndme celui qui a le 
plus con^ribu6 k la r^pandre au loin; mais on ne peut 
lui refufer en ni6me ten^ps la gloire d'avoir et^ \e refr 
tauratcur de la peinture en Allemagne. Son g^nie 
^toit £^cond, ies ^ojapoBtiona varices, fes penfees ki- 
g^nieufes & fa couleur brijjypte ; qnoiqu'il ait fait uti 
grand nombre d'ouvrages^s font d'un fini precieux : 
mais comnie il devoit tout a fon genie , & qu'il ne pou*^ 
volt , dans (on pays , voir que des tableaux inferieirrs 
aux (tens , 41 li'^vita pas -emi^ement les defauts de fcs 
pr^d^cefTeur^. On lui reproche de la roideur 8c de la 
ieckerefTe dans ^es contours, trop p^ de cholx & 
de noblefTe dansles expreflions , (quoique d'ailleurs ily 
. ait mis de la v6rite), des pliscs^es & beaucoup tro^- 
multiplies , Tignorance du coftume , celle de la perf- 
peftive aerienne & de la degradation des couletirs. Mais 
al av<ih etudi^ & il obfervoit la perfpe&ive lineale'> ii 
^toit favant dans I'architedure civile & militaire , & 
41 en a laifTe des traites. 11 a audi ^rit fur ies pro- 
portions du corps humain : fon livre eft un recue^ 
de mefures prifes fans ^|oix fur un grand nombre 
de differens modeles , & il eft peu utile , parce qu'on 
ti^a befoin de mefurer que Ies belles proportions* 

Albert Durcr avoit une figure aimable , des mani^es 
nobles, une converfation fpirituelle & enjouee, & 
al eut l^art de vivre avec Ies grands fans deplaire ii fet 
^gaux. II fut eftim^ de I'Empereur Maximilien qui 
ranobiit, de I'Empereur Charles V & de Ferdinand , 



Digitized by 



Google 



l(or dfe Hbngrie & de wohSme; mais, ee qui- eft plii^ 
giorieux pour un artifte, il fut lou^ de Raphael; II 
mourut a I'^ge de 57^ ans , darts cette m^me yille d^ 
Nuremberg od il* avoit prif naifTance, On attribuc (k 
•fin premamree aa chagrin tpie hii caafar l'htim«ur dif^ 
ficile defk^fi^nune. 

Jean HoiB£EN^.qu%n 4crit (ouvent liolheih^ iunt 
originaire d^Ausbourg^ & naquit Ic Bile , ea SuifTe , en 
*r498. n eut pourmaltre fon p^re qur etoit unpeintre 
mediocre, & fe perfe6lioniia db lui-m^e-. . II alia en 
Angleterre par le confeil d*Erafme, fon ami ; & 
Henri VIII ^ qui admira fes ourrages, lur donna le 
titre de (on peintre. II peignoit a Thuile, en detrempe 
& a gouailb ; on a de Itii de grandes eompofitions hiiV 
toriques qui {an\ eftimees, mais il e^fcella fur-tout 
dans le portrait, & il rendoit tr^-bien tes ^of^s. Sa. 
couleur eft fratche & b'rillante , & il dbnnoit a fes ou** 
▼rages un-grand'fini *, mais, dans les fujets hiftbriquer>. 
fes draperies he font paii d'un meilleur godt que cellos^ 
i Albert- Ditrtr; elles font de m^me caifees & boudt- 
nees. II eut, comme le patriarche de Vecole oHemande-^ 
l«malheurd*dtre tourmentepar l*humeur imperieufe db 
fa femmej mais elle lefcrvit Hien par -fts caprices , car 
ce fut pour **y fouftraire qu'rl aHa a Londres oil il fit 
une fortune qu'il n^kuroit pu efp^rer dtlns fon pays. II 
y mourut de la pefte en 1554 , a l*age de cinquantc-flac 
ansi Rubens diCbit qu'il y avoit beaucoup h, profiterdant 
les ouvrages de Holbeen , 8t fiir-tout dans fa da^fe dds 
morts , peinte J Bile; 

L*fecotE Flamanoe meriteroit la recornioifTance dbs 
amateurs des arts, quand on ne lui devroit que Tin- 
Teurion de la peinturecirl'huile'. Ceproc^de , qui donno. 

IB vl 



Digitized by 



Google 



aux tableaux un ^clat cjwc tAvoit pas !a dfe'trcBjp^^ 
fut trouve par Jean Vak-Eyck, ne i Maafeyk fur left 
bords de I9 Meufe e{i 1370. I^ eut pouc makre Ton 
frere Hubert, ne en 136^, ou plut6t i\s furent tows 
.^eux cleves de leur pere. Us ^ivoient une {q?ur nominee 
Margiujfke <^i cultiiroic auiH la peinturc , & qui refula 
eonflament de fe ^larier pour n^.xe pas diftraite parde% 
;R)in$ etrangers ^ fan a«, de l^affiduite qu*il exige. > 

Jtiin & Huhert traivailler^nt long-teni,ps enfeiable & 
^ firent un nom par Icurs travaux communs : maU 
^uand le plus jeune travaillat feul, on r^dit una9i-. 
inenieivt bommage i fa fuperiorite, 

II joignoit a la pratique de fon arc la culture deai 
faiences, & fe plaifoit fur-tout ^ la chya^ile. La pre- 
mier© ddcouverce qu*i3lle lui procura fut cello ^un 
vernis ^ui , appUqu6 fur fes ouvrages , leu^^ donnoit plus 
(de vivacki^-, ii\ais il ne tarda pas a recannot.re les 
Vvcoaveniens de cc fecret dont H s'eeoit d*abord ap*^ 
plaudi. Lcverais ne fe ftcholt pas dc lui-mfii^e, il 
fiSilloit^^xppfer les tableaux au feu ou a la plus grand*? 
ardeur du foleil. Un jour qu^il faifbit fecher ainfi ua 
Quvragepelnt furbois & qui lui avoit donn^ beaucoup 
de peine , la chaleur fendit en dpux le pangeau. Le 
regret d*avoir perdu en un inftant le fruit d'un long 
travail le fit recourir a de nouvellcs^ operations chy^ 
iniques.. II rechercba ft, par le moycR di^s huiles Qjuites, 
il ne pourroit pas parvenir a faire ft'^her fes ver,|iU 
fens le fecours du foleil ou du feu. II fe fervit, dir 
M. Dcfcamps, d^^ bulles de noix & de lin comme 
les plus fepativ«s; & en les faifat^t cuire avec d'autres 
4rogues , il cosdpoHi un verni^ beaucoup plus beau que 



Digitized by 



Google 



^ c o s^^ 

couleurt (e m^otont plus facil^ment tyee Thuile, 
f^vfzvec la colle bu le blanc d'ceuf done il s'etotc 
fervi ]ufi}ues-li, ^u'elles confervoient , en fefechanCy 
l^mSme ton ^u^elles avoient zu moment du trarail, 
& qu'elles avoient de T^clat par elles-m6mes fans qu^il 
fAt n^ceffak-e d^ ajouter un vernis.. Tant d'avantagea 
lui fluent pr6ferer fa nouvelle d^couverte k I'ancien 
uCige de la coHe ou de I'eau d'beufs, 8c la vivacit^ 
qu'elle pr^toit h fes tableaux ajouta beaucoup a*fa re« 
p»tation. 

Jean t^an-Eyck fe fixa \ Bruges , qui ^toit alors une 
des villes de ^Europe les plus florlfTantes par le com« 
merce \ c^eft a Ton iejour en cette ville qu'il doit }e 
fiom de Jean ds Bruges fous lequel ij eft plus connu 
que (bus f^n nom propre. II pouvoit i peine fuffire \, 
I'emprefTement des feigneurs Flamandt & ^trangerji 
qui deilroient avoir de fes tableaux* L'un de fes ou« 
vrages fut achet^ par des marchands de Florence pour 
Alfonfe, Roi de Naples , & #t le d^fefpoir des pein tret 
de I'Icalie*, mzU Antoine de M^ffine y^Xnt :ardent que 
les autres , entreprit le voyage de Flandre pour tacher 
d'obtenir iHunitie & le fecret de I'auteur : nous avons 
vu, en parlant de V4colc Florentine y que le fucce;! 
r^compen<a Ton aMe. 

Jean dt Bruges peignoit le portrait, le payfage , 
Thiftoire. Le plus coniidi^rable de i^^ tableaux ell 
celui de Saint Jean qu^il fit pour PhUippe^le-Bon , Due 
de Bourgogne.. On y oompte trois ceijits trente tdtes , 
toutes varices. 

Son godt eft fee 9 fa mani^re de draper eft gothique 
de mSxne que Ton deflin. II ne favoit rtndre par maffea 
^i les ckeveux dQS hommes i ai les crins den cheraui^ 

Jit 



Digitized by 



Google 



its E C O 

Aulieu d'unir & de fondre lescotileurs , il empIoycJ* 
les couleurs pures & entires jufqucs dans les ombret. 
Cette snani^re faults, ces tons cnids donnent l fts 
:tjibleaux un 6clat qui plait encore , m6me auj^urdHiui , 
;^ ceux qui n*ont aucune connoilTance de iVt, & qui, 
de fon temps , ^toit gen^ralement gofit^. 

Jean it Mruga eft en Flandre le fondateur du me- 
tier de la peinture •, RuBens doit y 6tre regard^ comm« 
le rrai fondateur de Tart. 

Pierre-Paul Rubens, originaire de la villc d'An- 
vers , naquit en i;77 ^ Cologne oil la guerre civile 
avolt oblige fon pi^re de chercher une retratte. Ses 
parens q^ui «e le deftinoient point ^mx arts lut firent 
itudier les lettres & il y fit autant de progr^s que s^il 
edt h€ deftin^ \ ne fe diftinguer que par elles. II 
fut plac^ en quality de page aupr^s de la ComtefTe d€i 
Lalain -, mais ayant perdu Ton pere , il obtlnt de fit 
inere la permifllon de fu^re le penchant qui Centra}- 
ooit vers la peinture. On le plaga d'abord chez un 
pyfagifte, & enfuite chez Adam Van-Oort, qui 
avoir alors de la reputation , mais qui degradolt fon 
talent par (on humeur brutale & fa conduite crapu- 
leufe, Le jeune Rubens y bientdt degoAt^ d^un tel 
mahre ,le quitta pour OQave Van^-Vekn , qu*on conhok 
^ous le nom d^TTO Venius & qui le premier fit 
connoltre en Flandre les principes du bon godt, la 
grace, & rintelligence du clair-obfcLur. II etoit \ la 
fois peintre , hiftorieh & poete« Kubens trouva. dans 
Cette ecole des modules de grace & de genie pitto- 
reftjue, de cou|eur, de beaute de pinceau, de poli- 
teffe , de bont^ & d'^l^gance de moeurs , d'application 
i I'etud.Q v^ri^e des l€ttre8&: desans. It ne la quitta 



Digitized by 



Google 



ECO '?> 



- kpie pour palTer en Italic ; & , cemme il ^toit noble 
'^yorigine, U encra au fervice du Due de Mantoue en 
qualite de Gentilhomme. Cette place honorable & fans 
occupation lui donna une confideratiori dont ne jouiflent 
pas tou jours les jeunes artiftes, &: qui cependant no 
leur feroit pas inutile , & lui procura la facilite d'etu- 
dier fans diftradion les ouvrages des grands mahres. 
Ses travaux furent utilement interrompus par un 
voyage qit'il fit en Efpagne, a la cour de Philippe III, 
en quality d'envoy^ du Due de Mantoue. L'envoy^ 
ne refta pas oiiif ^ la cour de. Madrid *, il y fit un grand 
xionibre de portraits & de tableaux d*hiftoire , & comma 
la confideration fert I la fortune, il fut plus g(^nereufe-' 
xnent recompenfe que s'il n'edt eu que la fimple quality 
d'artifte. On lui apprit que Jean^ I^uc de Bragance, qiii 
n'etoit pas encore monte fur le trone de Portugal, 
defiroit le voir k Villa-Viciofa oii il falfoit fa refi- 
dence. Rumens fe mit en route ; mais avec un train ft 
confiderable que Bragance en fut eftVaye ; il ne fe 
croyolt pas afTez riche pour recevoir un artifte fi fat* 
tueux , & lui envoya un Gentilhomme avec un prefent 
pour le pricr de remettre fa vifite a un autre temps. 
/^M^tf/ij refufa le prefent, & continua fa route. » Mdn 
deflein, dit-il, n'eft pas de peindre^a Villa-Viciofa , mais 
» de m'y amufer quelques jours, & j'ai apporte mille 
» pifloles que je compte y depenfer a. 

Au retour de fa legation d'Efpagne, le Due de 
Mantoue I'envoya a Rome pour y copier les principaux 
ouvrages des grands maltres. Rumens alia audi i Ve- 
nife etudier les. grands coloriftes , revint a Rom^ fairs 
plufieurs tableaux d'autel, & paffa II G^nes oii il fi^t 
on long fejour & qu'il enrichic d'un grand nombre de 



Digitized by 



Google 



5» ECO 

tableaux d'biftoxre & d^ portraits. Ce fut U qu4 tfprie 
quelamdre^toit dangereufement malade *, a cette trifle 
nouvelle, il quitta tous fes travaux & (e hita de rctour- 
ne'r dans fa patrie; mais il eut la douleur de n'£tr» 
pas arriv^ a^07 tdt pour rendre les derniers devoirs i 
celle qui lut avoit doiiii^ le jour. Dans* Ton afflidfoa, 
il fuit toutes les confolations qu'il pouvoit fecevoir der 
hotnmes, & fe renferma dans une retraite abfolue k 
PAbbaye de Saint-Michel d'Anvers, ne fe pemiettant 
d'autre diftradion que celle qu'il trouvoit dan^ Im 
travail. "^ 

Mais le temps, qui d^ruit tout, ufe la plus pra^ 
fonde douleur. Quand celle de Rubeni fut afioiblie,^ 
il voulut retoumer \ Mantoue > mais I'Archiduc Albere 
& rinfame Ifabelle s'efForcetent de le retenir , & leurs 
efforts furent fecondes par 1* amour. Ruhens fut fix^ dana 
fa patrie par fa tendreffe pour Elifabeth Brant dont il 
reif ut la main. La mailbn qij'il fe fitilconftruire a Anvera 
6toit un palais *, elle ^toit peinte en dehors. Le fallon eti; 
forme de rotonde & eclair^ par en haut, ^toit orn^ de 
vafes d'agate & de porphyre, de bufles Sc de flatues 
antiques & modernes, & de tableaux des plus grands 
l«aitres;un riche m^dailler & des picrrcs pr^cieufes 
graves ajoutoient a la richefTe de cette colledion , qui 
fembloit plut6t celle d'un Prince que d'un particulier, 

Le Due de Buckingham, favori du Roi d*Angleterre, 
defira en poifeder au moins une partie. On penfbit alork 
i retabliria paix entre PAngleterre &'l*Eipagne: /?i^-^ 
bensy fujet de I'Eipagne, devoir comme cttoyen ne pas 
n^liger une occafion de complaire i Buckingham : il 
confehtit done aiui ceder une partie de fes richelfes pour 
la fomme de foixame mille florins^ ou ceat vin|;e 



Digitized by 



Google 



ECO $t 

.male Uvrei de France qui n'en vaudrolent pas. h 
prefent molnsde trois cent mille. Mais il fit auparavant 
aiouler les figures de ;inarbre & de bronze dont JI 
confentoit i fe defaire , & il retnpla^a par des tableanx 
de fa main Im tableaux d'ltalie qui avoient qrn^ fqn 
/allon & tous fes iLppartemens. 

II n'eut pas a fe repontir de fa compliifance. Par fii 
lialfon a^^ec Buckingham & par fes talens, il devint un 
Jjonime utile a I'etat, L'fnfante I'envoya en Efpagn© 
pour conferer arec Philippe fur les moyens de parvcnir 
i l^L paix. II re^ut de ce PrinQe la dignite de Chevalier 
& celle de fepretaire de fon ponfeil priv^. (Tharg^ dej 
inftruflions n^cefTaires, 8c de let tfes de creance qu'il 
gardoit fecrettes, il paffa i Londres en qualite de 
peintre voyagcur ^ fut prefent^ au Roi , eut TadrefTe de 
le Ibnder fur fes difpofitions cnver^ l*Efpagne, 8c lui 
montFS^ fes lettres quand il eut reconnu que ce Prince 
n'etoit pas ^loigni de confcntir a la paix. Le traite fut 
^nclu, & un AmbafTadeur plus illuflre par fes titrcs 
& par fa naiffance fut nommc par l*Efpagne pour ratifier 
les operations politiques du peintre. Charles, pour 
tcmoigner fa re^onnoiffance i Kuhcns.y le d&ora da 
cordon de fon ordre , & lui donna un riche diatnane 
qu'il tira de fon dpigt. Craignant de ne l*avoir pas eircoro 
alfez dignement rccompenfd, il le crea chevalilr ea 
plein parlement, lui donna lamdme ^pee dont il vc« 
fioit de fb fervif pour cette Q^r^monie , & le renvoya 
c;harge de prefens. Philippe , i qui Rukens alia rendr^ 
compte de fa ncgociation, le fit Gentilhomme de fa 
^himbre.& Thonora de la clef dW. 

Rubens riche & charg6 d'honncurs fcmbla ne con- 
tinuer de peindre que pour fuivre (on godt ou poor (e 
Ifgter ^ux de^s de ^euxqui defiroieQc ayoir>dp fes 



Digitized by 



Google 



f2 ^ C O 

ouvrages. Cette complaifance augmcnta confiderabl^ 
ment fa fortune. Un grand nombre d^habiles elevet 
avan9oient d*apr^ fes efquiffeff les tableaux qu'il entrcr 
prenoit & qu'il fe eontentoit dc retoucher. 

II tut encore charg^ dans lafujte de diiFerentes n^- 
gociationt avec les Provincesmntes , avec Marie dfe 
Medicis & Gaftpn d*Orlfans Borfqu'ils fe retirerent i 
Bruxelles, arec Wladiflas, Roi de Pologne, & arcc 
d*autres Princes. ' 

La nature lui avoU accorde les "qualrtes qui ftrveht 
i perfuader & a plaire ; la beaut^ de la taille & celle 
des traits, une phyfionomie noble & douce, un re- 
gard agri^able, un fon devoix ilatteur, une eloquence 
naturelle. II avoit joint a ces dons heureiix les avan- 
\tages qui peuvent s'acqu^rir par le travail*, il favojt 
fept langues anciennes & modernes & avoit une grands 
etendue de connoilTances varices: II employoit a orner 
fon efprit le temps niSme qu'il confacroit a fon art, 
& avoit a c6t^ de lui un Lefteur pendant qu^ilpfeiguoit. 
Avec ta«t de fuperiorit^ fur. les autres peintres de 
fon temps, il les for9oit i la lui pardonner & m^nie 
a l*aimer, en afFeSant 8e fe montr^r leur ^gal & ne 
prefiant fur eux d'autre avantage que celui de leur faii^ 
du bien. II mourut en 1610, a I'agede foixante-trois 
ans , dans un ^tat de caducit6 prematuree qu'on peiit 
attribuer^ Texces du travail. 

Le nombre des ouvrages de Ravens eft immenfe. 11 
peignoit I'hiftoire , le portrait, le payfage, les fruity, 
les fleurs, les animaux , & il etolt habile dans toiis 
ces genres. II inventoit facilepient & exicutoit db 
mSme. On I'a vu fouvent faire de fuite plufieurs 
/cfquifTes , toutes differentes , du m£me fujet. 

II auvoit les grandes compofitions & il y etoic 



Digitized by 



Google 



]fe c o ^^ 

^opre. II n'avoit pas, comme Raphael, cette douce 
inipiration qui fe manifefte par des effets doux & gra- 
cieux comme elle*, mats ilavoit cette fougue de g^nie, 
ce feu interieur qui cherche ^ s'elancefr, & qui fe 
saanifefte par des eftets qui ^tonnent. II fembloit que 
toutetles figures, tous les grouppes qu'il imaginoit, 
&rtiflent de fon cervreau pour ie. porter fur la toile , 
& que, pour cr^er, il n'eAt befoln que d'un afte de , 
la Tolont^. 

On lui a trop injuftement conteft^ la quality de boa 
dellinateur. Son deffin ^toit grand & facile ^ il con- 
ndjifoit I'ai^tomie ; mais la fcience c^doit chez lui 11 . 
rimp^tuofir^ de la conception , i la vivacit^ de I'ex^cu^^ 
tk>n \ il preferoit Peclat des e^ets a la beaute ^es formes , 
& facrifioit trop fouvent la correAion du deflin ^ la 
magie de la couleur. Enfin il avoit plus les qualites 
qui fuppofent une conception pleine de fe*que eel les 
qui exigent une fageife refl^chie , & une meditation . 
profonde. II avoit ^tudie Tantique, Michel-Ange, Ra- 
phael; mais loin que fes etudes I'afent eleVj^ jufqu'i, 
la beaut^ ideale , il fe tint \ I'imitation dt la nature 
flamande. Se& mufcles font bien attaches, les fondions 
en font bien accufees ; mais ils font plut6t gros & mol- 
laiTes que fermes & charnus y ce d^faut fe remarque 
fur-tout dans fes corps de femmes , & il ne donne \ 
leurs tStes' que la beaut^ des belles Flamandes. II eft 
quelquefois manier^ dans les extrtoit^s. 

II a fu rendre plut6t de belles ^toffes que jetter 
de belles draperies. Ses figures font richement ha^ 
billies , mais elles ne font pas toujours , comme celles 
de Raphael , favamment drap^es : car , dans la langue 
iB$ a^tSy U ne faut pas ereire qn^haiilUr Sc drapn 



Digitized by 



Google 



^4 t C 

Ibifent dcfix termes fynonymes. Un peintre de porrfalti 
feiic habllUr tr^s-bien fes figures , fans ^crc capable 4^ 
biert draper telles d'un tableau d'hiftoire. 

On ne peut tefufer i Ruhens de la fciehce darts 
l^expreflion : mais h prendre fes ourrages €n general 
|)our marqiler fon caraftere, & negligeant les exception?^ 
onpourradireque ce n*eft pas dan§ fes tableaux qu'il 
faut chercher ces ^i^preffiohs douces & atcachantci 
qu^on admire dails Raphaeh II ^oit plut6t capable d^ 
|>emdre les fones afFedioHs ^ que les af!e6liotis calmet 
&: paifibles \ il reitdoit bien les convulfions de la na- 
ture , mkis il n'autoit pas exprime de m^e ks tigndres 
paflions qui la rendeht plus bellft. 

C*eft pfincipalemeht fut Ife colofis que l*on fibilde 
fa gloife. Cepeindant il n*a pasfurpafle, il n^a pasmdmc 
^gale dans g^tte partid le Titicn. II iHerite fur-tout l£^ 
f alme , pour la grandeur, rimpetuofite , la varicr^ dtf 
& compofitioh. Il feft Ife pretttier dcs peintres d^apparat « 
& I'un des premiers de ceux <jui parleht aux yeux : 1^ 
Imiflance de fon art va jufqu'i l*ehchantemeiit. 

II a plus d'expreflion que le tltien , il eft plus bril- 
Iaht&: moihs vi*ai, & il lui cede pour le choix das 
fprittcs, quoique le Tuiett lui-m§me li*ait pas e:^ 
Ipue pour ce choix. 

II cherchoit plus que Ife Corregc let preftigfes du clalr^ 
obfcur *, mals il n*en avoit peut-^tre pas Mutant la vraie , 
I^ profonde fcience. II etonnoit plus •, mais le Corregc eft 
peut-^tre plus admirable eti n^employant que des moyens 
plus fimples. 

Lamatiiered^ peindre de R//^«fnJ^!oitdepofer chaque? 
teiilte en fa plstee, & pr^ I'une de I'autre, & de 
tl^en* fkire 1^ melange que par un leger triiyail de hi 



Digitized by 



Google 



t C O 9f 

htottei on connoh, oa lit dant fes oumges It ma* 
lUBuvre de I'ouvrier. Le Tiu€n fondoit tellemetit fei 
tefhtes que , comme dans la nature , on ne pent marquer 
•il elles commenccnt & oH elles finiffent : I'effet ft 
reznarque , le travail eft cach^. Ainfi Rubens eft plus 
fclatant, & le Jitien plus harmonieux. Dans cette 
partie , Rubens appelle plus -, le Titien arr^te davantage. 
Les carnations du Titien femblent des chairs v^itables^ 
celles de Rubens font brillantes comme du fatin : quel- 
quefois fes teintes font (i fones & fi feparees les unes 
desautres qu'elles femblent des uches. Le Titien e& 
'parvenu a I'harmonie par l^infinie variete de fes teintea 
qui le confbndent les unes dais les autfes ; Rubens ne 
feaibloit arriver h cet accord qu'a force d'employef 
une grande diverfit^ de couleurs & de forts reflets 
^une couleur dans I'autre. Quelquefois ces .reflets 
tutres font paroitre chez lui les corps comme &'ils 
^coient diaphanes. 

Mais laiflbns parler fur Rubens un artifte c^Iebre^ 
ft On pent con&derer ce peintre, dit M« Reynolds 
» comme un exemple remarquable <Fun efprit qui io 
p montre le ip^me dans les difierentes parties de I'arr* 
M Cet accord des differentes parties eft fi grand dans 
» Cts ouvrages, qu'on peut dira qne s'il avoit 6t6 plus 
» parfait ou plus vrai dans quejques unes d'elles y fes 
D ouvrages n'auroient pas eu cette perfeftion d'en- 
» femble qu'on y trouve« Si , par exemple , il avoit mia 
p plus de putet^ & de correAion dans fon deflin , fon 
M d^faut de &mplicit6 dans la compoficion , dans le co-* 
» loris & dansle jet des draperiejs ilous frapperoit 
9. davantage. L'art fe fait trop appercevoir dans fk 
;s compoiicion ^ fes figures ^at de rexpreHion , & leurs 



Digitized by 



Google 



pS ECO 

» attitudes font pleines d'^nergie •, tiuls ellfes manquenif . 
y> d^ {implicit^ & de nobleffe. Son colons , partie 
» dans laquelle il excelloit Air -tout, eft neanmoint 
» trop brillant & trop varie. Ses ouvrages nunquent en 
» general , & en ^gale proportion , de cette delicatefie 
» dans le choix Ik de cette elegance dans les ideen qui 
91 font n^ceflaires pour parvenir a la plus grande per- 
» fefiion de I'art ; mais c'eft a ce defaut qu'on .peut ea 
» quelque force attribuer I'eclat dont brille dans fes 
». compoficions la beaute de fon ftyle inferieur. II 
» eft vrai que la facilite avec laquelle il inrentoit , 
s> la richeife de fa compofition j I'eclat (eduifant & la 
». beaute de fon coloris ^blouifTent i tel point la vue , . 
2>. qu^aufUtAt qu'on a fes ouvrages devant les yeux , on . 
» ne peut s'emp&cher de croire que ce$ beautes ra- , 
jD chettent amplement fes defauts »• 

Le tableau de la defcente de croix i Anvers efl^ 
regarde comme le chef- d'oeuvre de Rubens. Deux 
hommes d'un m^rite different en ont parle. L'un en a 
d^crit un accefToire , & a mis quelque chaleur dans fa 
defcription > I'autre en a decrit la figure principale 
«vec tout le feu qui animoit Rubens au moment oil 
il la peigaoit. 

a» Rubens , dit I'abbe Dubos j fans mettre des diables 
y> a c6t^ de fon mauVais Larron , comme I'avoient 
30 pratiqu6 plufieurs de fes devanciers, n'a pas lai(!e 
30 d'en faiVe un objet d'horreur. . . On voit par la meur- 
» trifFure de la jambe de ce malheureuV, qu'un bour- 
9 reau I'a deja frappee d'une barre d^ fer qu'il tient a 
» la mainV. . . Le mauvais Larron s*eft foulev^ fur fon 
a> gibet, & dans cet effort que la douleur lui a fait faire , 
t II ylent d'arracheria jambe qui a re;u le coup, en 

for^ant 



Digitiz-ed by 



Google 



$ Forijant I2 tSte du clou qui tetioit fe pied attach^ 
h au potefau fuiiefte. La tSte du clou eft mdme charged 
i> des depoullles hideufts qa'elle a emportees en d^ 
s> chiraiit les cfiairs du pied k travers lequel elle 
h a palTe. Rubens qui favdit ft bieh en impofer a VaM 
55 par la nlagie de foh clair-obfcUr, feit pareitrc lo 
» corps du Larron fercaiit ducoin du tableau dahs cet 
» eSott, .... On voit de profil la t^te du fupplicie ^ 
>> & fa botiche , doht cetce fituatioh fait^encore' mieux 
i!> remaif-que't Pouverture ^horiiie^ les Jreux dont li 
>> pruhell^ eft fenverfee , & doht on n'app^rfbit qu# 
3» le blahc fillbnii^ de reitits tpug:eatrgs & tendues ^ 
^ enfih raSioh violente de tous les miifclcs de foA 
i> vilage, fdht ptefque ouir les cris hbrribles qii'U 
)k jette ». ^ 

Oil peut lirfe ci-defllis , article CoNVE^rANCB , ce qui 
m. Falconet aecrit fur la figure prihcipale du m6m* 
tableau; 

•ccPourquoi ,ditailleurt le m$me artiftfe^Ia Judith d* 
» Rubens fait-elle fremir? Pourquoi lailTe-t-^elle dans 
i) rimagifeation d^s trite& profondeif Ceft qa'il a 
» inontre une bouehere qui hache le cou d^un honmi^ 
» ^ndornli. L^ fttng jaillit (lir Us bras de I'ex^cutrice , 
9 Holopherhe lui mord deux doigts de la oi^in qu'elle 
j» ijjpuie' fnl? fdn vifage. Riibensz pfeiik iineJUive in/" 
JD /7/Ar'd' V il a deploye toute Thorreur du fujfet. Peigne» 
^ left moeurs , Ve cai-ad^r^ dcs p^rfonlves ^ des iiations ; 
J) vous pcfindrez la natut^ aL ♦ 

Veco'le Fiamdnde dont Rubeni 6ft 1^ plus gfand 

tiftattre , joint \ I'eclat dfe la coulcur & i la ntagie du 

elalir-obfciir , iin deifin (kvant quoiqu'il ne foit pas fond^ 

fur le choix^es plus belles formes , une compo0tion i|^ 

TQtne IL G 



Digitized by 



Google 



if9 AC 9 

p de la gnuideur , utte ceruifte nobleffe dtnsles Rgatei^ 
des expreflioni fortes & naturellesj enfiHy luie foltfr 
de beaut^ natiofiale qui n'eft ni celle de l^antique y ni 
celle de Ve^olc Romainei on Lombatde, mais qui etf 
capable & m6me digne de plaire. 

VtcoLE HOLLAirooisE , fi Tofi rent en purler en 
g6i£ral & rims avoir ^gard ^ denombreules exeeptioiiSy 
He polTede de tous oes a vantages que celui de la 4ou-^ 
leur. Loin de s'occuper tie la beaute des tdtes & do 
celle des formes , elle femble fe pliire a I^mitatioHf 
des formes les plus bafics , des tites les phis ignobles^ 
Les fujets les plus abje^ls font ceu^ qu^elte pt^fiire , de» 
tovemes ^ des forges , des corps- d^s^ garde , des flte^ 
de payfana grofliers. Elle reuflit i rendre les exprel^ 
fions; mais ce font ceAes des paflion^ qur rabaideitc 
J'huflMknite & Hon ^elt^ desaffeSioils qui ranobliffent ; 
jon diroit qu^elle s'eft fait un art de d^gfader ^ la folir 
fame & le corps dc lliomnie. C^eft cette ec^U dotSt 
au jourd^ui 1^ ouvrages font ies plus j*ec&erch& eni 
J'ranrte. * 

IK&ut convenlr qu'elle a, daift certalites paitiei' 
de Tart , d«s fucc^s qui la diftinguent. Si eUe ne cholfir 
qu'une Bdture bafi^ pour dbjet de f«n imitation , tlUr 
rend cette nature avec la plus grande verit^ f & la v6^ 
Mixi a toujours droit de plaire. SciP ouvragiU-fiinr de lb 
plus grande. propreti-, du fini le plus precieux. £li« 
riuttit i produire non les e^etsr les plus favans & Jet 
plus difficiles du i:ttur-ohfuiri mais ceux qui fpnt te$^ 
]plus piquans : tels que j^eux d'une lumi^re ^trpite 
^ns un efpace renferml ^ de peu d^i^tendu^, d^unir 
ault tetair^ par la lune oa {far des flambeaux , de 1# 
j^arte que s^^d le fftu d'iine forge. Lea H^Uandpj^ 



.Digitized by V^pOQ IC ' 



^tend^t lien Part de$ degradations ie 1i IcniUwc « 
^eiui 4^ oppoifitioiis I & folic pat Ce dernier moyei| 
parvenus ^ peindre la Inmiire elle - hi^iiie. 11$ ii'oivf 
j>as dp rivflux dans b peinture du p?yC^e eonlidtft* 
<;omi4e la reprefentatioh fideHe, &; s'il eA permi^ di^ 
parler ainJS^ i^ portrait d'une <ampagnf^^rticuiiere i 
kais Us font loiii d'egaileir ii Titieji; le. Poutpa* 
Claude le Lorraiii , &c. cj^ui oi\t pbrte a im dcgt^ Wh 
l^at I'ideal de tt genre^ & dont les ta&leavx ^ i^«^ itea 
d'^re la repfjefentacton topbgi^phi^ue d^ certains lieux i 
ioQC le refuttit cohipbie de couces les riehefTes que leuri 
^uteu^ blictf ouv^^ dans ieur iiitagination ^8^ ih t<^ptef 
telles it^^ils btit obferv^es dans U nature. L^ HoUan* 
ioii (b <iiftiguent aiiffi pair U repr^rent^tloii des ^rl^ 
pe^iic^.Y desLdels^.Jbt.ifiariii^a, des animi^ux^ def 
^uks , des flours , des ihfedes y & paii^ des ^tfans ei 
ftttit. Eiiftii tout tt qui A'e^:ige qu'uae i#iitacu>^, ii* 
delie , de Hcdul^i & uk piMtiu pr^ieii^ ^ft d^ leuf 
ieffort. ,.:_,. . , : . ,* . ,^ ^ ,..., 

An relle /a ffoUandi i produit de bona pei^^tr^s d^hif 
toire > yeU^Oaave Vaif-Veeii bu Ohq- Veni^s ^ qui 
^toit de L^de, d'ex^eilens. pfciAtres de portrau^ iei)[ 
grand , teh qtii V^ddrrHiijI , I'eiiule ^ peut-fiire If ^ 
raiiiqu^or de Y%hdi»k : ifiaif f^^ n'e^t point p^r ^e izr 
ii&ett de tes g^aaids a^'tlft^i.^lj^'il fant fp^c^fi^t iff 
fiylt MlUfUvdi. ^ , V. ^_ 

Qa ne tfoftire|^*pis nbn plu« I'origine df ^ iltyl^ 
dans Lucas ns tsirpi , qui. cep^adant , px U tempp 
bii il a yecu , doit ^tre rega'rde cbm^e le f9i}tvUfcYi4 
ie¥dtol4! Ht>il(ind6ifi,SA ttuni^ appaftient plutdf aU 
ftyle gothtque^ qui i^oic telui :d^ pf^mi^r^ l^^lntridff 
AiiesKaiidtf ^ CQtixMJ^^xsiv[&L If fiiquit It l^^y^^ .^ 

^ * Gi] 



Digitized by 



Google 



|3», ■ Xt0 

^494* Sdn^fe , lioittm^ Hugues 7acot>s ,fut (bn^fA 
ttuermaftre. II 6ft du petit noAibre des hommes «el^bi*e^ 
' k qui li natiird «^ft plu i ^rghet 1^ temps de I'eh^ 
fince' : fes fteaA^t9 jeMx furent I'^tude de la peilitur# 
& de liEi gravqre 's d&{ I'ige de neuf atis , il mtt au jouf 
des fiijtts <}ue lu!-m6Aie avoit oompofeS) & troh saii 
aprif il etofana I«s coimbiiTeurs & les artifteis pa^ri'hif- 
coiire de Sai^t-Hubert , p^iiite -eti dt^treinpc. Soh «f- 
tampe de la tehcaticm de Sadnt-Antoine qu.'il grava^ft 
Vigede quints ans, eftd'une Inventidn plusagr^bl^ 
que t:elle de (Fallot ^ il y> a f^pr^nt^ le d^mon ^ui a 
pHs pout i^t^e le Saint la figut'e d*une folle fidmme; 
I/eftampe^ de la Conv^erfion de Saint-Paul qu'il grava 
la mbiie ahh^eft eftim^e' par la)uftefl^ de.l^exprellion ^ 
^zt des tjufteniefis vrals k ta fob & pitcoberque^y &: 
par Tlfitclligeftce du ^urihv • 

n a fu ^vitel^ la ctoHfufion '& r^patidre une grande 
vWt^ dins fes fujets d'hiftoire , &: !i a fui^lTe Alhert 
.Z>z^r^r dans la comppfition parce qu'il avolt mieux ap^ 
|)fofondi les prilieipeB ite^ I'artk Les i>eihcres peu^«nt 
puifer ces^ prindpes mSine dah? fes ouvlrages graVi^ 'i 
&l-]^eiAe (k>urtoieht>il8, avec le fecouri det couleurs , 
fcrpaffer les effets de perQ)feftivi& aerienne qull a ex- 
pfini^ pai* l-e feuKecdi^ du buYih. C'eft 1% juffice que 
Ini rend Vajfari , qU'ott ne foup^onnent psis d'avolf 
voulu flatter uft artifle qui n'etoit^ Florenttn. Mali 
bbmm^'uh'pdntr^ne p^utteunirat^^edcfgre tolttes 
res parHes de foh a^^ Luctti le c6doit i Albert dant 
la (bience du deffin. » - . 

U peignoir II Thuile, ^t d^trempe^ & fuf verre;^ 
il tt^itoit I'hiftoire , le ^payfage & |e portrait* On:con-* 
ferye de iul, i rH6tel-de*vMle^ deLeyde| an ubleatt 



Digitized by 



Google 



fi C O io* 

jRi Tugoment dernier d^iine helle compofitioiv.& d'un 
" d^atl immenfe. Les femmes fur^tout y font delicatement 
pintes y &:le$ carnations en font agr^ables & vr^ies. 
Pn. yoit. y, par. cet onvrage > ayec quel foin il avoit ^tudip 
H nature*. Si l*on fe plaint que Cos figures trancheiit 
trop durcunent avec les foiid^ , fur-toiit du cdt4 d^ la 
Jumiere, il faut Ini pardpnner c.e defaut qui eft plut6£ 
<^elui du terns, oii^ vlvojt l*artifte qu*un vice qui liii fdi 
particulier. Se$ tableaux en general font bi»n peims , 8c 
lefini le plus.fojgn^ n*y nuit pjis k la.leg^ret^ de la tou- 
che. Sa CQuleur eft fralcho'^ fes compofitions riches,' 
les ordonnanoes rari^es y €^s payfages bien touches, 
. Le travail <^iniiti:e de. Luca^, fut r^opinpenre gar la 
fortune. 1} fit fomptueufement le voyage de la; J'landre 
& do la Hollande pour voir le$ artiftes dont il ne conr 
DoiiToii; que les talen$^ & leur donna des fStes i Mid? 
delbourg) \ Gand) ^ Malines, ^^ An vers, On croit que 
des peintres jaloux de fa reputation rempoifonnerent i 
Fieflingue; on fait du moins qu'il ne mena depuis 
qu-u^e vie languifTante ; mais le veritable poifon qui Iqji. 
donna U n\prt fiit peut-^tre l?appUcatipn exceffive qu'U 
avoit prife d^s fon. enfance* L*et;at de langueur * tuquej 
il ^toit rcduit ne' put le forcct.au repos^ & quand U 
Veutplus la force de fe lever ,.il cont^nua fes travsCH^ 
dans fon lit^ II njourut en ^53^ , a I'ag^ de trente-neuf 
ans, n*ayant joui que d'une courte vie fi.on llmefuce 
au nom];>re de fes annees , nuis d'une vie for; longue fi 
OQ la mefure au nomjjre de h^ ouvr^e^.^ Quoique la 
nature qe lui ait guere accorde que la nipitie de la vie 
ordinaire des h9mmes, il exer^a pendant trente sns fe9 
t^lei^s deja.fqrnjes^& ^'cft a-peu-pres toutle temps qiu5. 

G'il| 



Digitized by 



Google 



conTaqretiif I Hm$f:t 1^ artiftes mSme qui parVifntieatf 
la yietlleffe. ' 

Si Ton confid^re la peinture. e^n petit co^me tiQ. ^ 
caraft^i-es partipuUers ^e VA-coUBollandQife^ oj^ pourri 
pgardet comn^e fon fpndateur Corneilie Polem^ 
iBovRo n^ \ Utrecht en 1586 & inptt en i66u H pof- 
Jedolt la coql^r, la fitielTe de touclie^, I'^meme da 
clair-obfcur qui diftiguetit cette e'coljs. On p^t ajputer. , 
i cef. caraft^re.s le peu de con^edion dans le dedin. 

Mais fi le cho^x d'une nature balle entre dans \e$ 
Wraft^es du ftyle H^landois, an trouvcra ce caraftere. 
bieti marque dans le c^l^re Reivibratsdt Va»ryw , & 
4ty eft d'autant plus choquant que fouvent fes pompo- 
fitions auroien.t ?xig^ de la nobleife. II ^toJ,t fils d'uft 
"nieuni^r, & naquit dans tin n>.oultn (i;fu^ pfes de Leyd^. 
fur les bord5 du Rhin ^ ce qui lui a, fait donnef le noxm 
de Vanryn au lieu de celui de Cuerret^y qt^i ^toic le 
150m ^e f^ faniiUe. 

Soiji p^e qui lui trpuva de IVfp^'it voulut.le «pn&cre^ 
^ux lettres , & I'-envoya faire fes ^tudeji a Leyd^ :. 
inai^ le jefuijie Kemhraridf y, fit pou de progr^s. Son. 
]goAt le pprtait vers le deflin > & il obtint de quitter. 
V^^tij/^latine^ pout nne^Vo^^de peinture. On n'eft pa^ 
tfaccord fbr les aniftes qu'il eut pour makres , ou phit&t 
^s v^ritab^s ^tt^es fi»rent fi?s heureufes diffofit;:onii^ 
& la n.atur^. 1 

Cetok elie feuk qu'il confuUoit : le mouUn d« fon. 
^re 4xcnx ftn ^tteliet, les gens dxL people qui y fr^qucnr 
toieiit, ^:& modules, & I4 forte d'^i cation qu'il* t3- 
eevoit afi ifipulin 9 fe tei::me d# fes ic<^e«. II ^udioftL 
^ frgpire grotefqu^ #un bon |»>^A de Hollande , oa 



Digitized by 



Google 



telle i'une grolte fervame de taverne, CDfnme fet 
gfands tnattres de I'lttlie ont ^tudi^ I'Apollbn du BtU 
▼edere ou la Venus de Medich. Ce n'etoit pas le moyen 
de s'i^lever aux nobles conceptions de Kapha:! •, c'eifr 
^tott un de parvenirl limitation da. yrai dans le genre^ 
populaire. 

La i^putanoir querquefois fi dUSctle & ascqu^'lr , & 
qo'bn voit trop fouveiu (e refuCer au inerites*jl n^eft pas 
iecond*^ par Untrigjue , vint avec la fortune le cherchef 
Aans {on mouliitv Sbuvent appelld i Amfterdam pour y 
6ire des portraits , il alia s^tablir dans cette ville , & 
jr fuL Hircharg^ d*buvrag«s & d^Slkres. 

Mais en changeant de r^iidence, il conferva- fa ma» 
niire de viyrc, he fr^qucnta que des, gens dii peuplfe, 
ne cherclia de r^r^ation que djns lacrapule, nc vi« 
^ans I'^argent que Inr rapportoient fes traraux que llr 
blaifir d^en amalTer & choifit unc. jolie pay(inn€| pour 
la compagne de fa vie. Ainfi, fes idees fur ibn^art, 
reCterent tes m^mfts que ccflcs qu'fl avolt con^ues att 
moulin de fbn^ p^re. Il s'bccupa toujours de l^mitatioii' 
4e la nature baffe^dbat il atmrolt i s^entourer, &: fee 
capricea furent pour lui l*1deal die Part. II neconnotfToia 
guire ^ l^antique que 2e nom , & ne pvononfoir ce 
Aom. que pour s^en moequer; II. rafileinEtoifi de vieillea 
annuras , de vieiix vStemens ^raage^ ou bizarres y^hnt 
H (h plai^k It affetbler plut^ qu^ draper fes mod^tlis^ 
& H appelfoit ceta fes antiques. 

Mats laiiToM parlerfuncet artiile on hemme de I'S^rt ^ 
M. De^camps ^c^i a vu un grand sombre d'i!Mi[vrages 6m 
«a ptintre. ccTont ce qi^ Bembrandt a^compof^ ,dit-il;^ 
n- eCl fans noble^e : c'ptoit un ginie ptein de feu qui 
m. u'airail a4Meune ^vaii^uu Set habilto&ena. ne feat 



Digitized by 



Google 



'% que tit acres , & plus reiTembiaQs i une mz^tsid^ 
» qix^k ceux des nations qu'il ^ voulu reprefenter. II 
> n'a pas fait suitant de tableaux d'hiftoire. que de 
3} portraits, & les ta,bleai]x d'hi^ir^ que ttous pon- 
>) noUTons d^ lui fpn^ la, plupar; a^fli Ridicules ^ux 
» yeux des favans quMls font admires par les peuures. 
cc Si I'on en excepte fes pprtcait^ , fa fi^(oti de def&ner 
3S> n'eft gu^re fupportahle; encore n'enfaifoit-il bieii 
» que les t6t<^^, ^ U fentoit fi bi^n Ton incapacite k 
3> deHiner les mains, qu'il les cs^hplt le plus qu'it 
^pou,voit. Peur^vitei: la diffi^ult^ , }'ai vu de fes ta- 
yy bleaux oil quelques traces de bro^e, qu'on tie di{^« 
s> tingue pas ti;op de pr^s , reppefeatent a une certaine 
yy difta&cs des mains , a la v^rit^ peu dicidees , mais 
» qui font cependant preTqu'autant dV^et que fi le 
3» peintre.y avblt mis plus de (bin. Ses t^tes de femme^ 
>} n'ont afTurement passes graces da beau fexQ. Quand 
y> 11. a eflaye des figures nues , 11 n'y a o\ts aucune 
)9 corre&ton i eUes font courtes , les formes ou tries 
p ou m^igres , les emmanchemens loui^ , les ex^r^oiites 
2> trop petites qu trop grandcs , & toutes man que n 6 
9 dans les proportions. - 

• 1)11 n^ dd Ton talent qu^a la nature , & a Ton inftin6^^ 
9 S^l fl quelquefois approch^ du beau , 9H1 et^ moins 
p par reflexion que par hazard, & par fon afTujectiiTe- 
;p ment*^ fuivre pas i pas la nature, ti ne faut pas 
p croire que n'ayant pas ete a Roitie , tl n'ait pas connu 
:p les grands maltves dMtalie : il avoit ibus les y^ux 
y d^amples recueik qui ^uroient dd changer fa nYan^ere, 
^ ou dii molns la corriger ; n\ais iladmkolt toft & 
IP ne profnoit derten. 
: in A voir la^ tquche ^aidie. d?s ouvrages d^ce jtn^ttte^ 



Digitized"by 



Google 



^ c o ^of ; 

kon eft tenti ie crolre qu'U travaltloit promptemeiit i^ 
^ mais }-inc9ftitude oii Ie laifToit , fur le choix des at- 
3? titudes & du jet des draperies , fon peu d'ufage & de 
aj coQnoiffance de» belles chofes , lai faifoit perdre Iq 
»feu ^e fes idees. II changeoit quatre & qinq fois U 
]9 t^te d'un portrait I & on edt renoncea fe faire peindre, 
)? (i 1^ vepte & la for^e de fon pinceau n'eufTent pas 
^ '4edoi^mage de I'i^pati^nc?^ qu§ cauibit fbuvent le 
»-peintre. 

» Rembrandt eft en m^mc-tenis un deffinatcur ine- 
M diopre , & . pn peintre qu*on peut egaler aux plu^ 
» grands mait^es pour I4 coulewr , 1^ tpuche , & le 
^ claJr-oHcur. IJ feinblp qu'il edt ipyent^ Tart , fi iVc 
D n-av<^it p^s et^ troiuve. II s'etoit fait des regies & une 
^ pratique sfire 4e }a poul^ur , de Ton Rielange , & det 
13 ^^ts d^s ^iffer^ns toi^s, II ^imoit les grandes oppofi- 
» tions de la lutoiereaux ombres\, & il en pouHk loii^ 
« rintelligence. Son attelier ^tpit difpcfc de fa9on 
}ji que , d'ailleurs ^ffez fombire 3 il ne r^cevoit la grandt? 
* luini^jre qup par un trou , pon^n\e dans 1^ chambre 
» noire : ce rayon vjf frappoit au grc de l^arrifte fiir 
I) Tendroit quMl vouloit ^clairer. Q^an.d 4 vbulpit fes 
^ fonds eclairs , il p^^fToit ^etri^re foti modele une toile 
11 de I^ cQuleur du fond qu'il jugeoic convcnable ^ &: 
$ c^tte tqile participant ^\i me^e rayon qui ec]aiix)it; 
» la t6re , marquok fenfiblcment la degradation que 1^ 
^ peintre augmeotoit fuivant fe^ principes., 

M La fa9on de faire de R^mbraridt eft un,e efpec^ 
^de magie. Perfpnne.n'a pUu coanu que lui les effets 
p des differei^tes coxileurs enu'elles , n'a mieux diflin- 
a>gue'Scelles qui font amies de- ,celle» qui ne fe con- 

H.vifxyiqnt pa?. ^ plajoit ch^que^ton ^n fa, place ,ave«? 

■ ' * - -f * ■ 



Digitized by 



Google 



7o6 i c o 

I* tant da jufteffe & d'harmonte , qu'il tf&oh pai» 
;i» oblige de les meler & d'en perdre la fleuf & ta 
9 fratcheur, II pr^feroit de les glacer de quelques tons 
V qu'il glifToit adroitcment par - d^us pour Her le« 
^ pafTages des lumi^res & des ombres , & pour adoucir 
» des couleurs crues &trop brillantes. Tout eft chaud 
p dans (bs ouvr^ges ; il a fu par une entente adm'rabU 
p du c)air-obrcur , prbduire prefque toujours des effets 
P ^ctatans dans fes tableaux. 

» II ^bauchoit fes portraits avec pr&ifibn & tvco 
3? une /onto de couleur qui lui ^oit paniciiliere : il 
D revenoit fur cette preparation par des touches vigou'* 
» reufes , & chargeoit quelquefois les lumieres d'une 
» telle ^paiffeur de couleur , qu'il fembloit vouloir 
» plut6t modeler que peindre. On cite de lui une ffitc^ 
9 oii le nez ^ prefqu*autant dc f^illie que Ic nei nsr 
p turel qu'il copioit ». 

On parle beaucoup de ^e nez faiUant , inais wicvn 
4e ceux qui en parlcnt ne dit l*avoir vu, & I'on peur 
prendre ce r&it pour uii conte ou pouf une forte exa* 
g-eratio|\. II eft certain du moins que R^mhmndt etoit 
fort loin dc peindre d\ine Bwniere Uffe" & l^chee^ 
Quelques perfennes bMmoient devant lui fa maBceuvre^ 
heurt^e : « uu tableau , leur r^pondit^il brufi^ucment ,^ 
p n^eft pas fait pour 6tr^ flair^ , Todeurde la pcinture^ 
» n*eft pas ftine ». 

II y eut cependant un tcD^ips oft it finiiToit fes ta* 
bleaux auta^nt que Miris , & it joignoit k ce gr»i<t 
fmi tout Ic feu , toute la force qu'on admire dant 
fes ouvrages heurt^s. L'amotr du gan le fit cj^ai^ge**- 
^e pratique , & le caprice lui fit fosirent outrer fa nou-^ 
telle xnaiiUre. X^u^lc^n^fi^k \X s\ttachoL;t i fi^k «re#! 



Digitized by 



Google 



j6 e o 1*7 

te pliii grand (p5n les parses les plus indUFcrentcs 4« 
tableau , & il fe conteiitqtt d^indiquer les autres pat 
quelqucs trainees de brolTe. Ceux qui lu; deixiandolent 
4es tableaux auroiei^t iii mal re9us ^ fe plaindre da 
ees biz^rreries , qu'il pr^tendoit quelquefois ^rig^r en 
principes. « Vn tableau eft fini , difoit-il , quaiv4 
n Pauteur a reropli Ic but quMl s^eft propofe n.' 

Telle eft la puiffai^ce d'un grand talent dans quclquet 
parties de Part, que Rembrandt , avec fes ^normes d^- 
fauts, doit Stre conipte parmi les plus grands peintres, 
& qu'on pourroit mime le^^arder cqmme le [r:mier 
des peinttes , it ne confiderer que la peinture proprcmeht 
dite, & la detach^nt de Tart du defiin qui lui eft ^ 
Indmement aflbci^. H faut obferver que ii Rembrandt 
Ignoroit du negligeoit des parties eHentielles de foa 
art , il connoiiToit Pexprefflon , qui feule peut animtar 
les oavrages des artiftes. Scs expreffions ne font f^ 
nobles, mais elles font yra?cs, vives & favantes. 
' 11 m^rire line place hot^orable parmi les graveurs, H 
y ade lui des eftampes dont Ic travail eft finguliire- 
mentn^grge , d^utres o^ il n'«ft quVgrt^iigne , d'autre^ 
encore , & ce font les plus reche*'chc^s des amateurs ^ 
oii il ne; peut i§tre diftingu^ , & oil il n'a par conier 
qucnt de valeur , que cellc de Veffet qu'il produitr 
inais Rtmbra/idt eft admirable dans des t^tes gVavees oil 
ta pointe a toi:t le charni,e, tout I'^jfprit de celle dc 
Labelleav^c une fcience fuperieure, 
, Quoique plufieurs de fes planches foicnt dat^«s d« 
Venife, x:harla,tanerie qii^il, employoit poiir en aug- 
memer le prix, on fait qu'il n'a jamais quitt^la Hok 
lande ; il eft n>ort ^ Amfterdam en ^674 , a Tlge dj? 
^<gl|ajQjce-iiuit a^^. 



Digitized by 



Google 



Jean ujr Lair , qui a peint en petit , & qu! a choitl^ 
fes fii jets. dans la vie commune, m^ritc uae placA dilH 
tingnee dans Vecok de HoUande. II naquit i Laaren ^ 
fr^s de l^jirden^ en 1 613 , commen9a les Etudes de foa 
art dans fa patrie»' & alia fe perfeaionner a Rome^ 
Comnie il ^toit fort mal fait , les Italieijs le nomrtierent; 
Bambozzo, d'bii les Franjois ont fait le mot j&oot^ 
foche ^ & Q*eft du fobriquet donne a ce peintre q'ue les 
tableaux de petites figures, qui ne.reprefentent que; 
des anions communes ,, font nomm^s hamhochades. It 
P^'gnpit des <;ha(res , des attaques de voieurs, de^ 
foires, ^Qs fiStes publiques , '^es payfages, des .vuet 
maritimes ; il ornoit fes tableaux d'architeflurp ruin^e ^ 
& les enrichfflToit de figures d'hommes & d'^nin^iux; 
|1 avoit un deflin correal & une cpuleur vigoureufe. H 
^ft mort a Plge de fbixante ans. 

P'an-Oftadc^ quoique n^ a Lubeck, Cerard Dow.^ 
Metiu J Aliris ^ ^ouwermanSy Bergkem & le celebr^ 
peintre de fleui?s ^on-Hw^/wm ,. appattiennent i Vdcol^ 
4c Hollandf^ 

La plupart des enoks dont nous venon? de parler 
n*exifte|i.t plus. L*ltalie feule. en ayoit quatres il n^ 
lui refte quVn fort pept nombre d'artiftes connus de% 
^trang^Qrs, On chercheroit vainem^ent en Flandre Vecolc^ 
de Rubens. Si Ve(;ole Hqllanioif^ e^ifte encore , elle 
o'efl: pas Qoncue hors de la, Hollande. Un artlfte AU 
lemand , Mcngs s'e.ft r^ndu qelebre de nos jours ; mai^ 
^'eften Italie fur-tout qu'il a, forage & exerce Ton talent ^ 
Sc il apparti^ent bien plus a Tltalie qu'a TAlIemagno. 
M, Vi^crich $ autre Aljemand, eft connu des etran*- 
gers y & c'eft un hoijneur que n'obtiennent pas lea 
ialens o^diijiaires. ^ais d^ux a^rtiftes fe^ares ne fong,9n% 



Digitized by 



Google 



tea id^ 

f 1$ ce qo^ofi appelc une /cole, V/cote Franfol/e a paru 
i^elquo terns expirante \ itiais elle fe relive avec un 
houvel Iclat par les pHticipies & les ouvfages d'un 
ihattte fa^b & faVaht , & d6 k% eh^v^s qui fohc aiijour- 
d'hui des miltres. JaAiais , depuis le Sueur, la France 
^tifte li'a pu cohceVoir de plus belles efperancesk 

Une'nouvelle ]^co1k s'eft formee de nos joui-s en Eu* 

rope, celle d^ANGtexiRilE. Ell6 r^fide dans l^Acade-;* 

mie de Londres iiiftitu^e eh 1766 par lettres- patented 

de Sa Ma^efte Britanhique, & formee (eulemenc en' 

X769. Eilcore v6ifi*ne dte fon bcrceau , 6lle s^annonc0 

par de grands fucc^s, & hi^rite d'autatlt mieux d^Stre 

a^plaudie, & d'exciter ih6me iWuIation defes ainees^ 

que les parties qui la dlftinguenc (bnt les plus nobles 

parties de l^art*, la fageffe de la coinpofition , la beaute 

des forces, Velevation des idees, 8c la verlt^ des ex- 

preflions. Cfette e'cole ne nous eft encore tonnue que 

par d^es eftampes; inais des artiftes qui en ont vu 

^lufieurs tableau^ nplis ofit aflure que , dans quelque^ 

uns de fes maitres , elle joint la couleur aux parties 

plus ful>liines de I'^st, & que foh coloris lUoins 

iclat'ant que telui des maltres Flamands ou V^nitiens , 

tifent beaucoup de V/coU Lomharde. M. kEYNotDs, 

Pr^jQdent de I'Academie de Londres*, eft corinu pat 

fes difcours fur les arts dont lious faifons un uf^ge 

frequent, & toute TEurope a recherche l^eftampe 

gravee d^apr^s foh tableau ^u Comtie Ugolino. Les 

iUnateurs.des arts connoiftent auAi par des< eftampes les 

talelis de MM. \/e^t , K0PIEY9 GeNs borough , 

Brow^ , &c. Oh dit que Vicole Angtoife a d^excel- 

lens ^ p^lntfes de cheyaux. 

Qn peut reconnoitre dans routes les ccotes la cauls 



Digitized by 



Google 



Sucaradire <{ui les diftingoe : dans Vifcole Romatni^ 
l^excellente educatioi de fes premiers artiftes, & Ui# 
ehefs-d'onivfe de I'att ahtiqu^ trouves dans tea hiiiiei 
fleranciehhe Rome j dans Yeiblt Vemiiennk^ la magiii^ 
fioence que r^pandoit I Vehife le commerce de rOrieiit^ 
ia frequence des fStes & ^lqs maFcarades, Pobligatioii 
6fi fe font trouv& fort fouvent Ifes artiftei ^ de ^indie- 
ies perfbnnes qui ^toient v^tues des plus brillanteak 
j^toffes ; dans V^cole tlollandoife la vie drdinaiire ii6 
^les aftiftes, qui frequentoiem fur-tout fes tavemes & lea 
atteliers ^es artifaflis groffi^rs , qui vbyoieht fur-tout 
fles figures baffei&^grotefqnes, & qui&oient fouvent 
'teniotris des effets queproduit one lungiire etrbite^ na- 
turclle ou artjficielle dans des Heux feiin&. Li beauc^ 
aoit ehtter dans le caraftere de lUcole Anglotfe 4 parce 
^u'eHe kA iflfez commune eti Artglet^rre j^ii frapper 
fens cefTe la viie des aftiftes. Si .cecte beaut^ ri*eft paa 
j^recidfiiient celle da Tantique; elle ne lui ^ft pcit Hii 
pas inKrleure. V/colc jingloijc fe ^Iftinguera par M 
yerite de Texpreffion , parce /jue la libene nationaie 
laifTeaux paffiohs tout le jeu d6 ia nature. Elle i^on- 
fcrvefa la fimplicit^, & he fe gatera pas par uAe af- 
feaatidrr tKeatrale , par les mignardifes &es' fairfliV 
-graces, parce qui les liiceurs aAgloifes conftj^vcnt clies- 
Mni^ de la fiinplicit^, 

Regafdei ^e portrait d'^une Franjolfe peirit^ par utf 
f rati^ois ; vousy trouvefeV le plus fbuveiVt , potrf tbUt^^ 
Jxpreffibn , uh Jburfs commands , qtfe les yeux & Ic 
fi^rit ne partagent pas , ^ qtfi ne ^J^ous indkju^ zntuni' 
affeaion de Tame. R^gardea fe pottr^t dW Angloirr 
leirite par un Anglois; votis y trQUvere^c le plus fou- 
Yfttt uae expreffioir naire ^i yous fera conno^d W 



Digitized by 



Google 



tpf ill 

fiizhhre de la perfonne re^rent^e. ( Article it M. Li^, 

E F 

E F F E Ti ( (utft. Jnafc. ) Ce mot figiiifie prop!^ 
Inent le produit d'une caufe. Bans lef oUvrages ie$ 
tttSy 11 ie die de I'apparence qui refulte de ces pn* 
Vrages, & fe preiid en bonne ou mauvaife part : c^ 
tdbUdu cji JPun ^el effu , cttu IvLtniht eft (Tun tfftt trop 
iur^ Mais quahd il h'eft t^fti-einit par aiicuhe 6pttheL^ 
11 fe pr6nd toujouii en haniie part. Ct& kmer uk ta* 
lleaa que de dire qu^il fait de Veffeu 

DcUii tdudntm artis intelllgunt^ iridoM vob/jftdteni* 
( Les favaiJs coiitpfennent la raifoit de I'art'y les igno-' 
^ans n*eiL feiitetlt qtte le plaMfif. )• Veffet |k>ur eelul qui 
4onfid^ unwouvf age de pexnturi^ eft la fenfation 6u 1^ 
femimeiit .que cet ourfaig^ Iiit caufe; p«ur I'artiitiey 
feffet eft cer qui doit refuher des differcntes partiei 
de l^art qu'tl exeree. 

11 eft inutile de s^etcndre fur 1» prdtaiere fignifi- 
cation de ce mot. La (enfation & le fentiment qu'eprcv • 
vetkt ceux qui regirdeht des tableaux di^pendent d'uard 
lAfinire de chofes qui leur font abfolument relatives ^ 
iiidepehdamxttenft de ^tle^ qui regardent I'a^tifte* 

Quant i Veffei oblefv^^ relativemeht au peimre y 
tdi^i ^uelques reflexions qu'il eft bon de fuggerer i 
i^eux qui ne fo&t point afl*ez atances pour les avojf' 
faites. Vzxt de la peiA'tu're eft compoCe de plufieurir 
pafties ptincipales , ahacun& de ees parties eft defttnee 
2 jproduire ufte i^prfljUon pai-ticuUere, qui eft £aiY 
ejfit propre. 

Vej^i dtt deflk oft imkwt ks fornix *> celui d# U 



Digitized by 



Google 



hii fe F # 

couletii-, ^e donner a chaque objet la nuance qui W' 
diftiflgue des autrcs; 1-e clair-'-obfcur imite les effect 
de la lumiere , & ainfi des autres paf^ties de I'art. La rea- 
nion de ces difFerens ifets particulieirs caufe uhe ijfi^ 
J^;e{fibn qu'oh noScime l^effet du tout enJkmhU. 

II eft done effehtie J pouf parvenit i conduire utk ti- 
bleati i un feffet jufte & general ^ i unt khiti d'efftiy 
i{VLt toutes fes pstrtifes tendent ^ un feul point: Mais 
quelle eft la pattie de iVt qui doit cbmnutnder , qtii 
doit fixer le but auqiiel toutes doiv^rit tetidte & arri^ 
ver? C'eft Vinvtntian^ puif^ue c*eft ell^ cjul agit Ja 
premiere dans I'efprit du peintre , lotfquMi, itiedite lifl 
buvrage & que celui qui conimencefoit \ peindre ^ 
fahi aVoir bieri decide cfe <|u^il reprl^fentera, tefienrf- 
fcleroit a un Komme qui voudroit regarder aVaht d'avoir 
tourert les ydux. C^eft i*invfention qui regne fut tous Ids 
gehres dd pfeindre*, c'^ft elle qui les a cr^s & qui leS . 
teproduit; elle doit dohc decider de \^cff€t qui doit 
i-efulter de chacun de. ces genres. 

Viffei <iu tableau d^hiftoire ccnfirte dans I'exp'rcffiorf 
^xa6le des aft ions & des padions', celui du portrait, 
dans la reflemfelaricef des traits; celui dupayfagfe, dans 
la reprefetiratidn cles fitefs, & cfelui d*une ^eirtture de. 
marine, daftsceile des eauit. 

Mais daris chaCuAe ^^^ patties qui donftituerit l^art de 
peindfe, oft eritend plus ^articulierement par le m6r 
effet^ lorfqu^ir n'eft accoihpagn^* d^ducu'ne 6^ItMte , urie 
cxpreffion jufte , grinde^ majeftueufb , forte. 

Ainfi Veffet dans le dcffiri , c?ft un tontoUr hardi qui 
^xprime fenfiblement dei formes que Vartifte connote 
|)ftrfaitement , & qu'il ne fait fouvent qu'ihdiquer hi* 
hiittactt. La tfbert^, it confiance ayec lefquelles 11 

rappellcr 



Digitized by 



Google 



9sfipelU Itttr place, le^ figiare; l^iir pr6^iDi;^ibti , leur 
■^^paretiie^ iclair^ ou e«ldr^ font dire que c'«ft uii 
deffin d'ej^. C*eft aitifi ^e Mkhel^Ange, entcajatit 
iinej|%x^^) faVoit exprimer quelquefob par Ubfimpte 
trait /la conformation des ^embres^ leur jufteefiimsui-^ 
chemeAt, Tappardnce des mufcles , les enchi{reAieiaa.dct 
)r«ux, let plans Qit lefquels leis os de la tite font placid ^ 
ea&i le camd^e de I'adion qui dolt inf^Uiblcmesic 
r^fiilter dela jidi?eire de toBC^ajces comhinaifoiis. ATes 
le {ecours d^ quelques hachures , il pouvoit indiquei 
aux yeux exerc^^ da&s I'arc de la peititure, r^^dn 
clairH)bfeiit & Ton pourrdit dire m^me celui de la con* 
leur ', ua deffin de cette efp^e eft ce qu'on appelle uft 
AMhdu pins grand €j§^€t, 

V^tf partic^li^reiiiexit appliqu6 au eoloiis , ^ft c^ol 
gHi porte l^mitatioa des coulein^s locales )l uh poi^t d^ 
perfedion capabiie 4e faire unr Ulufion proinpte it 
tfenfiblie> 

La couleuf locaie eit k coul^uir ptopfe Be difHtiSivet 
de chaque objee t feUe it^ dsmt U nature , quand Id. 
lumiirttfifdvprahlt^ uile force & une valeu'r que Ifart a 
bien de la pejne a imiter. I>e$ organ^s juftds & bieli 
exerc^s dans les moyens de iW peuveAt y pri^ttodre^ 
mais l^ecueil qui fur cette Kler difficile eft It plus tv 
Ineux par l^s naufrages y c'eft <^ette habitude de tb&s 
& de nuai^ces qui s^enracine, /ans que les peincress'ed 
^ippen^oi^veiit, par une pratique r^p^tde &qui) renaiflant 
^ms toua }euTs ouvrages , fatt dite de plufieurs artift^i 
qu'ih oiit peiht gris^ ou toux'^ que leur aouleur i-e(r: 
femble alabrique;qu'elle eft rouge, ou noire^ ou vio^i 
Jette. Ce d^ut , fi favorable \ ceilx qui , fans prinoipes ^ 
reulent difting;u^r les maniires des mattres, eft ua^ 
Tome lU W 



Digitized by 



Google 



iiatiile'n'eA pr^cUement a^ dor^ , nl at-genie^ -. ^l6 {^# 
|Kunt.de£o^^iir paraike> resHttencefi iont des nielaflg^^ 
de: cdui^in» rompues , refb^es , varices , &: c^«$ <qitl 
•olfke-a P^^^ par la ^oulBur ^ a*eii doit aVoit audWne k 
^ii. ^- ■ - - ■ • * - ' - ' 

^ t On|)dot r^ndrf plus (fiaippftnt IVj^r de U cduleai'v 
jm^dA{^6&aon des lumieres *, mats des i^iUm^nitceTtt 
tocore ceux qui Te -fottj^H^- fur e^e leeQiif^^Le defir 
dr^efcher ^S^ttent:4on par des effets^ iH^kt as Carra-^ 
Vdgc. ^eclairer fes moiSeflT d?uHe iftanUre <pii ^ rehSi 
coasra vtfrementdfttit'k nature : le jour tf&HP MMit 
ilefc^ittfaw^ ^pat des^ ittwrty^ffes m^itageei 'alv<§c ^ art ^ 
offroit a fes yeux des lumieres Viy^aTi maip trai^haiKesi 
U to (S&lta, dsns l^s imlcatiol^ qii^il efb fit, des ej^ts 
phis fiffif oilers ^u?4lg>Pe^Ws^,Ies oppofieiofis- trdpdures^ 
Ids ofn^es devenuel^ lUti^es^^^ont t^ndis, %V«c' i^^tem^j 
fes tableaux de deux feules couleurs^- le blanc 8tie n^it 
y^vdomineiit, & ces ombrefi-t^ebf^al^S qiife fa^^et^n- 
tibiit it 4»^ ^crcaiA «f£it ttrk^andues Tur 1^ imyi^g^ss , c^t 
•ni^dlbpp^ dans leordb^i^i^k^-k^ parties 'eXeislkfites^ 
iehi oet<hablle Artlfte devoit tirer-fa glpire.- II eft 
4oat.de )ii;{l^s borne$ qui l^iteiir Is ^eH^diidiV ^ft totit 
Ipsnce^ & lesiexc^ &ni ftte ehnemis r^uiEable$. ^ '*' 
.v/iAiuiJ*ftfi , un^takJWiu' qcii 6fdce Uft^'feffet ^^rifl i* 
predu^ fur tout l^.TOonde'^ke fenfati<|n kft^*«filime^ 

Ht&i^fiBfe intentiqn marqtiee^ iine nidr^lit4l&riiiV6aradere 
aiKfUdl tout«s les pj^^iei^^oncoutent, 
roLeieaKadere doit ^e ^xprfitos par Jc^s principauif^traki 
^el'Je diftinguenc , p4r l^art de la difpofition des^^l|i|ist9> 
fia>*leur enebal]»«mtflt)-lea#s i^appork»>S^i^i-dppo(trion# 



Digitizedby 



Google 



£ F ^ ttf, 

Jlul leur eohvieniient. Quoiqu^ la nature ftirfblq au* 
^orifer I'exces des details , cet exces eft uh pbftiacl^ 
^Vejfa theitrily & a l^ejfet pittorefque. ' 

Cependant, cette obfervatiob n'autorife pas i les 
ibuftraire indiflin^ement^ mais a ch6ifir%eux qui Ibnt 
cflentiels ou favotables, pour egiblir ou rendrfe plus frap- 
pai\t le eara^lere qui dolt doxniner. Se deteriaifter ave« 
juftefle, c^eft le propre d^un genife grand, qui daiis c# 
^hoix, embrafib les details d*un objet, mais qui fte 
s'arrSte ^u*a cp qui lui convieftt. II ne fe laiffe point 
feduire pafce qu'il ne pefd jamais de vue le buc ad it 
^nd. Ua-pein^re S^ftt^ eft ordinalremenc uti hontoi* 
deg^nie; & dans tous les arts, le g^nie, lorfqu^jl eft 
fuperieur^ devoile la -fciencQ des effetSyiz poefie, 4inj4 
flue lapeitttuf^, la tnufique^ ainfi qufc Tes deuxlcBurs, 
iffi jpoufront jamais precendre que par cette vdic a dej 
Hiicis eclatal^s Sc a ce%i^ appj-oUfcioh gehe^ale , qui eft ^ 
flatteure. Les autres parties auront des admirateurs, 
.les grands <f^aj reunirant tous les fuffirages. Uhomtnagd 
iiuy>ji ieiir rend feft^ pour ait^fi dire, involohtaire : il 
lic;4oit fien a la reflexion -, c'oft^ un premier nu)UYemen%» 
j( Ankle de M. XTATEt^t ). 

. Efjp^t. Xes vues ingpnieufes que fenfertne iWicle 
qufqn vvr^ent de lire, ont bofoiil d^dtre accoflipagft^e^ 
dcpfinGipes plus pqficiEs t lis lious feront fournis par uH 
|)rofefl[eut 4e l^art» 

. Quqique les pfincipes ie& effect foieht &rits dans In 
JDigjiire^UJaut, |)ourj0sy 2ir<j & les }m|ter exaaeatent, 
^;:^ attention que foit qu*on Claire une figure dn 
jour naturel, ou d^une lumike artlficielle , il doft y 
^^\x un premietf cjlauf, qui domine tous les autres* 
jp« jjour pr.incijpal doit iixe $\d,(^ fui: 1^ par^ie la plt^ 



Digitized by 



Google 



propre I le recevoir d'une mani^re large. II ne doif 
point ^re r^pet^, mais on doit le rappeller fur la figure 
par des ^chos qui empdchent qu'etant feul, il ne pro* 
duife une crudit^ d^fagreable. 

La principine lumiere ^tant ainfi bien diftribu^e , ott 
aura foin de la faire valoir par de grandes parties de 
demi terntes qui la turpaifent en volume. Pour lui don^ 
ner le dernier piquant, on I'accompagnera de malTes 
d'ombre qui Equivalent en etendue & le volume que 
la lumi^re occupy ^ & celui qu'occupent les demir 
teintes. 

Nous prevenons le ledeuf, & fur -tout les artiftej 
que , par malTes d'ombre , nous n*entendons pas ici dea 
ma^es noires, mais de fimples privations de lumi^es, 
des parties fourdes qui doivent leur vigueur I leuf 
Etendue plut6t qu'a leur DbfcuritE. Elles doivent &tr% 
tou^urs relatives I la vivacitE du jour qui les produic^' 
a la diftance d*oii ce jour agit fur elles, & aux refleu 
qui les environnent. Ainli les ombres en pleino cam* 
pagne ou dans les airs fontVagues & lEg^res; elles font 
plusiburdes dans les endroits fermEs ; mais elles ne Ibnt 
noires que dans les caveaux. Les ombres trop obfcures 
rendeftt IWvrage trijfte, fombre, difgracieux*, les 
ombres iragues le rendent irimable , vigoureux & vra!* 
Les malTes brunes doiveiit 6tre dVutant plus Vagaed 
qu'elles font plus larges -, d'od il s^enfuit que plus let 
ihafTcs feront grand«8, plus le tableau, fans manquer 
de vigueur , fera fuave & luminenx. Cette propofitioh 
qui d'abord paroit tenir du paradoxe , devient une yi*, 
tix6 decidee .d^ qu'on I'approfondit. 

Les reflets , necefTaires au par&it arrondifiement den 
corps , feront places dans les parties toornantes* Commf 



. Digitized by 



Google 



E F F T17 

Us ne font que la r6verb^ration des rayons de!ce qui lea 
environnc, ils feront d'autant plus vifs , qui'lLs feront 
produics par une lumiere plus brillahte , 8c fe perdront 
dans I'ombre lorfqa'ils ne feront occafionn^s que par 
line foible lueur : obfervons que les reflets etanjt les lu» 
mitres des parties .ombrees^, doivent 6tre placi^s fur le 
milieu du corps pour en former I'arrondilfement, comme 
on y place les lumieres dans les parties ^dair^es par le 
jour. . , 

Les lumieres , les demi-teintes, les ombres & lear 
reflets auront leur ^dat , leur fralcheur,, leur forcii 8c 
leur beaute relativement au voiflnagj^ ou 4 I'eloigne-^ 
snent du principe qui les produit. 

Qu'il y ait tou jours une demi-teinte entre les lu- 
mieres & les ombres , pour que leur oppofltion ne pra» 
duife pas. des duretes« II eft n^ammoins des occaflons. 
od Pombre peut trancher fl^rement fur la lumiere v 
mais ce n'eft guere que lorfq.ue deux corps comigua 
agiffent Pun fur Tautrc. 

Que les ombres portees foient plus, fortes que celled 
des objets qui les portent , & que leur force foit altereo. 
des qu'elles recevront quelqucs reflets ou du fol^ la 
terre ou des corps qui leur font voifins. 

Tous les objets fe dctacheront de leut fond par des 
^rtis decides. Leurs contours &: lieurs details ne feront 
prononc^s qu'l raifon de !a lumiece qui les i^aire. Ca 
n'«ft pas toujours la partis la plus proche de Pceil du- 
fpedateur qui doit ^tre la plus arrondie , la plus re-^ 
cherchee *, c'eft celle que le jout frapge de Peclat le 
plus lumineux. 

On ne doit jamais affeder de d^tourn>er les lumieres 
& les ombres des endroits oil It nature lea place* £a 

Hiii 



Digitized by 



Google 



Tain voudrbh-on pretexter la fingularit^ ^e quelqu^ac-^ 
cident pittorefque/& faire valoir le droit & les licences 
du genie ; lebeau ne confifte que dans Ic vrai. S*il eft- 
dcs effas qui partent d'un autre principe , fuflent-ils 
' feduifans , lis n'olTrent que des beautei fsdices & 
Hiani^r^es. 

Ces principcs de 'f^ffct font en mftme-temps c^m-^. 
du cUir-obfpur, & conviennent \ un Ample deflin-. 
I.es principes de ^tffit d'une compofition font a peu do 
thof^ pr^s les mfimes. La himi^re pdncipale doit tou- 
jours y dominer & $tre foutenue par d'autres lumi^res 
flibordonnees •, clle doit, autant qu'il eft poffible, fuivre 
line marghe diagonale , & former une chaine dont 
foelJ ne perde pas les chalnons. 

Des demi-tetntes doivent la foutenir. Elles font les 
reflbrts les plus propres I faire mouvoir une machine 
, pittorefque , & fervent ^galement \ relever l*eclat dei 
}umieres & la fie'rt^ des ombres par la fubordination 
de beaut^ oii on les foumet \ regard A^s unes , &: de 
force \ Tiegard des autres. Le volume d6s mafTes de 
demi-teinte doit ^tre plus confiderable que celui des 
lum%cs , par le principe general qui prefcrit que touted 
laaiTe qui (butfent foit plus l^rge' que la malTe foutenue* 

Une mafTe de demi-teinte peut fervir ^ etcndre celle 
de la lumiere ou ^ faire oppofition avec elle. Dans 
le premier effet , on doit l*oppofer \ un fond obfcur qui 
iafafle briller ; pour lors elle peut Stre regardee comn^e 
lumi^re fecondfe, Dans Tautre, elle doit fe detagheP 
tix un fond clair qui lul donne la confiftance, la fo- 
lidit^, la valeur dont elle a befoin pour faire un cort-' 
frafte firappant-, niais dans l*une 5lr dans Tautr^ circonf^ 
UWXCiP > la maff^? d?. dcmi -teinte dQit etre fQute^ue par 



Digitized by 



Google 



E ff # ti9 

ip'ejle^ n^us. encore plus ite^dofe q^ la djsxRiTteint^ 
& la lumiere reaple^ enCevahle. G'eft ce ^^^jitt penie 
tc opere la pV^paurt des grands m^^cres qui contioifroieni 
parfattement la magie des,£fi;t^^ 

Les om'pres donnctit au>. deRn-teitwe*^ I'^blat <J6nt 
ceUes-ci fontbriller la lttffliier«* Elles vculent &tte tral- 
tees d^un toiAague , par mafCss plates ^ & ne doivent 
<;>iF#ir que de ttes-legcrs devils des «hi»fts qu'^lle 
voilent^ > 

, -^^s.pefleus ach^emt d'operer rUlufioit qtae l^tificc 
^e$ lumieresy^des demi-teinted & des oonbrer a^dit ar-* 
tiitemetit entam^ •. nnobjct »e pent 6tfe tirfbndivfant 
ie fecours des reflets^ c^} ft pas* leur entreihif^ qirtl 
prend le phis par fait relief; 

Ainfi quatre«&if;eces -de nurffes' emrent dans la magftt 
ies eff^ts d'une compoGtion *, fiiaiTei^delQiai^f ihaiirel 
de denii-teinte > maff^ d^ombre^maflesde reflets. Ellci 
font routes d*iine egale importance, Sc he pfodaifeni 
niluKion qu'autant qu'^elles fpftt routes pai^faiteiient et^ 
^endues. De combren, do coftibtnaifohs ft^nifames' n^ 
Ibnt-elles pa€ fafceptibles ?' De coriibteh d'Sng^nichtftJi 
yarietes leur concpur* ne- peiit-lf p^s 4tr^\ l»Rjdifee> 

Une mafle de'^^demi-^wme^qui re^eve l^eolattrH'an oB^ 
jet lmnineu.x eft-eihiici^pofed aunfiufdrtiaSr ? L^j 
eile fe trouye en.co«£raft« avec lin objer^g<ltti^eo« 
en bfun qui la rpnd kin^nimXe eHe^afce; l<tt» fe4l| 
<^* font das ^paiTes da«f&*^,,piij.teur:oc«ribiir^r6^e, 
fe detachent fur u» cipl^ bclKam ; plus pr6r,.diw ombffei 
f^eres qu^eclairent de tondVQs refletsi Taatofirr, cfVftil| 
an fond fuave que fe detacjiei^t #E^Sf*ti)|kts SbCdtiW^ 
taniot c'eft fun la plus fombse des for^.^-^'qffu^ 

H ir 



Digitized by 



Google 



lino Iff 

femplelum!neU3c qui lachaffe'dansle lointain, paroltS 
i'avance & repoulTe fur les premiers plant dec gtouppes 
vagues , aflkifonnes des touches de brun les plus forces^ 
Ces partis divers, fttcceflivement ramen^s & em- 
ployes a Pappui les uns des autres , peuvent former def 
efftts vzri^ que I'artifte multiplie autant qu*il veut.^ 
II lui fuffit de faire attention qu*il n*y a rien d'abfolu 
^kns la nature ; que rien ^n'eft clatr pu 9^ \ %^^^ ^^ 
€«lor^ , grand ou petit , vigoureux ou Yuave q^e par le 
xontrafte de ce qu'on lui oppofe. 

A ces principes qui conduifent i Vtffct dans le deflia 
tc dans la compofition , 11 faut joindre ceux qui con* 
cernent Pillofion des effets que produit la couleur, 
. liorfque I'artifie aura epuife fur fon ouvrag'e lesbeaut^s 
de precifion & d'exaditude , dont fon favoir pitto- 
jrefque lui permettra de I'enrichir*, qui, Aiivant I'in- 
dication de la nature , il colore les objets le» uns fur 
les autres, en leur oppofant tant6t des fonds plus 
clairs , tant6t des couleurs prepres plus lumineufes ^ 
ou quMl les d^acfae en les mettant fucceilivetnent en 
eontrafte avee des fonds plus obfcurs , & avec de9 
CQuleurs plus fourdes & plus ^telntes. 

QuHl t^eille les lumi^res par des reluiikns trompeurs,; 
Sc par les ombi^s les plus vigoureu(bs, diftribu^es ^ 
propos dans les endroits oii les reflets du jour ne fau« 
foient p^ntoer. II faut ufer de grands ilratag^mes 
"^ur op^rer de grands ejfefs de couleur. 

On doit les con^evoir , ces effets^ par grandes mafTes. 
%se moyen aiTur^ de faire illufion , eft d'attirer la viio 
|par des aceidens larges , ibutenus , & reduits , autant 
fli^il eft p^iMei i «« point d'unit^ qui en impoft tii 



Digitizedby 



Google 



E F F lit 

Que It tout enfemble d'une ordonnancc pittorefque 
Joue avcc fon fpnd. 11 n'imporce par quel effku Lc poni 
ftrabeau toutes les fots qu'ii fera nettement d^d^ ,^ 
&que, dans lamafTe, il ne fe trou vera point d'objets 
<{iii percent avec le champ fur lequel ils font en op- 
pofition. 

II fauc introduire dans le tableau une couleur atnft 
qu^une lumi^e plus btillante que toutes les autres, & 
mie nuance ainfi qu'une ombre plus vigoureufe que 
tous les autres tons des maflfes d'obfcur. Ces tffets 
m^nag^ pour faire la plus forte illufion , dotvent 6tre , 
ft^ferv^ pour I'endroit oii fe paffe le plus grand interSt do 
la fc^ne. Ailleurs les accident de lumi^res & de cou- 
leur feront tres-mod^^& ne feront fenfibles, que 
pour relever Teclat & la valeur de I'aftion prlncipale 
& de Vtfftt dominant. ( Article extmit du trait^ d% 
fdnturc de M. DdtJDni Bahdon. ) 

Si vous voulex avoir du plaifir, (on pourroit ajouter 
&'du fuccis) en peignant, il faut avoir tellement 
penfe a I'economie de yotre ouvrage qu'il foit entiere- 
mem fait avant qu'il (bit commence fur la toile : il faut, 
dis-je, avoir pr^vu Veffet des grouppes y le fond , 8c le 
elair-obfcur de chaq^e chofe , I'harmonie des couleurs , 
^intelligence de tout le Aijet , enforte que ce que 
TOUS mettrez fur la toile ne foit qii'une copie de ce que 
TOUS avez dans la penfee. ( Note de de Pi les fur le 
vers 441 du po^me de la Peinture de DuFKEstror. ) 

EFFUMER , ( v. aft.) Ce termcfignific en peinture 
rendre certains ohjets moins fenfibles , les moins pro- 
toncer pour qu^il^ appellent moins la vue% On dit , it 
fiiut effumer cene partii^ y ft CQntour j. Scc» {Article dt. 



Digitized by 



Google 



&^ 6 L S 

T-andenneEncychpidie.yii £e ptit qiir c^^m^e^ 
s!emyloie dtns :<|»elques atrefiers , nous le rapforroi^g^ 
eolume douteux^ &nous croyon^ du moiAd-qull oA peft' 
^ urage.-(t-) \ 

. £ G \ 

£GRATIGN£E ., Manier« «grAti«n£k. EfpcOT 
de pelnture- monochrome, ou, fi Ton veut, de dcflin ,- 
^ue les It^liens nommenten un.feul mot fgraffitta. ' 
. C^eft ua genre de peinture qui cionflfte dans la pr^^- 
paration d'un fond noir de ftucfur lequel on a^pliijUei 
un endaic blanc, 8c en 6cant cet enduit avec linet 
poince de fer^pn decouvre par hachures le noirqui faitl 
les ombres J ci^ qui forme une (brte< de clait^-obfour 
i^itant I'e^mpe. 

Les gens de I'art favent que Polydore de Cartvage ^ 
qui a ^xlcut^ la plapart de fes ouvrages a frefque Be 
d'une m^me coul«ur, a l'ii?iitatton des bas - teliefr^^ 
i^eft fouvent feryi , dans cette fiyce de peinture, de la^ 
maniere igratigniei £lle a beaucbup de force , &: veSi&m 
snieux aux injures du terns que tidute autre *, mail elle;>a> 
un e^c fi dur , & fi d^fagreable a la vUe, q^e toue 
le monde a pris le par^i dd l-abandonner. Andr^ Co-' 
fimo ^ qui a le premier employ^ lest^rnemens dans les 
^vrages , de^ pelnture modeme , eft audi, )e orois , kr 
premier qui a travail le 1^ c]air«-pb{ptjir dans ta maniicer 
igratlgnie. ( Article de M. le Chevalier de Jaucoukt ^ 
4ffasran<;iennt Ertcycioff^die,') .-^ 

^CKATj^GiitB J gravure\egfatignee i fe dit ^une gran 
Ture fake fiune maniere fi timld^ qlie le cuivre. ef)p 
|[^utftf i^aT/^t^.q^^..cpupe.,(L4.'-\ . - .. '^ 



Digitized by 



Google 



]fe L E M^ 

^ iliXiAVCK i (ubft. fern.) II eft des termes vague V 
comme je I'ai d^ji ftdt bbferver , qui fans 6tre definir 
avec precifion, font i pcu prSs fentis par le plus grand' 
Dpmbre de« hdxaaie$ (pirituels & inftruits. Le mot ^Z/- 
gance eft de cette claile. Ge mot pjirott appartenir 
d'origine aux beaux arts ; il eft employ^ dans tous & 
^applique , par c6nCe(|uent^ a desobjets fort diff^ens les 
uns des autres. 

• Dans rarchitefture , on dit un bitiment ^7/^^inf , und. 
colonne^/tf]gyin/e,.despro(ils el/gans: dans la poefie & 
IMIoqujence on loue un ftyle iligant ^ d^s vers rempH* 
^elegance. Dans le monde, on dit aafli lin jeun^ homm^ 
elegant , & quelquefois uh Elegant ^ pour d^gner celut 
dont le foin ou la pretention eft de moiitrer VeVganc^ 
dans fa figure ^ fon maintlen , fa pamro , enfin dans tour 
ce qui lui s^)pameat , dans tout oe qui le tbtiche ou quf 
Tentoure. M|iis en ce dernier fens la donominatioit 
prend, dansl'elprit de ceux qui s^eri fervent, une teinte 
ligerement ironique, que comporte ce mot, parce qii'il 
eft vague, a pen pres oomme le mot agr^uhie ^ auqiielif 
fert quelquefois de fynonyme ; car dans la con'/erfatioit 
on dit, ^ I'occafion d'un jeune hommc frivole 8c re* 
chercbe^, qu*il eft un Sl'gnnr cm un dgreahU* Le mot 
iUgant z, dans Fart de la peintufe ^ ^infi qiie dans I'arJ 
"d'ecrire, un feris plus precis. VUfgance y p eut erre de>-* 
finie , a ce que je penfe ^ comnie uife portiori de la grace f 
jointe II une portion de la bcaut^-, & d^ris les arrs^ il 
ne fe prend jamais en mauvaife part. Le peinfre , pouff 
atteindre a la beaut^, doit, pbfft^der la cdtihotfi^nEeJ 
parfaite,de$ propoitkms &: les jtff^fts-Kapports des {jar^ 
ties entr'elles. Ce mtoe artifte, 'poilt fiUfif* la ^ricb^ 
4l^e fgvcfir xnefctre en parfeir ^ord-^ti^f,tei i(fe®ion» 



Digitized by 



Google 



ite4 £ I- £ 

moralea (impletylesmouvemcns phyfiques qu'elles occ:£* 
lionneac & les traits qui let expriment. Cefl de ces con- 
fioilTances riames qne refiiltera la y^itable Hegmnce^ 
en ayant foin cependaiit d'evher ce qui s'approche trap 
des afiedions ferkufes^ trrfte», aiafi que de» proportions 
fortes, miles & proitonc^es. 

Mais ii lepekitre veut parvenrri ViUgastceybnn dtre 
foutenu par ces deux guides aimablesy la beaute & la . 
grace , alors ind^ch & (buvent %are , il penfera trouver 
V^Ugance dans quelques licences ingenieufes, &H pour- 
ra tomber par cette m^prife > dans ce qu'on appelle 
maigreufy dans la fichtnffk & dans refFemine. 

La jeunefle offre les modeles de iVii/^^m^r dans les 
formes *, mais les ^ens du monde fe trompenc fouvent 
dans I'appUcatiott qu'on fait de cette quaKt^. Ceft ce 
qu'ireft facile d'appercevt>ir, lorfque dans desfdtes ou 
dqs aflembl^es, on entend fe r^crier fur ViUgance de 
quelques jeunes perfonnes, dont la taiHe eft grande , i 
la v^rh^ ) mais difproportionn^e , (bit par une confor* 
^ mation yicieufe> foitparceque la nature rfeft pas en- 
core d^velopp^e ^galement & compl^tement dans toutes 
fes parties. 

C eft f|ps doute d'apr^ ces erreuts & les pretentions 
qui fe ibnt etablies , que le mot iUgance , dans I'ufage 
qu'on en fait hors des arts, a re9u I'ind^ciflon qui 
Paccompagne & cette difpofition a fe priter a I'lronie* 
Parmi ceux qui fe vouent a la peinture & qui n^ont 
point encore alTez obferv^^ le mot elegant peut confervrer 
un fens un peu vague , & les jeunes artiftes parmi nous 
courent la plupart apres iV/^^^znce > avant de connoltre 
len quoi elle confifte v^tablement. 
ypus done jqsi panidpez aux erreurs da Public done 



Digitized by 



Google 



fii p^l^, & qui avez peut-dtre la pr^mlon d'^tr^i 
vous^m^mesaunombre dese/^^a/LT 9^ foyez certains que 
vous .^tes plus eloign^ de connoitre la veritable ^/^ 
ganc€% que ceux qui n'en ont encoreaucune id6e \ car 
il eft plus difficile de re&ifier une id^e faulTe, h, la^ 
quelle on »'eft livree, que d'en prendre une qu'on n'ayoic 
pas, 

, II efti^i craindre que .vous ne falBez confifter IV/e-f 
^Q.nct plut6t dans le maintien & peuc^^t^e m^me dans 
les draperies de vos figures que dans les proportions & 
dans le nud. Vous qui bitifiez & V4nis qui kiaitrifez vos 
archice^es^ vous ferez confifter V^Ugance dans des or« 
iiemens fouvenc in utiles & de mauvais goi^t & dans une 
Incorredioti a0edee des^oprofils, plus. que dans la 
purete du trait > & yjosixs qui ecrivez , vous crcdrez voir 
Viliganee dans curtains choix de taots ik la mode, de 
tours mani^^s, d'epith^tes ambitieufes ^ pins' que ^am 
le goAt fin , juftement mefur^ du ftyle , dans la pro- 
priete des termes &d^s 1^ jufte accord de routes cea 
chofes ayec le cara^rejde I'ouvrage & de la pettfee, ' 
Poujirevenir a vous , jeunes artiftes , fbyez f erfuadfc 
(& peut-^re I'j^rez-vous v^rifi^ Guu qu'oa Vous y 
engage) qu'une taille prolong^e & niinpe faasu^ jufte 
proportion avec les different^ parties %^\ I'accompagnent 
& fans embonpointj qu'une figure ,alld^^ , qu'une 
colonne ^^'^, un profil t^p^^r', j^e^j^ftittient point 
VeUgmcty ou ne prennenc ce nom que parml ceux qui 
exerc^nt les arts fans verijcable connoifiknce'. des prin--* 
cipes, ou dans les difpours vaguesdc^ genrde godtqui 
Jes ont formes. {^rticUdp^ M^,J^ATMLtT. ):c. .. 

L'£iEGAMCE n'eft pas l^beaut^ : ell^ofFre nnedd^e In- 
Arieure au beau , 8c plu«.Yoifine de ragcenea^ Lein 



Digitized by 



Google 



^^enifortfer ayec ctle I'idee d^ane ghmde puffet^, tltk 
j)eut fe ttpiiv€r avec une forte de negligence* qu^ac^ 
-^ompagn^ quelqu^imperfcaion. On ne dit |Jas qu^ 
>rApollon dii Vattcan 9 que kfcVinus de M^dioiB^ioiS^ 
•4gs figures tligdnus; oncrouTeroit^lut^t'uiie certalnis 
:iUgdncii dans la. Venus Callipyge. It fei^le ^ete {a 
qualite di^ elegantes conviendroit laieujc aux figures du 
•Corrrge qu-a «lles do Raphaol. Uiligdnae n^-eft pas 
^eci^rmeiftt ie contraire de lAtwideur^inaisefley eft 
x^ppoiee&i&ppcfe die ia fou^effe & d« la ftextlriHt^* 
iMengs rie Veft 4oiic pas ttKuinpe quandil a'dk quVlib 
-confide daJia la ^ande varieti^idc 4lgnds ^ourbes & des 
angles; ci^r^la flexibiilbe d'onxontour ondoyantxonfifte 
sdbins.cott&varset^^ &: oe«fe van^-iemble coftflitueric 
^tUganct da Coijr^e, -ou-du «ibhi§ contribiier '^jffour 
dbeauooup. k prodtikse cette e^^i/ii't. ^lArticXe ikMLt* 

; £LfeV£. . < .^bWI* male. ) EUi^^ ^DifeipU font fyt* 
noayjoes ; ^siais le dernier dd«4;eii -l^Mds «ft ^i^iiiaife** 
^|i£^;:d'<^&ge.foiar les.^enees^ &:'}e''{>roim^^^dtit'^le^ 
^rtsw OnT^t^PkRWnpftk' rf/^7>/^de Socrat€*& A^^Be fut 
fttev^iBil^VSt^l^V .ioio:-'..-'-* ' ..' * 

: jl iibraiDfaftd d«)^t€f4'4bi]l¥iif^que 1^ Fhildfbpftes litf 
rfbffcnt ^i^tf^iU{u^dfe4a fegfeffe', &*que les peirftfe ne 
-furiKqnM^^i/^i .ip?e>de. ife.»*rtit^v if y^auroJt, il bftvrax', 
impittsrd'imtft^^ $: mciiRd ^^ l^ydfophes.-Mab les 
•fiaieijice^ Sc :\BAi-4mttY gagviiej'eienf. Aujourd^hui nous 
ial^ondo^ns «n eu^ift^ ; e'ft*^e Un ilvahtage pdiMtfsam^ 
Le nombt^ dcrceox qus'ony ddfHne ^aocfodt de^nbs jou^ 
^Qft iunBBr'propocddiv tr^ l^aiide, t^omparee au nombre 
jgdfBs.hoaBOB$.acfifi ^iyant^remjtlir^ di'aatrcs pr&FeflianR 



Digitized by 



Google 



pdlf^s^ 9c I Pemploi taifonnable qu'on JfJt'ftire df|» 

fulfils , dans un royaume m^me ttka-flottiff^ntj 

•^ Leluxe, la mode, l*efpoir fouvent cjiu^rique dp^ 

fortmx^ ^ntvsLitkent yn t^Qiabre ^n6nide peres de faimUe 

^^marquerii \e\irf entans une dj^ftinfe qui n'^toir pa^ 

ceUe que leyr ^vipit marquee la n^ti^xfi. On peut dir^ 

^e f ^tte foule ^ui fe precipite a tips ^col^s d^ dd&n,: 

^i>m]bieii d*appele«& comMeu peu d'jelus^.Que deviqndra 

p^peiidant' U plu^ g^ande, partie de ^e pfsupj.'e , conjTac^ 

^x^^rt fans difppficions & fouyent mjime au >xn^prif 4f 

jcuf"! dirpofitipns naturelleit? ujjfe vie malbeureufe Hf 

^eoace & c!cftain6^qufi nps ^y^ua^ faiibi,ent taut d*ia^- 

fortuties^ Iprftju'ils ^^oupient leijrs; eofai^ J I'etat w>- 

^jD9^i.que , avant aVi)? ^ulTent non-lei^lement la luoin^r^ 

^oca,tion , mais . la^ copnoiHance ia plus I6g^re des ebjiir 

gations qu'bn /le^^ In^pofJ^it* ; Ce nqmbrc de jnaovaitf 

lUQiiies cpntpjbuoiffans doute i corrop^pre le^ moeqrs ^ 

^,ayUir la rfligion; 8^ nqs mai^ais irrij^ef nuiltipli«i 

coBcribuent daja yifiblement &; co^tribueront 6& pUif 

^a plus a conccoffpre .& i avi^r ]es art^. II eft yrai 

qu^un mauyfii^.pjpi^iiye n'eft pa? ^^chaJne coping* 41|l 

I'cligieuXjgar jiei- yoBux indil95^ttWes-,inais> paryjeaai 

t^eme.ansj.5ije.s!^taji?t <^ccup6q^*i gi^ter des coi^i^uf^b 

gu^leTefTguijf^ ^.u^^^e-t-il? Jafttisdon<>bien ^Icugnf 

^e youloif e>xuc£/fui9urd'h,u4ole^ P^res de fain^l^,| 

ypuer leurg .enffins ^i^x mul]?^,;^ qui Je pks fouy-^t-^p* 

|ettent ces ^ffrandef ^ ou plutot j^es .vi^iffi^s, : . - 

^ Pour y'ousyjemief clevcs , Jiui^^ ^ofiCB ^^ y^abl^ 
d^j^fitioos^ ^.dif germe 4es talens, ^?z d^ja drqh d# 
|:^Iever mes^^reu^, fcmvejtijBZ ^pf ^^ rl^n n^^ft ^ 
ppble queJa%cjtfrieye^ji you^,jB^6Z;,iqjf^ qH!i!b:/iMli 
destaiens> de Tctude & des maeurs pour hi p^Qiud^. 



Digitized by 



Google 



lionorablement &r avec gloire* Le nom d'ElevCj 6efuf 
d'anlfte ne diftingue pas par lui-m^me ceux qui le pdr^^ 
tent, comme un dipl6me dontie uit rang l. ceujt qui 
I'obriennenc du m^me qui l^ach^ent. Le v^ttueiux & 
mediocre appWntif d^iiit xttetier utile elft plus tecomfliarf- 
dable que iV/^ve, peititre , (culpteui' 6u atchitciftc farit 
iKaIent,& qaipaMa tie peutAtre que nuiiible I lafoci^t^. 
' Enfio , de t6ntes \es fatt^s de diftihdiont , U pteirii^r^ 
eft telle des vefMis •, etifulte vietit celle des tale&s ; 
inals fi f acherois* cfette Enumeration , je tfouveroi^ 
peut-4tre des incfedafes. J*en teGx'k tt qiie je vien* 
d'adrefTer I ceux que regarde plus partlculieremetit 
cct article, & faf ihVsti au motAni/te^lufietits obf^r-^ 
vations qui rggafdeht audi A^titivtsi car l'^atdV^v# 
eft le ftoviciat de WotAtt auquel ils^ont le projet de ft 
confacrer. ( Article <k M] i^A'itvkr. ) ' 

^LivES. Le? fleves , dans I'anidci pr^c^etit^ 
vlepnent tfentertdte hi voilt d^un amareui- t61E ; qu^i^ 
^cWtent celle d*uti profefleur haBil6 , M. "Reynolds. 
' ' On peut confidefd^ th)is pefiode^ dans f?kdfe de l?ait« 
le premier, eft celul od }*oh acquiert les 61ahens^ 
^^eft^ik-dire, k-faeultede defTiner toil^ lies dbjets qtk^oil 
jjeut fe propafef po\jf liiodeles^ nite T;crtaine ptompti- 
tode'^ \ maniet le pineeau , urid eotihori(&inc6 d^s ti^glet 
les plus fiittples de l!i^^oM|k>fitiott.-^is ces^lEmehs tid 
font 'encore que la ^famttiai^e de l^aft.'Quand on 1^ 
pofTede, on eftau poiftt^e I'enfimt qut fait parler, & 
Hefi^de plus. On ace qu'il faut pouif s^ehbncerjmaif 
pour attaches, j)otirplaire, pour inftroire «ii parlatft^ 
U fauc avoir des id^s,* & pour en avoir /il fiiut eil 
Mfu^ir : c'eft ce 4dnt M doit s'oacuper daas le facond 



Digitized by 



Google 



Pour acqu^rir des idees qu'il puiffe combiner au he* 
toih /le jeun^ artiilt doit chercher a connoltre le plus 
grand nomhre qu'il eft pofTible de bons ouvrages faits 
arant lui. Jufqu*i pr^fent il n'a eu qu*un makre •, il va 
iiToir pour maltres tous ies artiftes illuftres de tout 
les iiecles. Les perfeflions de chacun d'eux feront lea 
objets de fes meditations & de fes Etudes. Ayant foua 
les yeux des exemplcs nombreux de beautes diverfes ^ , 
il ne tombera pas dans cette pauvret^ de conception 
que I'on peut eprouv^r quand on ne connoft que les 
exemples d^un feul makre. Ce fecond p^r^ode eft en- 
coie un temps de fujetion. V<elive n'avoit auparavanc 
qu'unfeul precepteur ^ il en aura plniieurs dont il devra 
.f center les le9ons. Qu'^il craigne fur- tout , s'il ne veut 
pas s'cgarer , de s^engager dans un fentier oti il n'ap- 
percevrolt pas les traces de quelques-uns des ancient 
tnaitres qui ont fonde la gloire de Part. 

Dans le rrolfi^me periode , Partifte eft libre du joug 
de Pautorit^, &:n*a plus de maltre que fa propre raifon* 
C'eft alors qu'il portc un jugement fur les difFtrentes ma- 
fti^res d'od decoulent difFerentes fortes de beautes. II 
s^e^ ^udie dans le precedent periode i connolire les 
perTe^lions diverfes des differens maitres. Des idees 
reunies de cesperfc6lions, il fe formera une«id^e com- 
plexe qui fera celle de laperfedion de I'art. Comma 
deformais 11 aura Pintelligence formee par la contem-*; 
plation, il faura diftinguer les perFedions qui ne peuvent 
s'accorder entre elles^ & ne fe fatiguera pas ^ pourfuiyiie 
un but qu*il !ui eft refufe d*atteindre. Enfin ce ne font 
plus les artiftes qu'il va comparer entr'eux j c'eft Pars 
qu'il va comparer a la nature. 
On acquiert la faculte de bien parler dans la con^; 
Tome !/• i ^ 



Digitized by 



Google 



Ifsh it i 



verfation Wquertte des perfonnes qui parlent bie* t 
ie m^me ^ l^arcifte qui aura fuivi cette methode aura 
]a veritable eloquence de l^art , il eii parlef^a le langage 
avec pufcte, parce qu'il fefefa forme parle commerce 
aflidu des raattres qui ont le ittieux parle ce langage. 
• Mais fouveht , dks le premier periodc de l^educatioii 
f htorefque , les eldves font perdus pour Tart par rim* 
frudetice du maitre ou par l^exemple des compagnons 
d?etvde. Lorn d^avbir ete prepare a l^obfervation , a la 
meditation, il a cotittn^^e^ peut-Stre pour toujours, 
l^habitucfe d^ufte pratique ftori moins wicorrefle que fa- 
cile, mais feduifantc paf cette facilite mime. 

Ail Ueu (fencourager les e'lives I, fc difputer entrcf 
^x i qfti aura la main la plus ^xp^cTitive, il faut les 
^iigager afe diitputer a qui l^eiftportem paf la cofredioil 
& la puret^ d^un contour. Au tieu de leur infpirer* 
l'emulatioi\ <Je combattre a qui trouvera la teinte la plus 
Irillame, i qui tifompera l^joeil par l^imiration d'uns* 
^tofFe, il fautleut ofFrir pouf but de leurs travaux de j'etter 
favammefit les plis d'^un drapetie, & de dfo^ner rfe Ist 
^ignit^ a la figure humaine. 

Siir-tout, il faut fe gaf'der de fouffrir que les. clivej 
fie defTin^ht ^as li nud tel qu'ils le vojrent, & fe con*^ 
tenteiTt d^eft Jept^Center fbulement l^attitude. Tro^ 
fouvent fls fe piqwent d'en changer telle ou telle partid 
four la'fairc relTembler a Hdee quails fe font formed- 
de.la beaut^, & repfiftiitent plutAt le mo3^Je te^ 
c^u^ils croyent qu'rl devroit' etre que ccmmeil eft en 
eJfFetl Ceft ce qui a le plus rctarde les progtes d*ui| 
grand nombre de jeiines gens qui d^aitleurs ne man* 
quoient pas de g^nie, & k danger eft d'aut^n^ /plus 
grand, que les ^levts ont plus de cette forto de^iiifot^* 
fitioas qui conduit a la facility. 



Digitized by 



Google 



L'habitude de defliner corredenient les bbjers teli 
^ue nous les voyohi , nous rend propres i bien de{^ 
liner dans la fuite m^me ceux que nous imaginons. 
Copier le nud avec une fcruptiFeure exaAitude , c'eft 
iii:querir I'habftude d*^tre correal §: precis ; c'eft faire 
fans ceflTe de hoilVeaux progfes dans la cohnoiffahce de 
la figure hu'maine i C^eft fe nienajg;er le moyeh'd*ea ex- 
primer les beautes , & de s*elever jufqu^a ceiles de 
^antique , & a ce que rimaginadon.peut concevoir 
ide plus parfair dans I'ideal de l^art. De cette mahiei,e 
lente de proceder, refultera dans la fuite la faculte de 
'doniier auk ouvrag'es les plus etudies , les plus finis, 
la grace & le fehtiment de la facilite : nous ne parloni 
pas de cette facility dangereufe qui ne procede que 
d'une adreffe pur'emenc tnanuelle , hiais de ccll^ que 
^oon'e la fciehce de ce qu^ l^oii fait. Les anciehs ne 
ibnt parvenus a cett'e facilite, la feule qui foit louable , 
que par une etude attentive de la figure huniaine 5 fc'eft 
h^t fes jh^mes travaux que les nlodefnes parviendronc 

le I'art portbieht fi loin leur exac- 
'ili voyoleht , que l*bn cbiirioit 
haei pour les premieres Itudfes do 
^04't les figures cbelrees du "bonnet 
ieles ; des dxem^les d'une lem- 
6u verit • dans a|s ' Semns ^'ii ' Cafc- 
lonnant cette utile. poSSii^itej 
?s ont' perdu ce qui fit la glpiiS 




toui» Fes maitres cc la pratK^u^ 



Digitized by 



Google 



Ji5^ £Efi 

ie tout les elives* Un des grands d^fautsdeceiit*e!$ 
c'^ft4e vouloir Stre dels mahres lorfqu'ils font a peinff 
cntres dans Pecole ; de h'avoir de confiance ni dans 
les le9ans, ni dans les exempless de pretendre, en 
oepiant , faire mieux que<:e quails copient',de chercher 
dans la }>offe ce quails ne trou veront qi|e dans l.e modele 
vivant , & de vouloir corriger les formes du modele 
vivant lorfqu'ils ne connoifTent pas encore la nature' ^ 
d'affeSer ce qui eft le refultat de la facilite- avant 
d^avolr acquis de la pratique , & ce qui. eft le refultat 
du favoir, avant d*avoir eu le temps d*apprendre *, da 
faire des efqullTes avant d'etre capables de rich finir y 
d*etudier tous les mahresa-la-iois avant d'avoir com-' 
pris les principes d'un feul , enfin de vifer *, a tout ce 
qui , dans dits commen^ans , eft le moyen de n'at-* 
teindre a rien. 

Les heureufes negligences , les rfives , les rapidet 
conceptions d*un makre, ne conviennent pas a I'^ge 
qui doit fitre confacre \ la penible exaftitude, s*il 
veut parvenir \ I'exaditude facile. Ce n'eft pas \ manier 
facilement le crayon & le pinceau que doit s^appliquer 
un eleve , c'eft \ rendre avec precifion les contours & 
les milieuXf Peu importe que fon trait foit fin , que (on 
crayon foit moelleux *, mais il importe beaucoup que 
fon trait foit jufte, que les formes foient accufees i 
leurs places. II ne doit pas chercher les qualites bril- 
lantes de I'art , lorfqu'il n'en connott pas encore lei 
qualites conftitutives. Son but ne doit pas ^tred^biouir^ 
mais d'^tudier. Si fon ^tude eft bientot finie , elle 
n'eft surement pas aflex recherchee , alTez terminee *, il 
«?'y eft trop peu arr^t^ , pour qu'elle laifle dans fon 
efptit des idees utiles & durables ; il en tirera pen 



Digitized by 



Google 



]6 M u ni 

9e ftnh. Le maitre qui vcut que fes elives- itonnent 
par leur adrelTe , ne formera pas de grands itiattLes^ 
^ Ankle dc M. LEVESQUE.y 

EM 

i;MBTr (part, paffif) fe dit d'iin tableau lorfque 
fes couleurs i, lliuile , avec lefquelles on peint, de- 
viennent mattes & pendent leur luifant , au point qu'bn 
ne difcerne pas bien les objets. 

Lorfqu'on peint fur un fond de couleur qui n'eft pas 
hten fee, les couleurs qu*on met deffus s'emboivent en 
ft fechant. Aloiis Vemki provient de rimpredlon trop 
fratche de latoile ovt dli pamieau. If pent audi venir 
de ce qu^oft^ repeiht fiif- tme preparation qui n'apas eu 
le temps defe fecherparfaitement. Oh remedie k cet 
jnconvenienr, lorfque ce qu'bn a pemt eft bien fec^ 
en paiTant par-defTus un Bfanc d'oeuf Battu ou du rernis* 
^Article de Pancienne Encyctbpedie,) 

£ M P AT £ R (ignifie mettr; heaucoup de couleur 
foit en. une fois , Ibit en plufieurs ^ fur ce qu'oa peint; 
On dit, ce tableau eft bien empdte ^ bien nourri de 
couleur. 

Empdter fe ' dit encore lorfqu'on -met let* couleufg 
fuf un tableau , chacuae \ la. place qui convienr, ikna 
les mdler ou les fondre enfemble : on dit, cette 
t&e n'isft qu'empdtee. ( Article de Vancienne Encycl^" 
pedle. ) . ^ ^ 

EMULATION, ( fubft. fern. ) c'eft unc Ibrte de ri* 
Vaiit^'^ns jalouiTe , une lutte entre ^e% hommes vertueuX 
quife dlfputent lefucoes dans un projedouable. l^sfcrti fttf 

I ii 



Digitized by 



Google 



IH ?- ^ ^ ' ' 

languit sHI nVfl: pas excite p^r Vemulatiofi; fnsAsii fU| 
fuffit pas que l^s eleves ^^ propofent des rivaux dan* 
leur ecole, & les maitr^s entre l^urs conten^porains* 
Une vidoire facile remportee far d^s rivaux mediocres 
iie produira qu'tine orgueijleufc me^oCtlt^. V emula- 
tion doit r^gner entre les artift^s vivaos & les plua 
grands des artiftes qui ne font plus. L^ Powffin pric 
pour rivaux les grands maitres de I'antiquite grecquei 
(uivant Tid^^ qu^il s*€toit fornjee de leiy-s conceptions 
&: de leurs talens -, le Sueur choifit Rapha,^! pour foi^ 
YivaK 

Ofez provoquer au combat l^es m^ltres les plus dif- 
^iles a vajncte. Traitez un. fujet que IHin d'eux ait 
pianie avant vous, & r^doubles^ d'^fforts pourTemppr- 
ter fur lui. Si vous traitez up fujet different , fuppo- 
(ez que votre ts^bleatU fera expofe en pendant avep ui^. 
tableau de Raphael, 4u Donjiiniquin , du Ti^ea, de, 
Rubens. Votre ouvrage eft fini : compar^z-l^ a I'un 
^es meilleurs puvrages de I'artifte dont vous ayez fiiit 
votre rival. Oubliez qu*ii s'agit de voxre propr^ ^ufe , 
§c seodbs-vQus u^ juge impartjaL R^connoilTez les. 
^t9j^ (|ui vous one fait manquer le prix , & propofezt 
iFbua dete ©enaiporter s^u prttnlcr concours que vous eta- 
l^lirez vous-m|me. Faitesmieux encore i former- vouif 
^ ptu» gcaiiite id^ de votre art , & rendez-vous^ la 
ipvaldee^t^ idee. {Articlk AeM. LBVEsquE,) 

i^Xtfji^^ ou, ^,^|tVjri;cA^ ^F verbe lajJ^cyw , (ifmf<^^ 



Digitized by 



Google 



E N C tj^ 

8cs cires qui doivent 6tre diaufFees preftjue jufqu'ait 
point de I'uftion. 

On ne peut fixer I'epoque de la peinturc fncauftiqui. 
Pline , I'audeur qui s*eft le plus ^tendu fur cette ma- 
niere de peindre , dit qu'on ne ijavoit pas luSxne de fon 
temps quel etoit le premier qui avoit imaging de peindre 
avec des cires colorees &d'aperer avec lefeu. (r) Quel- 
ques-uns cependant, continuert-il , croyoiejit qu'AriC' 
fiideen etoit rinventeur,& que Praxitele I'avoit per* 
feftionnee ; d'autres afll^roient que Toa potmoiffoit d^e 
tablej^ux peints a V(n<:aujilque long -terns avam, tels 
que ceax de Polygnote , de Nicanoir & A*Ar«efilaii« , 
artiftes de Paros. II ajoute que Lyfippe ecrivit fur le« 
* tableaux qu'il fit a Egine : 11 a bruU^ Qe qu'H n^auroit 
tertainement pas fait fi V€ni;aiiJIiqu^ A^SLVoit etc invent^.^ 
Quelque peii certaine que foit I'origine de la peinture 
i Ven{;dttjllque , il paroit cependant qu'elle p^t n^if* 
fance dans la Grece , & que l^a^t de peindre 2i,ye^ de, 
la cire, i^s couleiirs & le feu, deviivt f^wii^r *u» 
irtiftes de ce peupk. 

II {eix)k inutile de patter ptus loiii les: rec.herclfel 
Ibr Pantiquit^ de Pan dl^mployer la cire dafts la peln- 
tiire y elies deviendroient noa'-f^^lemeivt u^m^et^ef^ , 
mais elles ne repairfroient pa^is (ttas de hHKi^r^ fiir TcV 
itioyeits d^ex^Quter lei tajjieatix avec Ik cjre, les cou* 
Jeurs & le feii , puifque Ptlne , qiii nous en a tranfmis 
les clpeces » dit p^u de chof^s du iji6y(»n de les pra^i 

(») CW« plttgert ac pi^ftirdnt ihurvr^-^ii pttrrttii eii&gifaverii 
non canftaU Quidam , Asijiidis inventum putnntj poftea conjumina'* 
turn a Praxitele. Sed aliquantb veAj^tt* eiieiH^c^:p*Ara exutere, 
ttt Folxgnoti fir Mcanbi?s6r >#tayi/^ -92M*ferfe7»l'j Sfjippuh^qh&que , 



Digitized by 



Google 



H36 ' . ENC 

ticJ^er. II eft tbnftant , dit-il, gue l^on cottnoiflbk an^ 
ciennement deux genres de peinture €ncmfiiqu6 ^ t\\x% 
^ faifbient avec la cire & fur I'ivotr'e , au eejtrum^ 
c'eft k-dire au vinculum ( i ) , avant que Ton conndtf 
la pratique de ta peinture fur I'eixterieur des vaiffeaux , 
troifieme efp^c* qui s'operoit arec des ciresvqui , ayant 
^te rendu es liquides par I'a&ion du feu , etoient de- 
venucs prapres k 6tre appliqu^es avec le pinceau. Cette 
peinture ^toit fi folide , qu^'elJe ne pouvoit 6tre altere« 
ni par le foleil , m par le fel de la mer , ni par les 
Tents. Quoiqu'il ne paroifTe pas dans ce paifage qu'il 
foit fait mention de I'efp^ce Sencauftique dont on faifoit 
des tableaux portatifs , on peut cependant prefumer 
que la premiere efp^ceetoit employee a cet ufage. Get 
encauftique 8c celui des vailTeaux avoient-ils de Tana- 

(f) Ceftrum s viriculum , mots que Ton ' n'entend point rdative- 
ment a la peinrure i V encauftique, « Encaufto pingendi duo fuijpe 
M antiquHus genera conftat , eerti. & ih eborcy ceftro , id eft , vinculo , 
•• donee clajfes pingi captre hoc tertium accejfit, refolutis igniceris 
•» penicillo utendl j qua pi3ura in navibus * nee fole , nee fale^ 
» ventifque eorrumpitur. Plin. hvr. 35 , C. ii ». 

* M. Monnoye , qm a foumi Tart, encauftique que Ton trouve 
dar&s le Di^onnaire Enjcydop^dique , a traduit les mots in navibus 
dans les vaifleaux. II a fans doute eu ^ fes raifonsj il a forme le plan 
d'accommodcr Pline i la peinture au favon de M. Bachelier j pein* 
cure qui furement ne. pouvoit pas redder au fel de la m-r^ au foleil 
U aux vents & encore moins a Teau. II ne faut pas croire que ce Coit 
une fauce d'impceifion^ car lorfqueM. Monnoye traduit se que diC 
OvidcJ 

Et piSa eoloribuM uftis ^ 

CaUftum matrem eoncava puppis hahet, 
T^t la pouppe repr^/ente la mire des Diettx en eouleur hrdUe, 3 
^peceque cet encauftiqutrivoixhwu plus praticable dans les ymffeamx* 



Digitized by 



Google 



. £ N C 137 

fogie f Quoique c6ll puifTe fitre , notis n'oferions ce- 
pendant trop I'afTurer, d'autaftt que M. le Comte de 
Caylus & M. Majaulc , qui ont beaucoup examine cette 
matiere , paroiffent mettre de la difference entre les 
moyens d'execution de ces deux genres. f^oyc\ kur 
JUimoire^ page 26. 

On employoit aufli Vencaiiftlque fur les inurallles : 

cette pratique etoit-elle une fuite de Vencaujllque des 

tableaux , ou Vencaufiique des tableaujt avoit-il fuggere 

aux barbouilleurs de murailles d'en faire ^application 

i. leurs travaux , pour rendre leur peinture plus folide ^ 

II eft impofTible de decider la qiieftion , foit que I'on 

confulte Vitruve ou Pline , qui en ont parle. Ccpen- 

dant y fi ces deux auteurs na difent rien qui puifTe 

^laircir cette difficulte, ils nous. en dedommagent par 

une defcription tr^s-cxaAe de la maniere de pratiquer 

cette efp^ce ditncaujlique, Voici d'abord ce qu'en die 

Vitruve ( i ) , L. VII , C. IX, lorfqu*il parle de la 

preparation du minium : Cette couleur , dit-il , noircit 

lorfqu'elle eft evpofee au foleil , ce que pluficurs ont 

^prouve, entr'autres le Scribe Faberius , qui , ayant 

voulu quefa maifon du Mont - Aventin fAt ornee de 

belles peintures^ fit peindre tous les murs des pe- 

riftiles avec le minium^ qui ne put dui«er que trente 

jours fans fe gater en plufieurs endrotts , ce qui le 

contraignit de les faire peindre une feconde fois avec 

d'autres couleurs. Ceux qui font plus exafls & plus cu- 

t\e\xXy pour conferver cette belle couleur apr^s qu'elle 

a ^te couchee bien egajement & bien icchee , la cou^ 

vrent de cirepunique fondue avec un peu d'huile, &:, 

. , . = _ L 

'{i) Tradu£Hon de Pecraulc. 



Digitized by 



Google 



»58 ENG 

ayant ^tendu cette cotnpofitlon avec une brofTe, il^ 
r^haufFent & la muraille , aufli avec un rechaud oH 
il y a du charbon allume, fondant la cire & Tegalant 
par-tout en la poliffant avec une bougie & des linges, 
blen nets , comme quand on cire les ftatues de marbre. 
Cela s*appelle KAVfftf en greg. Cette craute de cire 
empSche que la lumiere du fbleil & de la lune fie mang« 
la couleuF ( i ). Pline dit la mSme chofe , quoique 
snoin$ en detail : (i) Que I'on enduife la muraille de 
cire J lorfqu'elle fera bien (lichee, que I'on la frotte 

~ avec un bdton (^e cire & enftiite avec des linges bien 
B^ts. C*eft par ce m^me precede que Ton donne aux 
marbres de I'eclat. II parolt , par co'nf^quent , qu'il n'y 

. avoit qu'une feule maniere d'employer Vencauftiqu^ 
fur les murailles* 

Voili tout ce- que Von pcut dire fur l*hiftoi1qtie & 
*- , ' _ - 

(2) Itaque cum Cr dUi tnulti j^ tunc etlam Fahe^ias Scriba , ^m. ift- 
'jiventino voluijfet habere domum eleganter expolite^n, peryjiilii pa-* 
^etesomruf induxit minio , qtfipoft diet trigintajfacli fitntinvenvflo 
varioque colore : itaque primer locavit inducendos alios coloreM* At 
jf qma fiihtiUon fiierit Sr vUuerit estpoHHofWm mttdaceam fitum 
^lorem rmnem, cmmfMi^t^eafMtus & andmsfiterit j^ tmn cs^mtn 
punictam igii l^quefitiam^ pau/a Qsko t^mportOam « fttA infifcat: 
peinde poftea carBcnibus in fin^a vafp cot^pq^ixis , earn cefom 
appriml j cum pariete calefaciendo j fudare cogat , fiatque^ ut pe* 
rdquetur, Pofteh cum candela linteifque ptiris fithigat , ufi jtgtui 
marmorea' nuda curantar. Hue aut^m ttoticn grate dlcitur. Tic. 
It 7 . C. 9. 

(1) SoUm atque lunee contact tnxmicus : rtrnedit^ ^ utpaneti 
fitt&e^ 0tra punica cum eUo HqueftSi^ candehs' fitilt indaeHtur j ite^ 
nmuiutmimitbt gal^aearbemktMi admrt^t^ a^ftda^e^tvfqlmipBfim 
emdelis fu^igatur, of. deimili linieis ^ttrif^^J^t^, mfKOOm t^ifi^^, 
fttnr. Plin.L. 33, C. 7. 



Digitized by 



Google 



-E N C t^9 

liir le ftiire des differentes efp^ces de peinture hVenr 
fouftique , qui fe reduifent \ quatre-; favoir, la peix|- 
ture ^ la cire , celle qui fe fiiiroit avec le ctfirum oi)t 
le vinculum , peintyre fur les vaifTeaux ^ & ^einture 
fur la muraille; & pour ex^cuter ces dtfferentes eff- 
p^ces , ils m^loi^nt les couleuf^s avec la cire ^ ou ilf 
pen^troient la couleur 4® cire lorfque la peintur^ ^toit 
achevee, « 

Le bois etbit lafeule i^iati^r^ fu^ laquelle on peignic 
^es tableaux portatifs. . II feroit trop long de rapporce» 
tous les pailages de Plin^ & des autresauteurs.qui four^* 
niiTent la preuve de cette verite. 

Papons maintenantaux ^oyeiis que les anciens em^ 
ployoient pour I'execiition de leurt encaufiifues. 

Les Gouleurs etgieQt contenue^ , cemme )e die Varrofi^ 
dans des coffr«jt^ a pet|ts co^afftMin^s (i )« 

On fe fef voit de brofTes ou 4e pifnce^ux pour apf^i- 
quer les cires cokureos , comnie |e ditPldn« (a) , ou \z 
fire fur le.^ cauleurs opmn^ le dit Vitrtiv^., 

0|i eo^loyoit ^e feu , foit pQm» foii^r^ les circs col* 
Idiees , foit pQuir tiquefier U cire piit^ d^fVinee a. kitm 
^mploy^ &r les ^Di^Jieurs ptUK ^s.]»fiKke plus fbUdes 
ip^e U d^tt^^^!^, Leji ii^Ebuflaffs 4efti«^S' a cet nfuge 
portpient lenoLmde caa4^i<*> 4001^ XsL^oxmsi dexditvar 
tier jfelgn les differei^ tra^aiyc a^ux^H^l^ W eivfailbic 
Vapplic^ioiu (-^ ^^li^mthr du £li«^ ecoit. un des in^ 
^ifti^eas;^ de* f9iiKre» a^rec le^iiel on iaifbtjt fondre Ie» 
preparations bituinlneufes tes plus tenaces , dont on 

{/) Pi3ores Bocutatas. habent arcutasj uhi dlfcdl^i'es funt^cera\ 
y^. de re Rud. L«: 21. 
^2) RtfoliUAS i^cfirif^^U^tii^g^ 



Digitized by 



Google 



»40 " £nO 

feifoit u&gepour la pemture appellile encaufilque. Cett# 
peinture s^opere.en faifant fondre des cires avec de* 
charbons allum^s (i). Si I'origine de Isr peinture k 
Vencaufiique eft Equivoque, I'epoque de far decadence 
eft aufli fore incertaine. II eft neanmoins conftant qu'elle 
te. pratiquoit encore dans fe temps du Bas - En^pire^y 
liutfque le digefte , qui eft I'afrembhige des loix qui 
avoientpr^d^ le (ixieme fi^le, temps auquel on.les 
« r^unies, faic mention clans ces termes des inftrumens 
jqui fervoient a la peinture :L'attelier d^in peintre etant 
legu^ , oomprend Jes cires, les couleurs & tout ce qui 
en depend, les pinceaux, les caut^s, & les vafes 
f^opres \ contenir les couleurs (2). Un autre auteur ^ 
dit auflr qu'un peintre, ayant leg^^ fun attelier , a legui 
les couleurs, les pinceaux, les caut^res, & 1^ vafea 
nece^aires pour faire ie melange des couleurs. 

On ne troure plus aucune mientton de peinture 2 
Vencauftiquc depuis le 6* fi^le jufqu^l nos jours , 
c'eft-i-dire pendant environ onie cents ani, II eft ce- __ 
pendant ^umnant que, depuis le renouvellemenc Aqb 
arts , il fe foit ^coule un fi grand nombre d^nn^es 
fans que perfonke , avant M. le Comte de Caylus , 
ait remarqu^ que la peinture eneauJUqut s'executoit 

(i) Cautcrmm in piclorum infirumentis eontinetur, quohitumi" 
nationes €r fortioret quaque eonglutmationes eoncoquuntur j nj^ximi 
in ei piSurd qua \y%«iv%txM appellatur, qua fit earbombuM imit^ig , 
wefolutit ign* c§ns» Plin. L. 3a ^ C. 3* 

, (f ) Picloris in/frumento legato , eerct , colores , JimUiaque horum^ 
legatario eedunt petucUli & cauttria & concha, Martum. tit. de fimdo 
inftiuAo, L. 17. 

^ Infinumnto piSons legato , coloret , peniciUi^ cauterid Cr tcmpe-e 
randorum cUonm yafm deltgtmtttr, J. Faului , L . 7, 



Digitized by 



Google 



£ N C kfi 

^ec de 1^ cire , des couleurs & le feu. Ceft done aux 
lumidres de M. de Caylus que la France a obligation^ 
des premieres vues da renouvellement de cet art. 

Cependanc un auteur anonyme fit imprimer un ou^* 
vrage en 175 j , dans lequel il s'efforce d^enlever cette 
gloire a M. de Caylus *, ouyrage dont nous rendrons un 
compte tris-exad , ainfi que de tout ce qui s'eft paiTe. 
depuis 1751 jufqu'i ce jour,afin que la pofterit^ n'aiC: 
pas , fur le renouvellement de la peinture i V^ncauJU^i 
que J le m^me embarras qu'ont ^prouv^ ceux qui ont 
crayaill^ k en debrouiller I'origine chez les anciens. 
. Pour ne point m'expofer i commettre d'injuflice en- 
vers perfonne en travaillant d'apres des oul-dlre , je 
commen^ai par ^crire ii M. le comte de Caylus pour 
favoir comment M. Majault , dofteur en medecine de. 
la Facult6 de Paris, partageoit avec lui la gloire de 
la decouverte de la ptinture il^encaujii^uej & dans 
quel terns il avoit lu a I'Academte des Infcriptions Ton 
premier m^moire fur cette mati^re *> j'^crivis aufli i 
M. Majault. Le premier me fit I'honneur de mp r& " 
pondre , que , fans M. Majault,il n'e4t jamais trouy6lefl 
moyens de peindre i Vcncauftique^ J^ que Ton pre- 
mier men^oire avoit ^t^ lu a I'Adademie des 6elles- 
Lettres en 1752 ; le fecond ^ que, fans M. de Caylus^ 
il n'e At jamais penfe \ ce gehre de peinture , & que cette 
decouverte 6toit le produit de leurs travaux fairs ea 
commun. J'ecrivis enfuite li M. Sylveftre, diredeur de 
TAcademie Royale de Peintiir?^, nour obtenir des eclair- 
ciifemens fur le mSmefujet, ji^fliLe travailler tou jours 
d*apr^s des pieces non Equivoques, Voici, mot pour mor, 
f e que M. Sylveftre me fit Thonneur de me repon dre ; 
,|ar ^ette r^poafe on jugera aiYement de mes demandos« 



Digitized by 



Google 



« Je riponis i votre premiere queflioii , qu'avaiic 
i^ Ik ledure du menioire fur la peiiltore a Vencaujlique^ 
» que M. de Caylus fit en 1753 \ il nfavoit jamais et^ 
i> fait mention dans hocre academie de ce genre de 
ik peinture nt de tous ceux dans lefqiiels la ciire fait I'of- 
ai fice de rhuile. Je feponds \ la fecoilde , que quoqiis? 
. i» ce gerire de peiiiture anhonce par M. de Caylu* 
^ ^connat & miritit inattention it tou^ liss memlires 
Ji de notre ^ad^mte paf fa nbuve^ute & fa fingularit^^ 
ji ^cun cependant he dit alors avoir employe \k cire 
ty zit lieu de l^haile pour peJndfe. A la troifi^me & 
Ji derhiere, je repondrai que, depuiis la leSurfe dume* 
i^ ntqire de M. de Caylus faite eii 175^ , jufau'au temr 
» de I'expofitioft de la Mirierve a I'acadeniie diss Belles- 
ji Lettres en 17^4, il ii'a psis ii€ fait mention qu^aucuri 
3» de rids membres ait peint avec la oire, emdt^ti M. Vienf 
» & que nous n^avons vA de tableaux peints de cette- 
9 mariiere, par MM. Halle , Bachelier & le Lorfaih ^ 
» que vers le cemmencfemeht de 1755 ; ci^s trois me(^ 
j> fieurs font les feuli^ qui dans te f<^!hs ay6nt faits quel- 
» ques teht^tit'cfi d&ht' j*aSJ^enteridii'|)iarfer pariiiribus »; 
S'igne SyiVRSTKt; ^ 

■ Tous les memt^g^ dd ^ac^dfeile' 5offhdH?fetit k drb!-' 
ttire & les taldns de^ W: 'SYlv<?ft?^. IC^s qualit^s Icii ofhr 
merite la p^ace d^6 3ire6leur ■^u'if a occfii*^^ J)iufle'ui^ 
i^ft n ^es. Vby oJis liiaifftelfiaht Tliiftbrtque de ce qui eft 
ahive depuis Te rehptivelTeihirit ae la peiritiirl 1 r^/i- 
iduftl^ue. Notre de'lfeik^ft'H'e he bifeifer ^ernjfe^e , mai/ 
^expbdt la vlf=^e dkiis tout f(M^ fouf; IV ^tc-ltferm^- 
ihoires d^ M. dfe Cayliis , rehdfie aUtlienifiRiiuW par' la 
ieftute &n$ deux acadSiiies, Pouvrage de M]St.* ifS* 
Caylus &• Siataiilt, Sfu^Ugl »# antMs XMis x^^S^f 



Digitized by 



Google 



■ fcKC i^f 

icurs tettrcs, celle de M. Sylveftr^ ferviroht de pi^cesi 
'juftificatives. On tfduvera quelques repetitions dans le« 
derails que nous fietpns-, nfitis \e lefteut fehtira que 
'les redites font inevitables, d'autant plus que nous 
avons ctu devoir obferver dans notre narration Pordre 
chronologique des ^v^nemens , fur^tout ay ant k rap- 
porter ce que contlennent des ^cdts ^ qui , quoiqu'ili 
ayent paru en difFefens terns, difenc pourtaftt ou le» 
jn^mes chofes , ou des chofes i peu pr^s fetnblables. 

M. le Comte de^Caylus , qui ft tant fourhi de preuvea 
Ae Ton goAt pout lei beaux-arts , & de qui nous avons 
de fi favantes recherches fur l^antiquite , apr^s avoir 
murement r^fllchl fur ce que Pline dit de la peinture 
i Vencaii/tlque ftztiquie chez les anciens^traita c^nt 
inatiere dans un meihoire qu'il lut en l7ji il I'acade^ 
tnie des belles-lettres dont il eft membre*, il lut aufli j 
en 17 J j y k I'acad^itiie royale de peinture, un auttfi 
memoire fur le iti^me fujet, dans lequel il propolbit un 
tooyen d^ex^cuter des tableaux avec de la cire pure , des 
couleurs & le feu *, ifiais les membres de cette acad^mid > 
doutefcnt de U pofllbilit^ de peindre Ivec de la cire. 

N*etoit- il pas natural , en comparant cette nouveaut^ 
f^vec toutes lesi fnaiii^res de peiftdre connues, de Isl 
J-egarder comxhe difficile ou m6me comme irilpoffible * 
Cet art n^exiifent 6iicdre qu*en (peculation^ il ^toit 
'|>rud^t de life s%ii rkppoi*ter qu*i ^experience. 
^ Copo #i d ai i> Mw 4»'€«mte 4e Cavlus> pour fftcts£ur# 
les artiA0^4&:rot>;^;Adc , defirok^rsn^re- en pratique 
«ftqii^41>*vuik4 {teMe^i^i««tev Afuv i«mpHr fas ru^^ 
iiakiiire. il Ifti'd!^ lui-'irfiente dans Ton nt^dre , pa^ 8 # 
li ^f-ut deVoli affociet li les Vravaiix SI. Majault, 
ipQf^ en jBedeoine dc la Faculty de Paris > Tamitli 



Digitized by 



Google 



guida molns ion choix que les coniioi(rat)ces qu^il zvtM 
des lumieres de ce favant medecin* lis travaillerent de 
concert a decouvrir les moyens de peindre k X^encauf- 
iique. Leurs travaux eurent ^ut le fucces quMls pou* 
voient defirer, & les condumrent ^llme au-dela do 
ee quMls avoient efp^re , puifqu'ils ^firent & perfec- 
tionn^rent la decouverte de la peinture a la cire. L'oA 
vit enfin^ a racademie des belles-lettres , le 1 2 novembre 
17J4 , jour d'une afTemblee publique , un tableau re^* 
pr^fentant une Minerve , execute par M. Vien , tres- 
celebre artifle : la plus grande partie de cette peinture 
prouvoit qu^il ^toit poflible de faire des tableaux a I'en- 
cauftique, le dis la plus grande partie , parce que cette 
premiere produdion participoit pour un quart de la 
peinture a la cire. Tout Paris voulut voir cette nou- 
veaute, & les petntres enfin conyaincus en furent les 
premiers admirateurs. ( i ) 

MM. de Caylus & Majault travaillerent I perfec-* 
ftionner la peinture i ?encauftique & la peinture a la 
cire , & J mettre le manuel deuces nouveaux arts ca 
6tat d'etre publie, Toutes leurs experiences furent ache- 
v^es au raois de juin I7JJ. Elles firent en partie la ma- 
ti^re d'un memoire que M. le Comte de Caylus lut \ 
Tacademie des belles-lettres le 29 juillet de la mSme 
ann^e, c'eft-a-dire huit mois dixrhuit jours apresi'ex- 
podtion du tableau de la Minerve. L'academie des belles*- 

I ^ 1 

<i) M. Cwle Vanloo, cct Artiftc £ connu far (ts fares talent, 
voyancpour la premier^ fois le ubieaudela Mitierve,dic que Te*- 
caojiique n'ecoic pas une G mauvaife cboft , & qii*il rouloit au^ 
peindre de cette mani^te. On f«JW de quel pgids peut £trc Tappro-. 
J)atI.on de M. Vanloo^ •, 



Digitized by 



Google 



E N C »47 

fcttres , perfuadfe que cet ouvrage pouvoit 6tre ,utile 
ttux artiftes, permit qu'on le tirit de fes regiftres & 
\ qu'on I'imprimit. On y joignic le m^moire fur la 
peinture k la cire qui n'y ayoit pas 6t6 lu ^ parce^que 
ce dernier ouvrage n'etoit pas de Ton reflbrt. Les deux 
memoires imprimis furent diftribu^s au public dansiin 
§eul volume le 25 ao^t de la mSme atm^e^fous le titre 
de Memoire fur la peinture d l^encaufiique & fur la 
peinture d la cire , ouvrage m^thodique & bien tiiTu ^ 
qui fera ^terneliement un honneur infini a fes auteurs* 
II efl bon de remarquer que , lors de la ledure du 
memeire dont nous venons de parler , M. le Comte de 
Cayrlus porta k I'academie des infcriptions deux petits 
tableaux peints , Pun felon la troifieme , I'autre felon 
la quatri^Rie mani^re de peindre k Vencaufiique , done 
il n*avoit point encore fourni de preuves par experience* 
Mais revenons i Tepoque de Fexpofition du tableau de 
la Minerve. 

Des que ce premier elTai eut paru k Pacad^mie des 
belles-lettres y ce nouveau genre 4e peinture excita 
reihulatioii & la curiofite. Par quel moyen , fe difoienc 
entr^eux les membres les plus Claires de I'academid 
royale de peinture , a-t-on pu parvenir k peindre avec 
la cire? Ni M. de Caylus,. ni M. Majatilt, ne direnc 
alors quels en ^oient les proc^des : c'etoit un tribuc 
que M. de Caylus^ devoit a I'academie des infcriptions 
avant que de les rendre publics, puifque leurs recher^ 
ches n'avoient pour objet que le renouvellemenc d'ua 
art coanu chez les anciens. 

Cependant les peintres quiavoientbeaucouptouche, 
fenti & examine le premier 6chantillon de cette pein* 
ture , y ayant trouye un peu d*odeiur tfelTence de t^^ 

iQJtttlh K 



Digitized by 



Google 



't^ EN-C 

teben thine 9 cturent que tout ce tableau avoit i^tl j^eiht 
ftvec de la cire diiToute dans cette elTence ; car on ne 
s'imaginoit point alors qu'il f^t pofTible de faire des 
tableaux avec de la cire & des couleurs fans que U cire 
fdt difToure , & on ne connoilToit meme pas la difTolu- 
tion.de la cire dans l*effence de teretenth.ne, quoi- 
qu'en aJt dit un petit ouvrage anonymp dont nous 
parlerons dans la fuite, & que M. Monnoye a ferieu- 
fenient rapporte dans le memoire fur Vencaujiique qu'il 
a fourni au diAionnaire encyclopedique. 

Les peintres qui avoient examine la premiere produc*^ 
tion de cette peinture , s'entretenoient avcc ceux qui 
ne I'avoient pas vue des remarques qu*ils avoient pu 
faire , &.' quelques-uns projetterent d'en faire des eifais^ 

MM. Halle, Bachelier & le Lorra>in furenc ceux qui 
firent les premieres tentatives j ils broy^rent leurs 
couleurs avec de la cire difToute dans I'efTence de t^r^- 
benthine , pejgnirent & (e hirerent de faire voir leurs 
premi^'^s produftions. Elles parurent dans les mois de 
Janvier, Fevrier, Mars de 175J. MM. Halle & \e 
Lorram s^en tinrent a quelques petite tableaux. Mais 
M. Bachelier voulut porter fes recherches plus loin. II 
fit du favon avec de la cire , parce que Ton peut en 
faire avectous les corps gras •, il fit diflbudre ce favon 
dans I'eau , broya Ces couleurs avec cette eau de favon , 
& peignit furle taffetas & la toile. Apr^s avoir peint, 
il fit chauffer & bouillir les couleurs de ce tableau 
peint au favon ^ & annon^a qu'il avoiLtrouve Vtncauf* 
tique des Grecs, puifqu'il peignoir avec del*eau de cire 
(car c'eft ainfi qu'il nommoit cette eau de favon) & 
qu'il faifoit bn^ler facouleur. II donna pour preuve de fa 
manoBuvce quejques tableaux ^ done I'un reprefentpit una 



Digitized by 



Google 



ENC 143 

fefhitie careflknt une levrette , I'autre une tfite de profil, 
&c. Ces tableaux , qui furent enfuite expofes aufallon, 
^toient gris & reflTembloient prefque ^ une gravtofe^n 
mani^re noire , enfeiniinee avec des couleurs fales^ 
mais quand cette invention edt ete eficore plus mau-. 
vaife, M. Bachelier m^ritoic tou jours la reconiioif^ 
iance qu'on doit a ceux qui v^ulent bien fe dpnnei^ 
la peine de faire des recherches. N'enrichic-on pas Iqa^ 
arts , lofs mjSme qu^on apprend a ne pas perdne le tempa 
i faite des tentatives dont la r^u(fi;e ne feroit pas heur 
teufe? . 

Malgir^ le peu de fucc^s des efTals pr^cipit^s de &L BaA 
chelier , on crut pourtant devoir annoncer fa d^couvertc 
au public* Un auteur anonyme compofa, (i) fitimprimer 
& diftribuer rapidement une petite brochure intitul^e - 
hifioire & ftcret de la peinture en cire, Ce f ut ^ la 
fin du mois de mars ou au commencement d'av]^l,i75j^ 
que cet ouvrage parut , c^eft-a-rdire cinq mois apr^s que 
le tableau de MM. de Caylus & Majault fut rendu pu- 
blic. L'auteur de cette petite brochure , qui vraifem^ 
blablement ne vouloit pas fe rendre caution de ce qu'il 
avan^oic dans fon ouvrage, ne jugea pas i propos d'y 
^ettre Ton nom. 

Cet ^crivairi , apres y avoir infulte M. de Caylus en 
le confondant avec les gens a fecrets, ( ce qu'il ne m6^ 
rite affar^ment pas ) car il n'eft perfonne qui foit plus 
communicatif & qui emploie phis genereufement foit 



f 1 ) Quelqucs-uns ont pr^tendu que cet ouvrage c.t6it de M. Di* 
derot j mais cette calomnie n'a pu €tre fugg^tee que parrcnvie; 
Kous fonriMies convaincus que M. Diderot fe refpede trop d touf 
cgards pour preter fa plume a rindocenct & au menfoo^e. 

Kij 



Digitized by 



Google 



I4^ t N^ C 

temps & fa bourfe au progr^s des arts, cet auteur> ih-]ef 
avance :' ■ 

1**. Que Vencauftique de M. de Caylus n'eft poinc 
YencauJUque des Grecs , puifque fa peincure ne s'opere 
^u'avec de la cire dilToute dans I'eiTence de terebenthine* 

Mais quelle a dd drre/ l^humiliation de Pauteur^ 
lorfqu'il "aura lu IVuvrage de MM, de Caylus & Ma- 
jault, dans lequel on trouve quatre manieres de peindre 
&n$ le fecours /de I'eifence de t^rebenthine : 
~ i^» Que la poflibillc^ de faire des tableaux avec de la 
tire difToute dans TefTence de t^r^benthine n'eft pas une 
tf^couverte , parte que M. Bachelier avoit d^ja peine 
vn tableau de cette manrlreen 1749* Que ce tableau , 
queperfonne n'a vu, fut empdrte en Alface. 

Oxi eft la preuve de ce fait? Pourquoi M. Bachelier , 
lors de la ledure du m^moire de M. de Caylus ^ I'aca* 
d^mte de peinture en 1753 , ne dit-il rien de Ton tableau 
de 1749? Q^*i^^ m^e ce que I'auteur rapporte feroit 
vrai , il edt fallu fe taire de peur de fe faire accufer 
de menfonge. 

3<». Que M. Bachelier devoit la connoilTance de la 
dilTolution de la cire dans I'elTence de ter^benthine \ 
des enfans qui , en 1749 , jouoient avec une boule de 
cire au lieu de volant ; que cette boule de cire alia 
tomber tout jufie dans un godet oii il y avoit de Peflen- 
te; que le lendcmainM. Bachelier trouvalabouledif* 
foutc , broya des couleurs aVec cette cire, & peignit 
un tableaii dont il put ^ peine fe defaire -, qu^il aban- 
donna cette peinture , & la reprit en 175 j. 
, Encore . une fois , pourquoi M. Bachelier ne fe rei!^ 
Ibuvint-il pas de cette hiftolre , lorfque M. de Caylus 
lut fqpi m^moire \ Tacademie de peiiiture en i7;3 , 9c 



Digitized by 



Google 



£ N C t# 

fie It rercla-t-H qu'en 1755? Ne devoit- U pas*dir© 
alors qu'il ne falloit pas tant ridiculifer le projet do 
peindre avec la cire t car pluiieurs en badinerent. 

4^. Que M« Bachelier, d'apt^s quelques teinturet 
brouill^es de chymie, & de nouvelles tencatiyes^dont 1a 
refultat fut de fatxe un favon de cice avec le fel alkali , 
pomme on le. fait avec Thuile , (1) le fuif > & enfiA 
arec tous les corps gras j fit dUToudre ce (avon dans Teau^^ 
broya les couleurs avec cette eau de faron, petgnic 
& employa, le feu pour fixer la couleur , & I'anonyme 
conclut que c'eft \k la maniere .qui reflemble le plus i 
la peinture des Grecs , puifque i'on peintavec de la cire 
& des couleurs , &: qu'il faut Iq feu pour fi}^er la peiiK-* 
ture. 

Je Qonfeillerols volontiers I eehis qui voudroit peindre 
avec des couleurs delayees avec I'eau de favon ordinaire^ 
qui eft faite avec de I'huile^ de dire qu'ii peint k I'eait 
4'huile , ou qu'il peint k I'Ku^le : cetre manl^re de parler 
fie feroic pas plus impropre que de dire qu'on peint i 
I'eau de cire. II pourroit dire auifi qu'il peint au fel, 
c^r il entre du fel dans le favon, Pr^tendre que la pein- 
ture encaujiique des Grecs fe pratiquoit ayec du favoA 
de cii:e , c'eft en ignorer abfoiumenc la oatuce^ Mais (i 
I'anonyme avan^oit que la peinture au favon eft une 
invention audi nouvelle que la peinture eh ramekin ou 

(ty Quelques gen» mal injcentionncs •nt pr6cenc{u que M.' Roue! 
avoit donne le confeil a M. Bachelicr de foire da (avon avec de 
la cire., pour imicer les grec$> m^s ce chymifte eft trop 6da^^ 
four ne iavoir pas qu'une peinture faite avec du (avon quelconque a'a 
pas plus, de folidite qu'une peinture faite en d^trempe » ^i nia paa^ 
][apropcicte 4e, repnplir les vues que les Grea fe propoCoienjCj c-eA^i-dirc^ 
. de &ire une ]^einture qui p^c c^fiftcr i I'eau. 

Kui 



Digitized by 



Google 



ip fe N C ' 

eh ftomage (i) , I'auteut fe trowperoit molns au di^ 
favantagc ie M. Bachelier. Ce dernier n'ariett renou- 
vell^ i^ Grecs , comme novs le demontrerons ; ft 
decouvertea plus de merite, puifqu'elle a du moinB 
celui de I'onginalit^. 

ta brochure dont nous venohs de rendre compte 
n'eut pas 6te plut6t rendiie publique , qu*elle fut ap- 
Jr^ciee i fa jufte valeur. M.Fr^ron la critiqua tres-ju- 
dicieufement dans fon ann^e Jitteraire , demontra ^ 
comme nous venons de le dire , que l*hiftorique de 
cet ouvrage ne pouvoit 6tre vrai , & que la decouverte 
de lapelnture au fkvon de circ n'enrichiflToit point l*art 
' de peindre. M. Fr^roh cependant ne pouvoit pas portet 
de jugement (br ce que I'anon yme annon9oit des moyen» 
que MM.' de Caylus & Majault avoient employes pou^ 
peindre a VcncauJHque , puifqu'ils n'avoient pas encore 
€t€ rendus publics ; au(R n'avan^a - 1 - il fur ce point que 
de prudentes conjedures. Mais M. Fr^ron eutbienlieu 
d'etre fitisfait, lorfque troismois apres fa critique^ \X 
BS.trouva rien de ce que Panonyme avoit avance : il 
vit , au contraire , dans Pouvrage de M. de Caylus , 
iin raifbnnement methodique & fuivi, appuye d^exp^- 
riences ing^nieufes & tres-propres a dev^loppee^le peu 
de chofes qu^ les anciens nous ont tranfmis de la peln- 

•i— **^— ■ ■' I ■ ■■' ■■■'■■ '■ ■ ' . ■■ I I* 

' ( I ) U» peintrc d'un carafter^ gai & vraifemblablement trcs-habife. 
^jmide , ayantferieufemenc examin6 la pefncure au favon 6e M. Ba^^. 
chelier , ne ct^t pas que cette invention m^ritdc une critique ferieufe^ 
II fit imprimer un petit ouvrage qui avoit pour titre v I'virt de peindre 
tu frontage ou en ramekin , <ians lequei un ridicule agtcal^Ie failbit 
. la plus juile critique^ de la peihture au favon de cire. On a pretendu. 
que cette brochure 6toit de M. Rouquec s fi die a'c^ pas de liu i^ 
. ^^ eft dii moins. digne de Ta plupe« 



Digitized by 



Google 



E N C *;< 

iure i Vencauftique. £n judicieux critique , il rendit 
compte de cet ourrage avec les plus juftes ^loges. 

Nous reviendrons fur la petnture encauftique & fur 
ki precedes dans Ic didionnalre de pratique** ( Article dt 
JU. JS^ATBLET ^ ou iu molns tfouvi dans fes papiers. ) 

Encaustique, Qu*il nous foitpermis^ fur Tanti* 
quit6 de \2l ife\niute encaufiique ^ de placer ici un ar« 
ricle fort court. Pline ne fait pas remonter I'origine 
de cette peinture plus hautque Polygnote, & il nott 
tppre^d que cPautre^ la cfoyeient beaucoup plusri* 
cente. 

Mais Polygnotf florlflbk vers la 8^* olympiade^ 
environ 420 ans avaot notre ere , & il eft fouvent 
pa>l^ de la peinture en cire dans les peeliet d^Anacreon y 
qui vivoit plus de cent ans auparavant. II fembleroic 
m^me que de fbn temps c'^toit la mans^re de peindre 
la plus en ufage. II dtt, ode 28^, en adreffant la parole 
au" portrait de famaltrefle : TkyA^ xw/si , »«) ActAif^c/f : 
Cire , hientdt tu vas pckfleu Daiis pod)e 29 , il dit au 
peintre \ qui 11 commande I'e portrait de Bathylle ^ 
6 /tifp^r k\yT\i 'Exw-» KfL\m tf^»T». Qut: la cire parlc 
mime ions le filence^^ comme nous pourrions dirt aua 
peintre : Que votre peinture fmt parlante^ 

Voilik drac I'antiquit^ de la peinture- encaufilque re* 
cul^e d;e plus 4'un fi^cle par 1^ temoignage d'Ana- 
creon. 

Mais cQMi> preuv» n^eft pas fans replique. Tannegny 
le Febvr^^Corneille de Pauw & d*autres favans ont 
kxk loin de croire que toutes les poefies qui portent le 
nom d^ABacr^o» fuflent en eft'et du poete de T^os, 
M» Flfcher , qui refufoit de partager leur doute dana 
% premiere Edition d'Anacreon , a cru devoir ^ado^te|^ 



Digitized by 



Google 



t/4 fe N 15 

dans la.feconde. On ne peut gudre douter que fe^ 
veritables ceuvres' de ce poete ne fuffent famili^res aux 
Romains Sc aux Grecs lettr^ du temps de Fline ; &: 
c'etoit dans ce itn^me temps que les iins attribuoient la 
p^inture encaujlique \ Ariftide , & que les autres la * 
faifoient remonter jufqu'i Polygnote. Comment ne fe 
trouvoit-il p^rfonne qui leur prouvSt qii'elle ^toit beau- 
coup plus ancienne , en leur citant les vers tfAnacr^n ♦ . 

S'il ne s'agi^oitqae de ^opinion de Pline,on pour- 
Toit dire qu'il avoit oublie ces vers ou qu'il ne les con- 
noifToit pas. Mais il s'agit de deux opinions debattues 
entre difFerentes perfbnnes, & il auroit et6 fingulier 
qu*aucune d*elles ne ConnAt les oeuvres d'un poete 
qui etoit alors entre toutes les niains. Atnii , loin de 
prouver par Anacr^on cohtre Plin6 l*antiquit^ de la 
fexnttre encaujiique y on prouveroit mieux par le texte 
de Fline que les odes oJS & 29 attributes i Anacr^n 
ne font pas de c^ poete. 

Cependant une nouvelle difficult^ s'el^ve. Plirie 
ajoute que Lyfippe avoit aufli ecrit fur {es peintures 
d'Egine qu'il les avoit faitcs i Venccuflique. On peut 
fuppofer que ce Lyfippe vivoit avant Polygnote & 
m^me avant Anacreon , & «omme on ignbrQl'^ge de ce 
|>eintre^ la queflion refte infoluble & le doute fiibfifte* 
< AnicU ie M. Lefesque.) 

ENDtJIT. ( fubft. mafc. ) Ce mot eft <yfacr^ I la 
peinturea frefque» qui ne peut s'ex^cuter que fur uii 
induit frais. C*eft m^me de-la que ce genre de pein- 
ture a tire fon nom *, il vient du mot it2Aien frefca^ 
qui fignifie frais, Dans les autres genres de peinture ^ 
on ne dit point un cnduif^ mals une louche de cpu« 



Digitized by 



Google 



£ N F xsi . 

leur. Ce mot rejett^ du langage de la peinture con-' 
fid^ree comme art , eft refte au miner de la pointur* 
eh bitimens. 

ENFONCEMENT. ( fubft. mafc. ) Comme un ta- 
bleau n'eftpas cenfe reprlfenter une furface plane , il 
dott avoir de Venfoncement ^ & jufqu*a cet enfoncement 
^ui borne la vue , il faut que le fpedateur puilTe croire . 
qu^il tourneroit autour des objets qui font reprefentes. 
On ne peut d'ailleurs rien etablir en general fur Venr 
foncement que doit offrir un tableau. Quelquefois Ton 
cnfoncement n'a d'autres bornes que celles de Phori- 
fon ,^ & quelquefois il eft limite par le mur d*une 
chambre peu profpnde. II y a m^me des tableaux qui 
reprefentent des bas-reliefs , & Pon ne dira pas qu'ils 
ont de Venfoncement\ mais ils doivent avoir une fail! 'e 
apparente, %ale i celle qu'un fpulpt^ur donneroit a cos 
fortes d'ouvrages. ( £. ) 

ENFUMfi, noirciparlafumie & par le temps. On dit 
d*un vieux tableau dont on ne diftingue plus le travail 
ni les objets, & que le terns a convert d'uire falete 
noire & ^pailTe, qu'il eft enfume. On trouve des ama- 
teurs qui n*eftiment les tableaux qu'aiitant quVne forte 
couche de fumee leur donne un ext^rieur v^n6rabl« 
d'antiquite. Si le temps a ref^eft^S une partie lumineufe 
qui tranche fortement avec la profonde obfcurit^ de - 
tout le refte, ils fuppofent dans ce qu'on ne voit plus 
tout le charme d^lne bjeaute myft^rieufe, & admirent 
d'autant plus ces t^n^bres qu'elles font plus ^paifTes. Ils 
nemanquent jamais d'etre fervis fuivant leOr goilt, & 
trouvent toujours des charlatans. pr6ts a leur offrir &. i 



Digitized by 



Google 



tJ4 ENt 

leur vendre fortcher des tableaux rlcensqulls onteti 
{bin Sitnfumtr. On enfUmc^ audi dei? dsflihs nouvelle^ 
ment copies^ ou faitsr par ies artiftes vivans & queH^ 
quefois par des Aleves, pour leur donner I'apparence 
d'anciens originaux. Comme on connote toujours Vige 
des eftampes , on a (bin au contraire -de les laver & 
de bien netteyer la fumee dont elles peuvent ^tre 
^ouvertes , pour leur donner Tapparence d*une belle 
tfOnfervation. On ne prend cette peinf que pour ks ama- 
teurs , car les artiftes au contraire aiment affez que lc» 
•ftampes foient legerement enfumets » c*eft - i - dise ^ 
qu'ellesayent contrade unedemi-teinte roufsftcre, parce 
que ce ton derruit I'bppofition tranchante du noir de 
la gravure' avec la blancheur du papier ( t*. ) 

ENGENCEMENT ( fubft. mafc. ) (fe dit des dra- 
l^erles ou autres ajuAemens *, il fig^iiiie alors diipofition* 
Des plis bien engences font des ptis bien difpof^s. II fe 
d'it audi d*un affbmblage d*objets^ qui fe trouvent rare*^ 
ment reunis & dont la compofitiori eft'i la fois fin^ 
guli^re & piquante : ces chofes font (InguIi^r^QieOLt ^, 
fi>nt pittorefquement <n^<n^eV4» 

ENLUMINURE. ( fubft^ fern. ) C^efk une forte de 
peinture faite fur des eftampes avec des couleurs de- 
layees a la gomme. 11 y aaulTi des papiers - tapilferf es 
qui font etUumin^s y c'eft4-dire, dont la planche n'a 
fourni que le trait , & dont les couleucs ent ^t^ plaQ^ 
au pinceau. 

On enlumine groflidremeftt de ces mauvaif^s eftampea 
qu'on appelle images, poi r I'ufage du peuple qui eft 
tpu]our$ \ peu pr^s fauyage^j^me chez 1^ natiosts lot 



Digitized by 



Google 



E N t i;; 

plus polices, 9c doAt la vue eft plusagt^ablement v^ 
^vcee par le fpedacle des couleurs dures & tranchantes , 
«iu*elle flfe 1^ feroit par les tableaux les mieux fondua 
de« plus grands coloriftes. Pour rendre ccs images en- 
f:ore plus agr^bles I, ceux i qui elles font deftin^es, 
on relive quelquefois en or Yet aur^let des faints & 
quelques parties des draperies. 
' On applique aufli de I'or &: de I'argent moulu i ie% 
tnluminures plus pr^cieufes*, c'eft ce qu'onippelle re* 
Gauffer. Pour donner I ces m^taux tout Jeur ^clat, oik 
les brunit ayec la dent de loup. 

On enhimine avec plus ou moins de fbin des eftampet 
Teprefentant des vues , des int^rieurs de temples , &c* 
qu'oR deftine ^ Stre regardees d^s des niachines d'op-* 
tique. 

Quelquefois', des curieux ftns goftt ont pris plaiitr 
i faire enluminer de belles eftampes , croyant qu*ellei 
acquerroient un nouveau prix, & qu'ellcs approche- 
foient du-m^rite des tableaux, quand elles feroient 
barbouillees de couleurs. Tout le fruit 'de l^ur d^penfe 
^toit 4e faire detruire le travail heureux du graveur 
par le travail routiniex des fnlumineufes. 

Cependant , Venlumlnure faite ayec foin & intelli- 
gence n'eft pas toujours m^prifkble. Elle eft fort utile i 
l*hiftoire naturelle. Des plafiches tfoifeaux , de plantes, 
de coquilles , inftruifent fort imparfaitement , fi ellet 
ne font pas accompagn^es des couleurs propres a l^ob-& 
jet. Enfin Vehlumhmre eft utile toutes les fois qu'on 
doit montrer I'objet colorle. Le graveur doit alors re- 
noncer i Tambition de plai]:;e , & confentir a voir les 
travaux de fon art cauv?rcs p^ le ti^a^yaU des enkinth 



Digitized by 



Google 



II y a des enluminures , d'oifeaux , de cbquillet y &e ^ 
faites avec tant de foin & ^ant d'art qu'on peut les 
prendre au premier coup d'oeil pour des miniatures oti 
des peintures a gouazze. II eft bon alors queries tvavaux 
de la gravure ne foient pas trop fortement prgnone^s ^ 
& que le ton de I'eftampe foit fort doux. 

Une enluminure commune peut quelquefois remplif 
fuffifamment Ton objet y comme lorfqu'U s'agit de fair« 
connoirre les couleurs des uniformes de troupes , on 
celles des pavilions & Aes flammes dQ yalfleaux , &c* 
{^Article de M. LEV^sqir^, ) 

ENNEMI ( adj. ) fe dit ^es couleurs. On appelle 
couleurs ennemies celles qui s'accordent mal, &: qui 
ne peuvent fubfifter enfemble fans offenfer la vue ou 
fans fe detruire en tres-pqu de temps. Le bleu & le 
vermilion font des couleurs ennemies; leur m^lang^ 
produit une couleur aigre , dure 8c defagreable. 

Les habiles peintres fe font quelquefois un jeu de 
vaincre les difficult^s qu'on pretend refulter de I'aflb^ 
ciation des couleurs ennemies : ce qui feroit chez les 
ignorans une temerite qui ne produiroit que des effete 
xnaufTades, devient chez les habiles une hardieife 
louable qui n'enfante que des prodige^. ( Article dk 
tancienne Encyclopeiie. \ 

ENSEMBLE. Voici im mot dont la Cgnification ^ 
vague en apparence , renferme une multitude de loix 
particulieres impofees aux artiftes y premi^rement par la 
nature , ou , ce qui revient au mSme» par la y6ri|t^ j & 
^nfuite par le raifonnement , qui doit ^tre rinterprite 
de la nature & de la v^rit^. 



Digitized by 



Google 



ENS ■ t^j 

VenfemHe eft bunion des parties d*ua tout; 

'VenfemhU del'univers eft cette chalne prefqu^en- 
d^remem cachee a nos yeux, de laquelle r^ultei I'exK* 
tence harmonieufe de tout ce dont nos fens jcjuiffent. 

VenfemhU d'un tableau eft I'union de toutes les par-* 
ties,de I'art d'imiter lesobjets; enchalnement connu 
des artiftes cr^ateurs ^ qui le fontferyir de bafe I leurs 
produdioAs*> tiiTu myft^rieux, invifible k la plupare 
des fpeftateurs 5 deftin^ ^ jouir feulement des beaut^s 
qui en refultent. 

\Jenfemhle de la compofition dans un tableau d'hif^ 
foire eft de deux efpeces , comme la compofition elle- 
mdme, & peut fe divifer par confequent en enfembU 
fittorefque & en enfemhle poetique, 

Les adeurs d'une fcene hiftorique peuvent fans doute 
fitre fix^s dans les ouvrages des auteurs qui nous I'onc 
cranfinife. La forme du lieu oH elle fe pafTe peut audi fe 
trouver tres-exadement determin^e par leur r^cit; mais 
31 n'en reftera pas moins au choix de I'artifte un 
nombre infini de combinaifons' que peuv.ent eprbuver 
entr'eux les perfbnnages eflentiels & les objets decrits. 
Ceft au peintre k cr^er cet enfemble pittorefque , & 
je crois qu*on doit morns craindre de voir s'epuifer la 
yariete dans les ^compofitions , que le talent d'em* 
braver toutes les combinaifons qui'peuyent la pro** 
duire'. 

Celle des combinaifons poilibles \ laquelle on s'ar-* 
rSte , eft done dans un tableau fon enfemhle pittorefi 
f tt^. 41 eft plus ou moins parfait, iblon que Pon a plus 
ou moins r^ufli a rendre les grouppes vraifemblables; 
les attitudes juftes, les fonds agr^bles , les draperies 
lUturelles , les acceffoires bien choifis & bien difpofes. 



Digitized by 



Google 



t j-« ENS 

VenfemBle pQetlque exige i foa tour ctt intjrfit g£* 
heral y mats nuanc^ ^ que doivent prendre k ^n ivene* 
tnent tous ceux qui y participent. L'efprit ^ iWe des 
fpedateurs veulent £tre fatisfaits j ainfi que leurs yeux« 
lis veulent que ies fentimens dont rartifte a pretendii 
leur tranfmettre I'id^ aient , dans Ies figures qu'il repr^^ 
fente, une liaifon , une conformity , une d^pendance , 
^nfin un enfemhU qui exifte dans U mature. Car , dans 
un ^vi^nement qui occafionne un concours de perfonnes 
de difFerens iges, de difl^rentes conditions , dc.di0e« 
rens fexes, lefentiment qui r^fulte dufpe&acle pieient , 
femblable \ un fluide qui tourbillonne , perd de fbii 
ftftion eh s'eloignant de Ton -centre : outre cela , il em« 
prunte fes apparences diiFerentes de la force ^^ ]& 
{biblefTe^ de la fenfibilit^, de I'education, qui fgnt 
conune difFerens milieux par lefquels il circule. 

Dans cette multitude d'obligations quMmpoient Ies 
loix de V€n)emhle y on juge bien que la couleur reven** 
dique fes droits. * 

Son union 9 fon accord, & degradation infenfible^. 
forment fon enfemhle : le clair-obfcur compofe le (ien 
des grouppes de lumi^re & d^ombre , & de I'enchaine^ 
ment de fes maifes ; mais ce fujet m^rite.bien qne I'oil 
confulte^ Ies articles qui font pliis particull^rement 
deftines a Ies approfondir , ainfi \t renverrai entr'autrciy 
pour I'explication plus etendue de ce genre ffenfemhU , 
aa mot Harmonie y qui I'exprime. 

La couleur a des tons, des proportions 5 des inter* 
valles; il n'eft done pas ^tonnant que la peinture em^ 
prume de la mufique le mot harmonie y qui exprime 
fi bien I'ef^et que produifent ces differens rapports; U 
mufique iL fon tour pent adopter le mot colons y en 



Digitized by 



Google 



Aommlnt alnfi cette variety de ftyle qui PafFranchit 
tf une monotonie a laqudle 11 femble qu^elle s*aban* 
donne parmi nous. 

Si je ne me fuis arrSt^ qu*a des reflexions g^nerales 
fur le mot enfemhU ^ on doic fentir que je I'ai faic 
pour roe con former k I'idee que prefente ce terme. Ce- 
pendant il devient d*une fignification moms vague & 
plus connue , lorfqu'ii s*applique au deffin. Ceft dan« 
cette acception qu*il eft plus communement employ^ 
par les artiftes , & de cet ufage plus frequent doit 
naturellement refulter une idee plus nette & plus pr^* 
cife -, aufli n'eft-il pas d'ele^re qui ne fache ce qu'on 
entend par l'e«ytfm^/e d'une figure , tandis que peut-6tre 
fe trouveroit-il des aniftes qui auroient peine a rendre 
compte de ce que (ignifi^t enfembU po'etique & cm* 
ftmblt pittortfque, 

Cet ufage , plus ou moins frequent des termes de 
fciences & d'arts ^ eft un des obftacles les plus diffi«* 
ciles i vaincre pour paryenir a fixer les idees des 
liommes fur leurs difFerentes connoilTances. Les mots 
font-ils peu ufit^s t on ne connoit pas alTet leur figni- 
fication. Lc deviennent-ils ? bient6t ils le font trop. On 
les detourne , on en abufe , au point qu'on ne fauroic 
•plus en faire I'ufage methodique auquel ils font deftin^s. 
Mais, fans m*arr^ter^ citer des exemples trop faciles 
JL rencontrer, je reviens au mot enjemhle. Lorfqu^il 
s'agit d'une figure , c'eft I'union des parties du corps 
& leur correfpondance r^ciproque. On dit un bon ou 
un mauvais enfemble. Par confequen\ le mot cnfemhk 
tie fignifie pas pr^cifement la perfedion dans le deflln 
d'une figure, mais feulement I'afiemblage yraifemblable 
ties* parties qui la compofent. 



Digitized by 



Google 



\' 



kio ENS 

Venfimile d^ane figure eft confmun & I la figur* 
& a limitation qu'on en fait. II y a dei hommesidone 
on peut dire qu'ils font mal enfemhU^ parce que , di(^ 
gracies d^ leur naifTance , leuts jnembres font ef&c- 
tivement mal tnfimbles, Mais n*eft-il pas etonnant qud 
I'extravagance des modes & Taveuglement des pre- 
tentions aient feuvent engage plufieurs de ces fitres in- 
definiflables , qu'on nomme petits-maUns , \ d^fignrer 
un tnJtmhU quelquefois tr^s-parfait , ou au moins paf- 
fablci dont ils etoient dou^s , jpour y fubftituer une figure 
decompofee qui contredit defagr^ablement la nature \ 

Les graces font plus refpeS^es par la peinture , & 
£ on ne leur facrifie pas toujours , au moins a-t-on tou^ 
jotirs pour objet d'obtenir leur aveu par la perfe6lion de 
VenfenihU. Les Grecs , qui , entr'autres avantages , one 
fur nous celui de nous avoir pr^c^d^s , ont fait une 
€tude particuliere de ce qui doit conftituer la per- 
f^ftion de Venfemble d'une figure. 

lis ont trouv^ dans leur goiit pour les arts, dans leur 
Emulation , dans les refiburces de leur efprit & dans les 
ufages quails pratiquoient , des facility & des moyetic 
qui les ont menes ^ des fucc^s que nous admirons. Je 
reprendrai ce fil , qui me conduiroit infenfiblement ^ 
parler des proportions & de la grace , aux mots Pro^ 
portion^ Grace : voyez zmGi Beau. Je me contenteral 
de dire que la juftelTe de Venfemble depend beaucoup 
de la connoifTance de I'anatomie, puifqu'il eft I'effet 
exterieur des membres mis en mouvement par les 
mufcles & les nerfs y 8c foutenus dans ce mouvement 
par les os qui font la charpente du corps. 

L'efFet du tout enfemble eft, comme on le fent bien , 
le r^fultat des ^n/^/n^/r.r dont jeviens de parler, comme 

A 1« 



Digitized by 



Google 



E N X 16% 

ie mot ^s gendral eft le refultat 4e8 effeCs particu- 
liet;3 de ciiacune des parties de Part de peindre dont 
on fait ufage dans un tableau. ( Ankle de M* f^A- 

ENTENTE ( fubft. fem. ). On dit ce tableau eft blen 
efttendu , eft d*une,bell€ entente ,• c'eft*i-dire que Por- 
^onnance en eft bien entendue , qu'il eft conduit avec 
tbeaucoup d^ entente ^ avec une grande intelligence, 
ibn par la difpofition du fujet , foit par les expfellions , 
Ic contrafte , ou la diftribution des lumi^res. Entente 
fe dit audi d'tine partie d'un tableau feulement : c0 
fmuppe,cette figure, fent d'une belle entente delu-* 
miere *, il y a dans ,ce tableau uhe belle entente de cou- 
leur. ( Article de Vancienne Encyclopedie, ) 

ENTHOUSI ASME , ( fubft.' mafc. ) Vemhoufiafmt 
rekdl aux arts & particuli^rement a la peinture & \ 
ceux qui I'exercent, eft utile & n^celTaire , mais il faut 
^tf il foit vrai & exempt de toute aife^atba. II eft ordi- . 
fiairement de cette nature , il a cette puret^ dans la 
jeuaelTe. II perd de fa vivach^ & fouvent de fa fran- 
chife daas I'ige 01^ les tdens formes lb trouvent ar- 
lAiks dans leur progr^s. 

\j^ vives Impreffions qui exeitent Ventkoufidfme & 
que produit la beaute, doiTent d<n£c 6tre regard^es 
comme an pr^ge Infiniment favorable dans les jeunes 
artiftes qui en font ft^ceptibles ; elles foutiennent leur 
i^le , nourriirent I'^mulatton , echaufFent le^ ame. L'm- 
thoufiafme dans les arts allume le defir de voir & de 
revoir iana oelTe les belles produ6lions; il excite a s'eit 
retnplir , }l contempler avec delicesla belle nature ^ 
Tome Up ^ 



Digitized by 



Google 



i6z ' E N T 

k rivalifer ar«c eye, & 1 iiiirpi^ir ^9im qill I'om^gaH 
lee. Vmtkoujiafme enfin, |e pwrle tettjours- de eekil 
qui pan de ranje , eft la n^Eirque difHn^ire & pent** 
Stre infaillible du genie. 

Lorf^ue les unifies ne font pas foutenus par des 
fucces proportional a leurs d^rs de gloire , & ^u'ils 
atteignent^ I'age ^i, les ickirant fur les diffioulcis^^ 
I'art, leur fait e^itrevoir le tenne de leurs pregrisoMi 
I'inutilite de lejirs eftoots , ils feik^t aters , coming - 
je Tai dit, refroidir Venthoiifiixfim\ s'ils ont honte'de 
ce refroidiiTeinent, tls afie&eiit, le plus fourent^ e^ 
qu'ils ne fentent plus^ cpmme les femmes dom'le 
fentiment eft epuife & qui ne veulent point renoncer^ 
aux^avantagesqu'il procure ^ ckerchent a en moatrer 
d'autant plus qu'elle& 6n om\ p^du davantuge. Piwr 
ceux qui ne pratique nt pas les arts & qui ne s'en occu- 
pent pas alTez ou d'une m^ere aCei faivie pcmr s'iden- 
tifier av^ec eux &: s'aiTocier aux aruftes, lUnth^M^mt 
qu'ils montrent eft prelqu^ toufoura empnuite^ & e^loi 
Hieme^u'ils s'efForf ent de reCentjr , eft tQii)ours chtft^ 
celant& variable , par defaut de iuftelTe d^s fe^af^ 
plications.. .. v 

Au. refte ^ cet m$kmfi4ft^ ^ quelquefoh pmif caufo 
X & c'eft la plus excufable ) une forte de fytiSiMi^ on 
naturelle ou €ixcit4^ par I'exei^e , pair I'kabititde de 
chercher des emoti^nsf & par le deiir d'^re ten ; inals 
lorfque cette. fenfibiliie f& plus V&uyttLfe deia tit» 
ou de Tefprit feul que de ce qu'on appejUte le oasmt 
&l'ame^ elleeftfujette a tans cfe iiiodificatioisn &:fk 
trouve foumife k tant de circonftances 9 qu^eUe ps^utt 
peu de y^ritables plaifirs a ceux qui s'y livrei^ , & 09 
vaut pas, i parler £ranch#ai«nt| la 9^^ qu'eUj^teur 
donnc. 



Digitized by 



Google 



A ces dSfevantages & ii ces inconir6nl6ns , fc joint 
un ridicule certain aiix yeu% dts hbtnmes qui ptati- 
-quent les arts ou qui en fdntihftraits. En effec ^ 11 
Pon fuit les idees & les difcoors des enthoufiajles dont' 
jVi parle, &' lur-ttfut de ceux qui font abfotuitient 
com^diens ii cet ^gard y on apperf oit qu^ leurs penfees 
n'ont aucune fuiw , aucune gradation , & que les 
mots, les tours, les expreflions , m^nquent d'exaftltude' 
ou Ipnt etnbatraff^^ & toujours obfcun?. 

La multiplicity des ^pith^tes ies rend dHfus , cotnme 
les exclamations qu'ils prodiguent le& ren^6nt mono- 
tones. Au coritiraire , ce qtie I'on feht & ce que Voti 
con^oit bie<i s'enonce toujour^ clalrement , & toujour* 
d'une maniere nouvelle^^ Cette r^gle $*etend \ la 
fouange comme au raifonnement. Ecoiitez un homme 
veritablemenc 6pris & infpire par les perfeftibns deTob- 
JBt qu'il aime, quelque^/zfAoz/^^ym^ qu^ilfoit , il ex- 
prime clairementfes difl^ens tranlports •, les expreffions, 
les tours , les accent de fon difcours fe varient comme 
fes fentimens; mais ils difent toujours quelque chofe 
qu'on emend *, il int^reflb enfin & communique fes 
tmpreffibns. Mais fi \ous appeTc6v6z que Vcnthoujiafit 
ie repete, fi roixslfe trouvez obfcur, alors, refroidi a 
fon egard , vous concluea qu*il joue la paffio'n , & vous 
ne vous trompez pas, ' , ' 

Si I'on obferve plus particuller^merit enc6i*'e'les e/i- 
thoujiafmes jou^s qui deyiennent fi communs & fi 
^pidemiques parmi nous , ^e les hommes les plus fages 
ont peine a ne s'en pas trouyer quejque^oifi coupables , 
6q y demfile plniieurs miari6es Sr pjufi^urs, motifs. Le» 
tins n'ont def&in que de ftnrfe dire' quails ont un^ 
fcnfibilh^ axitaOrdinalife y ils s'^oircent de s*ecli auffer ^ 

, til 



Digitized by 



Google 



i54 • t V t 

lis s'echaufFent enfiii *, mais la pretefttion de fentir rU 
vemenc & de s'exprimer d'une 'matiiere diftingu^e eft 
trop facile a appercev^oiir pour qu'on s^y meprenne. II 
en eft ipnfiii qui ont pour but plus fecret unc predilec- 
tion determinee , & ils d^mafquent , malgr^ eux , cm 
motif par les occafions qu'ils amenenc de louer (an* 
mefure les genres qu'ils aftedionnent, ou de deprimer 
j^es artiftes qui ne leur plaifent pas, 

Tous ce^tnthoujiafmts faux font plus contraires aux 
irts que la froideur & I'indifference. Ils fc^nc regarder 
injuftement comme peu fenfibles ceux qui ne (bnt ^mus 
qu'autant que les objets le merit enc y & qui ne parlenc 
qu'avec franchife d'apr^s leurs impreilions , qu'ils don- 
nent pour ce qu'elles (one , fans tyrannifer ceux qui 
n'en ont pas de femblables. 

Le veritable enthoufidfmej que l^s beaux ouvrages ^ 
les loiianges confacrees ^ leurs auteurs , la belle nature , 
lorfqu'elle fe rencontre ^ excitent dans Tame de ceux 
qui pratiquent les arts ou qui lesaiment, eftunheu- 
reux don , agr^able a-la fois & utile a ceux qui Pexer- 
cent & \ ceux qui le caufent. 

Mais dans les arts , il a malheureufement produit j 
comme dans la religion, I'hypocrifie, &: I'hypocrifie s'y 
eft montr^e plus d'une feis , pour les objets les moins 
jmpottans , fous les traits du fanatifme & de l'intol6- 
rance. ( Ariicle de Tfl.. Jfr4TSLET. ) 

^p 

£T ISODE (fubft. mafe. ). Ce mot appartient propre-* 
ment a la thforie de la trag^ie & du poeme ^ique , 
& il difigne t«ute a&ion qui^ dans c«s fipemei, eft 



Digitized by 



Google 



p 



, E PI t6s 

Hie I ra£lfOir principale ^ mais qui pourroic s'en deta- 
cher , & qiii ne lui appartient pas effentjellement. II a 
pafTe du langage de la poe{ie dans celui des arts , 8c il 
y eft employ^ dans le rnSme fens ; mais les amateurs 
en font plus d'ufage que les artiftes. Cette expreflion 
femble pourtant n^ceflaire a la theorie de Tart , & "ell'e 
n'eft pas fynonyme du mot acceffbires. On emend plus 
particiilierement par les accejffbires ^ des repr^fentations 
d'objers inanimes qui fervent k d^corer ItL fc^ne , it en 
marquer le lieu , a en fixer le temps ( P^oye^ rarticle 
Access oiRBS ) ; & par epifodesy des reprefentations 
d'objets animes , des figures ou des grouppes .qui foot 
li^s au fujet principal , mais qu'on peut en detacher 
fans detruire ce fujet. Par exemple, dans le tableau 
■ de la predication de Saint Paul par )e Sueur, le jeune 
homme qui foufHe le feu pouc brdler les livres qui ont 
et^ apport^s fur la place , eft une figure ififodiquc^ & 
le fujet pourroit fubfifter fans elle , puifque le peintre 
auroit pu prendre le moment oii le feu auroit ete fuffip- 
fammeht allume *, mais quoique cette figure ne foit pa^ 
abfolument n^celTaire \ I'aftion, elle n'y eft pas inutile , 
puifqu'elle contpbue \ marquer le^zMe avec lequet 
on ob^ifToit 'k la predication de l'ap6tre* 

Souvent le peintre introduit des ipifades pour Her 
les grouppes , poiir etendre les mafies d'ombres & de 
lumi^rcs , pour orner , pour enrichir fbn fujet : toutea 
ces intentions font louables, & s'il parvient \ les. 
remplir , il a r^ufli dans la pattie qu\>n peut appeller 
d'apparat & de decoration ; mais s^l afpire a la gloire^ 
de reuflir dans la partie du g^ie , qui feule conftitue- 
le grand artifte , il faut que eoutes ces richeffes , qu*il 
ajoute \ fen fujet, comrtbuent encore \ en fcurtifier 

L Uj 



Digiiized by 



Google 



i66 ^ . ife P I 

rexpreffioQ ) & qn'on nepuifTe en retranchef aticun# 
fans afFoiblir I'efiet que (on tableau doit prodiiire fur 
I'ame des fpe&ateurs. 

II eft de Teffence de Vepifode ^e n'6tre pas abfolu- 
ment n^ceilaire ^ I'adioQ principale •, mais il eft d^fec- 
tueux , s'il n'y eft pas Yy^ , s'il eft d'lin^ expreflion qui 
la cpntrarie , s'il eft bas Jorfqu'elle eft noMe , s'il eft 
ridicule lorfqu'elle eft grave, s'il eft comique lorf- 
qu'elle eft attendriflante , &c. 

Comme il y a de« poemes ^pifodiques , il y a des 
tableaux qui pourxoient meriter Ic mSmo titre : telr 
font ceux qui n'offrent pas une aftion neceifaire bien 
marquee y mais un concours d^eplfodts ou d^a£lions 
qui font au choix du peintre ; telles font les reprlfenta- 
tions d^une caravanne , d'un march^ , d'une place pu* 
blique. 

II y a mSme des fujets qui ft>nt en m^me temps 
liiftorique^ ScJpifodiqu^s* Tel eftce^lpi de ia manne, 
4oflnee aux Ifraelites dans \e defert. Le fujet n'offre ne- 
ceCrairenvent que la figure de Moyfe obtenant par fes 
prieres une a0iftancemiraculeufe , & un peuplp afiam^ 
qui r^ciieiUe la maane. Les difFerentes anions des Ifrae- 
lites , dans cette circonftance , font au choix du peintre: 
on pout voir, al'actick Expression, que le Pouflin 
a. fait ce choix en hosmne de genie, & que tons les 
4^pifades qu'il aralTembl^ concourenta augmenter Pin- 
t&6t du fiijet. 

Le • deluge univerfei eft auffi uii fujet ^pii^dlqiie. 

* tJne inondation totale , i^wche port^e fur les eau* , des, 

homines & des animaux qui fe noyent , voila ce qui 

eftvo(ffiBft par I'^critore : routes. les anions d^e^ infor- 

tunef , viSimes de la vengeance celefie , font epifo^ 



Digitized by 



Google 



EPR i*r 

ifiques & au choix du peintre. lie Peitflta eft , ie tout 
les artift^s qui ont traiti ce fujc^ , celui qui a le mQiAp 
multipli^ les epifodes , & qui en m£me temps Ta rendu 
de la mani^ela plus fublime. ( Article ie M* h^^ 

EPREUVE (fubft. &m.y. Ce mot wpond k celui 
d'efTai. Un graveur, amefure qu'il avaoce fa planche, 
en faittirer de« eflaispar Timprimeur ea taille-douce, 
font voir Veffet que le travail qu'il a fait fur le culvre 
produit fur le papier. Ce font ces effai^ qu'on noQ;ime 
ipriuves. Quand le travail trace fur le vernis dont on 
couvre d*abordle cuivre a^:^ mordu |>ar I'eau-forte, on 
en fait ordinair^ment tirer quelc^ues effais qui fe nom- 
suent epreuves d€ Veau-fone. Quand enfulte le graveur 
a enti^rement 6bauche fa planche , & qu'il .y a ^tabli 
prefque tons les travaux qu'il fe propofe d'y mettre,, 
mab fans leur avoir dbnne la vigueur & ^accord qu'ils 
doivent avoir dans le fini , il fait enccMce tirer d'autres 
effajs qu'il appelle premieres iprmves^ & pour defigner 
le point oii il en eft de fon travail, ildit qu'ilen eft 
^vlH prerriUrts ipreuves, Quelquefois le graveur qui fe 
charge de faire une eftampe & Tentrepreneur qui la lui 
demande ftipulent que le prix 4u travail fera partag^ en 
trois pay^mens egaux , dont le premier iera , dd aprSt 
VtaU'forUy le fecond aux premiirts epreuves y & le 
troifi^me au fini. Quand la planche doit l^re confide- 
lable I comme le travail de la gravure eft fort long , 
il fe fait ordinairement quelque convention i-peu-pre» 
femblabje. 

Cfipendatit^ comme chaque artifte a fa n^anl^r* 
d'^rer , on ne peut guere d^termin(^r par ce^ expre( j 
• ' L iv 



Digitized by 



Google ' 



169 ]6 P R 

iions tpreuvts de Viau-font^ premiires ipreuves y I 
quel point en eft I'ouvrage ^ j^uifqiie les uns ^tajbliiTetrt 
Mni grande partie des travaux a I'eau -forte, &(|ue 
les autres refer vent prefque tout le travail pour le burin. 
D'ailleurs quelques-uns , si^rs de leur effet, ayancent 
condderablement I'ouvrage avant de faire titer les 
©reml^res epreuves , & d'autres , plus timides ou plus 
impaiticiis de voir leilr travail fur le papier, font tirer 
des i^rewv^xjorfqu'lls n'<mt endore fait qu'une tr^ 
foible 6bauche. H y a Aes graveurs qui cohduiienc 
a-la-fois toutes les parties de leur planche, & y ^a- 
bliiTent Paccotd dans un ton plus foible que celul 
qu*ils donnent au fini ; il y en a d'autres qui termi- 
nent prefqu'enti^rement un grand nombre de parties, 
& les approchent le plu^ qu'il leur eft peffible du ton 
qu'elles doivent avoir y r^fervant pour la fin quel ques 
autres parties , comme les t^tes , les mains , quelques 
parties d'etoffes brillantes pu de mecaux : c'eft la pra- 
tique de quelques graveurs de portraits. On ne peut 
ni approuver ni condamner exclufivement aucui^ ie^ 
ces procedes. C'eft d'apr^s Touvrage fait qu*on doit 
juger I'artifte. 

Le nom dieprtuvts fe donne par extenfion \ routes'^ 
les eftampes , lorfqu^on les confidere comme le produit 
d'une planche gravee. Dans cette nouvelle reception , 
le terme de premiires epreuves ne fignifie plus les pre- 
miers eflais*, mais ildefigne les premieres eftampes qu'on 
a tirees de la planche termini. On dit , j'ai une des 
premiires epreuves de la fdmiUe ie Darius, On ditauffi 
une home ou une mauvaife epreuve , pour fignifier une 
eftampe qufa ete tirec locfque la plan<?he ^oit encore 
fraiche ou lorfqu'ellc etoit d€\l fatigu^t. Vn» ^prtuve 



Digitized by 



Google 



tfK 169, 

eft koueufe quandla planche.a et^ mat dTuy^e, qu'il 
y eft reft^ trop de noir , & que les trdvaux ont €te con- 
fimdus. £lle eft nette & hrillante quand la planch« 
a et6 bien encr^ & bien eiTuy^e , en forte qtie ecus 
les oavaux font bien diftinds , & que chaque taille 
eft reft^e fuffiHunment nourrie de noir. Elle eft grife 
quand la planche commence \ s'ufer. Elle eft neigeufe 
quand les travaux de la plsuiche, ^tant en partie ufes ^ 
lie retiennent plus le noir dans leur continuity | en forte 
que les tallies iont interrompnes par des taches blan- 
ch4tres. Ces d^auts peuyent auffi quelquefois provenir 
de la maladre^e de I'imprimeur ^ ou du travail du gra- 
veur, 

Quoique I'airain, ou cuivre rouge, qui forme la 
planche grav^ n'^pvoure que des frottemens tr^s-doux 
de la main de I'imprimeur , la gravure fe fatigue & 
s*ufe par ce frottement plus vtte qu'on ne le penferolt 
fi Ton n'en avoir pas ^experience. Sa dur^ depend en 
partie du travail de I'artifte , en partie de la fermete 
du cuivre y & en partie de /adreffe de I'imprimeur. 

Des amateurs qui fe d^fioient de leurs lumi^res , 
fbibleffe peu commune entre les amateurs , crurent que 
le plus s6r meyen d'avoir de bonnes ipreuves ^toit de 
ft'cn procurer une de celles que I'artifte avoit fait titer 
avant de faire graver I'infcription qui indique le fu- 
iet , &c. c'eft ce qu'on appelle ipreuve avant la Uttre* 
Comme le graveur ne faifoit tirer de ces epreuves que 
pour fe bien affurer que fon travail ^tort abfolument 
termine, ellesitoient en fort petit nombre, & lararet^ 
en augmentoit la valeitr ideale. Car d'ailleurs 11 6toit 
podible qu'aucune de ces ^pre^uves ne yzXtt quelques- 
uaes de celles qui ^toient tirees dans la fuite avec la 



Digitized by 



Google 



%T0 t F K 

lettre. II pm^voit tr^^hien arrirer qu« I'imprlflieuf ^ 
m^me fans fa voir comment , edt mis plus d'adreilb k 
cncrer & elTuyer fa plancKe {a eentieme fois que la 
pemi^re , & que la centleme tf/ri'^ave (tt la plus belle : 
car il y a une forte de hafard qui pr^fide au tirage dea 
•flampcs , & quand le cui\rr« eft bon% une plailche 

'peiit tirer plttfieurs centsMiies • dV/»««v«/ d*une <gale 
beaut^. 

M^i^ les ^amatQ^rs , au lieu de £ure cetre rMexion » 
s'obftinerent a rechercher Ui^iprGivti dont la primaut^ 
& la rarete fembloient alTur^ps par I'abfcnce de la 
lettre. Tous voulurent en aviMr, 82: les graveurs , lea 
marchands, trouv^rent uo moyen facile de les con- 
tenter; cefut de &ire tirer cent, deux cents, trois 
cents, epreuves , &: m^e davantage , avant de faire 
graver Ja lettre. Que ces 4pHuvts fotent belles ou 
loediocres , peu importe : elks font avant la lettre V 
& I'amateur eft content. _Le marchaad I'cft encore 
davantage , parce qu*il retire premptement de trois cents 
ipreuvtf ^vant la lettre , plus que ne lui auroit procure 
plus lentement le Anible avec la lettre. On a auflt 
TadrefTe d'en capher un pertain numb re, & de ne les 
livrer a I'avidite des amateurs que lwfqu*elles ont ac* 
quis une valeur nouyelle par leur pretendue raret^. 
I^avarice de Rembrandt lui av#n infpire une autr» 

. charlatanerie Tc'etoit de faire quelques changemens h 
la planche apr^ en avoir fait tirer un certain nombre 
S epreuves , & mSme d'y doancr un effet different quan* 
cHe etoit prefqu'ufee. On vaub^tav0ir lV>m<v^ avant 
lechangen^ent, celle avec le ckangement, celle avc« 
refFet nouveau. On imijie cette charUtaaierie a moinfs 
4e fjraisji tant^t en JdiiraJit d'abord fiibUfter uao faut« 



Digitized by 



)y Google 



dans Pinfcnption 6c la fjaifant cnfulte cotriger •, tantAt 
en faifant tirer des ipreuves avant que quelque faux 
trait de la marge foit elFac^ , & faifant enfuite polir 

^ cette marge. Quelquefois ces accidens ne font pas pr^ 
vus ', mais la cupidit^ mercantile fait en tirer parti y car 
c'eft un fujet d'^mulation entre les amateurs de fe pro- 
curer une iprtuvc ayec ce qu'ilsappellent Izremarquem 
Quoique ces manoeuvres foient ^trangdres aux arts 
confid^r^ en eux-m^mesf & qu'elles en feflent la 

. honte, elles doivent cependant\rouver place dans le 
didionnaire des arts ^ & y 6tre appr^ci^es. ( Article 
de M. LBVEsquz. ) 

±Q 

r EQUESTRE (adj.) On dit en fculpture une 
Statub Equbstrb pour fignifier une ftatue repr^fentant 
un homme a cheval. 

Plitie attribue aux Grecs^ rorigine des fiatiiej e^ucf" 

tret : elles etoient ^lev^es en I'honneur des cavaliers 

qui avoient remport^ la riSoire dans les jeux facres. 

les Romains ne tarderent pas i adopter cc genre de 

ftatius : ils en eleverent und a Cl^lfe , ou , fuivant ua 

autemr dont Pline rapporte I'opinion 9 a la fille dti 

Conful Valerius Publicola. Que la figure de cette 

fiatue ait 6te celle de Civile ou celle de Valeric , elle 

4oit avoir it^ ^tlgee dans la ibix&nte-huitieme olytn- 

piade , 507 ans avant notre ^re , & par confequent 

dans un temps am^rieur aux beaux jours de I'art , puif- 

' que la fculpture commeafa fur -tout a fieurir avec 

Phidias dt| temps de PIricles , vers la quatre - vingt^ 

troifidme ojympiadc. II faut ajcmter qii« l^poque 01^ 



Digitized by 



Google 



17« tQU 

commen9a la gloire de Tart chef tes^ Grecs ddtt Ctr# 
bien ant^rieure I celle oJI il fleurit en Italic. 

Les ftatues /fuefirts ont toujours iti mifes au norahrt 
de> ouvrages les plus importai^s en fculpture y. &: par 
leur proportion qui eft ordinairement colloflale, Sc 
parce qu'etant deftin^ par I'^ge od elles font faites 
a confacrer aux ^es, fnturs la m^moire .& les traits 
de perfonnes tres-celebres, elles paroifl'ent en mSme 
temps deftin^es k r^unir I'admiration de la pofterit^ fur 
Ic hdros & fur I'artifttf, 

Quoiqueles anciens aient fait un-gran^ nombre de 
fiatuts iqueftres^ 11 ne refte qu'im petit nombre de 
chevaux antiques en (culpture , & que deux ftatues 
equefires , celle de Nonnius Balbus , & celle de Marc- 
Aurele, qui eft d'un temps oii' I'art commenfoit i . 
deg^n^er. Peut-fttre cette perte ne doit - elle pa^ ex- 
citer des regrets fort vifs; car il ne fcmble pas bien 
prouve que les anciens fculpteurs aient eu pour Timita- 
tion des chevaux, & des animaux en general , les mim^s 
falens que pour celle de la figure humaine. L'art de 
bien repr^fenter des chevlaux exige de grandes Etudes *,' 
mats Phomme ^toit I'objet conftant de Tetude des 
anciens artiftes, & peut-6tre n^gligeoient-ils un peu 
tiop le refte de la nature. On pourroit croira que , re- 
gardant I'homme comme le vrai module de la beaute, 
i!$ auroienc craint de fe diftraire par une ^tude appro- 
fondiede tout autre module. Cette id^e ofire aCei de 
grandeur pour n'avoir pas et^ indigne tfeux. 

Le& modemes , petfuades que les anciens ayoient 
eu dans Part tous les genres de fucc^, parce quells 
arotent parfaiteipent r^ufli dans la repr^fentation de 
I'bomme , font conyenus d'adinirer tous les chevaux 



Digitized by 



Google 



£ Q U 17) 

Imtiqaes que 1% temps ayoit ^pargti^. Les chevaux dm 
Saint -Marc, malgr^ leurs t€tes igtiobles, le vice ds 
leur encolure & celui de leur pas , qui , au jugemenc 
d'un arcifte dont on doit admettre la d^cifion dans cett« 
partie de Tart , eft faux & impofiible , ont M attri- 
i>u^ par les uns k Lyfippe , & par d'autres i 2^o- 
dore ; ceux de Monte- Cavalloi Phidias & k Praxit^e ; 
les c^taures de la V ille-Borghefe , ceux du palaisFu^ 
rietti, n'ont gu^re re9u moins d'elo^es. Mais fur -tout 
le cheval de \z Jlatue ^queftrt ie Marc-Aur^le a reuni 
I'admiration des amateurs & mfiiAe des artiftes f qui 
long-temps ont n%Hg^ T^tude de la nature pour cells 
de cette antique d^feftueufe. 

Mengs t^moigne que les Italiens modemes ont e« 
peu de fucc^s dans la repr^fentation des cheraux tn 
fculpture. A Paris , on peut voir le cheval de Henri 
IV fur le pont-neuf ) & celui de Louis XIII i la 
place Royale y qui font des ouvrages de deux celebrea 
Iculpteurs Italiens, Jean de Bologne & Daniel de 
Volterre : ces ouvrages confirment TaCertion de 
Mengs. Si, dans la patrie moderne des arts , des ar- 
tiftes d'ailleurs tr^-diftingu^ ont eu peu de fucces dans 
cette partie , on peut attribuer leur malheur ^ la pr^ 
ilkence qu'ils ont donn^e aux chevaux antiques , 8c 
fur-tout I celui de Marc-Aur^le, fur la nature* 

Ce cheval , moal^ ^ Rome fur le bronxe antique, 
ittt apport^ i Fontainebleau du terns de Fran9ois 1. 11 
le fut de nouveau k Paris fous le r^gne de (ouis XI V^ 
& place dans une cour du Palais-Royal. Perrant noua 
apprend que cet ouvrage fiit tr^^neglige d^s qu'il ne 
fut plus n^ceifaire d'aller i Rome pour le voir. On trouva 
jjue TEmpereur Marc-Aurele fembloic monter nne jih! 



Digitized by 



Google 



»74 t QU 

l^ent poutini^e-, un. troava que le ckeval leyott 111 
|aju|)e de devant betucoap plus haue qu U ne le pou-^ 
voit, &qu'il fembloit avoir rencolure demife. On re** 
cohouc enfin tons les clefauts fur lefqud^ on avoh fermi 
]es yeux k Ronte^ On laifia perrr le placr^ du Palais-. 
Royal ,'comme avoit deja peri celui de Fontiinebleau* 
Ainii quand les fculpteurs JFran9oi9 Qurent des che- 
Saux a faire , ils ^e purent prendre pour modele It 
cheval de Marc-Aurele ni les autres chevaux antiques 
qu'ils n'avoientpas fous.les yeux^ &dontils n'avoie&t 
conferv^ , depuis Ivor retour de Rome, qu'unconfusfbu* 
venir *, ils fur eac dpnc obHges d'etudier la nature. AniK 
peut-on dire qu^ c'eft k.^ Frao^ois que la fculpture 
doit les plus beaux ehevaiix qu'elfe ait produits 5 oeux 
des deux fr^es de. Marfy, aux bains d'Apollon dans 
le pare de Verfailles, ceux des Tuiileries par les deux 
freres Coyfevox, celui deGirardlin^ la place Veiid6m0^ 
celui de la place de Loois XV , par B<Hu:hardon *, pr^* 
cieiix chef-d'osuvrede Party quoique d^s acoidens ai^ 

. rives a la fonte n'ayent pas permis de laifTer fubfifter 
iroutei lesfinelTes qu'efiroit le modele. Quand la Su^e, 
le Dannemarck^ la . Ruflie rouUirent confacrer par diis 
fiatues iqueftres lafn^hnokd de leuri plus grands Sou ^. 
^retains, ces nations appeMerent de Paris ^ M M. Lsu>s 
chevefque , Saly , Falconet. 

Quoique les beaux chevaux faits pair les modernes ' 
doivent ouvrir les yeux fur les defauts du cheval an^ 
tique de Marc«-Aur^le , cependant les ^loges qu'il a 
Tefus feroient capables d'engager de jeunes arttftes a le 
prendre fur tout pour objet de lear^mde^ & cette^tude 
.'pourrott leur laifTer d^ Jitifn'^nions dangereufes, s'H 
4i^v l^rtvolt dans la iuste d'jivoir a faire de^ chevauyw 



Digitized by 



Google 



6qU i«^; 

JPouct|a^.ne d^nerbient-ils pas dMs un pie^ otiHb 
font laifle prdtuke tant de grands maftres de I'ltalie? 
Nous nc croyons done pas inutile de rappt)rter ici leS ^ 
principales d^feryations de M. Falconet fut cette an- 
tique. . ' V 

Pendaat que oe cclibre fculpteur s*occiipoit I, P^ters- 
bourg des etudes de la flatue e'queftre de Pierre-Ie- 
Craod , il fh venir de Rome pour fon inftruAion , la 
cere, les cuiiTes & les jambes. du cheval deMarc-Au- 
rele, nioul^es fur un beau plitte de I'Academie, qui 
I'avoit ^€ lui-m^me fur le bronze original. Cetoit un 
laaicre qu'il .avoit cru mander; mais en vojant ces 
parties capitales, il reconnut quHl n'avoit pas de lemons 
a en recevoir. 

Quoique I'original, dof6 autrefois enentier, & eft 
partie dedor^ par le terns, fafib^ coiYime onl'afTure^ 
une illufion feduifante au capltole , parceque I'eclat de 
la dorure, & les taches des {parties qui l*ont perdue 
empSchent debienlire les d^ils, on peut dire que la 
t6te en plitre, expofee i 1& Ib6me hauteur dans l^at^ 
teller de M. Falconet k PiJterlbourg , ne pouvoit caufer 
la moindre illufien mSttie aux plus i\ 
reffouviens que lorfque )'emra$ pour h 
dans cet attelier , je ne fus au premier i 

j'appercevois une t£te de rhinoceros ou i ; 

d'une tSte de cheval fut la detniere <: \ 

peniee* M. Diderot eprouva ^ peu pri^s h 
lion. 

II eft pent hs9 bon d'avertii? les perfonnes qui he 
GQimoirrentpas les proc6d^def airtft, quMl n'en eft pal 
tf un pUtre moul6 fur une ftatue , ou mfime furinoule, 
conune de la copie d'un tableau, la copli^ peut tcrt 



Digitized by 



Google 



k$$ £ Q U 

Infidellermais le pUtre eft roriginal |^-^«|[|ie^ & 
Yon y perd tout sui plus quelques fii»ifes« Alais £ui- 
vons les obfervations de I'attifle. 

La grace ne manque pas moins dans le cheval de 
Marc-Aur^le , que les^ bonnes proportions & les belles 
formes. On n'a pas m^me la reilburce de dire que le 
ftatuaire antique ait neglige les agremens qu'il auroic 
pu donner a fa figure rue de pres pour en mieux alTurer 
Tetfet dans I'eloignement. » EUe n'eft pas travaill^e 
» dans les regies de Toptique. La touche & la Millie 
>3 des yeux font au-defTous du naturel pour leur froi- 
p deur. Les narines font un cercle fans mouvemenc 
» & fans refpiration. Les plis formes par I'ouverture 
» de labouche font arrange ^omibe on yoit les brins 
9» d'ofier dans le tiffu d'une corbeille. Ceux du cou y 
3» au-de^ous de la ganajche, font ronds, froids^ fans 
>j in^galit^ , fans reffort \ fans ce fremifTement , cette 
» criipation de la peau que fes plis occafionnent tou- 
79 jours. II femble voir une dduzaine de baguettes ar- 
» rangees fymmetriquement les unes apres les autres. « 
. En vain on foutiendroit que la tfite fait bien en place. 
La forme en eft d^fagreable de quelque c6te , 8c a 
quelque diftance qu'on la regarde; elle ne reCemble 
en rien aux belles t^tes de cjievaux naturels ^ & c*eft 
en cherchanc a I'imiter que Raphael & le Pouflia oat 
fait de mauvaifes tStes de chevaux. 

» L'allure du cheval de Marc-AurMe eft le pas. La 
» pofition des jambes de derriere y eft ^nforkie : la 
B droite eft con v enablement eloign^e du corps , & 
» la gauche eft fort avanc^e fous le ventre ; la pince 
» eft deja pofee ; ( c'eft,un-^efaut qui fait nommer un 
9 cheval ramfinTyEnfin le pied ne peut plus changex 



Digitized by 



Google 



b ^ f lace qu'en fe lerant pQur ayancei^^ud- pzih T^put 
» ya prefque bien jufques-Ja: mais con^me il faut unit 
» harmonie, une correfpondance des jQouy;einen? qui 
)> £e croifent, le pas de la jambe gauche dfi ^ev^nt^ 
» qui foiutient Payant-main , doit dans, ^^i; in|^iu i^tre 
i» foua le y^entre, 8c d^crire une ligne oblique qt)i 
» forme , avec la perpeadiculaire prife au haut de U 
» jambe , un angle au moinj^ de quinzs degr^is. 0eit 

> ce qui ne fe trouye pas obferve dans 1^ ,cji9yal ea 
» queftion : Tangle que forme la ligne de.fa jaQibe 

> aVec la perpendiculaire n^eft au plus que de, quatrejL 
SB cinq degr^s. Voyons I'autre jambe de dei^ant. Dans 
» le pas, le fabor Ae la jambe qui marche. ne s^eleye 
B qu'a la moitU' du canon de iVutre. Ici , le faboc de 
B la jambe lev^e eft a la hauteur du genou^de^Qelle 
B.qul pofe. Le mouyement outr^ de l^un de ces mem* 
»' bres & I'inadion de Tautrb , font une diicordance 
a* entre eux par comparaifon ayec I'aflion du train de 
» derri^re. Ne yoyez-vous pas que , par ce moyen^ 
» le cheval va au grand pas des jambes de derri^re , 
» & que , de celles de d^yant il n^ fiit que'piafTer f 
j» Ne voyex-you^pas aufli que Pietre de Cor^one , & 
m tant.d'autres , y ont regarde trop l^gerementi Com- 
» ment n'a-t- on pas yu ices deux aSien^ auffi impof- 
» fibles 1^ faire enfemble i un cheval , qu'i tout 

' B autre quadrupeile vivdnt ? Voilk au moins ce qu'il 
» auroit fallu appercevoir ayant que de dire a ce 
' JO cheyal : Avance dpnc? nefais-tu pas que m es vi* 
» vant ? ( mot qu'on attribue a Pietre de Cqirtone. ) 
» Je le d^fie d'avancer , puifque I'ufage qu'il^fait d^ fes 
» jamt>a£ de deyaot contrarle & arrfite. ce q^e. foat 
^ celles de derri^. 4c . « 

Tome IL M 



Digitized by 



Google 



!l>« 1 Q U 

tt ptfde la plus effentleUe des bbfenrationt ie Mr 
9alc<met eft c^lle oil il doime le parallile des pr^ 
j^bMonk du cheval de Marc-Aufi&le zvec celles du 
l>eati naturel, parce qu# cette comparaifon pent de* 
irthif fort tttile aux artiftes qui yeulent &ttdier let 
Itk^viiuxl. lis doiVent trouver avecplaifirles proportions 
d^ua beau cheval prifes par un artifte qui en a lui- 
inSliie ex^ut^ un fort beau. 

» ta tfite du chevat deMarc-Aurile, ditM. Faico* • 
)» net, a deux piedi pnse pouces : je I'ai divifee eil 
^ qultre parties. Pzi fait la m6me divifion fur la t£te 
^ d*un beau cheval naturel y & j^ai pris ainfi les prin. 
^ cipales'Aefures & du beau naturel & du cheval 
J» atiti^e-, je n*en garantis pas la juftefTe I deux ou 
^ tfoti ininutes pr^. Si Ton croit que , «'ayant pas vu 
» U brohze, il ne in'apas 6t6 poflible d'en favoir les 
m propdnions , je pri6 ceux qui feront i portfe de s'eii 
:d afiurer, de vouloirbieii verifier celles-ci , & de Ae 
i» re&ifier oA j^aurois cotemb de fortes erreurs, 

Xf cheval de Marc'^ufiU. Vt htau noiwtL 

9 Ittfgeur du cou i la haoteur 
9 dtt menton, 4 parties. • • • 4 .^ • % parties j; mtoiitib; 

» Groffeur du cou vers la gana* 
» ebe, a parties 1 minute*.*.*, s partie ) minutes. 

» Latgeur des iSpiule^ 4 parties 
tx mruutei. •••..••. .•«;•••• % parties 9 minutoiiw 

» D«f fai ft^iOince deft reins & 
3ft ceMe du feurreau, 5 parties.* } parties ; minutes* 

» Da milieu des reins au mi- 
»lieu du ventre, 5 parties. ••• 4 part'^* 

i>0*un cAredu ventre i !*«<«- 
» fre f ) -parties 8 minutes* • • • 4 parties. 



Digitized by 



Google 



» Depuis le jKutnil jufqu^aux 
m fbflesy t% parties 6 minutes. • xo partiot. 

» Lel>i-as lev^, depuislii points 
m ill coiide jufqi^au d^vftnt du 
m genqu, 4 pirdes 4 minutes » • • • J parties 6 mlnfit&. 

» La )ambe du ni^me bra^ , 
9» depuis le deflbus du gMiou juf* i 

n qu^aL la points du ikhot ^ 4 par- 
» ties X minute! «••••..• ^ pattl^i* ' 

» Largeur des hanches ,; par- • 

udes. .w .....^ ........ 3 pmfes f Aib^i^s. 

»Lilrgeurext6rieu;'edu mfli^a ^ 

» des cuifTes , 5parties5 minutes. 3 pstrties f viShix^s^ 

» Depuis le detibus du poitratjl 
» jttfipi^au fommet de la titBj 9 
• partiesa minttte8«.«««;.*«.« '7 partial 6 hiiiliitef. 

» Depuiff le graffet ( la rotille ) ^ ' 

» de la cuifTe qui recule , jufqu'au 
B coude de la jambe de devant 
» qui l^t J 7 parties 8 minutes. • f pdrtiei^ f dii ^ iffi* 

itutes Bsa^B H itidlhe 
pofittoYi. 

% La cuUSe droite , qui eft fbrt aliong^ &bti du 
» corps y dok 6tre applatie far te tiki diii& t^n^ ^- 
» tion. Celle du cheyal antique Btt tr^-^ohf}^ ; d)e 
» Peft mSme beaucoup plus que la gauche ^ qui 'ifl 
» entiirement rentr^e fous le ventre-& pi^fiL '' ' ^* 

» Les pointes des jarrets font ^tatt^s' Pune d^l'^utrc 
m ^environ deux parties dans le cke\tfl3 ah^tqixi: Vn 
9i ^heval natar%l qui ra lie pas les a ferffei , 8t lAit 
■m au plus it trois ou 4 poi»ces de diflance; ' 

M i j 



Digitized by 



Google 



«8« B Q U 

2>. Ce cheval, a fix iabocs de difUnce enure Id ple^ 
» gauche de derriire qui porte iiii- la pince , & le pied 
» de la jambe du m£me c6t^ qui porte ehti^rement* 
» Cette jambe n^a que quati'e dcgr^s d'incliliiurpn *, eile 
» devroic faire au moint avec la perpendiculaire un 
» angle de quinze degr^s : mais quand die le feroit, 
» les pieds de ces deux jambes Tetoienc encore beau* 
o couptrop^oign^, parce que le corps du cheval eft 
» trop long d'environ utic deini«t6te. 

» Les pieds de derriere ont du milieu de l^un au mi- 
» lieu del'autrequatre parties fix minutes, ce qui fup- 
» poCe Tanimal eftropi^ ou fes os brifes , fans quoi il 
» ne peut faire un tel ^cartement de c6td. Ceux de de- 
» vanty s'ils Potent tous deux pofes, auroient trois 
» parties *» un cheval naturel n'a qu'environ un fabot de 
» diftance entre les deux/ 

, , » La jambe.de devant qui pofe ^ vue de face , eft per- 

. n pendiculaire » elle deyroit rentrer par 1^ bas au moins 

9 de fix degr&. 

» La proportion de ce cheval eft fort extraordinaire : 

. 9 la longueur de fon corps eft deneuf pieds. Je reqiets 

, 9 cette mefure fur I'echelle d'un cheval naturel de citiq 

9 pieds 9 & je trouve que depuis le de^ous du poitrail 

. 9 jufqu'au fbmmet de la ttte , il eft plus court de fix 

^ 9 pouces que le beau naturel : ces fix poucesen fon^ 

. 9 neuf i dix ilans le bronze. Ainfi le corjps eft trop 

, 9 long de neuf3l dix pouces, ou le cou eft trop court 

9 de cette m£me mefure. 

^ 9 Nous alloiis voir y par le t^oignage imprim^ de 

, • M. Saly, quele cheval de Marc-Aurele eft ioin ^§tre 

. 9 ui| beau cheval. Get arJfte diftingu^ v^ff^ f^s > maia 

» il nous a lailTe , outre fes outrages en fculptur?, deux 



Digitized by 



Google 



» krocKures qui font enfemble 99 pagesl files a ftires' 
n pour rendre ralfon de la ftatue de Fr^ric V \Mfj^ i- 
n G>penhague; coiame il a eii principalemene potur 
» objet dans ces deux Merits fon propre ouvrage & le 
» beau naturel , jc do^ regarder' comme une rjfgle de- 
» Pait les principes fur lefquels il a travaill^. r - 

y> Rcgardeij dit-il, un ckcval €n dejjbus ^ vout^^ 
7} verre^i fon encolure itroitc & affiUe en comparaifon 
o des ganachcj. Cela eft yrai. ' 

1) Regardoz le cheval de Marc*Aur^le en deiTous/ 
» vous rerrez fon encolure plus large de (|uatre pouces 
9 & demi que les ganaches. 

2> // ny a que dans le cas de^ Carrot 9 ^u dans celui 
1^ ok un cheval a le defaut de battr^ A la main & de 
» donner des coups de tetc^ que fon cou & fa tfiefe^ 
9l portent en arriire^ & que legenou Icvifetrouve^plus 
r> avant; mais ct font des acoidens momen$an6s ou 
» des ddfauts dans les chevaux qu'U faut hienfe gar^ 
i> der d^imiter dans usimonument de U, nature de^cclui^ 
j» dont il eftquefilaru Cela eift yrai. .^ . . .^ 

f> Le cheyal ^ .Marc- Aurile ^qui a la tdte & le cou 
» exceffivement} enarriere, n'eft point dans lecaa 40: 
)> ^rrdt>' il % doiu; le defaut de battre \ la maif\ & 
3» de donner, 4^5 co^ps de t6te. Son genou lev^ fe ^^« 
» ye de. beaiicoMp plus avant que (a t6te v ainfl, M. S^jfCr 
2> j^ug^ qu'^ c^t ^gard encore ce cheval a des defaf t% 
j> qu'on doit bien fe gar dec d'imiter dam; un numu-*. 
90 ment de cette nature). 

» La jamhe tenduede derriirefmt^ par fgk tenjibn^ 
n emr^r dan* la 'parue charnue du graffet Vos, dc-Ut 
» rotuk: dla^uMllc la p€au tfi odMrmtAy & prod^twi 

M ui 



Digitized by VjOOQ IC 



» crai» au Uitt ie hi faillU que forme cet ^S Iptfyw 
3) la jqtnhe efi flayie. Cela peut ttre vrai. 
. ^ t^ fsa^ cendue de derriere Peft plus ta cheval 
j^ d9 MfurcrAur^t qu'elle. tie I'^ft I celui de Freddie V« 
3it Cq^dant tpuM la pai^M du grafbt ^loin d'etre ren- 
» tr^ , eft^ea^cQMp plus en &illie qu'i aacuoe autre 
ogt il^ue de cheval quf IVui connoiife. Ainli, felon 
^ 1(1. $9iY y I'aftUte auti|ur de ce cheval ne connoif- 
39 Ibic ni' la v^rit^ des mouvemens ni I'ofieoiogie du 
» cheval- 

» Lorfqu^un cheval live une jamhe de derriire^ cette 
» jamhey a Vendroit duj arret yfe rappracke de V autre ^ 
» fans que k pied forte de la trace de celui de devant. 
» Ce rapprochement ejlfifort , q^le la partie de devant 
JT tbidit jarret fe trouve phrefque d Jtdplomh du milieu 
9 Si. Corps de tanimaL Cela eft vral. 

3i Lorfque le jatfet lev6 du cheval que nous exami- 
1$ nonn f^rapproche de Pautre, 11 en e(l ^carti^ d'envt* 
II ^cm un pied & deml^ d*oil i'on vo)t quHl s^en faut 
9" qu'e U pied de cette m^e jambe de aerriere foit fur 
» la trace de celui de devant. 

' 1^ Quilque relevi & pricipiti que fbU U pas iun 
w' cheval f ii s'^n faut toufours de heaue6up que U 
» hr4s foit plac4 horiiiontahmene. .Getii t& vtai. t 
* %rht htud de^la j^^e lev^ du cheval de Marc« 
^ AurMe eft plac^ ptiu^ le moins hdritentakment.^ Ce 
» braa'ainfl relev^ el^e d<mc de beiRiceup le mou- 
^ ir^mefl^t naturel , &r c'eft done uh grand' d£faut. 

» M, Saly fournit encore 4>eaucoup dViutres objeta 
]|'4e comparajfon qui font tousau de&vantage da che- 
*- vsl antique, /e n'«n tiens ice qi^on vdc^ de voir ^ 
»^^ «ie par44t«ifi<^t jp^ d^mpntrer craibie« 



Digitized by 



Google 



tQV Iff 

p ce cheval eft loin de miriter Padmirttlon det con* 
» noifTeurs. 

'» Sly comme la plupart ie nos artiftet le favent& 
j» en conviennent, le cheval de'Macc - Aucile eft du 
» m£me genre que ceux de Saint-Mire 8/: ceux d« 
» Monte-Cavallo , il eft mediocre : aueun rrai connplf* 
» feur^excepte les prepri&aires^n'i^ jaDnaitmiaaui:^^ 
ji det beaux ouvrages de fculpture ce« dernier^ ^)ie- 
» vaux. 

» Si ^ comme on bn convient encore , le cheval 
» 4e Mare-Aurele a un trop gros ventre , une trop grolTe 
» encolure , ^c. il eft done mal enfcmble & d'une 
n mauvaiCb proportion. Cependant , afin de ppuvoir 
» juger & la difpofition de ce ventre eft im d^aut to« 
s> lerable, donnons-en la forme Sc la piefure i-peu-priu 

x> On a va que , dans un cbeval bien proportionn^ % 
» Pextr^mit^ inf^ieure du ventre ^ mefure prife du 
» deiTus des reins , revient 1 la longueur de la t£te ^ 
9 que dans celui du capitole » cecte mefure prife au 
» m&ne endroit porte environ un pied de plus que la 
'» tite, qui a deux pieds dix pouces dci long^ ce qui 
» pr^ente ce gros & large ventre fur une ligne tr^- 
» courbe^&furba'ifT^e de trois pouces au moins duia 
» fon milieu de la ligne'horizontale, tandis 4^0 dans 
n un cheval natural d'eaviron fix pieds de long, & 
JO qui n'a pas un ventre de vache^ cette ligne, dont 
» la courbure eft imperceptible y viem en s^ncliQant 
» de cinq i fix pouce$ depuis les parties naturelles juf- 
» qu'au deflbts du poitrait; inctinaifo^ qui dfvroit 
» produire au moms huit pouces dans celui-ci , ce qui 
» lui fauveroit une inorme dSfeduofit& Cette d^fec-» 
m tttofit^ peut auffi proyenir ea par^e 4e lame&re dm 

Mil 



Digitized by 



Google 



i9i ±QV 

» ]ambes, qui me paroiCent, en mefurant le beaa 
» naturel , avoir quelques difproportions relatives entre- 
» elles. 

» Je fab au refle que le cotnpas feroit un juge des plus 
» r^cufables dans un ouvrage qui feroit d^ailleurs fu- 
ll bUme : le Gladiateur, I'Apoflon , & tel autre chef- 
» d'oBuvre en feroiem indign^s ; mais ici nous devons 
» I'admettre. Ainfi , en joignant ccs defauts a beaucQup 
^ d's^utres qui ne font »i compenfes ni effaces par d'affez 
» grandes beaut^s dans cet ouvrage , il refulte alTure^ 
> ment que ceux qui Pont regard^ CQ^nme uti chef- 
» d'oeuvre ne I'pnt pas connu, ou ne coiinoilToient pas 
» un beau pheval , ou avoient fur les ^eux le voile de 
V la prevention. S'ils eiiffent 6x6 plus Claires ou moins 
» pr^venus , ils n'auroient pas gliffe fur tant de defauts, 
n joints i la difproportion extraordinaire de ce ventre* 

n Faut-il »voir de grandes connoilTances pour n'fitro 
%> pas un peu phoqu^ de I'etude fauffe de la croupe «: 
:iEt de celle des cuifles du cheval de Marc^Aurele ? Te 
» veux que I'enfemblc general de cette croupe ne ibit 
» pas' d'une bien n\auvaife forme *, les details 8c la 
» froideur des Qiiifles (jje les ai fobs les yeux ) (bnt 
» trop glolgnes du naturel pour qu'on puifle s'emp^cjier 
n de fourire un peu quand on entend appeller cela un 
i) <rhef-d'cBUvre. 

» Tai une cople general enient exade & bien mefur^e 
fi 4e la ft%tue de Marc-Aurele. Gomme ce n*eft pas des 
xt iinefles de detail qui ibuvent diftuiguent un original 
« qu'il eft ici queftion j mais de Penfemble ^ des formes 
» & dtt mourement, je crois qu'avec les parties origi- 
^ pa^es qui font fous me^ yeux ^ & que ye con^pare a 
p 66 petit pi^dele , je ^onnois le ^fceval antique autanc 



Digitized by 



Google 



E Q U itf 

» que peuvent le cdnnoitre ceux qui le voient au ca- 
J> pitole. Enfin cette copie acK^ve de m'apprendre que 
» le cavalier, duquel on parle peu , eft beau pour uti 
» ouvrage fait dans un temps od la fculpture ne pro-» 
» duifoit plus ni«des Laocoons , ni des Gladiateurs , & 
» que le cheval , qui occupe davantage tous ceux qui 
» en raifonnent , eft bien inferieur au cavalier. 

» Quelques perfonnec difent que l*excefllve largeur 
» du ventre de ce cheval provient d'un accident, & 
» que fon dos ayant fl^chi , les flancs plietent & s'elar- 
j> girent. On ne fait pas attention que ce dos eft au- 
r> jourd'hui dans la fo^e & a la place qu'il a et^ fondu, 
» &que fi lemarteaii I'eAt remis oil il eft, il n'auroic 
» pu y venir fans que les flancs ne reprllTent aufli la 
» leur. Quels que foient le melange & la qualite du 
» m^tal de cette ftatue , le bronze auroit cafle par Tac- 
» cident que Ton fuppofe , ou par la pr^tendue reftau- 
» ration dont on parle , comme s'il s^agilToit d*une fi- 
» gure de plomb. Mais n'eiit-il pas cafle , un cylindre 
7> de bronze n'eft point une veflie dont la membrane 
» s'etende au gre du fouffleur. Enfin c'eft dans l*etat 
» prefent oft eft ce cheval , & non dans celui oil Ton 
j> fuppofe qu*il a ^te , qu'on le juge, que tant de gens 
» orient au chef-d'oeuvre , & que tant d'autres rfip^tent 
ji les cris fans favoir pourquoi. « 

Quoique le diftionnaire des arts ne foif pas deftine 
S la defcription des ouvrages de l*art , on croit pouvo'r 
le permettre ici quelques lignes fur la Jiatue iqueflre 
^rigee ^ Tempereui: Pierre le Grand 1 P6ter(bourg , 
parce qu'on en abeaucoup parl€ dans toute I'Enrope , 
fc fouvent avec trop peu de connoiffance , & parce 
qu*elle fe diftingue par deux parricuktites j celle de 
U oompofttioA & ceUe de fa b&£^. 



Digitized by 



Google 



iS6 lEQU 

On fait que tout^s les ftatues ^qutflres folic pofeet 
fur un fbclc qui forme un quarre long : le cheval paroh 
marcher au pas fur ce focle. 

Mais M. Falconet , auteur du monument de F^ 
tehbourg , avoit i reprefenter un \iitp$ qui paffe pour 
le criaceur de la Ruffie : on croit commun^ent quo 
fa'vafte domination n'etoit peuplie que d'efpices d'a- 
nimaux fauvages doQt il a fu faire des homme^* Le 
fculpteur-poete , car les arts fqnf v.ne po^e, a faificette 
idee favorable i fon art, quotq^'hiftoriqueo^ent elle 
n^ foit pas d'une exafte v^rit6 \i\ a fu donntr i fon 
ouvrage une vie , un mouvement qui manque en g^ne* 
ral aux monumens de ce genre , en indiquant au fpec- 
tateur^.par un fymbole ing^nieux^ les pbfta;Cles quo 
le Frince avoit '^ furmonter. II I'a repr^fent^ gravi£ant 
a cheval une roche efcarp^e. Ainfi la compoiition eft 
allegorique, & par ui^e heureufe conception, c'eft le- 
h^ros lui-m^me qui eft le fymbole 4p I'alligprie. 

Pierre le Grand avoit eu lui-mdme une idee it^^peu* 
pr^s femblable -, il s'etoit fait graver fur un cachet (bus 
la figure d'un fculpteur qui forme la Ruifie dans un roe 
encore brut. La penfee de I'artifte eft plus noble que 
celle de I'empereurj mais d'ailleurs elle ofire lemfimo 
fens. 

M. Falconet a faili pour Tinfts^it de fa compofitioA 
celui oh le cavalier , arrive au fommet du roc , arr^e 
fon cheval qui en eft a fon dernier pas & qui exprime 
fPune mani^e fenfible ce moment d'immobilit^ par le« 
quel le galop (e termine ncceiTairement. La tSte du 
heros, ceinte, d^une couronne de laurier, eft ii^re & 
imppfante , fa main protedrice fumble $'etendre fur fon 
empire *, fon air , fon nmintien y font majeftueux , mais 
n'ont rien de terrible ; ibu» la dignit6 d'un maitre, ga 



Digitized by 



Google 



fcQU 187 

recohnolt un pire. Son T6tement , fimple 8c pittorKque ^ 
m I'artAtage de re^ktmbler en mteie temps a celui qu'a- 
Totent adopt^ let tnciens ftatuaires de la Crece &: de 
Siome , & de lappeUer celui def 'RulTes. Un maaceau 
donbI6 de pelleterie d^truit artiftemenc ce que cec 
luibic poiuToit aroir detroplimple. Le ch^val eft plein 
de feu, & femUf to ibuffler par les narinea^ il reun.lt 
■k la iHiftut^ 4^ {0ifm98 & k la (ineffc Tappi^ence de 
toute la vlgneur qui ^oit n^elGiire a I'adion qn'il 
Tient de terminer*. 11 foule dans fa courfe. le ferpent 
<le Penvie. 

On a itcrit loin de fhttSbautg que le rocher ^ui fert 
de bafe kce moftument eft h^ifiede pointe« qui doi-> 
vent emp6cker de voir ^uiieut^ panies de la ftatue ; 
quelechetal^devi&atlMl un^n|0At^ne& un ferpent i 
la queue. Ces erreurs bizarres de ^uelques ecrivain^ 
|i\mt fans ^ttte tfomp^ peripnne* 

La t^te du hfcos eft I'ouvrage de Mademotfelle Collot , 
ilere & enfiute bru de M« Faloopetr II iui confia pette 
importante panie du monument do^t il ^toit charge , 
farce que j pac una rare snodeftie , aptis avoir fait 1411- 
shteie un ptocnrait qui tvott r^pondu k fa repijpLtion^ 
eelui dii favant CaaasUe ]M90fl€t}, il crut c^^^d^n^ 
que foK fl^e l^i itoit &p&ieure en ^ genre. X^hif* 
fioirc cbs arts ne ndius avoit ^nferv^ jufques--U que 
le nom d^nne ftmMUt ^i eftt prstt;|qu^ U iculpture i 
Me fe ftommQit Iroperzia R<^ , elfe ^toit de Bou- 
logne, & floriUbit dans le feiaieme fikle* Perfecutee 
& cakmuaye per un ardfte jalonx iroami Arnica, ell^ 
abandonna Ton ts^ent Sc mpurur de douleur. 

M. Falconet croyoit d'abord que Ion rocher feroit 
•ohftruit de pierres derappo<t,.^11.iy%>it d^ji &it 'lea 



Digitized by 



Google 



i88 tQtf 

mod^es de toutes les coupes : mats on lur propofa aft 
rocher v^itable de granit, & il n'h^tta pas i pr^rer 
cette bafe qui feroit plus durable. I! falluc trafifpoRer 
cecte malTe enorme dans un efpace d'nne lieue & demts 
par terre & de rrois lieues &: demie par eau. On fait 
que les anciens ont fait des efforts encore plus itonnanti 
mais lis n'avoient pas encore eu d'iitdtateurs entre lea 
snodemes. Ceux qui voudront oonnoltre les mojrens 
m^caniqnes qui furent employ^ four reaiuer & tttnF^ 
porter cette malTe, ^euvent eonfuhef 1« Ihrre* intituM r 
Monument ileve it la gloirt de Pierre le Grarid, ou Re* 
ladon des travauos qui ont etS emfUlyiit pour tranfporttr 
d P/terJboitrg un rocher de trois miUionr deftin^ i 
fervirdehafe a laftatue equejtre de eetEmpereur ^ par le 
Comte Marin Carhuri de C^phaUnue. Grand in • fol. ; 
P^s , Nyon , 1777. 

Quand ce rocher fat trouv^ , il petblt Vnviron cinq 
millions. L'arti{l*e en fit retrancher d^nx fur Laplace, 
ainfi le bloc pefoit encore trois millions pendant !• 
tranfport. Sa di^ehfion ^toit de 37 pkds de loflguear 
fur 2,1 de largeur > & 12 de hautetir. M. Falconet tni 
a laifl^ fa largeuir Visr^ la ba(e ^ mats en la ledaifaot 
jufqu'au haut pat^^un* Tj^squi conduislr.'i'Q^l. au plan 
furlequel pofe!^ ^heval :ceplan ri'a qu'tnVifoa huiii 
pieds de largeur. Omime 11 fallokquslechevi^ gra^tt 
tinepente aeceflible') lestpente-fbfvipiedft de longueut 
du roc ne fiiffifbient pas ^ oii ajouti an morceau d^en- 
yirontreize pieds, pour rendi'e le rocker fbmblaUeau 
module qui ayott l^pen'-pr^ ciAquamtrpiedv deloi^ 
gueur. {Article de M* Lnr'Esqv^:) 

tQ^JJlLlBHH^^Qmaeccrpus^ mfiesntremafe^ 



Digitized by 



Google 



* Q U ifsf 

Unailqut cQfitlneant lihr€nturqu.e ai tpntrum^ collar 
baturmutque necejfe eft, Voila un paiTage qui me parolt 
d^nir le terme dont il sfagic ici , & j'elpire qu'une 
explication un peu d^taillee de ce texte , & un precis 
de ce qup L^nard de Vinci dit fur cecte partie ^ans 
ion trait^ de la peinture , fuffiront pour en donner une id6e 
claire. PomponiusGauric qui a compofe en latin untrait^ 
de la fculpturc , eft I'auteur de la definition que j'ai 
cit^e , €lle fe trouve au Chap. Vl , intiiuld : De ftor 
tuarum ftatu ,, motu & otio. Toute cfp^ce de corps , 
dit-ii , dont. les lextr^mit^s ne font pas contenues de 
coutes parts & balanc^es fur leur centre , doit necef- 
lairemenc tomber & fe precipiter. 

La chatne qui unit les connoiffances humaiaes , join^ 
ici la phyfique a la peinture , enforte que le phyficien 
^ui examine la caufe du mouvement des corps, & I9 
peintre qui veut en repr^enter les juftes effets , peuvent^ 
fcHur quelques momens au moins , fuivre la^mSme route 
Sc , pour ainfi dire , voyager enfemhle. On doit m^n^e 
«emarquer que ces points de reunion des fciences , des 
arts & des connoilTances de I'efprit , fe montrent plus 
fr^uens y locfque ces mdmes connOifTances tendent k 
line plus grande perfe&ion. Cependant on pourroit ob'*' 
ferver ( comme une efpece de contradidion ace principe) 
jque fbnv^nc la th^orie perfe6lionnee a plutdt fuivi*que 
precede les iges, les plus brillans des beaux-arts , Sc 
qu'au moins elle n'a pas t6ujour$^ produit les fruits 
qu'on fembieroit devoir en efp^er^mais il /agit dan^s 
cec article d'expliquer le plus pr^cilement qu'il eft 
poffible ce i^ue. Tgn entend par iquUihn dans Part ip 
peinture. 
^ Le mQX /quiUhrt s'emend principalement de$ £gurts 



Digitized by 



Google 



nfi9 ttOtJ 

qu! ptr elles-mfimd one da moutretneiit , telt que hf$ 
hommes & \ti animaux. ^ * 

Mais on fe ftrt auili de cette expreflton pour la compb^ 

fition d'an tableau, ftrjeyaiscommeticerpard^eloppei^ 

ee dernier fens. Dnfrefiioy, dans fon peime inuHortel 

^ de Art6 Graphic A , recomsumde cette panie, &:yoicI 

eomment 11 s'exprime : 

Seu muUis e9nfiahu apn , paueiM ve figurit, 
AlUra part tahulm ractto ne fiigida campo 
Amt deferta Jut » iHm phtfibta aUeri/brmii 
Fervida mdU fuA fltprenum exmrgk ad otmn. 
S4d tiH fie pcfids rrfponduu t^nqmt nkts , 
Vt fi aliquid fitrsAn fi pMiU 4ittottii m Mitd , 
, Sic aliqidd paru ex mXU eonfurgu & ambas 
JEqutparet , gemituu €mmulando mattgliter^oras* 

« Soft que voul employiez beanceup diet figures, eu 
» que Tons vous reduifiea k un p^ic mmbre, qnhine 
» partie dn tableau ne paroMb point vnide, depeupMe 
» & froide, tandis que Tautre , enAchie d'une ImSnltS 
f> d'objets y offre un champ trop rempli ; mais faites qo» 
» toute Votre ordonnanpe cenrienne telteinent que iS 
» quelque corps ^^ttre dtm$ un eadroit, quelqu'autre 
» la balance , eaforte que rotre compoficipn pr^ento ' 
s> un ]ufte i^l^rt daits i^ di^tentes parties n. 

Cette tradudion, qui peutparoltre mains cpafbme 1 
la lettre qu'elle ne I'eft an fims, donne une idfe de cet 
^fkiliBre de compofolon^ntDukeCnoy avoulu parler^ 
Ife f ai hafarde avo<^ d'autant plus de f^aifir d*expUquer 
fa penfee dans ce paflige que la traduftion qu'en donne 
^ Piles pr^fentedes prdceptes qui , loin d'etre avou^i 
j^r les artiftes > font abiblument contraires aux princlpei 
^e Part , & aux ettets de la nature; Xe vais rappbiter 



y Google 



Digitized by > 



lei termes dont fe fen M. de Piles : <x Que Pun des 
» ctm du tableau ne demeure pas yuide, pendant 
» que I'autre eft rempli jufqu'au haut; mab q^e ron 
D difpofe fi bien les chofes , que fi d'un cdti le ta- 
n bleau eft rempli y l*on prenne occafioh de remplir 
x> Fautre^ enforte qu'ils paroiiTent en quel^ue /apon 
» ^aux^y foit qu'il y ait beaucoup de figures ^ ou qu'elles 
i> y ibient en petit nombre ». 

On apper^oit ^aiTez dans ces mots, en quelquefapon^ 
qui ne font point dans le texte , que M. de Piles lui« 
mfime a fenti qu'il falloit adoucir ce qu'il venoit d'e-*^ 
jioncer : mais cet adoucii^ement ne fuffit pas. II n'eft 
point du tout n&effaire de remplir mi c6t€ du tableau ^ 
parce qu'on a rempli I'autre y ni de faire en forte qu'ila 
paroiiTent, en quelque fafon m£me, ^gaux. Les loix 
4e la compofition font fond^s fur celles de la nature^ 
& la nature, moins concert^, ne prend point pour nous 
plaire les foins qu'on prefcrit ici i I'artifte. Sur quo! 
done fera fond6 le pricepte de Dufrefnoy f Que devien- 
dr$L ce balancement de compofition i I'aide duquel j'ai 
rendu fon id^? il nattra naturellement d'un heureux 
c^ix des leffets de la nature , qui non-feulement eft 
permis aux peintres , mais qu'if faut m^me leur recom- 
snander *» il nattra du rapprochement de certains objets 
^e la nature ne pr^lente pas aifez ^loign^s les una 
des autres, pour qu'on ne foit pas autoriCe ^ les rafFembler 
& i les difpofer i fon avantage. 

£n efFet il eft aflez rare que , dans un endroit enrichi, 
foit par les prodndions naturelles, foit par les beaut^s 
de Part, foit par un concours d'dtres vivans, il fe 
trottve daf|iB I'efpace que I'on pent choifir pour fujet d'un 
tableau ( c'eft-li-Jire dans celui que I'oeil peut embraf- 



Digitized by 



Google 



ip^ E Q U 

fer ) un cdt^ aibfolument d^nu^ de toute efp^e d.e rp 
cheiTes , tandis que I'autre en fera combl^. La natufe 
eft moins avare,& quoiqu'elle ne concerte pa$ la di(^ 
penfatbn qu'elle fait de fes tr^fors, elle n'ofTre point 
brurquem«nt le contrafte do I'abondance & de l^ex- 
tr^me ariditc. Les lieux efcarp^s fe jJQJgnent impercep- 
. tiblement a ceux qui font unis ^ ley contraires s'ien- 
chalnent par des milieux, d'oii r^fulte cette harmonic 
generate qui plait i nos regards. Mais le balancemeitt 
dont il s-'agit ne confifte pas feulement dans la gran- 
deur , le nombre des objets , & la place qu'ilsoccupent ; 
il a des relTources dans la difpofition & renchafnemeflt 
des mafTes que forment la lumi^re & Sombre. C'eft 
fur-tout cet ordre ing^nieux , ce chemin qu'on fait faire 
k la lumiere dans la compofition d'tin tableau , qui con* 
tribuent i Ton balancement & k Con /quilibre^ qui 
'contentent la vue & qui font caufe que ce (ens ^nc« 
fatisfait , I'efprit & lyme peuvent prendre leur part da 
plaiiir que leur ofTre Tillufion de la peinture. 

J'infifte d'autant__plus fur ce principe if^quilibre de 
la composition, qu'il y a un danger infi^ii pour les ar- 
tiftes dans Taffedation d^ne difpofition d'objets trop 
recherchee , & que c'eft par cette route que fe fofit 
introduits ces principes de contrafte 8c de difpolitioh 
pyramidale qu'on a pouiTes trop loin. 

Les b sautes de la nature ont un carad^re de Cmpli- 
citd qui s'etend fur les tableaux les pips compoies &: 
qui plait dans ceux qu'on pourroit accufer de monoto- 
nie. Plufieurs figures dans fa uuSme attitude , fur le 
m€me plan , fans contrafte , fans oppofition > bien loia 
d'etre mppotones dans la nature., nous y prefenteAt 
des vari^tes fines, des nuances d^licates, & une union 

d'aAion 



Digitized by 



Google 



3*a&ion qui encJiantent. Il faut y pourimtcer te6 toaufies > 
une ^xtrSme juftdTe; & i(uelqu6fois« il eft yrai ^ la 
naivfet^ eft yoifine d]p lafecherefTe &d*uii go4t piMvre 
quM faut Writer avec aatant de (bin que cequi efl oUtr^ 

Mengs femble avoir tout dit fur Ytquiiyht.,iS^s U 
cbmpofitibn r c*eft^ au goiit-, au g^nie> i I'obiervafiofi 
de la nature , de d^velopperyfep^u deinots daos IftqiiQl^ 
ila renferme feft pr^cepte** i» Onienc^d\ dk-il) ^^ 
» equiUhre oa pofid^ationy Part'de difltibuier;ile«nQbT 
\> )ets avec difb^nement^ de mani^pe qu'uiicvpaHe 
a» du tabl6aQ:;iie,reft€ pas fibre tandis> que l^autre '«ft 
Tfh trbp chargie ^: mais it 'finit qae cette diftribyttDnijiaf 
» roiffe natorelle & ne foit jamais affedee ». .-- 'i 

C7en eft aflTef pouria iignification de ces mots, y^quiiftre 
dt compofition:CQiti£n\xoTi% Leonard de Vinci fur Ve^w^ 
ilh€ d€s corps tn fznicviYter^ . '1 

» La-poiiderationy dknii cliap* CCLX^ ou Vequi^ 
» /^nr'cte«-h'ommes, fe divife en deux parties : elli 
» eftiimplerou cbknpoiee.' VequiJibre fimple eftcelul 
» qui Cd feiparque dans un homme qui eft deb^t fur 
f> fes pieds fans fe Mouvoir. Dans c^t^e pofitton^ fi cet 
» hdmnie etend les bras en les ^loignant divefferoant 
» de leur milteu , ou s'il fe baifle en ft tenant (ur uit 
»' defes pieds", le centre de gravity tombe^r une ligne 
9> perpendtculaire fur le milieu du pied qui .po& k 
39 terre, & s^il eft appuy6 6galement fur fes deux pieds^ 
» fon eftomac aura ion centre de gravirl fur une ligne # 
y) qui tcffl^e ^u point milieu de I'ef^ace qui fetrouve* 
10 entre les deux pieds* 

» Vequilibre comfofi eft celui qu^on voft dans un 
9> homme qui fiiutient dans diverfes. attitudes un poid« 
'si> Granger ; dans Hercule , par exemple , 4t^nffant A'atfe 
Tom II. N 



Digitized by 



Google 



» qu'il fufpend en I'ak & qu'it prdte contre fim e& 
n^ tontac. II iiat, dans cec exemple^ que la figiirv 
)» d^Hercuie ait autlmc de Con poids au-deli de la 
» ligne centrale de fes pieds, qo'il y a dn poidi 
» d'AnvM en deja de cette ntfime ligne. a 
" Onvbit) par oea definitions ^e Ltehard de Vinci ^ 
^ne IFiqtdlikre df4iiie,figufe:eille r^fultat dea moyena 
iji/elle emplbie'pour £b Ibutenic^ fbit dans tine adion 
dr moil vement, foit dans. line attitude .'de repos. 
' Je yais ticher d'expo&r }et principes de cet auteur 
ijbmritn brdrequl len redde Fintelligefce plui facile 
pdur oeux m(me qai ne pnaiquent. pas Pan de pein- 
ture. ■ ^ ^ 

' ^uoiqite le peintre' de figure ne puifle produire 
cpi^iiie reprefentatioh inunobile de Pkoteime qu'il ioute, 
I'illufion de Ton art lui permet de faire un choixdana 
les a&ions les pliis aniniees, ^bnune dans les attitudes 
du plus parfait reps. II ne j^eut reprefirintef dati^.lea 
iines &: dans les autres ({u'un feuiinflant; -ni^is'une 
tAien , quelqiie vWe , quelque rapide qu'eHls \ foit y 
^ft tonpofi^e d'une fuite infinie de momehsr^ & cha- 
cun d'eux doit 6tre^ fup^ofe avoir qiiellqae dnree. lis 
ft>nt dDnc tous fiilceptibles de I'imiutioA que le peintre 
«n pent &ire, 

', Dans cett^ fucceflioft de snomens dont eA compoiee 
she aaioA, la figure ddit (par une lol^ue la nature 
impofe auxeorpi qui femeuvent d^eux-at^eii) p^er 
altemativtoentde lUquUibre ^^\ confifbiUMs I'egalii^ 
du poids de fes parties balanc^es & repoie^ for un :cen«- 
tre 9 i la teflati^b dtf c^te i%m,t&. La moUVem^ik nalt 
d4 la ruptiire 4u parfait ^mUin ^ & let repet pi^lenc 
^ufltabllffiMatat lUce mdme ^uiUtrt. 



Digitized by 



Google 



t <^v in 

, tj^ W^vLVttattit fera d'auumt pkis fort y^ plus prompt 
& plus violent , que la figure dotlt le poidi eft partag^ 
^g^eiJient de ^haque. cdt^ de la ligne qui laibatienr, en 
£tera plus tfUa de ces cdt^6 pour le rejetter del'autr^^ 
& eek'ftirei'TioIefice ^precipitation. 

Par line iiiito de ce princtpe ^ un homnte oe poacra 
remuer 4Hi enle^^er un^ lardeau qu'il i^e tire de foirmfixne 
un poidi pluiqu'egal ii celnl qu'il^veat mouvoiri. & 
qu'il Ae lefNSrte dii c6t6 ^pi^fe ii:^eluiQ^ e^J&|aif^ 
deau qu'il veut le^er. Celt de*^tt qu'on d6itinferei' quO| 
jpour ptarv^ii^.a cette jufte e:!cpreffion des adtpos., ^U 
Ikotqaele peiAcre fafle efifiN-tQ qve fesiigui*^ d^mon- 
cretit^ pari leur attitude, la xfuantk^. de poids ou df 
force qu'elleij ei&pmntent ,poiMf I'ttJMoa qu?eUes font 
pris d'tiD^euter. J'ai dit la ^iiattM dtforce , fSitc^que 
la figure qui fu^ne un fardeii«9 rejeitte d'un cdt^ de la 
ligne qui jhurtag^ le pmds de fim corps 9 ce q^Hl £uif 
de plii< de «e po'tdis pour balancer le farddau doi^t elje 
eft cktt^^ ', la figure qui Yeut lanc^er un^ pierre ^ai *u^ 
dard, enfcpntnte la forcie done elle « li^fpia^f^vUA? 
contorfibB d'aptant plus ridlcntei , <^eU:e veut; potMier 
ion c(S^ plus loin ! encore eft-il n^cefTaire, poiMrrpor-^ 
ter fon coup , qu'elle fe prepare par iinepofition atitita^e 
a revenir siCement de cette co^oriion 1 la.pofiJon 
a4 elle ^toit avant que de fe g^ner; c^ qui fait qu*u^ 
homme qui tourne d'ayance la poiflte de fes pieds vers 
le but oil il yeut frapper, & qHtenfUito reculefoA 
corps oule contoume, pour acquerir la force dontjl 
« befoin, en acquerra plus que celtii ^i fe poferqic 
differemment, parcc que la pofition de fes pi^ fadli- 
tant le- retour de fon corps ters Teadroit^ qu'il v^ut 

N ij 



Digitized by 



Google 



1^5 £QV 

frapper,ily revient avec yiteffe^ 8c ^y retrouye mfin 
plac£ commodemdnt. ^ 

Cette fuccefTioft d'^galit^ & d'in^alit^ de poMs daiu 
des combinaifons innombrables que notre^iiiftiiift , fanr 
fiotre participation & a notre infcu, fait fervir a ex^nter 
nbs yolont^s avec une pr^cifion gtemetrtque y fe Te- 
marqae lorfqu'oti y fait attention ; mats elle eft piuy 
feniible , lorfqu'on examine les danfeurs & ies fluiceurs, 
dont I'art confiftei en faire un ufage plus raiiann^ 8c' 
plus approfondi. Les faifeurs ^^equilibfc , ItufunambuUs 
ou danfeurs de corde en oiFrent fur - tout des d^monf-^ 
tration^ frappantes, parce que dans lesnixNiveiiiens qutlf 
fe donnenc fur des appuis moins foltdes , & fur des pointt 
de furface plus reftreints^ I'efiet dLe%. poids eft plua 
remarquable & plus fubit , fur-tout lorfqu^ls ex^cutent 
leur^ exercices fans appui ^ & qu'ils omr^ent ou fau-* 
tent fur la corde fans contrepoids. C'efl ftlorf quo 
vous voyez I'emprunt qu'ils £oim Ikchaque inftant d'une 
partie du poids de leur corps pour foutenir l^iutre , & 
pour mettre altemativement leur poids total dana u& 
jufte balahcentent > c'eft alors qu'en rvoit dam la po- 
rtion de leurs bras i'origine de ces contraftes de meou- 
l>res qui nous plaifent^ & qui font fondes fur laji6cefli(6. 
Plus ces contraftes foit juftes & confermes k la pon^ 
deration neceifaire des corps ,»plus ils iacisfont le fpec** 
tateur, fans qu'il cherche i fe rendre comptede cette 
fatisfaftion qu'il recent j plus ils s'eloigAent de la ne- 
ceflit^, moins ils produifentd'agr^ment^ ou Illume plus 
ilsbleflent, fans qu'on puifie bien clair^ment ie rendre 
raifon de cette impreffion. 
Ce font ces obferratrons qui doiir^nt engager les ar . 



Digitized by 



Google 



ttftes I Imittt Lfonard de Vinci , & i employer leurs 
momens de loifir i des reflexions approfondies. lis fe 
formeront fzrAk des principes certains, & ces pirincipes 
produiront dans leurs onvrages ces beaut^ vraies & ces 
graces naturelles, qu'on regarde bien mal-i-propo| 
comme des qt^lit^ arbitraires , & pour la definition , 
defquelles on employe fi fouvent ce terme deje ne 
jai quoi ^ cTxpreffion obfcure > & trop peu philofbphique 
pour qu'il folt permis de I'admettre dans des raifonne* 
menf ferieux. 

En invitant les Artiftes Ik s'occuper ferieufement de 
Viqmliht & de la pond^ratlon des corps , comme je 
les ai exhort^ I faire des ^udes profondes de ranato- 
tnie y je crois les rapptUer i deux points fondamentaux 
de leur art. Je n% r^p^erai pas ce que )*ai dit de I'ana- 
tomte ; mais j'ofe leur avancer que la vari6t6 , les gra- 
ces y la force de I'expreflion ont leurs fources veli tables 
dans les loix de Vequilihrt & de la ponderation , & fans 
entrer 4ans des details qui demanderoient un ouvrago 
entier, je me coiitenterai de mettre fur la voie ceux qui 
voudront r^chir fiir ce fujet. Pour c<»iim6ncet par 
3a rari^6 , qu^lks rcffoarces nVt-elle pas dans cette 
n^efGt^ de difpofitions dif^rentes, relatives i. V^ui" 
U}re > que la nature exige au moindre changement d'at- 
titude I Le peu d'attention fur les details de cette parcie^ 
pcut laifleir orolre i un artiAe fuperficiel , qu'il n'y a 
qu'un certain nombre de pofitions qui foient favorables 
i £bn talent ; des que Ton fujet le rapprochera tant foic 
peu d'une de ces figures favorites , il fe femira[ entrain^ 
i ^y fixer par I'babltude ou pac la p^u'efTc, & fi Ton 
veut decompofer tousfesouvragies^quelques attitudes ^ 
quelquea grouppes &: qtielquea carafterea 4e tdtea 

Niii 



Digitized by 



Google 



iteme^l^f/ntnt tipMs cAtiroAt 1e fond inMioecc^i foil 

Ce tt'eft point atnfi qu'ont exerce &;' qu'exefcent 
encore cet art v^tabkm^fit prof<Mid: les artiftes qui 
af^rent i une ripiitatioti folidement erablie. Ih cher- 
client cohtinu^Hement dans la nature les ^ets, & dans 
le raifonnement les caufes & la liaifon de ces efTets. 
lis remarquent, comme je viens de Ic dire, que le 
moindre changement dans la fituation d'un membre , 
en exige dans la difpofition des }utres & que ce n'eft 
point au hafard que (b fait cette difpofition v qu'elle 
e(l ^termin^e , non - Ibulement par le poids ^i pardes 
du corps , mats par rtinion^qu'etles oat entr'elles par 
Icur nature, c'eft-i-dire , par leur plus ou moins dfe fin 
lidite , & c'eft: alors que les lumi^res de I'anatohiie 
du cottps doiyent guider les reflexions que Ton fait 
fiir ^ftequHihe. lis fentiront que cette difpofition dif- 
fi^rente qu'exigele moindre mouvement dans les snem- 
htsesj eft dtrig^e I Tayantage de I'homme par u»inftinft 
lecret , c*«ft-a-dire , que la nature le porte. I fe dip- 
pofer toU]t>urs de la fa^on la^ pllbs comntode &r la plus 
fevoraUek fon deffein. La jufte proportion des parties , 
& ^habitude des n^buvemens y concourent : dell natt 
dans eeux qui voyent agir ns^urellement une iigure 
bien conformfe, Pidee de hi fecilit^ ", de Tiiiikitce; ces 
Id^s pkifi^nt*, deli natt ceflle de la grace daits^ les 
aftioni. Poiir PexprfefRon , cemme elle refulte du mou- 
t^ment que Pame ^xige du corpd, fc que ce dernier 
tx^cnte , on fent qu^elle eft* ^alement fubordonn^e 
atix principes phyfiques •, on Tent que le corps eft ohiige 
de s'y foum^ttre , peur ob^ir i I'ame jufques 6it\s fes 
▼olontes les plus rapides ft fcs plus fpontan^. .('/fr^ 
mle de M. IVat^let )•• 



Digitized by 



Google 



EQUIVOQUE ( fubft. f6m ) On p^nt oWftYer «a 
paflant que ^ du tenii de Baileau^ 4e gefire de:C^ IM* 
^coit encore douteux : 

Du bmgage fbui^olf bizatte^iiennipliroditc • ' ^ >/ 

De quel genre te.falre, ^lulw^e puU^ice • 
Ou maudic} car ians peioe aiix riipeurs lsapu'4c<jx » r. ,. ^, 
L'ufage encor » je croi; ^ laiffe le choix des d^ux. 

L'ufage a decide pour^le geinre. f(^minin# Qp Ajf^.kj 
prefen^ ume maudite equivoque y & Ton ne dlroh. ^h^^ 
un equivoqt^ maudit. . 

II y a plufieurs fortes ^equivoques en peiiiturQ* ^j[<^J* 
vof i/e fur I'afiion de la figure. Marche-t-elle ou eft-elle 
en repos I £ft-ce une figure qui tire ou cjui pouf!^ , qui 
pofe ou qui enleve ? 

Equivoque fur le ton de la couleur , lorfque le ton 
d'un objet perce avec le ton du fond ou avec celui d*un 
autre objet. ^ 

Equivoque fur lei fcrhne&i ldrf)i{u*iiiR memfcrt Aant 
convert; en partie, la portion qul^roh peut reflbm^^ 
bier i celle d'un autre membre , ou lorfqu^uae portion 
de draperie peift reflemhlei;^,a, qi^^qfi^autrecbpfe.; . 

Equivoque for rexprejOTipn: , Iff^que ks traitf?,9u, y%^ 
tipn d'une .figure pcuyent i^Qn^j^ir iMi>eau|r^j^^Si<li., 
que celle dpnt cette figfir^ 49it, €str/s afff^S^* , r-i ; 

Equivo§ne fur le plan, Iprfqufi le fpeS^f qc n# j^h^ ^ 
juger du plan qu'occupe un ol^jet. 

. II s*agit ms^ns U;i de £ure une &^ufn^ra^ot^ ^amgle^ 
d^ routes les fortes d^equivoqutf , c{ue d'avertir tpCj^ 
n'en^ eft aucune qui ne doive fttre fi>lgneuf€|m$;nt ^yit^ 
{^Anide dt 'MLsrEsquK. ) 

E S 

ESPRIT (ftibft. mafc. ). Vefprii en p^imute nM 

N iv 



Digitized by 



Google 



fktoU ttte'f eoaitne U M-efprit en Iittlrature, uM 
<f6aLlkti^Mt\ite i ce qai eft grind. Je oro!8 mStne qtte 
•eete expreffion ^toit inconnue aux aneiens artiftes. 
Qn ne trouve dans PUse , lorfqii'il parle des petntres 
& des ftatuaireis de la Grfee, aucune expreffion qui 
puiiTe fe ttaduire par le hiot efprit. On n^e dllbit pas 
jdc Raphael qu'il deffinoir avec efprit; Michel -Anga 
ii!*a Jamais fbng^ \ relever CeM ouvrages par des touches 
f^irimelUs. On a dit longotemps apr^ en parlant du 
PoufQn , qu^il ^toit le peintre des gens A* efprit ; mais 
oh n'a pas dit qu*il peigndit arec e/prie^ 

Ce qui eft affez particulier , c'eft qu'en peinture cc 
qu'on appelle Ifprit , eft une quality de la main plutot 
que de la penfee. Un peintre a de Vejprit dans fa tou* 
c|ie , un defllnateur dans Ton crayon y & un graveur 
dans fa pointe. 

: .On loud un pelotre M grand en difant qi^'il a une 
toucbfs mite , ferme , jufie ; on loue un pejimre^n petit , 
e^ di(ant qu'il a une touche fpiriuulU.- 

On trouve de Vejprit dans la mani^e d'exj>rimeny 
fatis le rendre, le feutll^ des arbres, de' faire fentir 
des formes qu*on fe tont^nte d'indiguer. Des coups 
de pinceau , de crayon, de poihte ^ donn^ qtielquefois ' 
p^efque au hafard , mais qui montrent de TadrefTe & 
qui ont quelque chofe' dr piquant , (bnt'quaHfi^s du 
nbm d*efprii. Un trait quelqnefbis abandoim^^ quelr 
quefbis tres-fubtil fur les parties (killantes &&lair^ , 
|>his fortement reflenti fur les parties rentrantes , en- 
core plus prononce pour les parties ombres , fb nomme 
un xxzxtfpiritueL Ce font des moyens qu*emploie le fa- 
vaht artifte pour exptifder en peu do tni^$ ce q^*il fak % 



Digitized by 



Google 



ESP abi 

&.qil^im)loie IVtlfte qui n'a que de PadrelTe par une 
Ibrte de charlatanerie. Le premier fatisfaic les connoiP- 
feurs, parce qu'avec peu de cho|e, il leur indique ce 
qu'ils favent : le fecond charme le vulgaire des ama- 
teurs J qui it pique d'entendre ce qui fouvent ne dit 
rien ,* ou ce qui du moins ne dit rlen de jufie ni de 
vrai. 

Je n'oferois pas di^-e qu*il y a de Ve/prit dans les pay- 
fages dn Titien , du Pouflin : mais c'eft le plus grand 
eloge qu'on puiffe accorder a un grand nombre di>* pay- 
fagiftes qui accufent d'une mani^re ai^ adroite & alTez 
agreable ce qu'ils feroient incapabl^s de rendre favam- 
ment. 

On lent que dans le petit, oii la proportion trop in* 
ferieure k celle de la nature oblige <rindiquer lea 
chofesplut6t que de les rendre^ il faut avoir fouvent 
recours aux moyens qu'on appelle de Vefprit. Ceft une 
forte de mani^re abr^^ oii le p|u doit dtre donn^ po|ir 
letout, 8c ce peu doit £tr^ annonce avec beaucoup. 
d'art. 

Le petit eft de mauvais goAt, fi I'on y vent mettre. 
la rendu ^ la place de Vefprit; on y fent la peine que 
s'eft donne I'artifte pour rendre ce que pourtant il tfa 
pas rendu , & ce qu'il ne devoit qu'accufen 

Vefprit^rz done fouvent employe avec.fucces dans le 
payVage, parce que, dans ce genre dMmiration, les 
objets font prefque toujours bien inferieurs I. leur gran* 
deur naturelle. Pour reprefenter dans un fort petit 
arbre peintoii defline, I'ecorce, les ncsuds , les branches, 
le feuilletl'un grand arbre naturel , il s'agitblen plut6t, 
d'exf^imer I'apparence generale que les details de la 
nature , & cette fuper«herie ne^eflaire centre dans ce 
qu*on appelle de Vefprit. 



Digitized by 



Google 



ESP 

On en pent dire autant du petit en ghiirzh Dans 
une figure' de quelques pouces qui doit rappellef it Pidee 
celle d'un homme de quelques pieds , c'eft par des In-* 
dications abr^g^es , par des touches fpirituelUs , qu'on 
pourra repr^fentcr non-feulement une partie des formes^ 
mais encore les afFedions de Pame : carle petit methe 
eft futceptible d'exprefTion* 

Vefprit eft tenement confacr^ dans les arts \ donner 
de (imples indications , qu*il eft plus particuli^rement 
afFed^ Ik des croquis, k dies efqiiifles legates. On dit, 
cette efquiffe efifpintuelle j ce deffin efi fpifitu/ttUmeht 
croqu^. On dit de m^me en parlant de lamaquette d'un 
fculpteur , qu*elle eft pleine d^efprit. On fc ferviroit 
d'une autre exprefflon potir louer la ftatue, le tableau , 
dont cette efquifle | cette maqtiette font la premiere 
penlee , & m£me pour louer une efquifTe , un module 
bien arr6t^. 

On pourrolt done d^^ir Vefprit , dans le langage 
deJ arts, le talent d'Indtquer favammeht ce qu*on tfex* 
prime pas. Des indications piquantes, nuis fauifer, fe* 
ront \ Part ce- qu'eft aux lettres le faux hel-efprit. 

La peinture collbifale doit^tre fiere, exager^; It 
peinture de grandeur naturelle doit fttre jufte & pr^ 
cife ; la peinture en petit doit fere fifirituelh. Les ou- 
TTages / termini doivent fe diftinguer par un rendu 
fidMe, & les ouvrages croqu^s, ^bauches, touch^^ 
par des indications jf^imt^fZ/^j. ' 

Vefprit dans lapenfee, dans la conception d^un ou" 
vrage de Part , n'appartient pas effenttejlement i Pari 
comme partie conflitutive , mais il P^nnoblit. Cepen* 
datnt a<i lieu de donner feul i Pouvrage une valeur 
certaine,il eftlul-mfene d€grad(^ s?ll n^eft pas foutena 
par les moyeni qui appartiennent \ l^t & qui 1* 



Digitized by 



y Google 



ESQ 20J 

eoaftituent. Le maiivais peintre , le maiiyals ftatuaire , 
qnelqu^ejprit quHl mette dans fe$ conceptions , n'ob- 
ciendra jamais I'efUmequieft r^ferv^ aubon artifte, 
& I'on ne prendra pas nidme la peine de diftinguer en 
lui les qualit^s de rhomme d'efprit de celles de Tar*- 
tifte fans talens. S^il vent attirer Inattention & obte- 
nir des ^loges , qu'il fache faire parler I fon efprit le 
laiigage de fon art* 

On pent dire que Vefprit convenable \ Partifte con- 
fifte bieh moins \ inventer un fujet qu'l I'exprimer. On 
a pen d'obligation \ un peintre , a ua fcolpreur , d'avoir 
imaging un fujet mfime tng^nieux ; on lui en a beau* 
coup d'avoir bien axprim^ un fujet de I'hiftoire ou de 
la mythologie. Raphael, le Poulfin , avoient bien V efprit 
de leurart ; ilsontordinairement trait^ des fujets con-*^ 
nus ; mais ils fe les font rendus pjropres par I'exprefHon y 
&: c'eft dani cette exprefBon que nous admirons leur 
g^nie. Poferois m6me djre que le tableau de la mort de 
Germanicus, celui du teftament d'Eudamidas , feroienc 
.une impreilioa moins forte fur le (pedateur, s'ils euf'-^ 
i^nt era invent& par le pdkicre. Le nom de Cermanicus 
ajoute I, I'int^tt ^u tableau ; ta noble coniiance d'£u- 
damidas dans la gen^fit^ de fes amis touche d^autanc 
plus qu^elle eft hiftorique, ( jfrticlt di M. LMrssQUE*) 

ESQUISSE (fubft. f&n.). ESQtJKSER(v. aft.). 
Ce terme , que nousayons form^du mot italieny2:^/^^0i 
a parmt nous une fignification plus d^termin^e qiie dans 
fon pays natal ; voici celle que donne , au mot italien 
* f*^hi:({o y le Dxftlonnaire de la Crufca :^^/e di dlfegno , 
fin\a ombra^ € non terminato (efpice de deffin fans 
ombre & non termini). II parolt par-li que le mot ef- 
quiJIfe y en italien ; fe rapproche de la fignification di4 



Digitized by 



Google 



«?4 i^ S Q 

mot ffan9ois ^fduAcy & il eft vraique chex nofls, 
efquiffer vent dire : former its traits qui ne foot ni 
cmbris ni termines , ^tahlir Us premiires hachutts d^icn 
deffin^ tfs premiires tallies dune' ffiampe , faire la 
premiire ihauche £un tableau ; inais par une (ingularit^ 
4ont Tufage peut feul r^ndre raifofl V/^'* "^^^ rfquiffe 
ou efqui£cr ne veut pas dire pr&ifemcnt la mSme chofe* 
C^te premiere fajon de s'e^jprimer , faire une efquijfe , 
^%nifie tracer rapldement la penfee d'Hn fujct de pein- 
ture, pour juger enfuite fi eUfe vaudra la peine d*4tre 
mife en ufage. Qeft fur cette fignification du mot ef^ 
quijfe que je ym m'arr^ter, comme celle qui merite 
tine attention particuliere de la par^ des aftiftes. 

La difficiilte de rendre plu3 pr^ifement le fens de 
ee mot , vient de ce qu'au lieu d'avoir ^t^ pr is dans let 
termes g^n^raux de la langue pour 4tte adopts fp^a* 
lement par lapeinture, il a^te au contraire emprunt6 
de la peinture pour devenir un terme pUs g^i^ral • : 
on dit faire V efquijfe i^ixn poeme^dW puvrage , d'un 
projet, &c. 

. £n peinmre ^ r^/^uj^ ne .^pend en aucunr fa9on 
des moyens qu'on peut employer pour la produire. 
. L'artiftefe fert, pour rendre une idee qui s'offire JL 
Ion imagination , de tous les moyens qui fe pr^entent 
fous fa main , le charbon, la pierre de couleur, la* 
plume, lepinceau^ tout concourta fon but i^-peu-p-es 
igalement. Si quelque raifon peut determiner fur le 
choix , la preference eft due a celui des moyens dont 
I'emploi eft plus facile & plus prompt, parce que I'ef- 
prit perd toujours de fon feu par la lenteur des moyena 
dont il eft oblige de fe fervir pour exprimer & fixer 
fes conceptions. 

Vffquijfe eft done ici la premiere idee d'un fujet de 



Digitized by 



Google 



ESQ 20f 

fti§tut9. L'artiftequi veut le cr^r, & dans I'imagi- 
aatiofi duquel ce Tujet fe montre fous diftereds afpeds, 
rifque de voir s'evanottir des fo^^aes q^i fe pr^ftntenc 
€ft trop grand nombre^ sMl ne les fixe par des traits qui 
{mtiTent lui en rappell^r le fouvenir. Pour parvenir K 
fuivre le rapide effor de fon genie, 11 ne s'occupe 
poitft a furmoater les difficult^s que la pratique de (on 
art lui oppofe fans. cefTe : fa main agit , pour ain$ 
dire 9 theortqueaient ; elle trace der lignes auxquellea 
^habitude de deffiner donne ii-peii-pr^s les formes n^- 
ceflaires.poury reconnttttre les objets. L'imaglnation , 
snakrefTe abfolue de cet ouvrage , n^ foufire qu'impa*- 
-tiemment le plus petit iralentiiTement dans fa produc-^ 
tion. C'eft cette rapidit^ d'ex^eutioh qureft le prinoipe 
du £eu qu'on vmt briller dans lef tfquiffts des*peintra^ 
de genie. On y reconnoit I'empreinte ^ mouvemenc 
de leur amc; ; on en calcule la force & la fecondit^. 

SHi eft aife de fjentir par ce qiie je riens de dire-, 
<]u^il n'eft pas pluspofUble de donner^des principes pour 
faire de belles ifquiffks que pour avoir uh beau'^^ie'^ 
4>n doit en inferer aiiffi que rien ne pcuc ^tre plusavao* 
tagieuxpour i^chai^^r les aritiftes & pourl^s former^ 
que d^etudier ces forces de deifina des grands nytttres A: 
iiir-tout de ceux qui ont reufli dans la partie de la conr- 
po£kion. 

Mais pour tirer de cette &ude un avantage folide y 
il faut , lorfqu'on eft aportee de le faire, comparer en- 
femble le^ ^&rences efquijfes que les ^lebres artiftes 
. ont fait fervir de preparation a leurs ouyrages. II eft: 
rare qu'un peintre de g^nie fe foit borh^ i une feula 
idce^ ppur une compofition. Si quelquefois la premiere 
g I'avantage d'etre plus chaude & pius brillante , elle 



Digitized by 



Google 



2o6 ESQ 

eft fajette audi I, des defaiits infeparables de li n$pU • 
dit^ avec laquelle elle a-^t^ Confue^ Ve/quiji qui 
faivra ce premjer deffin oftrira leseffets d'une imagina* 
cion deji mod^ree. Xes autres marcpiecont «nfin la route 
que le jugemetit de I'artifte a fuivie & que le jeun^ 
Hive a interne de d^couvrir. Si, apr^ ce developpem^nt 
d'idee^ que fournilTent difierentes eppdjfts d'un gran4 
mattre, on examine fes ^tudet pactictilt^res^qu'H a£aitiK 
fur la nature. pouR^ chaque figure y. poor cfiaque meni^ 
fcre, pour le nud de ces figuiies, & enfin pour leutt 
draperies , on decouvxira la matche* entire du g^nie ' 
& ce qu'on peup appeller I'efprk'de I'aurt* C'eft aiitfi 
^ue les bronillotts d'un auteur c^i^re ponrroient ibu^ 
vent , mi#ux que' des trait^ , mohtrer dans Peloquence 
& dans la foi^lle It^s/outes naturelldi qui conduifenc 
a la perfpfiioa.' 

Four terminer la&ite d'etudes & de i^exions qiie }e 
/ viens d'indtquer, il eft enfin n^fl^re. de comparer 
Avec le tabheaa>fiitr tout ce que le peintre a produk 
^ur parvehiir:a le rendre parfaie. Voi^ les fruits qu'oii 
•|)eut.retlrer^-ciHB9ne'artifte, de I'^afneh' raifonn^ des 
i0fp4£is desugirand^ maitres. On ^t- nufli, conmie 
amateuf^ tfouvervdiins cet examen une iburce Intanila- 
-ble de reflexions difGare^tes^ fur le capA^ des artiftefs^ 
fur leur mani^e & fur une infinite de fairs partic^- 
liers qui lesi^egardent. On y ^^it qi^lquefois, par 
ctxemple , des|reQVes de la g^ne que leur one impofee 
cle% perfonn^ qui ieront employes ^ & q^Mes ont forces 
.s^:,abandonnev.de8:id^ raifonnaU^s pour y (bbftituer 
•des id^es abfurdes. La Ikperitition ou I'orgueil: d^ 
princes icd^^ ^rticuliers one feuvent pliddult , pn la 
main desartaftes ^ deces fruits es^tfayag^ns doat il fe* 



Digitized by 



Google 



ESQ a#7 

Toit injafte tfaccufer ceux qui les orit feit parottr^. 
Dans plufieurs cora^ofkions , Partifte , pour • fa jufti- 

vfication, auroic ddecrire au bas : » Jal ex^i;ut€ i til 
» Prince a ordonn^. a Les connoiffeurs & la poft^rit^ 
feroiem alarsen etat derendre ^chaeun ce qui lui fcroic 
dd , & de pardonner au genie luttaniC contrc la fottife. 

Le^ efquiffts peuvent fuppl^er I rinfcrjption que nous 
deraandons. L'on y retrouve quelquefois la conipofition 
fimplQ & Anvenablc dhin tabteau dans rex^utioli 
4uquel on a &6 filche de trouvef dcs figures all^ori- 

.«fues, difparates, ou des affembtages d'objets qdi 
n'^oient pas fiiits pour fe trpuver enfemble. Le tableau 
de Raphael qui repr^ente Attila , dont les projert (bnt 
fuQ>endus par I'apparition des Ap6tre8 faint Pief!«*& 
faint Paul , ^n eA un exemple. 11 eft pen de perlbnn'es 
qpi ne fachent que dans I'ex^cution dexe^calileau ^qui 
eft \ Rome , au lieu de faint Leon , Leon X en habitt 
pontificaux, accompagniS d'un cdri^e nombreux , fidt 
la prlncipale partie de la compofition. Un fleftiii Ai 
cabinet du Roi difculpe Raphad de cetW fervile tc 
baffe flatterie ^ poor laquelle & la gnmd^ur-du miracle ^ • 
& la convensUice du fujet , & le coJlumr'^6c\es beaut^s 
de I'art rsAmt orit ^e facrifies. ' ^ 

Le deflin . repr^ente une premiere idfe de, Raphael 

• fur c^ fdjet, qui ^toit digne.de lui. II tCy eft point 
queftion de L^nX, de fa reffemblatice oi de fon cor* 
t^e. Saint Hon m^e tCy fno\tx^e dsins I'^oigne- 
ment sraSiond' Attila, Peffet queproduitfur lui & fiir 

- les (bldats qui Ta^ccfmpagnent, I'apparitioti des Ap6tres 
eft Pobjet principal de fon ordonnance^ & la paflion 
inr^reifant^ quHl fe prdpofoit d'exprimer. Bil^is e'en eft 
-iSut ) ce ine le)Rblf ^ fovx indiqp«tt 1q avimuges qu'on 



Digitized by 



Google 



44)8 ESQ 

peut tircr de l*«tade & dc I'examett dies if^aljfes : i\ nte 
refte^i^ faire quek^ues reflexions fur les dangers que pr6- 
garent aux jeune^ artiftes les attraics de ce genre de 
compolition. 

La marche ordinaire de Tart de la peliiture dft telte 
que le temps de la jeunefle^ qui doit ttte deftxne k 
Texercice frequent des parties de la pratique de Tdrt ^ 
eft celui dans lequel 11 femble qu'on (bit plus poifte 
liux charmes qui nailTent de la partie de*l'efprit. C'eft 
en efFet pendant le cours de cet ige que rimagination 
a'echauiFe aifemem, C^eft la faifon de I'enthoufiafmr , 
c'eft le momisnt od I'on eft impatient de produire, 
enfin c'eft I'ige des efquiffes ; ajifli rien de plus ordi- 
naire dans les jetmes eleves , que le defir & la facility 
Mde produire ^ts efquiffes de compofition , & rien de (i 
dangereux pour eux que de fe livrer avec trop d'ardeur 
i ce penchant. L'indecifion dans I'ordonnance , Tin- 
eprre&ion dans \m defTin , I'averfion de terniiner ^ en 
Cont ordinairement la fMite , & le danger eft d'autaac 
plus grand , qa'on eft prefque certain de fedvire pac 
ce genre de compofition libre , dans lequel le fpeda- 
teur exige |)eu: & fe charge d'ajouter I Taide de fon 
imagination tout ce qui y manque. II arrive de-U que 
les d^uts prennent le nom de beautes. 

En eftetque le trait par lequel on indique les figures 
d'une cfjuiffe foit duo'^, on y crbit demMer une in- 
tention hardie & une expreffion milej que I'ordonnance 
foi^t csftfufe & chargee , on s'imagine y voir briller le 
feu d'une inmgination feconde & latariflable, Qu'ar- 
rive-t-il de ces prefages trompeurs ou mal expliqu^? 
I'un dans-l^execution finieoffte des figures eftropi^, dea 
cxpreffiona exag6r^; Tautrc m peut fortir du laby- 

riathe 



Digitized by 



Google 



£ 3 T • ito<f 

Hathe ^sle^uel il &'eft ^Imbarrdle : le tabtead nt 
^ut plus contenir dans Ton vafle champ le nombre 
d^bjecs que V^quij/i promettoit Tous les artiftes , r^ 
dui'ts k (e borncr au talent de i^alre Aes ejqurjfes ^ n^onc 
pas ieis talens qui ont acquis \ la ^age & au Panaefaft 
une reputation Jdans ice genre. 

L'artifVe ne doit dohc faire quVn ufag^ juftfe &: mo- 
iiki des ejquijfes : elles he Solvent ^tre pour lui quW 
lecours pour fixer les idees qu'il con90tt, quand ces 
Id^es le meritent. tl doit (e pr^cautionner 'contre la fer 
dudion des id^e^ nombreuftis, vagues&peutai(biin6«a 
^ue prefentent ordina'rement les ^quijfcs , & plus il 
I'eft permis d^ind^pehdance en ne fe refufant rien dt 
ce qui s'eft prefente i Ion i^fpHt) plus il doit fjaire un 
cxamenrigoureuit de ces pidu&ions libertiniss lorfqu^il 
reut arr^ter fa compcficion. C^ft parlssrjglps de cette 
partie de la .peinture , c'eft-a-dire par les preccptes de 
la compdTuion & au tribunal de la taifon &>du juge^ 
ment , qu'il verra terminer Ics ind^ciiions de i'amour- 
propre 6i qu'il pourra decider du jufle m^rite de ,fas 
tfquijfti* {^rcicte de M. Ji^ATSLET.)^ < - , ' 

ESTfAMPE .((ubft. fern. ). Ce mot defignei conwnt 
Ic mot lEpreuve , le prodult d'une planche gray^e ^ ^ 
cependam c^s. deux Aiots ne. font pas fynonymaf, 
V£preuve eft relative a la planche d'oii elle tir^ou 1 
d^autres £/yr^ttve/ auxquelles ou la compare : on dit , 
j^ai une bejle Zprtuvt de tel W planche j cette £preuyt \ 
ci eft plus belle que celle-li. Le mot eftampe ei^ oitf 
dlnairc^ment.pris dans un fens abfolu \ voila jin^ bell|i 
^ampc t ou il eft relaUf au tableau d'aprvb Itqitdl 



Digitized by 



Google 



mo EST 

' feftampe a hi faite; il y a une heXte ejlampe dc to 
Migdelaine p^iutente de le Brun. 

On dit, j*ai de belles tftampej; on ne dim pas, 
^ai de belles iprtuvts , \ moins qu'on n^ajoute de 
'quelle planche. 

Le mot ejlampe appartienc ^galement aux produita 
de la gravure a l^eau^forte^ au burin ^ \ la manlire 
noire J ^ la mani^re du crayon, du lavis ^ &c* 
' L'arc de graver en efiampes eft, apris celui de Pim-^ 
primerie , le plus utile au progr^s du goAt , des fciences 
& its arts* L'Encyclop^die , par exemple , ne s'exprt'- 
meroic qu'obfcurement fur les proc^d^s des arts dont 
tile donne la defcription, (i elle n'eclairQiiToit pas 
ces defcriptions par le fecqgrs des efiampes, ioni elle 
eft accompagnfe. ^ 

On peut nous d^crire les traits , les viStemens , l'indu& 
^f rte des diffi^rens peuples du monde : mais les voyageurs 
'^qut ont*parcouru les^diverfes. parties du globe ne-(e 
feroient entendre que bien imparfaitement, (i des ejlam-^ 
^ifrne IVrvoicnt pas d'interprdtes ileurs r&its.. . 

C'eft par le fecours des efiampes ^iifnti tableau, one 
fiatue qui ne peut 6tre que dans une feule ville., fe 
trouve, eii quelque (brte, r^pandue dans route PEu* 
rope* le tableau de la transfiguration de Raphael, la 
fiatue de Mdyle de Michel-Ange ,(bhc I. Romes mais , 
par le moyen desefiampesj TEurope entiereeil connote 
la compbfitlon , I'expreifion , & mdme en partie le def-- 
fih. Les orfginaux des antiques d^coiivert^s h. I^er* 
'cul^nunrfont confervas i Naples; mais des efiampes tn 
^nt rendu la cpnnoi^tice £unili^fea toWles curieu^t* 
khk Toit , iami fortir iSfutC cabinet de Parfs^ ie LQik^ 



Digitized by 



Google 



EST zxi 

(IreSy tous les tableaux dci'Italie, de la Flandr^, de It 
Fhmce > ceux mtme qui ne font plus , tout^s les ruinei 
de la Gr^e & de Rome , tous les edifices remarquablea 
^e I'Europe entiere , les monumens de la Chine & im 
l*lnde , les villes de I'flurope & de I'Afie , les cabanes 
des Lapons, des Tongoufes, les tentes des Kalmouks^ 
les hutces des fauvages de I'Am^rique. Toutes les plan- 
ces , tous les animaux de la terre , pafTent (bus les yeux 
d*un honune qui n'a jamais quitte fa ville natale. La 
terre elle - mSme , les mers Sc les cicux font Addle- 
ment repr^ent^s par des eflampes ; en fin tout ce que \k 
vue peut faifir dans I'linivers peut 6tre, par le moyen 
des ejlampts^ raifembl^ dans des porre-feuilles. 

Des tableaux font detruits , des ftacues font brif^es^^ 
des palais , des temples font renverfes; ils fe conl^rvfent 
dans des eftampes. La nature en convulfioD a chki)g6 la 

Calabre^ des eftampes peuvent noue laofinrer ntamfBk e4 

qu'elle fut. 
Le$ details des operations qui produifent le'a di^en* 

tes fortes d^ eftampes , feront confign^ dahsles aAiclei 

qui concernent la gravure. ( Artide de M. LsrESr 

QVS. ) 

ESTOMPE (fubft. fern.). On appeile ainfi im 
morceau de ^eau roulde > coufu^ & taille# en pulfltt ^ 
dont on fe fert pour dtendre le crayon {^t le pvpfeiF. 
Cette definition fuffit pour faire connoSri*e ^wi ct qui 
conceme Veftompe apparcient au DiAionnaire da pratl* 
que. Nous 4irons feuleiHent , relativementl ia tk^rie ^ 
que la pointe large de VeftSmpe reffembltnt ittieux qtra 
celle d'un crayon k la forte de pinceau que les pel&rras 
nommeot brolTe, elle (bmble auilimieux convenir qua 

O ij •< 



Digitized by 



Google 



11^ £ T U 

1^ crtyon aux jeMes deflinateurs qui fe deftinent ii li 
Peinture. £lle ^end fur le papier le crayon hfo^d 
2-peu-pr^ de la mtete mani^e que la broiTe it^hi la 
cpuleur fur la toile *, elle etablit Jes maiTes avec la 
.m6me promptitude ; elle procure des touches audi lar- 
ges , aufli mo^Ueufes ; enfin le dellin a Veftompe peut 
kite regard^ comme tine forte de peinture en couleur 
seclie , dont la manoeuvre a encore plus de rapport i 
4elle de la peinture en huile , que la manoeuvre de 
la peinture au paftel. Celle*ci fe rapprocheroit plus da 
deflin au crayon , fi le doigt n'y teaoit pas lieu de brofllt 
ott Stftompt. ( L. ). 

t T 

fiTEINDRB (v. aa.),affoiblir Teclat, obfcur- 
cir^ falir. Quand des.lumieres fecondaires difputent \ 
ia lumifoe priacipale, 11 faut les eteindre. "Pour dontter 
Taccord ii un tableau , h, un deflin y I une eftampe , il 
f9ut ^uindre les parties qui le difputeroient i d'autres 
qui doivent toe plus apparcntes. ( L* ) 

fit'UD E ( fubft. tha.) On a vu juftpi'J praenc 
que prefque tous les cermes employ^ dans I'art de 
|)einmi'e, ont deux fignifidations, & cela n'eft pas 
tonnanc. La langue d'une nation eft form^e avant que 
let arts y foient arrive i un certain degre de' perfec- 
tion. Ceuxqui, les premiers , pratiquent ces arts, 
commencent par fe fervir des mora dont la fignification 
eft g^n^rale ; nuis I'art cr^ £a langue' a mefure qu'tl 
fe perfe&ionne; il adapte i des fignifications parcicu- 
lieres'ttae partiedes expreflions generates > enfin il ea 



Digitized by 



Google 



iavente. Ceft aloc^qne plusles arts fonttftfehtftiquet, 
plus ils ont befoin de termbs nouveaux & plus ib en 
cr^ent , parce que leur ufage embrace plot d'id^ qui 
leur font particuli^res. 

L'artpo^tque apeu db mots qui lui foient confacr^* 
Des id^es glo^ales peuvent exprimer ce qii! collftltu•^ 
les ourrages qu'il produit. La feule partie d6 cet att 
qu'on puiffis appeller mechanique^ comprend la.mefufie 
des rers , leurs formes diffi^rentes &: leurs combinaK', 
fons ; & c'eft la feule audi qui ait des mots dont I'ufage 
lui foit fp^cialement r^rve , comme r/m<, cifur^ , h^ 
mifiiche y fonnSet ^ rondeau ^ fee. La Peinture en a da* 
vantage, parce que la partie m^chanique en eft phis 
etendue. Cependant elle tient encore tellement aux id^ 
univerfelles , que le nombredes mots4{ui lui font pro- 
pres eft affez born^. Peut-6tre pourroit-on mettre la 
mufique au troifi^me rang. 

Mais pour ne pas m'ecarter de mon fujet, le mot 
etude y dans I'art dont il eft que^ion , fignifie pre- 
mierement I'exerpice raifonn^ de toutes les parties de 
I'art *, enfuite 11 (ignifie le r^fultat de cet exercice des 
difierentes parties de la Peinture » c'eft-k-dire qu'on 
^appelle etudes , les eifais que le peintre fait en exer^anc 
fon art. Dans la premiere fignification ^ ce mot com* 
prend tout ce qui conftitue I'art de la Peinture. II faut 
que I'artifte qui s'y deftine, ou qui le profelfe, ne 
neglige Vetude d'aucune de fes parties, fel'on pourroit , 
lutorife par la lignification peu born^e de ce feul mot , 
former un trait^ complet de.Peinture ; mais le project de 
cet ouvrage & les bomes plus commodes qu^on y garde ^ 
&'y oppoftnt. Ainft je renvoie le le^euc, pour le detail 
des conaoiflances qii! doivent Stre un objet Situdt. 

O iii 



Digitized by 



Google 



ai4 t T U 

pour let peintreiy aux articles de Peinture r^pandua 
ibns em Didionnaire. Cependant , pour que celui-ci . 
Hie f^nvoie pas totsUement vuides ceux qui le conful- 
u^oot , je diralKf e que fon ne fauroic trop recommander 
^ ceux qui fe deftinent aux beaux - arts & fur-tout 1 
la peinture. • • 

- La plus parfaite ^tudeefi cello de la nature ; mais il 
faut qu'^lle foit eclairee par de fages ay is, ou par les 
lumieres d'une raifon conlequente & rdflechfe. La na- - 
tnred&e , dans le phyfique & dans le moral , les beaut& 
&f tes ^l^uts , les versus & les vices. II s'agit de 
4(mder fur ce melange des principes qui d^ident le 
choix qu'on doit faire, & I'on dolt s'attacher I les 
rendre fi folidei , qu'ils ne laifTent dansPefprit 4© l*Ar* 
tifte ^lair^ & dans le cceur de I'homme vertueux , 
aucune' itideciiion fur la route qu'ils doivent tenir. 

Pour ce qui eft de la feconde figniiication du mot 
^tude J il eft encore general a certains ^gards ; mais fi 
Ton appelle ainii tous les efTais que font les peintres 
pour s'exercer , its les diftinguent cependant par d'au- 
tres noias: par exemple , s'ils s'exercent fur la figure 
entiere , ils nomment cet effai , acadimie. Ainfi le mot 
Audc eft employ^ aflez ordinairement pour les parties 
diiferentes delTin^es ou peintes. On dit une etude de, 

- t^tes , de mains , de pies , die pay f age , de drapeties ; 
& I'on Tiomme efqi4JJe le projet d'un tableau, fbit qu*il 
fbit trac^ , defTine ou peint. On appelle e'hauche ce m€me 
projet dont I'ex^cution n*eft que commenc^e , & g^nd- 
raleipent toutouvrage de peinture qui n'eft pas achev6. 
(^Article de A£. Watelet.) 

]^ T u D E. ' Mengs , comme tous les mahres de I'art , 
propofe :^ux ilhvcs , pour objets de leurs etudes, les 



Digitized by 



Google 



chefs-d'oeuvre des grands artiftes ; mais U reut qu'on 
let copie mosns qa'on ne les imite. En fe cont^ntanc 
d^ copier un ouyrage y on ne fe rend pas capable d'en 
produire d'autres qui lut refTemblent ; il faut fur-tout 
m^diter les principes , les confideracions qui ont guide 
I'auteur, & qui font la caufe de fonouvrage. 

Un tableau , ajoute - t-il , ofTre deux parties efkn* 
tielles: I'une comprend les motifs qui ont ^nduit les 
op^rations^du mattre , & pent 6tre regardee- comme la 
trace de fon genie ; Taucre n'eft que fon fairc , c^eft* 
i-dire^ la maniere qu'il s'eft form^e. Ceft cette ma- 
ni^re que ceux qui popient/ s'attachent commun^ent k 
imiter; & Itttfqu'ils veulent enfuice fatre d'eux-mdmes 
un ouvrage , comme lis ne trouvent rien dans la nature 
quirefTembJe l cette mani^e dont ils ont fait leur 
principale ^tude , jIMifcftent lans guide , & fe trouvent 
avoir fait une ^tiiae inutile. Mais ceux qui ^udient 
principalement les caufes qui ont determine les grands 
artiftes, peuvent employer enfuite ces mSmes cabfes 
pour produire des efiets femblables , & sMls n'atteignent 
pas au m6rite des maftrcs qu'ils ont pris pour modMes , 
lis ont au moins acquis des principes raifonn^ dont ils 
retireront de grftnds atptitages , & leurs etudes n'au* 
ront pas 6t€ perdues. 

M. Reynolds confeille, pour objet ff^tude ^ %\x% 
jeunes artiftes , de delTmer de m^oire la figure qu'ilt 
ont deflinee d'apr^ le modele, & de fe rendre cgmptq ^ 
ie crayon k la main y des belles parties qu'ils auronc 
admirees dans quelques tableaux. £n fuivantce confeil , 
on acquerra tout enfemble de Texaditude & de la 
facilic^ , & I'on fe fixera pour long-temps dans la 
m^moire ce qui n'y lalfTeroit que des traces fugitives, 

Oiv 



Digitized by 



Google 



ai'rf ETU 

Mais fi le ]ean« trtift^ , continue le mftme profeffeur i 
dolt' nianier fouvent le crayon , il ne dok pas oublicr 
que le pinceau efl Tinftrument de fon art. Qu*il peigne 
4onc fbs Etudes epcore plus fouvent qu'il ne les deffi* 
nera : c*eft |e <|ioyen d*acqu4rir un matiiement facile 
du pinceau , & de fe familiarilbr avep I'emploi des cou- 
leufs. L'art de peindre renferi^e le deflln & le coloris : 
Bourquoi ne pas (b former i I9 fois aux deux qualit^s 
de defTinateur S^ de colorifte ? En faifluit la plupart de 
fes etudes au pinceau > on parviendra \ peindte auflt 
^if^ment qu'on defline , ^ \ fahe Tun & Tautre au(& 
facilement qu'on ^crir. 

Cetoit la pratique its ecples qui fb (bnt di dinguses 
parlaicouleur^ celle^ de VeniHs & de Flandre. EUes 
ont en'iqhi les cabinets de peu ds^efllns 3 & ^es deflina 
^e lone en general que des efqu^p indecifbs. l.es mat- 
cres de ces ecoles faifoient le plus fouvent leurs Etudes 
& le^rs efquiffbs au pinceau , fotc en couleurs, foit en 
grltkille. Les defllhs finis qui pprtent leurs noms fbne 
ordinai^einent les ouvrages de leurs graveurs ou de leurs 
^l^ves ; on les donne pour les premises idees de leurs 
tableaux « & ce n'en n>nt que des copies faites au lavis 
pu au cra%'on. '* 

Cejendant IVtifte doit fe fendre fSunilier avec le 
^rayon , pour I'employer d^ns les occafipns oii il up 
f v.rroh fatre ufage du pinpeau; car il doit ^tudier 
payout, dans les compagntes, dans les promenades ,. 
^ans les voyages Tan 6r c'eft un effet de lumJ^re qui 
• in'irite d^arrirer fes regards ; tant6t c*eft le ton d'une 
fabriquc y la fonne , les plis d*ui;i v6reme|it , le feu^le 
dVn arbre, les gibbofires de fon tronc, les rugofices 
^ Ion ecorcfp , les e$ets que jprodoit fyc le vUag^ 4f 



Digitized by 



Google 



% £ X A aij 

dans le maintlen d^i hommes la pr^rence ou I'abrefipe 
dfs paflions , les vari^^s des proponions & des tonnes* 
dans lesdifferens individus. Aucun de ces objets n'eft 
indigne d'entrer dans la memoire de I'artifte , & quand 
tl en aura la commodity , il fera bien de les confier 
au papier. Ce font autant de richefTes dont il ne maa« 
4f uera pas de trouver Temploi. 

Les plus grands maitres ne font parvenus qu*\ for^ 
Setud€ Sc de travail \ produire leurs chefs • d'ceuvre : 
c'eft Pignorance qui cfoit pouvoir fans peine fixer Pad- 
miration. Leur m^hode ^toit lente & laborieufe ; msis 
le refultat n'offroic que de la facility, n Quand ils 
» avoienc con9u un fujet, dit M, Reynolds^ ils ej^ 
» f^ifoient d'abord plufieurs efqulffes dont ik tiroient 
i» enfuitpun defllnfini.lU faifoient enfuite des defluis 
» judte5& corre&s de chaque partie pcife feparementr 
» Apr^s avoir ^tudi6 une figure ^nti^re , ils faifoient 
» encore plnfieurs delfiny de la t^te , des mains> das 
n pieds de cette mSme figure* Apris Tavoir drappee^ 
3) ils ^udioient fepar^ment difiirentes iuites de plis. Cee 
3» ^ru^iT/ pr^liminaires neles empfichoient pas de pren- 
» dre le module pour peindre le tableau , & de Is 
y> reprendre encore i di^re^tes reprifes pour le retou.* 
» chera. Tailt de travail effraic-t-ij I'imaginatiott T 
un mot doit rendre le courage : le produit 6toit un 
chef-d'cBuvre. {^Article de tL Levesque), 

. . EX. 

EXAC]6RATIpN( fubft. fern. ) Vtxageratlcn 
eft par-tout vicieufe , dans les formes, dans Pexpreffion^ 
dans les effets ^ dans les mouvemens. Ceft-ik-dire que U 



Digitized by 



Google 



2i«_ EX^ 

tableau y la ftatue ne doit rien offrhr d'exaglr^ ie la 
place {A ils dolvent £tre yus *> car il eft une exag^-acion 
fav^te Sc n^celTaire que I'artifte hat>Ue Tait donner i 
fon buvrage, pour que , du lieu oi fjera plac<S le fpec* 
fiateur » cet ouvrage relTemble k la naeure. Si les fi« 
gures de la coupole d*un temple ^lcv6 n'etoient pas 
plus grandes que des figures naturelles , elles femble- 
roient i^etites ; (i les details en ^toient trait^ comme 
dans un tableau de chevalet , Touvrage paroitroit fee 
& mefquin : fi reffet n'en ^oit pas exiig^r^ , il fcmr 
^eroit froid. (X. ) 

EXECUTION ( fubft. f^.) Vexicunon^ cetti- 
partie du talent qui femble purement mecanique & 
ne rien tenir dii g^ie , fert infihtment a le produire 
avcc fucc^s. £lle n^ia pas toujour^ ^te envi(ag^e, par 
plufieurs artiftecelebresqui ontrenouvelU la peinture, 
comme auiffi importante qu'elle l*eft devenue depuis. 
Tel eft le goAt des hommes pour la perfeSion; il va 
toujours croifTant dans lesfi^les ^clair&.Pour m^rtter 
letirs fufii-ages , il ne taf&t pas de faire de belles chores ^ 
il faut qu'elles foient bien faites , & que la main foit 
de moitie dans le merite de Pcfprit. Sachons-leur jgc^ 
decette d^licateiTe -^ en flattant leurs plaifirs ^ elle con* 
iribue i, I'avantage des arts. 

Quoique les beaut^ ff execution ne foient pas ordi- 
nairement Tobjct principal de Partifte , & qu*il ne s^en 
ferve que de moyens pour mettre en ceuvre des beaut^ 
d*un ordre fup^riewr, elles font extr^meml^nt imponan* 
tes. Elles fervent i fixer les yeux du fpeftateur fur de» 
objets deftin^s k toucher fon ame , & fans les attraitt 
de Ytxieutiotij la rapidii^ ayec laquelle il parcourroU 



Digitized by 



Google 



EXP 219 

certtins ouvrases Pempficheroit 4'eii tppercevoir toutet 
ies finelTes. II faut regarder les beaut^ d'ex^ution 
comme I'adreffe dont fe fert le ginie pour remplir par* 
faitement Tobjct qu'il a de plaire & d^int^reffer. Voyei 
Faxre. {Articlt ^xtrmk du Traiti de Piintun de Mm 

DAUiiRi'jBdM>QH.) V 

EXPOSITION (fubft, f^n.). Cc mot a deux 

fens. Dans le pfemier , il fignifie hk mani^re done ua 

tableau eft plac^ : Ce tableau eft dans une bonne ex*' 

pofition. Quand le peintre connoit d*avance ht place 

fju'occupera fon ouvrage , comme lorfqu'il fait une 

fcoupole, ouun tableau d'autel , il doit travailler en 

confequence de Vi:tpofinon qui lui eft connue , & il 

peut mdme fe concerter avec I'architeftc po^r rendre 

cette' expofitlon encore plus favorable. II peut, par 

exemple, faire pratiquer , dansqtielque partie de Tedi- 

fice , une ouverture , qui , cach6e au fpeflateur , fera 

tomber fur I'ouvrage une lumiere qui en augm^enteni 

Teffet. Mais s'il fait vn tableau de chevalet, fujet i 

changer de lieu, il doit ticher que Teffet en foit 

heureux a route expofition raifonnable. 

On appelle , dans un autre Hens ^ expofition , I'aSion 
Sexpofer fes ouvrages ati jugemient d« public. Pat 
cxemple , les artiftes de TAcad^mle Royale dfe Paris ex- 
pofent tous les deux ans leurs ouVfages dans une falle 
du Louvre-, c'eft ce qu'on appelle ? expofition des ta- 
kleaux. L'Acadcmie de Londres fait tous les ans une 
femblable expofition. Les artiftes de la Grice expofoient 
leurs ouvrages en public. L'ignorance multiplie , 
dans ces occifions , les jugeraens abfurdes;, & c'eft du 
concours des jugemens du goAt, & de Tignoi-an^^} 



Digitized by 



Google 



itzo EXP 

que fe fonne celui qui donne aux vrais uletis la plac^ 
^'ih m^ritent. Ces expofitions ont un autre avanuge ; 
celui d'entretenir I'emulation qui s'afFoibliroit dans I9 
calme des atteiiers. Chaque artifte redouble d'efibrt^ 
parce qu'il fait que le public do^t le comparer avec fes 
rivaux. Les efforts feroient encore plus vifs, fi i'on 
expofoiiyZvec les ouvrages modernes^quelques cheft- 
d'oeilvre des plus grands maitres des difterentes ecolev 
De quel feu createur ne fe fentiroit pas anime le peintre 
rraiment ^pris de Ton art & de la glcMre ^ s'il prevoyoit 
qu'il aula pour concurrens Raphael , Rubens , le Titien, 
USntuT ! (AnicU de M. Levesque.) 

EXPRESSION (fubil. fem. ) On reftreint iciUfi- 
gnification de ce mot aux (igne^ ext^rieufs par lefquels 
a'annoncent fur le vifage & dans toute Thabitude jdu 
corps let affedions interieures & tous les fentimeaa 
de I'ame. 

S^l eft poffible de developper le fens de ce terme , 
9 eft xnfiniment difficile & peut-^tre impoflible df 
d»|iner une fuite methodique de proc^des qui conduifent 
Fartifte h. ex^uter dans toute Ton ^tendue> ce qu'on 
le croit en droit d^exiger de lui , felaaivement a Vex* 
frejpon^ 

Tout ce qui vit^'tout ce qui eft anime, ^ptouvc, 
prefque fans interiruption , des fenfations oa ce qu'on 
tppelle paflions. Le peintre , par cotifequent , ne peut 
jamais repr^fenter un 6tre vivant, qu'il nefoit oblige 
de le montrer avec un fentiment ou une paflion. II y 
a plus ; tous les corps , tous les objets qui nt font pas 
dou^s de la vie, ont aufli , independamment de leur 
forme %c de leur nature gen^rale , an caraft^re parti« 



Digitized by 



Google 



EXP 2zt 

culler qu'ils tiennent de I'etat afluel^ c'eft-4-diire , dts 
«irconftanc69 propces ou acciclentelles qu*ils ^rouvent* 
Le carad^re eft a leur ^gard ce que Vtxpreffion eft 
a I'egard des 6tres animus*, de forte qu'i la rigueur, le 
pelntre qui ne doit reprefenter aucun 6tre vivant fimt 
qu'on apper9eive qu^il eprouve une fenlatiofi , ou uii# 
paffion, ne d(% audi reprefenter aucun £tre inanim^^ 
fans donner iLconnoitre, avec fa forme g^n^rale, fen 
itit accidentel , d'oii r^fulte fon caradire. 

Le ciel a une apparence qui lui eft propre & imm 
apparence que lui donnent les accidens qu'll eprouve ; 
car en m£me temps qu'il eft aerien , tranfparenc , 8tc\ 
il eft (erein ou couvert , calme ou orageux : il re9oic 
«fa Itimi^e ou du foleil levant ou du foleil couchant* 
Uh arbre eft non«feulement de telle ou telle efp^ce ; 
11 eft encore jeune ou vieux , fain ou malade ; il Eprouve 
les effets de I'et^, de Tniver, du printemsou de I'au^ 
tomne^ 

L'artifte qui fe fait une loi de ne peindre aucun 
oljet anim^ fans paflion , aucun objet inanim^ fant 
caradire , eft femblable aux hommes qui n'ecrivent ou 
nc patient jamais fans avoir une idee jufte & pr^cife* 
Celui quipeint fans avoir ces intentions, reffemble i 
ceux qui , en ft grahd nombre , difent ou ^crivent deM 
motlt dont ^Ine r^fulte qu'une id6e vague & ind^r* 

Les loix que vous venez d^^tablir, dlra-t-on^ pref^ 
crivent des obligations fi difEciles > qu'on pourrolt 
affirmer qu^aucun artifte ne doit les avoir complette* 
ment remplies. Cela eft vtai: je peiife m£me que cecte 
. cfefervance eft au-deffus des moyens de Part *, mals 
ces loix n'cn foi^t pas moins impoTies par la nature. 



Digitized by 



Google 



323 £ X P 

Cependant , •omme dans la perfedion morale , on ad- 
met par nfcefliti des modifications & diiFerens degr& 
de merite ; ainfi I'artifte qui approche de cette per- 
feftion d^imitatioa que I'art ne peut atteindre , a droit 
ii de juftes louanges & m£me I I'admiration. En effet^ 
que dans un nomhre de figures dontyn ubleau eft 

' compolS , celles qui- doivent int^refTer davantage ^ mon- 
trent les fen&tions ou foient afFeft^es des paflions 
qu*elles doivent avoir > on pardonne aifement i quelques 
autres d'etre ( comme cela n'arrive que trop fbuvent ) 
infigrufiantes* De m6me , fi les objets inanim^s les plus 
e^entielsl Taftion ont lecaraft^rediftinfiif qui yale 
plus de rapport, on doit &l'on eft forc6 d'etre jndul*^ 
gent. D'alUeurs tl faut obferver que fi I'on ^toit t^ 
moin de I'a&ion rielle qui eft reprefent^e , on fixeroic 
fa vue fur I'endroit de la fc^ne qui infpireroit le plus 
d'int^rfit , & qu'on n'appercevrolt alors que vaguemenc 
ce qui feroit plus ^foign^. Cette obfervation, fond^ 
fur une v^rit^ de fait ^ eft infinimeiit e^ntielle pour 
%nder i leur tour plufieurs des conventions rejuet 

. dans la peinture modeme. 

Mais ces modifications ou ces adouciflemens des loix 
de Vexprejpon , n'empSchent pas qu'un objet peint ne 
doive , comme par un eiFet magique , exciter dans le 
^eftateur I'idde de ce qui n'exifte pas dans cet objet ; 
c*eft4-dire , I'id^e du mouvement ou de la vie. £t cet 
effet fumaturel a lieu dans les chefs-d'ceuvre d'un art , 
que, par cette raifon fans doute, on a nomme divin. 
L'on peut done dire des ouvrages depeinture qu*anime 
Vepcprejfiom , ce qu'Horace difoit des po^fies de Sapho. 

Spirat adhuc amor 
Vivuntfue eommtffi caUres 

molid fidibtti fudU, ^ 



Digitized by 



Google 



Pour panrenir , s'il eft poflible , ^ concevoir en paule 
les caufes de ce miracle de la peinturc, il eft n^ceflkm 
de fe fixer 1 deux obfervations. 

La premiere ^ que I'union de Tame & du corps eft 
fi Incime, qu'il n^exifte pas un moment oHj dans un 
6tre anim^ , le corps ne participe passes affedioilp 
de 1'ame , puifque m£me la vie n'eft fenfible que par 
cette participation r^ciproque 8c continuelle. 

La feconde, que la peinture , born^e ^ he reprl^fi^nter 
qu'un inftanc , peut parvenir cependaht a rappeller I'id^ 
it cette adion & de cette r&dion continuelle de I'ame 
& desfens, do^t I'habitude eft telle pour nous, que 
nous en avons fans celTe I'id^e y ou la confcience ; mais 
comment la peinture en tlre-t-elle avantage ? C'eft que 
refprit humain qui, dans un continuel mouvement, 
pafle fanl ceffe du paCe au pr^feht, & du pr^feht k 
Favenir, ne peut fixer la reprefentation bien faite 
d'une a&ion inftantanee , fans mdler k I'idee qu'i! en 
prend, des id^s ant^rieures & fur-tdut des idees poft^ 
^ieures. Cette ondulation devient d'autant phis rapide ^ 
que I'objet eft mieux repr^fent^ j & Tefprit qui n*eft 
lui-m6me que mouvem^nt , d^ qu'il eft exciti par une 
premiere illufion , fait participer idealement la figure 
bien imit^e au mouvement qui lui eft propre. 

Mais apr^s avoir parle de I'obligation oii eft le peintre 
de provoquer ces cfFets magiques , on s'attehdra peut- 
£tre ii trouver ici tout aii moins quelques indications de 
ce que , dans la pratique , il doit fairepour la remplir .* 
j*ai dit qu'il eft infinim^t difiicile Sc peut-4tre im- 
pc^ffible de conduire i cet ^gard la main de Tartifte. 

£n efFet, s*il eft ^ans la peinture 4es proced^s plus 
ou moins m^cjianiques, plus ou. moins fufceptibles d9 



Digitized by 



Google 



^» 



ftst EXP. 

demofiftratioas, c'eft en raifon dei npports quells Ml 
mvec quelques fciences exades & po(\cives, telles qu« 
ranttomie, les proportions, la perfpefttve, & la pon«* 
deration. La plupart des autrei dependent d'un fenti~ 
ment intelligent , & ne component ni regies pr^cifes ni 
d^onftrations pollibles. 

Cependant l^onpeut au moins.mettre I'artifte fur la 
voie , en lui confelllant des Etudes en quelque fortt 
pratiques qui peuvent faire connottre les mufcles , les 
nerfs & les traits, organes imm^diacs At YexpreJJton* 
Quelques'iins de ces mufcles ont m£me , dans la fcience 
4e Panatomie, des noms qui d^fignent quelques fonftiont 
appartenantes a VexpreJJion. 

II faut , d'une autre part , que Partifte obferve prefque 
cominueUement fur la nature anim^e^ ce que ces or* 
ganes eprouvent de nuances , relativement aiu iges de 
la vie, aufexe & aux accidens ou circonftances ; il 
faut qu'il ^tudie les hommes dans les momens oii ils 
Eprouvent les aifedions les plus douces &~ les pafHons 
lea plul violences. La lettre fuivante contient des ob* 
^iervations curieufes & bien frites fur une fcine Sex- 
prejfion. 

» Je ne me rappelle point fans Motion le fpeftacl» 
«> que m'ofFrit un ]our une alTemblee de jeunes gens 
» prto i tirer la milice. Tous les mouvemens divers 
» quelle defefpoir , la terreur , la triftelFe , l'e(p^ranc« 
» &: une )oie immoderee peuvent communiquer & 
a> imprimer i I'ame , fe peignirent au-d^hors avec les 
i> traits les plus marques , & fous tous les caraAires 
3» varies qui refultent de I'aftion ^ des effets different 
» de ces paffions plus ou moins ^nergiques, felon leut . 
» concours ^ felon le genre & le caradire des fibres 

» Aranlte ^ 



Digitized by 



Google 



^ tbrkn\i%s , felon la propenfion de tes ihSmes fibres 2 
^ des ihouveM'ens en tel ou tel ^ens , oti & des yibrattoni 
ik plus ou* nloins violettjtei. 

» Jamais il r?y ^ut de plus b^u fujet d'etifd^' ^Mt 
1^ le phyficieh & |>out le pekitre. Ici le dere())oir^ 
)i mdl^ fans doute de. eolere , ^annon9oit par la f(§ro^ 
)^ cit^ du regard , pair la l^ougeur du vlfage, pai^ tef 
* rides dont le ftoftt ^foit fem^ , pstr le froiflement de« 
9 dents , par l6s mbuv'emens pr^cipit^ & conVtilfifk 
» des mains : U , il fe inanlfeftoit par ies regatds in- 
» quiets & prefTans , par un tremoufleihent invt)l(m'^ 
Ti> taire & ford des Ikyres , par un trouble Evident 
A r^pandu fur route la face , & par des larmes qui 
» s^^chappoient & couloient gouheik gouttis, Vne ^n* 
n tiere immobility ) uiie ibne d% ftupeur g^ni^rafe, le 
3> h^rifTement des cheveux , Ta fixi't^ dfe Toeil-, brgand 
» impuifTant dans ce knotiient terrible , dec^lbient dans 
» quelques - uns l^epouvante ; te m^e fehtiment ft 
1^ montfoit dans qtielqu^s autte^ paf le creutemene ou 
i» par l^allongefnefit des traits^ ))i^r - I'abatttsment des 
19 yeuX) par la forte pteffion & Tadh^fioh intime des 
» l^vres Pune a I'autrte , par la jpileut: & la rougtur 
j^ qui {b fucc^doient alternativnemcnt, & par un trem- 
f> blement ^tonhant dans tous l^s meftibres. 

» Pen voyois dortt lies- yfeux ^coieftt 6\evin & fik& 
uvers le ^iel , la bouche b^ante , & les Uvr^s danS 
^ cet 6tat de contraftion auquel un ris purempnt cor- 
j» porel & fardonien les d^ermine. De proFonds fou- 
» pirs,des bras affaift^s & pendans ^ des paupi^res )l peine 
» entr'ouvertes , une face livide & inond^e de fueur, 
» d^gnoient dans ceux~ci I'abattement de toute la ma-' 
l»^ chine, tandis que ce m&ne abattemem s'annonfoh 



.g^ftized by Google 



^» dans ceux-li par la courbure de leur corps ^ la 
• flexion de leurs genoux , la pofidon de (eun yeax 
9 conftament attach^ fur la terre , & par Tabandoa 
» total de leur t£te qai , llvr^e k fa pence naturelle f 
9 t'lnclinoit en avant , & fuccomboit i Ibii propre 
9 poids. 

n D'antres Aranlemens fiilcit^ par Papproche de 
m I'inftant redout^ j fe faifoient encore appercermr i 
9 une infinite d'autres fignes & de noavelles r^ro* 
9 lutionsy nott moini vivement caraS^iiieesy fiiccil- 
» doient rapidement aux premiires. Tel qui ftoit au« 
9 pararant dans cet an^antiflbment oii Pame ^ poor ainfi 
9 dire, ^Hp{^, femble ne priter au corps aucun 
9 monvement , aucune vie , paroifToit triompher fur 
9 le champ de cet accablement. L'^l^yaHon de fa t6te , 
)» Paflorance de fon regard , dteotoient en lai le a>tt- 
9 rage& Pefp^rance. Tel autre, dont la {ir6mt£ avoic 
9 psifag^ dPfli>ord la tranquillity & la conftance, de* 
9 venoit trifte > mome & interdit : en un mot tone 
9 let modes , toutes les diverfes famous d'etre & do. 
9 lentir y Solent extMeurement exprim^ dPnne ma* 
9 niere fi intelligible par I'augmentation j la diminn- 
9 tion & le changemenc de Palt^ration des lineament 
9 Ou des traits de chaque yifage , cpi'il etoit abfblumenc 
9 impoflible de m^connottre^ non-feulemeot les dif- 
9 fere9s genres , mais les diffirens degres des affedions 
9 tunuiltttenfes ^oft naiflToient fuccefnvement tant do 

d^brdre. 

9 Pobfenrai des touches encore plus reflemies & 
9 des pafCons plus fortement prononc^ lorfqu^l fiit 
9 qnefiion ^interroger lefbrt. Le aialheureux qui avo^ 
$tnoigp& le plus d'impatience d'a^rendre le .lieai^ 



9 



Digitized by 



Google 



EXP ^7 

» fe tratnoit avee peine vers le lieu oii le halafd allok 
» en decider. Sa main (k fefufoic i, i'adion qui deyoit 
i> I'en inftrulre.: ii ne fe failifroic qu'en frlmiAant dii 
» la balle fur laquelle^ fa deftinde etpic ^crite , & la 
» crainte 8c I'efirpi i'emportanc fur le defir d'etre tir6 
» d'une incertitude cruelle , dans laquelle al auroit 
» alors pr^ft^r^de demeurer, iljettoit loin de lui , &: 
9 avec une forte d'horreur , cetjte balle aullitdt qu'il 
m I'avoit prife , & ne s'jnformoii pas de ce qui pbu- 
m volt en refulter pour lui de confolant ou de fu* 
» nei^e* 

» Un autre s'avan9oit avec cette audace qu'lnlpirent 

j» quelquefois les grands dangers; mais apres s'dtre 

» sifur^ par lui-m§me de la faveur du fort , il tomboit 

» danis laiic^ationd'un homme ^pouvantf du feul fou* 

7a^ venir du peril imminent au^uel il etoit ^chapp^. 

» Plulieurs s'ofFroient au ' coup avec une relblutioA 
» qui dans les uns tenoit du d^fefpoir^, & pouvoit 6tre 
» dans les autres I'efiiet d'un veritable ^tourdiifement, 

» Entre ceux que le hafard rendit i.eux-m^mes , 
» quelques-uns montrerent une tranquillity ^^^.j^ 
n'envifageai pas neanmoins comme une exemption 
9 enti^re^de tout tifoubie* cette tranquillity, plua 
» froide dans quelques autres , me' repr^fentoit cet^t 
9 d'indifF^rence qui eft plus voifiin d^ la triftefTe qu^ 
9 du plaifir. J'en contemplai beaucoup dont le eonten* 
n tement fe manifefloit par des larmes plus ou. moins 
9 abondantes : d'autres rioient ; & verfoient 1 la fois 
o des pleurs ; d'autres encore faifoient malgre eux d^ 
9 cri^^ des fauts & des Eclats de rire. Uiquilibre dc^ 
9 vibrations ^nt en efiet rompu, I'empire de la yo« 
9 loati cdt it6 certainemenc trop foible pour bala:qkcer 



Digitized by 



Google 



2^8 ^ EXP 

» en eux, d^ le premier moment, I'Irruption foudainf 
» & copieufe des efprits qui prpvoquoit leiirs mouve- 
3» mens. D'autres enfin , non moins tranfportes de plai- 
» fir, parlotent fans ceiTe , & marquoient par une fin* 
7> guliire volubilite ide langiie le fentimenc dont ila 
» SioUnt intim^ment p^n^tr^s : car I'abondance ou la 
,» fiiperfluit^ des paro}es eft fouvent I'exprefliofi d'uhe 
9» joie immod^r^e , comme le filence eft Pexpreflion 
» dPune douleur profonde* 

» En conliderant aufil ceux qui furent les yiAimet 
» du fort, je remarquai dans l?un d'eux une r^figna- 
» tion fubite qui me furprit d'autant plus, que cec 
x> abandonnement total de lui - m6me venoit d'etre pre* 
'» c^d£ de toutes les d^monftrations d'une terreur r^elle. 
» Un'autre,qui sMtoitl{J[)uteAu jufqu'alors en'mafquanc 
» foil efTrqi de tous les dehors de I'arrogance , fiitiaufll- 
9 tdt abattu*, une refpiration entrecoup^^ & trem* 
» blante lui permettoit \ peine de profirer quelque 
» plainte. 

9 Mais celui qui me remua le plus fortement &oit 
i> un jeune homme que j'avois vu plong^ jufques li 
» dans la plus affreufe confternation. 11 s'avan9a pas 
)» ik pas , & la t6te toujours baiilee *, la vue de I'objet 
m dans lequel ^toit renferm^ Ton arr^c ^ porta tout-l- 
» coup la rage jufques dans le fond de foname. 
'» Soudain 11 grince des dents , frappe f^ poitrine, & 
n la dechirant d'une main avec fureur , il fouille de 
» Tautre avec emportement parmi les balles., la retire 
3» de m£me , & tendant Ton bras pour expofer a tous 
1$ les yeux le fort qui lui eft ^hu , Ton egarement eft 
ji tel, que lui feul ne diftingue plus rien. Ses mem- 
lb bres, incapables de mourement , demeureiit dans 



Digitized by 



Google 



EXP mp 

w U fituation lA lis fe trouveiity & routes fsn&cions 
'» cefTeat , pour atnfi dire , en lui , comme s^il edt 6t6 ^ 
D atteint decette maladie formidable oii le corps s'en * 
» tient 1 la pofition qu'il a prife ou qu'on lui donne »• 

L'artifte curieux d'^tudier la plus belle panie de fon 
art y ceUe qui peut I'^lever au rang des grands poetes, 
trouvera des occafions frequences d'obfervrer le jeu des 
difi^rentes pafllons. 

Quelques peintres, le Brun entr'autres; ont trac^ 
des exemples de VexpreJJion du vifage retativement i 
quelques pafllons : mais qu^il y a loin de ces effais \ 
un ouvrage parfaitement m^ice & ^tendu fur tout ce 
qui , dans le corps humain , eft fufceptible if'exprejjipn > 
fbit par les formes, foit par les mouvemeos , (bit par 
la couleur \ 

Des coUeftions de deflins ou d'^tudes faites m^tho- 
diquem^t par des artiftes habiles , aid^ des obferva- 
tions de quelques philofophes ^dair^s dans la partie 
des arts, fbroient les v^ricables fbndemens d'une fcienqe 
qui n'eft pas cr^e. On peut ayanc.er que la th^oriQ n'en 
eft qu*ebauch^e, puifque les artiftes n*oht d'iautres 
guides encore que leurs obfervations pafTag^res , & I'imi- 
tation des imitations c^Ubres. La reflburc^ du plus grand 
nombre eft le t^tonnement ou une forte de routine^ 

Au refte^ je placerai au mot P^onquelques-uner 
des eblervatlons & des efTais de le Brun , mais en ne 
diflimulant pa^ , malgre ces fecours , la difette de I'art 
fur cet objet important. (.Article de JW. J^ateleTj ) 

Expression. On peut diftinguer dans VexpreJfiOn 

une bont^ abfblue & une bonte Relative. Une figure 

' dans laquelle l^artifte aura fti rendre avec ta plu^ grande 

stfAti une affe^ion de I'ame , fera d\ine bonne exprejpttn 



Digitized by VjOOQIC 



sjio EXP 

abibluc ; taais ellei peut ttre juftemenfe condamn^t rela* 
tivement au fujet du tableau , fi elle ne s'accorde pas 
avec VtxprtJJion generate qu« ce tableau doit ofFrir. 
Tar exejnple, dan$ le tableau de Jacques Jordaens, 
qui appartient au Roi , & qui reprefente les vendeurs 
chaffes du temple , les expreffions font d'une grande 
jufleffe & d'une parfaite veritev elles font bonnes en 
elles-m^mes ; & cependant elles font vicieufes rela- 
tivement au fujet, parce qu'elles font comiques , & 
qu'elies dlAraient le fpedateur du refped qull doit 
avoir pour une adion de Jefus-Chriil ^ tandis que 
tout J dans le tableau , devroit tendre % infpirer ce ref- 
.ped. 

Dans un tableau repr^fentant le martyre d'ua faint ^ 

Vout doit concourir \ faire entrer dans I'ame du fpec- 

^^teur le fentiment d*une douleur pieufe , a la vue des 

tpurmens du h^ros qui a fcelle fa foi de fon &ng« 

He Domjniquin a done manqu6 i V^xprejpon relative , 

[lorfque dans le martyre de faunt Andr^, il a reprefente 

un bpurreau qui eft toinb^ en tirant une corde , & 

d^autres bourreaux qui fe mopquent de lui par des geiles 

I grofliers. Cette fcene burlefque , confideree en eHe- 

' mfine , eft d'une bonne txprtjjion ; mais cette txpref- 

Jim efl d^placee relatiyement au fujet, 

(^ueiquefois untexpreffio^ peut £tre de la plus grande 
bonte rela i^'e > fans avoir la bonte abfolue. Raphael 
txods ofFre un exemple frappant d'une cxpreffion de 
ceg^enre. Pour qu'un homme en^couffe un autre fous 
fes pied%, il faiitqu*i] fafTe ufage de toutes fes fbrcps^ 
& encore fe^ont - eles infuffifanres. Mais dans le «- 
bleau de Raphael , faint Michel, pour ^crafer le d^mon^ 
ne le touche m^e pas. Ceft que le faint archange » 



Digitized by 



Google 



irefn pour cette tftfoa une partis dela puMknce de Dieu 
mkat ; uh gefle , une intention lui fuffit pour op^-er. 
Son txpreghft feroit dpnc infuflifante y mfime rrdicnle ^ 
s'il s'aglffoit d'un homme : elle eft fublime lorfqu'il 
s'agit d*un miniftre de la divinit^ , & Raphael a peut^ 
£tre M de tout les peintres le fetil capable de la trou* 
ver. 

Comme 11 eft reft^ jufqu'i pr^fent le pins grand 
snattre dans cette belle partie de I'art, nous croy6ns» 
four faire connottre*^ cet %ard fes principes & fa 
pratique > devdir tranfcrire ici ce qu'en a dit un pelntre 
c^Ubre qui I'avoit beaucoup ^tudi^. 

^ Pefprit de Raphael 6oit philolbphique , & ne 
» pouvoit txxt touch^ que des chofes qui ont quelque 
• ^xpreffion. II confut les premieres idto de Vex^ 
» pnffion figurte en yoyant les ouvrages de Maffacio, 
»> & les cartons de Leonard de Vinci. C'eft d'apr^ eux 
» quMl confidera la nature fous routes fes faces , s*atta«^ 
» chant particuli^ement aux aff^Aions de fame > &' \ 
» leurs effets fur le corps. 

y Sbn premier foin, quand il vouloit compofer an 
» tableau , ^toit de penfer a Vexprejfion ; c*eft-i-dire , 
>i d'^xaminer^fuivant le fujet , quelles paflions devolent 
» animer les perfonnages en g^n^ral \ enfulte il calcu* 
» loit lesdegres de ces paflions , &*decerminoi€lesper* 
B Ibnnages auxquels il falloit les donner ; quelles eF* 
» pices de figures il devoit (employer » quel devoir 6tre ' 
y>\t\it nombre , & IL quelle diftance de I'objet pria« 
» cipal il £toit convenable quMles fu^nt plac^es pour 
» mieux concourlr i I'efFet general. Far ce moyen il 
s| concevoit I'^tendue de Ton ouvrage^ d&erminoit U 
» grandeur du champ qu^il devoit rempllt , & let 

Pi? 



•• 



Digitized by 



Google 



p^ EXP 

s> r»pporti,mutaek ie Vexprcffzonie I'objet princip4f 
311 & de Qelle des principaux grouppe$. II confid^rolt i^ 
aa I'aftton fe bornoit au moment a&uel , ou fi elle de- 
» v^s'etendre au*deli; fi elfe ^toit d'une txprefikin 
» forte ou foible, ou temp&^e ; fi elle avoit itS 
9 pr^c^dee de quelque IreQement anc^rieur, ou fi 
» quelque ^v^nement pofterieur devoit la fuivre ; fl 
asi Lai fc^ne etoit tranquille ou tumulmeui^ , agreable 
3> ou tr J fte , ordinaire ou finguUere, paifit>lemenc ^u 
9 niiuultueurement lugubre. 

3B Apres avoir reflechi fur tous ces d^tail^^ il choi-^ 
9 fifToit ce qui etoit le plus n^ceCaire pour difpofer 
a £bn abjet principal, & lui donnoic la phis grande 
9 yerit^ ^ la plus grande claj^te. Ses ^utres idees fe. 
9 fuivoient confbrmement a leur importanee , & 11 
3PI pl^9uit toujours les pbofes Xes plus necelfaires ayant 
an -celles qui Petoient inoins ; de cette ma^ii^re , fefi 
D ouvrage^^ fans manquer d'auQune partie eiTentielle. 
p n'en avol^ni asQune 4'inRtile , & le beau tfy trouvoit 
» toujour^ y tandis que cbe% les autres artiftes j le ne* 
^ cefTair^ manque fouvent , parce qu'Us ont cberf h6 
II la beaiite dans les ^hofes inutiles. 

» Lorfqu'il pafToit k chaque figure en partie^lier y 
9. il n© chorphqit pas d'abord , CQiome les autres peintres^ 
», Tanltude la plus pittoiefque qu'il pouvoit Uut don- 
» ner, Ts^n^ prendre garde fi ces figures convenoient 
D au fujet qu non ; mais il reflechifToit fur ce qui fe 
V devQitpajfieif dans i*ame d'un Homme qui fe ^ouveroit 
p dan> une ^ir^onftan^e fe^nblable a celle qui lui ^qit 
p offeifte par foi} fujet. Jl foilgeoit enfulte^^ I'effet que 
p lelleoH tflle paffion d^vo^( toe fur le perfonnage 
m <ju*il repref^ntoit j^ &; q^u^lle ^je 4u corps devttitl 



Digitized by 



Google 



EXP a3j 

i^-6tr« imie pour Pexpnmcr : c'clta cettc partie qu?il 
» donnoit alors le plus d'adion y en laifTantoifives celles 
» qui n'y ^toient pas neceflaires, Voill pourquoi I'ofi 
p trouve dan^ les tableaux de ce maitre de ces figures 
» tranquilles & droices qui font audi belles que celled 
B dont le mouvemem eft tr^s-marque dans une autjce 
n partie du .tableau , parce ^ue cette attitude 6mfie 
» & trani>quille, fere i exprimer la fituation int(^« 
p rieure de i'ame , & que les autres qui font en aftion ^ 
» reprefentent des mQuyemens ext^rieurs. 

^ Ainii on trouve I'eiprit de Raphael dans chaque 
D ouvrage, dans chaque grouppe> dans chaque figure^ 
» dans (chaque membre , dans chaque art'^culation , ^ 
v julques dans les cheveux &dans les diaper ies. S'il fait 
)» parler quelqu^une de fei figures , on s'apper9oit fi 
p fon ame eft calme , ou fi elle parle aVec v^h^ence. 
}> Celle qui penfe , a veritablement I'air d'un homme 
D qui mcdite ; & I'on diftingue dans toutes les pafllons 
» fufceptibles d'etre foryment tendues , (i elles ne foot 

^» que gommencer ,f) elles font i leur plus haut p^riod^,, 
» ou bien (i elles finifTenf, 

JO Je n'^cris point pour ceux que |a pareffe domine, 
]> & qui prennent pour pretexte , xpmme on le fait 

,» fouvent , qu'il e& impoflible de connottre les beaut^ 
)» de Raphael a nnoins que d*^tre J^Rome : car je^uis 
» affurer que ceux qui font en ^tat de r^flechir , pour- 
» ront faire toutes les remarques que je viens d'in- 
D diquer, d'apr^s les gravurcs que^ Marc - A ntoine^ 
n Auguftin de Venife , & d^autrcs , nous on t donn^es 
p des ouyr^ge^ . de, ce grand malt re , quoique Vex- 
^ prejpon y foit necefTairement affoiblie . . • . . 
» Uobjet qu'il a eu principalen^ent en rc^ y c'eft 



y Google 



Digitized by ^ 



^S4 EXP 

» rinventioii , & Pinvention confiftc dans Vexprejfim 
» dc la yirnL Toutes les figures de fes tableaux font 
'» cc qu'ellcs doivent 4tre , & ne (auroient fervir i'ex- 
» primer une autre paffion. Le caraa^re penfif , le triftc, 

* l«gai, le furieox , font tous ^galement bien rendut; 
» II n*a pas feulement ^donnc fexprefflon convenable 
^k chaque figure, mkis le fujet ciitier & fct dilf?- 
i> Ttns ^pifodeS ont les caraft^res requis pour fervir 
» d'acceflToires k la figure principle. Cc quM y a 
» d»<^tonnant , c'cft la vari^t^ qu'il a fii mettre dans 

* unemdme expreffion^ & le fugement qu'il a montr^, 
» en fe fervant tanr6t de plufieiirs figures poor rendre 
» ui^e feule expreffion; Sc tantAt d*unfe feule partie 
» d^une figure : le tout fuivant que Tcxigeoit le fujef , 
» & non pas au hafard , & par un funple luxe d'imagi* 

* nation , mals felon la veritable dignite , & felon que 
% la force de Vexpreffion le demartdolt. 

»» U offre des variet^s fans contcaftes recherches, 
"% its paffions violences fans%riniace & (ains baffeflb. 
» II a ml/he connu Vexpreffion de rame & fes effets 
» fur les tendons dc» differentes parties du corps, qu*lf 
'» a quelquefois exprim^s parle fetil mouvement d'un 
» doigt. II a fu faire ufage audi des chofes qui nV- 
» toient bonnes que parce qu*il favoit les employer 
» i-propos , & qui auroient fait un mauvais eflPetailleurs. 
» Aucun artiftd n'a fu trouver comme lui le jufte degr6 
» du ni plus ni moins de mouvement que I'ame pro- 
» duit fur le corps. Trop fouvent, au lieu de perfonnea 
» anim^es par une paffion grande ic fone, on a fait det 
» cfpeces de frenetiqucs , & pour rendre les moure* 
9 mens d'une ame ^ranquille & (age , on a peint dds 
91 figures froides & infenfibl^s. 



Digitized by 



Google 



EXP 255- 

» Commun^ment It premiere chore fur laquell^ les 
« arciftes fixent leur attention pr^f^rablement Sk routes 
» les autres, c'eft Pagencement & la compolition de 
» chaque figure > felon le contrafte & les regies de 
9 I'art : Raphael y au lieu de fuivre cette m^hode , t^ 
D reprefentoit d'abord h I'efprit toutes les parties telles 
9 qu'il convenoitqu'ellesfuffentpourconconrir ilVx-' 
^ preffion generale -, enfuite 11 penfoit i I'objec prill* 
» cipal de fon fujet ;& enfin Jk chaque figure en par* 
9 ticulier : il n'en pla^oit aucune fans avoir examine 
n auparavant quelles etoient celles qui devoient pa* 
» rottre le plas , en commengant toujours par les paisties 
• qu'jl vouloit faire agir pour exprimer la pa(Rea, tl 
» en laiiTant plus* ou mains oifives cellei qui n'^ient 
» pas utiles \ cett« expreffion. II a fa exprimer la fim- 
» plicic^ d^efprit, le recueillement , & toutes les pafHons 
s» tant interieures qu^ext^ieures. J'entends par pafliona 
a* int^rieures , celles que le peintre dolt exprimer par 
s> les moindres parties & les membres les plus ddScats 9 
9 tels que le front , les yeux y les narines y la bouche , 
f» les doigts , &c. Les pafllons ext^ieures font celles 
a» qui fe manifedent par des mpuiremens violens, qui 
i» font les eff'ets d'une paflion fpontante ou port^e \ 
» Texces. 

» Raphael a eu foin auffi de ne repr^fenter jamais, 
a> ou du moins que tr^-rarement y une aftion aohev6e : 
» j'appelle une adion achev^e, lorfqu^l ne refte plus 
i> rlen a faire pour la terminer; Par exemple, une per* 
9> fonne qui marche , quand elle a fait un pas & pofe le 
s> pied, ne peat plus faire autre chofe que de recom* 
p mcncer cette m6me aSion ; & cette attitude ne fera 
» pas un aufli grand eiFet dans un tableau^ que cejl^ 



Digitized by 



Google 



±S'6 EXP 

» d'une figure repr^entee aduellemeat en ai^ipit^ Si 
II qyi n'a pas encore achev^ le pas : c'eft que^ par . 
» ce moyen , on laiiTe crayailler Timagination du 

' i» rpeftateur , qui s'appergoit aifement que la figure 
» doic finrr le mouvement aftuel , & ne peuc pas 
9 refter immobile , comine celle qui a fini ce mouve* 
19 ment^ & qui peut demeurer tranquille fans en &ire 

^ » un autre. Une figure dont Taftion eft ccrminee, refte 

' » oiltve & fans occupation* 

» Raphael a employ^ une finelTe de I'arc peu xonnue 
]> des artiftes vulgaires *> c'eft la methode de cacher 
» avec adrede une partie du corps , telle qu'une main^ 
» un pied , &c. : car on ne peut pas dire qu'il n*a pas 
» montr^ ces parties , parce qu'il n'a pas fu les bien 
s> iure ; mais 11 ne s'eftXervi de cette fage Economic ^ 
» que pour i^e ' pas montrer des , parties qui ferolent 
j> reft^es oifires , ou qui auroient &t^ aux parties prih* 

' » cipales quelque chofe de leur beaut^. II a. (buvent 
» auffi cach6 certaiHes parties , i caufe du mauvair 
io efferqu'elles auroient produit avec une autre parti& 
» qu'il vouloit faire paroitre. Ce qui prouve cette 
9 idie J c'eft qu'il n'a pas fait ufage de cette m£thode 
» dans fes figures principales , mais feuiement dans 
p celles qui pouvoient fouffrir quelque negligence ap«» 
» parente. « ( Extrait des atuvres de Mtngs. ) 

Nous avons rendu cumpte dit^ obfervaltions faites par 
le Brun , dans tine conference ^e Tacademie , fur la 

^compofition du tableau de la manne donn^e aux Ifra^- 

. lites dans le defert , par le Poufliii. Nous avons promts 
alors de revenir fur cet ouvrage de Tart, pour mon- 

* trer , par un bel exemple , comment routes les fig^ureft 
d'un ubleau doiyeht concourir , par leurs cxprejlions ^ 



Digitized by 



Google 



EXP . %YI 

\ l^effet que l6 peintre veut produire. C'eft encore le 
Btun. qui cofitinuera de parlet ici \ mats pour le biea 
ehtendre , il faut relire ce qui a exk dit de la compo-^ 
ii^ti & des difFerens grouppes de ce tableau , article 
Composition , & fur-tout avoir (bus les yeux le trait 
de ce tableau. Planche I. 

Le Brun mbntra que le Pouflin a rendu routes fes fi^ 
guresfipropres au fujet, que tomes ont rapport i Inac- 
tion , & contribuent i faire connoitre les maux que 
lepeuple Juif avoir (bufFerts. Les uns languiflent encore , 
& ne font pas mfime inftruits de I'aififtance miracu- 
leufe qiii vient de leur Itre envoy^; les autres en 
eprouvent dejl les effets, & font partages par des 
aStons qui , routes difFerentes , tendent ^galement i 
exciter I'interSt du fpeAateur. 

Ce n'eft pas fans delTein que I'artifte a choifi un homme 
avanc^ en ige , poui' lui faire regarder une feinme qui 
allaite fa mere. Une aflion de charit^ fi extraordinaire 
devoit 6cre regardee par un perfonnage grave ; un tei 
fpeftateur la relive encore davantage, parce qu*il eft 
plus capable d'en fentir le prix ; & comme il s'appiiquQ 
\ la confiderer , il engage ceux qui voyent le tableau , a 
j^Y atracher plus partieulierement ^ leur tour , & ^ la 
mieux appr^cier. 

On recdnnott aifement dans la figure de cet homme , 
les fentimens de furprife & d'admiration dont il eft 
pen^tre. Ses bras font retires & pofes contre le corps, 
parce que , dans les grandes furprifes , touc les membres 
ont coutume de fe retircr les uns pr^s des autres^. 
fur-tout quand I'objct qui furprend, n'imprime dans 
Fefprit qu'un fentiment d*eftime & d'admiration , fans 
aucun melange dd crainte 9 car la frayeur trouble le^ 



% 

Digitized by VjOOQIC 



*38 EXP 

fens, & engage 1 chercher des fecours, 8c l fe ^ 
fendre contre Ic p^ril done on eft menace. la pi^ 
filiaie repr^lent^ par lePouffin, n'infpire au vieillard 
qui en eft cemoin j qu'une admiration facile i, recon- 
noitre par VtxpreJJion de fbn vifage. II ouvre les yeux 
autant qu'U le peut; on diroit qu'en regardant plus 
fortement , il efp^e comprendre davanti^e la grandeur 
de l^a&ion dont il eft touch^ , & qu'il force le fens de 
la vue i toute 2'aftivi^^ dont U eft capable, pour mieux 
ieatir ce qu'il ne fauroic trop eftimer. 

II n'en eft pas de mime des autres pardes deibn corps : 
les efprits qui les abandonnent , les lailTenc fans mou* 
rement. Sa bouche eft ferm^e comme s'il craignoit 
qu'il lui Chappie quelque chofe de ce qu'il a confu, 
& cette cl6ture du palTage de la refpiration , lui €!Ar9 
feftomac plus qu'i I'Drdinaire. II femble fe retirer 
' un peu en arriere , pour eloigner (a furprife , & 
pour marquer en m6me temps le refped que lui snfpire 
cecte adion vertueufe. 

La femme pieufe qui allaite fa mke , ne la regarded 
pas en lui rendant ce g^n^reux fecours : c'eft Ton en&nt 
qu'elle regarde ; c'dft vers lui que Ton corps eft pench& 
Le delir qu'elle^prouve de les fecourir tous deux, lui 
fait faire una double aftion de m^re. D'un cM^ elle 
voic dans une extreme defaillance celle qui lui a 
donn^ le jour ; & de fautre , ell6 voit celui qu'elle 
amisau monde ^ lui demander une nourriture qui lui 
appartient , & qu'elle femble lui derober en la prodi- 
guant \ une autre. Le devoir & la piete parlent ^ la foia 
i ion ame , & dans le. moment qu'elle 6te le lait i Ton 
enfant, elle lui donne au moins ^es larmes.. On voit 
que , par f^ paroles & fes carefles ^ elle cherche 1 



Digitized by 



Google 



EXP 239 

J^appaifer , & femble implorer le pardon 4u tort qn*eU«^ 
lui fait. L'enfanc fe contente de plevrer, & ne s'em* 
porce point avec exc^s pour avoir fie done on le prive*. 
. L'a&ion de cette yieille femme qui embrace fa fiHk ^ 
9c qui lui met la main fur I'epaule, jeft bien une 
adlon des vieilles gens , qui embrillent avec force cm 
qu'iltdennent, craignanttoujoursqu'il ne letir^happe^ 
& elle marque en mime temps I'amqur & la recctt'- 
noiffiince de cette mko pour fa fille. 

Le malade qui fe l^e i deuM.pour les regarder, 
contribue encore i les faire remarquer. II eft fi furpras^ 
qu*!! oublie Ton mal pour les confid^er* Comme la 
chaleur naturelle agst principalement otk les efpriti £m 
portent avec le plus d'affluence , on Toit que toute & 
force (e trouve dans la partie fuperieure du corps oH 
les efprits font appelles par I'admiration qu*il ^rouve* 

Par la figure di^ vieillard qui y couch^ derri^e c^ 
deux femmes, regarde le ciel en ^tendane les bras^ 
& par celle du jeune homme qui lui montre les lieux 
4A tombe la manne , le peintre a voulu d^figner deux 
mouremens d'^fprit fort difF(^rens , quoiqu'excites par 
la m6me caufe. Le jeune homme, en voyant tombec 
cette nourrituie extraordinaire , la montre avec empreir 
femenc au vieillard , & n^eft occup6 que de la joie 
qu'il reflent de ce bienfait , fans penler I celui qui 
I'accorde : le vieillard plus fage eft moins preiTe de 
legarder la manne , que de lever les yeux au ciel ^ 
8c d'adorer la providence qui la r^pand fur la fiei-re. 

I^ Poullin ne difpofoit pas feulement fes figures pour 
remplir I'efp^ce de Ton tableau , il leur donnoit i routes 
df s mouvemens divers dont elies f^^mbloient anim^es , 
& av^tt Toln que sous oes mDuvemens eufTenc dpA 



Digitized by 



Google 



2iO EXP 

Caufes partfculUres qui fe rapportalTefit k Con (u]tt 
principal. Ainfi , comme le Brun tie manqua pas de 
Fobferver) pn voit par I'aAIoH de ces deux jeune» 
gaffbns , qui fe poiifl^fit pour recueillir la manne fur 
la terre , TextrSme n^cefTite , le befoifi prelfant auquel 
le peuple de Dieu fe trouvoit r^duit. Ces deux jeunest 
gens ne fe battenc pas comme des ennelhis qui ft 
voudroient du mal ; i'un tiche feulement que I'aiitre 
ne prenne pas ce qui lui eft fi n^cefHlire a lui-^mSme. 

Une/emme invite un jeune homme qui tlent de la 
snanne dans une cofbeille , I en porter au yieillard 
qui eft derriere elle : exemple touchant de bont^. Le 
befoin qu'elle vient d'eprouver, ne la rend que plu$ 
fenlible aux foufFrances des malheureux« 

Une belle & jeune fille regarde eh haut i tendanc le 
de vant de fa robe , & lans daigner fe baiter pour recueil-^ 
lir la manne, elle la re9oit du ciel, comme s'll ne la 
H^pandoic qu^ pour elle. L'artifte a voulu exprimef 
par cette figure I'humeur trop fouvent vdedaigneufe des 
femmes qui one de la beaute. Elles croyent que la na^' 
ture enti^re doic 6tre a leur fervice ^ & ne refoivent 
m6me les bienfaits que comme des tributs qu'elles fonc 
«n droit d'attendre & d'exiger. 

Le Pouflin a reprefent^ un homme qui porte de la 
manne. On volt) par Ton a&ion, qu'il ne fait 'que 
commencer i en porter a fabouche , pourfavoir quel en 
eft le godt ; & cet ipiCoAe , en apparence peu int^teP* 
fant, mais en effet tr^s-ingenieux > fait connoltre que 
la manne eftuho nourriture nouvelle , encore inconnue 
aU peuple II qui elle eft accordee. Ainfi le tableau ne 
repr^fente pas indiftinftement la manne tombant dane 
le d^fert i mais le premier infiant o& elle eft tombee. .- 

Lliomme 



Digitized by 



Google 



JE X P 2^ 

' L'l^omme & U femme que I'on voit fi attach^ k en 
ramafSer , font dans la m^rne attitttde , parce que couf 
deux one une mime intention : on voit par leur em- 
f Tenement qu'ils font du nombre de ceux qui| par 
une prev^yance inutile ^ & par une coupable defiance 
des fecours divins , tichent d'en faire une trop grande 
provifion. 

Le Brufi fit encore remnrquer, comme une des belles 
parties du tableau , ce grouppe de figure? iqai paroil^ 
fent devant Moyfe & Aaron^ Des hummesa.geiiQax^ 
'^ d'autres dans une pofture d'humiliation y & ayant dea 
vafes de manne , femblent remercier le proph^^^ d|i 
bien qu'ils viennent de recevoir. Mais MoyOr levant 
eh haut les bras & les yeux, leur r^pond.qiie i:'eft.4i| 
eiel <|ue leur. vient ce.fi^&pufs *, & le grand prfore Aaron, 
joigAan^J^s mains ^ leur .d<)nne I'exempl^ ^e rendre 
grafies aJJiieu* . ^. jt , r. ', 

Les^anciens & k& fages. d'^ael font dericiire Moyfe* 
Comme ils ont une cont\oiCance plus parti&iili^ro. que 
la nuiltitude , des miracles' que Dieu opere par4'enrre- 
mife defon prophSte^ ils .regardent en haut|, & re* 
mercient le Tout-Puiflai^t dts bienfaits qu'il ^corde k 
fbn peuple choifi. 

Enfin toutes les figures d^iV tableau , le fite , les 
epifodes^ l^s acce^oires, le ton general, les teintes 
particttli^es ) la couleu^, I'etoffe, la forme des dra«> 
peries, doivent contribucr a fortifier Vexprefflon friti'^ 
cipale , & a p^n^trer I'ame du fpedateur des fentim^ns 
que I'airtifte s'eft propofe d'exciter. Les beaut^s mlm^s 
qui contrarient cet objpt, deviennent des d^fauts, 
parce qu'eUi^s font d^plac^es. {Article de M. Lmves"^ 

Tome 11. Q 



Digitized by 



Google 



»^ EXT 

£XTR£MIT£S (fubft. f^nu plur.)- On entend 
par k mot extremals , dans le langage de la peinture ^ 
ks maintf & les pieds. La t^ devroit fans doute y 
htte comprife ', nsais comme elie sVft empar^ preique 
entierement du' droit de carad^rifer les pailions 
tqu'elle rend plus fenfibles , & d'exprimer les afFedions 
par un jeu plus varie & plus multipli^ des mufcles que 
toutes les autres parties, on la met dans une claiTe 
particui^ev 

. Les m^iiii -&: les pieds font cependant des organes 
d'expreflions qui , bleu accord^s avec celles du vifage y 
cbntribuent Infinlment ^ carafterifer & \, rendre plus 
Vniies les figures quele |>eiAtre s'efforce de nous pr6* 
tmd^ tomme vivaAtds. • 

^Les toctrdmk<^j ibnt fufeeptibles de graces ; elles ex* 
prim^t il leur mam^^ela jole^ladpuleur^ 8c entrai* 
nent le plus fouvent le refte du corps dantf leurs mou- 
remehs, tefh'ldrt^ qu'e^les-ehd^termlnent les po&ions, 
les'attlttrd*e^ & ia pond^ration. 

Voyez ail the&cre un excellent pantsmime ; la liberty 
plus lentl^re <{ue do^ii^ (bn lilence d'obferver avec 
mttentieftt foures les parti^ de fon corps, vous font re- 
marquer combien I'accord parfait de I'impr^on de 
toutefs les parties, tt Hir^tolft-'des pieds & ^s mains , 
cohttfbtt^ i la v^Ig6 ^oi vius attache , ainfi qu*i I'elo- 
\juence & i I'^nergle du ^eii mu^* II eft inutile db 
Varr^ter 1 Mgtablir combien !a peinture fe^rapproche 
'^efi f^ritbmime. Quant lla^gtace , il eft ai^ d'obferver 
tnfior^ combien les 46taiis de la confornKttion des 
^hains^^ que la n^ceilit^ de leur ufage offre fkns ceffe 
'it nos yeux, les rend ibfceptibles 'd'agr^ens. 

Aufli I'lmitation fayante Sc fine de ces beaut^ contri* 



Digitized by 



Google 



^ X t 44^ 

t>ue-r-elle inurnment I rendre agriables \es tableaux 
de« peintr^s qui^ les ayant icudi^s , les rendentfen- 
libles dans leurs ouvrageskC^ft ainfi qu^une Vierge du 
Guide oh de PAlbane s'embellit aux yeux de ceux qui 
la regardent lorfqu'oti obferve les juiftes proportions 
tdeies doigts finemenc (^tag^s & d'une main doucement 
arrondie , done les mufcles ferment dans les points o\i 
lis s^^attachent de l^g^es cavit^ , pour d^gner , par 
les fermes les plus agr^ables , ce que les artictilations 
& la nature des os pourroient donner de (echerefTe 
aux mouvemens. 

La nature a feriA^ les ^leds tut les m^mes principes ^ 
& leur a doiln^ les mimes taioyens de contribuer k la 
ferfeftion g^nerale par les beautes de leurs fermes & 
la variety de leuii^s diffSreAtes parties : mais Tufage s'op-; 
pofe patmi nous aux Etudes qui feroient n^ceffaltes aux 
|)eintres pour faire nh^lus frequent emploi de ces four- 
ces d'expreflions & de beaut^. lis he ti^uyent prefque 
|amais pour objets de leurs Etudes que des pteds plui 
ou mpins (i^orm^a pat les loix de la niode , & par Tart 
* des cordonniers ^ tous plus ou moins habiles a d^uire 
la nature. 

La ^^^^llit^ nous contratnt a couvrir nos pieds dd 
maniere i ne pas laifTer mime entf evoir leuts fermes , Sc 
Tufage^ ou plut6t I'abus & l^extra^vragance d^une pre- 
tention jmal emend^e, conduit fur-tout les feiiimesik 
d^figurer pes parties;, fansqu^e les douleurs habittielleit 
& lesincony^ttiensquLenrerultent, puifTentl'emportef 
fur l^s fa^x pt^jug^ V^J^ ^ont ^ublis* « 

£t comment y fi la gine & les douleurs ne les d^trom- 
pent pas, pourrbit-on, par des raifonHemens , perfuader 
k nos belles que i^excefllve pecitefTe des pieds » beaut^ 



Digitized by 



Google 



444 EXT ^ 

de convention qu'elles fe difputen^ entr'elles , h^eft pii$ 
title imperfeftion tholhs^lioquante que le feroit leui^ 
groiteur exceffive ? Les artiftes fur-tout qui connoifTent 
mieox que tout autre cette erreiir , plaignent arec in- 
t^r^t eel let fur lefquplles ils defireroient fe hiodeler; 
tnais il$ ne fe refufent gu^re a fourire lorfqu ils Voieilt 
an corps ^norme fe B^ouvoir en chancelant fur deut 
pirots difproportionnes^ & les femmes perdre & rechef- 
cher fans cefle un qquilibre p^nible^que la ihoihdrv 
iiRrz&ioh ou la snoindre oppofition les empSche de 
retrouver. 

Ceft pour parvenir a cette ridicule demarche que no$ 
femmes y dh leyr premiere Jeunefle , detruifent la forme 
de leurs orteils , & celle des jointures qui attac^ent les 
preds a la jambe. Get ufage barbare a tellemeht prevalu 
dans toutes les clafles de la fociet^ , que fi l*on defire 
d'uo pemtre oud'un fculpteur uhe Venus entrant dan^ 
ie bain,, ou les Graces telles que la nature en a fug- 
gere I'idee aux artiftes de Tantiquit^ , il fait les plus Inu-^ 
tiles recherches pour trouver en realit^ ces ^erfedions , 
que tant de modernes Venus & tant de 6races fr&en* 
dues xroient pofteder. , 

' II refulte encore des abfurdit&i dont ]e viens Se plr- 
ler , que fi nos artiftes , fideles aux proportions cort- 
facr6es par les plus beaux ouvt^gcs de l*amiquit6 ', don- 
ientaux pieds d'Hebe pu de Flore, la longueur ^f 
doit cclftftituer leut jiifte dimenfi^n, la taintH du 
public , tout au moins , fe croit obligee de blfihier la 
nature & Ijaft, pWtfit ^e d^avouer una etreur a^t^f 
itee. ^ 

Voilice qui regarde les graces 8c les prrSapbrttpnl 
des ex t remit ^s. 



Digitized by 



Google 



EXT «45' 

Qasnt l r^xpj'edlon , 11 eft facik de conceyoir aa 
noins combien elles en font rufceptibles , en examl- 
nanc y oomme jj^e I'ai dit , les bans pantomimes & let 
comedjeas , qui dot approfondi leur art , &: mieux en^ 
^ore les beaux ouvrages de, I'antiquit^. 

II faut coovenir qye les obftacles que nvettont no9 
vStemens ^ ce concours d'expreHion de touted les pat- 
ties qui font deftin^es a la rendre plus fenfible , ctn 6t;ent 
en grande partie la connoilTance k ceux pom: qui font 
deftin^s l^s ouvrages de rat:t , dp mani^ce que ne pou- 
vantlesbien jug^er, leur indulgence eatraine fans doute 

^les artiftes k les n^gliger : iriais. la n^ceffit^ oii fe trour 
vent les peintres d'hiftoire y d*ofFrir fouvent la nature 
fans voiles, les force cependant^ donneraux extremiUs 
i^es expreflions, qui trop fouvent iie fbn^ pas fondees 
fur une etudewafTez approfondie, & qui fe trouvant ott 
faufies, ou foibles, ou peu d'accord aVec celles du 
vifage , afFoibli^rQnt plutdt I'efiet g^nl^ral ^u'elles ae 
Taugmetuent.. 

Ces artiftes qui y pour repr^C^nter compl^tement la doa-^ . 
leur, devroient aumoins avoir fans ceife fous lesyeux 
3e Laocoon, ne fentent ni aflez fortement, ni avep 
affez de juftefTe , que les afFeftions d^chirantes doivent 
agir fur les extremiUs en raifon du nomine de chaf- 
nitres & de cordes qui s'y trouvent dans un efpace 
peu ^tendu^ £n effet , chaque doigt eprouve fa portion 
de la douleur qui agit fur I'origine de tous iQsm.ufcles, 
&fHr le principe des cfprits-, chaque nerf exprime & 
crie, (i I'on pent parler akifi^ & il fembleroit que 

nps ad'edions portees jufqu'aux ^:c/:rem/r/j, redoubleni^ 
de violence^ parce qu'eHes ne peuvcnt V^tendrc pluia 

loin. 



Digitized by 



Google 



2^6 EX T 

II parott que c'eft dans Pinterieur & vers tet r^glonst 
da centre , celles que |e emit & le diaphragme , que 
les affefiions p^nibles excitent les plus grands otages. 
Mais ii la repr^emation de ces efFets eft interdke ^ I'art 
dont je traite, la n^eflit^ deviant plus grande pour 
ceux qui I'exerceiit, d'^dier avec recherche lea 
mouvemens dont je parle, & de les rendre avec un» 
jufteffe qui produffe I'efFet que noua fait ^prourer dan« 
la nature le concours de toutes les parties qui en Sot^t 
fufceptibles. 

Mettez-vQus done en ^rde, feunei attiftes^ contra 
I'exemple & les obfta'icles qui rendent fi communeii 
dans les'ouvrages de peinture IMncorredion & la fauCa 
expreflion des eoctremit^s^ 

Lorfque vous commencez \ defliner & i peindre, ce 
fent prefque g^n^ral^ntent les piurties de^a figure done 
Tous negliges le plus I'^tude approfondie. Cette €tude 
«xige k la vMt^ d«s obfervations juftes & exades fur 
line quantite de parties mobiles, & de charni^res ^ 
pour ^infi dire, accumul^es : mais elle eft indifpen- 
fable pour parvenir au complStnent de rexpreflien. Ce* 
pendant combien de peintres les deflinent , les difpofent 
& les r^prefentent de pratique, & (Papr^s une forte 
de routine ! Combien de maftres fe font reconnottre aox 
formes toujours femblables & toujours fauffes , & aux 
pofitions imaginaires des bras , des pieds & des mains 
des perfcnnages qu'ils mcttent en ib^ne i Combien , fi 
I'on cachoit les t&tes de la plupart de leurs figures , ne 
feroit-il pas difficile , & m^me (buvent impofllble , de 
determiner }l la difpofiticn & iux mouve<nens des ex'^ 
irtmites , la pofition dtes corps de ces figuires , & ^l. plu* 
forte raifon, les inipreflioAS dQ U^X «tte ! {dnkkd^ 



Digitized by 



Google 



E X X 24.7 

Qutnd M. ^ATBiET 6cnTait cee trttcte, I'ecole^ 
fiftngoife m^itoit en g^n^ral ce reproche : nuus il^ hut 
feconnoltre qu^iujourcPhui les plus c^Ubrea de fea 
snattres, loin de n^liger les extr^miUs ^ en font 
|'ob|et de l^iftude la plus foigneuft , u. donnent ^ ce«. 
purtiet toute l^expreflibn & lov^te la betui6 doftt ^Utpt 
Shut fufteptibles, (L;| 




Q* 



Digitized by 



Google 



a^t 



X^ABRlQU£,( Tubft. fern. ) (igtufie^ iuit lefangage 
delapeinture j tousletbitimens ,toutes les conftrudions 
dont cec arc ofFre la reprefentation , foit comme objet 
principal , ainfi qu'on le voit dans les tableaux d'archi- 
tenure, foit comme lieu de la fc^ne & omement du 
fond d'un tableau d'hiftoire , ibit enfin comme richefTe 
& embellifTeme^t des payfages* 

Ce mot r^nit done, dans le fens ^tendu qu'ilpr^- 
fente , les palais & les cabanes ; inaW par une fingu- , 
Iznti attach^ \ quelques arts d'imitation, tandis que ^ 
dans la r^it6 , on admire les beaux Edifices ^ & qu'on 
regarde avec.d^dain les mafures^ bu JLes chaumieres, 
on voit fouvd/it avec'aiTez d^indifFerehce la rej^^fen- 
tation d'un palais. L'artif^e qui la met fous nos yeux nous 
cnnuie , tandis qu'on fe fent attache par la peinture des 
mines i^n grand Edifice , ou int^reile par celle d'une 
fimple & pai^vre cabane. 

S'occuper h. rechercher tout ce qui peut occafionner 
oette difference d'affedions , feroit peut - 6tre une oc- 
cafion de demSler plufieurs nuances afTez fines de nos 
fentimens moraux ; mais pour ne pas trop m'ecarter de 
mon Aijet, je me contenterai d'abord de dire que 
limitation d*une fahriquc r^guliere , & par conlequent 
fymmetrique y quelque riche qu'elle (bit, n'off're a I'art 
&a celuiqui regarde I'ouvrage, qu'une uniformite a 
laquelle il eft bientdt indifferent, & qui d^s-lors I'en- 
nuie ; au lieu que les deftruAions pr^fentent au peintre 



Digitized by 



Google 



FAB a^p 

8e k Pam^teur des tableaux, dos accidens innombra- 
hies , qui donnent lieu au premier d'exercer fun talent , 
en ofFrant au fecond.dfs varietes qui I'attachent. 

Celcte caufe , efiicace far^s doute , a donn^ dans la 
peinture un tel avant^ge aux ruines , ouvrage du * terns , 
&: aux chaumieres conftruites par la pauvrete y qu'il 
s'eft trouv^ de tout terns des artiftes qui s'y font con- 
facr^s prefque exclufivement *, enforte qu'on les defign© 
fbus le nom de peintres de ruines , & mSme de pein^ 
tres 4e baraques. Les accidens pittorefques , attaches, 
aux deitru6tions & a la pauvrete , Pemporjient en QfTet 
fur ceux de la perfeflion conferv^e & de la richefle 
faftueufe •, 8c jufques dans les imitations dont on embel- 
lit avec tant d'afFedation aujourd'hui les jardins qu'oa 
appelle ^ I'angloife > on donne la preference aux don^ 
jons ruines, aux pontsbrifes & aux baraques m^me , fur 
les conftrudions reguLieres.*Seroit-ce, ind^ndammcnt 
4e la raiibn que nous avons donnee relativement a la 
peinture , que dans ces jardins oil la deftrudion devienc 
wn ornement, le luxe perfonnel veut jouira fon aife 
& a fon gre des contrafles qui lui font mieux fentir 
les avantages qu'il pofTede ; ou bien que ce luxe , de- 
daignant & redoutant la peine d'aller obferver les ca- 
banes veri tables, qui n'inrpirent, par I'etat de leurs ha- 
bitans, que des fentimens penibles ,. aime mieux en 
former des reprefentations , qui laiffent I'ame des ricKca 
dans fa tranquillity ? 

Pour revenir a des obfervatiofts plus relatives a la 
peinture , je m'cn tiendrai a dire que la regularite des 
Edifices fait que , d'une part , on les voit comme d'lin 
coup d'ceil , parce que les parties fymm^iriques fe fup* 
jofent leS'Unes.les autres, des qu'on a fix^ le regard 



Digitized by 



Google 



ayo FAB 

fUr une d'entr'ehes *> & encore parce qae les figilW 
droites, qui font multtpli^es dans ce genre fouvrage» 
de viennent froides dans la reprefeiitatton , fiu>tout 
lorfque cette repr^fentation fe pr^ente lof^-tems anx 
yeux du i^flateur; d'ailleursla couleur a n^cefBure- 
ment une uniformity g^n^rale dans un Edifice qui nV 
^muv^aucune alteration , &: enfin , un Edifice r^guHer , 
& d^lne cohfervation parfaite , n*ofFre rien qui rappelle 
aucune idee de mouvement *, tandis que ce m^me edi^ 
fice en mines fait na^tre I'idee des deftrudions done it 
eft encore menac^ : il offire mille accidens qui rap* 
pellent IMd^e de fa chdte y & dent la rariet^ contrafte 
avec ce qui fubfifte encore. 

Ceft audi une feurce de plaifir que de voir des af- 
fembiages d'bbjets qui ne doivent pas fe rencontrer 
enfemble. Un arbre qui eft n^ & qui eleve Gl t^e k 
travers les debris , fait ^aliier le terns de ce defordre ^ 
lea plantes qui fe font jour dans les fentes ou dan» 
les joints des pierres ^normes qu'felles d^fallfemblent^ 
par le (bul mouvement , (i foible en apparence , d'une 
v%etation progreflive -, les eaux^ qui , arr^t^es par 
des debris de colonnes , de voAtes , de ftatues , refl^cne 
les couleurs de la verdure, tes tons des matdriaux 
vieillis & enrichis d*une variit^ de teintes , favorables: 
3k la peinture j voiU une l^g^re id^ de ce qui attache 
les peimres k ces accidens, & |es amateurs de la 
peinture k ces repr^fentations. 

Mais independamment des artlftes qui (b fixent i cee 
images , les peintres de payfege & dliiftoire , comme 
je l^ii dit, (bnt ibu vent oblig^ de faire entrer des 
fahriques dans leurs compofidons. Les fc^es & les fondt: 
d*mie infinite de fuicti , vcais ou fabuleiix ^ doiiettt mk 



Digitized by 



Google 



FAB !z$t 

Sere enrSchls. Les obfervations qu'bn pmit fcirt \ cet 
^rcly r<» ft^uiff^m g ^uelquea princtpes g^n^aux^ 
4oiit l^ntelligence &: le goAt dts airtiftcis doiv^nt bix^. 
line application conyeaable. 

Celui qui me parott le plus importaat , efl I'bbligatioti 
4'aroir uae connoiffance thforique afTez approfondie ^ 
de ParchUeflure £c de la peri^edive. L'habitude ac-^ 
quife de formev des piaos g^m^traux , & d'^Uver fiir 
c.es pla^s les r^r^fentations perfpeflives de different 
^fices, eft le fotideni,ent de ta viriti de ces imagea 
peinte9 , conune la connoilfance des ordres & de leur 
emploi, eft une fource de ripheffes pour la pelnture. I( 
refufte de ces connoifTanges que les Edifices , dont fou- 
vent une partie eft le lieu choKi pour une fb^ne pitco**^ 
refque , s'offirent dans le tableau arec. la jufte apparency 
quails doiyent avoir. Combien. , au contraire, de ces p6- 
riftites, de ces ikllons^ de ces temples qu'bffrent no« 
tableaux , sfi^^rouleroient , fi Ton ha&rdoit de les conf-^ 
truire fur les plans qu'indique leur r^prlfentation I 
Combien d^effets feroient'convatncus d'etre imaglnai-i 
fes J fion les foumettoit k I'l^preuve fev^re des demonftra^ 
tions g^oia^triques que prefciriv^nt 1^^ perfpe.dives lor-^ 
cale & a^rienne f 

LV>brervation des regies ( ]e ne puis troplereplter) eft- 
le (Vmtieo des beaux-arts , comme les licences & I'arbi - 
traire em font la ruine. Tant que les arts ^ appuye* fur 
la bafe des fcien^s exades Sc d^pnti€es, produifent 
des sny tations vraies , ils combattenc avec fiicces le re* 
froidi^ement & le goik enery^ des (idples qui ie d^prV" 
vent : des que les ai^t^pffrent des ouyrages dont on peiu& 
den^ontter les di^auts y ils donnent fur eux ua %.Y9Atag||! 
'^nfxt ^xQ&i^tkt l^guoraAQCi & U barbarity 



Digitized by 



Google 



«X^ FAB 

Voila done pourquoi priAcipalement on a raUon d^ 
s^ilever concre les innovations qui s'eloignent de ce 
qui a ^6 confacr^ de Taveu de plufieurs {iecl«s ^clai^res, 
& regarde comme appinftchant le plus de la perfedion. 
On peut iLl'aide de Tefprit & de raifonnemens fi>phifti- 
ques, combattre lerefped, peut-6tfe poct^ a quelque 
excis , pour les chefs-d'oeuvre reconmis ; mais ces ai^nea 
qu'emploitat Pefprit & Partifice , tournent bientdt 
contre I'inr^rSt meme de Tefprit, des arts & des 
hommes. . 

Dansl'art de la peinturc, I'anatomip , la pond^ratipn y 
les proportions & la perfpedive font le . Palladium ^ 
dont la perte doit entrainer neceflairement la depravation 
de Tare, ta perfpedive , qui eft fl eflentielle iTobjec 
qhe je traite« donne les regies des rapports des obiets 
entr'eux , & de leurs apparences , fuivant leurs plans 
& leurs diftances. £lle efl necelTaire, m^me dans, la 
repr^fentation des ruines > car il faut qu'un homme i^fr 
truit puifTe, a I'aide de quelques parties conl^rvees , 
recoiiftruire , $'il le veut, I'edificei. 

Les grands peintres ont etudie ayec fdin rardtitedure^ 
qui entraine I'etude de la perfpedive. Plufieurs mSjcaci 
ont conftruit avec fucces , & I'on peut ^tre bien affure 
par la que les edifices dont ils enrichifToient leurs ta- 
bleaux, n^etoient pas inconftruifibles ou pres de s'ecrou- 
ler. PluSeursL exer^olent encore la fculpture : on doip 
penler quails avoient une jufte ide^ du relief & des 
formes en elles-m^mes. 

Si les peintres ont tant a gagner , lorfqu'ils s'iliftrui- 
fent a fond des arts limitrophes de celui quails exercent^ 
on peut croire que les architedes , a, leilr tour, n^ 
perdroieht pas leur peine \ exercer '1| peinture &; b| 



Digitized by 



Google 



F A C !i-jf 

tciilptufe, quan4 ce ne feroit que pour sy interefler 
plus encore qu'ils ne foilt ; ciar enfin les arts font freres ; 
leur union fait leur forcfe , & par confequent leurs nva- 
lites ou leur defunion , nuifent i leurs fucc^s , & pre** 
parent leur ruine. ( Article <te M, P^atzlilt, ) 

FACE, ( fubft. fern. ) dans les arts du deftin , It ' 
tfete &la/Jictf, c'eft-i-dire , la longueur perpendicu* , 
tairc de Pune ou de Pautre , eft etablie comme mefure 
communfe de tt)ute la figure dont elle fait partie. 

Cette tnaniere de mefurer^ piriie d'une portion de 
Vobjet qu'on doit foumettre a des proportions conve-* 
nues., a un grand avantage fur route autre, c^eft-i* 
dire , fur les mefures etrangSres \ I'objet qu^on reut me- 
furer, parce qu'elle eft fiioins fujette \ varier , & que 
les trfs^os qui pcuvent changer les mefures communes ^ 
-ne peuvetit tanfer d'erreur ft! d'obfcurite \ ceux qui s^en 
fervent. 

' On lent aifeinent qu6 cette pr^fetehce he pent avoit 
lieu pour la plus grande partie des objets ufuels , parce 
que d'une part il eft tr^s-diifficile , & il a ^te mSxtie ini- 
poflible jufqu*2t pr^fent de trouver, dans ces fortes d'ob, 
jiets , Equivalent de la mefure dorit il eft queftion , Sc 
que d'une autrt part, fi Ton parvehoit \ en decouvrir 
une , ilfetoitinfiniment difficile de I'etablir univerfel- 
lement. D'ailleurs cet ulage , trop uniforme pr^fenteroic 
peut-6tre quelques iriconv^hiens par rappbrt a I'in- 
duftrie da commerce , tel qu'il eft ejabli. 

Quant a I'avantage de la mani^re de mefurer tout^s 
les parties tfuiie figure par la longueur de la fact & 
fes divifions , il n'eft pas difficile de le faire concevoiJ*. 
Les difterentes mefures communes des anciens fbnt au*- 
purd'hui des objets de recherches •, par confeqlient 



Digitized by 



Google 



5 J4 F A C 

on ne Its connott pas avec It demise exaAltude. S\ 
leu belles figures qu'ils bnt ex^ut^s 6toient tbutes de-^ 
truit^s y & qut leurs proportions ne nous fiii^ent 
tranfmifes qu'^ l^aide de c^ anciennes mefures , noul 
ne pourriotis nous aider qu'ayec inceirtitude du fecours 
iqu'elles prStent a nos attt. 

Mais depuis la renaiifance des arts y les iiguriss ^yant 
€te mefur^es fur les longueurs de la tSte , de la^^t^ 

6 fur leurs divifions , ce fil nous reftera , parc<e que fi 
les hommes varient datls leurs ufages , la nature jufqu'^ 
prefent ne varie point dans ies formes & dans feU pro«- 

portions. 

II eft ficheux que la peinture, & fut-tout la fculp-? 
ture, jouilTent.k-peu-pr^s feules pairmi les Beaux<-A;:t| 
de cet avantage* Je dis Ik - peu ^ pr^ , parce qu'il eft 
commun k ParchiteSure qui mefute ^uifll les propor^ 
tions de fes parties conftituantes ^ par des portions 
prifes dans ces monies parties. On mefure eh effet le^ 
proportions des colennes , des ehtablemens , des bafes ^ 
4 & des parties de tous les ornemens , par diam^res on 
demi-diametres des colonnes de I'otdre qu^on emploie^ 
& quoique ces mefures ou etalons varient f^ivaiit le 
caraf^e qu'on donne aux monumens , elies, ne font 
pas moins invariables , tant qu'il fubfiftefa qUelquei 
veftiges des fyftSmes adoptes & des livres qui les de-^ 
crivent fcientifiquement. J^ai dit que la fdulpture jouiff 
foit plus complettement de cette mani^re d'afTurer ia 
marche que la pei£nt;ure , parcequie la verification qu^otji 
veut fiiite .de'oesi mefures n!^e^.,pas arbitraire ^ lorf- 
jqu'elle eft appliquee ra des.objets qui> q^ant auk 
formes palpable^i, font femblables aux modules qu^on a 
deffein de repr^fenter. 

Pans la peifiture 11 ne iaut pas oublier que le relief 



Digitized by 



Google . 



F A C ^ arj 

ii^eft que feint , Sr que par confequent il (aut fe con- 
tenter d'eftimer la plupart de ces mefures dbnt les raD- 
courcis, d^fign^s par I'efFet & I'illi^fion des couleuri^ 
He comportent pas dS verifications exafles. 

Elles feiroient poflibl^s dans une figure qu^ le peintre 
repr^fenreroit debout; encore faudroit-Il que les bfiai 
fufient ^tendus fans ^tre ploy^s. 

Cependant , a Paide des cfiimes ou appreciations que 
Partifte fait ei^ployer, il tire encore un grand & ha- 
bituel fecours des mefures confacrees , foit d'apr^ les 
plus beaux o^y^lge5 de I'antiquit^, foit d'apres les ob« 
fervations d^pofees dans les ouvrages clafliques de la 
peinture. Je n^offrirai pas ici les details infinis dana 
lefquels on eft entr^ fur ces mefures , depuis qu'on les 
a obfervees m^thodiquement , & qu'on y a eu recours* 
Elles font tapport^s par de bons auteurs. Ceux qui 
Teulent en acquerir la connoiiTance , doivent entrei^ 
dans les details que nous ont tranfmis L^nard de 
Vinci J Albert - Durer y Lomazzo qui femblent avoii* 
^uife cette matiere , & dWtres qui fe font cnrichi^ 
de leur travail; on en trourera cependant un precis 
dans rarcicle Frofortion , & e'en (era ^9ez pour 
(atisfaire la curipfite de ceux qui veulent en avoir un# 
premiere id^ *, autrement il faudroit copier exadement 
les bons auteurs , d'atltant qu'on ne peut donner un 
fimple ex trait de c^ ouvrages, qui contienhent des 
objets en quelque forte g^metriques & exaAs. 

rajoutprai feulement ici que ce qu'on appelle Izfdct 
eft moins grand qu^e la tkte d'uti quart ; la tdte eft ]a 
longueur d'une ligne droite qui s'^tendroit du niveau 
du fommet du cr&ne , &ns fe courber, jufqu'au bas du 
memon., & la face fe compte du haut du front juf-* 



Digitized by Google 



0L^6 F A C . 

qu'au bas du menton. ( Articlt dt M* JToiTBiBT.) 

FAGltlTfi (fubft. fern. ) daty les arts & dans les 
talens , la facilUe eft une fulte des difpofitions niitu- 
relles. Un homme ne poet6 repahd dans (bs ouvfages 
cette'aifance qui carad^rife le doh que lui a fait la 
nature. L'artii^e que le ciel a doue du g^nie de la 
peintiire, diftribue fes couleurs avec'la legerete d*un 
pinceau facile : les traits qu'il forme font anlmes & 
pleins de feu. Eft-ce ^ la conformation & i la C(*mbi- 
naifon des organes que nous devons ces difpofirloris 
qui nous entra^nent comme malgre nous , & qui nous 
font furiAonter les difflcultds d.e%, arts? Eft-ce dans 
I'obfcufite des caufes phyfiqu^s de nos fenfatiofts que 
nous devotis rech'ercher les princip6s de ceiie fdcilite ? 
■ Quelle qu'en fbit la fource , qu^il ferolt aValitageux de 
I'avoir affez ' approfondie , pour poiivoir diriger les 
hommes vers les talens qui leur conviennent, pour 
aider la nature & pout faire de tant de difpofitions , 
fouvent ignorees ou trop peu fecohdees , un ufage avan- 
tageux au bien general de l^humahire '., 

All reHelsi/acilite feifle , eii decouvrattt les difpofi- 
tions marquees pour un talent, ne peut pas conduire 
un artiftea laperfeftion ; il faig que cette qiklir^ folt 
fufceptible d'etre dirigee par la reflexion. On nalt avec 
cette heureufe aptitude ; maiis' 11 fau droit s*y rbfufer 
jufqu'a ce qu'oi) eilt prepare les mat^riaux dont eHe 
doit faire ufage •, il faudroit enfin qu'elle ne Ce deve- 
"loppit que par degres : & c'eft Ibrfque la facilite eft 
* d^ cette rare efp^ce , qu'elle eft un sdr moyen d'arriver 
aux plus grands nieces, fit qu'on ne croye pas que la 
patience &le "travail puilfent ^fubvenir abfolument au 

cJefaut: 



Digitized by 



Google ^ 






F AC asj 

iifyatie faciBU: non, fi l^un ft: Pauue peuvi^nt ton* 
dttite par ufie route pSnible k des fucc^ , il mtnquert 
toufourr I It perfe&ion qu'on peut acqiiJ§rir ainfi | 
ce qu'on defire i Ik betut^ , liorfqu'elle n'a pas le ehacait 
des graces. On admire dans Boiieau la raifoai fertififc 
par un choix heureux ftrmldit^ d'expreffions [uftes Sc 
pT^ifbs; moifis taptif /le talent divin Scfmlii^ to . 
Fontaine charme I'efprit Sc parte au c^sur. 

LufaciliUiont il «ft queftion M, cellequi regatde 
particttli^emem I'art de la pelnture y eft de deux elr 
peces. On dit fiuiUti de compolition \ & le fens de 
cette fajon de s*exprlmer rencns dans celui du.moc 
gmie i car un g^nie abondant eft le principe fifeond 
^ ^i agit dans une compoKition fiulU. II fkut done r»; 
tfiettr^ 1 99k parler Jorfqu^il ferm queftion du mot g^ 
ase. La feconde application du terme faeilki eft cellf 
qufon en fait lorfqu^on dit, un finctau faciU. Cell 
Vexpreflion de TaKance dans la pratique de tw^u Un 
peintre bon praticien , alTur^ dans les prihcipos du dair* 
obfcur J dans Tharnionie de la couleur , n'hd^ point 
en poignant ^C^ brolTe fe promifte hardiment. En don*» 
Bant icKaqnebbjet fa couleur locale , il unit enCemblo 
lea lumi^es & les d^^mi-teintes , il joint celles-ci avcf 
les ombres % la thice de ce pinc^ doAt, on. fuit m 
route ^ Indique la libertlS, la. ftiancliife, enfin la fa^ 
Hlii^. VoiU ce que prefente I'id^ de ce terme, & jo 
finis cet article par ce confeil g^n^ral : rendea^vouf 
fihrires & ditfciles dans les ftudes par leCqueltes vous 
pr^rex les mat^riaux de vos entrepriies; mats Iprfquj^ 
te reflexion en % fixi le ckoix , livret-vo^s k cette/an 
tilM dTex^ution qpi a)Oute au Incite de tous les ou* 
^rngm des arts.- ( Jbucl^. 4dji^lfi^mc:^y " • - 
nmiiu ft 



Digitized by 



Google 



us} f A I 

' TAIRE (infin'jtif ^ins fubftantivcmaiiN) te, mot 
foXrt tient ici lieu cle fuBflantif. On dit , U faire de 
tet artifie eft j)eu agr/ahU ; on le r^crie , en voyant les 
biivrages, de Rubens & de Vandick', fur le hcau, faire 
2lj^ces"^e'ux pein^res. C^eft a la pratique <Je la pelmure, 
c^eft s[u m^chanilme de la brofTe & de , la, loajn , que 
fiehiprihcipalemenicette.'expreflion , <8^i'oiLea fentira 
aifeihehc lafignificatloa ^ ill L'^on'yeut bien^ danger quel; 
le attention i ta fin de VsLXtlcle facility* (^/^riicle de 

C Jf^ATELET.)' 



1 



'"'BkA.u- FAIRE. Quoique les beaute^ 4';9X^c^tion ne 

ioient pa* toujours Tot) jet principal da Vartiite ^ % 

qu^il^ ne s'en lery^ que de moyens pour meur«,.e|i 

I^^^^^A Ac^iB kooiJr^< AKirt ordre fup^rieur, e^les font ex- 

Elles (fervcij,t 4-&x^ |es. yeux 

ibjets delUnes a tQU<vher ion 

its du heaurfair^ y la rapidit^ 

rrbit certains ouviage» , Te^i* 

ir toutes les finelfes. 11 faut rer 

;ution ccnune L'adreiTe dom (e 

r' parfaitement I'obtet de plair^ 

i^ ijaiL "faire r&latlv^ment au 

porition T C*eA l'ai:t de lui iiu- 

5 .au fuiet qu elje. retr^fiCQ , en 

Xs\q tad qui leiir eft propr^ ^ 

mine man iere hardie &:ragoA- 

ie feroit d*u^e Qx^cution^ mal 

6!t%it!B') li h| cpmpofition ^toitrendue par un ^inceiaM 

fie? S2 iiiurt^." iJhe ordonriance pittorefque qui rp- 

pf^nrfefoit le'slifans^ ^fa(es fous Ofla &'iilion fer^ii 

tHfeee'd'iih genre jeucojiy'enabIe,Q le, pinceau eh ^coit 

acrondlfij^fondu'/ *^ ^ \ . .V 



Digitized by 



Google 



"i^L imMtit^ du tad' eft un des plus grailiis m^ritet 
tiu hsaii^ain. Dafs 'It kflfdiefTe , notrs comprenoni^ Ik 
fac^it^^drmafiUr le Crayon' ^ 'le pinceau, P^b^uchoir 
tc le ci&au; Oecte fbciKtS^fup^le la connbifOMc^ par- 
faite des formes , des ion$^ tit ^es effets ^ fkiir celd on' 
titotitie^, otK roul«*atttoar du y^ai.' On le troiiVe ItTa fin ^ 
mais ce n^eft quWec peine, & VotivriLgji ft teWent 
cfuelquefots de la fatigu^e de Poavrfer, ad li^ii q'ue 
Pat tifte* ^cWif^ faffit? ^rement & ftns baUiici^r Fef* 
prh ) VMit ie la natufer '^ ' 

Iz \zrdtetPt dolt ^tre accompagn^e de la tiettete & 
d^ 4ai pk^fioii, ' Oh eft quSl^uefois ^'loul par. ud^ 
iiia!tientdnt d'Dutil facife, l6s deiti! - e6hnoifle,ufs en 
font les dnp€fs. Ne noas y fr6mpons psts ; ces traits har- 
dJs , al»H* {^nrffeni^ fans juftefli^ , ahnbnceitt' les fewts 
d^iMi g(htW-'fit)«rtini,' qtrf tiifer^he i en impbfVr.Lafa'- 
cili^ Veritabliement ellimablfe eft c6lle qui fait pafHiir 
ftir la toile, mais avet ' ^r^dlibn , ce* que le ginie 
Ittftruit a nettement cdn^u. . . ? - > 

'C^ n'eft pas que la maitt d*un habile iridfti^e e^prlmd* 
f«yiijburs fur fon oaVrage ^ du pl^emier eoup &' d'und 
maniere infaillible , tn l^ntj^ent vif & {uWlrhe. TI 
eft une certaine irrefoliltioil qui cara£l^rit?lS|n ioK In- 
capacite, mais la dolicat^rfb. ^ettfe Ind'ecifioh' proJtuii 
MiJfe multipHcitl^ de contonrs habilement jettife tels un$ 
fur les autres, nii f^aWf defordre dd toiichfes, d'oO 
natc crdinairement cette hianoBiivr6 ragodjatite qui 
entfe dans le m^rite dti ^^dw /Jz/re. Telles les efguifTe's 
des gffinds mlttres , teh les cirtons dfe'Ri|)hael, dri 
I3tomiifiiquin , de Ca^-liJ Marate , qu'on "peut regarder i 
certains ^ards comme d^s compofitio'ns ^ piillqu'ifs 
recracent des grouppeit entiers, & fouyent plufteuri 



Digitized by 



Google 



»te FAI 

froiippet §ifmUf jpre&ntent oes (%iies noa ^uiyoqaet 
d^tijie louftkle irr^folution. On voit fue levr dflitatefl^ 
icnipuleufe cherchpit ponni _pliAfietm comoiili crtcfe 
mutour du vni , cclui qui <toit le filui cottv^nable 2 
la nature des fujvu , 8c qun^ par une UMiche fiire ^ 
ill le diftaclioient enfulce de tout les litres fui.avpient 
feriM ^ letrottYer. 

Ce qui eft d^montr£ dans les cartons , tc fiir^tout dans 
les belles efquifTes des grands maltres , ne fe borne pas 
^«e qui conceme le btau-faireyXtl^tit k I'exteution 
d^une ordonnance pittorefque. Ces ouvrages , ainfi que 
plufieurs de leurs cbefr-d'oeuvre qui renfemteac effea* 
tiellement les priacipes du pitt«re(que d'une compofi* 
don , femblent dire \ tous les artiftes : lorfque vous 
aurei arrange vos objeudans une^conomM^ judMieufe^ 
que vosgrouppes feront bien lies , que vos maffes de lu^ 
miere diftribu^es avec intelligence auront mis en har- 
snonie tous les membres de votre compo&tion , achevet 
de perfedioniaer par une execution (avante ce que vous 
aurex fi heureuferoenc difpofe, Epuilez les refTources 
4f une manoeuvre intelligente &: facile , & les gfacea 
da beau-fair^ fur les figures qui enridiiiTenc les pre^ 
smers plaaai^ votre compofiHon. Paflex-vous ^Ldes fites 
plus recul^s? Que les travaux (bient plus uQifonpes^ 
les touches moins fermes, les ^txM moins fenfiblet. 
£nfin arrivez-vous \ la partie du fond ? Qh'ou n'y 
4iftiague plus que desmafies plates, des forptes adou* 
cies^ prefque lansaucun detail , & que les objets les 
plus recul^ , fendus dans une efpece de vapeur, n'y 
l^eanent que les nuances du lointain. ( Article extrait 
du. traiU di pciTUun dt M. DAVukt jBajldoh. ) 

FAIT ( part. ) mos fort en u(age aujourd'hui dans 



Digitized by 



Google 



^ leolet ie pelmure 8c feutpture. Kout erajront qu'oh 
Be doit pts I'omettre va fon fotrgique iignificatioii. 11 
n^en a gu^t qu'avec let advei1>es Men tc mat 

Ce mot eft d'autaiu plut nicdGdre i^ trailer ^ que^ 
danr Te^rit des apprentiCi 6m l'arc,n rtnfitob^exclii^ 
liy eilient tout 1e bien ou tout le mal. 

Sa lipitfication ne fe rapporte ctpendaiit qu'au travai^ 
de la main ; mais c'eft celui que ngnorance fait le plui 
ftcilement juger^comme nous le £rons dans notrear* 
i\Q\efi€fque y & c'eft auffi Tefpice de m^rite que bien 
det gent connoifTent unlquement. 

Ce qu'on appelle hienfut fe Afttngue ^UTment par 
lei yeux nn peu exerc^. II cbnfift)e en vne fiicili^ I 
mani^rfoutil , (bit ptnceau , (bit iSbanchoIr , \ Pem« 
ployer aviec une dtntlrit^ <pii fimrent tient lieu du 
lentiment , & avte ukie nettet6 qtt\)n prend pour ts 
connoidhce prefohde & le boa goftt iiti fbrmet. 

Le plut haut degr^ du talent qui mMte PiSpithece 
4e Hm fait eft k>r(^e la brHlante exfeutibn eft (bu^- 
tenue dant tout Touvrage avec un certain accordl 

La ferte de |uj^t dont ni^t parlons , ^tendrole 
flifime 1^ reproche 4e malfiut ju^uet <br les tableauji 
tc les ftatues dei phit grands nattret y fi te nbm db 
cea^maitres ne leur ^toit pas connu ^ parce qu'U* ferolc 
tr^-poffible de trouver dans eel ouvrages dfe» sn%alf« 
t6s de jiure% La caufe en eft que (buvent occup^ par 
la nature de I'objet qu'21 traite , lliabile homme PexprI* 
me avec une ckatftur pioportionn^e i fon importance ^ 
& que la maniire de nnire' ne Uoceupant pas , la 
iienne devienc moUe & indfctfe fur les points mbine; 
eiTentlela, & qui ibuvent font ennuyeux pour le farott 
pro&ndk. 



Digitized by 



Google 



iguri(4Pliidmi#tM^a<*ptrimeflAA •Ikvif^fifftf^fii^ 
Set figures d^enfiuis forttnt d^ U tige dPune fttitte^ 
fimt des^iiutfi)ie#. AinGtet anbefquet, lesgroceftiuee 
enttenc 4aike ItreUAe ie9 fomaifia. Ce fear encore des 
/imtaiJUs que ece compofitiote qui repr^finiteiit det 
Conges dtnt lefqu.«fe p^i yoit des figures fe rkrecir^ 
s^tllpftger, & Ct perdre en vtpeurs. L es jr ep rtf elmtiene 
des m^tamorphofes coninies9tntes9 teller qne cdle 4^ 
I)apha< dont les pteds tienfieiit d<ft I )a terre per des 
Vaeinet, & done li^ clte» les matps pouftat d^M brsn** 
ehes de Imfjci^^ cisiUede Syrinx qui eft encore fenune 
en partioi ^;#f| fertie uq ^Uffeeu de rdeeux^ oat un 
grind nppoct ^v^c les JamatJUs. 

Gmune rinpf l|istIon nepeuc rien erfer,iM* fiiule« 
meat H^ofyr 8c compofer les objets que .iul t pr£« 
TeatCs It ntture feafible, letfeiacre defamaifie eft 
encore (buails I la nature. II hit un tout compoS de 
|aftiee qu*el|e a^itfre pas enfemkle ; auis da molas ces 
dUBrentea perties s'y trouv^ent A: doiveaty 4am oob« 
lemaai. Aiafi la partie d^ OapKn<, qui eft encore 
fsaiiae» doit repr^eater une belle lenoae ; fts pieds 
diaag^ ea raciaes duurem <tre ftu^^d'apr^ des rar 
cines yeritables *t let branches de lauricr qui naiient de 
fee flttiaa dcd^ & tjite , 4»t7eac ^aletamt c^pctfeater 
U AaQue. 

Le peiatre Ajt/amaifipi cn^ quelquefeis deaflaatest 
des fieiia qui ft'extftent pas t mais leurs tigea, leurs 
calicea doireet encore ofirir uae id^ de la nature ; 8c 

rbien faire des plaates, des floors filatafltquea, U 
jSfvmr bli» 6fyiU des plaatea 8c d^Heurs aatu« 
relies. 
Quelquefii^ une famatjle pSHut Itre^uae peaiee. i«gi& 



Digitized by 



Google 



^ XT nSf^ 

•SiitTe; Httd tft ttllt dt 1 Amour BalAat iu mUm 
^ne flctir. 

Hnr^y gfttear n pitrrci fiaei, a at une^^nDOj/Bi 
htureure. 11 a fidt tn i^tct iiiit ttn dt Momus. Ia 
folote dt fim bgmet, qui tft ctliii de la felie, ft 
strflUnoit par im ferpeat qai mordrit It finrnt du diea 
ikcyriqut. Moaiut caartrvoit la tka da la Afehancerf^ 
arac Pexpraflioa da la doultur. * 

On troova tfagreakles>biiraf(Sr/dtiit l^auvrade Gllr 
lot dedans calla da Pirandir. {jtnbdide M. tvtt^ 

FARIKS (adjO*Oaappalla>SiiMoti/Si^6ftarx, un 
ourtaga de paliittire oA lai aaraadoiif flmc dfuae blan* 
aliaiir^fi*altpat dttiila natura, od lat diairs ina* 
aim^ fia rappaUaa? pat l^d<a da ftng qui y cireule. 
La peau la plat .bhmckaii^aft pat capenduic r^Uamaat 
Uanche. L\ml aneadf , ^ fiir-tout celul tfim artlfte ^ 
jr decouvra una infiairf de ttintat difFeraatas^ caalees 
ou par Ptapreflioa da Tair^ ou piff la fi^our oo la 
tranfpiratiofi da diflfrentes humeiirs ^/ou parle plusou ^ 
aioins dPepatflear des chairs qui recouvrettt les pardei 
oAules au cartilagkuafftsy &c.Un Tableau g^n&ale- 
jaeat fiida, U daac las alairs font pou^ jufqtAia: 
bl&fic 9 tttfiuineux. On dk d'un patatra qui &k aacm 
iaaaiera rktaula^ qull danaa daas iMfsrine. (^.) 

l^ATIGUER ( r. tSL}. Fatigmr un Atvmgi^fitti^ 
goer la couUkr; roili las phrafes du langaga da la ' 
* patntura dans laftfualles on fa fert la plus ord^nairemeat 
4i^ CO mot finte. 
. . f(a«Vtf IT uaanii^ I im taUaau I ana compalki^ 



Digitized by 



Google 



aiJtf FAT 

c'eft travailler avec une . <Aflitiatioii ptefbie; c'efl 
changer , recommencer , titonner les difpofitions dei 
objets yle tfait des figqres-| fatigtutr ia *cdtileur , c'eft 
peindre , repekidr^ , changer lerteinces^ les rechttiger 
encore, mettre des clairs od l*on1ivoit mis des onfr 
bres , & mfilant , - fans nne ifiteiiticm jufte & hiin 
premediteef Itstonscntr'euXj'teufferreperdre la fran-* 
chife d'oii refulte leur fraicheur' & leur ^clat. 
.- Changer y'<>u plttt6t corfig^r, eft Une peine mile \ 
inais eile rvppp& .que I'artifte a co'fi9b clairement cet 
qui manque a ^n tableau , & encore plus ^videmmefie 
ce qu'ii convient d'y flibftituer ; alors il ne fatigue fa 
ton ouvrage* ? ainfr, Fhomme 'qui p^n^oic claireniene 
J'a&ion qvi'il doif ex^ter f apr^s nvoirlmal reuffi la 
premiere foi§ cpi»il4% entcepfife'^ l'e»§cute enfihfant 
pzrokre fatigue^- ,>•-''" 

Changer qu^lq^^s eSeii M clah^obfcur , & fubfti- 
tuer quelqn^s couleurt flvo^ crakes «u plus foifc^es 
les unes 9M% mitfies ,^ft auffi^d &Sn i<iuvenfc n^eiTaire 
& louable r mats iAtonner* les tonf^ en tif61ant'<tant!6c 
d}X blanc.pp0f hfs dclakeir \ taMbt dei celntes fombres , 
pour leqr donoer.plus de valeur ^ jeft am travail rncerflfm 
quifalu les MSAiIeurs , & qii§ifli|rimfe dans le/mfe le 
temoigaage4?Japeine;& dela.factgne qu'on 4l e^biF- 
yees. Lq fl|6cbamrme , ou fUitAi hi ^ackjue ; appi-etid 
aux artrftes qu^ les tons paJT^ tfop long-c^ms l*i?it 
dans I'autre , par Iq maniement de la broffe , s^alloup* 
jiljffhitS^f^Jf^fjfin^^tt'f^etizas umciudettfioumfiy^ 
qui no, panlfip^. d'aui&uiie 'de cdlea^ qdba a* 'mtiei^ 
-fnfcmble, .-.:'* . '- ."• r • ci. * " * 

(.a pratique apprend encore que , loffmie ehaitgea'alt 
.wM!)^^ W^^ t4^« ;ftlairfql>(<9pidte *ifiLble^y l^oiot 



Digitized by 



Google 



^ A T atf7 

^ploie ies tons clairs fur des tons obfcurrqu'on aroic 
6e]l places , Ies tons clairs participent ie ceux qui fe 
trouvent recouverts, & quele terns ajoute de plus en 
plus a cec inconvenient. - 

J'^outerai i ces obfervations qu'il feroit fouvenc 
bien plus avamageux I, un artifle qui , par incertitude 
de caradere ou par d*autres rai(bns, ie determine ik 
fairedansun tableau de grands changemens foit dans 
le clair-obfcur, foit dans la compofition, qu*il lui 
feroit^ dis-je, plus avamageux de prendre »ne autre 
toile , que de $'obftiner ii un travail ^enible & ingrat 
auquel ces Qhangemens le condamncnt. 
. Premierement ,' il Xeroit moins expofe k/atlgner lbs 
couleurs. 

.Necon dement , il profiteroit. mieux de Ces fames ^ 
en Ies confervant fous Ces yeux , & quelquefois peut-^tre 
reviendroit-il i fes. premieres idces , apr^ s*^tre con- 
-vaincu par la cpm^reiibh , qu'elles ^toie^t jaoins d^fec- 
tueufes que Tafdeur defe furpafler lui^mteie ne le lu\ 
. nvoit fuggere. 

La m^chode de pluQeurs grands maitres d*Ita!ie 
:it<^tj ace^^ard,;diBer»me de la pratique de lapld- 
p^rt des nfitoes. . 

lis compofol^nt 4js efqniCes, daas^ieftpi^lles ils fat^ 
ibient tous Ies changemens qui -J^ur fembloient n1§- 
ceffaires ; il^ px^om<>ieht ^foite un tableau de cett^ 
compogrion o^rMe^iinuie dimeafiein beaocoop snoindre 
que le tables qu^ls avl^ieuft pfej'et^ i^ils terikiinoieiic 
ce tableau de maniere a s'en trouver fatisiohs ; iilors*ili$ 
commenjoient & execuroient fans s'occuper de . riei^ 
chskx^gesi & ce repps d'efprit lei^r laiffOit fout leToin 
^^^ demandoit la Qorffftion & le fe^igfei^* l^M^ 



Digitized by 



Google 



aW V FAO 

de conretirer lean coiUeun pares , lean tons hMtmii 
•nfin celai de ne nen fatimur dam les betas ouvraget 
f ue noas tdmirons. 

Je fiedtfcacerai pes les aytattges que peuventtrouve^ 
les ardAes qoi , par un autre proc^di£ , af^nt dj«ie li* 
bertf prerqu'indefiiiie de dianger fans celTe. Cercaine- 
mem eette ind^endaitce leduit *, Hs peuvent Is jufti* 
fier : etle femble convenable k la nature ,de fear 
talent , & fath&it rimagination ; mais elle entralne fim'- 
vent une perce confid^ble de terns ; elle frit contrafter^ 
far^tontik mefiire qu\m arance dans la carri^, une 
incertitude &: une habitude d'tore moment & (bt^ 
trop contraire^Tayanuge utile del'artifte, & prive 
eeux qui aiment les arts de nombre: d^^uin^^^irtii 
ft trouvent enferelis les uns (bus les autres , & qui 
la plupart auroient aflUriment particip^ du talent & db 
incite de celui qui les a facrifi^. 

Si Ton ne pent eTp^rer de firire chinger les artiftes 

r' ont commence de pratifuer avec cette ind^n- 
ce > il pourroit £tre utile de les engager I. aflTenrir 
leurs Olives \ fuivre une marcfte moins indectft ; tc 
diiis f|os ^coles, ce fervice feroit peut-toe plus eflen- 
tiel qu9 dans les autres , relatirenient au caradere na^ 
rionai , &: au penchant general de la Jeunefle qui s^exerce^ 
dans les arts d'imagination. 

Je fuppole, Gomme on doit le penftr, \ti exceptions 
qu'ex%ent dans l'applicat;ion dece conftUles differences 
partkttli^es de difpofition & de talent* ( Anidt it 

FAUX-JOUR ( Hibflf. cooup* ). On dit qu'to tableaii 
flPeft pas dans fon jour ^ -oa qtM eft dans un faxtst^. 



Digitized by 



Google 



Pic . a5^ 

jiMfj lorfque dulieu oti on le roic , il parott deflua 
un Ittifanc qui emp^he de bien diftinguei: les ob}ets« 
( jirticU dc tani;Untu EncyiflopidU. ) 

FE 

F£CONPrr£ ( fiibft. f(£m. ) , fiiculc^ de produire un 
grand nombre d'ouTraget* £lle ae fuppofe pas toujours 
line grande abondance cPid^es. Spuvenc , dans les arcs 
& dans les lettres ^ on a coafbndu la fi^ondUi avec 
cette foiblefTe d'oii rifultent de fr^uens avortemens. 

II en eit des produdions des homnescomme de celles 
desplantes. LVbre quidonne la plus grande quantity 
de fruits^ n'eft pas celui qui les donne meilleurs. 

Jji$ ouvrag«£ des ans ne peuvent devoir leur parfkite 
maturitc qu'i un travail refl^hi. L'artifte qui fe fatis- 
faic trop aifement , rifque de ne fatisfaire que lui feul , 
& de ne fe diftinguer que par une facility ft^ile. 
. Des artiftes fe font fait une reputation par \evit fi» 
condiU; on n'a pu ref^fer de I'eftlme i une quality 
qui , fuppofant un travail facile , fuppofe audi la con- 
jioiirance& la pratiqued'un grand nombre de moyens 
de I'art : mais cette r^uution n'egalera jamais celle' 
qu'on acGorde IL des ouv rages r^flechis. Le Tintorety 
le Giordano ne panageront jamais la glmre des artiftes 
de la premiere cla^e , de ceux done les ouvrages font 
\€ fruit d'une penfie profonde & profoAd^ment expri« 
mee. 

II faut bien remarquer que Izficoniit^ n'eft jamais 
qu'une qualit^ d'executh)n,.& qui? les artiftes fagcs 
& iev^res y qui n'ont fait aucun ouvrage fans en bien 
penfer le fu jet ^ (tins en bieA^ railbniier toutes les parties ^ 



Digitized by 



Google 



S7d ^ F £ C 

ne fe font jamais fignal^ par utie eyitt^e fecofidUL 

C'eft fur-tout un malheur pour les jeuner artift^if, 
de vouloir fe diftinguet par la flicondki dans I'i^eod 
lis tie devfoient fe piquer que d'une^tude opiniatre^ 
lis pourront acqui^rir la forte d^eflime qu^oh accorde 
ftux produdions de la main ; ils n'obtiendront jamais 
c^lle qui eft refervee aux pfodnAions de la pen fee. 

II ne faut pas confondre la^^rt^ii^arec^l'iabdndanc^ 
des idees, quality qui tient au g^nie. Les aroiftes les 
plus feconds en idees^ n'ontpasret^ les^ plus fdtdn<b 
en ouvrages. 

.Si I'on appelle idee cettfe pMant^e penfee encore va- 
gue dont 11 refultc un cKjkfttis y H ne fera pas ditf cile 
ff^tre fecond* ?appellc penife dan* les arts cette opefa* 
tion de Fefprit qui dirigeoit tc^utes leS pa i iies dca cffeTT- 
d'qeuvres de Raphael , du PoaHifi , &c. la parfaite ob- 
fervatioii de tomes les convenances , iVxprefTiDn fii plua 
conformjs ^ la lituation de chaqit^ perfotmage, & les 
moindres patrcies du tableau Q6n6bniiint i Pexptieffion 
principale q\ie I'anteur s'eft |Hro^fe^ ^r ofejet: 

On comprendra fans tioutjp que noits n^atraqubrts icl 
cjue Tabus & l*cxc^s de U /(fcondki. Un arrifte"^ alTidu , 
s'il eftn^jsveftdesdirpofitioiis heuretifes, acqtieri'l aife2 
de facilite {ibur prodnire un grand nombre d^otivr^ges« 
Le FoKffift, qui i^a jamais emptuht^ le fecours d*tt!ie 
main etrangfflf e y peut'fitre mis au nombre des iirtifles 
£^cond:f», Mah^ le precepte de Bdileau cbnu^ent auffi 
bien^ aux arciftes qu'aux poetes. 

Hirez-vous lenteraent quelqu'or^fc qm yous^^ffa, <.',-- 
Et nc VOU8 piquet pas d*une folic vlccfTc. 

{Jrticlc de M. LEVEBquE*) 



Digitized by 



Google 



F E R 271 

V jr^MB, ( tdj. >FERMETfi ( fubft. ftm; ). taifermetd 
^Ql le contraire de la mollejfe , & eft oppofee \ I'lnd^i- 
fioA*^ Le favantvartifte faic 0^ il doit pbfer latbuche; 
il a done une topche f^rme Sc d^cid^e. Celui qui n'd 
pas une connoilBuicd alfdz profonde de ton art & de U 
niature^ £sut entitonnaht ce qiiie I'autre execute avec 
^et6 , & fa toucho "left ihdSdfe. H voudro^t diffimulet 
fan ignomtice^ li-ohiint en quelq'ue fbrc^' de prononc^r 
ce qui ne Ce»"peut^^tre qu'une erreur, & fa toache 
eft molle. On Sta&lk les m^es avec fermtti^ quand. 
•n poir^e bi^: la tli^ie des effete; on hlfite fur T^ta^ 
blHTement des ma^flbs ^ qeand on n^i ftir U^ efFets qu^une 
tli^rie incercaiftet. 

Pour fe diftinguer pai^ tin fince^vt fhme^, il faut avoir 
dfivwxLct/rp lUnB 42^»lprie c^ qii^on Tout faire ex^cutef au 
pinceau. On aura ufr pin<;cau mou , fi Pen eft oblige 
de chercher fur la teile ce qui devnyir ^tre datis ti 
penfee , fi Pon ne fait pas ce que Ton ya produlr^ 
avant de Paroir produit , ^ le refultat de cette op^ra* 
tion ind^cife fera de fatiguer la* t^ouleur. 

L'artifte eft menac^ d'avoii^ tous ces d^fams^, jfi', con* 
tent d'etudier la theoMe de^ foh art, il ndglige de leJ 
pradquer avec alTez deconffance t czf UifetmeiS des 
op^ations mamielles de I'art fuppofei*ha1)itude d'opeter. 
On axonnti-d^-toiiit teinps^ des lirtrtles qui fe faifoient 
.admirer quand ils parloient de leur art, & qui etoient 
loia d^excitet ^admiration quartd ils' vcJuloient lepra- 
ficfber. On en a^yaqiii donnahr'tfe -grirnde^ efp^fahces^ 
iH .cpnn^niem^nt de leur carfjiefe, les ont detrujtefe 
quand iiseareift aeqfuis-d^cortnoiffknces plus etehdues * 
d^^rarc^ pBrO0 q\i^ i/ayan^ parla tfita allez fafne pour 
igiottfeen bim^otfll'^<*9'ConnMffaiiceis''trop. miiltipliees 



Digitized by 



Google 



a7« FEU 

four eox^ Us en ftotenc embirrailes qutad Bf vouleitiif 
•nfaire ufage. 

Jjifimuti du piAceau , cdle de la couclic t fbjspoftai 
PafTurance de la main. On perd cet qualttii quaiid on 
a'op^e plus que d^ane main tremblaikt# ft: affotUie. 
Mats fi layteilltfie 6ce au favant artifts UJimet/ dt 
la louche ^ elle lut en laUTe h luftefle* Lt peintre qui 
fi'a eu qu'une belle execution, perd tout arec les aanto> 
le peintre qui a dA fa gloire aux plus grandts parties 
de I'an , conferve encore de quoi la foutenin (7ttoit 
*d*une main ttemblante que le Pouflin peignoit fen c6- 
lAre tableau du deluge : quand on le regarde it una di(^ 
unce convenable, on admire le g6ite de I'artifte; 
quand on le conCdire de pr^ , on reconnott I'infirmit^ 
du vieillard -, un fentiment df com paflt ^i fc y w 4^^yand 
mr^ifte fe m$le i la fenfition qu'excite le chef^d'osuvre » 
& la rend encore plus vive. ( Anicle it VL Ltrm^ 

FEU ( fubft. maTc. ) terme de la langue generate 
pris au figur^ dans les langages de cous les arcs.. 

On fcrit avec/eu des v^rs , des corapofitions d'elo* 
quence , on peint avec /uru; & ce.mot qu'on employe 
^es Ibuvent comme fynonyme d'enthoufiafine , doit 
fttre commun \ tous les arts, puifqu'ils ea Ibnc toua 
fufceptibles. 

Onne peut commander \ un artifte de peindre avec 
ftvL^ f'eft comnie & on lui difioit;.Ayex da g^nie. On 
pent lui dir?, votts^^gnes avec crop iefem^ parce 
. qu'on peutconfeillerSLquelqi^un qui pofiMftiiiibitn 
de ne pas le prpdiguer. On pent done dcinncr de^ 
confeils an g£nie;mais leg^ua nftmble aiix paffioM^. 



Digitized by 



Google 



P E U ^ 171 

fan$ paflions Diomme n'eft rien , mais pour qu'il foil 
vehucux , il faut qu'elles foient niaitrifees. 

S'il n'y a pas dans I'ame d'un artifte unfe ^tihcellt 
^vi feu des arts , on tenieroit en vain dc Vy allumer > 
mais fi ce feu eft trop ardent , le temper er eft le feul 
effct que puiflent prodaire les froids pr^ceptes. 

Quelques artifh», comme Michel-Ange des Ba^ail^ 
les , Sneyders , Defportes , fe font diftingu^s par le 
fm qu'ils ont repandu memc dans les objets de la na* 
ture mone J & d'autres comme Weeninx, Hon de 
Koeter, Mignon , par une verlteprecieufe, prefque fir- 
vile & plus froide. Les premiers , remplis des caraflerei 
diftin&ifs des formes, de la cculeur & des accidens 
principaux , ont indiqu6 fouvent par une fa9on de pein- 
dre-q^i'on pejit appeller chaude , c'eft-i-dire , avec un 
pinceau rapide , avec une touche hardie & expreflive y 
ce qu'ils ont d^daign^ de rendre avec patience & fi-* 
delite d'imitation •, les autres manquant de ce feu qui 
donne a la t>rofre une impatience creatrice , ont em- 
ploy^ toutes leur» facult^s a imiter jufques aux moin- 
dres details , a Ibigner leur mani^re de peindre , k 
careffer leur couleur , en conferyant T^clat & le pr^- 
cieux de leurs teinres : ils font vrais & fouvent froids; 
les autres font deviner la vericiSfans la dire exa6lem«nt! 
ainfi dans I'eloquence tel orat^ur dit tout avec le 
plus grand foin , tel autre dit plus en ne difant qu'i 
ihoitie*, I'un conduit, Tautre entraine. 

Quatit aux objets animus , ils allument le feu du 
gehie des artiftes; ils les peignent avecchaleur, avec 
enthoufiafme , & cette chaleur qui de I'objet a pafie au 
peintre ^ pafle encore a ceuj^ qiii voye'nt fon tableau. ' 

Une nation vive & l^g^re eft fufceptibl© de feu 8t 
Tome II. S 



Digitized by 



Google 



AJi FEU 

de chaleur ; je ne Cfzi (i renthoufiafme ne tiant pas I 
des imprelfions plus concencr^es. Les Grecs ont donn^ 
4es preuves d'ehthou(iafme y les Jtaliens de chaleur ; 
nous avons fouvenc un feu qui approche de I'un & 
m^nie de I'autre. On fe fait quelquefois enthoufiafle 
par I'effet d'un feu fubic & de peu de duree. On pour* 
roit done dl ftinguer une difference entre la Significa- 
tion d'enihoufiafte & I'ldee qu'tnipire le mot enthou- 
fiafjne. Je ne dois pas m'etendre davantage fur ces. 
nuances delicates dans lefquelles il eft trop facile de fe 
tromper ; mais je dois , d'apr^s mon plan , adreifer quel 
ques obfervations i la jeunelTe des arts. 

Si vous vou^ fentez pleins de feu avant de commen- 
cer i, peindre , mefiez - vous fouvent , jeunes artiftes , 
de cette flamme trop prompte. Pour qii'eUe foit durable , 
il faut qu'elle s'allume graduellement par le travail 

Si vous 6tes frbids en travaillant , r^echilTez ^ touc 
ce que votre fujet peut comporter d'interefiknt ; mais 
fi ce moyen n'jft pas fuffifant , fortez de votre artelier , 
iillex voir la. nature, ou d'excellens ouvrages. Les 
efforts que vous feri^z feroient fteriles , ils feroiei^t 
m^me dangereux; car les efforts 6ner,vent d'aucantplus 
qu'ils ont nioins d'effet. ( Article de Jf* J^atelet.) 

Feu. Le feu dans les fcrits ( on peut ajouter dans les 
ouvrages des arts ) ne fuppofe pas n^ceffairement de la 
lumicre & de la beayt^, mais de la viracit^, des fi* 
^ures multipliees, des id6es preffees. Le feu n'eft un 
merite dans le difcours & dans les ouvrages , que quand 
il eft bien conduit. On a dit que les poetes etoient 
animus d?un feu divin quand ils etoient fublimes ; on n'a 
joint de genie fans feu ; mais on peut avoir du feu 



Digitized by 



Google 



FID J27jr 

fans g^nie. ( Article de M. it Vt^vrAiKZ dans tancUnnt 
Encydopiiie.) 

Ce qu'on appelleySru dans les zgt% eft fouvent ce 
qu'on devroitappeller prefteiTe de compofition , facility 
d*ex^ution , abfence de reflexion & de jugement. 

Lefeu eft toujours vif , mais la vivacit^ n'eft pas tou- 
jours durfiui elle pmit n'toe qu'une turbulence puerile ^ 
une p^tulence infenfee* * 

Quelquefois on prend pour un fiu divin ^pour un fu- 
Uime eAthoufiaime , ce qai feroit mieux qualifi^ de 
fureur. 

Raphael qui fe repr^fentoit les perfonnages tels qu'ils 
devoient 6tre dans la ficuation oil il vouloic les pein* 
^re J qui fe p^n^troic de I'aft'edion ins^rieure done ils 
devoient 6tre animds, avoit un feu bien plus vrai que 
cant de peintres dont on a vant^ la chaleur, parce qu'ils 
^prouvoiem des mouvemens defordonn^s , & les fai- 
foie^nt pafTer dans l^urs compofitions. 

Le mot fcuj quandon parle des ecrtvains &: des artifies ^ 
peut ^tre regard^ comme fynonyme da mot enthoufiaf- 
xne 9 qui lui-m^me fignifie la prefence interieure d'un 
Dieu : mais le fage qu'un Dieu femble animdr n'a-t-il 
pas un plus^ veritable enthoufiafme que renergumene 
qui ecume comme la Pythie ? 

Ces mots fiu y enthoufiafme , ont perdu bien des ar* 
tiftes & des ecrivains, qui ont cru que le defbtdre ^ 
rabfence de la raifoh , le m^pris des principes & dos v 
convenances ^toient dtV enthoufiafme Be dufm, {Article 
de M» LtrEsqvE.) 

F I 

FID£tIT£ (fubft. fern. ) Ufiddit^ dans les art^ eft 
une v^rit^ d'imitation \ maif ceue y^rit^ doit itre t^ 

Sij 



Digitized by 



Google 



a^6 FID 

lative a rintention de Tartifle & fe trouvc fubordonn^ 
aux moyens de Part, 

Le peintre qui gprifc que pour kpre fiddle dans la re- 
prefenration d'un objet , il eft n^cefTaire d'en imiter 
avec une recherche minutieuib les plus petits details > 
eft dans la mdme erreur que le poete qui , dans fes r6- 
cits , fe croit oblig^ de decrhre lea plus petit^s circonf- 
tances ou les plus petits accidens. 

^ Lz fidelity louable que le Peintre doit a la nature, 
eft de rappellcr^ par I'lmitation qu'il en fait, les 
principales fenfations qu'elle occai^onne y les prind- 
paux effets qu'elle nous tranfmet , .Sf par conf^quent 
fes formes les plus cara&^riftiques , relativement a Tin* 
dtention qu'il a, sMl eft libre, ou a la deftination de 
fon ouvrage y (i cet ouvrage lui eft demande. 

D'apres ce que je viens de dire, il eft done des oc- 
cafions oti la ^(/^/i/^' minutieufe que j'ai blimee g^ne- 
rai^ment , deviendra louable. Tel eft jufqu'a un certain 
point , le genre du portrait ; telle eft la repr^fentation 
des fleurs , des fruits , des plantes , des infedes ; celle 
enfin des objets qu'on deftine k inftriiire de quelqu^ 
decouverte fcientifique , ou comme je I'ai indique y 
en nommant les fleurs & les fruits, lorfqu'il s'agit de 
repr^fenter des objets inanimes , dont I'imitation n'a 
d'lnt^r^tque cettiefidelitty qui s'&end jufqu'i Texafti- 
,tude. . 

'LzfideTue la plus minutieufe devient le premier des 
. devoirs quand on deffine ou peint quelques objets d« 
la nature pour fervir a !*etude de I'hiftoire'naturelle. 
Oi^ demande alors limitation la plus exade , 8c non 
deVinterdt, ou plutot cctte exaditude eft alors le 
plus gran4 iat^rSt dont ces objet^ fuient fufceptibles. 



Digitized by 



Google 






Tins les objets qu'on peint fe trou vent d^nirfs de mou- 
vement , d'a6lion & d^expreflion , plus Izfidelite dans 
l€s details devient indifpenfable. 

Cette fidellte confifte alors principalement dans 
I'exaditude des formes , de la couleur %c dans la re-^ 
prefehtation des accidens. 

Un artifte qui borne Ton talent a repr^fenter des uf- 
' tenfiles , des vafes ^ des inftrumens , des €%6fies , des 
tapis , des apnimaux morts , des mets prepare ' pour la 
nourriture , eft fans reifources pour infpirer ce qu^on 
entend par interit ou feritimcnt ^ puifqu'il n*a I. re- 
, pr^fenter aucune afbion , m6me aacun mouvemenc. S*!! 
se fait done que rappeller d'uhe maniere vague ces 
fortes d'objets, cette nature qu*en terme d'art on ap- 
pelle la nature-morte , fbn ouvrage me laiflera dans 
una indiffirence abfolue. Mais fi je futs arrSt^ par une 
^Tznde /idelltc d^imitation , par une v^nt6 extraordinaire 
qui me repr^fente la forme g^n^rale & particuli^re d*un 
objet , les qualit^s vifibles & palpables des fubftances 
^ui le compofent y les details accidentels dont lis font 
fufceptibles^ ; alors un amufement m61e d'^toiinement & 
de curiofit^ prend la place de I'inter^t .veritable que jo 
ne puis efperer. Je me plais I voir I'art difputer aveo 
la nature ; je fens une furprifc agreable k remarquer 
la difficult^ furmont^e 9 & >e fuis complettement^ fa^. 
tisfait, fi je me fuis vutout pr^s d'etre tromp^. 

Par exemple , fi le relief d'un m^daillon de fculp-^ 
ture eft imite avec tant de fidelity y que je Ibis ttnt6 
d^y porter la main , pour decider mon jugement , cette 
incertitude momentan^e , cette erreurde mes fens mo^ 
fkit fourire , en me donnant un. plaifir auquel je no 
xn'^ctendbis pas y car I'erceur des fens ne bleffe pas^ 



Digitized by 



Google 



T 



a7t ri D 

rasuHit^pfoprf edmme I'erreur Ae I'efprit. Si dans It 
repr^fenutioi^ peu int^reflante d'un ta[»s , je crois a{K 
perceroir le velout^ de la foie ou de la laine Sc les - 
points du tiflu , i'admire un art qui me fait une illu«' 
(ion dont j'ai peine i me d^fendre ; fi , dans I'lmage 
d'un lilvre mort, je crois fentir la molefle 8c la fi- 
neife du poil*, dans un oifeau , le duvet de la plume, 
je Ine complais i recevoir, par la vue, les fenfations 
que je n'attendois que du toucher. If en eft ainfi du 
defir que j'auroisde manger la p6che que m'ofFre un ta- 
Ueau J de fentir la rofe qui y eft peinte. 

Voila, en general, les confiderations qu'on pent • 
faire fur la fidelite de la peinture, & elles peuvent Stre 
appliqu^es en partie a la po^fie, & mdme skprefque totts^ 
les arttf llb^ux. ' 

hz fi(Ulii^ de la poffie imitative confifte ik faire 
paCer i I'efprit , -par I'organe de I'ouie , quelqueS-unes 
des impi-elfions que feroient ^prouver auX autres fens 
les objeti que decrit le poete. 

L'imagination , aidee par I'hannonie imitative , aixne 
aiifli c'ette forte d'illuiion j h laquelle elle fe pr6te avec 
indulgence. Elle fait rolontf ers les frais n^ceffaires pour 
fe reprefenter . les traits, les aftions, les objets que 
. rappellent certains Tons, certains rhy thmes; & confon* 
dant les droits particuliers de chacun des fens y elle 
croit voir 8c toucher mdme , tandis/qu'elle ne fait 
qu^en^endre. 

Ia fidelite d^s recits eft, k plufieurs egards , de la 
m^e nature. Audi, lorfque celui qui racqnte l$c qui 
decrit n'a pas d'imprefTions int^efiantes d faire paiFer 
dans I'ame de {es auditeurs, ou de fes ledeurs, on aime 
de lui les deuils les plus exa£ls , des defcriptlons ^« 



Digitized by 



Google 



dikf f ufquU kite fcrviles ; Paoquenc* & ia poffie 
one leurs portraits & leurs peintures de genre , ainfi 
que Tart dont je traite. 

On feroit done moms fidile quMlltieconvient, en met- 
tant dans les grands genres la fid^lit^ miniitieufe qui 
ne convient qu'aux genres moins importans , & I'on 
tie peindroit pas convenablement ces genres > fi, pour 
ie roontrcr trop grand peintre, on ne donnoit pas I'id^e 
des details qui eh font I'int^r^t. 

H eft vrai cependant qu'il eft dans la peinture uii 
art de faire imaglner des d&ails qui, i I'examen, ne 
fe trouvent qu'habilement indiques. Cette mani^re 
vraiment magique , e,ft celle de quelques peintres fu- 
perieurs aux genres dont ils fe font occupes : d*ailleur» 
les ouvrages de ces ma^icien^ ont cependant befoin 
d'etre vus a une certaine diftance , & la nature de 
plulieurs dies c;bjets dont j'ai voulu parler engage i 
exalniner les imitations qu*on en fait d'auffi pr^ qu'on 
fe plairoit a obferver les modeles. On approche de fca 
yeux une rofe •, on veut en approcher la rcprelenta- 
tion. C*eft ce qui fait qu'on cxige naturcllement uft^ 
plus grand fini dans le portrait d'une jeune fille que 
dans celui d'un vieillasd : l*une de ces imitations 
peut-6tre heurtee , Tautre demande k fttrc carejftu 

Mais veiions \ quelques confeils de fiHUte pour left 
jeunes artiftes. II n'eft pas hors d'oeuvre de kur prfecher 
quelquefois cette vertu. 
. SoyezfidiU quant a votre art g^n^ralemenc , aux for*, 
mes & aux efFets conftitutionnels & caraa^riftiqucs, 

Les formes conftitutionnelles d'une figure font ccUes 
<|U*elle rejoit de fa charpente, celles que lui doime^ 

S iv 



Digitized by 



Google 



%ic^ Fit 

indifpeiirablement fes os, leurs joinrurcs & ]es inufolct 
qui les font agir. 

Les formes carafteriftiqups font diftinguer par Icuri 
flifFerenoes les iges^ les fexes & les temp^ramens. 

Les effets conftitutionnels font les efFets quiaccom- 
pagnent habhuellement les objers. 

Les effets carafteriftiques font ceux qui font Ici plus 
felatifs a I'intention que vous avcz en peignant tel ou 
tel objet , ou I la deftination de votre ouvrage. 

Votre fidelity doit done confifter , par rajsport aux 
formes , i vous attacher principalement \ celles qui 
conftituent Ic mieux I'objet, relativement au genre 
que vous traitez; & quant aux effets, \ vous fixer i 
ceux qui doivent le mieux exciter la fenfation que 
vous defirez produire. Vn arbre a des formes communes 
i tous les arbres , & il a de plus celles que fon ca^ 
raftire particulier lui donne : il a encore celles de 
la circonftance que vous lui fuppofez. II en eft de 
mSme de tpu^ les objets. 

Ccs diftinftions g^nerales , que je ne fais que vous 
Indiquer, embraffent ( ccmmc vou^ df^vc. le fentir) 
ix' fidetlti dae \ I'hiftoire , n r vouvenances , au 
cofiume^ a certaines conven*'ons m&mes *, elles em- 
braffent enfin tous le.? genres de fidelite qu'impofe votre 
art. Si on les detailloit , ils ^aroitroient fi etendus^ 
que vous en feriez peut-^tre effraye ; mals votre ref- 
fource eft l*indulgence n^ceffaire & convenue qu'on 
vous accorde, $c dent il ne yous eft cependant pas 
fermis d^abufer. ( Article de M. ^ATB^LiT. ) 

F i E R & FIERT6. On ditfierte de pinceau , une 
tQuehtfiire i ceU figniiie un pinceau har<)i | un« touche 



Digitized by 



Google 



F IE ^8x 

tepreffive , & ces qualites appamennent ati genie de 
I'artifte , d'oil elles fe^ communiquent ^ fa main Sczux 
moyens qu*^llc employe pour refter cmpreinte dans 
fes ourrages. 

On employe plus ordinaircment ces cxprefltons , en 
parlant du genre de I'hifloire , qucudes autres *, ea 
parlant de la repr^fentation des 6tres vivans , que de 
oeux qui, etant ^ins mouvement, Cbnt incapables d*e- 
nergie. 

Cependant on s'en sert quelquefois encore , en par- 
lant de la mani^re de quelques peintres qui ont peint 
des objets morts , tels que des ufteniiles , des fruity 
des objets peu int^reflfans par eux-m^mes ; tels qu'on 
en voit dans des^ tableaux de Michel -Ange des Ba- 
tallies , de Baptifte ,- de Defpones. 

Alors cette^tfrreeft attribuee uniquemcnt i la ma- 
niere dec'.dee ,. prompte 8c hardie , avec laquelle ces 
objets ^ tout indifFi^rens qu'ils font en eux*m^mes , font 
peints , touches , maUriies & , pour amfi dire , anim^* 
On pcnfe bien que ces qualites s'enrtobliflent cependant 
lorfqu'elles fe trouvent employees dans I'imitation de» 
anions nobles , des grandes expreffions des paffions he- 
roiques, & qu'elles font un peu exagerees lorfqu'il 
s'agit d'objets molns imporcans. 

Dans les premieres, ces expreffions Jf^r Sc June y 
conviennent & au fujet peint & a I'artlfle :' dans les 
autres, clle ne fe rapportent qu'au feul artifte. 

D'oii il refulte une obfervation : c'eft que plus le 
genre eft intereflant dans tous les arts , plus on aime 
i confondre tellement le m^rite de Tartifte avec I'in- 
terSt du fujet , qu'ils ne faflent qu'un •, que I'artifte 
mSme eii^ dans les momens d'emotioo, tout-^-faic 



Digitized by 



Google 



2S2 FIG 

oublie pour ne s'occuper que de llllulion quil csufir i r 
8c qut moins le genre eft interelfant , plus le fpeAa** 
teur confent & preni plaifir m6ine a s*occuper de Tar-i 
tifle, pr^f(§rablement a tout, de mani^re qu'il oublte 
le fujet , pour s'occuper enti^rement de I'artifte. (ilr- 

FIGURE. Peindre \z figure ou faire Timagt de 
i'homme , c*eft premierement imiter toutes Jes formes 
poffibles de fon corps. 

Ceft fecondement le rendre avec toutes les nuances 
' dont II eft fufceptible , 8c dans toutes les combinaifons 
qu^ I'efFet de la lumidre peut operer fur ces nuances. 

C'eft enSn faire naftre a I'occafion de cette repre- 
fentation corporelle y Pidee des mouvemens de Tame. 

Cette derniere partie a M ^bauchee dans I'article 
ExpreJJfzon. £lle fera developp^e avec plus de detail au' 
mot Paffiotiy 8c n'a pas le droit d'occuper ici une 
pls^ee. 

Celle qui tient le fecond rang dans cette 6num6* 
ration, fe rapporte aux mots Hurmonie ^ Couleurs ^ 
LumUre. La premise feule afTez abondant6, fera la 
matiere decet article. 

II s'agit done ici des chofes principales , qui (bnt n^ 
ceiTaires pour bien imiter toutes les formes p<^bles du 
corps de I'homme , c*aft»ji-dire , fes formes ekt^rieure* 
ment apparentes dans les attitudes qui lui font propres. 

Les apparences du corps de I'homme' (bnt les effets 
que produifent a nos yeux les parties ext^rieures *, mais 
ces parties Toumifes a I'a&ion des refforts qu'elles ren- 
ferment , re9oivcnt d'eux leurs formes & leurs mouve- 
mens, ce qui nous fait naturellement remomer aux- 



Digi 



tizectby Google 



F I C 2Sj 

Tumiirts anatomlques qui doivent fclairer les artlftes. 

Ceft fans doute ici la place d'infifter fur^ n^cefllte 
dont I'anatomie eft ila peinture. Comment imiter avec 
prectfion , dans tous fes ^ouvemens combing , \xnQ fi" 
gurevciohWe^ fans avoir une Id^e jufte des refTorrs qui 
la font agir ? Eft-ce par I'infpeftion r^it^e de fes par- 
ties ext^rieures? II faCit done fuppofer la pofllbilit^ 
d'avoir continuellement fous les yeux cette figure , 
dans quelque attitude qu'on la deffine. Cette fuppofi- 
tion n*eft-elle pas abfurde ? mais je fuppofe qu'elle 
ne le foit pis. Ne fera^ce pas encore eu titonnant & par 
hafard qu*on imitera cette correfpondancc precife des 
mouvemens de tous les membres Sc de tomes les parties 
de ces membres , qui varie au moindre changement 
des attitudes de I'homme ? 

Quel aveuglement de preferer cette route incertaine 
\ la connoiffance aifee des parties de I'anatomie, qui 
ont rapport aux objets d'imitation dans lefquels fe ren* 
ferme la peinture! Que ceux iqui laparefle, lemanqup 
de courage , ou le peu de connoilTance de I'etendue de 
leur art, font rcgarder I'anatomie comm^ peu n^ce^ 
faire , reftent done dans I'aveuglement dont les frappe 
leur ignorAce , & que ceux qui ambltionnent le fucces, 
afpirent non-feuleaient \ reuflir , mais \ fa voir pourquoi 
^ comment ils ont r^ufli. 

II eft inutile , il feroit mime ridicule \ I'artifte qui 
veutpoffeder fon art,dechercher, parl'etudc dfe I'ana* 
tomie , \ decouvrir ces premiers agens imperceptibles x 
qui formcnt la cor refpon dance des parties mat^rielle^ 
avec les fpirituelles. Ce n^eft pas non plus ii acqucrir 
radrefTe & ^habitude de demMer , le fcapel a la main » 
toures les differeutes fubftances dont novs fommet 



Digitized by 



Google 



i84 ^l^ 

compofes , qk'il doit employer un terns prfolcux. tJii'^ 
connoifTaye abregee de la ftruflure du fquelette Ae 
I'homme > une 6tude un peu plus approfondie fur les 
mufcles qui couvrent les os, & qui obligetit la peaa 
qu'ils foutiennent a flechir , a fe gonfler , ou a s^eten- 
dre : voila ce que I'anatoitiie oSre de n^eeifaire slux 
artifte» pour guider leurs travaux. Eft-ce de quoi les 
rebuter , & quelques femaines d'etude, quelques inftans 
de reflexion, feront - ils achcter trop cher dei con^ 
noifTances indifpenfables ? 

Nous allons ralTembler ici la plus grande partie de 
ce que le peintre doit connoitre de I'ofteologte &: de 
la myologie , & nous joindrons k cecte 6num^raxioti 
le fecours des planckes, ^uxquelles fe rapporteront lesw 
lignes que nous ferons obliges d'employer. 

£nfulte nous donnerons au mot Proportion les diffe- 
rentes mefures fur lefquelles bn a etabli , par une 
convention a-peu-pr^s gen^rale , la beaute des figures. 

Le fquelett* de I'homme eft I'afTemUage des parties 
fblides du corps , que I'on nomme les os, 

Cet alTemblage eft la charpente de Izfiffire , & Von 
peut en divifer les parties principales en trois , qui font 
Iztete, le tronc &: les extremitos. ;- 

La tete qui a a-peu-pres la figure d'un oval applati 
des deux c6c^s, eft compofee d*oj^ qui prefque tou* 
font appercevoir leurs formes au travers de 1^ peau 8c 
des parties charnues qui les couvrem. Je fais cette 
remarque , & j'y infifte ^ parce que rien ne donne un 
air de v6rit^ aux tetes que Ton peint , comme la jufte 
indication des os qui forment des plans differens , qui 
indiquent le trait des parties, &..<iui determiilent lea. 
cffets des ombres & des jours. 



Digitized by CjOO^Tfe 



'gT^^ J 



PIG it; 

Voyez pour rexplication i\iivante les deux figures 
cft^ologiques dont l*une repr^fonte une tfite vue de 
face y & I'autre , la mfime t6te rue de profil. 

Parmis les os qui fe font appercevoir extdrieurement 
dans la t^ce , il faut remarquer Vos dii front A , ap- 
pelle Vor coronal, Sa lurface lifle 8^ polie , qui n'eft 
prefque couverte que par la peau , tend cett« partie 
plus propre \ reflechir la lumi^re : ainii, dans le$ 
figures ^clair^es d'en haut, elle eft toujours la plus 
lumineufe. Cet os qui fait une partie de I'enchafle- 
ment des yeux , traco encore le contour de la partie 
du fourcil, & cet enchaflemcnt grand & ouvert donne 
• iiQ caraft^re tr^s-majfeftueux & tr^s- noble aux figures. 

tf. Eft la future du coronal; je ^^infifte pas fur ces 
jointures dei os du crane que l*on ndmme futures , 
parce qu'elles font inutiles aux peintres. Je me conten- 
terai de les indiquer. 

k. Eft la future faglttale. 

B* Indique la cavit6 des yeux , qu'oii nomme orhitc* 
Cette cavitiS deftin^e a contenir le globe de l^oeil , eft 
formle en partie par le coronal & en partie par le 
^igoma ; elle influe ^ coninie je I'ai dit , fur la beaut^ 
de Tenfemble. La noblefle de la tSte depend beaucoup 
de cette partie ; elle eft ext^rieurenient couronn^e par 
le foM^rcil & renferme les fix mufcles de I'oeil , la mem- 
hrane conjonBive qui forme le blanc de l'«eil , Viris 
ou I' arc- en - del , au milieu duquel eft lapupille ou 
prunelle. 

C. Marque les os du nez. Ces os peu ^minens for- 
went, en fe joignant , une voAte, & finiflTent par deux 
cartilages adherens aux extr^mite^ ihferieures des os 
du ne2 y ils fe joignent autH dans leur c6t6 fuperleur 



Digitized by 



Google 



2S6 FIG 

commie les os du nez ; ils font alfez Itrgts , mais il« 
s'^treciflent & s'amollifTeiit i mefure qu'ils approchent 
du bout du nez* Deux autres cartilages > attach^ aux 
extr^mit^ inKrieures de ceux-ci ^ forment les a!les du 
nez. 

Les formes du npz pourroieat trouver ici leur place ; 
snais pour ne poinc interrompre la defcription des os , 
nous renvoyDtts au mot Proportion , ainfi que pour toutes 
les regies ou fes obfervations qui peuvent avoir rapport 
aux formes accidentelles des parties. 

2>. Les OS des joues. 

£. Lamichoire fup^rieure. 

jF. La mdchoire inferieure. Cellt-ci fait le trait du 
menton & de tout le bas de la the ; elle a un mou* 
yement qui lui eft patticulier , car la michoire fupe- 
rieure eft immobile. 

G.lts denrs. Elles varient dans leur nombre^ & 
mdme dans leur forme *, mais il eft peu d'ufage dans la 
peifttiire de les faire paroltre , a moins que ce ne foit 
dans la repr^fentation de quelques pafHonsjdans les 
mouvemens defquelles elles font quelquefois appa- 
rentes, comme dans la joie, le rire, la douleur, la 
colere , le d^fefpoir > ainfi que nous le dirons au mot 
Pajpon. ' 

Figure %.A^ Os diVLfinclput , nomm^ \e parietal; il y 
en a deux. lis font minces , prefqu^ quarr^s , & tant 
foit peu longs -, ils fe joignent a Vos du front , par le 
moyen de la future coronate. 

B. Vos temporal. Get os eft double , ainfi que le 
parieta) : il eft fitue dans la partie inferieure des cdt^s 
du crdne. 

C Le ligomay ffiislequel paiTe . le mufcU temporals 



Digitized by 



Google ' 



p 1 G ^87 

Cet OS eft triangulaire -, fa partis fup^rieure contribue 
« former la circonference <ie Vorhite y comsne je 1'^ 
^eji dit. II fe joint k Vos du front par la petit angle de 
Teeil : il s'avaftce un peu en dehors y pour former la* 
partie la plus ^lev^ de la ]bue* 

a. Suture coronale, 

^. Suture faglttale. 

c. Suture qui joint Vos des tempes aifpc Vos coronal 
& le finciput. 

d. Dents de de\rant , appellees incljives,. 

e. Dents lat^rales, appellees canines. 

f. Dents pofterieures , appellees m^lairesm 

Je n'ai point parle de Vos occipital qui for^ne le der- 
riere de la tfite ; pafce qu'except^ dans la vieillefle, 
ll eft ordinairement om^ & couvert par la chevelure ^ 
qui commence au haut du front , & qui s'etcnd le long 
des oreilles , jttfqu'k la premiere venibre da con. 

La feconde partie du fquelette de I'homme eft le 
tronc •, il eft compofe de Vepihe du dos , des vdtes , 
des clavicules , dxxftemum , de Vomoplatty & du bajpn 
^u aes OS innominiSm 

Deux figures de fquelette , I'une vue de face & 
I'autrc par derriere , font fuffifantes pour donner une 
idi^e de la forme & de la place de ces osm Les lettres 
ibnt communes aux deux figures. 

Figure I. & 1. du fquelette. A. Eft cequ'on nomme 
Vepine du dos ; c'eft une colonne d^os differens qui 
ibnt articul^s les uns avec les autres , & attaches mu- 
tucllement par des cartilages , dont les uns fontflexi- 
bles , les autres immobtles ; cette chaine oa colonne 
d'o/s'etend depuis la premiere vertibre du cou ju^u'au 
coccyx , & les charnieres de chaque v^rr^'^r^ procurent 



Digitized by 



Google 



a88 FIG 

Ic mouvement du dos en difFerens fens, II y a vingt-*' 
quatre vertebres, dont les noms f(froient hors -d'oeuvre 
ici. Pour la forme de ?epine du dos , comme elle intJe^ 
reife le pfiintre, piiifqu'elle formo les pieces princi- 
pales de la charpente du corps , je remarquerai que 
la partie des vtrtihres du cou avance en dedans , c'eft- 
a-dire, vers le devanc de la t^ce ; celle du dos au 
cQntraire fe c^rbe en dehors pour ^largir la cavice de 
la poitrine *, celle des lombes rentre, & la demise , 
qui eft celle de Vos factum , fe rejette encore en 
dehors. Deux parties de ces o^ (bnt fur -tout apparemes 
au travers de la peau , celle du dos & celle des lombes. 
Ce qui oblige , en deflinant le nud, d'en faire fentir 
la forme , fur - tout dans les attitudes Gd I'homme lb 
courbe en avant , comme on le yoit dans la^. 2. du 
fquelette. 

B. Les deux clavicuUs font deux os qui fe d^cou- 
vrent fcnfiblement dans les hommes , fur - tout dans 
certains mouvemens , comme d'etendre les bras, de fe 
courber en arriire , &c. ils ont a-peu-pres la forme de 
la lettre S\ ils font places du c6t^ de la face a la bafe ^ 
du cou. Chacune de^ clavicuUs s'articule avec le (ler- 
num pardevant) & du cdte des bras avee Vemoplate, 

C. LeJi^mumeA (itueau milieu de la poitrine : cet 

05 eft toujours immediatement vers la peau.Il n'eft 
point couvert de chair *, deli vient que Pon y voit le 
bout des c6tes qui y font appuy^es, a moins que la 
graiffe n'e^ emp^che , comme il arrive aux femmes ^ 

6 quelquefeis aux jeunes hommes. 

' Z>. L'epaule ou Vomoplate eft d^une configuration 
aifez^compliqu^e , dont il faut bien connottre les 
parties, fi Ton veut comprendre le ]qu des mufcles qui 

oni 






Digitized by 



Google 



%>At rafpQrt au mouvement dcs bra«, patce^que la- 
|)lupart de ces mufclesy pretinendeurorigine; Get oi 
i^ailleurs eii apparent d^ns tin grand nDihbrede mtiti- 
vemens* Sa forme irr^guli^re eft aCez fembl^tble \ce\\i' 
d*un triangle fcalene •, Ik ftirface eicterfte eft tanttbk 
pfeu convexe : y«i€i les prlncipales parties. 

tf. La bafe qui regarde Vepint du doSm 

^. La ^&te inf(^rieii]re. 

r. La cdte fup^rieure. 

d. L'angle fup^rieun 

c. L*angle infi^tieut. 

/. La, partie czvt on interieu^e , in^utile au pelntf e^ 
gi La parde exterieure, 
H. L'epine* 

i. L'extr^it^ de T^ine , appellee acromion. 

II y a douze c6t&s de chaque c6t^ \ elles foiic maf4 
quees dam la Jig. premiere , 1,2,3, 4 > J > ^> 7 # 
8, 9) 10 > II , 11 : elles font «ourbes & i'-p^u'fr^ 
femblables \ des fegmens de cercle \ elles tiennentauX 
vcrtihres par tin& de leurs extremity. Les un^ au 
nombre de fept , s'appellent vraies & s'articulent aveo 
le Jkmums l<es cinq autres qui fqivenc ces premieres ^ 
& qui ont Jq aom de^n</^/-cdrej ^ ne touchent point 
aujiernunt , mais i un cartilage mobile qui pr£te dantf 
plufieurs mouvemens du corps; ce qui doit fatr^e pa-* 
roitre exierieurement ^et endroit moins fbutenu & 
rooiAs faillanu 

Laba^durro;t^ eftcompofife.de deux grandson qui 
£fr reuniffeiu dank les adiiltesr &Ven font qu*un : Us fe"" 
nomment' les 9/ innomiH4s./Qny diftingue troli 
M«ies/ '.' ■ **. ■ - 

^cm It. S 



Digitized by 



Google 



^ FIG 

, £• La partio fUpfrieure des os intu>minis , fonnj^ 
par Vos des iJUs. 

F« Xa partie infierieure & anc^rieure , coaipf Cee d^ 
OS puhis. 

C. La troifi^me qui eft infierieure ^uffi , maia poft^ 
rieure , fe nomine ifchium. Cet os a une grande caviti 
qui revolt la tice dxi femur* 

La bafe du troncy dont les oj font plus remarquableft 
dans les hommes > deffine la forme des hanches. Sa 
firufture , plus ^vafee dans les femmes , occafimine 
des apparences qu'il . £auc ^udier avec foin , parce 
qu'elles contribuent principalement k diftinguer 1# 
cafaftere difi^ent d^ \z figure dans l^un & I'autre fexe* 

Voila les deux premi^re^ divifions du fquelette » I91 
demi^re comprend les extr^mit^ fup^rieures & les ex-f 
tr^nlit^s ififi^ieures. Cans leff fuperieures , H. Vos du 
bras s'app^lle humemi ; il porte k fa plus haute extr^mitj 
u|i& t6te K)nde , qui -efi re^ue dans la earite plate du 
CQU. dp Vomoplate] : I'ertremi::^ infierieure a deux apo- 
pb}5fes,' ow prtottib^ran^es; 

.X Hoj du coude , eft acconipagn^ d*un autre JC^ api- 
ftUi radius ou rayon 9 qui eft plus gros par en bas que 
I'o^ du ooude , tandis que celui-ci le furpalTe eH grofTeur 
dasslapaftie fupeiieure. L'0/ du coude fert a flechir & 
6teiidre te bras -, le n^nkn k tourner la main , & ces 
deux OS enfemble s'appeilent Vavant-hras. 

^ A Jeur extremity ihferieure fe trouvent huit offelets 
de difFerente figure & grofTeur , licu^s en deux rang^ 
de quatre chacun. Le premier rang s'articule avec le 
radius &: forme le carpe l^ le fecondrang s'arcicule 
avec le premier & for^e lejReVa<rar/r< .^.celui-ci eft 
Ci^mme Ucarfc i U eft compofe de quatre os qui r^^ 



Digitized by 



Google 



FIG * $n 

foni^At aii^ qiiatre doigts N* tes 4oigM avf^c i» 
pouce font formes de quinze osj dans cha^jtn^ mw^i 
crois ^ cb»qDe doigi iMamif phalang^SB Us (iasnt un. 
pen convex^ & jro^df v^rs >e dos de la ouMua , .9^ 
sis fonc creux & uait ^en d^ns. 

Les €xcr^mites iiffiBirk^rcs offi-ent prea^t^emAfft iW 
fimur O. ou 1^ de H( cukTe : il eft le ^db long .d«a 
OS de notre tforpiSiia^fartte anfi^deure eft coB,v«xe& 
ronde^ & £i jiar»tf p^ft^ieure 4in peu creii/e» 
L*exce£mtt^ filler ieure de 4ec ^^r a tpois aip0f>J^yfos. 
Ia tpfemf^e qu-i fcMwue (bn extretnite eft uo^igfoiTe 
titefQLtide cittHrerte-d'tili iMMage^ qiii eftrftfue da^ 
]a cavite de I'iMitfAft^^ «ne«ft attach^ 

La feoMide fb neoMi^ le -^i^iii^ troi^mmer, C'eA 
liiHi tekience afTeis gttVfle, &ii(§ei la Aiclace exteme 
da fimuYy p r^ttftmettc i l^evtt^mb^ da cw .: «lle eft 
la^le, .|>arce -qti'elle ierc d*in(ertieii A qiWlquog 
iiluibles* 

La troiC^me s'appelle \c petit trodkam^r* II eft 0tt4^ 
^iaiis I* partie fof^okAemt An fftnm. II eft i^ii.jiau'pplas 
bas & .f^us fmtit. q^ieJ'antrc. 

L'efl^tr^mit^ infemure -du ft'mur fe dWife^f ar le xiu* 
lieu ^% 4e»X ^tn'mctt^es ; <l%iiie eft €^Qrn# ^ raurr^ 
Interne v eiles ^fMyti^^^miB, dass les- cavit^: fuperticiell^ 
du tMti^ & l'e%aaenfuinr^par^ ies partis ipelWKieur^^ 
-donne fa^ffiig^ aabc oe^fs deia jstaihe. Le >^qou ptNm 
un OS rend appeM^ r<nuU ; il eft Ia«ge envicpn .4e 
deux pooceis ^ nSGsz .^aia , «n peu convt^xe , 'tovv^eff 
dans fa partie antttbouoe.d^un carcriaipe^ii ^ i& doiK 
l^apparence ex^^ieoteeft fius l^iarquiedans leabAi* 
mes que dans les fitmrneis^ Mc d^ns hs vff#lttaed| qi^*^ 
dans les cnfaas. Dans feniiuiceil «^ft3iMu.^.SCiil n^ 
^ ^ Tii 



Digitized by 



Google 



if± FIG 

quiett une duteti d*autant plus grande 411'oa aviiie# 
plus en Age. 

La jambe eft compofee de deux os » ainfi que Vavant* 
hras. L'iiiterne qui eft le plus gros fe^mme le tibia P. i 
il eft prefque triangulaire & fen angle ant^rieur & un 
peu aigu , fe nonune la triu du tibia. Cette partie eft. 
tres-apparente & c'eft elle qui forme le trait de la jam* 
be y vue de proiil. Son extrimit^ infi^ieure , qui eft 
^beaucoup plus petite que la fup^ieure a une apophyfe 
remarquable qui forme la chevilie interne du pied. 

'Le fecond os plus petit fe nomme le piront Qm il 
eft &u^ dans le c6t6 ext^rieur de la jambe , & fon ex- ' 
tr^itefup^rieure^ qui n'eftpas ft 61ev6e que le genou» 
re(oit r^inence lat^rale de I'extrteit^ (up^rieure da 
tibia s dans une petite cavit^ qu'il a dans le cAt^ interne* 
Son extr^mit^ inf^rieure eft re^ue dans la petite cayit6 
du tibia , o& il a une grande apophyfe qui forme la che* 
ville exteme. Le tibia & le peron4 ne fe touchent 
qu'i leurs extreniit^s. 

Le pl^d y ilnfi que la main , eft compofe de trois 
parries qu'on nomme le tarfi R.y S. le mitatarft^ 
& T, les doigts. Le tarfe eft compofe de fept os. Le 
premier eft i. VaflragaU ou le talon. Le fecond os du 
idrje eft 2. le caUaneum , dont Vapophyft forme ce 
<}ue nous appellonsle talon , auqnel s'ins^re le tendon'^ 
d'iAchilU. Les cinq os du tarfe font le fcaphoi'de , les 
trois cuneHformes Sc le cuboide. Tous ces os plus ou 
moins intere^ans pour le peintre , fuivant la part qu'ils 
ont aux mouvemens & aux apparences ext^rleures^fs 
joignent au mitatarfij qui eft compofe de cinq os^ 
Celui quifeutient le gros doigt eft le plus gros, celut 
ijtti {bi^ent te ddigc fuivant eft le plus long , les autres 



Digitized by 



Google 



iibtt.toiis pint petitt Pun qut Pantre* III (bStflns longt 
cjue les OS du mitacarpe. Quant au refte , lis teffem* 
blent i ceux ixk m^tacarpt^ & Us fi>nt -artUul^ de 
ia m£me mani^e. 

Enfin les doigcs du pied font compof^ de quatone ^s 
idans chaque pied. Le gros doigt en a deux , & les 
antres trois. lis font la m&me chofe que les doigts de 
la main , & font feulement plus courts* 

Voill une id^e fuccinde des os du fiquelette dont la 
conformation doit 6tre corniue du peintre. Je rais en 
fsire un recapitulation en forme de lifte avec les letQres 
iiul om rapport auxy^rej. 

Vremiinfigun At ia titt^^ 

.' - . .J 

iJ» Vos du front. 

am Lsifuiureia coronate - , 

*. loL future fagitiole^ \. ^ i .^^ 

J9» Or^/V ou cavi(6 des yeux; /l \ 

C Les ojr du net* 
D. Les OS des }oues« 
£. La michoire fup^ri^re. 
F« La michoire inKrienre. 
ۥ Les dents* 

Sicondefigun de la tttu 

^» Os dn finciput% ; . 

S.Vos temporal. - 

C* Le \igo$na9 

a* Suture coronaU. 

t^^SmureJagittkUm 



Tiij 



Digitized by 



Google 



W ^di6N' lib} jotttt P<}f 4#i limf^ii^ee' |e omomS , 

e. Les dentf kt^rales, appelees eanimBSm 

. Pr9mHf4 ^Ji^ondffyufes dtcfyucleiftem 

a* La bafe de^ V^mopUut^ 

K La c6te «fiillrliiui^, ' ^^ ^ 

A La c6te fup^rieure. 

d. L^angle fup^ieur. ' 

f. La partie cave. As:u. <,..>-> . . . 
jf, La\parde QXt6rieur«» j / 
A. Vipine. *•■;<- b -; ■ ? r-. '..; . • '-•. 
im Vacromion. . * ' ' , • > 
J?. L*oj des iJl€S. * * > - • ' 
F. Vos puKs, . -^ : ' . . 
C. Vos ifchium. ' ' --" • 
If. Vhumirus. .; : » . v 
J. L'otf du coude, 

jr. Le raiUus. '.\ ^<' 

X* Le catpt. 

1A% Le mttacarp€% "^ • ^ ' • 

'N« Lei doigts. /;; - 

0. l^fimuPi '^'i :/ '^ ' . ^ 

P» Le »jia. " . > , > 



Digitized by 



\ 



Google 



Jt Utarfe. . >: '.: ^r- ."^ ^'> " ^"' - - -• 
J. Le mSfotarft. ' *^' ! 

T« Les dolgts. : 

\i» VafiragaU, . j : ^ " 

1. Le calcaneum» < ^^ » 

Les cAtcs I, A, 1,4, J,'<,'7, *,j)) l*, J< ^la; 
. Ce n'eft pas> c«mme je Pai d^ji 4k , hi ftmfiur'^ifi* 
t6ijeurede.tousces oj, ou miha9 le^t tti^^li "^ 
cflentiel aux peintres de connoitre. Leuf6) ferirli^ ext^- 
rieures, celles de lemurs extt^mit^ Hir-tout, ^jcoaoh 
pofent les jointures, doivent itfe l^'ol>jet ^effen^^l de 
leurs recherches. lis ne daivent ^pojiic igfiorer les Al#e- 
rens moyens par J|eft{ueds')a nature p«£fiO}9iiVe'«^HSpa9i^ 
les articulaelons Aes membcet ^ pour l^r f^liie^t-frf^ 
element les mouvemens <]ui convi^nent4le«r'4efti«' 
nation. Ces mouvemens en St ^^eloppant^ laiCent fbu* 
,vent entrevoir Izfyfire de Vexti^iailt^4eB'^sl*feLrc€ 
que les jointures font tonjours iofiAsa ^iirg^ des^ar* 
ties Qhaniues qui enbanafieroientle ^jeu^qn^elks idoU 
reht aroir , & que la peau plus^endue tef tf l^'Mpreftion 
des charnieres qui fe meuvent fous ceftteeyv^efloppe^ 
Si Ptode;^4es ps eff nfeefTak^ pourld^^^fons que 
}e yiens .d'expofer ^ >& fi elle doitpoir^la premiere^: 
enfentira ailment que la cdnnmltkice* Aes mufbles,^ 
pur ces niilines raifims ^^oit^la Itiiyi^^ftm^diatement^ 
9c qu^i)et^bfiirdeaelain%liger. 

Mais p<wr rei^dre plot ^olle >lWpUcatK>ii que 3#^ 
vais doBAer ,& ila todhet tMalement A I^ati&t^ let 
artiibsv fai employ^ vn nwiibte de JtguriSy^hhtje^ 
rais expRquer Pafagei lA» trbis pt^emUres t-epf^^tebf 
eeqt^on appeile en teime de ^!hture I'i^sordlif , ^'eft^ 
i-dire^ la fi^re humainc d^pouiU^ de fa pe«u tc- 



Digitized by 



Google 



oSrznt auz ^euit les diili^rens murdes fHxtt £&ihditj& 
plus apparens que lorfqu'ils font voil&> pour aliiii 
dire y par les pfiurties qui les couvreiu dans le modele 
vivant : cet ^corck^ eft fuppofe tu fous uois- a^i^s dtf- 
fiSrens , de face pardevant , figure presitere y- par der- 
rifcre rfigur& fecoffde^ & de profil , figure troifieme. Les 
explUatiQn& i^s mafcles , &: les lettres qui les acco^- 
ftignpnt y '0At rapport premiirement i ces ttoU figures t 
mais enfuite* o%6 mtoes lettre&fe peuvent rapporteraux 
fy^res antiques dbflinles anatomiquement quifuivent , 
eom^e je vais le dire. 

On a repr^fent^ lay^gore de I'Hercule , qu'on nomme 
Hircule f^mife^ dlipoulU^e de (k peau , & vue (bus trots 
al^jeds femUahlos it cetix ^9 JeCquels eft grav6 Vecor- 
ihe'y 9'^0-^-dire ^par devant ^ par derriere &tdeprofiL 
^fS^' 4 y^ St fi',le Giadiaieur)y r&BXu<e ccmnue & c^- 
Ubr^i 4^, ^fn^iAe, Fig. 7^ 8.>& 9; enfin le Lao^oom 
paseiikment^tl%. '»>^.i 1 .&ria.' 

- Jjes ^pptksttjons des tei&les ^ de 1' jcorch^ fe feront 
facilement'jiQaaiaes auxauttes ,.& dbnneront une id^e 
des cKai^^mefts d'appar^ttcc ipie les atdrndes 6tt les 
p^ffions o^afionneat. Cette i^e! approfondie parJes 
artiftesfur les jftatnes driglnale^ ^ on iUr les ^copies en 
I>l&cre qu'oik en. a faites >en.!les;'iiitottls^nt &r qii'on a 
mnltlfiiiGfi If leur ffi^ loiirfi^itoft^ tt^airer les principes 
qu'ils doivent fe former , ppur: fe xoftduire phik s^re^ 
sfient d|insr6KtffciQ0 de leur att{.|S'ils )oi^nenr Tappli- 
qation de ciqis 6bfervtttoiifr& 4#cas principnaui nta-r 
detk(^:viv^ ddnt ils fef£MrKeftti,Lou, anx jn^uyemeaa 
qu'ils peuTent^rematquerdftasl^ honim^^ileft^videitft 
qu'ils aurontprjs les meiUeurs^oyens pour i^fiurerlcittei^ 
iftQ»noi(&nci€S & fiQiU^eir lour fii^ciSs^ . - ' ~ 



Digitized by 



Google 



Arant d'entrer dans le detail des mufcUi dont lea 
j&lffereiites apparencca. doiyant fonbeis aux yeux dii 
peifitrc !e cafaAerc jufte des ^icyis de la figure , il 
left necefTaire de dire cq qu'il doie ejiten^re par It 
mot ntufcle* 

I^es mufcles font desjmaf&s charoues cdnpofees de 
^bres *, lis ibnt les inftrumens principaux des mouve- 
#neas du corps. 

U £iut favoir <}ut l'extr^niit6 du mufde qui s'atuclie 
^ un point fixe fe nomm^ Itt^ie , le milieu s^appelle le 
ventre^ 8c fon tendon, ou fon autre extr^itl, fa 
nomme la queue da mufck, Les fibres ch^rnues com? 
ppfent le corps ou le ventre ^m mufcle y Sc Its fibres 
cendineufes fbrment fes extr^it^s.. 

L'aftion du mufcle confifte dans la contradipn d^ 
fon ventre qui rapproche les extr^mites Tune de I'au^re, 
& qui , en faifant ainh mouvoir la partieoQ le mufcle 
a fon infertion, doit par une ^l^Varion plus marquee 
dans fon milieu , donner exterieurement aux membres 
qu'ils courrent des apparences difF<^entes. Ainfi ces ap« 
parencesfont d^cid^esdans chaque a£liori,dans chaqiie 
attitude, & par confequent rien n'eft arbitraite dai^ 
les fiomes qu'on doic leur donnrr. 

L'artifte doit dai|G principalenumt pr^lndre garde an 
Veitcre ou milieu do <mt{/^/^/^ fe Touvenir quc^ le 
''mouvement du mufde fuit tosjours I'xxrdre des fibres 
qui yont de Pori^ne*^ I'infertion , & qui fbnt comme 
ii^uQMKde filets. ; ') - . 

Izfaccy par laqueUe il fero4f h^^^ife.de com- 
4aiencer, a une infimt^.de mafcles d^nt 1^ effets , plus 
(ei^ibles que leurs fom^es^ne font appar^tea^^ desman- 
derolefit une trop longue difculGon. Ceft le\ir jeu qtii 
forme le caraa^r®. ^xUumr des? palBi^* . 



Digitized by 



Google 



FremUre figure de Vtcorchi. 

ta tite £4t fes mouvemeiupar le moyende dixpasrci 
de mu/cles. 

-11 eftlnutile de les nommer tous ; mais \\ faiuf 

connottre ccux qui font remarquables. dans Ics mouirc- 

mens du col , & l*on doit y diftingu6r Xefiemoide A. 

il eft ainfi nomm^ \ caufe de Ton origtne & de Ton in? 

fenion : il vient du ftemum^ & va s'inlerer \ IW 

hy(nde , qui eft cet os de la gorge , dont I'apparenca 

eft fort marquee, lorfqu^on ^t6nd le col. 
^ " /■ 

Le maftoidt B. vient du ftemum & d'nnc partie 

de la clavicule : il va s*inf^rer i une partie de IW 
de la tempe, 

Ces deux mufclcs nMtant pts bicn gros , leur mouve* 
snent eft peu fenfible. Le premier fert au mouvemenc 
de ?os hyoLde , & le tire en bas ; I'autre tire la t&e 
&Ja baiffe en avant* On p^ut rexnarquer Tappatenca 
de ces /72?(/^/f^ q^i font leurs fpn&ions dans I'attitude 
de la tfite di^ Qadiateur. 

Le trapefe C. ^dont on fie roit qu^iuie partie, prendl 
lim orlgino ddtFc^^i^pttr ou du dei|rierede la t^, comoia 
on le veroa.diUis '\x fiff^ d^Oon^ey oik fa feme ^doM 
il tire fon sem^eft remaix}uabl^«\.. 

' Ces mujhles J ^ans plufieurs de feufs mouremens^ 
^ant pouffes par d'autres fur lefquels its font ptskJ^s , 
U ne fefoit pas hor9 de propos de p^^trel* juiqu'i tea 
<aufes Inteme*^^ & I'on d^oou^rifolt alors le Jplenius 
qui tire la t£te en arri^re , shred lin autre qitii eft ideAiis 
& qui fe-noinme conltplexus •'Ois: liaifdes esichh con* 
tribuent iifaire des maflfes; &rc-'eft ceJui cjpfon noa 



Digitized by 



Google 



le. f^iVti^t ptoprt , qui. en partie fprme cette pente qui 
•fl: du coil a I'^ule. 

7e ne fftis qu'indiquer ici leurs nom^, pbur ne paa 
multiplier leji figuHs y ^ 'fen ^ierai 4^ n^toie dans la 
fuite pour ceux dont I'apparencQ ne peuiavoir lieu dare 
lesttois figunSyC^i n'o^ent que les mufcUs qui fe d(« 
cofFtenc fous la peau. 

Pour les mouve^ieiis d^sbras, remarquons, i^. quf^ 
le bras eft propre ^ cinq mouvemens *, nou$ i'avan^ons^ . 
notis le retirgns , tiQus rabaiifons , QOp$ I'^levens, & 
aous ,le faifons teener en rosid- Nous avaQ9ons I0 
brat eil dedait^ p$ir le moyen du perioral ddko^Uc | 
ipint k queJipjeR autres^ fayoiifjift fttfepineuXjScle 
coracQhrachiaL 1^ dilfoide D. ^leye le bras. h^piHo^ 
ral E. am^ne le bras vers les c6tes ; 11 preid Ton originii 
de prefque to*i^ lejhrn^my & de }^ fix|^e & fept|ix»e ^ 
& quelquefpi^'d^, Iji Jiie^lti^m^. ^6|e,', U ya finir 4 jy.r 
du bras, entre le deltoide & l^ Jff^f^^ 

(1) Le *i>#/%y jP, K^^hitlViyaiitTlwi^ tjws^ J^ braehlil ; 
51 vient de Vf^Mmre 4e V^mi^tfiifi cte p*rt fie 4*aii«e^ 
^ va sHnfere:r-.a#^cfW^fl»^»^©« A«tftf#(lW; ^ 

(2) Le brachial G. fl6chic I'ay^pfrjir^^ |iYe«^ l9 kicep^ 
II prendfon^9Eigjyr^ff ar^jBH -i- pc^ s^} .^ggipeiiQepe^t de 
IW 4|i braftf U y ^eft,%t^iiif i^R^tr^cfe^,^ va s*in|^er 
par deffUs Ip fc'<:<ip/-^la partie i^p^if^re d<p fo/ 4f^ 

C0m4^ y : -:. I ■ : - ■.' .*- fr- • - • r:: :t 

-(f) l^rvtm/mfT du roudn ff dflignp. affiry par foti^ 
ftom ii queiui&ge iLeft igiipfday^, . 

' ■ ' ' '■ ' .1 III ■ i I .. . i j II ii K' iii i , 

(i) Voyw :uii^iiei1»ra$ da Laoto'on. - - ' 

<a> Voyci fatifcc'ebtas^am^mtf Lft<»t6ba^^ f fliS "<i« GUdiaceut \ 
^tti eft ^cendu. - ' ' : .' '. r. ! i ^^ 

<3) Voyez le hut» dtt Laocoon^ qifi ell iaifle Vers U terre^ 
#clui du GladSa^tttr^ eft ]»cachl/ 



Digitized by 



Google 



500 PIG 

(4) L0 proniitiur in radius /• fei^ I tournWt^U UrM 
da c6ti de la terre ; il yient dc; la t6ce intertte de I'oj* 
du btas y 9t va s'inl^er i'la parde interne du radius. 

(5) Lt fupinateur du radius K. fert Itourner le brar 
rers le ciel ; il vtent de la partie infSrieurt du bras^ 
8c va dans la partie inf<Meure du radius. . 

te fldchiffeur fupirieur du cdrpt L. vient dela t&e 
interne de Vos du bra^ , & montane par deffus Vos du 
radius , il finit au premier os du m^tacarpe* 

"Lt flichiffeur inferieur du carpe M* irient de la t§te 
Smeme de IVj du bras , & va en ^fc^ndant le lorig^ 
de If OS du coude iinir au quatri^me os du metofarpe. 

Le palmaire N. vient de la t^e de Vos du bras ^ 
,& va dans la paume de la main fe diftfibuer aux ^uatre 
doigts. 

Vextenfejft fuperieur du carpe O. vient du defibus 
de la ttee externe de Vos du bras , & fe rend \ quel* 
ques OS du m^acarpe. 

Vextenfeur duponee P. eft un mufcU double, qui 
vient ^-peu-pres du milieu deTavant-bras, & qui va 
^inSrer obliquement aux jointures du pouce : il n'eft 
propre qu'l cette partie. 

Venons aux outfit , aux jambes &: aux pieds. 

Le Membramux Q^oufo/bia lata , vient de I'o^ des 
^s. II e{b<;bamtt dans Ton prfndpe & finit par une 
membrane qui enveloppe tous les mufeles qui couvrent 

(4) Voyez I'autrc bias iki mte^til^^ ▼^i' 1^ t^ ^ ^^^ ^<#1»- 
diateurqui eft^cendu. 

(5) N9ta. Le lefteutponnra ftift dc lid-nlme rtpplictwrn oeed&ire 
des fbn^tions des muiclet amc mOtfVamens dj^ figun$ andqoes re* 
pr^nt^es, puifqtie les lemct le gnideront. Aiafi nous ii*infiftexoiia 
(las Air cetce On^racioa* ^ exigetmt ^los de details, que. les honcii 
^iicf«ndoicieptcfoificdaBsce l)iddotmtin tm U^ ofimifimnt^ 



Digitized by 



Google 



FIG 301 

la cv&tk & ya finir fur ceux de la jambe ; c« mufcle 
ierti toarnetla jambe en dehors. 

Le vq/ie CMtreme R. ^yi^nc du grand trochanur. Son 
tendon embrafTe le genou* II fert i ^endre la jambe 
aveo xxn autre muJiU , appell^ crural , le vajk exteme 
eft fort charnu auprds du genou. 

Le droit S. a la mdme fondion que le pr^cMenc. Jl 
vient de I'o/des (/Zej , & couvrant le crural , il s'^tend 
le long de la ciiiCe. entre les deux vaftes , avec le(V 
quels il finit en enyeloppant la rotule d'un fort tenr 
don. 

Le couturier T* fait toumer la jambe en dedans , 
I'amdne fur I'autre en croifiint, comme les tailleurs* 
ont coutume de faire en travaillant. C'eft de cet ufage 
qu'il a pris fun nom. II yient de I'epine de Vos des 
i/ies^ & va^nferer obliqaement ^ la parcie int^rieure 
de Vos de la jambe. 

Le triceps V. yient de 1*0/ pubis & de Vos ifchium. 
II ya s*inferer au dedans de Vos de la cu^e , & fert ft 
foumer la cuiffe en dedans* 

Le gre/le X. fert \ fldchir la jambe , & ne fait prefque 
qi/une malTe avec le biceps ^ & quelques autres qui 
ieront marques dans lea ,/^rexfuiy antes. 

Le vaJU interne Y, yient du grand trochanter & 
cmbraffele genou ayec ion tendon* II eft fort charfiu 
aupr^ du genou y 8c fa fonftion , ainfi que celle du droit 
& du vajie exteme , eft d'^endre la jambe. ^ 

Le biceps de la. jambe Zt yient ^ Vos ifcMum & ya 
a'inferer i la partie externe de la jambe ^ il eft charnu 
9t a dei»c tdtes co'taime celui du bras. 

Lejambier intirieur A i* 

Le gjkneau. externt S 2,* & yerra nueux dans la fi* 



Digitized by 



Google 



^02 FIG 

guru de l!ecorch^ vue pa,r derri^e , & nous le defignf- 
rons dans les explications qui auront rapport i cene 
figure , ainfi que le gfHieau interne. 

Lb p/roni^f C %. vient du haut & du milieu de Vaj 
appellc peroni. II va fous le ^ed qu'il fett i etendre , 
conjointement ave^ le&g^meaux. 

Vexten/eur des oneils D i. nous sf prend par foia 
Hoih I'ufage auquel il eft deftin^* 

laCgdmeau interne E t. ainii que le fokire JF*l. fe 
vetTont plus diftindetnent dam la figure deuxieme. 
Ce dernier , ainfi nomme par oppofitiun aux g^meaux , 
fert i etendre 1^ pied , con^inteQient avec ces demiers 
Sc le plantaire , auxquels il s'unic pour ne faire qu'un 
feul tendon, II vient d'entre les deux t£tes de Vos dt 
la cuiffe G i. 

II refte encore a examiner dans la figire premiere 
' le mufcle droit // 2. , qui prend ion origine i Vcr 
pubis y 8c va i^inferer a cdte du cartilage Xipko'ide. II 
s'etend le long du ventre; il eft diviie en quatre, & 
fouvenc en cinq parries, par de fortes interfedions 
nerveufes, qui font dutant de 'baades. Ces interfedions 
ne font pas tout^l'-*fait ^gal0m^nt dtftantes ; mais il y 
en a toujours. trois au^deflus du nombril, & des troia 
"parties ^u'eil^ 7 font, celle du milieu eft la plus 
grande ; pour I'Fitterfedion qui eft pr^ du nombril , 
la nati^re ne la pr^fente pas totjours de m^me -, quel- 
quefois elle fe fait voir au milieu du nontbril , qud!-* 
quefois un peu au-4Mrus ^ ou mStne encore plusiley^ , 
& les deux premieres (icuations que je viens de lul 
^ alFigner , fe remarquent plus erdlnairem^At dansr let 
antiques. \. - . * 

le ^jiind\di^tUP.ti2&tiM '^utela^pam^ isi^ri^re 



Digitized by 



Google 



FIG 50 J 

ae la bafe d<J Yomaplate , & va tranfverralement s^nffr^r 
«iix huit cdtcafup^rieurcs; il va quclquefois jufqu^i la 
peuviime. Ce /liii/He finit par une dentelure qui lui a^ 
&ic prendre fiin nom. Ce« dents font au nombrede huit, 
^ont quaere foUt cai^hto fou, |e pedoral. Ge mufcU 
U jomt^vec le mufcle cibli^ue ekterne JC 2. par digi- 
tttion J il lire h la re^irition, {v^^l^fig. dulao- 
cooa) & fefidt voir tfaatant plus dlftinaement , que 
le corps agir avec plus de violence & fe pone davan- 
tage. du .c6te oppofe- Dans les vielllards, dont la peaii 
eft moms adherent^ au mufik, les demelbres font 
Aoins marquees. 

yoil^ les mufcUA les plus interefflins de la figure 
rue de face. NoUs al^ns pailbr i la figure vue par 
derri^re , 

Tt^tt dtuxiime de Vicorch^^ 

Dans cette djsuki&ne pefitlbn de la figure^ qu»en 
torme de peintureon nomme icorchi , on diftingue 
prcmi^ement : le trapife dont on ne pouvoit appcrce- 
▼oir qu'unfe tr^-pedte partle i la* leitre r. Aq\^ figure 
premiere. II prend fon origine de la bife d^ crdne , 
^ 4e routes le| vtnebres dir col , d^s neuf ^Hes fupeneu' 
res de& venares du dos. II va slnffirer le long de Pepine 
de tomoplate jufqu'un peu au-deffous de la clavicule. 
CemufiU fi^ i fortifier I'aftten de quelques autres 
q^'il couvre; tl i^Ave Vomopian ave^^ celui qu'on 
nomme le rebvtur pfopre\ il la tire en Arrive avec V 
thoti^oi'de 8t la hatfliBf tout feul. II cbUft-ibue princi- 
pakmisnr, en!|>affitiit par defus la ba^ de \^<moplate^ 
i Itti donnef une certaiim rondeur , qui •dans I'An- 
tinoas antiqne^j fotaie les graces d^ caftte part^e de 
Itkfigiure^ 



Digitized by 



Google 



50^ FIG 

Le deltoide b. dont )*ai deji parl^ dans PexpUcatioli' 
de l*autre figure , ii voit encore id. II eft triangu* 
laire ; il prend fon origine de toate l'6pine de Vomo-* 
plate y de V acromion y & de la moitl^ de la partte^ 
ext^rieure de la ^lavicule. II ponfie le bris lih peu ene 
avanc & en arrive , felon la diredion de fes fibres* 

Le/iiS'^pineux c. tire le bras en haut avec le deU 
toide , & remplifiant la cavit^ fup^ieure de Vomoplate , 
entre I'epine & la c6te fup^rieuroy. ne fait fouvenc 
qu'une ma^e avec I'^ine & une partie du trapse. II 
nalc de )a partie exteme de la bafe de Vomoplate ^ 
depuis I'angle fup^k-ieur jufqu'i I'^pine , & pafiant par 
defTous V acromion y il va s'inferer a la partie fup^rienre 
& anterieurc de Vos du bras , pour I'^lever en haut. 

Le fous-epineux d. fait mouveir IVx du bras en bas ^ 
avec ?abaiffeur propre Sc le tris-large ; il prend (on 
origine de la partie externe de la bafe de Vomoplate 
qui fe remarqye depuis I'^ine fufqu'ik Tangle inferieut 
& va s'infiSrer \ la partie fuperienre &: ext^rieure dtf 
Xos du bras. 

Vahaijfmr propre e. prendfon origine de la c6te In* 
ferieure de Vomoplate , & va s'tnferer i Vor du bras' 
avec le tris; large y avec lequelil ne fait ^'un mftmery^ 
tendon. Son noni indique fon uiage , qui eft d'abaifler 
le bras. ^ . 

Ces quatre dernlers mAfcles y le deltoide , lefus-^pi^ . 
neux^ le fou$ - cpineux y & I'abatCeur propre, font' 
d'autant plus a remarquer pour les artiftes, que cet 
jendroit du corps eft un des phis difficiles \ indtef 
avec iuf^ejTe. On peut, pour raj^ort^r le jeU de c^' 
rnufiles - aux ; e^et^ ex«^riipr$ , - le remarquer - fur ' I* 
nature mSjii^ ^99 o^feiTYantjesaitkadet dans lefquell^s* 



Digitized by 



Google 



FIG 305 

^atgilTent; ou yli I'on v^eut confulter I'antique , le gla- 
diateur oftrira la jufte image de leurs mouyetnetiJ ; 
imais ce qui feroic infiniment utile aux jeunes Aleves, 
ce feroit de leur demontrer cette partie du bras fur 
r^corche*, enfuite de faire agir le module vivant, en 
le faifant pafTer fucceflivement par tous les mouvemens 
qui fe rencontrent , depuis I'abaifTement du bras julqu'i 
Tadion de 1'^16vatipn oH le Gladiateur a ^te compofe. 
C'eft ainfiqu'une inftruflion gradu^e, & une application 
des principes aux efFets , fuivie des preuves tirees des 
antiques , qui ont la reputation d'etre les plus parfaits , 
dontieroit infailliblement une connoifTance approfondie 
Ik raifonnee/ 

Le tris l^fge f. vient de Pos facrum^ de la tfiter 
fup^rieure de Xos des ijles , de toutes les vertehres des 
lomiesj & de 6 eu 7 vertehres inferieures du dos. II pafle 
d'un c6t^, par delTus Tangle inferieur de Vomoplate j 
c^ il s'attache en paiTant y & va retrouver Vos du bras ^ 
en fe joignant arec Vahaiffeur propre. II tire le bras 
en arrike& en bas obliquement da c6t^ de fon {nrin- 
cipe ifififrieur. 

Une portion de VoUique exteme g. dont il a iti 
queftion dans Texplication pr€c^dente \ la lectre JCi. 
Le brachial A. que nous avons explique a la lettre C. 
deja^. pr^cedente, 

Une portion & I'otigine du long fupinateur du rtf- 
dius L voye\ la lettre k. de I'explication preccdcnte. 

Vextenfeur fuperieur du cdtpe k. Voye\ la lettre 9^ s 
de ^explication prec^dente. 

/. Veocienfeujr des doigts, 

IK. Vextenfeur du pouce. 

n. Vextenfeur inferieur du cdrpe. '^ 

Tome IL Y 



Digitized by 



Google 



30« FIG 

Tous ces ifiufcUs portent dans Isurs nomi Texplics^ 
tion de leurs ufages. ' 

o. Lc flechijfeur inferieur du caqft. Voyei la lettre 
3^. de la premiere explication des mufcles. 

p. Portion d'un fUchifftur des doigts. 

q 8c n Les extenfeurs du coude. F'oyti la lettre H. 
de I'explication premiere. 

J. Vos du coude appell^ oUcrane, 

t, Le grand fijjfien II vient de Vot /acrum , & d* 
la partie lat^rale & poft^rieure de Voj des ifles. II va 
s'inferer par fes filets bbliques , quatre doigts au- 
deflbusdu grand trochanter. II couvre \e petit fefjierj & 
une partie du moyen. Sur quoi il faut remarquer qu'il 
y a trois fefliers , qui tous fervent i. ^tendre la cuiffe* 
Le premier s'appelle le grand fejjier ii caufe de fbm 
^tendue d^iign^e par les chifTres 1,2,3, 4f J* 

La difference des adions de ce mufcle fe peuc remar* 
quer fur le Gladiateur & I'Hercule : ^on ponrra les 
Yoif nufll fur I'Antinous & le M^l^gre aiitiques. 

u* Portion du fecondfejfien Ce fecond eft en partie 
cache (bus le premier. 

X* Portion du memhaneux, yaye\ la lettre Q. de 
la premiere explication* 

y. Le vajle exteme, P'oye^ pareillement la lettre R. 
de la premiere explication. 

^. Le hiceps. V<yye\ la lettre Z. de la premiere 
explication* / 

^. Le demi-nerveux^ Ce mufck vient du mfime Ilea 
que le biceps. II eft long & rbnd ; fon corps charau 
va s'inferer au-dedans de la jambe, trpis doigts au* 
4ttffons da I'articulatieii, 



Digitized by 



Google 



W t 5(^7 

^i„Le demi^iHemh-aiieux ac«ompag;»e le pr6c^denti 
Ion orxgine & a Ton infertion. 

^3.. Le ^r^ vient de la partie inferieure^ ie IW 
pubis. II eft large & d^li^, k fon of Igine : il va s^in*^ 
feret avee les deux pr^c^dens* 

Ces quatre mufcles Aip^i^urs de 4a cuiiTe , faToir le 
^/V<*/^j \ y le demi^nejytux & , It .d^tnhmemhrantux tf ^ « 
Ic i?^^^ ^ 2,. fl^chiiTenc ^a jambe , & tous quatre nt 
^c prefque qu^ine mafle. 

c 2. Portion du tricips, Voyt[ la lettre >^, explicatioa 
premi^. 

d X. Portion du mufcU droit. Voyi\ auffi la fectre J^* 
de la preiniere explication. 

^ 1. Portion du cqikunef. Voyt\ la UMe 7*. de la 
preiniere explication. 

f % Poiftion du cruraL 

g%* Lieu par od paiTe'le plus ^;nip Hiff it^ tout le 
corps -& la vtint popUtiqu€i 

hi. Sc 1 2. Lesg^meaux ; Pun interne, tii^qu^ A a, ^ 
I'autre externe , marqu^ / u lis yienneht det deux 
tfttes InSerieXires de I'oj de la cuiiTe & rent avec le 
plantain & le jblairi ^^dihpofer un tsAtat tendon , ap« 
pell^ le t'etfdon d^Ackiltk: Leut nom vient d§ leuf fbrm# 
Temblable* Cependant celui qui eft interne defcend ua 
peu plus bas que Pautre^ Leur office eft d'dtendre 
lepied. 

K\. te peroftnier vietli;du haut & du milieu de Vof 
Uppell^ pirone^ Car il eft doulile d^origine , , & d'in* 
fertion. II s'en va fi>us le pied qu'il fert k ^ehdrt 
avec les gimtaus8, 

Vlj 



Digitized by 



Google 



Figure troifiinu it TicorcM. 

It At metcrti ici que les renvois des chides die cette 
figurt tux deux pr^c^dentea, i c6t^ des nonis &: des 
chiffires qui fetvoient \\9i figure de Vicorchi Vue d^ 
profil , parce qu'il eft tif^ de fentir que les mufcles 
qui ft voient fous cet afpeA , one d^ji^ para en grande 
pactie (bus les deux, autres* 

Fig. i**.tig. £. 

I Le majhide, •••••••« B. 

% Portion du trapifc. •%.%%%• C*.«it««.a*. 

3 Deko'iie •• *••» S>.......h. 

4 Portion du hrackialm %•••••% G.n..,..h. 

% Biceps,., m^.m ••#•••• jP* 

6 £>5, les^rcren/^tff^ dttcoude.» H. 

7 L'union des deux exunfmrsm 

8 Longfupinateur du radius* • • Jt* • • • # • .i. 

9 Esstenjiur/up^rieuf ducarpe, • 0*« ib« 

zo f^vr^yh^r des doigts. ••••«• •••••#•••/• 

IX Extenfmr du peticdoigt. 

jti ExtenfeurinfirieurixLCArpe. •t».«...m. 

13 FUchiJfeurinf^rieurdxicarpe. M* •••%••. 

<4 Pa/maire.««..««. ••••«•••• iV. ' 

i.j Extenfeur du pouce««««««« P«««««««iiit; 

16 Rond pronatcur du radius m . J. 

17 FUchiffeurJiipMeuriivL carpe. JL. 

18 Sous-epineux. ...^ •••••••* •• .if. 

29 Ahaiffcur propre.^ ,.,.%. ^^ ^••••••••e* 

ao Tris'Urge •••••. ••••t««,./^ 

ai Grand irnre/^,* «•••••,,.» Jt, 

^1 Oblique externe* t • • « t • • t « • |[ 1^ 



Digitized by 



Google 



tie }9| 

^4 Pofition du couturiir^ ••«••• T, • « #• .e &•: 

1(7 Portion du </ro/f* •«••••• •• Hi«««,J^3i^; 

»7 Vajkexume..^ ^A,^... .^.i 

18 Bicefs^.m...^ ••••.•••••• Z •.^. 

29 Demi' ncrveux* ••••••••••• ,««••••• •£'«4 

30 Demi-memhranmxm%***09 4 •••••• .a 2^ 

31 ^^?/^^ X * 2^ 

32 & 3a deux portionsdu triceps. F. ..... ^ tv 

39 & 34 g^meaux externe & 

imeme. , E%.JB%..h2.iZi 

55 Vos de la jambe..^...., 

36 Portion du folaire.. •»....• F 2, 

37 Portion du fUchijfcur des or- 
teils. 

38 Peronier •.... C2..«.idg 

39 Extenfeur desorteils. •....• 17 2. 

40 & 41 malUoUs internes & 
exremes. 

4% Grand ftjptr. •..••.••..•« *.#»••§ 4*4 

43 Crdhd trochanter. 

44 Portiondufecond^/^^r...« •.•••ttiK^ 

Fin if^ V explication de ta ttoijpime figure 
de V^corchi, 

1.Z figure ) apr^ avoir d^oil^ au peintre les prinipipet 
de fa conformation int6rieure par la demonstration dea 
OS ySc les reiTorts qui op^rent fes mouvemena par cell» 
dUs Auftte , a te 4roit a^xsger de Tartifle qull d£i| 

VSi. , 



Digitized by 



Google 



5;<j Via 

robe tux ydux d«t fpedateurs dtfis les euvrages qu'il 
•ompofe J line partie des fecrets qui viennent de lui 
Atre r^v^l^. Une membrane fouple & fenfible qui 
voile & defend nos refTorts , jeft I'enveloppe , tout SI 
It fob A^ceiTaire & agitable, qui adoucit I'effet des 
mufcles J & d^oii ^iden't les graces des mouvemens. 
Plus (e fculpteur & le peintre auronc profond^menr 
^tudi^ I'int'^rieur de \z figure , plus ils doirent d'atten* 
tion i'ne pas fe parer indlfcrettement de leurs con- 
noiifances ; plus ils dbivent de (bias i kniter I'adreile 
que la nature employe \ cacher fon m^chanifhie. L'ex- 
t^rieur de la figure eft un objet d'ecude d'autant plus 
•ffentiel k I'artiftes que c'eft pat cette voie princi- 
palemenc qu^I pr^end aux fiicc^ ; contours nobles & 
miles , fans ttre grofliers ou etag^r& , que notre ima- 
gination exige dans I'image des h^ros *, enfemble doux y 
^exible & plein de graces , qui nous plait & nous tou- 
che dans les femmes *, incertitude de formes dont I'im- 
perfefilon &tt les agr^mens' de I'enfance ; caraflere 
d^licat & fyelce, qui, dans la jeunelTe de Tun & de 
I'autre fexe ^ rend les articulations a - peu - pr^ fem- 
blables : yoill les apparences chamumtes fbus lelquelles 
la nature , auffi agn^able qu'elle eft favante y c^che ces 
OS dont i'id^ rappelle I'image de notre deftrudion , & 
ces mufcles dont les d^veloppemens & la complication 
viennent peut-Ave d'e&ayer le ledeur. 

Les attitudes que font prendre I, la figure humaine 
fes befoins , fes fenfations ^ fes pallions & les mouve- 
mens inrolontaires qui I'agitent^ diminuent ou aug« 
ntentent les graces dont fa conftruftion l;i rend fufcep* 
tible. Paurois pu ajouter la mode; car elle ^tablit des 
conYeocions ^'attitudes , de parures & de formes qui 



Digitized by 



Google 



PIG 5rii 

wntredifent fouvent la nature, & qui, en la d%ui- 
fant , ^garent les artiftes , 4ont le but eft de I'ikiiter : 
mais ces reflexions que j'indique me conduiroient trop 
loin ; je me borne k expofer feulement les liaifons 'dm 
cet article ayec ceux qui en font la fuice. Quelques 
remarques fur les attitudes trouveront leur place au moc 
Cracc. Les carader^s des figures fuivant leur fexe y 
leur 4ge , leur condition , &c. entreront dans les di- 
vifions du mot Prof onion de figures. On doit fentir 
que toutes ces chofes y ont un rapport plus imm^iat 
qu'au mot figure. Eniin , les expreffions , les mouve* 
mens exterieurs , ou dn moins ce qui jufqu'a pr^fent 
eft connu fur cette matiere, qui tientik tant decon- 
noiflances , feront la mati^re du mot Paffion , regard^ 
comme terme de peintnre. {Article ie At. J^atblst.) 
FxGVKK ( terme de iculpture.) Ce moc s'emploie 
quelquefois cpmme fynonyme de ftame, L'Apollon 
du Belv^d^re eft une figure diWne. Quelquefois audi 
tts deux expreffions ne doivent pas 6tr» con fondues. Le 
mot^ri^ , Tenant du mot latin yfareCfetenir debout) 
convient aux figures qui font dans cette pofition : 
mais il ne convient pas i celles qui font affifes ou 
«oucli^. Ainii rAhtinoiis eft une ftatue , & le Gla- 
diateur mouranc une figure. On dolt donner le nom 
de ftoiue au Milon du Puget , & celui de figure au 
Milon de M. Falconet. Les perfbnnages qui font k 
genoux fur les ancie&s tombeaux , ou ceux qui y font 
couch6s font des figures^ II femble done que , dan* 
la fcrupuleufe regularity du langage , on peu€ dcmntr 
le nom de figures aux ftames , mais qu'on ne ptut pas 
donner le nom de ftatues aux figures. ( L. ) 

Vir 



Digitized by 



Google 



jij FIG 

FIGURINE ( fubft. fern. ) On donne ce oom i dtf 
fort pecites figures en peinture y en fculpture ^cn foau. 
II refte plus de figurines antiques que de ftatues* 

On voit dansle cabinet de M. Smeth , \ Amfterdam ^ 
un petit bronze d'environ cinq pouces de hauteur. II 
a ^e apporte de la Grecc. La comparaifbn arec d'autres 
bronzes antiques ^e la m6me proportion t^moigne pour 
fon amiquiie. C*eft un grouppe de txois figurines qui 
reprlfente le Laecoon & fes enfans. » La figure du 
» pere , dit M. Falconet , eft pofe'e comme cellc du 
» marbre antique , ^ I'exception des bras , des jambes 
» & de la t6te qui ont des differences- notables t pour 
» les deux enfans , ils font abfolument chang^. Celui 
» du c6ti droit eft tombe mort ou mourant fur la cui^e 
m du pere ; & fon dos qui fe pr^fente , produit une 
^ » maffe large, un repos harmonieux, qui mc parole 
» I'emporter de beaucoup fur celui de Rome ; par (a 
» proportion il parolt du mgme iig^. L'autre enfant peut 
» avoir quatre ans \ il eft afEs au bas & au cSt^^uche 
» du Laocoon , & par fes cris & £es efforts , il veut 
» fe debarrafler du ferpent qui I'enveloppc. 

» Ce petit bronze eft bien ex^cut^, c*eft-J-dlVe , 
» autant que peut TStre une belle efquiffe ^udi^ d« 
» cette proportion. II en refulte que les auteurs du 
9 tr^s-beau grouppe de marbre n'ont pas choili le mieux 
^ pofTible pour I'ex^cuter , puifqu^afTur^ment Tafpea 
» de cet enfant mort ou mourant eft plus attendriflant. 
» que celui dm marbre ; ou qu'il y avoit an autre ' 
» grouppe de Laocoon i ou qu'un autre ftatuaire aura 
» dit : Voici comme je le compoferoisj^ & je varieroLs 
» ainfi lapoefie demon fujet, en tu prtfentant pas 



Digitized by 



Google 



FIN )jj 

» trois fujets de douleurs ^gaUs dans mes trois fi-- 
j» giirts. Ce flatuaire eiu ea raifon fans doute *, mais 
a Agefander , Polydore , & Athenodore , pour ne pas 
» avoir donn^, pcut-firre, la meilleure idee poffible, 
-» n'en ont pasmoins prbduit dans I'art un chef-d'oeuvre 
» d*un ordre tr^ - fup^rieur. Peut-fitre auffi les trois 
a artiftes avoient-ils fait chacun une efquiiTe , & fe 
a font - lis determines en faveur de la compofition qui 
j» rempltiToit le mieux la niche cr. (L.) 

FINESSE ( fubft. ftm. ) On e^nploye plus ordinaire- 
jnent dans le langage de I'art ce mot au plurlel qu'aa 
iingulier. On dit des finejfes de ton, dts fintjfes de 
toucht ; on dit aufli dts pajjages fins , un trcit £ dt^ 
contours fins. 

. Ces mani^res de 8*exprimer one rapport \ ce qu'on 
appelle en peinture le precleux^ le termini , enfinau 
foin que met I'artifte dans fon trarail , & a fa propret^ 
dans I'execution. 

La finejfe des palTages & des tons demands qu*on 
employe les couleurs avec precaution > & qu'elles ne 
ibient falies , ni par les objets ext^rieurs , ni par I'in** 
decifion ou par \z fatigue du faire. 

Cette finefe fuppofe audi pr^alablemeiit une ftuda 
m^dit^e des effets de la couleur , de ceux de la lumi^re ^ 
de la yaleur jufte des tens , de leurs m^anges, de leurs 
d^adations , qui font les bafes de Tharmenie pitto:' 
rti^e. 

Une main l^g^t^ 9 nncvue jufte , un fentiment d^ 
licat d^erminent &: op^ent \zfineffe de la touche. Un 
peu trop force , trop appny^c, trop iad^cife ^ elle ne 
la^iteroic p^s le nom i^fine. 



Digitized by 



Google ' 



314 FIN 

L'excellence du godt dans les autres arts Whinux ^ 
renferme Tid^e de cette fin^. Uae penCee fine ^ un9 
tournure , une exprefllon fines dans le difcours , une 
hzrmome fine dans la profe, dans les v^rs, dans la 
mufiquc , font I'equivalent de ce qu'eft un carad^re 
fin dans les details & les proiils d*un ouvrage d'archi- 
tefture , ou dans les contours d*une belle ftatue. Cecte 
pe]:fedion depend d'un gpti^ ou d'un uft tris-delicac , 
qui , plus (bnfible^^ou plus exerc£, lvalue plus pr^cile- 
snent les rapports des parties , decompoCe y pour ainfi 
dire , les fenfations , ou bien les divife avec jufteH*e , 
farce qull en apperfoit toutes les nuances. 
. Cette finejfe d'ex^cution dans la pratique des arts 
convient , & fe troure plus ordinairement dans les 
moindres genres \ comme on voit aufli les honunes les 
moins robuftes &lesame8 les moins fortes itrefouvent 
dou&^par compenfation , de certains agr^mens , de cer- 
taines d^Ucatefles , & d'une fenfibilit^ d'organes par- 
ciculiere. 

Le veritable merlte des grands talens & des grandes 
ames eft la force de featiment , I'energle de caradere* 
£nfin,les genres de peinture fufceptibles i^fineffe^ 
font deftin^s k flatter les fens ou Pefprit ; les grands 
genres , \e& grandes maniires doivent ^mouvoir forte- 
jnent & entratner« 

Les fociet^s tr^-civilifees , dtfons. amoUiec par le 
luxe , font ordinairement douses de plus de finejji : 
elles font plus fenfibles k la d^licatefle qu'k I'^nergie, 

Jjkfineffe enfii^ eft, en quelque (brte, la perfeftion 
de la foibleffe , &: ceci pent s'appltquer k tous les arts ^ 
tux hommes & peut-£tire aux nations* 

Quand, dans les ans , le mot fineJH fe rapporte I I'ex* 



Digitized by 



Google 



FIN j,y, 

preffion, ilprend alors lemSme fens que dans la langage 
ordinaire, lorfqu'il fe rapporte ii la phyfionomie. On 
Dedira done pas que ]»peintre ttfincment iaifi, rendu 
ayec fineffi I'expreflion de la colore , d^ la crainte , de 
I'horreur ^ mais on dim qu'il a rendu finement uno 
expreflion fpirituelle , qu'il en a faifi route la finejfc , 
qu'il Pa repr^fent^e ZYe^fineffe. 

', Vos ^cvieils y jeunes artiftes , 11 vous ^es port^ \, hi 
fintjjt dufaire plus qu'i I'^nergie, font la maigreur^ 
le froid & la diminution graduelle de votre talent* 
D'un autre c6t6 , les avantages que vous pouvez tirer 
de \z fineffe y ^ont \z corredion du trait , le frecitux 
des contours, le fpirituel &lalegeret^ de la touche. 

Une ligne fepare la louange que vous pouvez m^riter 

de la critique i laquelle vous pouvez drre expofes. 1L% 

fineffe du pinceau eft bien pr^s d'etre appellee foibleife , 

comme le ftyle^n d'etre appelle mani^re. 

Ne renoncez pas cependant au m^rite que vous 

> ponvez trouver dans la fineffe , fi vous vous fentei au- 

delTous de \z force ; mais il ne faut pas vous lailTer igno- 

rer que le plus grand avantage dans les talens ^ ainfi 

que dans le monde , eft pour la yigueur & I'energie. 

II eft poflible^ dans les taletis , que I'artifte vigoufeux 

devienne fin \ il eft impoffible que de la fineffe oa 

paiTe a la force : en tput genre , on defcend plus faci<«^ 

lement qu'on ne mbnte. ( Article de M. JT^atel^tl } 

FINIR, (verb, aftif ) terminer un ouvrage autant 
qu'iMoit I'Stre. Ce tableau eft bien^&ti. Ce peintre ne 
fkit pas finir fes ouvrages. Quelquefols le participe fin^ 
fe prend fubftantiyement ; on dit , ce tableau eft d'uft 
g^rand fini , d'un fini pr^cieux. 

Un tableau eft )&2/; quand U eft paryena au point; 



Digitized by 



Gqogle 



5'^ .FIN 

d'imiter la n^ure. Dans la peincure tout eft menfbngi^ 
jufqu'au fini ; ainfi un ouvrage eft termini quand if 
parott rStre deja place oii il doit £tre vu. Un tableau 
fifti , parce qu'il doit £tre plac6 loin de I'oeil du fpec* 
tateur , ne feroit qu'une ^Bauche s'il devoit £cre vu de 
pees. Aanfi, un ouvrage dont les objets^ font d*une 
proportion collofTale , & qui doit fttre^plac^ \ une fort 
grande diftance de I'oeil , eft fini quand il femble 
I'^tre au fpeAateur plac^i une diftance convenable. Un 
plafond peint ^ frefque par grandes maiTes ^blies au 
premier coup , peut ^tre audi fini , relativement a foR 
objet , qu'un petit tableau de Metsn ou de Mieris. 

On fent qu'un petit tableau qui doit £tre plac6 pr^ 
de Tceil demande a 6tre fini , parce que le fpedateur 
s'appercevrbit qu'on ne fait que lui indiquer ce qu'on 
s'engage I luimontrer. Mais il faut diftinguer le^idu 
leche : le lechi eft froid , il eft fee -, le fim n*exclut 
pas la chaleur, il I'exige m6me , puifque c'eft en fi^ 
nijjaht que le peintre ^tablit les touches fortes & miles , 
& les vigueurs qui donnent la vie i un ouvrage de 
Tart. On peut dire que le lech^ , qui eft confondu avec 
le fini par le vulgaire des amateurs, a pr^cifement le 
defaut de n'^re pas aiTez fini , puifqu'il y manque la 
dernier travail qui devroit animer I'ouvrage , & ca« 
cher la peine qu'iladonn^e i I'auteur. Qu*on regarde 
de pr^ un beau ponrait de Latour, il femble que le 
peintre fe jouoit avec fes paftels : raais ce jeu par lequel 
le favant artifte imprimoit I la toile la vie & la paflion 
fuccedoit i une ^tude p^nible & rlfl^hie , &: c'^it 
cette ^tude qui lui donnoit I'aifance de fe jouer en 
afTurant par les derni^res toudies le caraft^re des fonnet 
& des expreffions. 

Le fini excelBC eft comraiire a ce que I'iartifte fo 



Digitized by 



Google 



PIN 517 

yropofe. Son ob}et eft d'imiter la nature , 8c ce Jinir 
i'i§loi|;ne de la juftelTe de cecte imitation , parce qu'il 
Itti fait perdre ce vague , cette incertitude , cette va- 
peur qu^offrela nature, &^uidoitretrouver dans Tou- 
vrage de I'art. 

C'eft mentfr contre la n^^tureque definir fechemenc 
ee qui'chez elle eft moeleux > & froidement ce qu'elle 
anime de fa chaleur; c'eft mentir centre la naturo 
que de decider les objets ploughs dans I'ombre comme 
ceux qui font expof^s i la lumi^re; c'eft mentir contre 
la nature que de bien arrStejr les forfnes des objet^" 
61oign^s ; c'efl mentir contre la nature que de ne pap 
exprimer le vague que porte fur les objets la vapeur 
dont I'air eft toujours plus ou moins charg^ : 8c s'il 
fauc abfolument fe permettre le menfonge , c'eft p6cher 
jcontre I'art que de ne pas adopter la mani^re de mentir 
qui fuppofe le plus d'arc, de fuivre une mani^e 
froide qui contrarie ^, la fois & la chaleur qui doit 
6tre dans Pame d'un veritable artift0 , & la fin de 
I'art qui eft d'^chauffer le fpedateur , 8c la nature qui 
n^eft jamais froide. 

On finit fouvent bien mienx un puvrage par des fa- 
crifices & par des touches jaftes & favantes^ que par 
le$ operations lentes & difficiles d'une froide patience. 

Comme les diverfes parties d*un grand odbleau font i 
des dlftances fort differentes de I'ceil du fpedateur ^ 
elles ne demandent pas routes le mSme JinL La parti« 
inferieure , plus voifine de I'ceil , doit dtre plus ter- 
minee que la^artie fup^rieure. 

II y a de& peintres, & fur-tout des pelntreade por- 
traits , qui finijjens avec le foin le plus recherche Ie9 
dhraperles i^ d'autres acceflbires qu'ils peuyent tenic 



Digitized by 



Google 



5i« PL A 

tant qu'ils veulent foutleurs yeux, & ^ai terittineftl 
beaucoup moins les chairs , parce que let gens qui fe 
font peindre n'ont pas la patience de pofer comme des 
manequins. Ce d6faut d'accord dans le fim p6che 
contrc I'art & la nature. 

On aime en g^n^ral \ voir des ouyrages dont Pauteur 
fiitisfaic fes juges en leur montrant ,en quelque (brte 
plus qu'll n'a fait , od 11 ^gale I'eflet du rendu pr^ciesx 
par des indications favantes , oil au plaifir de voir und 
belle chofe, fe joint celui de voir une chofe faite 
mi^ment, oii un grand effet femble £tre prodnit par uq 
petit nombre de moyens. On peut comparer les artiftes 
qui ont ce talent aux ecrivains qui offirent en quelque 
forte au le^eur plus de penfees que de mots , & ^%A 
lui font naltre encore plus de peniees qu'itt n'en one 
€crites. ' 

dependant les faculty ^e» aniftes difiireAt auffi 
bien que le godt des amateurs. II ne faut done pas Atro 
•xclufif , & ce feroit une injuftice de refufer toute eftime 
auxouvrages quiplaifent fur-tout par la beaut^ Aufini. 
Je dis beaut^ , car e'en eft une , & elle a par conf^quenc 
droit de plaire *, mais on ne fera pas injufte & I'on 
pr^fi^re la beaut^ qui femble cr^ , i celle qui paroSt 
^re le fi^uit d*un travail opiniitre , & Fouvrage du 
g^nie , ou m€me du talent facile , k celui de la patience. 
{jinicledcM. LErEsqi/M ) 

F L 

FLATTER (verbe aa.) Ce dit des >pelntres de por- 
traits quand on fbppofe quMls font les reprefentations 
plus belles qu^e lies origiaaux. Ce peintre^a^rr touces 



Digitized by 



Google 



FLA ^tp 

les perTonnes qu*sl peint ; les femmes aiment k £tir# 
JSatti^e^ dans lears portraits. 

Comme il n'eft pas poffible au peintre de doniier 
a fa copie la vio dont I'original eft anim^ , conune H 
n'eft pas moins impoflible qu'il n'affoibliitb pas en ke^ 
prefentatit une perfonne d'efprit cette expreflion viva 
&fine qui eft plus belle que la beant^, ne lui eft-il past 
permis de chefcher une compenfation , en diminuant 
les defeflupfit^s de quelques traits , fans-nuire I ce qlii 
doit faire reconnoitre la perfonne repri^fent^e ? Le blA« 
mera-t-on quand il dte d'un c6t^ , de chercher I donner 
quelque chofe de Tautre t 

Quelquefois on appelle flattis des portraits vagues ^ 
dans lefquels aucun trait n'eft accuf^ avec pr6cifion ^ 
& qui non-feulement ne re^etnblent que tr^s-impar- 
£iitement i la peribnne quiVeft ^itpeindre , mais m^e 
k une figure anim^. Loin S ^ir f flattis ^ de tels por** 
traits font toujours fort au-deiTous de la beaut6 de la 
nature , qui n'eft r^Uement belle que parce qu'elle vit. 

II n'eft point accord^ a I'art de flmter une fenune 
qui a de la grace & un bomme qui a de I'efprit* 
• Faire de grands yeux fans expreffion , de petitea 
bouches fans mouvement , un fburire fans finefTe , des 
]oues arrondies fans £tre belles , des fronts comme la 
mode veu^ qu'on les ait, abandonner enfin la nature 
pour des conventions paffag^res , tels font les moyens 
grc^ers qu'ont employes bien des peintres dans Tin- 
tention de flatter* Les gens du monde les appellent des 
flattmrs ^ & les artiftes ne voyent en eux que des 
. deftrudeurs des beaut^ de la nature. 

Saifir , autant qu'il eft poffible k I'art , I'expreflion 
in la oature , en fupprimv les petites formes qui «# 



Digitized by 



Google 



^2<y - F L E 

mar()ueiit que fa degradation, en tdouclr les Hhnttf 
ce n'eft fzs flatter y c'eft connoltre le deroir de I'iar* 
tifte qiri fait qu'il y a, m(me dans Tare de faire le portrait, 
quelque chofe d'ideal. 

L'ouvrier en peinture de portraits qui charge toutes 
les formes d^fedueufes de I'original , & le fait recon- 
noitre de loin k fes defauts , eft ce qu'on appdle fbu- 
yent dans le.monde un.peintre qui neflattc pas 8c 
qui attrappe • les reiTemblances : aux yeux des rrais 
connoiiTeurs , fes ouyrages ne refTemblent reellemeat 
i&rlen. {Article de JI. LMVEsquE*) 

F L E U R S ( fubft. fern. plur. ) peindre Usfleurs , 
c'eft entreprendre d'imiter I'un des pins agreables ou- 
yrages de la nature. Hies femblent cr^^es pour charmer 
tous les yeux *, mais c'eft au peintre fur-tout qu'ii ap- 
parti^nt. de rehdre le plus digne hommage k tears 
beaut^s. Dans les autres objets qui font offerts aux 
regards de I'artifte, les teintes femblent moins pures, 
les gradations moins fenfibles , les nuances plus confon- 
dues I les tons moins precieux. On ne pent gu^re 
comparer aux couleurs brillantes & yari^es desfieups , 
que I'email nuanc^ dont brillent certains oifeaux , cer* 
tains papillons qu'on pourroit appeiler des fleurs ani* 
sn^es , comme on pourroit nommer un parterre de fleurs 
la palette de la nature. 

Quecette palette a d'ayantage^ fur ceUe du peintre ! 
Les teintes n^ font point arrangees dans une gradation 
metiiodique ; il n'eft point pour les fleurs de couleurs 
'ennemies. Toutes croiHem enfemble fans fe nuire & 
s'approchent fans fe crain^dre. Le defbrdre m^e leur 
fJLed , dc I'artiile qui les confidere avec etonnement , 

r^connott 



Digitized by 



Google 



tteolliftok toint)ieti IVta befc n ie fecours ^ de m^- 
fttation ic d'eftorcs pour approcher des beaut^ qui ne 
cputent rien a la ftature. 

Cepeiidane il s^encoutage h un combat iii%al, & 
!es pinccaux i la ma n , il ofe entreprendre d'imitcr 
des perfedions qui I'attachent encore plus qu^elles ne 
rintimident. Amant de la beaute de^ fleurs , fa rive 
toiais innocente paflion lu! fait efperer de rendre du- 
rables des chamtes con damn es> comme tanr d*antres, 
a ne briller qaelques infians^ que pour ft fletrir & 
dtfparoitre. 

L^arrifte entreprendra fans gloif c cette coneju^te fur 
le temps & la deftrudion , s'il ne joint pas k l*'ntelli- 
|;ence de fon art , 1 la delicatefTe du goi&t , la perfec- 
tion dufaire le plus delicar. II faut fur-tout qu'il paA*e 
la plus grande partie de fd vie i s^occuper de fes mo- 
deles -, mais plus heureux que la plupart des autret 
imittteurs , il ne trouvc dans cette contempla' ion quei 
its perfeftions differentes entr'elles , -& toujours 31 
trouye la grace & la beaut^. 

Quel genre de panture ]ouit d'un tel avamage? 
L'biftoire eft Hn melange de faits dans lefquels lea 
^ces & les malheurs I'emportent fur le bonheur Sr la 
rertu. La nature champdtre offre plus' de rochers 8c de 
fitesincultes que de valloK^ fertiles & de payfage:^ ar* 
cadiens. Vetnet , dans fes rian^ tableaux , a pi uji fou* 
ycnt attache foil imagination h, des temp^tes qu'i del 
calmes , k des naufrages qu'li des navigations heu- 
reufes. Les batailles font bien plus exclufivement encore 
les images de la barbarie ; &: I'ecude du. portrait ne 
pr^nte que rarentent pour model cs i ceux qui a^y 
cpn(acrent ces graces isgenues que I'on compare i^x 
tome II. X 



Digitized by 



Google 



^12 P L E 

jUurs^ &:^qui font delicates & touchaiftes cofttme eB«« 
Que les peintres 4 qui ce. genre eft deftiii^ (e fi^ 
licitent de leur partage \ mais ce choix d'occupatioa 
convient-il i tons ? On peut en douter, parce qu*il 
ne permet pas de m^diocres fucpes. Lorfqu'on s'engage 
i peindre un des chefs - d'oeuvre de Ri nature , on n*a 
pas imit^ % fi I'image n'eft parfaite. 11 n'eft point d'tf« 
feu'pris pour la grace ; ce qui ii'eft pas elle , n'eft rien* 
II St fuffit pas. de vouloir peii^dre Xe&fleurs; il iaxit 
6tre appell^ a ce talent . par des difpofitions artiell^s y 
je dirai mSme par des qualit^s morales qui , fans toe 
abfolument indifpenfables y paroifTent au moins avoir 
favorife ceux des aniftes de ce genre qui les ont pofie* 
dees. £n effet leur hiftoire ou leurs ouvrages font 
penfer qu'au coup-d'<sil le plus julje qui les rendoit 
delEnateurs precis & boos coloriftes, a la patience in* 
fatigable des details , a la propret^ dans le travail qui 
conduit ii la perfedion ^xxfairt^ devoienc toe unis en 
eux une douceur de carad^re, une Cer^nit6 d'ame fc 
une ^galit^ d'humeur propre h, rendrela precifiontou jours 
la mSnie » la couleur tou|ours pure, la touche egalemecc 
sAre & l^g^re. C'eft ainli qu'et^ient dou^s , fans doute , 
4es S^ghers , les Virendael , les Mignon , & ce Roepel 
qui partageoit fa vie entre le plaifir de contcmpler les 
fleurs de Ton jardin & celui de les peindre , & ce 
Van-Huyfum que j'ai eu le plailir de voir- 8c de con- 
noltre aux der^iecs termes d'une vieilleife prolongee , 
cult! van t encore fon talent & confervant tou jours le 
calme de fon ame & la fratcheur de fon cqloris. feft 
ainfi qua marche fur fes pas un artifte qui ^ naturaliie 
dans notre ^cole , ne nous permettra , dans Ton genre ^ 
4e rien enyier I. la Hollaade* 



Digitized by 



Google 



F I. E j^t^ 

J^aurcMs 4A nc pas oubjier fans dpute la c6lkhxe M&- 
rian , ^ je pourrois lui comparer encore une emule 
^ul , dans une claflfe plus diftinguee , en!ra!nee par un 
penchant aufli vif , douee de t^lens & de graces , fz^e 
les-plus doux ihftans de fa vie a ciihiver des rofes pour 
les peindre, & a cherir uM art quMle fait aimer. 

Apr^s avoir parl^ desartiftes , il eft necefTaire d'entrtr 
dans quelques details qui conviennent k ceux qui vcn- 
lent les imiter. 

Lorfque les fltuis ^taient regardees comme des ob- 
)ets abfolument inanimes , on pouvoit fe contenter , en . 
les peignant , d'une imitation^ froide de leurs formes 
&: de leurs couleurs. Mais aujourd'hui que ceux qui 
les obfervent ont furpris en elles des impreffions pref- 
qu^intelligentgs ; aujourd^hui qu'on en voir quelques- 
unes fuir avec une forte de pudeur la ma n indifcrette 
qui fe hafiirde a les toucher^ d'autres fe pen cher pour 
s'imbibcr des particules de I'air , ou faire briller leurs 
charmes a I'eclat du jour, ouvrir les beaut^s de leiir, 
fein \ la lumi^re , les refermer triftement quand elle 
les abandonne , & charmer par le fommeil I'ennui de 
fbn abf^nce \ prefque toutes enfin s*unir par des re- 
lations fytnpathiques , & n*^tre pas ^rang^res a quel- 
ques-unes des fenfations que la nature accorde atix 
animaux : \esfleurs exigent que les imitations qu'on 
en fait donnenf une idee de mouvement, on oferoit 
prefque dire d'une impreflion relative aux circonftances 
qui les mpdifient. 

Au refte, Tinutation des fleurs pent $tre confidqree 
fous deux afpefts; fous l^un elle eft ecendue & appro- 
priee k I'art pris dans fon fyft^me le plus general ; 
fous I'autre elle fe renferme en elle-mSme fansfe mSler 

Xij 



Digitized by 



Google 



avec celle d^aucun objet granger. Le pfemicf genf€? 
limitation convient aux peintres d'hiftoire lorfqu'ils 
introduifcnt des fleurs dans leiirs tableaux, & le fecond 
aux peintres de fleurs proprement dits. 

Une maniere large, *& plus fpirituelle que rendue , 
peut rappeller Tid^e des fleurs fans faire d*elles un 
portrait detaille & termini. Ceft ce precede qui convient 
au peintre d'hlftoire & qu'il doit fuivre , pour que la 
maniere dont il traite Us fleurs fe.rapproche de celle 
dont il a traite les autrcs objets de fa compofition. ,Ce 
principe eft fond^ fur celui de l*unit6 , & fur les con- 
venances r^iproques du/izire^des differens objets dans 
un m^me tableau. On doit voir que tout y eft trait^ 
d*une mSme main, pour un mfime objet, &: daHs un 
mSme prirtcipc. Des parties peintes avec les details 
recherch^s de Gerard Dow , ou telles qiie les traite 
ordinairement le peintre de portrait , ihanqueroicnt 
aufli bien de convenance dans un tableau d'hiftcirc 
g^neralement peint d^urie maniere large , que Ae^ fleurs 
& des fruits qui y feroient repr^ftntes avec le termini 
pr&ieux de Van-Huyfum^. ^e principe d'unit^ exige 
dans ce genre qu'un int^r6t fentimental foit I'objet 
predominant auquel tout autre objet fe rapporte & eft 
fubordonne. Comme il ne feroit pas poffible de rcndre 
avecle detail & la prccifion qui cbnviennent au pein- 
treie flours tous les objets que doit offrir une grande 
compofition-, il faut que^ ccux qui, fe prfitant a une 
^tu^e fixe & iranquille , feroient fufceptibles d'^re 
rendus avec le fini le plus precieux , fe facrifient pour 
ainfi dire , & fe d^vouent a n*^tre que rappelles I Tima- 
gination , fans que leur perfeflion particuliere T^c^ipprte 
fugles objets dc qui depend TinterSt principal. Ainfi le 



Digitized by 



Google 



P t K |2JS 

Pouflin , dans (on tableau de I'empire de Flore , ne 
s^eft pas avife. de rendre les fUurs dans la mani^re de 
Seghers. 

Cette partie du fyftfime de Part , connue & fentic 
par tous ceuxl|ui le pratiqucnt avec fuperiorit^ & mSme 
feulement avec intelligence, eft une de celles qu*il 
eft Je plus difficile de.faire comprendre aux perfonnes 
qui n*ont que des connoKTances fuperficielles de la 
peincure. II eft cependant un moy^n de la mettre \ 
portee de ceux ^ui ont du moins quelque connoiffance 
des autres arts , & c'eft en de femblables occafions qu'il 
eft utjle de les rapprocher. Qu'on fe rappelle en efFet 
quelques-unes des obfervations qu^ j'ai pr^fent^es \ 
Particle Accessoires ; on fentiraque , dans un poeme y 
la defcription extr^mement foign^e & curieufement d^ 
taill^e d'un objet particulier peut pafTer pot^ un d^- 
faut, ou 4u moins pour une inconvenance , parce 
qu*elle arrlte I'adion , ou qu'elle detoume I'int^r^t. 
Dans la mufique , lorfqu'un air , quelque parfait qu'it 
ibit , n^appartient qu'epifodiquement au fond du fujet ^ 
il eft regards commeuBornementambitieux, & comme 
un veritable d^faut, s*i l^tt ire tropexdufivement Inat- 
tention & s^ii la detourne trop long-temps de I'objet 
principal. Dans Parch iteSure,. une frtfe trop orn^e^quoi- 
qu^execut^ avec toute Padrefle dont Vztt eft capable ^ 
deplak ft elle n^eft pas fubordonn^e a l^ntention da 
mpuvement, & au cara&ere g^n^al de Ti^difice oik 
elle eft plac^e. Une dies premieres loix du godt , eft done 
de bien dJcider la place que dpit occuper chacun ii^% 
objets d'nne compofition , de les accorder entr*eux 
dafts lamaniere de les traiter, & de fubordonner ceuifi 

X iij 



Digitized by 



Google 



3i<5 F L B 

qui doivcnt ftaturelkmenc ceder I Totjet qui doit tenlr 
le premier rang. 

Quant au fpedateur qui ne veut emrer dans aucune 
connoiffance raifonnee de I'art , fi, par exemple, dans 
un tableau d'Europe enlevee par Jupiter cache (bus la 
forme d*un taureau qu*elle a par^ de fieurs ^ il ne s'at- 
tache qu'2^ defirer que les rofes aient toute la fratcheur 
qui leiir eft propre , que chaque feuille en foit rendue 
avec la plus fcrupuleafe precilion j & que m^me elle 
tbit encore hiimedee par quelques gouttes de rofee , 
que fervira de lui parler d'int^r^t, d'unite , d'enfemble ^ 
II revicndra to;jjours a fa rofe, comme le moucheron 
pour qui elle ef^ tout dans runivcrs. 

. Je ne pretends pas cependant lui Ater ce bonheur , Jq 
veux ieulement qu'il en jouifle d'une maniere plus 
convenable.'C'cft p6ur lui principalement que travaille 
le pcintre aimable qui fatt de la reine iesjJeurs I'objet 
principal d'une compofirlon. 

Au refte chacune des deux mani^res dont j'ai parl^ a 

Tes ecuejls. Fn efFet, (i le peintre du genre le plus 

noble, fier de (a preeminence, traite avec une (brte 

de dcdain & d^ln pinceau trop neglige des objets audi 

precieux que les fieurs^ s'il croit les rappeller afTei par 

des dpeupres , des formes n^gligemment cara6^6rifees , 

'des teinres trop facrifiees ^ cetre hauteur deplacee nuira 

plus q'j'on ne penfe h. (on ouvrage. D'une autre part , le 

" peinire foigncux qui veut rendre jufqu'aux plus^etits 

details de cheque fieury de cha!)ue feuille , de chaqoe 

fruit qu'il reprefente , & qui en fait fucceflfvemerit 

peur lui un .objet principal , tandis qu'il ne doit y 

' en avoir qu'un feul dans fon ouvrage , rifque d*Strc 

froid J Sc i^ manquer le fucc^s ^u'il deilres 



Digitized by 



Google 



•C^ a vu fluB d'une fols le$ peintfes <le fieur:f pr^er 
leur fecours a^x peintres d^un autre genre /m^me ii des 
peintres d*hiftoirc. Ces unions peuvent Atreavants^eufea 
dans la peinture i ceux qui les forment ^ fur-'tODt s'ils 
one dou^ de vrais talens , & s'ils pofs^dent les con* 
noifTances fond^mentales dc Tart. Cjm* le petntre tf htf- 
toire fe trouve-alors comme forc^ de term ner daran- 
tage , & le peintre defleurs de niettre dans fon /aire 
pluji de liberty & plus d'efprit* Ceft ainfi que les 
hommes aimables , Hans 8c doux acqu^rent de I'energie 
en fr^quentant les hommes auft^res , & donnenc I ceux* 
ci plus d'agrement & de flexibility. Ceft ainfi que lea 
unions heureufes modifient les cara^l^res & rendent 
plus parfaics ceux qui ont le bonheur de les former 
& d'^n connoltre les avafttages. 

II eft d^erens genres de perfeftions propres aiix 
dif erentes manidres de traker chaque ob jet ; mais if 
eft audi des d^fauts qui leur font attaches. La fech^^e^ 
le froid , la moUefle font les ^ctieils du peintre pr^-. 
cieux *, Pind^ifion des formes , celle des teintes , une^ 
touchy trop pronond^e ^ font les defauts que doit crain* 
dre le peintre dont la maQiere eft plus fpirituelle & plua ' 
IttN-e. 

Defporte^, Baptifte ^ Michel- Ange des^rajJIes^ 
Mario de' Fiori ont atteint dsins leurs beaux ouvragea 
la perfeftion de cette mani^re libre Sc fiivamer Van* 
Huyfum a tutt^ contre la aature , ne fe contentant paa 
de Pindiquer & voulant I'egaler. Les premiers avec un« 
touche fi^re ^ un pinceau m&le > un procM^ prompt p 
ent fu tranfmettre I'idee , plut6t qu'ils n'ont dpnn£ 
la reprefentation precife de la.l^iret^ dts fleurs ^ ft 
4es 4ift|Brcu)tes fi^ftanciea dont font compofes les^£cuits ^ 



Digitized by 



Google 



^8 F L O*^ 

l^oeil cfo!t tStidier H mollcfle de It figue en ft InsA^ 
rh^, )es rugdfres de iVcorce du melpn , la.fni?cherr de 
la pulpe , quoique tout cela ne (bir, pour ainfi dire.^ 
cjue defigne. Van-Huyfiim , avec moina de preftige 
& non moins d'art, ofFre eifeftiv em-nr le di)"e* de 
la p6che , le velour^ Fn Sc tranfpa^ent de la ro(e , la 
limprdite d'une goutte d'eau , les maiTes^ prcfqu'im- 
percoptibles d\in nid d'oifeau ; &* , dans I'incerfitude 
<A vows'je'.te Ton charme m^g qiic , tan'6t vous^res 
tenr^ de porter la main fur I'lm Nation tromreufe , raiit6c 
vous craignez de f!e:rir par le toucher le plus delicat 
une image fi precieufe. 

Jeiines artifles q-'i vous ^tes conracrr.? a ce genre ^ 
fl vous portea cn-'le I !a variee de^ autres genres qui 
fembient offrir la refforrce d*iin pi iS ^rand nombre 
d*iobjecs ^ 8c les rchcfles d'acctdrns pi is nulMpli^^ 
fi cene id^ vous refroidie fur le* bome& qui voua 
fembient prefbrires , fongez qu'elle^ font p]ut6t cellea 
de votrc talertt que de votrc genre. Vou^ travaillenei 
tout votre vie avec la plus grande afliduire, fans 
^uvoir epiilier les cnmbinaiA^ns dans lefquelles vous 
foxin 6tei reflrernc , &: il ne s'agit peut^dtre pour vous 
d^tromper & vous rendre Je courage, que de vous en 
•litrir l«js fott'rces. (jinklt de M. J^atblht. ) 

FtOI^. A tonfidcrer ce mot grammiirkaleniient , on 
M fait i Quelle clalTe le rapporter. II eft adverbe dans 
iette fit^on des*exprim^r, il peint^on; il femble^re 
aidjeAif dans ces phrafes , cela eft ^021 , ce tableau eft 
Jtou \ cependant il n'a pas de fi^minin & on ne peut 
4ire , cette figure tfkfioue, (L ) 
^ n fi^mble cependant que ce foit ua^ yieux aiot ^«£ 



Digitized 



:ed by Google 



f* L O jaji 

"V^ent ie Padjeftif ht\n/iuidus ; il exprlme la douceur 
le godt moeleux , tendre & fuave qu'un peintre habile 
met dans fon ouvrage. On trouvc floup dans Villon , 
Be Bo'-el croit qu'il fignifie flouet , c'eft-i-dife molUt ^ 
delUuu* Q\xo\^}jfi\ en foit^ peindre ^f£ , c'efl noyer les 
teintes avecl^g^ret^, avec fuavrite, avec amour; c*e(J 
le contra^re de peindre durement & (echement. (L£ 
Chevalier de Jaucou%^ , datij rancienne Encyj^lopedle.') 

Le mot^K n'a d'autre but que de d&fignerun cer- 
tain curaflere floux & un peu Tague dans I'harmonie de 
tk couleur d'un tableau. On ne pent dire autre choft 
k ceux qui n'ons pas un grand ufage de la peinture, 
A: qui tie s'occupent pas de la.pratlque de cet art , finon 
que ce i|iot ^tant fort difficile i. bien comprendre , il 
eCt i propos quHis «'en ufent que bien rarement , pour 
ue pas Pemployer mal - i - propos. Quant aux artiftes ^ 
Sc fur-toot aux A^ves^ sfils ont du ^nchant 2 peindre 
/hu , !ls ne doivent pas oublier que ct^tte ibrte de m^rite 
eft bien voifine d'un vice , & que s'ils ne reftiplilTent 
pas bien precifement ce qu'on entend par peindre flou^ 
ils tomberont ^its un ooloris indetermin^, & dans la 
molleiSe du faire, & qu'en cherchant i, plaire a la 
portion du public daits laquelle ne fe trouvent pas 
leurs v^ritables juges , ils s'attireront la cenfure fev^re 
die ceux qui ont le droit de prononcer fur leurs ou* 
vrages. ( ArticU de M. iTdTZinr. ) 

Ftotr, eft uji terme qui ne fort pas des atteliers^ 
ti pf^dt gu^re entendu que des gens de Part. II n'eft 
feA fynonyme du mot fondu , quoiqu'il exprlme un 
^nceau quV^cJ^^^les couleurs & \q% noye les unes dans 
l«t autres. La difterence entce ces deux mots eft i^. 
q^e le mot flour exprlme Pexc^ 4lu fondu> a^ Qu'il 



Digitized by 



Google 



53<s FLO 

fap^ofe ufi^ gratide legeret^ de couleurs fur-toixt dantf 
les ombres. Ainfi, plufieurs peintres des differeates 
^oles d'ltalie , les Allemands en general , & en France 
le Bourdon , Louu Boulloghe , Carle Vanloo fondoienc 
toutes leurs couleurs ; mais ce n'etoit ni avec cet exc^ , 
ni avec cette l^g^ret^ 4^ tons dans les ombres qu'oit 
pourroit exprlmer par le mot^oi^. Carlo Dolce , & ches 
^ous Ale^ndre Grimpu^ Raoux^ &c. ont vraimenc 
peim fiou. Les Italiens^ rendent tr^s - ^nergiquement 
ce genre de pinceau par le mot sfianato; telle eft la 
fignificat^on bien d&erminee de ce qti'on eatend pat 
le mot fiou, -^ 

Ce genre de peindre a beaucoup de partifans dan* 
le public , parce qu'il rend la couleur lilTe fafis nulle 
touche J ni ^paiiTeur de couleurs , & qu'il produic 
(comme ce public s'ex prime) unt peinture hitn douccm 
Mais cec ^loge afTez mal fond^ ne doit pas empScher 
d'apprecier cette mani^e & de montrer ce qu'elle ft 
de vicieux. 

• Ce iiou fi flatteur a I'oeil n'eft ordinairement que le 
fruit d'une pure habitude & janiais celui du favoir nl 
^lufenriment. II d^ele fouventau contraire l^gnorance 
qui I'adopte pour fe etcher lous I'ombre d'une execu- 
tion aimable. 

'Leflou ou lefondu exceflif difpenfe d^ rendre par ta 
touche , dans les chairs , le fens des ^ufcles , leurs 
jnouvemens & leur nature diverfe ; celles des femmes , 
des hommes , des enfans fbnt toutes exprim^es plr ua 
pinceau ^otf avec le m.^me fentiment, eu plut6t avee 
la m£me abfence de fentiment. La fethereiTe naturelle 
des m^taux & leur piquante luHii^e-, ie caiTedes. pjltft 
du taffetas y le moeleux du .velours ^.Le fini dufatiA 



Digitized by 



Google 



F O I 35^ 

|{i rond^ur du drap , tout eniin eft de la iu6me ex^cu* 
tidfi dans un tableau ^a^ & les objets n'y font guere. 
differeticies que par leur^ couleurs & leurs formes en- 
core mollement fenties. 

De tout CO que je viens d'expofar, on peut conclure 
que ce genre eft la reffource des ames froides , des 
dedinateurs mediocres , & doit 6tre regarde comme 
nne mani^re Yicieufe routes les fois qu'elle eft generate 
&: univeriellement employee dans un ouyrage. (^r*. 
tide de M. jRobin. ) 

PO 

' FOIBLE. ( adj. ) Gemot ne fe prend ordinairement 
dans un fens abfolu qu'en parlant de I'cfFet & de lat 
couleur. Ce tableau e& foible , c'eft-i-dire que la cou- 
leur en eft peu piquante , qup I'efiet n'en eft pas yi** 
goureux. « .' 

; Si l*on veut parler de quelqu'autre forte de foihlejje^ 
il faut la fpecifier. Ce tableau eft foible de de(&n ^ 
foible de compofirion ^ foible d'expreffion. 

Un tableau foiblt d'pfFet peut 6tre ^cral^ par un ou- 
Vrage inferieur , mais plus vigoureux. II en eft commv 
de ces hommes de merite a qui la timidit^ permeti 
peine d'elever la voix dan» la fociete ; ils fe royent (ba- 
vent preferer I'homme dont le plus grand merite eft 
celui de fe falre valoir. (^Article deM. LEVBsqi;E)» 

. FOIBLESSE. (fubft. f^m.) Ce mot a une fignifi. 
cation pr^cife dans les arts , qui demande I itre expli- 
qu^e. Ce feroit mal-a-propos qu'on Temployeroit pouc 

' d^iigner ce qui eft mauvais. 

^ Vn ouyrage iqui Ton reprochc de IzfoibUJfe peut 



Digitized by 



Google 



53f F O I 

Ctre celui d'un talent qui entre dans la route da grand It 
mais qui n'eft pas encore alTez confomm6 pour avoif^ 
toute la puret^ ou la fermet^ qui caraAerifent les ou- 
vrages du premier m^rite , ou bien XzfoibUffc eft 1ft 
marque de I'ige & fe feat de fa caducit^. 

Pour exemple de la premiere fignification du mot 
folhUjft , no\is citerpns le tableau 4.e le Brun au Palais 
Royal fait^ dit-on , i dix- huitans; il eft plein de 
chaleur ; mats il montre le d^aut d'acquis dans le 
^ deflin. Celui que lePouflin a fait pour les Capucinrde 
Bloisa dela mollefTe, de la diicordance, des incor* 
redions v mais il decile par-tout le jeune talent. 

Les quatre tableaux des faifons de ce cel^bre ai^ 
tifte> qullbfltde la colledion du. Roi ; la Madeleine 
de Mignard aux Thi^atins , ont de la moHelTe & de 
}a pefanteur , rices des aniftes vieillards. 

Toils ces tableaux font foiiksy non parce qn'ils 
font faux , vrai caraft^e des mauvais tableaux , mais 
parce que les v^rit^ y Cont/bikUment exprimees. 

Ainfi ) telle eft la diftindion d'un ouvrage de Tart 
qu'on nomme mauvais j d'avec celui qui eft fojile^ 
quecelui-ci peutpartir d'un efprit jufte qui entre dans 
la route de la beauc^, ou qui ne peut plusVy foutenir ^ 
au lieu qu'une mauvaife produftioh eft celle d*un e(^ 
prit qui ne connolt le chemin du naturel dans aucune 
partie , & qui n^anmoins ex^ute avec une hardieffe 
qui d^le le faux jugement & I'efironterie du char- 
latan. Les exemples deces impofteiirsne (bnt rares nl 
enTculpture nt en peinture. 

Les mots foihU j foihUment , foihlir ne font que des 
differences grammaticales de \%foiUejfi dont nous ayoiv 



Digitized by 



Google 



FON 355 

ctu n^celTaire Ae donner le fens precis. ( Artidle dt 

M* RoBttr. ) 

« 
FOND. ( fubft. mafc.) Ce mot , en petnture , fignifie 

Du les derniers plans iFune compofinon , au ie champ 

qui entoure Un ohjet peint. 

Ce dernier fens comprend les pr^paratkms ftrr lef- 
quelles on ^bauche un tableau , ic'eft^i^-dire , I'apprSt 
ou les premieres cbuches de cbuleurs dont on cbuVre la 
toile\ le bois~, le cuivre ou la muraille fur laqiieHe on 
yeut peindre. 

II me (emble que les artiftcs laifTent (buvent iPlrti- 
bitude, li Pexemple ou au hafard , \ dec^idef de la 
couleur fur laquelle ils commencent i ebatlcher let 
Dnvniges. Je crois cependant que cette partie de leur 
art , ainfi que plufieurs autres qui paroiffent de mediocre 
confequence , devroit 6tre quelquefois I'objet de leurs 
recherches , de leurs ^reuves & de.leurs reflexions. 

II eft yrai qu'il eft des peintres dlfficiles , qui dans 
f Ind^ifion de leur compofition , qu'ils n'ont point alTez 
t^^hie , couvrent plufieurs fois leurs ^bauches, & 
fubftituent des mafTes claires i des mafTes fonibres , en 
cherchant leiir effet. Pour ces pcintres , le premier 
apprfit ne peut devenir I'dbjet de leur coitibinaifoh ; 
mais un peintre facile ou prudent , qui fe feroit une 
loi de ne commencer un tableau qu'apr^ une efqulire 
axiFfit^e , pounoit fe decider fur le premier apprfit , pour 
rendre par fon moyen fes maifes claires plus brillantes> 
& pourroit, en minageant fa couleur, leur donner 
^ un tranfpareht qui feryiroit a mieux imiter T^clat de 
la lumi^re. 

Rilbens , cet artifte k la fois facile & profond, cet 



Digitized by^ 



Google 



334 F O N 

hoqime ie g^nie , qui a vu en . grand la pelneare ^ ft 
fu tirf r parti du fond de fes rablcaux & des glacis , & 
c'eft aux arciftes de «ette claiTe que les pratiques mime 
les plus dangereufes fourniffenc des reffources & det 
beaut^s. II peignoit fonvent fur des fonds hlancs ; mais 
pour ^viter I'inconvenient que peuvent avoir les fonds 
de cette cduleur dans les grandes mail'es d^oimbres , ne 
pourroit-on pas, d'apr^ una erquifl*e bien arrlt^^, 
faire preparer (on fond par grandes mafles blanches 
&: brunes , & cette pratique ne raudroic - elle pas 
mieux que celle de peindre fur des fonds gris , bruns 
ou rouges , qu'on regarde comme des fonds indifF^reni 
& qui etl effet ne font favorables ni aux maflfes claires , 
ni aux maiTes d*ombres ? 

Mais en voila aiTez pour les artiftes intelligens , & 
trop pouf ceux qui , efclaves de I'habitude , croient 
que ce qu'ils n'ont pas vu faire a leurs maitres ne peut 
£tre bon. 

Apris avoir parl^ de I'apprdc qui fait le principaiyon<2 
general du tableau, ]e vais dire quelque chofe du 
champ particulier fur lequel fe trouvent les objets que 
renferme un tableau. 

Ce qui diftingue les objets les uns des autres, c'eft 
Koppofitioh des nuances claires & obfcures Dans tous 
les objets qu'ofFre la nature , la nuance que prefente le 
c6t^ eclair^ d'un corps , fait paroitre celui qui eft ircdte 
plus teint^. La partie ombr^e prodait I'efFet contraire. 
Sans cette loi de la nature , les objets confondus en- 
femble ne nous ofTriroient point ce que nous nommons 
le trait y qui eft la ligne claire ou obfcure , qui nous 
donne I'ld^e de leur forme. 

Un flocon de neige, lorfque nous le diftingubna 



Digitized by 



Google 



F O N 33 f 

dans Us aits , fe detache' en brun fur la teinte que la 
lumi^e r^pand dans le ciel : fi ce mSme flocon paiTe 
devant un nuage obfcur j il reparoit blanc , en raifon 
de roppofition du fond fur lequel il fe trouvt *, s'il s*in- 
terpofe cnfin vis-a-vis d'un mur noirci par le temps , Jl 
prend cette eclat dont nous ne devons l*idce generate 
qu*i la plus grande habitude que nous avons de voir 
la neige en oppofition avec des objets qAirelevent fa 
blancheur. Une branche d'arbre, examinee avec ibin ^ 
donnera une idee jufte de cet e£Fet. Sou vent dans un 
court efpace , elle fe d^tachera plufieurs fois , alter- 
nativement en clair & en brun €ur lefondy ce font 
cesvari^t^s , qui pr^tent leur fecours au peintre, lorf- 
qu'il veut chercher dans les oppofifions des relfources 
pour rharmonie. 
^1 reconnoltra , en examinant ce }eu descouleurs caufe 
par les fonds y qu'il peut h. (on gr^ diftinguer plus ou 
moins les objets par des combinaifons d'oppofitions dont 
il peut abfolumcnt difpofer. II trouvera , audi , pour 
rendre fon coloris plus brillant, que certaines coulears 
ie dltmifent , tandis que d'autres fe font valoir. Uin* 
carnat devient pile far un fond rouge. Le rouge pile 
, parott vif & ardent fur un fond jsmtie. La nature dei 
fonds etant le plus fouvent a la volont^ de I'artifte , il 
.^ eft autorife I. choliir & a donner aiiix objets de fes pre- 
miers plans & aux drs^eries de fes figures principales ^ 
. les fonds qui doivent leur 6tre les plus favorables. 
Cette reflexion conduit naturelleinent i parler de ce 
qu'on appelle fonds , lorfqu'on entend par-la les dtrr 
. - hiers plans d'une compofition. 

Les difierentes modifications qu'on ajoute ordinaire* 



Digitized by 



Google 



55<5 F O N 

ment k ce terme , lorfque'l'oii e'en Cert dafts ce feiii^ 
indiquem ce que rai:^ifte doit obferver. 

On dit d^un tableau de payfage , qdi reprefente un 
fite tr^S'-etendu y dant; lequel une degradation de plans 
infenfible & multipliee fe fait appercevoir , que le 
fond de ce tableau eft un fond vague, 

L'artifte^qui peint I'^tendue des mers , doit ,par un 
fond aerien , faire fentir cette immenfic^ de lieu done 
la di fiance n'eft pas d^fign^e par des objets fuccedifs, 
Vnfond agreahU eft celui qui nous offre I'image d'ua 
lieu oil nou^s fouhaiterions nous trouven 

Vnfbud devient piquant par le choix de lacouleur 
du ciel 8c de I'infta^nt du jour. 

II eH fraiSf s'il reprefente le ton de Pair au matin ; 
il eft ckaud , fi le coucher du foleil lui donne^^me 
couleur ardente. 

'Le fond pittorefque eft celui dans leqael un choix 
ingenieux rafTemble desobjers favorables au peintre & 
agreable au (pedateur. 

» II faut dans certains fujets d'hiftoire desfonds riches : 
Ce choix convient -^ ^vne partie des actions tir^s de la 
fable ; i ceux que 'fournifiTent les hiftoires Aftati^ues ^ 
aux tridmphefs, atix ^<Stes ^j^. 

La (implicit^ , I'aufti^rit^ mdme , convient aux fbnds 

, des tableaux qui repr^fentent les objets de notre cultf» 

II font favorables atifli \ la pluparc des objets |>ath^« 

tiques^ Rien ne doit d^tourner de I'int^r^ qu'iis font 

. nattreyC^eft a I'ame qu'il fout parler principalemeUt* 

Cependant toutes ces qualites diiferentes , que la rfti-» 
' fon & le goAt dlftinguent, font renferm^es dans 

celle-ci ; 
V 



Digitized by 



Google 



FON I57 

fgellB*ti : les /onds doivent^tre touioars conyenaUes 
•aufu^t i|ue Hon traite. • : 

Voyei Je mot Fabri que , dans I'expli cation duquel 
i\ y\ a plufieurs chofes qui ont rapport au teiotfond. 
< ArticU de M. JS^atelut, ) , 
* , Fond,' Ce tefme a plufieurs acceptions en pelnture. 

On appelle Jbnd la ? mati^re fur laquelle on fait le 
tableau tuhfond de mi^r, de plitre , de cuiym, de 
bois:, djB marbre, &c. .t-; ' 

On homme ^^ nteme Papprdt ou l^enduit. imprimi 
:fur ces mati^res. En ce fens -, on dit un Jbnd kJ'huile y 
unfbnd k la colle , un fond blanc , gHs ,. rouge , &c. 
JLe mi^t jfbndiiors eftXyiionyme du mot impreffion. 

Dire Qomment ces fonds: on. impre^ons yeulerit 6tre 
faits , quels font les ^eilleu'rs , . foit par. irapport aux 
-matieres dont on doit les compofer , foit eu ^gard a la 
teinte , quels ont ^te les ufages des differentes ^oles^ 
, quels font ieux enfin qui cionviennent aux difF^rens 
iiijets , aux divers-genres, & a chaque efpe«ie de pein- 
ture, ce font des details. qui tiennent a la pratique, 
& fer^nt mieux -places k l*article imprejjion. 

' Fond pour ja peinture propre au th^dtre fe dit quel* ' 
quefbis de la toile qui borne la fcene & termine l^s 
couliffes* 'i 

Mais nous ne coniidererons ici le mot fand que 
relativement k I'art de peindre. Sous cette acception 
on pent examiner le fond du tables^u dans routes les 
, parties de Tart ; favoir , par rapport i ^invention dans 
les compoiitions pittorefques & poeciques, danslec*- 
' loris^ dans PefFet, dans I'ex^cuiion, Sc m6me dans 
I'exprefTion. Suiyons done le mot foni fous tous ces 
points de vue. - * 

Tome IL X 



Digitized by 



Google 



538 r O M 

Soit que le peititre doive repr^fenter iin iii]«c grftrff 
tragi(}ue ou plaifant; foit'qu'il traite one fc^e r«i« 
ferm^ ou en pleiti air ; foic qu'entre les parties du 
jour il choifiiTe le matin ou le foir ou la nuit ; daiit 
quelque lieu , dans que^que fi^cle que fes figures doi* 
vent £tre Cuppofees, le./bnd de Ton tableau peut'con- 
tribuer i lui donner le cara&^e le plus^ conyenable. 

L'artifte raifonnable fe reconnolt dans lei choix da 
fond, Veut'il peindre des folitaires au milieu de leur« 
rochers , il ne montre que'des pins ou des ch6nes ; le 
ciel mfime eft coupe de nuages fouett^ & de mafTes 
tranchantes. Les rofiers , les myrthes doiyent meubler 
une icampagne habitue par la D^efTe des Amours ou 
p^u: de tendres Berg^res ; alors des nuages Mgers an- 
nonceront la purete de I'air qu'on y refpire. Si I'artifie 
^tablit fon aAion pr^ d'une ville afli%€e , il faut que 
par-tout I'herbe ait ^t^ foul^e aux pieds des chevaux : 
inontrer fur ce th^tre de defkftres des arbres fur pied ^ 
des plantes vertes & fra!ches,des prairies ^malU^es ^ cc 
feroit une ineptie rebutante. 

• Un homme un ^u inflruit place Alexandre dans 
vn temple om6 des ordres 4e la Gr^e , & Numa dans 
un lieu par^ d'orneiAens Sc de ftatues d'un genre 
^trufque y les demiers Empereurs 8c nos premiers Rois 
habitoient I'architedure d^gradee du bas empire , on 
doit les y placer; & ceux du huitieme ou dixi^me 
fi^cle habi^eronx des palais d'une architedure go* 
thique. Enfin le fond doit contribuer , comme tout le 
tefte de I'ouvtage , i foutenir le caract^re du fujet* 

.,..'*.• fervetur ad mum 
QudUr ab inetpto proceffmu • . . . • 

I. ' ' ' * 



Digitized by 



Google 



F O N i39 

Lc pcintre ftra done ^esfonds propres I (es adeurs 
aivec autant d'exaftitude & plus de recherche qu'ofi 
n'eA met eommun^ment fur les tkeicres. ' 

Le fond n'eil pas feulement ce qui fe ftoit derti^ 
les figures , ni le dernier plan de la compolitioii ^ 
fouvent tl entrecoupe la fc^ne & la devance , il anime 
le fujet, lu! donne du'repos j Sc en indique les plans. 

Mais fi par rapport h. ce ^ue la raifon & la conve* 
nance exigent du peincre, ie$ loix de^l'art font con- 
fines : fi ellefi -ont cercaines ^ limices , on n^en admet 
'point pour la, cothpofition pittbrefque. Comme daiis 
tobtes les parties de Tart , on ne pent I. cet ^ard di- 
figaer 1& mieux poffible ^ la tdche du peintre eft de le 
faire fentir. , ' .. 

"La th^orie fur les fbnds (b borne k quelques prifi- 
cipes gen^raux : pa^ exemple , la compo6tidn -dii find 
doit contrafter avec les figures & les ihettre ett Va- 
leiir, c'efl:4-dire, que fi le plan ^n)^ai de la dif- 
pofition des figures eft parall^le au bbrd du tableau , U 
faut que le plan du fonitfoit circulaSre ou triangulaire ; 
& au contraire fi le plan d^ figures eft tourihent^, 
II faut que le fond du tableau fe carad^i4!b plar la 
grandeur & la fimplicite de fon flan.- Pour ce dernier 
pr^epte on peut citer comme example Ife fnah:Jri^'^« 
Saiflt-Gehrais de le Sueur , & la PentecAte^de St^- 
thard , & pour le premier teSacremcnt de POrdrcAi 
Poujpn y &c. '\ . ' ' 

La m^me r^gle doit ^reobfervee pQur les fermes. 
La compofition des figures prefett^e - t - elle pltifieufs 
mouvemens, comme le Lazare refTufcit^, les vendettrs 
chaffes du temple de Jouvenet , on en fait Valoir les 
formes diyerfes, ctmme il I'a fait, par des finds 

Y ij 



Digitized by 



Google 



340 F O N 

grands & fimples ; dans le. repas chez le Pharifien ', 1e 
mime peintr^ anime le fujec par le fond y & multZi- 
pliant fes plan^, & Us intervalles, il. paroit multi- 
plier les ii^usfs; par les efpaces. 
^ 1 Le xnSme principe,4es contraftes a lieu par rapport 
aux effets^Le^nJ du tableau doit pr^fenter de larges 
lumieres Sc de grandes maifes d'ombres , fi la difpoft- 
tion des figures a exig^ plufieurs foyers de lumiere. 
.Si au ^pntraire les effets font fimples dans la compofi-> 
tion des * figures , alors on I'anime en multipliant 1^ 
.efiets Ail fond. Le couronn^meitt deMarie de M^dicis^ 
au Luxembourg^ ofTre un exemple clair de ce prin<- 
qipc* Rubins . eft un hpmme qu'on ^ite tou jours ayec 
avantage dans la compofition pictor^fque. 
. Souvent \efond d^tern^ine l*effet g^n^ral de la (c^nc. 
^Dii trou r4'im rocher, dj? I'ouverture d^une croiiee, 
.91^ cl^^efpace d'un emrecollonnement , fort le trait de 
.lumi^re. qui conduit toeil diL fpe^lateur fur I'endrbit oft 
Tfaiftift^y^euit porter le principal int^r^t.. 
; Lej^fii?:q^i fcirt aux mafies f ierc encore dans les de- 
tails ^4. .f?Liife ♦^Jq**'^ 1®^ figure?, hes varieties d'effets que 
^pr^dfiifi^F Ij^^ijuag^ft? ^^ tieintes de rarchitedure', 
. C^^s 4e;s n^^^^i^^ ^^^ ^V J^^E'^^'^^ 9 ^^^ divers tons des 
a^-bfe^^^j t^^usces objets formeront d^es moy^ns de £aire 
,ij^U;r ij^s^][^et;^., d^augmemer ou de 4^^nuer leur 
;.^^?^ f^^^^^ ^^ chpix qu'on. fera de leur coiileur & 
de leur d^gre de lumiere. 

,^j^^j^/i/^ fait encore yaloir les'objets, en prefentant 
^^9S-j h^ij^Cq^ qmbrees au-defTus , ou a c6t^ des tnafles 
,^lgires, &j^ reciproguement des maffes Claires devant, 
^pu .^ii^d^fCus des inaifes ombrees ^ de maniere que Toeil 
,06 trour^ point de grandes Tignes brunes pu li^nuneufet 



Digitized by 



Google 



^ TON 541 

4^1 traverfent tcute I'^endue du tableau til dans le 
ftns perpendiculair« , ni dans le fens horizontal. Le* 
jeu & le charme d'une compofition pittorefque depen* 
' dent de I'emploi vari^ & contrail^ des mafTes fubor* 
donn^ea a Ja maffe g^nerale. 

C'eft ici le lieu de parler du foni dans un portrait* 
Les gens peu inftruit? le regardent comme facHe , 
iur - tout dans un bufte 5 \ ce propos , on peut rappel- 
ler le mot de Rubens a quel^u'un . qui , dit on , kii 
c#nre8loit de faire ex^uter «n fond par un efev^e : 
celui , r^pondit ce grand homme , ii qui je Confierois le 
fond \ faire feroit d'abord en 6tat de faire la t6te v & 
en eflPet quel brillant, quelle faillie, quel mouvement ,' 
€[uelle puiiTance n'acquierc pas une tdre peint^ pacun: 
homme habile lorfqu'il lui a donn^leybni qui lui con- 
vient ! De Piles confeille d'y multipHer les teintes dte 
couleurs. Jl avoir obferve de tels /bn J^ dans quelque^ 
tStes de Rembrant, & de cette pratique 11 faifbit un 
principe g^n^ral. Cependant le feul cas oti le foni 
admet une grande diverfit^ de teintes , c'eft lorfque la 
tSte eft faite dans ce genre de travail. Si au contraire 
le godt du coloris eft fimple dans la t^te , le fond 
doit l*6tre auffi. Car s'il ne r^gne pas un grand rapport 
de coloris entre I'objet & fon fond^ il ify a plus 
d'accord dans le portrait. 

L'analogie eft tr^-elTentielle encore dans le ftyle de 
I'ex^cution. Si, dans les figures, elle eft nette , heur- 
t^e^ fondue', qu'un pareil m^chaniftne ait lieu pbur le 
fond* 

Ce pilncipe me conduit \, examiner une queftioh 
i\M* laquelle on a gen^ralement trop tranche pour la 
native ; favoir fi l*on p^ut ' raifonnablement fak?^ 

y ill 



Digitized by 



Google 



54^ FON 

executer le fond de (bn tableau par une main dtra»« 
gere. II eft certain que fi f artifte choifi pour faire an 
fond , par exemple , i un tableau d'hiftoire > lui donn« 
une teinte arbkraire , & Tex^cute d'un mani^re oppofee 
\ celles des figures , il vaudroit mieux que ttfond fi&t 
m^diocrement fait par I'auteur du tableau ; mais fi^ 
comma M. Machy I'a fait dans quelques-uns d^ u- 
bleaux de Carle Vanloo , I'architedure eft peinte d'une 
manoeuvre & d'une teinte analogues i, celles de l*ou- 
vrage , alors nous tiendrons pour I'opinion contraire. ^ 
Nous avons* yu des fonds de payfages de Patel dans 
dies tableaux de U Sueur y o^ des yeux bien exerc^s 
pouvoient feuls appercevoir la difference des mains qui 
avoient fait I'ouvrage. 

Les rpvLtes de I'art des fonds que nous renons de 
faire parcourir i nos lefteurs , femblent nous dif^nfer 
de nous arr^ter long-tems fur ce qui tient \ Texpref- 
fion. Qui ne fentira pas d'apr^s tous les rapports que 
nous yenons d'erablir entre les figures & ]e fond du 
tableau , que I'expreffion peut eh itre d^ruite , ou 
en devcnir plus vive ? La difpofition d'un riant bofquet , 
un perce de ciel frais ajoutera i la tendre paffion de 
I'Aurore lorfqu'elle s'abandonne aux careffes de Cephale. 
Des plane tr^s-fimples y des maflbs ^normes, des jours 
tr^s-rares , ajouteront aux honours de la prifon qui 
enferme le trifte & innocent Jofeph. 

L'art des beaux fonds n'a pas toujours €t€ celui des 
plus grands mattres , parce que les peintres les plus 
purs f les plus o^cup^ de I'excellence des formes ne 
font pas ceux qui ont le mteux entenda^ le p^refque. 
On voit peu de beaux fonds de Michel-Ange , du Do- 
miniquin & m&ne deRaphaeL Berrettinide Gortone^ 



Digitized by 



Google 



FON 54,, 

t^ca Giotchuio , Rubens , it chet nous Touyenet , De« 
troy fiils j Sec, (bnt dans cette partie des modules qu'on 
peut offi-ir aux jeunes artifles , & des exemples i citef 
lux amateurs qui veulent ^udier & connoltre les d^« 
ttils de la peinture. ( AnicU dt M* Robis* ) 

FONDRE. (verb. ad. ) Fondre les couleurs fignifie 
ks unir les unes av^c les autres de ihani^re que cette 
union , agr^able k Tosil , s'acGomplifTe comme infen- 
fiblement. , 

Cette op^ratlbn par laquelle on mfile enfemble les 
parties de deux couleurs qui fe touchent, fe fait en 
promenant doucement la brofTe de I'une i l^autre^ 
jufqtt'i ce qu'elles n'ofirent aux extremitds o^ elles 
s'avoifinent rien de duf , rien qui bleffe la vue en 
alterant iliarmonie. La degradation de la lumidre , 
I'interpol^tiott del'air, 8c fur-tout les reflets opirenc 
i nos jreux cette fonte dans* la nature xotor^e. 

Dans chaque pbjet , il n'y a tou^ours qu'un (eul point 
Cfui fe troQve dire&ement frapp^ de laJumi^e & qui 
pr^fente fa couleur en quelque fafon pure & dans tout 
fon ^dat. Les autres points^ en s'^loignant de celui 
dont je viens de parler j perdepit de proche en proche 
des d^r& imperceptibles de cette puret^ 8c de cet 
^lat de la couleur locale ; mais les paniei de cet objet 
xolor^ ^prourent en approiDhant d'un autre dont la ^u- 
leureft difiereiue, un melange qu'occafionnent les re* 
jailliflemens ynutuels de rayons color^s, qui fe font fans 
doutepar Peffet de rincidence rapide & Qontinuelle 
de la lumiire. 

Cette union des couleurs dgns la nature s'opire done 
afbc une d^grad^ion^ & des melanges fi infenfibles Sc 



Digitized by 



Google 



J4l TOW 

(i doux, qu'il (emble que touted les teintes , tous-m 
parages (bieiit fondus^ & pour ainli dire amalgam^ 
comme differens m^taux qui fe p^n^ent pai' I'efiet de 
lafufion. 

Telle efl la mani^re g^n^rale dont op^re la nacureJ 
Les developpemens , les fubftitutions de fubftances 
les unes aux autres, les accroifiemens , les dep^riffe- 
mens , la plupart des mouvemens & des revolutions 
qui ne font pas trop accidemelles Sc convulfives font 
teWement fondues^ que les points de ten|; & de diftance 
qui les (epareht trompent nos obCervations , & que les 
nuances de ces progreflions ^chappent ^ la curiofite & 
i la perfpicacit^ humaine.. 

Mais ces r^exions font moins utiles anx jeones 
artiftes que quelqaes confeils qu'on peut leur r^petcr 
fiir la fonte des couleurs. 

Faites-vous un plaifir , yons dira Tartilte qui vous 
guide , d'obferver & (i^admirer cette fonte parfaite dont 
la nature color^ re^oic tout Ibn charme , & dont elle 
Tous pr^fente fans cefle le module. C'eft par de eon* 
tinuelles obfervations que vous apprendrez \ difcemer 
les difiSrentes teintes dont chaque couleur eftfufceptible. 

Vous vous appercevrea qu'elles font innombrables & 
qu'elles ne peuvent fe difceirfier fen&blement que par 
I'habitude de les obferver. 

Vous connoitrez enfin que I'organe de la rue qui efl: 
labaTe de vos talens, peut recevoir un perfedionnement 
ddnt vous n'aviez pas Tidee , & dont les bommes jqui 
eroyent avoir la vue la plus par&ite- , fens I'avoir ce- 
pendant employ^ \ ces obfervations , ne fe doutent pa^* 

Rien n'e{b li ordinaire aux hoi^inies dont je parle que 
de penfer qu'un yafe blanc^ par exempted wk bean 



Digitized by 



Google 



F O N . 34/ 

Iin^e!*>une feuille de papier, font (Pun blanc i peu« 
pr^s egal dans toiite leur ^tendue. Qu'ils vbus conful- 
tent &: vous leur d^montrerez, les pinceaiix & les cou- 
leurs a la main , que pour imiter exadement ces objers, 
il faut que vous formiez cent nuances difFerentes , 8c 
que le blanc pur de votre palette nfe peut & ne doit 
trouver place qud dans quelques touches oxi il defigHe 
le'plus grand eclat que la lumiere peut repandre fur 
line furface blanche. 

Vous devez il^duire de ces obfervations fur votre 
art ( & cette dedudion , quelqu'etendue qu'elle pa- 
roiffe , n'eft pas inuiile pour vous ) que vos fens , 
quelque parfaits que vous les donne la nature , font^ 
ainfi que votre efprit & votre intelligence , fufcepti— 
blesd'un perfeftionnement qui ne s'acquiert que par 
des foins & par I'habitude de les exercer. 

Mais pour revenir aux fens , fi rous aimez la mufique 
( car aflez ordinairement les favoris de la peinfure ne 
font point Strangers aux autres arts , &: le goilt pour 
tons ceux qu'on nomme liberaux , peut 6tre regard^ 
comme un figne de vocation. ) Si vous aimez done ^ lat 
ihufique , vous avez dd vous appercevoir combien 
I'ouie acquiert de juftefle, de fenfibilitiS , definelTe, 
en s'exer^ant \ entendre attentivement les fons modules 
pour appr^ier leurs intervalles ^ leurs nuances ^ 
Teurs degradations. 

Les (bns , fous I'archet de Tartini & de fes Aleves , 
fefondolent , pour ainfi dire , les uns dans les autres , 
comme les couleurs de la nature fe fondent par TefFet 
du clair-obfcur. 

Cependant cette degradation In (enfible n'eft pasauffi 
ttiit^e dans la m*jfique que dans ia pcinture, ni fi' 



Digitized by 



Google 



34« F O N 

ftbfolue, puifqu'on procide dans I'trt des fofisptrkiter'' 
valles (Spares fenfiblemenc & qui ddivent reftcr pun , 
fans pouvoir participcr reellcment Vun de I'autrc : maia 
ces Tons dot vent le plus fouvent toe li^ les uns mux 
autres par une efpece de fontc delicate qui fait un« 
des perfe&ions de I'execucion. 

D'ailleurs on doit encore obferver que la rue e& 
plus continuellement exercce a TcfFet des degradationa 
q«rs'ofFrent fans ceffe i elle , que I'ouie, qui rejoit 
prefque fans ceffe des fohs ou'des bruits incoh^^is^ 
& qui n'ont rien d'harmonique. II y a une d^rada- 
tion^ plus fine peut- toe, dani les inflexions de la 
parole , que dans celles de la ^ufique , parce qu'ok 
^rle plus (buvent qu'on ne chante. Les Orateurs , les 
Comediens, lesauteurs exerc^ i lire leurs ouvragesy 
en dem^lent les nuances, comme le peintre celles qui 
^ablifTent rkarmonie de leurs ouvrages par la^nre 
des couleurs. 

. Je n'ajouterki i (out ce que je viens de dire qu'une « 
derniire obfervation. 

Si yous Jbnde\ trop pour refTembler mieux \ la 
nature , vous rifquez de tomber dans la mollefTe qu'elle 
A*a point ; car la nature offre dans I'enfemble de tous 
les objets une perfedion ininutable : fi vous nefondei 
pas aflez , vous pourrez , il eft vrai , dpnner en appa- * 
rence une pertaine force i votre coloris ; mais 11 n'of- 
frira pas^cette douce & n^ceiDure harmonie que pr^* 
fente le tableau de la nature. ( Article de M* I^'Ar 

TXL?T.) 

FONTE. (fubft. f;^m.> Ce mot apparuent, ainfi 
qut le verbe fondre , i I'art du ftatuaire lorfque lea 



Digitized by 



Google 



FON 34^ 

modules de cet artifte doivent 4tre ex^ut^i en bronze. 
Fcndre uoe ftatue. Un accident confid^rable a oblige 
defondre k deux fois la ftatue ^queftre de Bordeaux. 
l^es ftatues antiques font d'une belle ^nre. 1a fame 
de la, ftatue ^queftre de Bouchju-don n'a pas M a\iffi 
heureufe qu'un tel chef-d^oeuvre Tauroit fait defirer. 

Pline, dans le 34* livre de fon hiftoire de la na- 
ture , nous a fait connoltre. les plus beaux bronzes em- 
ployes par les anciens , & leurs difFerens mfilanges : ti 
auroit ^te plus a defirer qu'il nous eAt ^ranfmis les 
proc^des des anciens dans la fanU des ftatues. Son 
filence, .& celui de,. tous les auteurs Greos & Ro- 
mains , dont les &rits nous font parvenus, a fait perdre 
un art que les modernes ont M obliges de ci^er de 
nouveau. 

Mais fi les proc^d^ des anciens ont 4t€ perdus , 
plufieurs de leurs ouyrages en bronze ont 6t€ con- 
fery^, & rendent tfmoignage i leur habiletd dans 
J'art de Izfante. 

Lzfonte de la flatue ^qucftre & coUoJTale de Marc- 
Aurele a &^ fi heureufe , que les cifeleurs n'ont eu 
i r^parer que les places des jets & des events : le refte 
eft venu aoffi pur que peirv||ent V&tie les circs de Tar- 
rifte, L'^paiCeur de 4a ibnte eft par-tout ^ale , & ne 
furpafle pas celle d'un 4ctt. Cet examen a et^ fait par 
Sandrart & par Francois D«qurfnoy, fi c^lebre entte 
les fculpteurs , fous ie nom de Fran9ois Flaauuid. 

A ,une lieue de la Haye, dans un village nomm^ 
Voorbourg, tc qui, du terns des Remains, fe nom* 
moit Forum jidriani^ a hi decouyerte une ftatue an- 
tique, qu'on n'a pas encore fait les frais de deterrer, 
^uoiqu'elle ne foit enfevclie que de huit pieds. Une 



Digitized by 



Google 



548 . FON 

main de cette ftatue en^olt d^ach^e; elle a 6t4€ii^ 
Yoyit i Viterfbourg i M. Falconet; fi elle itoii 
Vendue , elle auroit tin pied de long ^ ce qui fuppofe 
une figure de neuf pieds ; elle n'a qu'une ligne d'^- 
paiiTeur , & eft de la plus belle fonte, Le Comte iz 
Caylus pofTedoit un pied colloiTal de bronze antique , 
long de pr^s de deux pieds , en comptatVt le talon qui 
manquoit v \^ fontt ^xo\t de deux lignes d'epaiffeur; 
c'eft le double de celle de Marc-Aurele, & de la 
Ihitue d^couvdrte a Voorbourg ; mais c'eft bien pea 
en compataifoM de P^paifleur que les modernes don-» 
nent \ lenrs /ontes. D'atlleors la fonte n'^toit peut- 
.fetre pas crune ^gale epaifTeur dans route la figure, & 
I'on pouvoit avoir donn^ plus de force au ined,*parce 
que c'etoit une parti e portante. Un grand nortibre de 
bronzes antiques repandus en Europe , t^oignent la 
in6me intelligence de la part des anciens fondeurs. 

Les fondeurs moderlies n'ont done pas retrouv^ 
toute la perfeftion de I'art antique , puifqu'ils ne 
fa vent fpndrt que tr^s - epais. Comme 16& anciens ex^ 
cutoient en bronze des collofies de cent & cent-vingt 
pieds de hauteur, ils avoient bien kxi obliges de 
trouvcr des moyens de i^dre teurs fbntes lucres. 

On defireroit favoir fi les fontts de ces'^normes ou* 
▼rages fe faifoient d*un feul jet ou par adifes : c'eft 
encore un point fur lequel l«s anciens atiteurs nWt 
pas fatisfait notre curioifit^. • 

M. Falconet , i qui deux grandes fontts ^ qu'll a 
ex6cut^es , & une autre dont il a ^e temoln , ont 
donn^ une grande experience , eft perfuade qu'il n'efl 
rien moins qu'impoilible de/bn^r^ d*un feul jetdescol* 
loiPes de plus de cent pieds. » Quand le module d'uOA 



Digitized by 



Google 



F O N 30 

h ftatue ({ui doit 6tre de bronze eft fait ^ on pofe au bas ^ 
^ dit-il y un fort chaflis de charpente qui fert a porter 
s» le xnoule de pidtre ; il fert egalement k le remon- 
3» ter fur la place od doit dtre fondue la ftatue. $i par 
3> derri^re le module, (jue je fuppofe de gent pieds, 
w on el^ye d'^ plomb ce m6me chaflis, que le moule 
» s'y joigne dans toute fa hauteur , & qu'enfuite il 
» (bit remont^ fur le chaflis pofe korizontalement , 
» la hauteur ainfi difpoiee ne fera plus que de vingt- 
9 cinq ou trente pieds, felon fon epaiffeur, ( je fup^ 
» pofe une figure pedefire ) & la longueur fera de 
» plus de cent pieds en y comprenant I'epaifieur d.u 
» moule. Comment faire parcourir au bronze cette 
» etendue? La difiiculte ne feroit pas infurmontable.. 
9 On conftruifoit deux fourneaux, trois s'il le falloitf 
» le metal au m^me degre de fufic^. ^ . les fourneau:^ 
y> partirc^ent enfemble , & la £tsLt^e ieroit tout aufli 
y> bien fondue que fi elle n'avoit qu^ vingt -cinq on 
» trente pieds »• Les perfonnes qui n'ont pas mSme 1^ 
plus l^g^re idee desfonpesj fentironc ce cju'on gagne^ 
tpit I cet egard en couchant le mqule au lieu de let 
teair debout. 

On feroit tent^ de croire que la pins ou moins grandc 
^paifleur dcs fontts eft indifferente pourvu qu'elles 
donnent une belle empreinte. Gependant on ne niera 
pas que ce ne ibit un avantage > d'ep^rgi^er du metal 
& de dimi(iuer le^ forces necefTaires pour remuer uti 
coloffe. Mais fi un ouvrage colc^al a des parties confi- 
derables qui s'ayancent fans avoir d'appui , il eft alors 
bien eifentiel que ces parties foient l^g^res, puifque 
leur pbids menacerolt le monument de fa chute. Dan« 
la ftatue equeftre & colloffale der Petprlbourg , la ma:^ 



Digitized by 



Google 



5P PON 

chifie emigre n'a d'apput que les picds de derrl^r^ iu 
cheral *, iHcoic done tres-efiencicl que les parties an* 
tirleures du monument fulTent tenties d^une grande 
l^g^ret^. Cecte n^celTit^ a engag^ I'arcifte i ne pas 
fuivre. la pratique gen^ale des modernes , & i donner 
au devant de Gt/onte une Hg^ret^ qui n'avoic 6t£ 
connue que de» anciens. 

Comme nos ftatuaires abandonnent k des ouTHerr 
fondetirs le foin de jetter en bronze les ouvra^s donr 
Us ont fait les modMe3 j il femble que l^areicleybn/e de* 
yroit , dans l'£ncyclop6die methodique , appartenir au 
Diifionnaire des Arts- mivhaniques. Mais il .appartient 
en effet au DiSUonnaire des Beaux-Arts y parce qu'il 
eft tr^-n^eflfaire que les ftatuaires fachent diriger 
leiirs fondeurs , & parce quails peuvent fe trouver dans^ 
des circonftanees qui les engagent i fondre eux* 
mSmes. Les anciens dirigeoient lesfontes de leurs ou- 
vrages '^line & Faufanias ne nous permettent pas d'en 
douter. Lear ei^emple fut fuivi par la plOpart des fculp-? 
teura Italiens ; long-temps mdme les grands artiftes d^ 
Fltalie fiirent i la fois fculpteurs ,' fondeurs , peintret 
&: archite&es. £n France , Desjardins fondlt lui^m'Sme 
le nxonument de fa place des Viftoires. 

Si I'auteur de la ftatue ^queftre de Petersbourg^ 
M* Falconet , s'en 6tott remis a la routine d'un fondear , 
il fe feroit vu-contraint de renoncer ala compofition 
de Ton ouvrage, puifqu'il n^auroit pu £tre ex^ut^ dans 
toute I'^paifleur que les fculpteurs modernes donnenc 
' i leurs f antes* 

Les details de la /ante appartenant i la manoeuvre 
des arts plut6c qa'^ leur th^orio , nous les renverrons 
au Oidionnaire deftine k traiter de la pratique ; male 



Digitized by 



Google 



PON 3p 

Hoiis croyons deroir en donner au moifis ici une id^ 
I^^re aux ledeurs dont les proc^d^ de cet art peuvent 
€xciter la curiofit^. 

II eft necefTaire que I'attdlierfoit fpacieux , puifqu'il 
doit contenir le fourneau & le mouk qui recevra le 
iB^al en fiifion : 11 fatit d'ailleurs qu^un grand noinbre 
^ottvriers y ^uiffent travailler h la fols fans fe g6i^et 
mutuellemont. 

On enfevellt ordinalrement le moule dans une foflb 
profonde; & comme on doit craindre l|inondatioh Sc 
m^me touteefpice d'huntidit^ , on choiiit pour la creufer 
un terreia ^ev6. Cependant , au lieu de creufer une 
fofTe , on pent conflruire le fourneau de mani^r^ qu'U • 
domine le moule. C'eft ainfi qu'a ^^ex^cut^ Izfonte 
de laftatue ^queftre de Girardon, &le terrein mar^- 
cageux de P^rfbourg a oblige d'operer de m^me pour 
la ftatue ^queftre de Pierre I. L'auteur de ce monu* 
memtrouve de grands avantages dans ce proo6d^, 8c 
mttribue l*u(age de s'enterrer dans une fofTe ^troste & 
profonde i la routine des fondeurs d'artillerie. 

La chauffe & le fourneau font conftruits en briques. 
On choifit pour les parties les plu9 ei^fees a la grande 
ardeur du feu des briques qui foient difficiles k fe vl- 
trifier , &: au lieu ^e les m&9onner avec du mortier ^ 
on les giche avec la terre m6me dont font faites ces 
briques. Apres la conitruftion du^ fourneau , on lui 
donne le recuit; ce qui fe fait en le remplifTant de 
briquaillons , c*eft-2i-dire de briques cadges, & en 
feifant dans la chaufFe un feu ^gal k celui qui fera 
employ^ pour l^fonte du metal. 

Cepend^nt le ftatuaire a fait en plitre le modele de 
fa ftatue telle qu'elle, doit 6tre en bronze. La defti* 



Digitized by 



Google 



552 F O N 

4iatiofi deee modele eft d'etre moule pour fournk }#; 
cteux qui fera rempli par la matiere en fufion. On 
commence done par le moule en plitre, & tout ce cfui. 
eft en relief dans le modele eft en creux dans le mpiile« 
II peut 6tre coirfid^r^ comm^ un cachet qui , gravi e^ 
creux ) donne en relief Ton em'preinte Air la cire. Cp 
moule eft. cpn.i]:ruit par pieces detach^es qui peuyent 
fe feparer & fe reunir; un fort chadis de bois de chdne 
lui fert de bafe; Pour * que le plitre du. moule ne fe 
colle pas a^lui du modfje;, pn^ ^nduic celui - ci 
d'huile d'oeillet , qu'on y applique au pinceau. 

Le moule fi|ii.^ 8c tputes les«pi^ees ^xadement, nii,- 
« .m^rot^es pour ^re facilement reconnues dans la fuite*, 
on les demonte. — 

Mgis le bronze de la ftatue ne doit pas Stre maffif ; 
SI ne doit avoir qu'i^ne ^paifTeur determin^e, 8c il eft 
m^me bon qu« cette ^pailTeur foit aufli legere q^u'il eft 
poflible. II faudra dune, avant de proc^der i Wfonte.^ 
^ablir un noyau qui remplifTe la cavit6 du moule on 
laKTant feulen^ent emre lui & ce.moule un vuide ^gal 
a Tepaiffeur que. doit avoir le bronze. C'eft par le 
^oyen de cires appUqu^es au moule de plitre qu'on 
4n^nage ce vuide. EUes feront fondues quand le noyau 
\8c le (econdmoul^ qui doit recevoir- le metal , & 
,qu'on appelle raoulede pot^ , feront faits. Alors^ par 
leur fufion, el)es laiCeront vuide la place que dole 
occuper le bronze. " • ^ 

On commence par enduire interlelurement d'huile 
commune les pieces du moule , comme on avoit enduit 
ext^rieurement le modele. Enfuite on donne i cet^e 
m^me partie iht^rieure , ou creux du moule , plufteura 
coMche$ de cire fondue qu'on^tale a I'aide d'uh pinceai^^ 

comio« 



Digitized by 



Google 



F O N jyj 

iM>nime fi I'oh peignoit. On multiplie ces couches ju(^ 
qu'a ce qu'elles parviemnent enfemble i I'dpaiiTeur d'une 
iigne ou d'une ligne & demie. II eft vraifemblable qu9 
les anciehs, doht lesfonUs ^toient tr^s-minces ^ s'eA 
tenoient i ces couches au pinceau. 

Mais coihme lei moderhes ont la pr^iqiie de tenbr 
leurs fontes trib-^paifTes , ils faut quails tjoutenc i ces 
premieres couches une ^paifTeur ^ale )i celle qu'its 
reulent donner au bronze, lis y parvieonem en re^ 
couvrant les couches appliquees au pinceau de tablettef 
de cire amollies dans I'eau chaude , quails p^trifTent St 
^u'ils introduifent dans le motive avec les doigts , efi 
ibrte qu'elles nt fatfent qu'un corps avec Jes premiirei 
couches* 

Avant de r^tablir le inoule garni de fes cires pour f 
eouler le noyaii, il faut preparer i ce lioyau un fou^iefi 
i^ui en embraife toutes les parties. C'eft ce qu'on ap^ 
pelle une armature ; on la compofe de fer , parce qu'ells 
dolt avoir la force de refifter aux edbrts du m^tal ea 
fufion, & a la plus grande chaleur. Le pliis grand nombro 
des pieces de cette armature dolt fe fupprimer dana 
lafuite, ainfi que le noyaii lui-m^me, qtiand Hfont^ 
fera terminee. Elles doivent done 6tfe folides , & eit 
m^me -temps difpoiees de maniere 1 fe d^cher aife* 
ment les uaes des autres. Quelques pieces cependant 
doivent rtfter pouf foutenir la ftatue fur fa bife dani 
laquelle elles feront fcellees; Ces pieces pafTent dan| 
les jambes de la figure , fi c'eft une ftatue p^deftre » 
&) fi c'eft une ftatue ^queftre , elles pafTent dans cellei 
des jambes du cheval qui pofent fur la bafe. II faut en 
ces parties que la forme des fers & celle des cires qui 
leronc renplac^^s par lejoroxiie foient tellement coni;-^ 



Digitized by 



Google 



15-4 T Ofi 

binees que le bronze emhrafTe ^troitfifient I^let , tk <fu« 
celui-ci ne puiiTe ni vaeiller, nimoat^r, nt df^condr^ 

Quand Farmature eft ^ablie , on remonte le mp^lc 
garni de fes cires , & ce moule enveloppe Harmature. 

II refte a couler le noyau qui doit remplir exadtf 
ment route la dkvit^ du moule : on fe (ert ^n m^asge 
de plitre & de brique pulveiife ; o^ reduit cei^t^ fublV ' 
tancp en tine pijte, Kquide , ^ on la coule par }e« out 
vertures qui ont et^ n^^nagees a delTein daas le mouk^ 

Quand le noyau eft bien ftp » on demonte le suxule^ 
ft: les cires refte^t collees au noyau. Mais 11 ne pent f^ 
feice qu'elles n'aient abfelumant dprouve aucun dd'an«r 
gement , aucun affa^ment -, il faut d'ailleurs n^toyer 
I6s coutures qu'y ont laifTees les difFerentes pi^es dtt 
PQule. I'artifte les rep^re ft: les rend tellea que doit 
dtfe Ton ouvcage en bronze. Ceft le dernier moment 
o& il pi^ide endore fe oorriger, donner a ftm travail 
des fiineiTes quMl aura pu negliger. fur le module, i^ 
ndme, s'il eft n^eiTaire, f aire des ckang^mens aux 
principales fi^mes autant que peut le pem^enre le fque* 
lette de fer qui comp^^fe I'armature. On pretend qu« 
Gira^don a f^t , fur les cire^ , des changemens conr 
fiderabjes a fa ftatue ^queftre de la place Venddmo. 
- 11 £audrti que Ics cires foient reuifemvees dans uu 
moule ^ais & SpHde'qui prenne int^ifeurement routes 
leui« Ibnnes , pour les donner enfUite au bronze qui 
les doit rempiacer : mais il eft n^ei&ire de meaager 
des can^ux qui verferonc le bronze liquide dans le 
creux qu'aura opere la fonte des cices, & d'autres 
canaux pour donner I'iffue^ Vait deplace par len^tal. 
Les preiniers Ce nomment des jets , &: les fecond^ des 
iyens. Pour que cesdiiiiben#canaupc fc^ tr^uv^nt dans 



Digitized by 



Google 



t^ moult lol^fquHl fera conftruit, it faut •OHjmenccr 
far le$ faire ea cire. On les place k quelques pguco* 
4e Pouvrage , & on les y joint par <Je$ Lens de cir« 
^ui deviendront ^ux-mSmes cW$ canaux quand tQutk» 
lea cire$ feroht fondues. 

> C^ travail termine j oh precede ^ I'envi^loppe d€!« 
cires, qui, apr^s leur ^couleroetit , produira un creux 
cutre elle-niSme & le hoyaii , creux qui doit htH 
enucreiuent rempli de bronze li Izf^nu a un plei^i 

Ol^ cJioifit pour faire cette Mveloppe un m£lang# 
4e terre^ de fiente de cheval, de creulets blanca 
luen palv^rifes , & d^ poils de vache. Qn appelle cett« 
coxnpofirionjpaxf^ ^ & le moule qu'on en fait fe nonua^ 
laquitf de pot^e. La pot^e doit dcire fi \>\et^ Ibroy^e & 
tamiiee qu'elle deviehhe Hatite comme j^$ couleuri 
des peintres. Le premier uHige qu'on en fait eft d0 
l*et6ndre au pinceau fur toute la furface des cires. On 
iaukiplie ces couches ju{*qu*a l^epailTeur de dix Ugnes, 
«jCi obfervalit de n'appliquer une nouvelle couche qui 
l^fque \% prec^dente eft parfaitement feche. 

El^fuite on enveloppe le tout de gircaux de pot^i 
f^ta & pqC? en formp de briques, & oh rempHt do 
pocee molle les interftlces que ces gireaux laiflent en- 
tv^«ux & ceux qui les feparent de l^ouvrage couvert 
]ui-m^iii« de potee appliqu^e au puiceau. On donne i cd 
snoule une epaiCTeur confidetable fur -tout par le bas^ 
Cp on 1« fonifie de bondages de fat. 

II refte a fondre les cires auxquelles on a m^nag^ 
4^ conduits d'ecoulement qu^on garnit de tuyaux d* 
cuivre , & a recuire le moule de potee. Cett# operas 
tion exige quo I'oncanfiruife un itte , des galleries, &c, 

Zij 



Digitized by 



Google 



iS6 PON 

clont la defcription conviendra mieux au DxAionniiri 
de pratique. II fuffit de favoir que le feu , d'abord m^ 
nage , doit ^tre poufl*^ graduellement jufqu'ik Ton ardeui^ 
la plus violeilte. Pour Mnefo^e collofiiM^} il ne durd 
pas moins de trois fefnaines , & , quand il eft ^eint , 
le moule n'eft pas moins de quinze jours ^ fe refroi-^ 
dir. 

Ceft alors qu^apres sivolf bduche les caAaux quf 
donnoient I'ecoulement auxcires, on rev6t le mcdile d'u^ 
enduit de plitre qu'on appelle chemife 8c qu'on pto- 
cMeJ^fon enterrage. £n efFet, quelque folidit^ qu^il 
ait par lui-m6me & par fei liens , il oppoferoit encore 
line trop foible reliftance aux efforts terribles dubronce 
en fulion s'il n'etoit pas enterre. On employe pour cet 
enterrage de la terre fine que I'on foule jufqu'i C9 
qu'elle forme une maiTe folide. II ne parolt plus der 
tput le moule que les fommit^s ou bouches des jets S& 
des ^vens. 

Ceftalor^ ordinairement que Ton conftrnit le bafliit^ 
€{\x\ doit receroir le metal liquide ^ la fbrtie du four- 
n^au & le porter dans les bouches des jets. Ce badiit 
i% nomme icheno ; le fond & les parapets en fonii 
conftruits de briques mi^onn^es avec de la terre i four., 
M. Falconet^ dins fa feconde /bnr^ , a trouv^ plus 
. avantageux de faire cpnftruire I'echeno avec le moule $ 
il etoit contenu par les m6mes liens de fer & fenferm^ 
dtms la m£me cage. 

II ne refte plus qu'lt fondre le m^l , &*l le fairer 
•^couler dans I'echeno y d'oil il fera conduit aux diffe- 
rens jets. Cette operation exige des precautions , des 
foins , aes details qui fe tronveront dans le Difiioit^ 
niaire de pratique. . 



Digitized by 



Google 



¥ O R 3f7 

. Qutnd le hroMB eft re.froidi ^ quand on I'a d^gag^ 
de fenterrage & du moule ^ il fe pc^f^nte tel que doit 
xefker la fia^ue la fontc a eu un fucc^ accompli i 
mais il eft encore embarrafTe d'une forit de cylindre!! 
de bronze y parce que le m^tal liquide a rempli toui 
}es jets & fous les ^vens ^ & s^ eft confolide. II faut 
fcier ces Qylind^es & a<cordet avec le riftfte de It 
/:^nt€ lea plajcet qu*ils occupolent. • 

Si Izfotuf n'avoit abfolument ancun d^faat , il ne 
refteroit plus qu'a vuider le bronze du noyau qu'il 
contient , & de toutes les pieces de I'armature qui 
font devenuea inutiles \ mals ce fucc^s eft bien rare. 
On ^prouve prefque cou jours quelques accidens quf 
dot vent ^tre repar^s par le- travail ^ez ctiVleurs, & 
^£me quelquefois par de petites/o/i/^^ fajtes fur place. 

Get aniQle n^eft pas aflez detail!^ four apprendre I, 
fondre des colloffes > mais il Teft affezpourfatisfairf 
les le&eurs qui veulent favoir comment &fog6)i^nt c^ 
fontes. ( Article dc JU. XEKESQif^. ) 

FORCE & FOR T. Vojrct , fl>rty noble , grand, 
fier , font ^q% ternj^s abfolunven.t figures dans le lan^ 
gage de I'arc , & dont le (ens c^ft , par cette raifon , 
.tou jours un peu vague* 

II eft un c:ercain nembre de ces termes qui s'emf 
ployen^ ai^c des fignifications i^-peu-pr^s analogues 
dans tons les arts lib^raux \ cependant le$ diverfes nar 
tures de ces arts , fbit relativement a leur th^orie , foit 
relativement I leur mechanlfme , mdlent a ces fignificar 
tions des differences propres \ ^garer ceux qui penfent 
les bien comprendre , & qui s*en ftry^Ht ^n comparao^ 
\^ acts Iqs uQS auy 4LUti:.€|s... 



Digitized by 



Google 



5;8 FOR 

A P^gJird it crfui qui eft le fujftt 8t tftt 9nUU p 
on dir : Te dlfcours a dt la force ^ des^trsfbns^ 
Une mufique forte , unc figure defpnie fartetnent , ftili 
tableau for( de couleur , ^?f Jr ombres fbttes , line t&ucIlM 
forte 

Tortfes c^« mj^m^res de s*cxprimer ont tz^^tn\?(^. 
hefgie & I'cftergie appartleflt a l^ame \ fiort-ffeulemettt 
on ne I'acquiert pbint , lorfqn'on n*en a pas le germe y 
fnais on la p€rd , fi I'oti n'eft pas fur fts gardw dans 
I'v'xercic^ de l^art, ainfi qu'on pefd fon caraft^ dan* 
Vh^bitude de la £oc\M\ ceptlidant, dam nfi grand 
Itombrede Qifgonftances , ott rcgrctte d'cn manquer, 
11 t\i done i propos de dire \ la jeuneflti en g^n^af : 

if Le defir de paroltre avoir de la force ne faffic pa§ 
D^pout voHs donner de fa vigqenr & de l^^rgfc ». 
Et aux artiftes en partieulier : a Ke penfet pas qu'im 
m enfemhle lourd j une figure tnafclie avtc afft^atiaf^ 
» reprefente Hercule. II fautquela figure dece hiroj 
>> faife pcnfcr que Cz fhrce eft ptus ehcore dans Oyti am# 
9 q:ie dans fa charpente 8c fcB formes n. 

La force de la touche ne confifte pas lion plus dans 
fyti. apparence (r^s-pronofic^e ^ inais il faut qu^Ue fon 
jfronancte lur - tout dans fa juftc place. 

Le Qoloris a fon tour n'eft fSLsfbrt potjr 8tre outri^ 
tnats il a toute la vigueur qui lui conviertt , lorfqu'il 
approche de celul que prefente la natuf^ & qii^il eft 
X$cconi^Cuivznt une jufte harmonic. 

Les ombres noires ne font pas des dfmireS fortes i 
<^ font des taches obfpur^s & drpjaifanr^s. 

La veritable y^r<:tf dans la peinture eft done la v^riii 
de l*imiration fentie i8r e.^primie par un artifte qui % 
^M ^e vigouti^uft i ce ii*eft f^ tixtxcfbrc^ ^t vwwi 



Digitized by 



Google 



FOR. 3jrf 

Hferet rept^fent^r , malt la vigu^ur de la nature , ^ui 
a toujoiirs celle qui conrieAt aux circonftancea & qui 
vous la communique lib^ralement , lorfque vou^ ave« 
ce qu'il faut pour la fentir & pour la rendre. ( Article 
deJU. Watelet.) 

FoRct (fubft. f(§m.) feVdit ie Peffet Ardela cou» 
leuh Un tableau a de laybr«, Wl eft cblor^ de ma^* 
ni^re que Ton effti refte encore yi^oureux lors mftme 
qu'bn le r^duit au fiibple Uitir-obfcnk'. La /brce peuc 
6tre due au tcin auquel le tableslu eft pouifl^i elle pent 
6tre due i, H diftributidit des in^ei oppbf^es ^mr'elles* 
Cette dernidre partie de I'art doit hiSth^ teu|<5itr^ n^* 
c^lTairement cofttribuer l la jfbrci ; car le ton ne la 
prbduiroit ^as fbul fans le tttbnti des o^pofitions. Poufl^s 
Mutant qu'll fera pcsfTible les brani de votre tibleau; It 
fife feri que hoir 8z n'anra pa$ de forte (i ce$ bruns Ire 
font fis 6pp6l6s h dei clair^. Le tabl^u de la ^leri^ du 
Luxembourg Aami leqael tlubensr sre^V^ne^ le T^thpz. 
qui enlive la ViitM ^ doit ik vi^ieur atilc e|rpd(hion& 
que I'artiftt & ih^nag^e^. « La vivach^ &ei ions dattt 
» la figure de la V6rit^ eft peinte , die M. Dandr^ 
» Bardon , la fineiTe de tous leurs paiTages , la douceur 
y> des demi-teintes 8c des ombfes m£me dout ils (bnt ac- 
» compagn^s^ relevent la coulcur locale de la figure 
» du Temps. Tour-i-tour I'ardeur ou colons, lafolidit^ 
» des demi-teintes y la vigu^ur ies bruns , qui fervent 
» k l^arrondifTement du corps du vieilbrd, renclent 
s> ^blouiffante la fratcheur fie la Verite qui e^ dans 
» le priiitem|$s de fag6 ii. 

Le mdnte Profe(feur indique k Parti fte difTerens flr?« 
tagSmes qui peuvent contribuer b^tecoup i Ufonui 

Z H 



Digitized by 



Google 



i^q FOR 

de fes ouvragcs. « Qu'il aflaifonne , dit-il-, par l^afibr^ 
» tiffement du linge le plus clair , le ton d'une chair 
» coloree ; qu'il rel^v? par I'alTociation d'une ^ofFt 
n brune I'^clat d^une carnation fralche & lumineuft , 
3» ou qu'il detache fur un fond tout brillant des rayoivi 
» du foleil , les objets reeoaverts de Pombre la plus 
» frappante. L^harmonie gagne infinimeiit k ces^ li- 
» cences : il ne s'agit que d'en fai^e ufage i prppos , 
» de les placer judicieufement, de les balancer de ma- 
y> tiihre que la douceur &: l-equilibre des tons ne foient , 
» pou^ ainfi dir^e , altet^ que pour emprunter de cette 
D alteration plus de valeur & plus d'^clat o. 

Quelqu^ foit d'ailleurs le merite d'un tableau , tl 
n'aura pas tout le fuccfs auquel I'artifle doit afpirer^ 
$111 manque de force, Un tableau peut toe fin de tons , 
^l^nt de deflfin , bien emendu de compofidon » s'il 
fi'a pas de force , il fera peu remarque. O-eft la force. 
qui appelle le fpeflateur ^ & qui I'avertit de loin qu'un 
tableau m^rire fes regards. Le peintre perdra done vp, 
grand i:iomb]:e de fpedateurs , & peut-itre d'admira- 
t^urs , s^il n'a pas rar.t de 1^ app^Jile;^ par U forc^m 
( Article de M. LRvs9.^y.ti^ ) 

FORC£ ( adje^. ) f^ pre^id dans k m§mc fens 
qu'exagere. Cependant il peut y avoir une exag4ratioiji, 
louable & m6me neceflaire; mais le mot jfewefttou- 
jours pris en mauvaife parti Un ouvrage de I'art ne, 
doit kite ford ni de deflin , ni de mouvemcnt, ni de 
ton, ni d'expreflion. ( L>) ^ 

F O RM E. ( fubft. fem. ) La forme des objets eft ce 
qul^ les diflingue^ princi{>^eiE\(ent ^s uns ^es aut];es \ 
to yue & ^u t^ft. ' 



Digitized by 



Google 



V -FOR 5^1 

YJnc des etudes principales du pemtre eft d^obferver 
. fk de s'exercer k imiter las formes extcrieures de toijtf 
|es objets vifibles* 

Ces formes ne font appa^entes que par I'effet de la 
lumi^re & des co\ileurs , & elles font fujettes aux aJl« 
t^raeions que leuv pccafionne ce qit^n appelle I'efFet 
perfpe&if. II en r^fulte ^es erreurs, qui font des v^rit^s 
d*imitation , & c'^ft une des raifoos pour lefqueltes 
I'arcifte doh connoitre & ayoir prefens \ Tefprit , en 
peignanc I'apparence des objets , leur nature propre y 
leurs accidens , & entr'autres ceux qui ofit rapport a leur 
furfaoe \ car la peinture , independamment des >£gnres 
& de la couleur,a des reftburces & des moyeos dV^? 
primer qui confiftent dans la maniire * m^me d'appli* 
quer les couleurs , de prononcer la touche , ce qu'on 
fippelle en langage de iVt, le/aire y & c*eft par ces 
moyens qu'il fait palTer le plus fouvent k I'efprit de 
celui qui voitfes ouvrages, Tid^e jufte des fubftances 
que la couleur & la figure m^me n'indiqueroient que 
foiblement. J'ai traite de cet 4)h']et au mot caraSiire / 
j^ajouterai feulement ici que les connoifTances plus 
pu moins approfondies dont je viens de parler, font 
^u0i nlcefTaires dans Tart d^ecrlre , que dans celui 
d^ peindre 5 car I'auteur qui parle d'un objet dont il 
net ^onnpit que ie nom , ou dont il n'a qu'une idee 
infiniment va^ue , eft priv6 de l*avantage de s'exprimer 
d'une mani^re que j'appellerat carafe rijiiquey & {e 
choix de certains termes contribue infiniment a faire 
pa^er k I'efprit du lefteur une idee plus ou moins 
|ufte & pr^cKe de ce dont on parle. Je ne crois pas 
devoir dpnner ici plus d'etendue k ce rapprochement , 
^ j^ m^ conte.Qterai de rappeller qu? le peu de pr^^ifioj;^ 



Digitized by 



Google 



•jiA If 01k 

SaM l^/ameJ b(i ilfi iidsLttt {^iiVihUttitttt €(tktitiisil pour 
taniRe y parce que Pappareftce vifibl^ & pdpablfe eft 
mi des ob)ets fbndamentaux de fofl aft. 

Dzts H p^itnuf-e, uri^ figure ioht \e tt%it a quel^ue 
thoCe d^itii^ch J i^d^tU tfop h)ng-tenips aujc yeux ^tit 
ijfx€ c6 defaut ; ^hdpf ^ i cdul c}ui la regarde. £11^ 
lr)-6t& ttiiitk6 le reg^r^ ^ ptfce tju^il n'eft ^^s ^attsfak ; 
c» 6ft cherche I f^ teildre Compte des fotihes Aink 
lcnjuellesontrouv6 ^ ddflfier. Aitifice d^fatit follleite ^ 
'pburainfi-dire, les jugesdc I'^rtiftft i 1^ cdndattiiifef. 

jfeunes ^I^ves, c6 drfaut qui , ft^glig^, devleftt uite 
kabhude incorrigible , ftalt bU d* ee qud ^cmi li^iirA 
ffeex pas d'une ftiaftiire fijtfe &: avec ufre ittefition 
j^flfei aSive & iilteiligfenf^ , v^ y6U3t (br \ts objets ^* 
toUS rftgttrdei ( & ri^ti iii'cft fi torfttnurt rhzlhtt^rtt^^ 
AKem, au ihoral comme iku pTiyflqtie) 6u de c^ t{\xb 
rotre efprit & Votre fnain ti'oAt pai l^lTg* bieft ^tabll 
entr*eux cette correfpbridahce fifte , p^rfcrmpte & fiddle » 
^ui votis ^ft iftdi(jjefl(ibl6 , cHi de ce qu'ehfift vous nt 
iftfftiflez pas dans votre efprif, loffqutf vous deflines 
oa peignez , les icfees principales & carafteriftiqu^s ddi 
iubftances que vous repfef^ntez. Ke fcpf^fentex' do<i6 
rfen que vous n'en foyez en^i^remeiit occupies St ptdn^. 
Taites ce que vcusfaltts ; ptignt\ ce queyous/ft*^^ , 
& dans tous les fucc^s que vous defir6i*6z , fappellei- 
▼ous cette maxime qui , fi elle ^roit ufttverlilleikiefit 
ittivie, en rendroit bien d*autrei iniitilea. 

Je dois ajouter , en termins'nt ^et slrtict^ ^ue , Ibi^ 
qu^to foue les ouvi;ages de l^rt ou qu^ondil^ute fu^ 
£i theorie , on employe Touveiit ces term6s : hclltt faf^ 
wUs J heauti dis formes. Ces iexprclfllons ont t^pport ob 
9» fentSment parttcniier is celui qiii s'eii fert y o« 



Digitized by 



Google 



|p tJ jgj 

aux id^ q\iB )h\ cherch^ i d^velopper tux moci 
ieauti^ Beauti ideaU & Grace ; ainli je n'entrerai 
Ici ^ans aucune autrt explication. Je dirai feulement qii« 
les heWts formes one toujours pour bafe ies proportions^ 
les dimenfions & les jufl6s conrenances *, mais que leuff 
perfedion eft un chef-dVuvrt peu commun de la na*« 
tare , conime le talent 4e les fentlr \ de les concevoir 
tc de les rendre , eft un don admirable &car€. (^r* 

ticU de M* U^ATBLET. ) 

J* O U G U E ( fut ft. fern. ) Y-ient du mot latin , On 
jpiutdt du mot italien fliga. Dans les inftans ieft>uguif 
les idees femblent s'echapper & fu;r en foule de I'ima- 
gination. Le mot fiiguc en mufique a la mdme origirie* 

La fougue eft uno quality plus dangereufe qu^utile 
jiani les lettres & dans les arts. Si I'homme qui , dani 
\x fougue Ao Ton imagination , produitune furabondance 
d'idees, pouvoit enfuite les examiner de fang-froid, 
adopter les unes, rejettcr les aurres, donner It cellea 
qui m^rirent d'etre confervces route la perfeflion dont 
elles font ftifceptibles , fans doute il tireroit de grander 
Hchefles de (es fougueuTes conceptions. Maisce fang-* 
froid lul manque, tl produic en quelque forte a fbn infu , 
& ce qu'il a produit , il ne fait pas le jtjger. Ou 11 
^ft fur le tf^piecl , ou il n*eft rien. Ses inftans de 
fougue font fuCcedes par d*autres inftans de fougue ^ 
ou par des inftans de fterilir^ ; il n^en a pas pour la 
r^exion , pour la fageffe. Il n'a de I'imagi nation qu6 
pomme le malheureux attaqu^ d'une fiivre brulante 8c 
plong^dans le dilire ; quand fa iidvre s'aftbiblit , il rombe 
dans Tabattement. Il ne fait ni difpofer fes idees , ni 
fes ftitt'Cte ^n oeuyi^ y ni les perfe^ionner . tl conjoti 



Digitized by 



Google 



m F R A 

& ne peut mettre i terme *, il n'enfante pas , il f yortek; 
Artifte ou ecrivain , il ne fera <jue ies efcjuifTes' infoi:- 
nes on des ouvrages manques. ( Anivli di M. LErts^^ 

F R 

IFRAICHEUR ( fubft. ftfli. ) FRAIS (ad).) Ccr 
mots cxpriment une quaUt^ toujours irelative au to^ 
g^n^al d*un ouvrage de peinture. On dit : la pqinturc 
en d^trempe & celle a frefque ont plus defraf cheat 
que celle k I'huUe , parce que Ies coiileurs peuvent da- 
Vantage approcher du ton de la lumi^re. Ce ciel eft 
'd'un ton frais , parce que le colotis en eft brlllant & 
yur. 

Le m^rite diffei-ent ^^un ton frais , eft celui qu'oti 
xcqorde au ton dore. Lcs tons fourds , obfcurs , 1^ 
teintes (ales font Ies defauts oppofes \ iTifraicheur des 
tons. L'excisdcs tons frais j c^eft quand ils £bnt crus. 

Veut-on des exemples de ces difFerens attributs du 
f^Ioris^ pris dans Ies grands Mattres^^ pour ^vpir Im 
^ufte accysption du mot frais ^n peinture t L?s BalTans 
CTUoique tr^s - grands color i ft es font rarenjtent j(ra/V^ 
Kottenhamer ^ VerfF, Rubers mfimje font crus ; Jor- 
*dacns, Lafoife fbnt dores ; le$ tableaux de Claudp 
Celee j de Velde , de Backi|yfen , font f'ais ; Ies ta7 
lleau]? du Titieo. font purs , Ies beaux portraits de Vaiv 
dick k de Rembrandt , ont cette c^uaUt^ a^u plus fu^ 
tlime degr^i ils font briljans^ 

On pourra fentir la. difBculte de ce rare m^rite dan^jn 
la peinture i Thuile , quand on faura qu'il confide i 
ufer des tons & des teintes Ies plus precis par le rapr 
Dprt & Voppofition qu'il doit y avoir et^ti\ux ^ \ lj5f 



Digitized by 



Google 



iibmpolW du moins de couleurs poflibles , i les choific 
ftelfi qu'il tcteighenc I'^clat de la plus vlve lumiere ^ 
fans dcre ni fades , ni blancs , fans rien perdre de Ll, 
couleur locale,qu'il confide enfin h. pofer chaque toif^ 
avec l^g^ret^, & i le favoir fondre avec celui qui I0 
tpuche fans rien alt^rer de dsifraicheur. II faut encore^ 
^ur peindre fiais , que les couleurs i employer (biene 
l>onne8^ folides , que les huiles fbient pures, que lea. 
^onds ou impreflions fittenc £uts avec tes plus granda 
Coins , afin que les couleurs qu'ils re9oiTent ne puiflene 
pSis devenir fales ou jaujies en rieilliflaht. Ce coura 
^xpofe peut faire juger du m^rite d'un tableau vraimene 
/mis. {Article dc M* Robin) 

FRAISQUE, genre de peinture. Aujourd'hui on ^rit; 
frefque , avec raifbn , parce que ce mot vient du 
^eminin de ridjedif it^Vien frefco. Foye\ Fresqus^ 

I-RANC (adj.) FRANCHISE (fubff. fen^- ) Ccs 
mots expriment commun^ment un m^rite du ro^nanifme 
de la peinture , nechaniime qui confifle dans la touche, 
foit que I'artifie ufe de fes couleurs ou dc Ion crayon#' 

lAfranChifi dM pinceau fuppofe tou jours la nettete^ 
la legeret^ ; mais elle doit 6tre le fruit du favoir d« 
I'artifte , & du vif fentimenc de la forme qu^il qxm 
|Mrime. 

La franchife de la touclie fe confond toujours pa^ 
les gens qui ne font pas confomm^ dans Tart, avec la 
ivettet6 fens juftefTe , avec la durete , & fouvent mfoner 
avec la fechereffe qu'une main condmte par I'igno'-' 
ranee &; Taudace , ofe mettre dans fa touche. Cect« 
aiSurance de maini qui n'eA qu'ui metier , peut t romper 



Digitized by 



Google 



3« F a £ 

tnSme I'hctiime inftruit dans le premier shomeite qu^il 
tegarde un ouvrage. Ctpendant cette qualiti^ feduifanttf 
ftH fbuvent celle d\iti ignorant qui parle H^ns pudeii( 
de chofes qu'il n^entend pas > & en iinpofe i des gens 
^i les entendenc encore moins que lui. Ces mots 
fhanc de pinceau , franchift de touche ont gite bieit 
de jeunes taiens , qui fb font piques d^ cettc pr^tendu* 
francfiife avant d^acquerir le (livoir. Le fucc^ trompeur 
&: dangereux qu'elle leur a valu trop t6t , l^s a born^ 
iks le commencement de leur carriere. 

"Lz franchife ie pinceau de Ls^nfranc , de Jduvcnet^ 
9» Vouet , de le Sueur , &c. ^coit un don de U na*" 
ttire quMls n^voient pas ^herche X acqu^rii:* 

On peut encore appliquer ce inot au colorh &: I 
TefFet > c^uand le ton a ^te choi( avecjail^iCe fou9 c6 
double rapport , & po{^ fans dtre fpndu ni fali -, on di|t 
alors : telle partie eft d*un ton bien frang , d'unar 
couleur bien franche. Rubens ^toit xxh- franc de teiiH 
tes, &c. (JnicU de Jli. ^0?iN. ) 

FROSQUE ( £ubft. fern. > Peintufsqui s^«^c^te •#» 
io^n^xr^v^exK^ fur un Miduii encore ffais de chaux Si 
4t &lBie combing 

}>e teiutea les maiii^rfs de peitidfe, la f^fyiH eft 
1| plu9 ancienae, la plus 4ursb)e, la plus ptompte^ 
la plus AtgBe d\)nier les grands tdifiees. Ajeufons que 
de nos jours ce genre de peinture eft le moins eji 

II parolt que les fraginens de peiatures anijt^ues qoi 
IMQUS vifAsent des Rooiains (biitteu& \fre/fu$, Norde»y 
oitj6 far Wiiikelssann ( s) pavle def leftes de palak &s 



(I J Tome I. pag. IV^ ^ 



•••""ivMVwn*- 



Digitized by 



Google 



FRE f^ 

iJe temj^Ie^ ^n fgypte pi^ foat des figures poUpflal^ 
p^intc^ far 4^ ^nyr? de ^wtr?-vinjt pi^ds de fcui- 
I^M^f If» d^fcripuon que ^.e| ^friv^iins font de ccs 
^intures ^ 4e I'enduit prepjr? fur l^u^] ^l|e9 ont itf 
^r9^cb^, 4^ h IWil^re dp^i^ le? 9P.Uleurs pnt et^ 

•WWPtay^es^i tpiit enft» dtfigne U peintur*? lfie/^M€^ 

^^speinturei f^t dp« v^fes ^(rufqu^, w fur des ijften- 
^Q$ £gypt|e|i9 ijui ^finoQceroient U9e ^ticjui^ ^ale 
^ g^ p^ture^ | /rcfifW< f Wt les pr^fomptiqns de 
jiroi^ d'jiineifci n^n feront pi^ mow en faveyr 4? la 
frtfyue. Car s^« I'efp^e de tableau <)v^ U mol^^ique 
|xro4uit , eft toujjourf une gopie de la peJntwre, A 
L'art de peindre /ur les vafes , te\ ^ye t\pu^ l^pffreiv: 
l^ HUliqMite* toi?f<jues f * d* ^tre pr&ede p^r celui 
4? peindre fur 1^« murs^ pulfqu^il exige une plus 
grswde re<;herfhe, & plus de d^xt^rit^ d«(i5 pop^r^tW 
Hi^velle ; d^ailleur^ pn a dA former des t%hleaMX fur 
X^^ lp^ra^ des pal^^ ^ des temples ay^^ que d*e|i 
crt^pr 1^ vafes ^ux ufage^ des tables & des aute}s. Le 
go4^ de ces details n'a p^ dii nattre avant celui d?.s 
gf^des taa^esi. Cetta marche n^eft jamais celle des 
^a^knoilSancef huma'mes ^ parc^e qu'elle o'eft pas pell^ 

. Qnaiit ik 1% foUUliU de Ufiifyu^, elle eft d^inon- 
tr^ par I'exiftence des fragmens a^tique^ qui ^niion*- 
l^e^i fa tk^ute s^iquit^. {l n'y a point d'autre forte de 
PfMfi^iir^ qui Q^t pu r^fift^r de m^e ay^ iajjures dea 
igU$»^ , i I'^idit^ exceflive de certains climacs j i 
ri^uwidit!^ d^s fouterreins , & aux encombremens faits 
f9X If^ B^rb^res. Qu'on ne combsute pas notre opinion 
fi^f^V^m ^ Wte p^ljiture pair la dur^e auffi grande 



Digitized by 



Google 



cle celle des inomles. Non*reuleiiient ces objets ^tblefif 
fenferm^s dans des conl^ruAions tf^s-foigti6ei; maii 
encore on peut fort bien ne pas adopter en fon entiei' 
le fyftdme du Coihte de Caylus , ( Rec^ d'Ant. torn. ;.) 
qui pr^end que la peihture dei momies eft ane el^^ 
dedetrempe pt^paf^e avec de la colle. Cette coUe pr6- 
tendue ^toit pi'obablement un mordant qui s'impregi^oic 
tr^s-fortement dans les mat teres dont ces corps ^toieiit 
enduits , eu cet enduit lui-mlme ^toit tine filreparatlorh 
de chaux fur laquelle les couleurs ^tdient appliquees 
quand il ^oit encore frais : ce qui fupp6feroic une ef-* 
p^e de frtfqut. Autremeht <m ne fauroit penfer que 
ces peintures, fuppofees en detrempe, fe-fufient coh- 
ierv^es jufqu'i nous. 

Les m^oires de la Chin'6 , yol. II. nous pafleht de 
la peinture fur pi^rre des artiftes de cet Empire , qui eft 
faite audi avec de la colle ; mais elle ne peut , queV- 
que bonne qn'on fuppofe cette colle , quelque iblide 
que foit U vernis en cire dont elle eft enfuite cou^- 
verte , r^iftet aux brouillards & aux pluies fir^quentes y 
qui doivent b}erit6t diffoudre ce vernis. 

Nous dedaignons de faire entrer en comp^ai^fbn, 
avec \i, duree de la frefque , celle de la peinture i 
I'huile ; nous voyons que, mkm^ dans les inr^rfeursi 
cette derni^re eft d^truite en tris-peu de temps , lorf- 
qu'elle eft fute fur le mur. 

Comment la peinture \frtfque ne f^i^oit-elle pas la 
plus folide de toutes ? L^enduit frais qui re^oit la cou- 
ieur en eft impr^gne afTez fortenj^rit pour la retenir 
tout le temps de (^ dur^e. .Cet enduh bien fait fe d^^ 
tache rareme^tdu mur fur lequel'il eft applique avee 
les pr^cautioxlts convenables. Of peut-on demander d'un 

ublcau 



Digitized by 



Google 



. ^ ^ 'F R E 355> 

tsbleau une plus gtande folidite que celle de la mu- 
raille fur laquelle il eft fait? 

L'enduit compofe , comme nous Tavons dit, de chaux 
& de fable , devient d'une durete egale a celle des 
pierres elles-m^mes. Les monumens anciens atteftenc 
cette aflertian. Notre enduit de platre, que la chaleur 
fait ecaiiler , que I'humidite & la gelee detruifc^nt en 
peu d'annees, ne peut lui 6tre comparable. 

II y a des opinions diverfes fur la nature des cli- 
mats propres a conferver Jes frejques, Dans un ouvrage 
in-4®. page 399, fu** 1' Architecture , les divers genres 
de peinture 8cc. Felibien dit : » On a remarque que les 
. » couleurs|^yr^«/<? changentmoins a Paris qu'en Ita- 
» lie ou en Languedoc , ce qui arrive peut-^tre k 
» caufe qu'il y fait moins chaud qu'en ces pays- la, 
» ou bien que la chaux eft meilleure ici. » M. Fal- 
conet par^lt contredire cette aflertion dans fes notes 
» fur Pline, tome i page 223, de fes cEuvres diverfes , 
Paris, 1787. » La Peinture kfrefque^ felon cet auteur , 
2> fe cohferve mieux dans les pays chauds & fees que 
x> dans nos climats feptentrionaux 8c humides. » Quel- 
qu'oppofes que paroiiTent les fentimens de ces deux 
-ecrivains, il y a mo^en de les concilier en accordant 
au premier, qu'en efFet Texpotition a un foleil ardent 
eft capable d'op^rer un grand changement dans les 
couleurs;changement qui doit etre moins prompt dans 
lesclimats temperes,& qu'elles ne doivent point fubir 
dii tout, dans ceux oil le foleil a tres-peu de vigueur. 
On doit penfer comme le fecond par rapport aux ge- 
lees des pays du nord, qui caufent Id pert e in^vitabla 
des peintures z/refque. Cev gelees font eclater les pier- 
res y elles corrodent mSme les veines de terre pettifieea 
T0mc IL - A a 



Digitized by 



370 PRE 

danj} le centre des nurbres de couleur, enfifi riefi Tii 
r^fifte a leur effet deftrudeur. 

Mais nous croyons 6tre parvenus i rapprocher c^ 
idees difFerentes , par les efTais & les obfervations que 
<ious avons faits fur des peintures ^ frtfque, lis nous 
ont portes a conclure que le choix du lieu eft tres-im*- 
portant, lorfqu'elles font au-dehors , & nous avons cru 
que l'expo(i(ion au nord ^toit la plus favorable dans 
les pays bii il gele rarement; & dans les climats 
froidsy celle du coiuchant, parceque les premiers rayons 
du fol^il levant , ont apr^s les gcl^s, une a&ion trds- 
nuifible. K cet ^gard nous n'adoptons pas en tout le 
fentiment de M. Falconet fur les dangers de I'humidit^ . 
pour la frefque. Et voici nos raifons. i*. Les peinturea 
antiques retirees des lieux humides, oil dies ^toient 
enterrees depuis des (iotles , avolent , fous des monceaur 
^normes de terre , conCbrv^ routes leurs couleurs. Celles 
<les ruines d*Herculanum , a-t-on obferv^, les ont au 
tontraire perdues en tr^s-peu de terns , lorfqu'elles ont 
^te deflfechees par Pair ext^rieur, !**• Le mortierdont la 
peinture a frefque fuit la dur^e ne fe d^truit pas dans 
nos climats pluvieux. On fait qu'il a fellu ufer de la 
poudrc pour detruire des portions , \ pr^fent incommo- 
des , des thermes de Julien, rue des Machurins, qui 
^toient toutes d^ mortier. Le morceau de^r^u^ i Pair 
dans le climat de Paris, qui nous ait paru le mienx 
cohferv^, eft expof^ au cbuchant. II eft du dix-fep- 
tieme fi^cle , & n*a pas ^te ^pargn^ par les oavrierj 
qui one conftruit dans fon voifmage. 

Apr^s le choix du lieu, reft<» celui des mat^riauXy 
pour sWurerde laduree delz frefque. II faut fp^ciale- 
ment s'occuper de la compblition de Pendnit. Pour kxx% 



Digitized by 



Google 



' F R E 37» 

hotij il faudrorf qifil ftt fait comme le indrtier des 
anciens. On le dit introuvable. Cependant nous pen- 
Ibns qu'on en peut approcher avec les foins n^cefTaires. 
Nos idees {\ir ces details tiennent I la manoeuvre de 
Part , qui doit faife I'objet du di&idnnaire de pratique* 
'AinJ[i nous paiTerons ii I'epithete prompte que nouft 
avons donn^ k la peinture kfiefque. 

£n d^finilTant ce gente de peinture , nous avons die 
qu'il fe faidH fur I'enduit frais, & (on nom vient de 
cetteptratique effentielle , fur-tout lorfqu'elle eft au de- 
hors des edifices* Frefca italtch , tn eft le mot ^tymo^ 
logique*, ou plutdt le motfrefyut eft limitation de I'ita- 
lien. I)ifons en paflant que les vieux auteurs, tels que 
Felibien , ^crivoient fraifyut ; fans doute du mot 
fran^is frais , ce qui exprime la m^e id^. 

On con9oit que fi on ne pelnt pas fur I'enduit dans 
tin efpace tr^s-court , il fe s^he avant que Partifte I'aic 
convert de fa couleur. li faut audi , pour pr^venir cet 
inconv^ient, que le peintre ambitieux de faire ui\ 
tableau raifbnnable & pur, arrive tout arm^ aupres dil 
diamp de ion travail. A cet effet, il a des deffins tr^- 
arr^tes pour les contours & pour les places des lumi^es 
*fe des ombres^ par-4^ il eft afTur^ des formes en cal" 
^ant ces deilins avec une pointe de fer.qui les impri* 
~me aifementfur le mortier frais, &: la plus importante 
partie de I'art s*y trouve tracee. 

Four ne pas s'egarer dans le choix ^e& tons de cou-« 

' ieur , fouvent ces deilins ou cartons font lav^s de la 

teinte qu« Tartifte a determine d'employer dans fes ou- 

vrages; on en voit de pr^ar& ainfi de la main de 

Raphael \ ils ^font a Londres , & on les a nonyn^ car* 

/4ons d'HiUii{>toncour y du lieu c^ ils 6toient jadis d6- 

A a i j 



Digitized by 



Googk _ 



372 F R E • 

pofes ; on en voit auill de Jules ^t>mi{n chez le Dufl 
tfOrl&ns, &c. 

Obfervons que ces deflins ne font- pas faits fur C9 
qu'on entend en franfois par du carton *, car comment 
les calquer ? Mais fur de grands papiers. Ce mot <)e 
carton nous vient du cartonc italien y augmentatif de 
carta qui veut dire papier. 

Si les carbons ne portent pas la couleur projett^^ 
Je peintre doit la trotiyer fur un petit t^leau oii fon 
;travail eft arr6t^ pour I'effet & pour le coloris, Les 
jnodernes ont ufe de cette dernidre m^thode. Auffi leur 
a-t^lle fourni les moyens de mettre dans leurs pro- 
dudions kfrefque plus d'accord , de coloris & d'effet 
qu'onri'avoit fait jufqu'alors. 

Nous yoici parvenus au point qui, a notre avis, fait 
unedes plus eminentes diftindions de cette peinture : 
c'eft qu'elle eft la plus convenable aux taleijs fupe- 
rieurs, aux peintres vraiment favants. 

Ce n'eft pas par I'adreffe de la main que Raphael, 
JMichel-Ango, Jules-Romain,^c. ont atteint les fubli- 
mes parties de Tart) & fe font immortalif^s par les 
chefs-d'ceuvres de Florence j de Rome , & de Mantoue : 
lis ont dedaign^ ce petit merite , fruit de la feule pra- 
tique. C*eft par le choix de piquantes & de fieres at- 
titudes y par des formes favantes 9 bien fenties 8c pro- 
pres ^ chaque cara&ere , par des idees generates capables 
de s'emparer des fens 8cjie fixer Inattention > enfin 
c'eft par tout ce qui eft du refTort de Tefprit .& de 
.Tame , qu'ils ont atteint les hauteurs du grand art de 
peindre ; I'ouvrage d'un artifte qui s'occupe des gen- 
, tilleflfes 8c des graces du pinceau dont la peinture i 
.I'huile eft fufceptible , pouqroitril pr^fenier tout i It 



Digitized by 



Google 



F R E 573^ 

ftis les parties dans lefquelles r^de vraiment le fu- 
blime? \_ 

Si Raphael a fait des tableaux a I'huile dignes d'en- 
Ver en comparaifon avbc {es frefques du Vatican & 
fes cartons d'Hamptoil-court , tels que la c^lebre trans- 
figuration, les tableaux de la coUedion du Roi de 
France &c , c'eft p.cut-6tre parcequ'il ufoit de la prati- 
que des cartons, ou grands deflins, pour ces fortes 
d'ouvrages , comme pour cedx a frefque , & que 
par-U, 11 s'affuroit de grandes parties de deflin. II 
n'avoit plus alors qu'i^ s'occuper de la couleur & de 
cette fonte depeinture qu'il adoptoit dans fes tableaux 
^ rhuile. ■ 

Quand 11 fut queftion de peindre dans la chapelle 
Sextine, (i) Ic Fr^re Sebaftiano, peintre Venirien , 
confeilla au pape de forcer Michel- Ange a le faire ^ 
I'huile, & le mur_ fut pr^par^ a cet efFet. Le grand 
^omme arrive & fait degrader cet appr6t : » difant 
» fi^rement que la peinture k I'huile n'etoic bonne 
39 que pour les dataies, les perfonnes lentes & qui fe 
7} piquent d'adtefle tels que le fr^re S^baftiano *, » & 
Touvrage fut fait ^ frefque , parce que ce genre de 
peinture m^prife cette attention a la manoeuvre; vain 
m^rite, qui eft perdu pour elle. La touche difparok 
dans Tenduit qui la devoie , elle n'occupe pas Tame du 
grand artifte qui alors eft route entiere aux carafteres^, 
aux formes , aux exprellions & a la faillie des corps,^ 
Songoiftt ne fe manifefte pas fans fciente , fa mainr ne 
s'occupe que d*exprimer, & il fe livi;e tout entier a 
cette t^che difficile, la feule digne de lui. S'il la 

( X ) VaTaci vi^ di SebalHano frate ctel Fiombo. 

^ A a iij 



Digitized by 



Google 



57t F R £ 

remplit, le fpeftatcur eft tra^fport^:^ comme I'an-^ 
teur, il ne cherche rien au-dela. 

S'il eft vrai que dans les beaux arts, on doiveprefi^- 
rer I'efprit a I'executio^ , Izfrefque ne doit rien perdre 
tie notre admiration , par la railbn que le metier ae 
s'y apper^oit pas. 

On fent bien que le petit detsul des formes, la fonte v 
exceflive Scfuivie des ceintes, le m^rite d'une tou^he 
delicate & 16gere ne peuvem faire partie de U 
peinture , a frtfque, Audi fte fiipporte-t-elle pas un 
examen rapproche comrn^ les tableaux a I'huile. £lle a 
quelque chofe de Dec &: de raboteux qui d^plalt. Un 
artifte ou un amateur qui auroic compt^ fur le fucces 
^vine frefqiu ^ platcSe pres de Tisil, fe fefoitlourdement 
abiif^. Le yulgaire la trouyera coujours grofliere & 
peu finic. 

La fiefque ne dok gueres s^em^oyer- que pour le$ 
palais , les temples & les ^tfices pirblics. Afais . aufit 
quel autre genre , dans ces vdftes endroits , pourrok 
lui ^tre prefiere ? large , piquante de tons , conftanament 
frakbc , eU^ enrichitrarchicefture ,1'agrahdk , Tanime 
& repofe Ttieil de la r^eticion de fes formes , & de la 
monotonie de fa coujeur , dans im lieu furtout oi^ les 
marbres de oouleur Sc les bronzes ne font pas employ^. 
II y a plus , tine belle frefque fait fentir tout ce qu*une 
faftueufe architeSure a de precieux , puifque jcette ar- 
chitedure fert de cadre , de foutien & d*abri ^ cet arc 
enchanteur qui arrdte les regards & remue toutes les& 
ames fenfible?, 

Quoique nous renvoyions au diftioWMito 4e la pra* 
tique ce qui regarde I'ex^cutioii de \2l frefque ^^ ainfi 
que la nature & I'emplpl des couleujr^ dont eile peuc 



Digitize.d by 



Google 



FRF ^jf: 

n(er, it nous femble pependant que c'eft ict le Ilea 
de d^montrer qu^elle a des xnoyens de fraicheur^ 
d'eclat & de vigueur qui manqueiu a I'huile & ^ la. 
detrempe. 

Un pi^incipe connu fur toutes les efQ^ces de pein- 
tures eft qu^elles obtiennent d*autant plus de fucc^s 
dans le coloris , quMles font moins loin de I'eclat des 
clairs & de li^force des ombres de la. nature. Comn^e- 
les couleurs que la peinture employ^ ne Tatteignent 
^mais,, on ne parvicnt a produire quelqu^illufion que 
par la compataifon ic les pppofitions des tons de cou- 
ieur cntr'eux. • 

Si le blanc i Thuile le plus beau, le plus pur,, 
parok lourd & gris compart aux plus grands clairs 
qui (brit dans les blancs iiaturels , il s enfuit que pour- 
les copier avec fid61it^ , on eft forc^ de degradfer/ avec 
line exa^e proportion les tons qui fuivent ce premier 
blanc y Alors H eft necefTaire que les ombres du ta- 
bleau foient plus fonc^es que celles du module \ fur— 
tput^ fi , depuis les plus grands clairs jtifqu'aux bruns , 
en a proportionnellement fuivi la diftance qui s^eft 
trouv^e entre les pouvoirs de la palette & les tons^e 
I'objet cople. 

Or, fi le blanc de la frtfqut eft infiniment plus: 
clair que celui de l^uile , on obtiendra le m^me effcc 
dans un ton pioins brun. D'un autre c6re, s'll eft 
conftant que les tons bruns que peut donner la fiefq^uc 
font beaucoup plus Tigoureux que ceux de la djltrempe ,. 
3^1s egalent m^me les bruns de la peinture a I'huile , 
il eft certain que fes moyens d^eclat & de vigueur 
font plus etendus que ceu^ de tous les genres de- 
peinture*. Ain^ daijis les main« d'un artifte colorifte^ 

A a ir 



Digitized by 



Google 



57<> ^F R E 

qui connoit bien ]es couleurs de lapeinture \ frefque^ 
elle eft la plus fafceptible d'effet general , &^lus ca- 
pable qu'aucune autre maniere de donner aux corps la 
faillie la plus approchante de la realite. 

Si la peinture a frefque reunit en elle , a l*avan- 
tage qu'elle tire d'etre yue -de loin , les plus grands 
moyens de puifTance dans les efFets , & les plus belles 
parties de I'art . qui ne conviendra pas qu'elle feule 
doit fervir a la decoration des endroits fpacieux , foit 
ext^rieurs, foit interieurs, qu'on voudra embellir des 
charmes de I'art de peindre ? 

On n'ufe'pas de nos jours fle la ^Qmxviv q\ fief que : 
ofons en dire les raifons. D'abord elle exige les plus 
grands talens •, ^coutons Vafarl dans le traite de la pein- 
ture , qui precede fes vies : » Beaucoup de nos pein- 
» tres , dit-il, fe diftinguent dans les ouvr^es a 
n rhuile & a detrempe qui venant enfuite a peindre a 
» fiefque ne reufliflent plus , parce que , de routes les 
» manieres, c'eft celle 'qui exige le plus de force, 
» d'aiTurance, & de refolution • , . . Si des hommes 
tfun (iecle fecond en grands maitres, avoient peine a 
exceller dans ce genre, que feroit-ce du notre? Mais 
nous n'exigerions pas les grands caraderes de fublimite 
& de ftyle , auxquels on etoit accoumme du tenjs de 
Vafari. Nous ferions des fiesques comme noiis faifons 
^es tableaux a I'huile. Mais 1*1 talie ^ c^tedesMichel- 
Ange & des Zuccharo, n'a-t-elle pas eu audi des 
frefques. des Cortonne, des Giordano, &des France^- 
chini ? Chez nous Lafoffe , Bon Boulogne , Perier en 
oht fait de tres-eftimables dont les artiiles de nos 
jours pourroient bien approcher •, ainfi palTons a des 
caufes plus r6elles de I'abandon de ce genre, tlla 



Digitized by 



Google 



FRO 577 

naiffent du peu de favoir des perfonnes qui occupent 
les artiftes Sc des moeiirs ^du fiecle. Une Idee plaifant* 
ou mSme licencieuffe : voila Us fujets qui piquent I'ef- 
prif, des couleurs crues , des efFets de noir & d^ombr© 
bien tranchans : voila ce qui attaque I'ceil *, une pein- 
ture bien lifle , ou r^velllee par des touches legeres : 
c'cft k quoi fe bornent la connoiffance de nos ache- 
teur8& ce qui les Tatisfait pleinement. lis ne cherchent 
pas les parties favantes de I'art qu'il faudroit etudier 
pourf^ les bien connoitre. lis ne les apper^oivent pas 
xn^me oA ils lesrencontrent *, & la frefqiie^ peut donner 
que ces grandes recherches ; fes couleurs font peu ' 
- brillantes, & elle n^ofFre pas les charmes du pinceau; 
comment pretendroit-on au plaifir d'en polTeder ? 

A cette caufe du peu de charmes que UfrefqucfveCente 
aux efprits fuperiiciels, fe joint un prejuge des archi- 
tedescontre les peintures dans rarchite6lure, Blondel 
I'a fem^ par des raifonnemens captieux : divers intcr^ts 
I'ont fait adopter , & de la la repugnance des conflnic- 
teurs pour emploier la, frefque dans les monumens dont 
ils font charges. II y a de fortes reponfes a fake aux 
fophifmes dont les architedes f«rtifient leur fyflemc 
4Contrela peinture : nous les raflemblerons dans Particle 
Vlafond, (^Article de M* Robin. ) 

. FROID ( adj. ) Un ouvrage de I'art peut etre/ro/^ 
de deifin, de couleiir, de touche , de compofition ^ 
d'exprelTion. Le dellin eft frold , quand les ligncs n'cn 
font pas varices ? la coiileur ed froide quand elle eft 
foible & peu appellante •, la touche ei\i froide ^ quand 
elle eft timidc & peu prononcee ; la compofition eft 
froide , quand elle manque de mouvement j I'e^cpreffion 



X 

9 



Digitized by 



Google 



578 F R ir 

^^froiit^ quand les figures ne femblent ani«i€es psr 
aucune affedion int^rieure; Quelquefois \z froidcur qSt 
relative au fujet. Quand le fujet exige un mouremenr 
impetueux, la. compofition e& froidCy fi elle n'a que^ 
le mdmp degre de mouvement , qui conviendroit a un 
fujet tranquille & qui lui donneroit route la chaleur 
dont 11 eft fufceptible. L'expreilion eft froidc , fi elle^ 
ne prelente qu'une paflion mod^r^e, quand le fujee 
exige une paflion violente. 

L'artifte fage qui ne donne i fes compofitions, que* 
le mouvement quM les doivent avoir ^ & h. fes peribnT 
aages que le degr^ de paflion quails doivent ^prouver,, 
rifque d'etre trait^ d'artifte/ro/^J par fes contemporaihs , 
& I'ur tout par ceux de fes rivauxqui croyent avoir 
beaucoup de chaleur quand ils ne confultent jamais. 
la faine raifon. x 

On a vu des artiftes qui trouvoient I'antiq^e firoii\ 
& qui auroient craint de fe refroidir s'il avolent cob* 
fider^ un tableau de Raphael. 

La veritable chaleur eft une qualit^ de l^ame. LVtiA^ 
tie fera jamais yroii^, s'ilvoitjsHl fent tout ce *qu'il 
doit reprefenter. Mais fouvent toute la chaleur d'uit 
artifte ne confifte que dans fa hardieffe ^ dans Tha- 
bitjUde de fa main. Ceux qu^il feduit le trouvent brfi- 
lant , parce qu'jl exprime avec facilite \esfroides con?* 
ceptions de fon ame. ( Article de M. Levesque. ) 

FRUIT (fubft. mafc. ) II eft inutile d'employer icr 

ce mot pour exprimer le /rwz/ qu'on retire de I'etude^ 

dans la peinture , fi ce n'eft pour dire qu'il n'efl pas 

^gal a celui qu'elle produit dans lea fciences abftraites , 

, & que lefiuU fe r^duit a bien'peu de chi)fes daps 



Digitized by 



Google 



F U Y 57^ 

I'art, (il'on la'isft pas dou^par la nature des qualites 
propres aux arts d'invention. , 

. Feindre des fruits eft un genre qui n'eft gu^re 
fepar^ de celui de peindre des fleurs *, mais il oftre moins 
de difficultis* D'abord , les fruits fon^ plus fisiciles a cor 
pier, parce qu'ils changent moin$ promptement de 
formes & que le peintre a taut le terns de les bieti 
imiter. D'un autre c6t^, li la riichefle des conleurs^ 
la douceur 4u duvet , font des beautes co^uiviaes a cec 
diverfes & precieufes produdipns die )a nature > les for- 
mes deuill^s des fleurs , ic ce qu'elles m>n]trj9iiit d^ 
feuilles diaphanes, eft une tiche qu'on n'a point ^ 
jren^lir en' peignant des fruits^ 

Les fleuf84emaadent done uae touphe l^g^e & v|^- 
ri^e ^ une traafparence de tons qui particula^ifQ 1^ 
talent ^ peintre djt ce genre \ tandis que )a f^t«, 
la lai^eur & la fierte du pkieeau ^veic le^qu^l PUk 
rend le BLleux les fruits ^ eft un saerite com^ujn )i 
Vex^cution d'un tableau d'liiftoire *, celui qui fe 4ef* 
tine k ce genre, prc^tera aufli l)eaucoup de leur etude ^ 
f arcequ'il y acquerra les snoyens de colorler t^y^ 
.fratcheur & puifTance , & q^u'en pardculier il '^urg 
ex^cUter ies fruits dans tous les fujets qui ferpilt (i^ 
<eptib]es de cet agreable & brillant tcceflbire. X jhr 
xicU de M. Robin. ) 

FU 

FUYANT ( part. ad. pris quelqu^ois fubftantiyer 
ment , car on dit \efuyant d'un corps , les fuyum^ d'un 
tableau. ) C'eft un tenae de t'art de pein4re confacre 
1 lapartie du .clairrobfcur. Les perfiiAnes peuiofiruitti 



Digitized by 



Google 



5^0 F U Y 

l*employent foii vent pour les mots lointains , degradk- 
tion* de ton, de teinte, &c. 

La partie fuyante d'un porps eft celle qui echappe 
& I'oeil y qu'il ne voit qu'en raccourci , avec laquelle 
enfin les rayons vifuels forment un angle tr^s-aigu. 

Pour en rendreTeffet en peintiire, il faut ©bferver 
de ne jamais employer les plus grands clairs niles plus 
grands bruns dans les tons qui doivent produire le 
fuyant d*un corps -, mais l*oeil peu cxerc^ , I'efprit peu 
nourri des principes des efFets de la lumi^re , font fa* 
cilement tromp^s par le ton du fond fur lequel I'objet 
€ft detach^. 

Pai die qu'on ne devoit jamais ufer des plus grands 
vlairs , ni di^^ plus grands bruns fur les pahies fayati'^ 
tes. Voici une maniere fimple de d^ontrer la juftefTc 
de ce principe. Faites avec du papier tris-blanc un 
rouleau , tenez-le perpendiculairement , & de maniere 
qu*il re^oive le jour lat^ralement, par rapport au fpec- 
tateur •, oppofez \ ce cylindre un fond brun. Dans cette 
|>oJ(ition , I'oeil peu exerc^ verra la forte lumierc fur le 
bord du rouleau du c6t^ du jour : illufion prodiiite par 
le brun qui lui fertde fond. Car fi vous remplacez le 
fond brun par un fond blanc y expofe \ la grande lu- 
^ere, 11 n'y aura perfoilne qui ne voie alors quo 
la partie fuyante du rouleau qui fembloit tr^-claire, 
n'eft qu'une demi teinte qui fe d^tache en brun fur le 
fond blanc eclaire , & le plus grand clair de t;e rou- 
leau fe verra fur la partie la plus proche de I'oeil : par 
cette obiervation le ton r&l de la partie fuyante 
fera donn^. 

II faudra agir en fens contraire pour avoir celui 
li'un corps brun. Poni>ez lui pour fondun objet ^claijg^ 



Digitized by 



Google 



r u M 588 

plus clatr qutlui^U^f2Lrtiesfuy antes du coc£ mfima 
de la lumi^re paraltront trcs-brunes : oppofez k ce 
corps brun un fond plus brun que lui« yous yerrem 
alors que les parties fiiy antes ne font pas les plus 
grands bruns ; mats que les noirs fe trouvent dans la 
partie de rombre la plus oppofee aux rayons lumi- 
neux. 

Ce ^rincipe eft appliquable i tous le^fuyans dei 
corps ronds, foit qu'il foient comfo^is de plulieurs 
petites parties comme une grappe de raifin , les mafTes 
fcuillees d'un arbre , ou que ce foit jun corps qui ne 
foit pas diyife , comme une colonne ou tout autre corps 
Iblide done on appercevra plufieurs faces. ( Article dt^ 
M» RoBiu. ) 

FUMfiE ( fubft. fem. ) Cette yapeur merite I'attenr 
tion du peintre. Elle a fourni h, Leonard de Vinci un 
xhapitre dont nous allons profiter. 

Les milieux des tourbi lions defumee en font les par- 
ties les plus obfcures : ils s'eclaircKTent & prennenf 
^e la tranfparence en approchant de leurs extr^mit^s; 
ces excrSmit^s elles-mSmes fe perdent & fe confondent 
avec les objets qui leur fervent de fond. 

Puifque la fumee fe termine imperceptiblement , Icf 
jombrfis qu'elle porte ne feront fas elles-m^mes termi* 
nees, & leurs bornes feront indecifes : elles le feronc 
d'autant plus , qu'elles feront plus ^lolgn^es de Hfamie 
qui les caufe ; elles paroltront leg^res^ voltigeantes & 
tourbillonnantes comme elle. A peine layk/n^V changera- 
t-elle I'apparence des objets qui feronc derriere fes ex- 
tr^mit^s ', elle cachera d'autant moins les corps devanc 
jlgfquels elle eft interpgi^e , qu'elle^ fera plus ^loigney 



Digitized by 



Google 



^81 FUM 

Qb rcfeil du fpe&ateur % elles les c^chera d'autanc moiflS 
^u'elle fera plus ^lev^e , parcequ'elle fe diflipe & it* 
fieht moihs denfe i mefure qu*elle s*elive. 

Lsifiim^e indique i la fois la force & ladireftion 
flu vent. Si le vent eft doux , elle s'el^ve i une certaine 
Kauteut en (liivant une diredion perpendiculaire avant 
de prendre celle du vent , & elle conferve d'autant 
plus longtems cette dire6lion perpendiculaire, que le 
vent a moins de force. C'eft qu'elle eft pouflee par le 
feu qui tend i s'elever perpendiculairement , & ellene^ 
^erd cette impulfion qu'au moment oil la force du vent 
i'emporte fur celle du feu qui la liii a donn^e. 

Si le vent eft violent , la fumSe eft chail^e par luf 
d^sfon origine, & prend en naiilant la dir^Aion qu'ii 
lui imprime *, s'il eft d'une grande imp^tuolit^ , & qu'il 
vienne de haut, 'A pefe fur Xzfum^e^ & la force I, 
"defcendre des le premier inftant de fa nailTancq. La 
marche des nuages , la coarbure de la tSte des atbres , 
les cheveux des figures, les plis de leurs draperies, 
Tagitation des eaux , doivent s^accorder avec ces ind:-^ 
stations. I 

Les fum^es , les accidens varies qu'y caufe I'agita*- 
tion de I'air, les ombres qu'elles portent, peuvent four* 
tiir des efFets de clair - obfcur tr^s-piquans : elles peu- 
vent aufli procurer au peintre par leurs difF^rens tons, de 
Veaux eSets de couleur propre : car elles n*ont pas une 
Voulenr d^termin^e ; elles en changent fuivant les fub- 
ftances qui aliitaehtent le feu , & fuivaftt la quantity 
fe la quality de la flamme. L^fumee des grands in- 
cendifes, celle des fubftances legeres &: faciles ^s*eh- 
flammer, telle que la jpaille, eft cotor^ par le feu 
itiiqu'^ une grande bauteul' : mais Izfum^e de ces der- 



\ 

y Google 



Digitized by > 



F U M 5«^ 

^ters corps, eft leg^re; celle des grands embr&femenf 
left ^paifTe, & coloree de tous les tons que prStent i la 
fUmme les fubflances hecerog^nes doat elle ft noiur^ 
jrit. ( Article de M. LEV^SQXJit.) 



Digitized by 



Google 



sH 



Vjr A I N ( fubft. mafc. ) L*amour du gain n'a ^te qut 
trop fouvent funefte aux artiftes *, trop fouvent il les a 
detournes de la route glorieufe que leurs difpofitiont 
naturelles & leurs premieres Etudes leur avoient tra- 
cec, & dans laquelle m^me ils s'etoient avances par 
leurs premiers ouv rages. C'eft pa^ I'amour du gain 
qu*on veut multiplier fes produftions , pour multiplier 
aufli les momens oH Ton en regoit le prix*, c'eft par 
I'amour du gain qu'on fe refufe a des Etudes longues 
& difpendieufes qui n'augmenteront pas la fomme du 
payement convenu ; c'eil par I'amour du gain qu'on 
fe fait une dangereufe habitude de travailler de pra- 
X tique , & que I'on tombe dans la maniere , pour ex- 
pedier plus promptement ; c'eft par amour du gain ^ qu'on 
prefere la mode au beau , parce que le beau n'eft pas 
toujours recherche ni m6me connu des amateurs , & 
que leurs richefTes font tpujours prates i reoompenfer 
la mode* ^ 

Mais d'un autre c6t^, I'elpoir & I'amour du gain. 
ont leurs avantages. II faut des motifs pour fe confacrer 
a la nrie laborieufe. On confentiroit difficilement i 
travailler, fi Ic travail n'avoit pas un prix: mais le 
gain eft propofe aux hommes , & leur fait furmonter la 
parefTe naturelle. La nature leur donna I'amour de 
I'inafiion ^mais elle leur donna le befoin qui les force 
k I'adivite. Sguvent m6me I'artifte ne pourroit cultiver 
fon arty s'il n'etoit ibutenu par le gain qu'il eh re- 
tire. 



Digitized by 



Google 



t5;Al ■ • ^^f, 

iS-e. ^our peifedre, 11 faut vivre, ife pom* Vivf e il ftiiic 
•ifagner. Horace n'aurpit pas fait fes vers s*il ti'edt pas 
ete pauVre ; Pdujfertas impullt aiidax iit vtrfiisfatk^, 
rkm, Peu d'hommes fe "(feroieAt conracr^ \ fafredej^ 
tJibleaux , des ftatues , s'ils Solent niz dans Fopufente ;* 
shoins d^honim^s encore aurbient ftiivi cohftanmfent 
I'inclination naturelle qui les portoit \ la culture des' 
ai'ts, sMI^ avoient ^rouv^ tontes les diftraftlons' qtie 
donhellt les richeflfes\ ^ils avoient eonnu tioutes les/ 
varl^t^a de jouifl^ces qn'elTes procurenn 

L'artlfte i befoih dfe vlvre, mais lion fl'^tfS rfche-' 
Qu'il fe propofe l^xedipFe du Pouflih , qull '^it pour 
but un gtiih mofer^ & beaucbup de gloire; qu'il ^ 
f^riV^de txkxtLQ que t6tbu tard ce font fes bohs du^^ 
rrages, & la gloire qu'ils proculrefat, i^uf amerient' 
le ga^. * - ' ' • '^^ :. ' ^ "'; • 

Mais comment ' fe ie perruiderbftt-ils , ffcelaHh^ffi 
jjias vtli -, s*lis ^bftt fe ihalheur de vivre dan^ *uh fi^dd 
od l*attidut du b^aU eft^^t^int*, li l^s ainkteufs ^, hegli^ 
geantfesbofifi otivrajges, hfe ptiy^ft ^iic dis pi^bdflaibnii 
audi ifti^prifabl^s que^ears ca^ricfes; fi todies ttusC-a/ ' 
tfeurs Ifc piqueht tf^tr^ coiWioifTelirs, & fi^le»s ^cbtt^' 
tioifl^c^s li^ feht qb^ lc«6rfetir« d^ih gfbi(^t*p^v^' 
3Paux amateurs , ( & combi^n ^ eft^il ^d^>^fitable^-)i 
Vt>usvdecriiift2 ce quevOu** ffelgfteX'^dfe ' eh^H^; ascitis 
metcet'left'irtiftcs dans la n^ceffit^ de p^ii^ ifctiiis*rtP 
<m d* cdhccMifir eux-di^es' i^la perte du g6iJt;eii 
^optarft 1e vAttd •, vous 4onfafc«8f|>v<ls rictJ^es I d€=^ 
grader te« -tileAs; & fir toUa ;le ^aM eft^kP v^ftottliJ* 
|>enf^ d^ mit qiii ' cooifibttigrofit Vivec *le >plu» di^' 
fuce^aii d^gtt^ratto'rf^dei a>tft^(vr^rWe rfe M, Lk-* 



Digitized by 



Google 



^8^ tsAi; 

C;aLER1E( ful^ft. fern, ) C^ tcme appartiefit % 
VAt^hite&ure ; mais les fcaurs dbivent avoir des droits 
ei^cr'^lles &: c'eft par cette raifoii que ia peinture em- 
jtfuntele mot galeric^ noi^ pour (ignifier une partie de 
|>aUis ou d'apparrement doUt la proportion eft un pa^ . 
rall^iogranime tres'allpiige^> niai^ pour d^figner les 
ornemens dont on la decora. 
. . Ces ornetnens fpnt, pour I'^or^naire, la dorure, h 
fculpture 1&: furtout la pe^t^if^. ,Quelquefo|s une ga^^ 
Uric eft deftinee a r^nfermer; u^ colle^ion de ta- 
bleaux rafTembles de ^ous le^ pays & de tomes les 
6;oles: quelquefois elie eft -peiate par un m^e ar« 
tiftey qui>a Taide de diftributions symm^riques , y 
jregrefente une fuite de faits tires de I'hiftoire ou de 
la fable,) mais qi^i one pour ob jet un £bu|/h^fofi; telle 
eft \2L galerie oil Rubens ,au Luxembourg , a repr^fente 
ly^i^i^Cxd^.M^ije de JVfedicis. 
.,Eour r^n^f.fei^fibles les reflfBu^blances (^Miea^mre 
la:ifo0eo^.j}a: peiijiixre, il feroft neceffaire ^ fjip- 
jpfoche?:;)eSq4ft^rfijii genres 4e leurs produdiitJiMf, qui 
• «tf^t,<}uelgi^Sofapports ei?i€^eu:|c. rAufl^ me fUis-ji» pro- 
" nii<^-d*eyft ,f>f&ir l^idee au m^^^g^nrpl mais je n^ ppjs 
sne * refufet:, -k l^o^caQon ^ eelul qui- m^occupe , ifaftr 
qfciperj CiXfAespe lefp^ee/^je par^llele. ,-' ' . /.. 

5,Les comUofi^^ns doi|$: la ppclfie a, droii; .de ^'e«or-' 
gm^ilKt davaiitagef, font le« p^^es conipQlei.dQ plu- 
fieurs parties qui , iu&egtiblep 4e.ljQ^iit4»farH!Byli|^s, 
exigehtr^pependant qjie ces.b^mes gy^ftc pne < juflre 
cQfiHena^e;ayec r<)utr;ige,/emi€r & une l^ijfimco^-. 
fe&ee aYeV:les^p^tips.jqai'rpre^^eiii;;OU q^i fuivea^. 
IXans la^ ejttAunp , .u^ tfeul t^^l^^ 'j .quelqim f rand , 
^uelque riche que foit 16 fujet, ne femble pasfr^poadn^ 

•- ** * I -AW 



Digitized by 



Google 



ts A fc isf 

fomprercment si 6etre id6e\ mais un afTemblage , uh» 
Jiiite de tableaux , fjui, independamment des conve- 
itiances partictilieres auxquelles ils feroient aflreints, 
•auiroient encore entr'eux Aes rapports luivis d^aftion S^ 
(d'inrer^t, ofFnroit &as daute une reflemblance affez 
ienfible avec les Poemes jdptit je viens de parler. 

Oh f^eut done avancer que lesg^i/tfnVJr, decorees par 
(de cel^bres artiftes , capables non-feulement d'embraC- 
ier avec genie une feule compofition ; ttiais I'enfemble 
4'nn nombre de compofitiohs .relatives les uhes aux 
autres & divifees , non len ptufieurs livres , mals ^ik 
lin certain inombfe de Ireprefentatipns , peuveht €trare- 
igardees coitime les poenxes de la peinture. . 

DefpreauK, c,e Mgiflateur , hoh-feulement desPoetes ^ 
iBiais de la raifoh & du go4t de tous les terns & di 
tous les lrt& y die qR^unis comppfitiQh it. ce genres 

N*eft fa's* de tcs eravaax qu'un ca|>rice prodftitj 
il reut da tempiL ^ des l^tns: .... 

* il veut, oferois-je ajoutter plus que tout itela, un 
jg^nie fuperleur. Auffi ine pofTedons nous qu^un bien petic 
JDombre de beaux Bpenie^ & ne con noiffon. -nous qu*uii 

- taiointire hpmbre encore de,~ Pqenies piitot.eiques j & 
qui faitv fi on examinoit ceux^qui f nt celebres avec 
ia m^me ^everite qu'bh a employee pour apprecier le^ 
iliade, les JEneide*, qui fait , fi i*on flifoit up peu 
moins d?attehtion aux beautes puremejit pirtorefqtiea des 
gale ties connues,^(}e n'en exc^pte pas cell e de ;Ru-^ 
bens, ) fi l*on h^en* viendrpis pas a defirer cc qud 
jnous crpyons pofleder? . .. 

Quelle machine en effet a concevoirj \ dlipofer 
graduelle^enc ^ a. ex^ciuer^ i animer, qu'un poema 

B b ij 



Digitized by 



Google 



^n b A B 

pittdrefque, tel tju^on peut au moins s^cn foiire l^ideeJ 
Ce feroit a des ouvrag.es de ce genre qu'on reconnoitrotc 
v^ritableiilent ee caradere divi'n, attribue aux' chefs- 
d'ceuvre des grands genres , dans tous les terns & parxni 
tous les hommes eclaires. 

Mais pour revenir afartfeul dela peinture, jecrois 
que le plus puifTant moyen de le fouteni?: , eft 'de 
ptopofer des ouvrages des plus grands genres , & dq 
fi'en laiffer jamais manquer les artiftes, qui, avec des 
ralelis d^ja dlftingues , font dans cet ige oii le ddit^ 
de la gloire eleye Pame 8c le^courage aux plus haut^ 
^ntrepri fes. 

"Relativehient k Part que jetfaite, je cempterois fui? 
fon exiftence foutenue & fur des progrfes , sHl y avoit 
toujours'un certain nombre de ces grands ouvrages 
projett&. Qu'on n^objefte pas les ffais*, ils feroienf 
cimpenfes par la gloire n^tionsile. Les inoyensf On 
eiA trouveroit en eogageant les grands itabliiTeniens y 
les ordres richet , lorfqu'on leur acoorde des grates , 
les municipality, i porter plut6t I des ouvrages jde 
cette efpefce^qu'i des magnificences paffag^res, ces 
Ibmmes dont Pemploi -pr^caire ne laiffe aucun fou- 
venir. Que ces atteliers s'etabliflent ,- foit dans la 
capitale , foit dans les provinces; les jeunes^ artiftes 
E'emprefTeront de folliciter pour en Stre les tfliefs. lis 
s'en occuperont en arrivant de Rome , dix ans , s'll 1q 
faut, & feront, pend^int ce tems au moins , i. I'abri de 
I'ihfluence des moeurs pernicieufes , & du'goAt, foii- 
vertt'^gar^, de la capitale. lis forineront & avance- 
ront ies (Aleves , leh raifcn des fecours dont ils auront 
|>efoin , & fi , fur dix de ces grands ouvrages , en-" 
<repris dans des gdUrhs ^ ^oiiis de& r^feft'olres^ dan^ 



Digitized by 



Google 



Hes falles d'hStefs-de-ville & de tribunaux, dans des 
tii^bliotheques & des ^glifes donf les plafonds & leg 
'ddmes nuds f^clament centre la negligence qui lea 
iabandonne , un feul eft un ouvrage fait pour refter c^- 
iebre , les frais employes aux autres ne ferontpas perdus : 
car, li les artiftes^ chefs de ccs travaux, y perdent 
nde leur gloire , 11 fe .trouvera entra leurs Aleves quel- 
"que g^nie igitor^ qui r^parera un ]our les torts de fpa 
mattre. 

Ces idees,que je crois iniiniment importantes pour 
la peinture , exigeroient encore des details que je 
dois me ^efufer ici v maii pour me r^dtiirc a quelquei 
obfervation^ moins vaftes, fi l^s defcendail^ dea 
maifbns illuflrres j auxquels leufs chefs ont tranfmis de» 
lionneurs^hereditaires, fe font quelquefois permls le 
fafte glorieux & utilie de faire rept^ffenter dans dea 
galtries les faits hiftoriques 'de leurs anc^tres, pour- 
qu9i les particuliers m^lje, lorfqu'ils croyent pouvplff 
ie. pcrmettre des fomptuofit^s ^ui bleffent, ne feroient* 
lis pas repr^eftter dans leurs galeries des aftibttis rer- 
tueufes & des poeiftes qui pour 6tre moins h^iques^ 
»'en feroient peut-Strp que plus attachans f Serions-* 
nous moitts fenfibles a voir Ids tableaux d'une. fuite 
tfadions partTculieres de juftice, de bont^, de g^h^ro- 
fit^, que- cellefi que font cntreprendre la gloire, la 
valeur & Pafnbition, quelqu ^nobles que^ puilfent ^tro 
ces mt)tifs >• » Mais^ dira-t-on , le fens dis ces aAions 
» v^rtueufes & ignorees feroit difHcile a faire enten- ^ 
jf) dV^ « Eh bien \ des infcriptions fimples feroient I'exr 
pofition & oh Itroit ici : les rejfhntimens itouffes ; \ky 
Vamiiie ipr6uy6e , U courage dans I'^adverfite-^ Vinno^ 

B b ii| 



Digitized by 



Gpogle 



|J?A e A E 

N'«ft-il ,p9f poffilile de lier 1^ u» fujet les ripctk 
fcnr^tions d'tin nombre en core plus redreint de tableausf 
qui orneroieiu un appartemeout | un cabinet mfimei^^ 
^ais notre go6t regnant & les decorations employ^Mt 
^ans les noaveaux Edifices ((ui. fe conftruifent & fe 
multiplient a\rec une (brte de delire, s'oppofftnt phy- 
liquement a tout ce que la raifoii ^c I'inteefo des ztt$^ 
pourroient infpirer k ^e fu)et & I'on eft i;eduit aux. 
^cHrs & aux regrets. 

. L'ufage des galerUs eft ^fli deftio^, ^omniie je I'a^ 
Indiqu6 aucomnien cement de cet article^ i n^embler 
des tableaux de differences, ^oles ancienncs &; mo-* 
dernes^ de toutes fortes de genres 8c de formes, & 
f y ^indrede? objers precieux , telsquedesfculptures^i^ 
des vafes > des meubles recherch^s. Le but de la plu* 
part de ceu]( qui font ^es colledions , ^ft de fe diftift* 
guer pa*- le go6r , par I'opulence & par l*avantage de 
polTcder ce que d'autres ne polTedent pas. C'eft trop. 
ioaveat une (brte de vanite, reellement puerile , qui 
prc^de a leurcHob Sc a leur arrangement; ifiais,pat^ 
^ne forte de puni ioA , ces gaUries. , fpuvent mal af» 
ibn<es & fiifchargf e.^: , affichenr ignorance de leun. 
mai res , & tra."e^iflreii* ce c|u'ils appellent faftueu'^ 
icment ]enrs gqUtits en magaxins de marchands. It 
eH- yraL q e ceu>-ci, charges par neceflite , du foia, 
de former ce: colteAioos , dofvenr 4fre pones i en, 
^onformer les, d fpoCL ions i celles qui )eur font plui 
familiees. • 

Je ne di'-ai plus qt'un^mot fur ces gaUries; maiS: 
je le croU imporran. pour Jej^ an^ateurs qui s*en occi|«. 
penf,,par q?elque lAer^ qu^ ce foh. C'eft qu'il eft 
^diipcnfablsment ne^c^sHC^^.^'Ui/^ yc44efli( ur^ ^ 



Digitized 



zed by Google 



fffus gfand artntage , de les ^clairer en tirant !es joura 

'd*6nhaut& d^afTortir les t^leaux/dd maAl^M cju'ils 

ne ib Maifent paries uns anx autres par d«8tbppoii- 

tlons de genre., de shttmirb 8c furtouc de: edulears. 

'Quam au premier objet, Hmportahc^ m^e9 pardtt 

^nconteftabk & prmiv^ pa)^ la dift^fience ifenfiUe que 
p^odnit & fur les taBleaax &' Hir Us^yknx 'd6 cetx 
qui Us regardent, le J)oiftt d'od l*bn dne la lumiko 
^i lies^claire.. Je ne chercheral pas I pmu^et te- 
qui pent £s d^montrer fi facilement , & |#^eiii^oye tu 
m^me |uge, c^ieft-i dire i I'exp^riienc^., Itt fecdnde; 
«bfenration, d^uitaht quMl n^^ik que trop Evident que- 

les objets, quels qu'ils fo^nt, peuvent.pdvdte par la^ 
compasaifon y & que , poiir les faire bHllerautant qu'lL 
eft pe^Iible , & mettre dans, tout fdn joiir le sn^ite qhit 
lenr eft pro^re , line faut pas lesexpofer i.des^empar 
raifons trop deiayantageiifes. ( AnUk de ML. P^AXX^ 

G. E; . '\;r ■ ' 

^ Gfi N E ( fiibft. ftm. ) La gihit eft I'b^^ de lat 
UherU. 

Rien,-dans le ^ire ne d^it f^tir fo ^n>« Lefpec* 
fiateur fent redoublen fes jJlaifirs ^ quand il voit que^ 
ce qui eft difficile eft UXx avec facility* tj s^ mSihe- 
fouyent Hnjtrfti^e dii refuibr fon approbation i ce qui: 
eft bien fait , s^l n'eA pas faif avec aifance. Mala, 
c^eft par la fcie^ce & la prattque , & n^n parl^audace^ 
que Taptifte doit fe tnettre au-deffus defiL^//ie* 

On peut excufer les amateurs s^k refiifent leiJrt: 
fiifrrages \ c^ qui ne: feAtpas la facility, -^a'r la gin^- 
qu'eproiive I'artifte- indique qufil ne fait pas affe*. ce- 

Bbir 



Digitized by 



Google 



/ 



^^^\ eft t)Mig£ de bien favoir. S'il a utie pcDfon4i 
. ^BH^fCuice de^ formes, il mectra de I'aifance daiuii 
. <bii ^et&t ; ^il » une grande lubitude de pejndre , il 
. fuiir^iui (ttnteau facile*, s^il pofsede bien la tb^rie dea 
, «^s^ il ne fera pas ^di^pour les rendre. 

L'aJfr^ facility peut accompagner Pignorance^ 
paiicQ^'qu'elle marche t^merairefnent fans coiinoi(r& 
m&V^^ ies dangers. £lle n'ea fait pas aflez , poujr favoir 
que^ quelque cho& peut £tre difficile i faire. la g^ne^ 
peut a^coi^pagtier la demi-(cieiice, pafceque Partifte 
lent, ^-peu-pr^s ce qu'il faudtoit faire, & qu'il n'a pat 
. ^ez de th^oi^ie qu de pratique pour I'ex^cuter. 

(4 ^fK que l\>a remarque dans ks-ouvrages do 
q^ielques uns des plus grand&maltres ne pourroit fenFir 
^^Ul^hui d'^xcufe a ceus^ qui manqueroient de faci<? 
YHdnCtB^tfinds mafcres avoient au moins la plus grande 
. $^^1^6 it deflin. Mais la nuuuBuyre ^eit encore naif^ * 
fame : on la cherchoit plut6t qu'on ne la pofiecloit*. 
On nWoit encore des ^ xenvples de rien , il falloit tout 
^ecouvrir, ^ 11 ^toit impodibfe que le mfime homme 
ii?<^vAc .tontes les difierentes fortes defiilre, propres k 
rendre tous les objets differens qu'offre la nature* Mais 
V fku^ourd'^^ul , tout eft invente, on a des exemples mul- 
sipliee de tout; une foule de nattres ^'eft drftinguee- 
. par les f^ules parties qui conftituent la m^iceuvre de 
I'art , & Fon ne dolt plus ^prouvet^, dans des op^ra* 
tions tant de fpis pqitiqu^es, la^n« oiLfe trouyoient' 
1^ inventcurs, , • 

M^i^ pei^mettons, s'il le faut , i quelques artiAes 
tf^yoir 4f^^s la manoeuvre de.l*art> la, mdme g^n€ que 
)es cont^mjK>rains de RaphA§l y tious aurons le droit 
ftl»R4V}g^t d'^ux <juUU ai^fat auffi la mfime fti^xK* 



Dtgitized by 



Google , 



^ant les parties qui diflinguenc ces grand$ maltres. 
On pent, fans trop de rigueur , exigcr au moins hr 
sn^diocrit^ de toutes J[es parties , dans ceux qui h'en 
pofs^dent (bp^ieurement aucQne. ( ArticU de JH* Lx« 

^ESQVE^ ) ^ 

GlENIE (fiibft. ma(b. ) Que de d^flnitions du ginlt 
qui ne font le plus fouvent qu'ing^ni^ufes f Mais 
<:Gninient en pr^fenter une digne des id^es que ce mot 
offre aPefpritt '• 

La tScfinitioii eft lin cBef-d'oeuvre cPintelKgence?, 
de juftefle d'efprit & de connoilTances ihediti^es. 

LMntelligence pour parvenir i la jufteffe & y em- 
ployer les connoiflTances acquifbs & m^dit^es , doit pro-^ 
ceder methodiquement , & \e genie au contraire femblb 
^re lemouvement d'une ame chaude , rapide , ^levfe, 
quelquc fois mSme exaltee , qui ne marche point en 
^omptantfcspas^maiis qui s'elance & qui vole. 

Si le g^nie montre de l^ordre dan& fes produ^ions, 
cet ordre eft Tcffet de fa nature particuliere , ou d*e-! 
tiljks , dont il ne fe rend pas compte au moment oii il 
leflppplique le plus h«ureufement. II brille comme la 
lumiera qui ne donne aucun indice de ce qui la pror 
4uie. 

Ceft fans doute \ caufb de I'ind^ifion du fens df 
ce mot^ qu'il eft fi fouvent employi dans la langu^; 
car on peut obferver que ce font les expreflions qu'om 
^uroit plus de peine ii bien definir , dont on fe fert da* 
vantage. C*eft qu\)n croit , d^pr^s Pidee vague qu'on 
en a , pouvotr les appliquer \ un nombre infini de 
^onceptionsegalementindetermin^esqui fe pr^fentent % 
i^<^u^ fa|\s oefle, |>rinci|alement daas la conveirlation^ 



Digitized by 



Google 



f^4 ^ £ N 

Mais c'eft. (tir-ttout lorfqu'on parle d^esarts & m 
talens qu'oh prodigue plus lib^ralement le mot gimei> 
. Un jeune Auteur compofe-t-ii des vers avec facility? 
L'efprit fe faic-il appercevoir daoks fes prodiidions pr^- 
coces * Y r^tearque-t-on de la fineflTe ? S'eloiigfie-t-elle 
snSme du naturel & de la fimplicite ? On ailigne a ce 
jeune auteur le don du genre de laPbeiie. Quelquefois 
po4r 6tre placd pirmi leshommes de gmitj il fuffe, 
au poete de fayoir lire d'une mani^re fMui(ante fes vers 
barbares : mais ce grand homme ^ph^lIlere^9 meurt a 
PlnOantmSme oil fes ouvrages paroiflent au graivd jour> 
& le filence de ceux qui lui ont decern^ la couronhe* 
du genie fe confond avec le iileiice public. 

De m^me un artifte montre-t-il quelquqs heur^ufes 
difpofitions f Fait-il mSme avant de favoir deffiner ies 
Qraquis oil le feu de la premiere jeunefle fe montre^? 
( Et sMl etoit froid a cet fige *, que feroit-il ^ ) On. 
5^«crie qu^il a un talent marque , & qii*il eft n6 peintr^* 
Un feulpteur^un muficien compofiteur, un arcKitefte^ 
fojit ainfi prcclames fur des elTais, comme grands hommes 
futurs. On a un plaifir , trop fouvent malin , de pstt^'^ 
desfucces qu^on oppofe d'kvance i dies talens dwi K 
^lebrite importune. On laifTe i Penvie qui ne meurt 
pas, le foin de difputer lorlqu^il en (era terns, a cei 
i^ouveaux athletes , les lauriers dpm qn les couronneb 

Ce manege de la foibledb humaine eft peut-drre'plur 
frequent & plus fenfible chez une~ nation vive, m^nte 
legere , que parmi celles qui ibtit moins changeantes 
dans leurs afFeditjns •, m^is il ne rtket que plus d'obf" 
tacles aux progres , 8c n'offre que plus de dangeis ii 
^eu;c qui fe confacrent aux ajrts. 

Eft Qfetj,, ft 1*00, eaivr.e. les jeun^s talens , ils s*c%f 



Digitized by 



Google 



4cxnaent ou t'^^rvent avant I'age de Unt v^ritablok 
"force. ' 

D\ine autre p^ , lorfque l\>n s'atme contre le petit 
sombre des hommes qui annoncenc du geme^ on ca (b 
% Jears ames despeines done l'am:rfw.me en alt^re fouw 
veiit le germe. 

. C*eft la foule des salens avortes tjui s'lelevc fur-*oiit 
Qontre ceux qui atteignenc les g^-an des proportions; ic 
le public qui defire fi ardemment les beaux ouvrage». 
des arts ^ ne fenftble cependant accorder qu^a regret un 
prix \ des cliefs-d'cBuvre dont, par pette injufte fevi- 
rit^, il paroltroit vouloir, fe psivet coatre Ton pr6pr» 
IntecSt, 

Quant 1 cette injuftice, 11 ref^e au moins I cenx 
qiii I'eprouvent un appel i la poft^it^ ^ & pour confb- 
lation, un fentiment interteur de leur in^rite , qu'il ne 
faut pas confondre avcp la (btte preibmption. Qu'ion 
\e nomme, fi lV»n veut, noble orgueil *, mais il n^eft 
pas plus blSmable dans les hommes de g^ie y que 1^. 
confcience de la vertu dans les hommes rertueux. 

Au refie le plus grand danger des louanges anti^U 
p^es eft pour les jeunes talens ; ca^r s^ils font profbiin 
diemefic attaqu^s. par le poifon des louanges pr^atu^n. 
fees dont I'efTet pernicieux eft prefque in^vitabld, 
ils fuccombeiu t6t .pti tard , comme je I'ai dit, ou tant 
4|u'ils exiftent , lis confervenjt des marques fenfibles du 
•jpaal dont. ils .ont iti frapp^s. 

; Faut-sl done retenir un fentiment libnt on peut 6tc9 
:tffftfte de bonm 6>i, & refufei; de donnerdes *encou<«. 
jagemens par lefquelson pehfe (inc^rement aider auixi 
Jpiccis des jeunes talens ? Oui fans doute Ton devroifr 
^ ];efui^r fquv^i q>i 4^' nioias s'im^ofer une cii:> 



Digitized by 



Google 



\9$ G fi N 

Sponfpeaion utile, furtout lorfqu'on ne s*eft pairendtf 
fompte de ce qui peut donner du fondement aux eG-. 
•pcrances d'un veritable talent & diftlnguer de I'eclat 
'd'un fell paiTager les etmoelles du veritable g^nie. 

Liberte, hardiefte, nouveaut^^ voilaaflee ordinaire- 
jncnt les ^arad^res qui nous tromp^nt ; car ces fignes 

[fi^annoncent pas toujours le ^/n/V , quoiqu'on ne puiflb 
difconvenir , qu'il eft plus frequemment defign^ par ces 
fignes. caraflerifliques de I'efprit, que par ceux qui 

' inontrem rafTervifTement aux opinions , la timidite dans 
la marche & le penchant i limitation* . \ 

' Le genie dans la peinture ( car il faut fe fixer prin- 
cipalement a Tobjet de cet ouvragjc ) tfoiive pluiieurs 
fnoy^ns dp fe produirei^fic le phoenix des artiftes feroit 
ceUii qui les mettroic tous en ufage ave^ un 6gal 
fucces. 

Mais fi cette uoiverfalit^ de perfpS^ioas n'eft pas aV 

. folumeiit nece^ire pour obtenir le titre d'homme de 

"ge/ue^ il eft c^pendant des parties qui appurtenant de 

.plus pres aux faculties fpirituell^s djs I'sbote, donnent 

plus de droit$ i Vpbtenir. 

Les parties qui infpirent tine^gale oMfid^ration daaa 

' .tous les arts liberaux, doivent naturellemtnt ^tre celltt 

qui tiennent de plus pr^sa la quaiit^ la plus fpimueU» 

de Time ; clles peuvent, par c^nfequent 6tre regaf- 

dces comme appartenant audi de pluv'pr^s zu gMi*.^ 

'^flns ind^ndantes du m^chanifine particuiier de fehar^ 

*cun ies arts ) clles tiennent en effiit i:plas iAtlniemeM; 

.i4'efprit. . . t 

D*apr$s cette idee, I'lnvehtron eithipartie dans la^^ 
j|uelle (e ^eintre fe mgntrcra plu^ ySrit^Iement h<niitn^ 



Digitized by 



Google 



§^ g^/itef car I'lnvention eft une partie egalement prin^ 
. cipale & eiTentielle dans tous les ,atts-. ' t 

En fuivantcette ligne trac^e, I'ordonnance , qui ap-»' 
Jartieiit encore ^ tous les arts liWraux y fe trouvera 
voifine de invention ; cependant , lor^qu'on la condt 
^ere dahs la peinture , elle commence a fe {pumettrtf. ^ 
forcement a plufieurs parties du mechanifmeVde I'ari 
Sc des conventions auquel il eft aftreint. 

II exifte par exemple , pour I'ordonnance des objeta 
tc des figures qui entrent dans un tableau ^ des loix qui 
font abfolument propresa la peinture & qui ne font 
pas les mSmes dans Tart de la Sculpture , quoique ce» 
deux arts fe tlennent de ft pr^s. A bi6n*plus forte 
raifon ces loix qui,afl[erviflent l*ordonn?ince font-elles 
^ifferentes encore dans l*art du ppeme ^pique & dans, 
celui de la trag^die. II y a des differences ©{Tentielles 
appartenant au m^'chanifme entre'lWdonnance d ime 
produftion mullcale & celle d'un oiivrage d'architefture? 
On fent done qtie le genie eft d'une part plus g^n6 dan^ 
fbn vol lorfqu'il s'aigit de rordbfinartce dansquelquie? 
att que ce foit, que lorfqu'il s'agit .de ^invention ^ 
fie quHl faut :auffi , pour apprecier \e gdniede rordon-^ 
nance , avoir quelques notiotis du m^chanifine^ ou ' dv^ 
niat^riej de I'art auquel cette ordonnance eft appll-* 
quee. -: • ■ . - ' 

^ Ce feroit 4«>nc l'cxpre0ion que jc ^^lacerois pr^ da* 
I'inventioii , parce qu'il mefemble qtie ce- font* les deb^ 
parties les plus fpirituelles des artatfit qu'rfles appartieiH 
cent 2LVL genii d^ns^fo^ cara6l^re le piMs iiidependano 
de lapryiqye dechac^n d'eux., c; , y.y * > 

Au^, en fe fervant deste^mesde peinture, on dira 
l^lut ©atureUement , le genie de.l'iAYejtipn, le ^fj/* 



Digifized by Google 



del'^xpretSony quel'on ne dlra ie genie du ^em&, Sf 
le g^ie de la cotSleur. ' 

Cependant fi l*on s'infthiit avec application de.toui 
te qui apparti^ent k Tart & fil^on en approfandic la con^ 
Aoiffance , on s'appel'cevra que le genie ctdnd auili fel 
droits fur le t^rait tc le colori^ : fur le trait, parcequs 
kien que les dimenfioii^ ibient fixees d^apres les obfcr* « 
Tatiqns anatomiques; bien que les beaux model es an<* 
tiques nous hioncrent a cet egard )a pcfeiftion fealiiee^ 
fart de ihettrie ert «avire cette correclion dans les cir* 
Conflances difFerehres , l*art d'y joindre la fehtinlent^ 
^]a vie & la grace ^ demande ^'influence immediate dit 
ginie \ mais ^t e influence ne peur abfoKiment fuppleer 
ni a I'cxaditude des mefures dunnees^ni a i^imitation 
£i\(jih'te des plus belles ftaiues. ^ 

II eh eflde mAtne du colori«j, rec uhe difi^refxcd> 
fffx'i donne icr de^ rextenfion \ I'infln^nc.e du genie i 
«*e^ qu^ le colovi; e am , en une infinite de circonf^ 
tenccs , I la voloh-e de I'artif^fe^ foh ill elligehce eflt 
plus libre^ ^ ^P g ^f* q"l ^^ P^e d^s perfedtons de 
Kintell'gence, e^ pli»s ind'pendaiit du jn^chanlfnie^ 
&- , p? t decider iV^fte pour c^ qui: affiirera le faoc^ 
dt Tes ouvrggps. ..,•'- 

Commfe )e n*ai pas ^r^tfertcJa , k beaiicotip pr4s y ex^ 
dure iVdr.nnahce des domaini^s du gtfhiij ]e confeni 
qii^elle dffpute de t?ing a^ec la fecondHe, larichef!^^^ 
la noblefle; mais ^brTqu^on approfondifa bteii touteii 
ces parties pour connoftre en quo! elle^ tiennent au 
genie y on vcrra que o'eft par les ^itttsoil ellcs ft 
nipprocberit de Pihvention. 

' II reftetoit k d^figner les marques Helles ^ ou dir 



Digitized by 



Google 



l^i^ihs celles qu'on doit regarder coihme les plus carac* 
f^iftiques, da genie dans Tart de la peinture. 

Le caraftere d'originalite peut^ k ce que je penfe, 
obtenir up des premiers rangs ^ & cc caraftere eft in-» 
finiinent jrar e , ainfi que le vrai genie. 

En eftet il eft non - fculement difficile, mais encore 
Itrefque irapoffible que les artiftei , en concevant les 
idees des ouvrag^s qo'ils entreprenneiit , ne donrient 
p;is acc^s k tout ce qu'ils ont ru ou ^tudie qui aic 
quelque rapport i I'objet dont ils «*occupent. On doit 
done regarder non-feulement corame rare , mais comma' ^ 
furaaturel en quelque. forte, la facultd de trouver en 
fbi & tout fei*l (pour m^expri^er ainG) des mani^res 
nouvelles d'imaginer un fujet ; des conceptions enfili 
qui n*ayent aucun rapport fenfible a rlen de de qui s'eft 
podult , &qui ne paroifTenc pas 6tre une (imple exten- , 
fioii, ou une cotnbinailbri de ce qui exiftoit d^ji. 
^ Cefte marque de g^nfe eft ex^trSmehient rare ; elle 
n'eft p^s facile k reconnoitre k czute des imitations 
plus ou moins d^touir^es & plus ou moiii^ cached. 
Dans tous les objets^ dans tous les genres , elle diftingua* 
r^ellement bien peu d'artiftes, bien peii d'auteiirs, &' 
Fon peut encore afpirer au ilom d'homme de g^nii fans 
poHeder ce don fi rare. 

^ Le premier peintre de nos Cycles rtiodernes , Raphael', 
arpeut-^tre moins de fi^nes de cette originallte de 
£eme que Rubens, & le Tiiitor^t. • ^ '■ 

II en r^fulte que quoique le ^nie Coit la partie la 
plus b^iliaate dans^ les acts, quoiqu'elle fe f aiTe fentir 
expreffiment dans I'originalit^ , cHe ne peut Clever un. 
artifte au premier rang'^fiMs le concours de plufi«urs 
eutres parties & que jl^ concours de ces parties-, eflen-^ 



Digitized by 



Google 



i|6d G i Jl 

tjclles, lorfque le g^m^ les employe heuf eufemtfi? J"^ 
donne les moycns les plus ufites' d'apprecier les rahgs 
&,le vrai m^rite dans les arts. 
. Ccf^ pour parvenir a cette appr<$ctatioii que de Piles 
avoir ing^nieufement propofe une forte de balands dans 
laquelle , ^valuant pour ainfi dire ie poids de thaqke 
partiedel'arty ilpenfoitque Ton pouvoit pour chaquer 
i>eintre f^mer un refultat de fon m^rite. 

Mais on fent combien ces r^fultats devienneht vagues^ 
& combien cette balance , dans l^s difFerentes mains 
(qui en feroient ufage ^ feroit fautive. 

En eftet, que dams un fujet parfaitement ordonnl, 
de(Iin6 avec purete, colori^-^vec force, les T^mtnif^ 
cences foient ou caches ou di^.ciles \. decouvrir^* 
revaluation du m^rite de I'originalite ne fera pas Jufte; 
Que les fujets foient (imples, faciles k compofer j& i 
ordonner, ou qu'ils^ foient tela qM'pn'ks voit dans les. 
grandes ma^i|ies , devaluation du talent de eoi^pofer 
peut-ejle ^tre la m^me? . n - r i : 

II n'eft donc^ i, vrai dire^ q^^ l'l\onmie degenk qui 
puiiTe v^ritabl^ment appr^cier le.genie^C?t& au fcttl tri- 
bu^al.de fes pairs, qu'il peut ^t^e ju04> niais fi^Jn-. 
fjuence fe fa|t fentir a tout lemonde, comme tpuc.i^: 
snonde eft frapp6 de ceife de la chaleurathmpfph^rique ^; 
dont les (ayans phyficiens apprifciexit.nntenfitei - - 
.jJ*our yo^^ jeu^ies artiftes, foyev a^vertis qu*a voire- 
flge il eft une efFervefcence de Tame & un ^anojiif^i^^ 
fement ( fi I'on pe^t^^ler ainfi) des facult6s in^^lec- 
tue^ep quetrop ailement &tropordinaiiement on ptend 
fpur les ^tin<;dles. i\i, genie. - ^ 

. Vous fent^z-vous ^chauftesfiac lits ardeurs de w0tt^: 
ioiagination | par I'acclleration ip yos efprits proQipgr. 

k 



/ 

^ ^ ^ I Digitized by 



Google 



r. 



G ]& N 401 

% fe mouvoir ^ pat Texemple , par IMmuIatton , par 
fjutelque defir fouvene Stranger a ce qui vous occupe; 
Vou5 eroyez vuler aux facets ^ & la ^loire femble venir 
au-devant de vous •, mais trop fouvent cette efFerrefcencc 
ipaffee, le genie a difparu. 

"Dhs que le m^^hanifme de Part vous oppofe des dif- 
cultes , vous redevehez froids , ou le depit chagritt 
amor tit votre ardeur, Ce ii*eft pas de genie que vouf 
£tes- dou^s, mais feulement du defir d'en avoir ^ Sc 
inalKeurburement ce defir ne le donne pas. 

Mais fi, par une application fputenue , par le defir 
^es fiicc^s, vous acqu^rez les pratiques & les connoilV 
flmces indifpenfables i fi vous ne vous rebutez pas dca 
Etudes difficilcs *, f augurerai mieux de votre talent & . 
j'efpererai qu*il fera vivifie par le gerue, Je penferat 
qu'il vous fi)utient en fecret, qu'il vous ordonne d^ 
lui applanir la route , qu'il vous dit tout bas : rompex 
4nes chatnes & je volerai. 

. En effet, comment efp6rez-voiis que le g^nie puidlbc 
inSmeJfeulement marcher dans la carri^re que vous lui 
^jKTulez faii^ parcourlr d'un vol , fi lorfqu'il vous infpl^ 
yera I'expre^ffioa, votre main ignore quels refTorts la 
rendent vifible f Comment efperfez-vous qu'il fafle agir, 
parler vos figures , €1 vous avez rant de peine a les 
conftrulre , que le ^nie ennuie s*6chappe & difparoii9*e 
pour feconder ceux qui lui fourniifent des moyens aulK 
prompts que fes volontes ? . ' 

Le genie eft pour les artid^ diftctles, lents & pea 
siirs cki m^hanifme & de la pratique de leur art~, 
commp ees demons qui 9 paroi^ant pour obeir aux ^vo- 
^tions d'ua ^nchanteur mal ha&ile ^ le meprifent & , 



Digitized by 



Google 



le fuient, lorfquMls le voyent hefiter &; balbtititf I# 
ordres qu'il veut>. leur doiiner* 

Cependant il fauc cohvenir que parmi le^ jeunef 
difciples de t^art dont je traite, s'il eft desgchies prer 
coces (& ce font les plus incertains, ) il en eft dp 
lents & de tardifs, donp les fruits plus durables & 
itioins corruptibles, ne Ce font pas annoncea par d«i 
flel^rs pr^maturees. v 

^e V6UJS enorgueilliftez done pas de quelques m^ 
Cftiis, de quelques efquUTes d^s lefquelles vaua 
snontrez du fens & de l^clprit. Si i*on vous loue ^ 
Ineftez-yous d^un encehs l^ger , mais qui ent^e ; & vqt 
mattres pltti l^veres vous bUment ou pteoiiTent peu tou- 
ches de c^s bluettes <le gtitle^ ne pehfbz ^as que Cd 
fbit par une afTe^atioii pedancef^ue; lis vous crahU 
«t>2ent fi , ^ns TQS premiere^ Etudes , tls ne dimnoient 
fSLS la pr^(§refice abfolue au mechanilmefur les parties 
IpiHtuellcs de Part. Celles-ci font les premieres fan* 
doute dans Tordre du merite, & cepe^dint ell^s Aid. 
^elrent s^offrir qpe les ddmi^res dans l^ordre dei ^u«% 
4es. Si la nature youa les a cfenneea, dies fte roils le* 
•tera pas; mais fi vc^s n^aoqu^rez pas les mtrts qui 
ne lent pas un don , vous ae les aures jamais. ' 

II eft done Indtfpenfable que vous Htobiet p^fake-^ 
ment defiixter pour bieti exprimeh Lo 4efliii eft un^ 
{angue ; plus vous )a faurez , phis vous parlete^ ived 
^race , avec force , avec gM^. II eft vrin que quel^ 
ques hommes rares ont ete dou^s dass les arcs d*un^ 
telle abondance de-genie qu'ilsont 6te diftingues fane 
•voir les qualites que je fais regarder comme indi^V 
ijenfables. Ces exceptioni ne detriiifent pas le princ^ipej^ 
^ 6 (ei liocome^ nyQieac pu ^cquefi/r ^ qui leuc 4 



Digitized by 



Googfe 



ftlanifu^, lU Paufoient emport^ fur tousles autrer,' 

4>Jl^^ fefte cet objet d'etude depend quelquefois dea 
liftattres: ii y a un genie de I'lhftraftion coiiime uit 
genie partlculier pour chaque chofe ^ Sc celui dant ]^ 
fatle eft ihfiniihent rare. 

II cofififte & conformer les confeils & la Hiafchrf 
de5 fttides, ati caf aft^re , a Pdge , au temperamenll 
faottl & phyfique de ceux que I'cn inftruit. 

Ceft-la le feul fyft^me raifonnable d^ediicktion : on 
ii^en peut pas plus faire d*univerfels, qu*on ne peu«j 
felre uti m^dicatment qui gueriffe routes les maladies'. 
Xes feuh charlatans fe vantetit d*avqir farmont^ cettd 
smpoilibilit^', le^hommes inftrbits 8c iinc^res avouenc 
que ce ginie de rinftruaion eft prefque impoflible ii 
rrouver *, mais il faut obferver que malheureufement; 
fes hoxiitoes de genie qtri leroient les plus propres 3? 
demSler & a guider celui des jeunes Aleves, dedai- 
gnent trop fonvent cette occupation qu'ils regarJen? 
comme penible ou peu glofieufe , &: qui eft cepen- 
dan^y relativemertt a rhumanit^, \a plus noble des^ 
^onctions. ( Article de M. X^Atelet, ) 

0tviE. Ce raot eft emprunt^ des jatins *, mais ils ne^ 
paroiffeftt |ias l^avoir liiriite au fens que noUs lui don- 
nons aujourd'hui. Tant6t its entendoient par ce. mot les 
qualites naturelles des perfonnos ou des chofes dont ils 
'f^Lvloientyingcniitmfoli'j la qualit^ du Col ; ingenio Jiia 
vivere y fuivre fon cara^ere , vivre I fa fantjiifie. Tan- 
^At ils leprenoient pour ce que nous entendons en ge- 
neral par iemot efprit ; & comme nous difons un efprit^ 
Vif, fubtil , louche , ^pais , foible , indocile, les latini 
difoient ingeninm acre , aeutum^ amUguum^ contufum , ' 
imbt^iUum^ indocile* 



Digitized by 



Google 



I^ocre Jaffgue , dtns Paccepdon commune i nes'^ourdi 
point de la lacine; on dit, fuivre Ton' g/nieionjprmi 
mtee , comme les latins ^ le ^'f/x/V en mauyaife part , $; 
Ton dtt un ^^n/> pefant. ' . ' 

Mais il Skagit ici du mot gMe, td qu'il ^emptofe 
dans la langue technique des lettres & des arts, & i'ac- 
ception en eft (i peu d^ermin^e, que le plus fouvent 
ceux qui I'employent font loin de •'entendre eiix- 
m^mes* / - * 

„ Cependant, quelle que foitcette acceptioir, le genie 
«e feta toujours qu'une ou plufieurs quality de I'ef* 
priti mais comme , dans I^ufag^ ordinaire , on a trop 
fouvent reduit le mot e/prie i fignifier^e qu'on entend 
fstt hel-^fpritj efprit vif , iin ^ brillant, gn a imaging 
d'exprimer par le mot genie , les qualit^s fapcrieures do 
I'efprit, cellesqui tcmoignent plus fa grandeur, qu^ 
fon eclat 8^ fa fubtilite. 

Ainfi qviand I'ofpritie manifefte dans les QUvragei^ 
de ittt^rarure par de grandes id^es , dans la polititjuai' 
par de graffds deflins , dans I'art'-militaire par de grandes 
joperations ; 11 femblerett pouvoir meriter ie aom da 
genie. 

Cette definition fera peu conceft^e pour ce qui con- -■ 
Cerne I'art de la guerre 8c la politique ; ma*a il n^ei^ 
^ft pas de mSiAexquand il tfft queftioa de litt^rature. 
les lettres , nation faloufe. & pointilleufe , employenc 
toutes les reffources d^ Ij^ur ^fprit pour refiifer la p^Jil&Q ^ 
du genie I ceux d'enti!^ eux qui pourroient yxpre^enwe « 
feurent ils ne I'accordent pas m^me k ceux qui lont en 
fes plus grands fucces dans les genres les pli^ 3eves^ 
ou du moina iU l^ cefery^n; pow: )% 4^fo&^ (ui[ l^im 
tmb9wu 



Digitized by 



Google 



'H dSftni'titen qai^ tel autieur a eu n*a pas de gmk ; 
Jn^ais its ne d^finiifeilt jam«i» en quo! \t genie confide. 

' Cependant, en rafTemblant les ^gemens qu^on enten4 
pDfter chaque jour, quoiqu'ils^e folent prelque jamais 
inotiv^s , on pcut infi^rer qu'pn accorde aflez generate* 
Ai^nt te nom de g^me ii crois qualites de I'efprlt , qut 
peuvent fen eflPet ^cre regardles comme les plus Emi- 
nences, y ' ^ 

La premiere eft c^tte qualit^ pat laquelle. I'elprli 
fe rej>refente fi forteme^t toutes les images iqui Toe-* 
cupenc^ qu'elles lua Tone reell^ment pr^fente?, & que 
les peignant par la parole^ il les rend pr^fentes aui^ 
lefleurs on aux auditeurs, 

V La fe^onde eftcette fen(ibilit6 exquife parlaqUeller 
wi ^crlvain eft agitj^ de tous les fentimens que peu( 
infpirer fonfujet, trouvefaas la chercher, leur v^r> 
table expr^ffion^ & parelle^ les fait palTer dans rcmtes 
Jes anvM capables de (entir. 

La croifiime eft une vue \ la fois ^tendue & pro* 
fond^^, par laquelle un Ecrivam , apper^ok d'un eoup 
^(sil les rapports de caufes & d*effi^aqui lient entr'eux 
iles objets que des.efpritt molns penetrans *& moins 
- vaftes n'appercevrplent que.fepar^s^ gen^life ce que le 
communvdes hommes ne roit qu^n d^ail ^ St-tronYm 
nnjB chatne eommune i ce qui femble le plus divife* , 
^ L'im^gination 9 h fenfibiltt^, la profondeur, telles 
qae nous venons de les deiinir^ conftituent done le 
jfiriit. Mteie fepar^es y mats port^sl un hTaut d^gre^' 
«lles peuvent ib^iter ce nom *, r^unies, elle formenc 
le gdnie le plus heureux.^ Le travail ne pent les ac<« 
fii&rir, le uleift ne peut les smiter^ I'eCprit «6mey 



/Digitized by 



Google 



'^0^ <5 £ sr 

s*!! ne pof^^^e .{>as ces qii^Htisy nU pu de rtSowfc6 
pour y fuppUer, ^ 

Elles s'accordenc parfaltement avec I'^tymologie d^ 
inoc genie { ingenium )*> dies font n6es en I'liomme ^ 
dies font nees avec lui, {ingeni^t^y ingenium) j & 
^'eft ce (][u,e lemot de geniefigaide dan$ fofi prigin^* 
, Si cettc idee e(l jufte , elle nous f^ra depouvrir et| 
c{uoi confifte le ^lemV dans les arts de peintnre & d^ 
fculpture. 

Si Tartifte fe reprefente auffi viyement i I'imaginas 
tion la fcene qu*il veut traiter que fi elle fe palToie 
fcusfes yeux , fa compofition fera vivante , comipe font: 
cenles TStre les perfonnages qui cbntribuent au (bjet» 
^i,doue d'une exquife fenfibilit^^ i! parncge tous let 
Ibntimefis dont ces m^es peribnnages doiveiit fere 
unlinks, il leur en cpmmuniquera la veritable expref- 
fion. S^l acette vue profonde qui d'un coup d'<£ii em* 
ka^ ml grand nrnnbre d*ob}ets Sc les encfialne emre 
eux par les liens de leurs rapports, il unira par cettc^ 
diainar toiites 4es parties de fa ciompofitieii & les fera 
tontribuer a I'eitprejpioii g^n^rale. 

Ceft done I'expreffibn qui conftiuie \^ gMe dans lesi 
'trts, & c^eft ce que Mengs femble avoir fbnci, Idf^ 
^u'il a fait eonfiftcr dans i'expreflion la partie qufon 
^omnMS invention, 

Bn efiet y (i I'lfivention eft !a premUre pareie 4e Tart , 
ft c'^ft elle qwi procure \ rartifte la patsie d«i g^^- 
^ ceKe de rimmortalit^ , doit«*oR doaa«r co aonvaii 
talent d^ multiplier des figures, de les ag9il^er d'u&f 
IKianike agr^able a I'^iJ , de les diftriWef ^n grouppea 
qwi pjelfement; u»e l^^lle fc^e d'appan«; talent qui 
f'^jfj^ m^xi&bla fan 4^919, mk<im m foppofe pt% 



Digitized by 



Google 



ftms c^ux qu! le podi^dent , des qiralit^ de Tefprift 
affez rares pour m^riter les notns d'Snvention & dp 

II y aura du ^n/V dans le d^flm > quand le de(Eit 
Ifera tr^expreffif. Si tela n^etoit paa , comment pour- 
roit-on, dans une feule ftatue, reconnoitre le genie 
ide Tartifte ? Mais un deflih ,• ou fi l^bti veut une ftarue 
^ul, peu exprelfive, fera d^ailleurs cprrefl^ & pure, - 
t^oignera un grand tulent & non du genU. 

J\ y a dti gMe datis le clalr-bbfcur, quand il eft 
tellement adapt6 a Pe^pr^fflon g^ri^rale, qu^il contri- 
Bue li la fortifier & quMl en forme le complement. L^ 
deluge du PouMn eft un tabtefau de^i^, &le clair- 
obfcur de ce tableau fair une partie capitlle du genU 
qu'on y admire. 

Mais des effets plquans de clalr-obfcurpeuvent-Stre 
ie produit de I'obfervation , & ne fufBfent f^ pour 
fuppoferle^^/e. Accorderons nousle^n/eiun peintre 
liollandois, pour avoir reprefent^ des effets qu'il aura 
cent foi^ obferv^s dans un labqratoire obfcur^ ^clair6 
par le feu d'ane forge ? 

Part de draper fenj une operation du ginie^ quand 
!es draperies contribueront elles-mfimes k rexpreffion , 
^comme nous I'avons obfenr^ de ce}les de R^ltpliae} \ 
Particle Draper. Enfih le g^nie aunt fen influenct 
jftfc^ues fur les moindres arcceiT6ires. Mais la compel!- 
tion, le deffin/le cljitr-obfcur^ la couleur n'iappar- 
fleiriient tM genie ^ qu'autaiKt qull aTcn emparepour 16» 
fill re concourir k PeXpreflion.. 

M. Reynolds femble avoir confondu le genie ^vec le 
talent. loLe g^ie\ dit-il , qiielque diSfinition qifon ea 
p danne, eft &ll8 4'Wt iis prc^k d^ t^imiratioxK €m 

C c if 



'Digitized by 



Google 



4©^ ci; H 

n n'cft qu^l force d'imiter qu'on p^t ph>^Sri 4# ^ 
s» inyentions varices ^ originales. . ^ 

«> C'eft a tore qu'on regarde le g^nU cosome uae i^ 
ncultequi vaau-de li^de Tarty qu'au^ae m^Kipdene 
x> peut enfeigfier, qu^aucune iilduftfie m pentfiMTO a^ 
» querir. - ^ 

y> L^idec du ^n/e i\'eft pas une idie fixe^ invariable f 
if> d^termln^e. Bile change avecleslunliiresdesnatioiis.^ 
» Ce qui a m^ite le nom de genie danf un terns , n^ 
n.l'obtienc plus dansun autre. Dans I'enfance de Tare 5. 
» un objet reprefente par une feule couleur ,^toit ui|0' 
3> produdlon du genie. Quand on fe fut app^r^ que 
i^ I'arc de repr^fe^iter dea objet&.par U voi^ du deffiii 
99^ fe peut enfeigner y & 'eft foumis ^ des preceptet ^ 
« on fit une autre application du mot genie ^ 8c pn I'af- 
» tribua aux ouvragea de ceux qui furent joindre- un 
39 caraderepai^ticulier I I'ouvrage reprefent^ , qai eurenc 
» de I'expreiTion , de la grace , de la grandeur, enfia 
» de cesqualit^Sy de ces beautes^ dont on ne pouy<MC 
Hi donner encore des regies claires & pr^cifes. 

» Mais nous favons a prefenjc que le talent d^ rendr^ 
9» la beaut^ des. formes, d'exprimer la paiHony d^bie% 
311 compofer, de donner un air de grarideiir t un our 
» vrage , d^end en grande partie des regies. Q^'oa 
99 ,applique , li I'on veut , le nom de g^nle I ce ta* 
» lent', c'eft ce qu'on ne refufera pas, poucvu qu'oa 
» yeuille convenir que ce talent n'cft pas I'effet d*uae 
^ infpiration, Qiais d'une ^cude attentive ^ bien dl-' 
» ger^e & d'une longue experience. 

» Voudra-t-on fefervcr le titre deg^nie au premief' 
» qui a fu de lui-meme trouver & reuhir toutes cet 
a qualitesf Alais quel eft-il ce premiei? 11 a^i^ilta 



Digitized by 



Google 



y# faaiaf8.'t7A lurtlfte abeaucoop travalll^ pduf acqu^rir 
» tine de p^$ qualhes , fes lejons & foti exemple qn 
» one rendu la pcntique facile i^ un autre qui I'i fur- 
^ pstffey 8c qui lui-mdmei k force de travaux, eft 
». parvenu aux Clemens d'une qualite encore inconnuo 
» que d^autres enfuice ont perfedionn^e. C^ft ainfi 
s> que «'eil perfeftionn^ Part par lea efforts fucceflifi 
» d'une longue fuite d'artiftes. 
^.» Mais qui ofera dire que I'art foit au}ourd1ii^ 
» parvenu I (on terme? It ne Teft pas f^ns douce ^ 
» «e qu'on appelle jfv'/u^ trouvera encore ) s'etendre , 
)i &: i'hpmme vraiitent n^ pour I'art, ne manquerapas 
^ de chemins pour sMcarter de la foule.. Cependant les 
» d^convertes qu*il pourra faire, les nouvcUei per-v 
D. fe^ions qu'il pourra donner I I'art^ feront^ 11 eft 
» trai, au-dcffus des regies aftuelles, au-demis det 
» regies vulgaires *, mais.elles donneront lieu k det 
» regies nouvelles. Ainfi routes les perfedions qtd 
D inaintenant nous font inconnues, & qui pourronc 
» naftre un jour , ne font pas plus au-^deirus des regies 
j> poilibles , qii*e1les ne font au-defTus de I'art. EUea 
3B tiennent done a des priticipes & ne font pas Vetkt 
79 d*-une infp'ration « 

Ce paiTage eft ing^nieux & rempli mSmr dd verit^jr 
mats il prouve feulement que I'acception du mot g^ni4 
la M fouvent mal determinee , & que l*on peut en-* 
feigner des parties qui ont 6t6 mal-a-propos decor^es 
du fiom de genie y mais non qu'on puiffe enfeigner I 
avoir du ghile. On peut donner des le;ons de routes 
le^ parties de Tart; fi I'on acquiert des parties nou-l 
velles , on pourra les foumettre encore k des princip^s t 
man,s on a'enCeignera jamais i les pratiquer zrec^ew^^ 



.Digitized by 



Google 






iKirce qu'on ne peut apprendre \ un jeune artifte \ av^ 
de Pimagination , de la fenfibllitii , un efprit d'une vafle 
^ndue & d'une granite prbfondeur. Par quels moy Itei 
M. Reynolds apprendroic-il ii (bs 61eves I'trt de mettre 
4ans Ieur$ ouvrages Texpreflion qui fait admirer Ibfi 
tableau du Comte Ugolino , expreffion qu^ toures 1^ 
l^irties de I'ouvrage concourent \ rendre plus profonde 
& plus terrible T \ 

Comme celui qui parte , qu! &rit avec genie^ne pouf- 
toit manifefter fes conceptions fi les hommes ne s'^roieilt 
y%& fait un langage , I'artifte Aeginient pouvok faire 
connoftre les fiennes avanc que lelangage de Tare fttt 
form^. Plus celangage a^^bdrn6,plusPartifiede£'<^/e 
f ^ouv^ de gSne. Ainfi, taiit que la peSnture a M 
%OTitie au (imple trait ^ le genie pittorefquea ed pen 
2^ noyen de r<^ montrer. 

* SI Giotto avoit autant de^'erz/VqueRapbaSl, comme 
les moyens qui forment^ le langige de l*art ^oient 
teoins ptsrfeftionn^s de fon terns , 11 n'a pu !e ma* 
fiifefter de mSine. Comment avec !es lignes roides', 
SfDJlcp^ibl^s & monotones 4e fon deltin, auroit-i) reitdu 
la VIC , le mouvement , Pexpreftpn de fhomrae paffion- 
n^TSi le lang,age de l*art acquierc i I'avenlr des per- 
fieSions nouvelles, c'eft-a-dire, (i les moyens de fart 
kcqnierent une plus grande ^tendue, les artiftes de 
^gl«^/etirerontde nouveaux avantages ie ces nouveRes 
lerfeftions , comme Tecrivain de genik trouve Aifts 
line fangue plus riche des relTourc^s que lui refufoic 
line langue pauyre *. Aqs mattres pourronf leuf ei^fef- 
^er 4 en faire ufage; mats \ls ^urbnt le genie efi " 
eux-mSmes, & on ne leur enfeignera pas i en st'voir* 
C^efrtc qu*on peut r^p^ndre an raifonnem^t i^HL 



Digitized by 



Google 



.fbsfiibMt , «u ^tht cfeft aiiifi ^'mi 46iirl^t6rpr6tef. 
U met k tfldent ^exprkMr le« p^&ofifi An tOflid>m 
4bs cKoTcs qti! fe peinrent etifttgner. II tft vrtf qu'oii 
^eut dlRtontrer I'expreffien fur k sfttnre yWaum & (te 
ies oQvrages des grants makres ; qii'on peut eii apptiyer 
lea prlnca^ Itir la fcieace 4a l^antftemie ft: fur celfer 
4le la phyfiologla : inais coaime ilfaucfentir CtA^i^we 
pour bl«n eiprtfii«r Im faffioaa, on fie p««t apfreftdre 
1 perfonne i les bien exprimer^ puifqu'on ne pam ap^ ^ 
prendre I perfbtip^ i ^re fenfible^ 
^ II to «ft 4e mtflM da PifltaginatlM (fe da la prMtm- 
deur : on peut fa:re I'analyfe de cet ileitic #p^aKieiia 4m 
I'efprit, on peut en donner de beaux exempUssnia'a 
M fi^^^igaera pasi HnagWictforeeRienc-, iiFotrpro- 

Kouarapperteroiif, pour tarmtnereet article^ ce<fu^ 
«Bt: Mengt du genie da Rapha^. « It 4tek , dk fardfte 
)i Saxon , dott6 (Mt doi^e , d*«n ^i»« fupMeur ; noft 
n de calel cpi'oii oroic , ea gfolral , prapre ft la pein- 
yt ture , &qui n'eft qu'uae imaginatioii }>rll}ante ; mafa 
^ d'l^n g^nie , rMfehl , vafte & jH-ofend. Car , pour de* 
i» venir un grand peimra , ii n^eft paa tant fi6eef(Una 
31 d'av^ir una grande ^Ivaeiae d'efprit, qu'un difcer^ 
y> nement jufte , capable de dHHngner le bon du mau'^ 
i» vais , avec une ame tendre & ^nfibfe fiir laquelle 
« tous le« ftrttixnent font une prompte impreflion , 
a» comtia for une cire'moHe, mais qui capendant nw 
»> change de ferme qu'au gr^ de^artiA^. 
. » Tel doit Arre le gMe du peintre ; tel a M ccluf 
i» de Raphael. Car pour donner eette variet^ que noua 
m r^manquonfi dans fe$ compofinons > il faljoit ni^celTai- 
» faatttt ^^11 'pdi 9io£fiar ftl'mfmifbs proprea feft^ 



'^Digitized' by 



Google 



^tk GEN 

# ctons , paifipie, (Smt avoir bien confu le fflomremeflli 
4 que doit ^a^tret qn homme daas la fituation deter-' 
m mlnh oft no^s le fuppofons , on tie fauroit le rendi^t 
i fur la toile. L'efprit pr^e l toutes not aftioni ; pa|^ 
^ conSqueat celui qui nefaic pas fe repr^fenter yive* 
i» ment une «hofe , fiuifa bien moim encore la peindre ^' 
Hi & fi Poa Y parvenolt par quelqoe moyen artificiel ," 
j» on oe fenMt aucune imprei&oa fiur Pefprit du fpec^ 
.i^.tateur ». "* . ', 

Cetfue Mengt 6tablit ici s'accorde parfatteonentaveo 
la d^nitioa que nout ayons donnte ^u ginie. {jiniciti 

GENRE (Tttbit am^ ) dn nonme pemtres Ol 
Ipnn les artiftes qa! fe font confiicr^ particuli^nen^ 
irepiitfettfercercatni objets. I>mi goAtrparticuliers %i 
b difficult^ d^embraiTer toute I'etendue de Fart^ ont oc« 
^afipnne cette divifibn dans la pratique de la peinture; 
Xes mimes ^ufes ent form6 dans vd'autres arts des dl« 
Vifions ]i-peu*pris (emblable^. 

Un poete. qui auroit 1^ lui feul let taleas n^ceflkiree 
'^ur exceller dans tous les gmre* Ae Po^e^ feroie 
.i-peu-pr^s dans cetart^ ce qu'eft ou ce que devroi^ 
.fere le peint^e d'hiftotre^ 

Mais les uns s'adonnent plus partiouliirement aux 
Paftoraks : ils font poetes payfagiftes } aux ccMBpoiitioni 
"^acr^miques, ila s'approchent du jfenr€ des peintrei 
agreables *, de mime quelque^ artiftes qui ^ignent let 
animaux , ont des rapports avec les fabuliftes, V(^ate8n-|^ 
Lancret,& quelques artiftes mo4emes qui ont pris pouf 
objet des aftidns ou des feines particiili^res de la vie 
jsommuaey^uirent fe comparer au^ aiiteacs de cem^ 



Digitized by 



Google 



f - 



Qlef, 6^ les pontes defcnptifs aax pehitres it vViies< 

:^ .La peltiture enfin appelle genres ce <}ue la poefist 
•ppelle dLxi m^me nom, except^ av^on ne dit p^s dei 

, i^eres de genre y mais des poetea qui s'occup^nt d'un 
^tnre. 

' II en eft de ni€me dans Teloquence, dans Ta mufiqi2<9 
£c dans tous les arcs'*, mais pour dpnner a ceux qui oiif 
t)eu de connoiiTance de Pobjet de cec article, un# 
id^ plus precife de ce qui caraS^rife & auc^ife ci^tte 
4ivifion des genres , je me fervirai d'une image* Cett^ 
Ipianiere de s'expliquer a quelque droit d'etre admife 
^n parlantfde la peinture. 

Jl eft peu de lefteurs , pour peu qu'ils (bient inftruits , 
^ui, ftir les pas du TafTe , n'ayent fuivi les Cheva- 
liers Danois dans le merTetlleuic ^jour d'.Armide , oft 
^us les objettt de la iMiture aroient M plac^ Wee 
ffeliotx & au gr6 d'un arc qu^ ditigeoit I'amour le plut 
fngenieux* 

- Tranfportons-nons j quelques mo«f ns Sc reprSlen* 
fons nous les 4i<vei:ri|s impreflions qui ont occupy (ant 
i^ute fuc^cellivement les deux fages, atfentifs \ tout 
fe /qui &'offrit a leurs regards. lis apper^oivent, eH 

. ^prochs^nt, un magmfique jbvifte Edifice *, ils ^t iA 
^arr^ter dans I'endroic oii ils pouvQient n^ieux l'obrer<«« 
Ver. Alors le fue oii fe tfouve ce palafs, fa fornix 
g^n^rale, enfuite fes parties, leurs d^ails, les etfeta 
qui en r^ultent conqentrent leur attention j^ fixenc 

, .leurs regards. 

' Trans&rmez^ ces obferrateurs en aniftei; qu^ib 
^enrnent leurs pinceaux pour iihiter \^ genre de1)eaut^i 
^|ii les occupe & pour ea faire pafier le fentiinent tel 
f li'lli r^rottyeAC 9 a xoix qui Yerront Ux^t ourrs^ ^ 



Digitized by 



Google 



»f4 O E N 

roUlk dctt potntrbt qui fe ^^hctwntwginrt ie f ardl* 
t^ure, tel qu« Toiit ex^out* avec fucctb Pafitm , Str- ' 
nrndoni & ceits ^ui dtarchient ftir leurs traces* 

Leur femtn(€ilt & kur afitfttoa les poccaiit ib re« 
garder comme objet principal de leurs tableaux, la 
fln^tiie«ace des fabriqueft ft les efiet^ que Uats orae- 
■tenti donnent lieit de produife par le dioix des lu-^ 
mnhtes 8c du clM^ohCent^ on bieii lis fe plailbnt 1^ 
f^^fente^ Ie pittoref^iie des moaumei^ aheres par 
let^ms, leurs ac^hdens Ct leurs majeftueiifts ruhietf* 
Hi jbtgaeftt k eel c^jees prittctpaux de leun eompo* 
fitions , ce que les plantes & lev #aux peuy tot y aJGAtet 
de beitit^ : Hi n^Te refnient paa i^y aCotier quelqaes 
•rbres qtiiy li^ daat Ub d^cofldures Ac parrenus i lent 
itrme , font penftr ilux eflks do tims & portedt I'ef^ 
feit du fpeAateur ^ I'epoqaereeulfe de fes d^firuetions# 

Mait em fe permettamt des acoellbires hcuieux & 
choifis , Ie peintre d'architedure &tt tou jourt en (brttf 
iIqIIs foient fiAef donnas , Sc qiiHl» ne d^Hwmetit ^ftAnt 
frbp de Pobjet principal, aoqu^i il confatro prinet^ 
fiftisnsem; fee Mn#. 

' FalRms dans i^nu^ieiir dir fefoiir fliaglqae; amree 
ibtifr de ^nrprife 9c d'admtrattMt ^ m^vel o1^ priB^ 
•Ipal pour nee gnertt^e^ eocnme- obfervatc^ors, fir poor 
iwe pelntres ^e £m» fomme artlftes. Des int^eirrr^ 
d^ores de coat ce qoe Tart peut ^naglner pour fnr^ 
paSer hi t»tture, frappent les y^ogi & entrattwnt ' Ici 
peintre \ y confacrer (es talens; mais ce genHy qui 
aient de prds wa fc^cidettt^ a Sefoin d'oise ktfitation 
pilus eta^edn claip-ebfcar & dies' perfpedives Itniaktf 
ft a^iennes, poar -produtre fofi lt]<^6n. D*slMeurs, 1* 
^i%p^i«6^ la (ftmS^ff la iffk^^ ify ^^yer <kf 



Digitized by 



Google 



.f|ri&^& de$ oppo&ions , rendeiu oe gtnrt }ha froi^ 

& logins pnuique» La plupart de ceux qui I'oiu ex«rc^. 

aveic fucces^ out chc^ifi pour objet dt leurs repr^fen* 

tations Qxa$e« , des Eglifes le plus rouventgothi<)ue8|, 

dcm^ les ^ievatioas , les jours myfterieux & les poHict 

4« Tue pittorefquesjeur ont aid^ ^ lutter contr^ 1$ 

^fBcult^ d'intlr^er les fpedateurs^ £a elS^t , les re* 

l^rds He font arrStes ^ue)ques momeiks fur lestakieaux 

ife Steenwick & de Pieters - Neefs que par I'illuiioa 

<^e la perfpedive, par une grande verity de couleuf 

•u de lumi^res degrad&s & eofiii k I'aide de quelqu^ 

details de cerlou>^ie5 que aomporce I'ulage de ce| 

^diii^es* Par aes ralfons ^ ce qui pourroic reudre HitT 

^ieur d'un palats int^efTant, feroitou quelquecfrf^ 

mQtiijS, ou quelq^e divertilTefnent & ces acceHpiref 

n^peiTaires font fenttr le defaut de ce g€nre qui ne pjCM^. 

fe lliffire k luKinStcLe. II eit tel en effec que les Chc^ 

valiers^apr^ avoir ^nur<§quel^es tableaux done ^tQt« 

om6 le beau palais folitairey s'emprefs^renc d'en fortir} 

•mala dans le moment o^ ils pen^tr^rent dana les jar^ 

4ins I pd Part cach^ difputoic de beaut^ ^ de yariet^^ 

d^aecideas agreables avec la plus belle nature & Penii| 

^rtoit fur e}le> nost guerriers fe fentirent aitach&^ 

Intereffes plus vivement, ^ c'eft le fort des peintresi 

qu'un penchant fecret porte ^ embralTer le genre du 

^ay&ge & quicherchem , pour fe Iktis&ire , des litei 

beureux. 

lis employent toutcs les refTourcea de l*art >i re- 
frefenter ces arlx'es choifis dans tous les elimats &^ 
dont les formes majeftueuies ,' ainfii que la verdur^i 
;i>dmirabl^y excite nt leur admiration. Us font a'^r^eji 
|i^ la limgidjUe ^ea ,eauX) &: par lea b«^a^ rcfleti 



Digitized by 



Google 



li< GEN 

4|ui fembletit roufoir ley convaincre k quel iSjgt€ Si 
jpprfe&ion }'on peut parvenir ii reprefenter le reli«f & 
lei diftances des objets r^els fur une furface plane : ilt 
fartagetit leurt foiiu entre les gazons & les fleurs* 

MaU cdmikie celles-ci font aufli parfaitesdans les }ar^ 
dins ^Arotlide que dans ceux de Flore m6me , fob- 
fervat^ur de ces beaut^s diverfcs s'en approche. li 
fixe particuHerement fet regards fur chacune d'eHes; 
t^mfport^ d^admlration , il prend fes pinceai:x^ broye 
fe9 plus pr&ieufes couleuf s , Te voue \ imlcer le charme 
& I'eclat des ouvrages pr^cieux de la nature. Le voift 
devenu peincre de fleurs ; & , par la richeffe in^puilable 
^ue cette nature fi riche & fi vari^ fait r^pandfe fur 
toutes les efpeces qu'elle a produites , I'arttfte.qui fe con* 
fiicre \ ce gtnre particulier voit &*ouvrir devant fes pai 
iine carclere qu'U defefp^e de pouvoir parcourir dans 
toute fon ^ndue. Cependant il affocie fouyent aux 
fleurs les animaux : II donne la preference aux oifeaux 
& aux paptUons , femblables a des ^eurs mouvantes ^ 
qui le difputent d'eclat , de brillant & qui I'emportenc 
quelquefois fur celles auxquelles ces ^tres femblent 
venir fe comparer; mals pour revenir ^ nos chevaliers 
que fai transform^s en artiftes y ils ont enfin jett^ leun 
tegards curieux I travcrs quelqiie feuillages myfki" 
rieufement difpof^s. lis ont apperfu deux am^dns*, 8c ^ 
tiouveaux Albanes, ils deviennent les peintres d'hif- 
toire les plus heureux en modules. lis ne voyent plus 
les a^bres qu'en maifes peu d^taillees ; les eaux , les 
Aeurs ne fixent plus leur attention >* le palais n'afFefte 
plus leur regard que dans le loimain y mais les palHgns, 
inais les impreflions que fententj qu'expriment deux 
imurn brAl^s dt toui ki feux de i^amour, yoiU ce- 

j[ae 



[Uigitize-d by Google 



G E J» 417 

tfvit nos anlftes s^efforcent de repr^fentef ^ Sc ce quo 
le poete , dont j'ai tir^ cette image Tenfible , a fi admira- 
blement devin^ & colori^ , que te pcintred^hiftolre peut 
ctoire avoir travail!^ d'apr^s la Hatute en le copiant» 
Mais fi quelqu^artifte, ^ la vue de <»ette fcene, ne 
iajt pas fon objet prefqu'unique d^ la beaute^ portee 
au degrc le plus par fait dans les deux (exes &: oriice 
de$ graces qu'aftime Pamour & que nuance la vclupte , 
il ne fcfa qu^uh peintre foible du premier des genres* 
II parolrra iiifi^rieur encore a l^ambition qu'il a mnntree , 
fi, fiiivant les differentes cjrconftances que le poete SI 
fait fucceder Tune 2I l^autre , il ne parvient pas k ex- 
primer les inqui&udet d'Armide quittant fbn amant^ 
fa douleur eft apprenJmt qu'il la fiiit, fes efforts pout 
Courir apr^s lui , pour I'arr^ter, l*attendrir, le rame* 
m^, & les nuances graduees du trouble, du defefpoir & 
des fureurs qui l*agitent au plus haut degf^. 

Si , porte i. ne pas perdre de vue les acceffoires d'uft 
fejour enchante, il enifeprend d'en, entretenir tou jours 
l*idee dans I'efprlt du ipeftateur, qu*il mette aJors ua 
art infini ^ faire que ce» accelToires ne d^tournent 
pas de I'cbjet plus intereffant qu^il doit offrir j mai^ fi 
toutes ces difficuhes I'effrayent, qu^U rerournre fur fei 
pas & qu'il s*attache aux objets particuliers dont j'ai 
"J)arl6 , en choififfant celui qui convient le mieux i 
fes difpofition*. Jeunes artiftes, il eft important furtout 
<jue vou» nyattendie^ pas trop tard a prendre ce parti ; 
car fi Vous he vous fixex a un genre ^ qu'apr^s avoir 
effuye longtems les degouts que caufent les difBcultes 
de l^hiftoire & 1« peu de fucces que vous y aurez eu , 
il fera fort incertain qu^m pis-aller produifb jamai$um 
^lent du premier ardre. 



Digitized by 



Google 



^i9 GEN 

raugurerai bien mieux de votre r^uflite, fi votis rooi. 
Ites fenti, dhs vos premieres ann^es, entrain^ par vbtxer 
cartd^re ou un penchant inarqu^ I quelque genre que 
ce foit , furtout fi vous vous montrez afTez modeftev 
pour vous r^figner aux volontes de la nature. 

Un merite d'originalit^ diilinguera alors vos ouvra* 
ges, tandis que, it vbu5 ^tes decides par pis-aller> le 
carad^re de la mediocrity annoncera la caufe de votre 
choix y car il (era difficile qu'on ne remarque pas dans 
vos ouvrages une incertitude & une foibleffe qui vous 
fera toujours rejerter des premiers rangs de ce genre ^ 
tuquel vous vous ferez livr^, ne pouvant mieux faire. 
' II eft bien h, prefumer qu^aux premiers momens oil 
Sneyders, Defportes , Van-Huyfum , Eanini , le Lorraia 
ont commence a peindre de preference , les animaux i^ 
les fleurs, lepayfage, Tarchitedure , its ont fenti & 
bnt fait remarquer que la nature les avoir deftin^sJ^ 
leur^^xr^, en leur donnanc tous les fignes d^une v6rt^ 
table vacation. 

Soyez done certains qu'on connok, parmi le noiiibre 
Infini de peintres de genre y ceux qui font places dans 
leurs emplots par la nature; comme parmi les ^nie^ 
diens, on diftingue ceux qui font n^s pour les per- 
fonnages qu*ils y rempliifent avec un fucc^ infpir^^ 
d'avec ceux qui, apres avoir eflay^ de faire les rois^ 
font r^duits de degres en degres a^aire les r61es fu- 
balternes, quHis ne rempliiTent que pour dpubler les 
premiers talens quails imitent mal. 

II en eft ainfi dans les lectres, oil Ton voit des 
ftuteurs s'eiTayer dans les genres les plus nobles^ & 
ne pouvant compofer des poemesjfe r^duire a dea 
laadrigaux. « 



• Digitized by 



Google j 



\ 



GEN '^if 

TI en feroit alnfi dans les emplois dont les hommes 
fe trouvent charges ou fe chargenc avec trop de confiance 
dans la foci^t^, (ila vanite, I'amour pi'opre &Turtouc 
rint^rfit n'y retenoient ccux qui fouyenc en font le» 
mo ins capables. 

.Ne rougilTez done pasde vous confacrer I un ^^/zr^y 
li vous en avez le talent^ mais quittez les pinceaux &: 
prcnez une profeflion honn^te qui ne demande pas les 
talens & les difpofitions qii'cxigent les arts liberaux^ 
li vous ^tes r^duits a effayer tous les genres , pour en 
choifir un que vous pratiquerez m^diocrement. 

Au refte , je ne veux laiffer ^chapper aucune occtfioa 
de vous dire j que fi vous peignez I'hiftoire , vous en 
ferez d'autant plus digne, que vous ne dedaignerez au« 
cun des autres genres. " 

» Faites de grace », vous dira quelqn'un qui a de vous 
I'opinion <{ue doit infpirer un peintre du premier da 
tous les genres , «t faites de grace le portrait de mpa 
» p^re , de mon ami — Ce n'eft pas moil fenre , r^ 
» pondez-vous ; je ne dois pas perdre mon temps i un 
» ouvrage au-deffous des occupations qui m'attachen€ 
• un^iquement : allez chez un peintre de portraits »•; 

Eh I quoi , pelndre un homme, c'eft-J-dire, expri- 
mcr fon cara6l^re , rendre la toilc vivante , exciter Hn- 
t^rfit d'un fils , d*un l^poux , d*un tendre amant , d^une 
ame reconnoiiTante , font des objets que vous regardez 
comme au-defTous de votre talent I Quels miraclea^ 
^n ce cas y ne devei vous pas fairq !. Je vous en crois ca- 
pable, mais j'aurai droit de vous juger avec feverit^^ 
fi votre r^ponfe n'eft diflee que par une fuffiCance d^-* 
nude de ce qui eft n&eflaire pour la foutenir, Sache* 

Ddij 



Digitized by 



Google 



cju'cn^paroiflanttroirla plus haute id^ Aetotre flf| 
yoiis le rabaiflei au concraire. 

Faites done avec plaifir^ zvec mtcrftt , avec fenti* 
menc y I'Image d'un vieillard qui infpire un jufie ref- , 
pefl y comme excellent p^re de famille -, ^un jeune 
enfant qui vous offrirala veritable idee des graces de 
cot ^ge*, d'une femme que I'on reconnoiHe anx rentes 
des formes , fans que vous ayei charg^ les pettts de- 
tails de Ces traits ou exager^ fes agfemens. R^prefentez 
des animaux , des payfages , des fleurs *, & fi vous avea 
un amour-^propre fecret^ infpire par vos occupations 
plus cheries Sc plus difVinguees , faites en forte quece*^ 
objets offrent, fous votre pinceau, par la touche & le 
faire , un cara6l^e qui annonce quMis font peints par 
un artifte au-deflus de ce qu*oii appelle ordinaire* 
tnent peintre de genre. 

Pcintres de genre ^ k votre tour ayee la noble amb!- 
:tion de faire des excurlions dans4es pays qui femblent 
Yous 6tre interdits. Le portrait eft v6tre patrimoine : \ 
la bonne heure. £tudiei cependanc la figure nue 8c 
I'antique , comme fi vous ^iez deftin^ i, peindre des 
heros & des dieux. Ces portraits font tares a faire au-. 
jourd'hui , j'en conviens ; mats vous ne pourez pr^voir 
le fort qui vous attend : exercez-vous ^ difpofer plu^ 
ficurs figures enfemble , vous fortirez plus facilement 
dc la routine \ laquelle vous yous habituez , en n'en 
compofant qu'une feule. 

Feintres payfagiftes, peignez (buvent la figure; fi 
non , par la difiicult^ qu'elle vous oppofera , vous feret 
rcduirs^ ne peindre que des deferts^ou des pays ha- 
bices par des honunes eftropi^s. 

Pcintres d'ani;naux > fi youc y9ttl«3i que les cha/Tea 



Digitized by 



Google 



fj E N 42ir 

4pli VDus ffiprlfefitez plaifent , faitet que nous nous 
troyons tranfportes dans^ les fosfits oil elks le paffent ^ 
^iie l*on s*y voie i la fuitc des chiens que vous peigncx $ 
* que Ton imaigtne parcourir ccs beaux fites qu^^mbeli* 
liiTent tous les accidens & ecus les charmes de la v^ 
getatioa. $i vous vouliez aufli que vm troupe^aux ,>o» 
moutons^ vos vaches me rapdlent les mcsurs & les 
terns de Jacob & des Patris^rches, que j'appergoive 
que ces tniinaux font heurenx d'errer dans de beaux! 
paturiages. Que leurgardien paroifTe jouir du doux re-* 
pos d'une vie fimple, 8c quUl femble exprimer ce 
ibndment fur le haut-bois champ^tre. 

Enfin vous qui peignez les fleur» & Fes fruits , joignez^ 
I, la repr^entation de ces objets pr^eieux les . ^tres qui 
en apptochent le plus : (l> vous n'accompagnez pas 
fouvent les objets dont les beaut^s font inanim^es , 
d*^.tres vivans , vos tableaux paroltront snorts , & peu« 
i^-peu yous vous reftreindrez par routine 8c par non- 
chalance, i une vingtaine de flours & de fruits que 
vous combinerez dans quolques vafes y comme un poe:e 
fans g^nie combine un certain^ nombre d'exprefTions ^ 
de mots poetrques & da rimes. 

Tout artHle de genri^ qui croit voir dci bcrnes 1 
ion talent, retrecit ces bomes quil a imaginees , de 
mani^re^ qu*k la fin elles Pemprifonnent. 

II eft cependant vrai quele deCr ambitieux d^-end-^ 
leS' genres, peut ^garer quelquefois les artiffes qui Irs 
pratiquent *, mais tout ootifid^r^ , s'il faut tonrber dans 
un defaut , choififTei plutAc celui-ci^ que 4'autre. 

Enfin pour terminer cct anicle , tons les genrej^, 
tron-feulement s'avoifinent,n|[air(e pen^trent. Ce font 
|e# ouances d'une couleur^ done participent toutlit 



Digitized by 



Google 



^2 G L A 

celles qui ravoUment. {Article it JH^ J^Antnr.^ ,^ 

G E R S £ (adj. ) On^ dit d'un tableau doat la coa* 
leur s'enleve par ^cailles , qu'il eft gcrfcm 

G I 

CIGANTESQUE ( adj,) ne fe prcnd pas en bonn^ 
I>art. Quan4 on dit cette figure eft giganufqutj on 
n'entend pas qu'elle eft d'une grandeur fublime , mats 
qu'elle eft d'une grandeur outree. 

Quoique le collofTal foit d une proportion bien fu^ 
p^rieure i^ la nature , & deftination n'eft pas de parottre 
gigantefque , mats de prefenter d'un point de vuc ^loigo^ 
les proportions de la nature. 

Un collofTe doit 6tre vu de loin , dans une grande 
place J fur un Edifice ^leve , ou fur un focle qui I'e- 
loigne de I'oeil du fpedateur. Pofe fur le fol dans un 
lieu etroit , 11 deviendroit gigantefque , & blefTeroit la 
vue. 

Une petite figure dans un lieu vafte n'exciter«it pas 
rattention. La ftatue de Louis XV, vue de la portc 
du Palais des Tuileries , pique la curiofite ; on fe Mte 
d'approcher pour jouir , i une jufte diftance ^ i^^ 
beaiites qu'elle promet dqa ; quand on arrive fur la 
place oH .elle s'cl^e y on en embraffe I'enfemble ; on 
fi'approche davanrage pour en admirer les details v maif 
fi I'on pouvoit monter fur le focle j elle deviendroit 
pgantcfque, (^Article de M. Levesqub,) 

GL . 

GLACIS, (fub ft. mafc.) fignifie, en terme depein- 
ture, I'effet que produit une Qouleur tranfpareme qu'on 



Digitized by 



Google 



G L A 42| 

Applique leg^rement , & en en frottant une autre qui 
fe trouve dejaplacee & s^che. La couleur avec laquelle 
«n glact doit laifer appercevoir celle qui fe trouve 
cleiTous, & lui donner, par le choix qu'on en fait, ua 
COB plus brillant, plus colpr^ , plus fin <jue celul 
iqu'elle avoit , & qui coiitribue par«*la \ la vigueiir 40 
I'harmonie. 

On ne glace qu*avec des couleurs qui ont pcu de 
corps ) qui ne font pas propres ^ empdter , qui font 
tranfparentes , telles que ies laques^ lesjiils de grain. 

La mani^re de glacer eft de frotter avec une brolTe 
tin peu ferme la couleur dune on forme le glacis ^ fur 
celle qui doit en voir augmenter Ton luflre. II refte ^ 
en consequence de ce procdd^ , fort peu de la couleur 
avec laquelle on glace fur ta premiere ,| ce qiii ^ 
joint k la qualit^ n^celTaire aux couleurs pour qu'elles 
foient propres i faire d^s glacis , doit laifler craindre 
avec ratfon aux peintres qui fe fervent de ce fnoyen , 
^ue I'effet brillant qu'ils ambitionnent ne foic que paf* 
fager , & qu'il ne s'evanouifle ou ne s'^vapore avec la 
laque ou le ftil de grain qu*ils employent. 

Au refte, cetre pratique a ite cependant mifc ea 
ufage p:^r des maitres celebres. Rubens I'a fouvent adop* 
tee, pour rendre fon coloris plus brillant. 

l.es glacis font audi tr^s-propres ii accorder un ta- 
bleau , & a le rendre plus hdrmonieux ; mais , je le 
r^p^te encore , Ies dangers que font courir Ies couleurs 
qu'on eft oblige d'employer, font plus grands qu^ 
I'a vantage qu'on en retire. 

Le merlte d'un tableau peint, comme on die, i 
pleine couleur & dans la pdte ( lorfque cette couleur 
-n'eft jpai tournuntie^ Ik que le fond fur lequel oa' 

Ddif 



Digitized by 



Google 



^If <a L A 

feint eft fblide ) I'emporte fur !e brillant paflager Set 
tableaux oii I'on prodi jue avec adreife Part de glaeer* 
La cotileur employee- comme ]e Pal dit, fe commo 
I'a fait la plus grande partie des peintres oel^bres , at 
I'avantage dene point s*alterer,& &'il s'opire quelque 
changement par TcfFet du terns , tl c^ \ I'avantagc 
de cette mani^re de peindre franchcment , parce qu# 
ies tableaux oil elle eft employee prennent en vieil- 
liflant un ton plus vigoureux & plus d'accord, tandis 
que Ies tableaux oil Ton s'eft fervi ^es glacis , fe de* 
faccordent partiellement & perdent ou par I'evaporation ^ 
ou par Ies plus petits foins qu'on prend pour Ies net- 
toyer , le brillant pen folide & la leges^te de leur 
glacis. 

Ceft aux artiftes qui doutent de ccs v^rites \ faire 
des epreuves plus propres a Ies convaincre que Ies rai- 
fonnemens, Ce feroit aufli i la chymie , dirigee par 
Ies peintres ( fi elle^daignoit fe prSter a cette condeP- 
cendance) l. eclairer fur la nature phyfique des cou- 
leu'rs , & a en d^couvrir de folides ou fidcles , qu'ott 
fdt fubftituer a celles qui ne le font pas. 

II y a beaucoup a defirer fur cet objet & jamais 
roccafion n*a it^ plus favorable , puifque la chymie 
eft plus eclairee & plus repandue que jamais , & que 
Ies lumieres philolbphique^s doivent engager Ies fcien- 
ccs & Ies arts k fe porter une bienveillance mutuelle , 
& \ s'alder fans ceHe , comme la charit^ morale ^ dani 
' Ies fiecles oil I'on s'enoccupe, pr^che aux hommes d« 
fe fecourir & de sV'mer ( Article de M. JVjtelet. ) 

Le C L A c I s eft alnfi nomme^ du mot glace dont 
11 imite la tranfparence. II k'emploi^ principalement 
itM ^ peincure i jL'huUe. 



Digitized by 



Google 



f5LJl ?«# 

(?eft* une coiiche de eouleur tellement leg^e qu'ell^ 

^Soic l9ufi*er appercevoir la teinte qui eft deffi>ut* 

* 
II y a del peintres qui peignent en glafone m6md 

/iU frendtr-cQup \ comme Rubenft & Ton ^cole. Alors 

Vimpreflion du tableau fert a la teinte que prend le 

glacis y Be fait parcie de la mani^re de peindre de 

I'artifte qui I'emploie. Les glacis placet ainfi fur des 

yhriSs bien fees, font durables, lagers & puifTans ie 

teinte. 

Mais I'ufage je plus g^n^ral des glacis eft de donner ^ 
d'apris la premiere couche , les teintes ii. volenti far 
diverfes parties de Touvrage, d*en augmenter la ri- 
gueur, la legeret^, I'harmenie , & d'alTurer la juftelT^ 
des effets de lumi^re. Alors le gUcis eft un moyeit 
'efficace de perfedion pour l*art, & un remade aux 
4^fauts^chappes dans la premiere couche* L'ancienr.e 
£cole Venitienne , & beaucoup de peintres franf ois onic 
u(e de glacis dans cette intention. 

Quelque foit le bon effet du glads fuf un tableau 
^6\k peint pour donner de la puiffance k cerraine« 
couleurs &. pour mettre , comme nous difons , les ac^ 
cords ^ c'eft phyQquement un moyen funefte au ta- 
bleau. L'auteur I'emploie peu de terns aprfe avoir fini 
fon ouvrage V^nj la pate \ les huiles de I2. premiSrc 
couche ne fonr pas encore evaporees. On rep^nd par 
le glacis ^n efp^ce de vernis ou de glace *, mala 
I'huile de la premiire couche n'en tend pas moins \ 
poufTer au-dehors , elle fe trouve arr^tee (bus le glacis j 
& y forme une croute d'un jaune noir qui donne cett# 
teinte aux patties glacees, 

C'eft prkicipalement I i'ufage frequent des glaci0 



Digitized by 



Google 



^ue beaucoup di'excellens ouvrages doivent fa tAftf^ 
noire qui les gite. ^ 

A ce propdf , il n'eft pas inutile d'obferver que lei 
gens ignorans dans la pratique de peindre & qui fe m^ 
lent de n^toyer les tableaux ^ ne favent prefque jamais 
diflinguer les parties glacees de celles qui ne le Xbnc 
pas : d*oii il arrive que ^ voulant enleyer tout ce qui 
leur parott craffe & falet£ dans cenains endroits , ila 
|>aryiennent audi 1^ tout 6te^ jufqu'i la premise couche 
exclufivement^ qui alors leur paroit 6tre le vrai ton 
du tableau. Ces endroits cependant , trop cms pour les 
parties de pdti laiffees par I'auteur fans glacis , 6tenfi 
dl'autant plus I'harmonie cAtre les teintesy que les f^cis 
€Nit et^, comme d'ordinaire, plac^ fur les parties 
ombr^es. 

Mais ce point eflentiel fera plus amplement difcnt^ 
dans I'article netoyage, Revcnons 2i I'art de glaetu 

Puilqu'il n*y a point d'autre moyen connu de re^ 

toucher les tableaux i I'huile , nous allons nous occuper 

de pr^fenter les proc^des qui nous ont paru les plus rai« 

' fbnnables pour produire; le moins de changement pof- 

nble dans I'ouvrage. 

i^ II faut ie faire une loi de ne jamais glactr avec le 
t^Ianc de plomb ni les autres couleurs minerales , telles 
que le pinabre , le minium , le jaunfe de Naples , &c* 
sion - feulement ces couleurs produifent des glacis 
tourds & d^nu^s de cette tranfparence qiii doit former 
leur caraS^re ; mais elles jaunilTent & changent de 
feintes par TefFet de l*air exterieur, lorfqu'elles ne font 
pas mSlees arec des terres. 

x*. On ne doit pas glactr avec des teihtes dans lei^^ 
ifueU il entre du blanc^ car Tobjet feroit de diiainucr 



Digitized by 



Google 



G L A 41-^ 

lime tetnte trop brui^ & ce but ne ferolt pa$ rempll* 
Au bout de quelques terns , les parties de blanc mSl^s 
avec les huiles & les autres couleurs acquiecent de I'e* 
faiifeur, & perdent le peu de tranfparence qu'elles 
•voient quand Qtt les a poTees. Le b^un du delTous dif* 
parott , le tableau prend un ton blafard , & deylenc 
monotone & plat. Carle Vanloo , dans fes dernlers 
ouyrages, gla^oit ivec toutes couleurs, content de 
Peffet brillant qu'elles faifoient en Ibrtant de Tea 
mains. Cette m^thode malentendue a caufe I'^trange 
changement qui s'eft op^r^ en peu d'annees dans le 
,coloris de fes tableaux. On pourroit citcr plufieurs 
autres peintres de notre ^^ole qui , par Temploi des 
glacis de blanc & autres couleurs IVurdes ou min^rales^ 
voyent p^rir leurs tableaux avant eux. 

9^. II eft aufli des terres, telles que les ocres^' 
qui glacent iitRcilement &rans tranfparence, k moins 
qu'elles ne foientd'une legeret^rare> broy^es excefll* 
vement& employees avec beaucoup d^intelligence. 

4^. Les meilleurs glacis fe font avec des couleurs 
l^^res, faites de fucs, de rejfine &c. telles que les 
carmins y les laques ,^ les ftils -de - grain y & furtouc 
Tafphalte & mieux encore la mumidy compofee de re- 
fines J elle fe trouve dans le corps des momies & fai- 
foit leur embaumement. . On glace encore avec les 
cendres d'outremer broyees a un d^gre impalpable. 

J**. les glacis de ftils-dc- grain , laques, bleu de 
FrufTe &c. noirciiTent par la nature des couleurs dont 
sis font formes i mais on afFoiblit cet inconvenient par 
les petits foins qui vont faire le fujet de cet article r 
lis confiftent dans le choix des huiles a employer. On 
employe ordinairement celles qui font fecativej^ & avec 



Digitized by 



Google 



f a9 nLM 

raifon, pares qiie c*eft le ctr^&ere den glacis ietecflif 
tr^s-difScilement. L'huile appell^ huiUgraffe^ eil celle 
^ui Eric fecher les couleurs le plus rapidement ; «i:|is 
elle eft brun« par la nature des drogues qui la com* 
^fent & par fa cuiffon. Ce d^faut crolt encore arec 
Ic terns. II feroit done bon d'employer det huiles ieca« 
. jtives blanches , dans lefquelles il n'entrdt pas de terre 
4'ombre & qu^on ne fit pas cuire. Si la faifon eft hu« 
mide & qu'on ne pr^fume pas que les glacis s^chene 
«i(emeRt, on peatmfileri cette^uile blanche unpea 
fle yernis. Les Flamands en ufentf dit-on , en peignanc'; 
& quoique ce moyen paroi^ contribuer i la trop gran do 
fecherefTe & i faire ^cailler les peintures, cet acci^ 
dent eft moindre que la noirccur que I'huile gralTe 
brune donne \ I'ourrage* 

Ces diverfes obfervations ' pratiques tiennent telle^ 
Alenc \ I'art des glafis qui eft lui-m^me un point 
il'exteution , que nous avons €t^ entratn& k les expofer > 
f uifque d'elles depend I'effet des glacis & parconfe* 
Quent l%amionie de tout I'enfemble d'une nuchino 
(ittorefque* 

Concluons par dire que I'ufage des glacis ne peut. 
guire avoir un fucc^ folide, que lorfque le peintro 
I'employe Hks la premiere couche : mani^re qui cara&- 
t^rife ceux de Rubens & de (on ecole. Les glacis em- 
ployes par eux fiir une impreffion ou une ihauche vieilla 
fc dure , routes difpofees \ les recevoir , ont peu chan- 
gie \ mais aufli quel peintre jaloux d'une grande recher- 
che de formes pourra, fans reventr fur fon ouvrage, 
r^unir du premier coup le coloris & I'eftet i toute« let 
parties qui dependent du deffin \ 

2I0US avons dit que Xez glacis s^employolent prind« 



\ 

Digitized by 



Google ^ 



15 IP %2H 

|i^Tement Sans les* peimures a Phuile. Cependanc U 
en exifle dans la ddtrempe & dans la gouache^ genres 
dans lei'quels plufieiirs couleurs, places an fecond coup^ 
donnent, par leur tranfparence ^ des teintes riche^^ 
Tives, & y]goureures« 

fart de glacur fur leun^t aux avec I'email , produif' 
Ae» couleurj tranfpareiitef ^ travers lefquelles brillet^t 
les polls , <& m^e quelques travaux fur l*or. Ces gla^ 
cis prennent le nom d^imaux clairs, Cette methode , 
emplo/^e . poi^r les bijoux , a 6t6 renourelHe de nof 
jours par M. Aoibert , peintre ^n ^mail du Roi, & c^- 
^ebre artifte en ce genre. 

La methode det giacis fur le papier ou le taffetas^ 
pour ftire dejs tranfparens •, celle de glacer fur le fer-^ 
Wane pour les deporacions tiennent, au metier dxL pc'm\ 
mreur. ( Article de ^. Kqbin. ) 

GO 

COTHIQUE ( a4j. )» ce ^}^^ «ft ^^* ^* mani*r« 
Introduitc en Europe par les Goths, conqu^rans d'un« 
grande partic de I'Empire Romain : 6criture gof^/^M^, 
architefture goikigue, peintnre, fculpture ^ror^/^ww^ 

La roideur , la maigreur dei formes conftituent !• 
caraftdre de cette maniere dans la fculpture-, ilfaut, 
pour la peinture, ajouter i ces vices celui des toiHi 
Vruds , des couleurt emigres , & , pour les deux genres^ 
Vabandon abfolu de la nature. Les artiftes ou plilios 
les •uvriers gothiques faifoient les figures courtcs, ley 
cheveux fans Hgeret^, les draperies fans fouplefle^ 
Comme ils ne connbilToient dans le deflin ni le me- 
lange des lignes arrondie$&: m^pla;e5, ni Tartd^XT 



Digitized by 



Google 



liSO GOT 

primer les raceotircis , ils ne pouroient donner iemad^ 
vement i. leurs figures. La fauvage inflexibility de leur 
arc ne leur permettoit pas de connotcre I'expreffion. 
Leurs figures fuppofees viv^antes n'^toienc pas plus ani- 
m^esque les figures mortes done ils chargeoient lev 
xombeaux. Ce qui ne fe peut expriiner que par de fk^ 
v^tes indications, comme le payfage^ ^toit chez eux 
.encore plus inauvais que tout le refle. Des bitons 
furmont^s de quelques feu i lies , telles qu'oft les fait pour 
les deflins les plus conununs de broderie, ^toient des * 
arbres^^c. 

Ce qu'on appelle I'architefture gothique zroit Ce9 
graces ; mais elle n'appartenoit pas aux Goths '^ on en 
uttribue I'invention aux Sarrafins. Elle imite le» ber*- 
ceaux de feuillages , & cette Imitation fuffiroit feule k 
prouver qu'elle fut decouverte par unpeuple qui ha-^ 
Ibitoit des pays ehauds. 

La peinture, la fculpture des Goths annon^oienc 
leur ignorance; elles^toient telles parce qu'ils ne pou- 
roient le^ mieux faire. On ne doit pas dire qu'el])^ 
^oienc d^grad^es par le mauvais goAt; mats qu'elles 
^toient encore dans I'enfance. Pline nous apprend que 
chei les Grecs, cesdeux arts ont palTe par le mSme etat ^ 
& s'il nc nous I'avoit pas appris , nous aurions pu le 
4eviner. 

On peut voir j dans beaucoup d'anciennes villes, 
fdes exemples de la fculpture gothique. On apper^oit 
encore quelques reftes du caraft^re^ gothique en pein- 
cut;^dans les ouvrages de L^nard'de Vinci > dans ceux 
du P^rugin , & m^me dans les premiers tableaux de 
fts^aiiK Mais pour bien connoltre ce catadtete^ tl 



Digitized by 



Google 



G O U 4J« 

ftut voir le$ miniatures dont fiint orn£s les vi«ax 
jnanufcrits^ < 

Michel-Ange eft le premier qui I'ait entiiremenv 
abandonne dans Ton de(fin> mais dans ia iutte contre ce 
defaut , il a donne dans le d^faut contraire. II a charg^ 
les formes pour s'eloigner de la maigreur gothique ; 8c 
pour vaincre I'inflexibiHt^ goth^quty il a outre Je« 
mouvemens. Les artiftes gothiquts n'annon^ oient aucun 
mufcle •, Michel-Ange a fortement exprim^ juft]u'aux 
mufcles qui reftent oififs. C'eft ainfi qu'en voulant 
^ombattre une opinion , on fe porte ordinairement juP- 
qu'a I'extrdme de I'opinion contraire, lorfqu'il faudroit 
garder ua jufte milieu : c'eft la marche de la nature j^ 
& elle eifcufe Michel-Ange. Cette obfervation n'auroit 
pas et6 inutile i fes critiques & 9i fes imitateurs. ( Ar^ 
^icU de M. LEVEsquEl ) 

GOUACHE, ou plutAt GOtJAZZE ( fubft. Urn.) 
Ce mot vient de ritalien gua^^^o/ 

La mani^re de peindre qu'on d^gne par ce non& 
left une des plus anciennes de celles que nous con- 
fioifTons , (i ce n'eft pas celle qu'on pent regarder oomilie 
ayant precede toutes les autres. L'eau eft fans doute I0 
inoyei\ le plus facile & le plus naturel de donner i 
des mati^res colorizes, mifes en poudre, la fluidit^i 
necefTaire pour qu'on puifTe les ^tendre fur desfurfaces 
& les y rendre adherentes. Les premieres couleurs ont 
fte vraifemblablementdesterres & des pierres brdyeea |i 
qu'on a rendues liquides par lemoyen de I'eau ^ maif 
co^ime I'ufage a fait voir que lorfque I'huj^idic^ de^ 
ces couleurs ^toit totalement diffip^e , elles n'etoienc 
plus retenues & quittoi^nc trop aifemeQt les corps fur 



Digitized by 



Google 



ff4 GOtf 

lefquels on les avoit •mploy^es , on a cherctii H Iei£r 
donner plus de confiftance par des jnelanges de ma<*^ 
litres vifqueufes ; alors.les gommes que certains arbres 
fourniiTent abondamment| qui fe diflblvent aifemei^t 
dans I'eau, & qvi» par leur tranfparence , n'alterent 
pas let couleurs , fe font offerees naturetlement poui' 
cet ufage. La gouache n'eft autre chofe que cet apprSt 
fimplede couleurs broy^es & dela)n»es dans de I'eau^ 
«[ue l^on charge plus ou moins d'une difTolution de 
gomme. 

On employe lea couleurs, ainfi prlpar^es, fur routes 
fortes de corps: principalement fur la toile, fur le 
v^lin, fur le papier , fur I'yvoire , & on fe fert com- 
fnuo^ment de la gomme arabique , que Pon fait fondre 
dahs Peau , comme on le fait aufli pour peindre en mi^ 
rUaturi; apr^ aroir proportionn^ le melange de U 
gomme avec les difterentes couleurs , tfelativement I 
ce qu'elles en ont befoin , on couche ces couleurs , & 
en les empite, c'eft-i-dire, qu*on les ^tend avec une 
certaihe ^paiffeUr qui leur denne du corps , ce qui n'a 
ps(s lieu dans le lavis nl dans la miniature. II efl 
des couleurs qui demandent ^ jStre gommees les unet 
plus ^ue les' autres : Texperienpe donnera des regies 
i cet ^gard , & les inconv^niens qu*U faut 6vifer fer* 
yironc a les etablir. 

Ce* inconv^niens font que les couleurs ffop pea 
gomm^es tombent en poufli^re , lorfqu'elles fonts^chel 
ou qu'elles font cxpofees k quelqiie frottement. IPun 
autre. part , elles s'ecaillent, fe fendent & ft d^tachent 
par murceauxy' lorfqu'elles font trop gommeos. Dei 
eltais faciles i faire , inflruifenc mieux que tout ce 
i^u'p^ ^urroit dire \ c^ fujec,^ 



Digitized by 



Google 



G O U 433 

La gouache eft tr^ - propre a pein'dre le ^payfage 
<fa|;res nature* Elle fert a faire des efquiflfes pour de 
grandes compofitions. On I'employe pour les decora- 
tions de theatre, pour celles ^qs f§tes , pour des 
perfpedives. Cctte maniere de peindre eft prompte & 
exp^ditlve; elle a de I'eclat. On doit fe mettre en 
garde en la pratiquant, contre une fechereffe qui, 
danscecte forte d« peinture , provient de ce ^ue les cou- 
leurs fechant promptement , ne permettent pas de 1^ 
peindre , autant qu'on pourroit k fouhaiter. 

L'artifte qui n'a pas ie tems neceilaire pour d^^rad^r 
les teintes, pour fbndre les nuance»'& pour accorder 
finement tout I'ouvrage , laiife ^chapper des touchei 
dures\ des paiTages heurtes & des tons cruds , qui 
exiftent plus rarement lorfqu'on peint a thuilt , parce 
qu'elle fe s^che moins promptement. 
. La mmiature, dans I'ufage de laquelle on cherche 
i ^v^iter cet inconvenient, en pointillam , comme ^o j 
le dirai , tombe dans un autre d^faut , &. il eft aufli 
ordinaire de voir des gouaches trop dures, que des 
miniatures dont la douceur doit dtre appellee molleite^ . 
• 

J5/2 modus in rebus , funt certi demque fines ^ 

Quos ultra citraque nequit confiftere reSum,^ 

Ceux de mes leftcurs qui veulent conqoltre avcc 
plus de details ce qui concerne Ib, gouache y trouveront, 
ces details au mot peinttire, oi^J'ai rapporte par divi- 
iions ces differens procedes. (^AnicU de M. Watelet. ) , 

G O U S T O S R ( adj. > mot forme de I'itallen 
gufiofoy & adopts dans nos atteliep. 

Tome IL Ee 



Digitized by 



Google ^ 



434 . GOU 

1 8 gouftofe n'eft pas le goAt & encore xnoins le grand 
goikic. II ^onfifle enticement dans la [manoeuvre , & 
iiidique un falre badin &c facile. II ne peat fe trouvet 
avec le ^endu precis, lefini precieux, puifque ce font 
des indications adroites qui le conftituent. II a beau- 
coup de rapport avec le mot efprity (voye:^ Esprit) 
& avec ce que nous dirons du ragodt dans Particle 
Gout. 

Le gouftofe eft I'oppofe du fevCe. Dans le fev&'e, 
tout eft exprim^ d'une maniCe pr^cife ; dans le gouf" 
tofe ^ tout eft indiqu^ d'une maniCe badine. 

Une irr^fblution fans timidit^ entre avantageufe* 
ment dans le gouftofe-. dps contours Vnultiplie^, plac& 
les uns aupresdes autres, rentrant les uns dans les au- 
tres ; des touches d*abord ind^ifes , mais dont I'ind^* 
cilion eft enfin. termin^e par une touche ferme ; tque 
cela , fait en quelque forte en fe jouant , obtient le 
nom de gouftofe, & s^appelleroit g^ne, fatigue , ind£- 
cifion fi I'on y fentoit la peine. 

Une efquifle gagne beaucoup i 6tre gouftofe ; un 
grancl tableau, dont le fujet a lui-m^mr de ia gran- 
deur,, exige en g^n^ral de la fev^rit^. • 

La maquette dnin fculpteur peut £tre gouftofe : une 
ftatue ne doit pas I'etre en g^n^ral, mats feulemenc 
dans certaines parties que l^art indique plutdt qu'il ne 
les rend , telles que les cheveux &c» 

Rembrandt ^oit gouftofe ^ Metzu^ Mteris ^roienc 
jprecieux, 

Le gouftofe convient au payiage^ 11 trouvf moins 
lifement place dansThiftoire, il nuiroit i I'accord du 
faire dans un tableau dont certaines parties feroient 
ibigneufement termin^'es. II eft plus propreque le fini 



Digitized by 



Google 



G O U 4^f 

& traiter les animaux i^ longs poils, les brodailles ,' les 
herbages, les mafures, les edifices riiines & tout ce 
dont I'art ne peut exprimer les details fans toihber dans 
la lechereflTe & le leche. . . 

La gravure I. I'eau-forte doit fitre goujlofe, II eft 
bon d'egayer par des travaux goi^Jlofes bien places la 
froide €everit^ du burin. (^Article ie M. Levesque, ) 

GOUT,(fubft. mzCc.)Le goilt dans les beaux 
arts , & par confequent dans la peinture , eft un fen- 
timent delicat & fouvent tres-prompt , desconveianoes, 
bu des conventions. ' ' ^ 

II faut diftinguer le godt qui jouit, du goilt qui 
opere*, nonqu'ils foient efTentiellement difFcrens, mai^ 
parce que I'un agit avec promptitude &: I'autre avec re- 
flexion. Du refte tons deux ont egalement pour bafe 
ce fentiment delicat dont je viens de parler, qui ( je 
le repete ) fe deci4e d'apr^s les convenances , ou d'a- 
pr^s les conventions. 

Le goUt appuy^ fur les convenances a plus de perfec- 
tion & de ftabilit^ , P^^^^ ^"^ ^^* convenances exU* 
tent plus generalement & font fujettesa moins d'infta- 
bilite que les corfventions. 

£n efFet les convenances naifTent de la nature meme 
des thofes & dies homrties, je veux dire, d$ ce qu'ils 
font ^ITentielicment & de ce que par confequent , ils " 
. doivent 6tre les uns a I'egard des autres dans I'ordre 
general: fi I'on confidere les convenances relatives ent 
aux hommes , elles confiftent dans les relations & les 
rapports indifpenfables qu'ils doivent etablirentre eux, 
ou qui b'y ctabliffent naturellemem pour leur plus grand 
avantage* i 

Eeij 



Digitized by 



Google 



43(5 :GOU 

Le godtz^mi fur les conventions eft plus reftraintf 
parce que les conventions n'embtafTent pas I^s chofes 
ni les hommcs en general , & tie s'etablifTent le plus or* 
dinairement qu''entre un cisrrtain nombre d'honunes : 
aufTi les conventions different encre elles dans les diffi^- 
rents climats ,. dans les terns divers, dans les diveries 
focletes & jufques dans leS plus peutes portions des fb» 
cietes. 

V C'eft par ces. raifbns que le goilt jqui nait des con« 
ventions peut 6tre ^tablifur tant de bafes, & fi mul^ 
tiplie .qu'on le regarde eniin comme arbitraire. Auils 
voit-on parmi nous tr^s - frequenunent , par exemple j 
que le goilt de la cour , n'eft pas celui de la. capitale y 
ni ce dernier, celui des provinces. Deli, r^fulte en- 
core que Phomme^ vulgairement appelM homme de 
goUe , fe peut confiderer foixs tant -d'afpeds diff^rens , 
& qu'enfin chaque quartier d'une grande villc , & juf- 
qu'a chaque cotterie particuli^re a le fien quia^fera 
point celui d'une autre. 

C'eft par une Tuite des mSmes raifons que fi le goiit 
qui blelTe certaines convenances generates , mais qu'au- 
tprifent certaines conventions , peut ufurper quelquefois 
les droits du boA goUt , le go/it qui convient au plus 
^rand nombre d$s convenances, parvienc t6t ou tard 
i. reprendre fes privileges , & k faire profcrire le gotU 
purement conventionel. 

II etoit n^ceflaire de prefenter ces id^es ^^n^rales p 
avant d'en faire I'application aux Beaux-vArts, & en 
pa^ticuUer I la peintiire ; d'apres ces baf^s donn^es , 
on con^oit que le godt ^ fbnde fur des conventions ^ 
peut , m^me en bleflant certaines convenances , paflef 
quelquefois pour 6tre le bon goUti mais q^ue Tarafto 



Digitized by 



Google 



GOU '457 

cm Victtvzin qui, fans ^gard pour Jei caonvemions 
fujettes i changer , (atisfait le pliis grand nombre de» 
convenances invariabres , eft enfin, t6t ou tard , gene-' 
ralement regkrde comme ay ant fuirt le bon godt^. . 

C*eff done par cette ralfon qi^e ce qyl eft genera- 
lemenc d^fign^ par fe nom de chefs -tfoeuvre, entre 
les produftions des beaux-arts , eft admire dans plufieurs 
pays cKfKrents , &: pendant deiokgues fuires de fi^cles, 
quoique ces chefs-d'oeuvre foient con^raires a un grand 
Hombre de conventions etablies. 

Mais il faut obferver pareillemept que comme'la per- 
fe£lion complette des ouvrages de Tart eft-au-defTus 
des efforts de rhumamt^v on doit trouver I, reprendre* 
m6me v dans ces ouvrages admires qui furvivent aux 
changemens des conventions, parce que Pon y pent ren- 
contrer quelques defauts de convenances. 

Je peitfe que d'apr^s ces explications , on pent fe 
reiidre 1^-peu-pr^s compte de tout ce qui parolt le pfus 
ordinairement obfcur, incertain & quelquefois contra- 
difioire daiis les idees qu^n a du godl.' 
^ LTliade, le,Laocoon, le cKoix des ouvrages de Ra- 
phael & des grands artiftes , fatisfont^tellement le plus 
grand'ttombre d^s convenances general es, & celles 
qui ont rapport aux arts liblraux, qu'ils obtiendront^" 
tant que les hommes ne redeviendrdnt pas barbares , liss 
liommages qui leur ont 6t6 decern^s*. 

Quant aux ouvrages dans leiquils on ne s'eft con- 
forme qu'i certaines conventions plus du moins diifa- 
btes, ils peuveht avoir un fucc^s quelque fois briflant 
& qui dure autant que pes conventions exiftent ; mais* 
femblables.i des m^t^ores, on les voit perdr^ tubi- 
tcment l«ur ^ekt^ St cequi avoit excit^ I'idmiratioil 



Digitized by 



Google 



458 O U 

^prouve (bnvent le in^pris. C'eft ainfi que plufieura 
opinions, plufieurs preferences dans les ouvrages d'e^ 
prit & d'arts, ont fin i par ^tre.livrces au ridicule fur 
le th^tre, apr^s que la mode les edt fait regarder 
dans des' cours brillantes ou des fociet^s renomm^y 
comme les refaltats &: les prononces du bon godt. 

Le veritablement bon godt tient done i Vim6r&t ge- 
neral ; car cet intcrSt a pour bafes les grandes & g6- 
li^rales convenances. 

Des principes generaux que je viens d'enoncer, on 
doit infi^rer, entr'autres chofes , que. pour acquerir & 
cdnferver la purete du gaUe qui appanient aux arts^ 
les peintres doivent s'inftruire par la ledure, parr 
I'etude des bons ouvrages , & fe rendre compte par la 
meditatioii de ce^qui conftitue les v^ritables conve- 
nances. Habituez-vous , jeunes difciples , a les refpe6ler , 
elles re'gleront vos moeurs , ^votre conduite & dirige- 
rpnt votre talent. 

Pliez-vous cep^endant I certaines conventions pour ne 
pas vous fingularifer ; mais non pas dans ce qui re- 
- garde la perfeftion de I'art , fuppofe qu'elles yfulTent 
centraires. Defendez-vous, relativement i votre talent, 
de vous laifTer entrainer par les conventions paflag^res 
& fouyent extravagantes des modes y par la recherche, 
I'affedation & les lingularit^. CeS erreurs ibnt origi- 
nairement Touvrage d*uiv individu dont vous devien- 
driez liss difcipjes, gc vqus ne devez I'^tre que de.la 
belle nature. Les modes ne (bnt adopt^ejs.que par une 
foci^te plus ou moins nombreufe, & vous devez avok 
poMi- but de plaire a toutes. 

£nfin les (ingularic^s font dans les arts , ce quelles 
font dans la nature^ c'eft-a-dire le plus ordinaire* 



Digitized by 



Goog^le 



iG O O 4J^ 

ment, ies monffres. X^st beaute, quoiquMIe (bit tr^- 
rare, n'eft pas une fmgularite; elle eft la perfe6lioti 
des chofes. La fingularit^ n'eft le plus fouvent qu'une 
iifformh&y &, dans Ies ouvrages ies hommes, la 
beaut^ ne fe fouftrait pas aux loix de la raifon , tandii 
^ue la fifigularite fe fait gloire de s'en affranchir. 

Je finirai par recommander aujt artiftes de fe defier 
*e prendre pour modifies Ies ourrages qu'bnappelle ou*- 
vrages de godt. lis font fouvent manier^s i Hs petivent 
Ifi^duire ', mats prefque toujours ils ^garent; car TafFec- 
tation & la mani^e,qu'on nomme fouvent mal-i-propos 
goUt & efprit, ne font que le mauvais^^ 8c Tefprit 
denu6 de raifon. 

II 0it,k I'^ard de la pelmure coxnme des autres 
arts , des hemmes de getlt , des juges du goUt y & pour 
I'ordinaire ils font partie des claiTes de la foci^t^ qui 
peuvent inflHer par leurs opmioits & leurs decifions (ur 
le fort des arts & des artiftes. Soppofons que chez un 
peuple doux , qui auroit nn penchant pres^marque i 
fe modeler fur ceux qiii jouifTent des drftindions dtfes 
aux rangs, aux titres Sc qu'on n^accorde^jue trop fou- 
vent m^me I la rii^hefre ; fuppofons ( dis-je ) que le 
plus grand nombre des hommes diftingues de. cette 
nation flexiblefe regardit comme dbu^ d'un goiii jufte 
& d^licat fans s^^tre jamais rendu compte du veritable 
fens de ces expreflions ; (iippofons encore q^e ^ d'apres 
ee don pr^tendu &: feur diftinAtion r^ette dans la fo- 
ci^t^ , ils fe cruiTent autori^ & comme obliges mSme 
k decider fur routes l^s -produdions des art^^ accou- 
(um^ qu'ils feroient a voir adopter leurs opintons^y 
ne doit-on pas penfer que tes grandes convenances , 
bafes des v^vitables beaut6s, courroient rifque d'etre 

Be iv 



Digitized by 



Google 



440 <j O U 

fbuvent facrifi^es I des ^d^es pcu r^flechics , pep juftc&i 
^ ii des affedions du moment, a des convemions particu- 
ll^^-es , mSme i des caprices; & que les dbnfequences 
de cet abus feroient pcu-i-peu funcftesaux arts, aux 
lettf^s & au bon goilc ? 

On pourroit leur dire en g^n^al, faits avoir inten- 
tion de les blefTer ,• mais pour leur avantage & pour 
celui des arts, que le bon goiitj & les convenances 
qui en font les principes , ont des droits plus aacien- 
nement fondes queceux qui ne font ddsqu'aux rangs, 
aux titres & si la richefTe j que ces droits c6tnmandent 
. a tout le monde 8c ne peuvent r^ellement-^tre after*- 
vis i perfonne. 

Que les principes des arts , & de tout ce qur y a 
rapport* exigent, que ^ pour les connoitre, oil les me- 
dite , on res'difcute avec ceux qui joignent. la pratique 
a une faine theories*, 8c que ces hommes font les vrais 
fuperieurs a cet ^gard. Ciroyez mSme , pourf oit - on 
ajouter, que fi quelques artiftes, par. interSt ou pour 
briguervotre faveur,ont la foibleflc de vous tromp^r 
en vous flat^nt , ils ne yous s^precicnt pas moins en 
fecret a yotre defavintage. Perfuadez-vous done que les 
moyens de devenir vraiment hommes de g^ik <ie font 
pas de proteger avec une affability tfautant plus or- 
gueilleufe qu'elle eft plus famili^re, de r^pandre stvcc 
frddigalit^ des liberalit^splus.faftueufes que juftes, 
de favoir employer affez adroitement & d'un ton impo- 
lant des mots, des pbrafes. vagues; mais que pour 
s'inftruire, apr^s avoir bien lu & m^dite, il faut bien 
voir, bien comparer 5 c'eft-a-4ire voir (en difciple) 
bperer les hommes inftruits , & les ecouter apr^i les avoir 
interroges; que c'eft ainfi qu'on acquiert le droU^e jur 



\ 

' Digitized by VjOOQ IC 



G O U ' ^i 

g^er, d'cncourager , d*aprecier les talens, & qu'il faut 
encore que la modefVie qui eft aiu-defTus dies preten- 
tions', & la defiance defoi , plus noMe que la confiance 
de I'orgueil, s'etabliffent les confervatrices du trefor 
de vos coniioiirances ( Anicl^ de M» Watelet. ) 

Gout. Ce mot qui ne d^fig»e dans^fon origine que 
Jes fenfations de la langue & du palais, a prls une 
fignification bien plus 6tendue. Commc c'eft le fens 
d^ goiit qui juge la faveur des alimens , on a emprunt^ 
ion nona pout defigner cette quality de Tefprit qui juge 
du merite des ouvrages dans les lettres & dans les arts. 
P'abord on avoh ^ gotlt pour juger la bont^ d'un 
^6t;pn a eu enfuite du goiit pour juger la bonte d un 
li^re y d'uh tableau , la beaut6 d^une ^tofFe , celle d^une 
voituffe , d'un atneubleinefit , & pour prononcer mime 
fur toutes les inutility, tomes les biizarreries que 
peuyent'cr^er le luxe , la mode , -& quelquefois la de- 
pravation du goiit. 

, Le goiic^ ayaht done €t4 adapts I tout , & tout le 
monde fe piquant d'en avoir , ce mot a ^t^ H fouvent 
eikploye, & ii fouvent mal appliqu^, qu*il a fini par 
n'avoir plus qu'une fignification vague , & quelquefcris 
mSme inintelligible. Nous allons tacher de la deter* 
miner. 

^ II femble que le goUe ne fbit autre chofe que le 
lemimeht des. convenances. Ce qui choque le godt dans 
quelque ckofe que ce foit , c*eft cequi s*ecarte des 
-convenances de cette* ckdfe. Les fouliers a lapoulaine , 
que porteient nos anc^tres , ^toient de mauvais godt , 
parce que le pied de I'homme «e fe termine point par 
une lt>ngue pointe relev^e, & qu'un v6tement doit 
conyenir i la focme^de ^e qu'i^ rey6t. Les yertuga- 



Digitized by 



Google 



^^ GOV 

diiudoRt les femmes fe paroiefU; au feiziem^.fi^cle/ 
^toient de mauyais goUiy parce que la taille d'une 
femine ne fe termine pas en forme de tonneau. Une 
€toffe doHt le deifin eft trop charg€ eft de mauva» 
goUt J parce que la confufion eft un ^defaut dans h 
nature. II peut y avoir du maurais go^t dans les ecu* 
leurs d'une parure , parce qu'il y a des couleors qui 
ne fe conviennent point entr'elles. 

Le godt dans les mati^res litt^raires , pourrott Sere de-* 
fini U fcntiment des convenances dans VenfemhltyUs 
details & V^expreJJion. Si cette donation eft jnfte^ 
que penfer de ces hommes fan^ go^ 8c Oms jugement , 
qui fbutiennent que le gout eft Ta^affin du g^nie, 
comme , (i le propre du genie 6toit de s^ecarter dei 
convenances ? .mais on £uit combien ^e litterateurs St 
d'artiftes font int^reiles k d^corer le T>i:(arre du beau 
titre de genie. < 

L'ecrivain , homme de gqHt , juge les convenances 
du fujet qui I'occupe &; il les obftrve : le lefteur, 
homme de gout , applaudit i Pobfervation de ces con- 
venances y ou condamne I'auteur qui ne les a pas ob^ 
fcrvees. '' 

Vn oiivrage eft de mauyais goiit y quand le fujet 
manque lui - m^me aux convenances. Tels font i?eui 
dont I'objet eft degoutant, ou ignoble, ou d^un^ fale 
obfcenit^ , & capables feulemenc de plaire aux g^ns qui 
oi>t les moeurs & I'efprit corrompus. Des details de 
mauyais goUt^ font ceux qui manquent aux convenances 
generales, ou ceux qui, fans dtre vicieux par cux- 
mfimes ,^p6chent contre les convenances du fujet. Ainfi 
les grands mouvemens , les figures hardies de I'artora- 
toire ou de la baute po^fie , ft ibuV^nt prodigu^s auf 



Digitized by 



Google 



^ 



GOV 44J 

jourd'hui dans des fujets qui n'exigent que de la 
iimplicite > font de mauvais go^r dans ces fujets , quol- 
qu'ils puffi^nt m^riter d'etre applaudis s^ils ^toient mieux 
places. Enfin I'expreflion eft de mauvais go^c , quand 
elle n'eft pas convenai)le au fu)et que I'on tralte; 
quand elle eft trop 61evec, trop bafTe , tropfleurie , trop 
fimple, trop recherchee, tou}ours relativement a ce 
fujet. 

' On confond qiielquefois , dans les ouvragesd'efprit, 
la fineffe & la delicatefTe avec le godt, Cependant ufi 
auteur pent avoir des idees fines, delicates , fans avoir 
le Jentiment g^n^ral ou particulier des convenances. 
II pourra inettrfe de la finelTe od il faut de la no* 
blefTe , de la force , de la grandeur; & mettre de la 
d^licatefle oik il faut la plus grande clart^. 

Le bun ftyle fera toujours de bon godt , puifque la 
fiyle ne peut 6tre bon fans s'accorder avec les conve- 
nances de la langue, & du fujet, & des details du 
fujet. 

Xe goUi dans les arts ne doit pas ^tre different de 
ee qu'il eft dans les lettres -, tl changV feulement d'ol)« 
jet ,& refte le m6me, il confifte toujours dans I'ob^ 
£srvation des convenanc^es, 

; Le deflin fera d'accord avec les convenances gln^ 
fales s'il eft conforme k un beau module choifi dans 
la nature : mais il peut manquer I la convenance da 
liqet , fi pat exemple iine figui^ 4*Hcrcule eft A\in 
deflin fvelte, <xti cells d'ApoUon d'un defTm mufbl^. 
Alors le deffin, bon en lui-m^me, fera de m^nvais 
godt relativement au fujet. 

La couleur fera de mzu\ zis goUtj ii elle infpire.la 
gaiete dans un. fujet qui ne doi^ i^pirer que de la trif* 



Digitized by 



Google 



2R« ^OV 

teffe y ie la pitil , de I'horreur ; ou fi elle efl triffi 
quand le fujet exige de la gaietf. 

Tout ce qui , dans la compofition j peut olFenf^ les 
convenances gi^n^rales , ou les convenances partiellei 
du fujet , conftltue une compofition de mauvais godt^ 

Une draperie , independaminent des convenances de 
coftume ^ fera de mauvais ^o^r , fi elle he convient 
pas au fujet ouaux perfonnages qui. en fero|it revStus* 
Des etofTes gaies & brillantes feront de maurais goik 
dans un fujet lugubre ; elles le feront encor^ , fi on let 
thoifit pour draper un vieillard refpe^^abie ^ nn graye 
philofbphe , un maglArat auftere, 

Tous les acceffoires peuyent ^tre juges par les mSme» 
principes. La prodigalite de richeffes dans les detaih 
eft (buvent une faute de goUt , parce qu'elle pSche 
contre une des premieres convenances de I'art, qui 
eft d'attirer I'attention fur I'bbjet principal 

On dit de certaines perfonaes qu'elle n'ont pas der 
gedt. Cela peut 6tf e vrai , & I'eft^ mtoe toujaurs fout 
un grand nombre de rapports ; mais ne peut I'Stre g^* 
lieralement , a moins qu'il ne s'agi^ de i^erfbnnes dont 
Porganifation foit abfolument viciee« II n'y a pas d'ail- 
leurs.d'homme qui ne feit capable de^fentir quelques 
convenances, & 4'en juger, & qui, par rapport i 
ces convenances, ne fbit homme de goitt/ : , 

Mais comme le cercle de$ cof^veitatices fembk 
renfermer tout ce qui exifte, il n'feff * peribiine dont 
I'efprit puUTe parpourir ce cercle entier , & qui pat 
confequent puiffe aVoir le goAt univerfel. ^ 

On regatde It goUt comme inni ; on pretend que le 
ZoiU ne fe peut acqu^ir. Ce prihcipe eft faux y i^A 



Digitized by 



Google 



G O U 44; 

^St pTis g^ftiSralement ; il eft yrai , fi I'on veut le psu:<« 
dcularifen 

L'homme, par exemple, qui eft h^avec ua carac-^ 
fiere froid & peu fenfible , pourra moncrer beaucoup de 
goUc dans les objets qui ne tiennent qa'l la rai(bn (!&- 
v^re , & {bntira trhs - bien les convenances r^ciproques 
de 4es objets *, mais il ne fentira pay celles des genres qui 
Be doivent leur m^rite qu'a I'imp^tuofit^ des paflions , i 
la chaleur br&lante de l^enthouHafme. II eft done yrai 
que certains hommes n^acquerront jamais le gotit qui 
fait produire 6u juger certains ouvrages y parce qu'ils 
ii'ont pas mSme apport^ en naifTant ce que nous appel. 
lerons les organes de ce %o&t, II ne fentiront pas mieux 
les convenances des objets auxquels leur organifation 
eft ^trang^re , qu'un aveugle ne fentira les convenances 
des couleurs* ^ 

^ais il ne faut pas croire que le godt m6me dont on 
a apport^ en nailTant I'organifation , ou , fi I'on yeut , 
les difpofitigns^ foi^ inn^. Raphael, n^ dans un vilo* 
lage , & condamn^ I des travaux ruftiques , n'auroic 
pas eu la moindre id^e des convenances pittorefques , 
qu'il a fi bien obferv^es , & qui lui confervent le pre- 
mier rang entce les peintres. 

II n^y a d'inne que les difpofitions au godt ; mais le 
gofa lui-mSme depend de T^tude , de la pratique, de 
^experience j de I'habitude de comparer , & de la re- 
flexion. 

S'il y a des hommes qui n^ peuvent acqu^rir le fen- 
timent & la pratique des convenances qui conftituent 
les genres infcrieurs de Part, c'eft qu'il y a des hommei 
a qui leur organifation refufe mSme de reuflir dans les 
operations les plus michaniques. lis fuiyent des ^coles, 



Digitized by 



Google 



44^ G O U 

lis ^coutcnt des maitres ; mais les grands principes it 
I'art ne font jamais refus dans leur intelligence. 

Le grand princlpe, le princlpe univerfel des arts, 
l\*eft autre chofe que celui des convenances obfery^es , 
par rapport aux objets de la nature qui tombent fous 
le fens de la v^e* Ce principe des convenances con- 
duit les artiftes' i la oeaute, puifque la nature 6'ecarte 
des convenances quand elle cefTe d'etre belle. La beaut^ 
confide dans la jufte correfpondance ^ dans I'exafte 
proportion des parties, & n'eft par confequent autre 
chofe que la parfaite convenance de ces parties entre 
elles. Un nez trop grand ou trpp petit , des yeux trop 
faillans ou trop enfonc^s, un menton trop long ou 
trop court, des joues trop creufes, une bouche trop fen- 
due, des leyres trop plattes ou trop ^paifles, font* 
autant de d^fauts de convenance qui conftituent la lai- 
deur. , 

Alnfi la connolflance de la nature eft celle de la 
fceaut^, & nmitation de la nature qui eft i'objet de 
Tart, eft rimitation du beaii. Les diffprmites ne font 
pas la nature , elles en font les ^arts. Raphael a peint 
la nature, Rembrandt nVn a fouvcnt peint que la de- 
gradation , au moins dans les forties; il a cependant une 
grande reputation, & juftemeat meritee, parce qu'il 
a imite de grandes beautes de la nature daiis la cou- 
. leur & dans les efFets. Jamais la nature ne s'ecarte de 
la be^ut6, qu'elle ne faffe les premiers pas vers la 
monftruofite. . La laideur n'eft formee que'de Tex ces 
ou du defaut de ce qu'exige la nature pour Stre elle- 
meme. 

Le bon goile dans les arts peut fe trouv^ dans les 
genres inferieurs , lorfque les convenances y font bien 



Digitized by 



Google 



GOU 447 

«^ferv^es. La repr^fe^tation d'ude fSte champStre, d'un 
bouquet de fleurs, d'une corbeille de fruits^ de la na- 
ture morte , peut dtre de boA goUt.' 

Bes imitations de fc^nes ignobles, font de mauvais 
goUt par rapport au choix du fujet qui bleffe les conve- 
nances generates. Mais elles peuvent ^ere de bqn goiU 
par d'autres convenances, comme nous venons dele 
dire en parlant de Rembrandt. 11 faut confid^rer alors 
fi, le fujet une fois admis , le refte; s'accorde avec let 
convenances. 

Le grand gd^r fuppofe un grand genre. Ilconfifte^* 
comme Mengs I'a defini , \ choifir les grandes & prin- 
cipales parties de I'homme &' de toute la nature , & 
it rejetter ou cacher celles qui font foibles & fubordonr 
n^es y lorfqu'elles ne font pas abfolument n^ceifaires. 

Le goUt mefquin s'occupe de routes les petites par* 
ties & pr^fere les pauvret6s qui annoncent la foiblelTe 
&la misere de la nature aux grandes formes qui ea 
conftituentla force & la beaut^. 

On confond fouvent, dans le langage des arts, le 
godt avec la mani^re: c'eft dans ce fens que, pour 
d^figner la magiiere d'une ^cole ou d'un artifte, on dit 
le gout de telle ecole , de telle nation , de tel maitre«. 
Dans cette deception , le godt du maltre eft ordinaire- 
ment compofe plus ou moins du gadt de fa nation & 
de (on goUt particulier. 

II eft une partie de la manoeuvre de I'art que les ar- 
tiftes appellent ragout & qu'on d^gne aAifli par le 
i)om de g«/<£. Cette partie eft une forte de coquetterie; 
une rechercljie de moyens de plaire par un maniement 
badin de pinceau, par des lailfes, par des touches pi- 
quantes, par des agencemens d'acceffoires qui, group- 



Digitized by 



Google 



4^8 G O U 

p^ enfemUc, plalfenti I'obiI, & qu'on appelle quel- 
quefois , en langage d'atteliers , un fouiUis ragoi^tanr. 
Tout cela tient de fort pr^ I ce qu'on ajqpelle efprit' 
dans les arts. Voyez I'articlcj Esprit. 

Comme ces moyens (bnt petits, on fent qu'ils ne 
conviennent pas aux grandes chofes. lis feroient tres- 
d^plac^s dans une gratade frefque , puifqu'ils ne feroient 
pas mdme apper^us; lis le feroient encore dans de 
grands tableaux ; ils donnent dii prix a de petits ou- 
vrages : mais loin d'etre legode^ ils font le t&noignagp 
d'un mauvais , gotk , quahd ils fe trouvent employes 
dans des fujets oil ils ne conviennent pas. Un peintre 
qui n'eft plus, Sc dont I'exemple & les fucces au- 
roient pu d^truire le godt dans TEcole Fran9oife , a 
obtenu long-tems la reputation d'artifte plein de gotit , 
pour avoir prodigue ces moyens dans tous £€s ourrages ^ 
& dans ceux mSmes od les convenances exigeoient les 
beautes les plus auft^res. Peu fenfible a labeaute, trop 
legerpour fe foumettre ^'ux convenances mSme' les 
plus neceffaires , il reduifoit fdn art en une forte de li- 
bertinage , & faifoit^entrer ce qu'on peut appeller le 
badinage pittorefque dans les fujets oii Raphael edt 
cherch^ ce que la beaut^ ideale a de plus fublime. Son 
exempls^ doit effrayer ceux qui voudroient fonder leur 
gloire fur un caprice palfager: apres avoir feduit la 
France , il a prefque furvecu a fa reputation. 

» LegoUt (ceniot peut s'entendre encore ici comme 
cxprimant le fentiment des convenances.) n Legodtj 
» djt Mengs, eft ce qui determine Partifte a faire 
» choix d'un objet principal > & ^ prendre ou a re- 
» jetter ce qui peut y avoir un rapport bdn ou niau- 
i> vais. Voil^ pourquoi lorfque tout, dans un tableau, 

a eft 



Digitized by 



Google 



G O U .44.^ 

♦•eft execute d'une m^rae mani^re, on. dit que I'ar- 
'» tifte a tout a fait manque de gout , parce qu'il n^ofFre 
» rien de pittorefque ni de diilinfl , & que par con« 
» fequent Touvrage eft fans efFet & fans exprellion. Lc 
» choix du peintre decide du ftyle de Touvrage ; c*ef|: 
» ce qu'il faut appliquer au coloris, au clair-obfcur^ 
i> au jet des draperies & aux autres parties de la pein- 
y> ture -, de forte que lorfqu'il fait choifir le plus beau & 
» le plus grand dans chacunedeces parties, il produic 
'» immanquablement Ties ouvrages du plus grand godt^ 
» Le befau eft ce qui rend routes les qualites agrea- 
» bles d'une chofe ; & le mauvais ce qui n'en montre 
» que les parties defagreables. 

» II faut done ^tudier chaque chofe pour voir ce 
» qu'on voudroit y trouver, & pour choifir enfuite 
*» les parties qtii repondent le mieux aux objets qu'on 
» veut j-eprefenter : c'eft de certe maniere qu'on produic 
» des chofos veritablement belles. Qu'on examine , 
» d'un autre c6te, ce qui eft de mauvais dans un 
)» objec & qu'on voudroit qui n'y fAt point ; c*eft ce 
y) qui (eroit defagreable , & ce qu'il faut rejetter. 

» Cell en examinant ainfi les qualites des chofes 
» qu'on trouvera i'expreflion. Rien ne peut ^tr^ ex- 
» preflif , s'il n'eft rendu avec les qualites qui le ca- 
» ra6lerifent naturellement. Le bon , en general , eft 
-» ce qui eft utile & ce qui flatte agreablemenr nos 
» fens ; &: le mauvais , dans chaque chofe , eft la 
» partie qui blefle nos yeu^ , & qui revoke notre 
» jugement , en nouscaufant unefenfation defagreable. 

» Notre efprit eft choqu^ de rout ce qui p'efl pas 
» d'accord avec fa caufe , & avec fa deftination : il 
» Teft done quand notre vue eft frappee d'un objei 
Tome II. F f 



Digitized by 



Google 



4jro G R A 

» qui ne femble pas convenir avec la caufe ie (bit 
)» exiftence > ou avec fa dedination , & que nous tit 
» pouvons concevoir pourquoi il a telle ou telle forme* 

» Tout ce qui afFeAe trop fortement les nerfs opti* 
» ques , ofFenfe la vue ; ce qui fait que certaines' 
» couleurs , ainii que les lumieres & les ombres trop 
33 tranchantes , fatiguent Tame. Les hachures trop 
» fortes^ ainfi que les couleurs ou trop vives ou trop 
» contradees nous font defagrcables , par la rairon 
» qu'elles font paffer trop fubitement nos yeux d'une 
» fenfation a une autre , & caufent ainfi une tenfion 
» yiolente de nerfs qui blelTe nos yeux. Voila pour- 
» quoi aufli I'harmonie nous eft fi agreable , parce 
» qu'elle co^nfifle a 6tablir toujours des milieux entre 
« les extremes. 

» Comme I'art de la pelnture eft tres-difficile, il 
» nV a point encore eu d'artifte dont le £odt ait eti 
». egalement parfait dans toutes les parties. Celui qui 
» aura bien choifi.dans Tune aura fouvent fort mal 
yy reufli dans I'autre, & dans quelques-unes meme il 
» n'aurtf mis aucun choix ». ( Artldc dt M.' Xjekes- 

G R ^ 

G R A C E ( fubft. fern. ) Si la grace nalt du jufte 
accord des fentimens de I'ame avecl'adion du corps, 
le peintre , pour la reprefenter , doit apprendre a bien 
connoitre , par I'obfervation & par la meditation , la 
marche correlative des affeflions & des mouvemens; 
marche quelquefois parfaitement correfpondante , mais 
•rop (buyenc inegale, foit que Texpreflion eprouve 



Digitized by 



Google 



- 'G k A 4^t 

%uelque gfirie , (bit «jue le ffentimem foJt xontraim qu 
^peu fincere. ' 

Le moit dont 11 s'agit ici eft un de ceux qui font 
adoptes avec la mSme acception dans tau$ les arts Sc 
dans I'ufage ordinaire. C^eft un terme de theorie ge* 
'n^rale , & ce £b'nt les termes de cette ef^ece qtii for- 
tnent les liens par lefqiiels tous les beaux artsfe trou* 
Veht unis les uns aux autres. 

La grace d'une figure peinte ou fculptee , celle d*une 
'figure decrite en vj^rs, ouen profe, celle d'un air d# 
taufique , Routes ces ^riic'^j ont fe mSme principe. 

Je prie les leQJeurs de pardonner fi je remets ici fbuf 
leurs yeux le chapitre de la grace tel qu^il fe troiive 
a la fuite du poeriie de I'art de pelndre •, ce que , j'ai 
penfe & dit a c e fujec , m'a pairu confirm^ par les ob- 
fervations que j^ai continue de faire •, il a et^ adopt! 
'par plufieurs aiiteurs qui* ont ^crit fur cette matiere, & 
je ne pourrdis dire qu^i pieu^pt^s les m^es cholbs en 
•d'autres' tei*mes. ^ *- 

'L2L grace ^ ^*nti que la ^eiut^, concourt ^ la per* 
feftion. Ces deux qualit^s fe rapprochent dans iVrdre 
de nos idees: leur eSi^t commun e?ft de plaire: quel-* 
■quefois on les Coftfond, plus fouvent on les diftihgue : 
'«lles fe difput'eht la preference qu'elles obtiennent fui^^ 
Vant le? circonftances. 

La beatrti^ fopporte un eXamen reitir^ & r^fl^chl; 
linfi I'ofl p'eiit difputer le prix de la beaut^ , comme 
firent les trols ddeffes, landis que le feul projet pre- 
medite' de flibnt'rer des graces ^ le^fait difparoltre. 

Je "crois (jue la beaute ( Cotiime je l*ai dit ) confifte 
ians uiie conforiftation parfaitement relative aux mou'^ 
temens qui nous font propres. 

Ffij 



Digitized by 



Google 



lya tj K A 

la. graci confifte dans I'accord ie ces BionvemeiUr 
tvec ceux ie I'ime. 

Dans I'enfance & dans la jeunefTe) l^dme agit d'une 
nani^re libre & immediate fur lc& r^flbrts* de I'ex- 
preflion. 

Les mouvemens de f ime des enfans font fimples , 
|eurs membres dociles & fouples. II refulte de ces 
qualit^s une unite & une franchife qui platt. 

Confequemment , I'enfance &: la jeunefTe font leslges 
des graces. La fouplefie & la dpcilite des membres font 
tellement n^ceflaires auxg^mctf^, quel'Ige m&r s^y re- 
fufe & que la vieillefTe en eft priv^e. 

La fimplicite & la franchife des mouvemens de Time 
contribuent tellement i produire les graces , que les 
pailions indecifes, o,u trop,cpmpliquees les fontraremenc 
naitre. 

.. La naivet6, lacurio(it6 ingenue^ le defir de plaire , 
la joie fpontan^e, le regret, les plaintes & les larmes 
mfime qu'occafionne la perte d'un objet cheri > font fuf- 
ceptibles de graces j parce que tous ces mouvemens 
font fimples. „ . . 

L'incertitude , la r^erve , la contrainte , les agita- 
tions compliqu^es & les pailions viqlentes, dont les 
mouvemens font en quelque fajon convulfifs, n'en 
font pas fufceptibles. 

Le fexe le plus fouple dans Ces reHbrts, le plus fen* 
fible dans fes affejlions , dans lequel le defir de plairc 
eft un fentiment en quelque fa9on independant de 
lui, parce qu'il eft^^ceflaire au fyflSme dela nature; 
ce fexe qui rend la beaut^ plus interejfTanjte , offre audi j . 
lorfqu'il echappe a Tartifice ^ i TafFeftatioh , les graces 
tous I'afpeft le plus feduifant. ^ ^ 



Digitized by 



Google 



la jcuneflfe tris-cuhiv^e s^^loignefbiiventJes gmcex 
S|u*elle recherche, tandis que celle qui eft moifts con- 
trainte , les polsede fans avoir eu lie projet de les ac* 
querir. Ceft que ftfprit ^clair^ & les conventions^ 
i^tablies retardent, ou afFoiblifient les mouvemeni 
fiibits tant de I'in^ que du corps. La reflexion les rend 
compliqu^s. Plus la raifqn s'^fFermit & s^claire, plus 
l*fexperJence s'acquiert, & moins onjaifleaux mouve- 
mens interretirs cet empire qu'ils auroient naturelle- ^ 
ment (Tir les traits , fiir les g^ftes & fiir lies aftions. 

L'^ge mur , qui voit ordinairement fe perfefiionner 
& la raifon & Inexperience, voit auffi les reflTorts 
•xt^rieurs devenir moins dociles^& moins fouplfes. 

Dans la vieillefle enfin, Fame r^frpidie ne donne 
plus fes ordres qu'avec lemteur , & ne fb-fait plus obeiji; 
^u'avec peine. 

L'exprefRon & tfes ^>xrctfj s'ievanouiflent ators; les 
graces telles que je viens de les definir , empruntene 
nne valeur infinie de la pl-us parfaite conformation. 

Cependant les mouvemens (imples de I'ame n'ont 
pe*|t ^tre pas , avec laperfeftion d*un corps bien con* 
form6, le rapport abfblu qui exifte entre- cette par-^ 
ftite conformation & les adfons qui lui font propres* 

Voila pourquoi I'enrance , qu'on pent regarder comme^ 
tin flge oiirle corps eft imparfait, fe trouve fufceptiblc 
des graces-y tandis que- ce n'eft que par conveRtioa 
^u'on peut lui attribuer la beaut'^i 

Ce que j*ai dit fuppofe encore r^quilibre des princi- 
pes de la vje qui prodiiit fur nous la faht^. Cet 6txt 
commun ^ tous !6s'iges, dans l6s rapports qui leitr 
conviennent , eft favorable aux graces , & fert de hifttHoa 
i lar-beaut^i 



Digitized by 



Google 



^f4 O^A 

Au r^flre, cct iccord des mouvemens fimples d% I'imi* 
avec ceux du Qorps , ^prouye une infinite de t|iodifi<t 
cations , & produit des efFets tres-varies* 

Ceft dell que vicnt fans doute l*obfcurit^ a^vec la- 
^uelle on en. parle communement , & ce je ne jak 
quoi.^ expreflion vuide, de (ens ^ju'on a fi fouvent 
repetee , comme (ignifiant quelque chofe^ 

Les graces (bnt plus ou moins apper^ues & {^bntiesi. 
felon que Qeux a^x y^ux defquels elles fe monrrent font 
^ux - nv^mjss plus ou mpias difpofes a en remarquer 
refFet. 

Qui peut douter quMl ne fe fafTe, quandnous fommes. 
tr^s-fenfibles aux graces ., un concours de no^ fenti-. 
mens interieurs , avec ce qui les prpduit 1 fixons quel- 
ques.i'dces a ce fnjec. 

Un homme indifferent voit venir a lui une jeun©. 
lille , dontlataille proportionnee fq pr^te a fa denrarcha 
avec cette facilite & cette. foupleffe qui font les carac*. 
teres de fqn ige. Cette jeune fiHe , que je fuppofeaf- 
fcdee d'uh mouvement de curiofite , ^e^pit de cett^ 
impreflion (imple de fon ame , des charmes qui frap'* 
pent les yeux de celui, qui la regarde. 

Voila de<? graces na^urelles indi^pendantes d'aucune 
yiodification etrangere. 

Suppofons a^uellement que Qec homme y loin d'etre- 
indifferent , prenne l*inter6t d'un p^r« a cette jeunB; 
beaut^ qui l*apper9oit^ & qui fe rend pr^s de lui. Sup- 
pofons encore que la curiofite qui guidoit les pas de. 
la jeune fille , foit changee en ui? fentiment moins 
vague , qui donne un mmivement plus decide a fon- 
aftioi^ &: a fa demarche ; quel accroiffement de graces: 
jra nattre de cet objet plus inj^refiant , de cette ai^ion, 



Digitized by 



Google 



e R A 4yy 

Jlus Vive , & de la relation de fentiment qui d*un c6t^ 
produit un emprefTement tendre, & qui de Tautre rend 
le p^re plus clairvoyant cent fois , &: plus fenfible aux 
graces de fa fille y que ne l^etoit cet honune defin-^ 
lerefle ! 

Ajoutons a ces nuances. 

Que ce ne foit plus un homme indiifferent , ni m^me 
un p^re^ mais un jeune homme amoureux quf attend 
& qui voit afriver Tobjet qu^il defire & qu'il ch^ric ; 
que cette jeane fille a fon tour , foit un« tendre & 
naive araante, qui n*a pas plut6t apperyu celui qu'elle 
aime , qu'ell^ precipire^fa courfe *, fuppolez que le lieu 
dans lequel ces deux amans fe r^uniffent , foit ce que 
ta nature peut ofFrir de plus agr^able ; que la failbn fa^ 
vorable ait decore de verdure & de fleurs le lieu du 
rendez-vous. Repr^fentez - vous i la fois les charmes. 
de la jeunelTe, la perfeftion die la beaut^ , I'eclat d'une 
fant6 parfaite, I'agitation vive & naturelle de deux 
ames qui eprouvent les mouvemens les plus fimples , les 
plus relatifs, les moins comraintsj &: voyez fe fucc^der 
alors une variete infinie de nuances dans l^es graces y 
qui ^routes infpirees, routes involontaires , font par- 
confequent empreintes fur les traits &: exprimdes dan£ 
les moindres a6lions & dans les moindres gedes. 

Ainfi parmi les rniprcflions ie Tame* qui fe peignent 
dans nos mouvemens^ & dont j'ai parle, en refl&- * 
chiflant fur les paflions, celle qui parolt la plus favo- 
rifee de la. nature , l*amour produit une expieffion plus 
agreable, plus univerfclle y plus fenfible que toute 
autre , & dkns laquelle la relation de l*iame & da 
corps qui fait nattre les graces , eft plus intirae & 
plus cxa£lement d^accord. 

F££f 



Digitized by 



Google 



;^;(5 6 R 31 

Audi les anciens joignoient , & ne feparoient jamai^r 
V^nus , TAmour & les Graces i & la ceinture myfte*. 
rieufe d^crite par Homere n'eft peut-^tre que I'embl^me 
de ce fentiment d'amour fi" fertile en graces y dont 
Vinus toujours occup^e empruiitok le charn&e que la 
beaute feule n'auro|t pu lui donn^r { Articlf dt JIf; 
Watelbt, ) 

La Grace eft une des branches du godt par laquellf 
I'art parvient I. plaire a I'ame de la maniere la plus 
douce & la plus agreable. 

Le talent de donner de Iz grace ne s'acquiert nipar 
le favoir, ni par la plus grande pratique, ni par le$ 
meilleures le9bns. Ce n'eft pas non plus par le favoir 
ni par l'^tu4e qu'on eft enchant^ d^un ouvrage plein 
de grace. ^ 

La grace eOc tout fentiment dans I'habile artifte qui 
I'exprime : elle infpite , difons mieux , cslle convmande 
le plaifir ii tous ceux qui jetten^ les yeux fqr fqn 0U7 
vrage. 

La grace n& connott ni les principes , ni les conven'-. 
tlons. Chaque nation pent bien avoir (on gent;^ de 
keaut/; mais la grace eft une pour tout pays. 

Elle ne peut fe decrirc , ni fe mefurer, ni fe d^ 
terminer j en tout cela, plus fine, plus fugitive, plus 
univerfelle que la Beautif. Aufli leur effcnce, comme 
leurs efi'ets , font - ils difFerens : ces deux qualites ex-, 
quifes ne fe reflemblent que par leur^ attraits , toujours 
cependant plus viftorieux dans la grace, 

Celle-ci platt & ravit fans la precifion de formes 
adoptee par les artiftes pour exprimer la heaute^ La 
heaute , tout® admirable qu'elle eft , n'attirf & fi% 



Digitized by 



Google 



Ij R A 4^7 

^itliarme que par k grace qui I'accemjpagne quelque^ 
fbis , & qui feule la rend accoinpUe* 

La grace plus UUe encqre que la heauU^ dit la 
Fontaine en faifant la peintur^ de la jyeeH^e des 
Amours. £t Q09venons-en ; pe po^te a €t€ peut-^tre 
4ans I'art de peindre \ I'efprit , le feul des ndtres qui 
fAc en pofTeflton dfe d^finir la grace; parce qu'elle 
naifToit fous fa plume optjxme fous. les pince^ux im 
VAlbane. 

On vienc de dire que les graces ne s'acqui^rent pas j^ 
9'eft aufli I'avis de Montefquieu : « Pour en nvoir ^ 
» ajoute-t'il , il faut ^tre naif; mai^ i;onunent travailler 
9. a^^tire ftaif? n 

La paivete qui donne la grace dins la. nature , peujc 
feule la produlre dans I'art qui I'imite. D^ le m,oindre 
mouvement pour courir apres elle , on s'en ^loigne. 

Si tel eft le vrai caraS^re de l^ grace , que I'ecrivam 
^^lebre que i^ous v^nons de citer la fait entrer danf 
un chapitre (i) qu'il intitule : Le je nefal quoi y on 
fent qu'on ne pent raifonnabl^m^nt s'appefamir fur 
fon elTence , encore mpi^is pr^ten4re Conner des ine<- 
thodes pour I'obtenir. 

Dire , coxiime M. Watelet (1) d^ipr^s Felibien (3) r 
a Que la grace confide dans I'accord des mouveniena. 
» produits par la beaute, avec les mouvcmens de l*ame»5 
c'eft-a-dire que la heauti eft ncceffaire \ la grace y 

■ ." ■ ' . . ■ ,, .. " I ■ .... ..'■ I ..i . U. 1. ! . K II . III 11 > 

(i) EfTat fur le goilr. 

< a ) Reflexions ^ la fuice du Poeme dt I'art depeindri, 

C).) l^ntretien premior fur Its vi$s & les ouy rages dtsPemtrsH 
iprii. pag. 4^ 



Digitized by 



Google 



4j8 G R A 

c*eft une afTertion qui n'eft pas toujours vrate. En 
fecond lieu, 1'acc.ord des mouvemens du corps avec 
ccux de l^ame convient autant 4 I'expreflioii exade de 
toures Les palTions , qu'aux graces^ 

Felibien prdtend encore que \sl graci eft un mouve* 
sient de I'ame dont on ne juge que par Tadion da 
corps. Ce principe n'eft exafl ni general. La Diane 
endormie de Pietre de Cortone , la feule figure de cc 
peintre oii I'on voye de la grace Taps manure ^ la 
Sainte-Cecile expirante du Dominiquin , & quelques 
autres encore prouvent que Tart, comme la nature^ 
met de la grace m^medans Tinaftion (i). 

La feule & la sAre maniere d^expliquer la gract 
dans I'arc, c*eft d'indiquer oil elle fe trouve. 

Le Correge eft prefente comme le maitre des graces. 
On ne peut lui refufer cette diftinftion , fi on conGdcre 
fes ouvrages principalement du cote de l*execution ; 
icar dans la graae des attitudes , il eft par fois un peu 
recherche. 

L'Albane nous femble avoir attein't cette partie de 
la grace dans le plus haut degre; II n'y pretend ja- 



' <4)FHtbien auroic pu r^pondre que Ifna^on meme doit ctre 
tt%^Aht\ dans Tart, comme un mouvement , parce qu'elle e/l la- 
continuation de Tattitude que la figure cil cei\£ce avoir piife.dans 
£on Hcrrier mouvcment. Une perfonne endormie peut avoir oe la 
'^(xct , parce qu'elle' peirt conlerver une auitudc gracieufe qu'cUe a 
frife en s'endorirant ou pendant fon fommeil. La douce convul* 
fion de Sainte C6cile expirante eft un . mouvement Enfin ud9 
perfonne morte peut avoir encore de la grace , parce qiiele dernier 
mouvcment quelle a fait , & done eIle.con{iu:v£ Tatdtude ^ apu Isc 
tracieux^ Note da PEditeur^ ^ 



Digitized by 



Google 



'6 R A 4jf 

laals^ &tout larefpire dans ]es mouv^emeiis fimples^ 

& naifs de fes figures. 

La Venus de Medii;(s , la Venus accroupit, VApol* 
iinoj I'Hermaphrodite, font, comme 'indiquefort bien 
Mengs (i) , de vrais niodeles de grace que nous avon« 
•4ans l^antique. 

Pran^ois Duquefhoy , dit Ic Flamand , le Pugec 
^ns quelqu^unes de fes ftarues, font les (culpteurs mo^ 
4ernes qui ayent ]e mieux fenti les graces, Parmi nqs 
peintres fran^ois , Sebaftien Bourdon Iesa,cunnues. 

Plaire eft un des grands buts de I'art. Rien n'eft plu« 
propre a le rcmplir que d'y mettre de la grace. Carle 
Maratte en fentoit Je prix : il en avoit beau coup re- 
cherche les moyens. II voulut peindre les rrois graces ^ 
&: il leur fait dire ces mots dans fon tableau: nient^ 
^n\a di noij rien fans nous. Mais lui - m^me connut"* 
il la grace ? n on fans doute , car il y travail la. 

Bien peu d'artiftes one excelle dans l^art ds donner 
la vraie grace a leurs figures , & de la r^nir a c& 
snerite d'ex^cution qui pontribue a la carafterifer^ 
'Raphael lui-mSme a mieux connu la beaur^ que la 
grace ; & , comme Tobferve Men^fs , fbn pinceau fee 
s'oppofoit a ce qu'il pAt I'ex primer *, j^ajouterai que la 
fivirite de fes formes y nwttoit encore un obftacle* 
Farmefan a fait grimacer fes figures i force de vouloir 
faire de la grace; Andrea Sacchl y raalgre la beaut^ 
de fon deflin , la grace de fon pinceau , & quoiqix'il 
f6t^Uve de l^Albane, rend la beaute trop froide poup- 
:ivoir de Iz, grace ; parmi nous , les Coypels ont afFe6l6: 
4s; donner des graces a leurs figures , & par - Ik elle&. 



(^) fSuYxes compleni^s ^ Men^%, in^.' avoU V^f^^ 



Digitized by 



Google 



4»p GKA 

font mrnaudiires ; "Watteau , notre aimable \f afteftu n'M 
pas rendu Iz grace, 11 eftgracieux. Car Cj^qu'on enteni 
par gracieux en Francois , fignifie (e^ genre agr^able , 
doux , gajant ; iaais n^exprime pas l^^qutvalent de la 
grace. Alnli on dtt dans ce (ens ^e Mignard, C» 
JVIaratte , Pierre de^ Cortone , font des peimres gra^ 
«ieux, parce <fiie leurs tableaux reprefenteiit (buvent 
des'fenimes, des enfans 8c des fujets agr^ables , & 
que JoCeph Ribera, le Caravage, Jouvenet, n'oBt jar 
mais fait le gracieux , par la raiCba contraif Ow 

Pour exprimer que la grace fe trouve quelquefoia 
dans diverges parties de l*art , on dit ce tableau eft 
point avec grace , ce peintre met beaucoup de graces 
dans fes formes , telle compofition eft pleine de grace y 
telle ftatue eft cx^cMt^e avec graces enfin toure les 
parties de l^irt font fufceptibles de grace ; mais la 
grace y proprement dito, no refide que dans le chonc 
des attitudes & du ^araftere; d^s formes. {^Article: dt: 
M. KOBIN. ). 

GRACIEUX X^dj.) Cet adjeSif % une figni*' 
fication plus vague que le fubftantif dont il derive. 

£n effet^ lorfqu'on; dit qu'ua objet a.de l;i; grace >, 
cette nuniere. de s^exprimer donne une idee plus pre-^ 
cife y Sc infpice un fentiment plus determine , que fi 
I'on difoit quq cet objet eft gracieux. Ce dernier terme 
m6me eft fouvent fufcoptible d'une nuance dHronit 
que le mot grafe no^ rejoit pas. 

Ha grace infpire un int^rSt qu'on fe fent coitime 
force do refpefter, quand on n'auroit pas I'ame diC- 
^i?e aux ftntimens plus doux & plus tsendtes qu'ellQ 



Digitized by 



Google 



liifpire , & c« fferoit ua figne funeflre pour le fen* 
timent & les arts & elle perdoic cec avantage. 

On a defigne dans la peinture une forte de grace 
par le mot gracitux. On comprend dans ce genre tout 
les ouvrages de I'art qui font plus fufceptibles d*agr^- 
snens que de force. On aeu I'indulgetice d'y^dmettre 
jufqu'a I'afFeterie^ & au manicr^ denos mceurs. On dit 
d'une paftorale , oii Men n'eft fimple. & vrai , c'eft 
un ouvrage dans Ic genre gracieux : on dit par op- 
poljtion , d'une compofition oii roMt eft exagere, qu'elle 
eft du genre te4:rible. Ces diftin^ions tiennent a nos 
recherches mpdernes , & je les crois bien plus nui- 
fibles qu'avantageuCes aux arts. Elles conduifent i 
4es! idees faufTes qui ne font pas dans la nature , oil 
tout ce qui a rapport a Tart,, ^femble lie par des 
nuances qu'on ne peut clafTer , comme les couleurs cj^ui 
font te*lenient' fondues j^qu'on ne peut en faire des 
iivifions precifes^ Les jeunes artiftes^ & le public qui 
eft toujuurs jeune lorfqu^il manque de v^ritables inf- 
Utru^ions, prennent comme a l^envi , des idees de 
claftes & de genres qui les trompent. Les talens m^. 
diocres s^ attachent , parce qu'ils croyent s'y faire un 
Uppanage. Les luges ignorans en font la bafe de ledrs 
d^cifions , & tout cela tiuit aux progr'^s des arts, J 
teux dela peinture & des v^iritables^rtiftes. La juite 
convenance & la verite comprennent ttout ce ^ui m^« 
rite juftement d*^tre diilingu^. II n^y a enfin bien 
i:6ellcment que deux genres principaux dans les Beaux* 
iArts, \e ban & \e mauvais, : . . - 

Pour vous , [jeunes artiftes, fi vous^herchez expreP- 
lement dans vos ouvrages a €tre gracieux , il eft bien i^ 
«raindre quevvousne tombiez daQcI'affeSation, oti 



Digitized by 



Google 



%6± ts k A 

})lut6t dam PafiSterie. Ayez en vue la grace ^ahs \ii 
figures & dans les objets qui comportent cette per- 
fedion ; vous vous dirJgerez \ un but qui n*eft pas ar- 
bitrair^ -yinais (byez bren perfuades que plus vous fiaites 
d'e^brts pour donner , par exemple-y un air gracfcux aux 
t6tes que vous petgnezi plus vous vxmis ieioignez de li 
veritable grace. 

Dans le portrait j iVir qu*oh kppeJIe grdxieux eft 
prefque toujours une grifhiict. Tel eft dans la focietej 
fi on I'examine bieh , le maihtiien h^bTniel de. qiielquet 
femmes qui fe commahdenc le fourire; qu'elles 6ti 
compofe devant leur glace, qui &*exercfent i lih doui 
langage*, comme elles apprieniient des chanfons, & 
<jui faiis que leur amc s'iht^reffc , fe font uhe fekfi* 
bilite de circonftance & de moAeht* 

He mauvais peihtrd '^e portrait cfoit ^endre Tes tirel 
gracieiifes en relevant les coins de la bouche. II penf^ 
leur donner du fehtimeht , en allotigeant & tappro^ 
chant lib peu lies paupier^s, & en foulevafitla pruhelle^ 
Ces moyens ridicules expliquent la* maniete dont il 

concoit; le lens du mot gracieux. 

r 'J * ' ';•■ >'-■'} ( . 

, Que les aptiftes plus, hablles fe^ rappei|ent fi>uv^t 

•es ridicules. Ce prefervatif eft d'aut^t pkis h^ceiT^ife 

^ijfils reneontrent tropfouvent danfr ia.lbciec6 de eel 

Jhyfionomies de cotnmande. : ^i „. . 

■ On prefcrit l^air gfacieUx , \% vcAm gi^dctiufe aux efi* 
fens. On appell^ t?rift'e* & peu fociableis ceux qui aban*^ 
donnent leurs traits a la dlfpofitibh de^leur iniisf. Ceft 
till mal piii^-^ffe il^c^flkite dahs la foci^t^. II n'eft 
fas aiffi neceiraire'''dlaris8' la peiiiture \ 8c les peinrrei 
H€y talent bieitau lading CKmfi^ei^'df^ieitionde qu^il^ 



Digitized by 



Google 



tB R A 455 

%t^ent , les types de la franchife du fentiment , & det 
vetites de la nature. {Article de M. Gavelet*) * 

G R A D A T I O N ( fubft. fem. ) Si la gradation en 
^rhetorique eft une difference gradu^e des expreffions 
par lefquelles on parvientala plus forte expreffion-, la 
gradation dans I'art exprime les difFerens degres qu'il 
eft neceffaife de parcoutir afin d*atteindre au plus haut 
degre dans chacune des parties qui le compofent* 

Ainli, par rappoft i la peinture , il faut de la 0^-4- 
dation dani la i^fpc^tion , dans \es formes , dans les ca:^ 
ra^ires , dans les exprejjtons , dans les mduvemens , 
dans les plis des draperies , dans les teintes , dans les 
tons ^ &c. 

Si nous nous etions occup^s d^un ouvtage complet 
fur cct art y nous aurions voulu , par le fyft^me de notre 
plan , tfaiter de la gradation en parl^int-des diverfe* 
patties que nous venons de nommer ; mals n*ayant pas 
^te \ portee de fuivre c^t ordre , nous p^rlerons dans 
cet article de la gradation^ dafts toutes les palrties 
dont les mots ont deja 6te publies , & nous \enverrona 
tios opinions fur la gradation dans les plis\des dra^ 
peries J dans les teintts ^ dans lesronj, 4anyiesmozf- 
vemens aux articles de ces divers mots. 

Tout homme un peu reflechi feiit <ju*il d^it y avoir 
ie la gradation dans les ouvrages de I'art , foiifque la 
nature en montre par-tout. t 

La difpofition des grouppes & dcff figures eft le 
premier point dans lequel la gradation dbk &tve ob> 
fervee : tellement que d'elle depend la clart^ du ftij«t» 
Veut-on conduire Toeil du fpeftateur fur le prihcipal 
per&nnage de la fc^nc! il faut que tous les' grouppes., 



Digitized by 



Google 



^4 G R A 

toutes les iigures m^nent i lui par les d%r^ de leuif 
plans , de leurs formes gen^rales , & de leurs anions'. 
Porusdefait & blelTe eft amene aux pieds d'Alexandre. 
Dans Qe moment la chaleut de I'a^iion eft appaifee ; 
cela fe voir au calme du het'os de Macedoine ; cette 
tranquillite de fituation pafTe a fes favoris , & diminue 
& proportion que l^s figures s*eloigndnt du perfbnnagc 
capital, Lzgradrntion d\Gtioh , relative a la dtfpofitian^ 
entrain e audi celle des formes des grouppes. 

Le roi des Indes & ceux qui lier portent produifent 
tin enfemble dont la forme eft tranfvtvfale par fa dif- 
pofttion ; Alexandre a cheval devenant plus ^lev^ eft 
difpo(e en pyramide, & les divers grouppes de foldats 
qui combattent &: am^nent des efclaves, offrent des 
angles de diverfes oUvertures. Les phns fe fuccedant 
mvec clart6 & fans ihterrujpuon ]ufqu'au roi , ToBil les 
a parcoiirus , & s'arr^te oi^ ils font interrompus ^ je veux 
dire k la figure du vainqueur de I'tnde. C'eft ainfi que 
I'attention eft fix^ par la graduelle difpofitioh des 
grouppes vers le but Oil r^ftde la morale & i'heroifme 
de cette fc^e po^peufe. Telle eft la ie^on que le 
tableau de le Brun lious donne fur la gradation dans 
la difpofition. Le Pouflin dahs un fujet moins heroique 
I'avoit donnee par fon tableau de la manne; mais 
Teftelin daAs f^s tables fur la peinture n'eiit-il pas prefi- 
rablement ck6 celle de le Brun , fi celui-ci n'aroit ^6 
fon contemporain ? . 

II eft une gradation dans les formes de la' compo- 
fition pittorefque & dans celles de chaque figure. Pour 
la premiere efp^ce, citons Rubens : foit, qu'ij prefente 
Henri IV & Marie de M^dicis^dans i'Olympe fous Tem- 
biemepoetique de Jupiter & de Junon, foii qu'il veuill« 

noua 



Digitized by 



Google 



■I 



G R A '^f 

. fcou8 fixer fur Paul terrafle par la voix qui lui reprochq 
& perfecutiofi impiii : les formes de detaik QonduiieAC 
p&r degrds aux formes gen^rales de ces compofitions^ 
&y repandent une grace qui s^obcient par leur gradw 
tion. . ' 

Les formes du corps humain pr^lentenc utie fenfible 
gradation Ceft datls les <»uvrages des Carrach^s, plus 
encore dans ceux de Raphael & de Michel-Ange, mais 
fouv^rainemeti^ dans le^ fculptures antiques q\i*il en 
faut voir les Cottibinaifohs exquifes. £lles les portent 
au fublime. Le corps du Laocoon, les tetes de i*Anti- 
lious , de la V(§ftu6 , du Juptter &c. montrent dans quelle 
proportion de degres une forme doit conduire ^ une 
autre* La gradation d^une forme refTentSe a une forme 
di^licate , &: alternattvetnent Aes formes douces aux 
formes majeures y produit la jufleife des contours qui 
indique l*age, le fexe , le caraS^re, & T^dion des fi- 
gures. Par la gradation , crn jouit fans choc des diffe- 
rences infihies qui fe trouvent entrejtoutes les formes 
du corps qui cependant conferve fon cara6lere gene- 
ral t mais c^eft ici que les mots manquent; c'eft 

ici que les yeux mSme panqueront a toutliomme qui 
n'aura pas ^tudie bien dies ann^es le crayon i la main ^ 
avec de la fagacir^ & de bons principes , les ouvrages 
calibres que je yiens de citer. PafTons Ik \z, gradation 
dans les caraA^res. 

Cecte gradation fera fentie par tout homme d'efprit : 
& c*eft ce qui a fait j'lgef le Pouffin d'une maniere (i 
int^reiTante par tpus les gens ^claires. Mais Raphael le 
furpafToit encore. Pour montrer juf^u^oii il portoit Tare 
des caraderes dans- tous les degres , choififlbns dans 
les ouvrages de ce grand hoauae ua des molns pi-^. 
T^mctL Gg 



U 



Digitized by 



Google 



466 G R A 

quans par i'expreflion. Par exemplc lesnoces deTff- 
che , qu'il a peintes a Ja Farnefine* Les Dieux y aflifienc 
tvec dignity & par con(equent , on lit peu les afFeAions 
de I'ime fur leurs vifages ; majs comme on reconnbk 
toutes les differences des cara&eres ! par qi^elle fu- . 
bliitie gradation^ de Gar.ymede t^ce limple & naive, 
bti kfrive I la Aiajeft^ terrible de Jupiter! Icsfemmes 
de tiiSme deptiis Flore jufqu'^i Junon ^ font psrcourir 
j^ar des degr^s qui multiplient I'lnterSt^ tous les difierens 
gchres de beautes, toutes les diverfes fortes de graces. 

Raphael eft , i moh jugement , le peintre qui a porte 
ixx plus haut degre I'art des taraftcres , & il feroit dif- 
£cile d'en nommer un autre qui ait fu faire fentir^ 
comme lui , leur gradation^ On peut encore le citer 
pou)- celle des exprefldons , dans une fc^ne inunenfe oil 
H a fu I'appliquer, fans foibleiTe , fans difiraAion. Je 
veux parler du tableau appell6 la Difpute du Saint* 
Sacrement; d'un c6te, le depit, I'inquietude , I'agitt- 
tion, la colere, Penvie fe lifent dans les figures des 
H^refiarques qui s'occupent II combattre la ^royance de 
l^£g1ife; del'autre, courage ,^force, infpir^ion) pitie, 
toll! c6 qui efl tr^-bien exprime daiis celles det 
P^res ri^uhis pour repoulTer leurs efforts. Toute cettc ' 
^artie terreftre du tableau , ne fait voir que des ex- 
Jreflibns qui tiennent a I'homme foit en bien foit en 
snal. La candeur, la profondeur de 1' intelligence , la 
plenitude dela confiance, les tranfponsde la beatitude : 
tels font l^s mouvemens qui r^fident fur les nuages, & 
telle eft la gradation par laquelle on parvient a la &" 
gure majeftueufe qui reprefente la Diyinit^. 

Nous pouvons parler d'un ouyrage aufli k frefque 
fur un fujet xnoitut fublime^ oil les.«»f*c^ons font 



Digitized by 



Google j 



GRA 4«j 

^ftdu^s pat ies i^iances bien ful^tile^, tc c^endairt 
'bien (eofibles* {l eftdu Dotniniqum i Grotta Ferrata. 
L'adion en eft fimple. Un Saint Atb^g^^ ir un jeunb 
homme par I'attoucJiement d'une gquttCv d*hui]e* Ce 
perfonnage eft tranqi^lle , mais p^^r^ d'une o6niianc4B 
touce divine ; & on parvient graidueU'ement ) cett^ 
cxpfeflion p^n^trantc par cent du malade, dom fa 
iatisfadion iht^rieufe eft bien ftnrie , par les tranfports 
d^admiration du pere, par la reconnoiifance & la vWe 
Amotion de la m^re y enfin par I'efp^e de ilupeur de$ ^ 
idliftans. 

Difons qu*en g^n^ral la gradation dans les divferfea 
parties de Part, ifert i faire yaloir un point par un 
autre point : non pas par un effet qui r^ponde k cclul 
des oppofiiions; mais en tondi^ifant par degre au but 
d'intdr&t que veut produire l^auteur de I'ouvrage : eh 
cela bien di^rente 4e la vari^t^ qui admet tout 
poutvu que rien ne f<i rciTemble , la gradation n*a d'efKt 
que pat l^accord qui fe trouve entre- des objets diffe- 
rens. EUe eft mefur^ , & ce h*eft que par des in- 
tervralles proportionn^s qu^elle s'avance^ laperfedion 
dans les grindes parties dei'att qui , comme nous Tavbns 
dit, en ibnt toutes fufceptibles. {^Article de M. Ro^ 

JWN.) 

GRAIN (fobfe. mafc. ) tienfte de ghivure. On 
yemploye pbur d^ner VeSet que f roduifent les tallies 
difFeremment croifees entr'elles. Ctfx tailUs forment uH 
ton y unmauvais gtain. 

; GRAND (adj.) On doit defigner Ic tnot grand 
dansia j^Slntura comSLe figure^ parce que le peti^. 

Ggij 



Digitized by 



Google 



H69 G R A 

nombre d'acceptions dans lefquell^ il eft prfs au 
|>ropre, ,apparti«nneiit phitdt a la langue generaie^ 
i{u'au langage de I'art. 

£n efFet on dit un grand tabUau , comme on dit un 
grand nuuhie ou un homme plus grand que les autres ; 
mais lorfqu'on dit un grand car^^Tt da compofition 
ou de figure i une grands manUrey^n Vexprime figur^ 
menc , 8c dans ce langage de I'arc , on eft m^me au- 
corlfe J par une mani^re de parler qui lui eft ^ropre , 
ii dire : II y a dans ce quepeint ^u diffine le Qorri^e^ 
parexemple, un grand :^ un certain grand qui frapp f 
O qui plait. 

On die de m6me une grande machine , pour defigner 
«ne compoficion impolante *, cette figure eft grande ^ 
pour exprimer qu*elle eft majeftueuie. Ceft done re- 
lativemenc a l^'impreffion que certains objets repr^fentla 
font fur I'efprit & fur Vame , plut6t que fur les regards , 
que l^on fe fert du mot grand. 

Le grand ^ dans ce fens figur^ , appartient de biea 
pr^ au fiibllme, Un grand caradere de dellin & d'ex- 
preffion eft a-peu-pr^ ce qu'on peut concevoir de plus 
propre a frapper , a Clever I'ame de^ceux qui &'en oc* 
cupent* 

Le grand eft fimple & tend prindpalement i une 
nnit^ d'effet comme le fiiblime. 

La multiplicity de parties , d'aftions , d'omemens ^ 
d'accelToires , eft contraite am grand dans tous les 
mrts , comme dans la peinture. 

Ainfi une figure dont les principales parties (mi 
principalemefTt defignees, mais dans laquelle les d^ 
tails peu importans de ces parties . ne font pas afTet . ^ . 
prononce:^ pour fixer & acts^che^ partiflle»cnc les re-^ 



Digitized by 



Google 



6 R A i6p 

f^ards & rattention (fi tfailleurs elle eft r^guU^re 
dans fes proportions, &: jafte dans Ton mouvement) 
a un carad^e grand j qui ne peut mancjuer de fe 
feire appercevoir. 

De m^me un fite qui ofFve peu de ^^tails particu- 
liers d'objets , mats qui eft compofe de vaftes plans,' 
& ^claire par de belles mafies de luini^e & (Pombre , 
offre qiielque cbofe qui lAfpire l*idee de grand, ^ ' 

Un fujet compofe de peu de figures , accompagn^ de' 
feu ^accelToires , devieht gmn</ , parcc qu'il eft fimple, 
& qu'il tend d'une mani^re fenfible i I'unite de com*^ 
pofirion. 

Si cependaitt les fujcts que traite 1*2^8 ft e exigent 
b^eaucoup de perfonnages, comme font y par exemple , 
les ceremonies , les tumultes , les batailles , il £iue 
Alors , pour qu^ls paroiHent grands , pour que leur com- 
pofition ait de la grandeur, qu*ils foientfi bien ordon- 
11^, que les objets , difpofes par grouppes, o" ^clair^s ^ 
^ar maffes , rappelletK une (imp^icic^ & une unite de ' 
coaipofition , qui ne |^eut pas s'y trouver d'api^s'Ie 
nombre des objets qui doivent y entrer indifj^en^ble- 
ment. 

Le repos que ces fbrtes de compofitions^ ordonn^es^ 
avec art , & dans I'intention que je viens d'expdfer ^ 
occafionnent aux regards, ainfi que la facility qu'elles\ 
procurent au fpe6lateur de fixer Ton attention , & de 
comprendre aifement le but de I'adidh generate , Uni- 
valent i lafimplfcit^ fondee fur le petit nombre. 

On fent , par ces explications , que les afiions fimples , 
8c qui ont par elles-m^mes un cara^lere d'unite , ainfi 
que les mouvemens nobles , tendent d'eux - m^es a 
ee qu'on entend par grand d^ns le langage de I'art,* 

e "I 



Digitized by 



Google 



f^> IB R A 

On confolt par oppofition que tout cd qui eH eomplk 
que , furcharg^ dans les chofes^ dans les anions , dans 
J^s expreffions, s'eloigne du gtand^ & qu'il eft plu« 
difficile I, l^artifte de I'y ramener. 

Voili ce qui regarde le choix du fujct & l*ordon» 
nance. Par rapport au choix , c'cft la (implicit^ lioblei 
ic l'^nit^ quf y impi^fnent le fceau. de la majefte & 
Ae la grandeur; & quant a IWdonnance ^ ce font les 
4irpofition» des mafTes, 4es grouppes, (bit d'objefs, 
foit de lujnieres & d'onibres qui lui donnent le ca- 
raft^re grand. 

Le choii^ des couleurs tnflue fur ces moyens , parca 
qu'il C9ntribue«a I'-unit^. de I'liarmonie & m6me du 
clair-obftur. 

. /Si I'on parcourt les autres arts , ton t^'ouvera que le 
snot grand a les m^mes principes , & relativem^pc Ik 
chaque art , les ^^es caraA^res de Qioyens. 
^ Hom^re.eft gran,d dans I'lliadc , par la fimflicite de 
Ton fujet , de Ton a^ion 3 de C^s details mSme qui ne 
font point campriqu^, point trop deeompoieSy par 
fpn raifdnnement qui eft jufte , fes expreffions qui 
font nobles fans recherche, & par la propriete dec 
mots. 

Un Qurrage d'arcjhitefture vaftc , ou d'une dimen- 
tion born^e , offre un grand cara^ere , lorfque fes^ 
luafTes font fimples ^ & que fes d6tails blen proportion- 
nds , places \, propos & point furcharges d'ornemeAs , oe 
nuifent point a ce premier effet d'unir^ qui a h€ l*in- 
teutton de I'Auteur , en difpofimt fes maffes d'une nua- 
niere grande. Vn tr^-grand Edifice peut avoir un pait 
caraAere ; cependant il faut remarquer que 9 dans U 
leule archite^ure peut-^Stte^ une ma^o coafid^iable dt 



Digitized by 



Google 



^Stiment, quoupie defedueufe a bleu des ^ard« , comme 
les galedes du Louvre , & tels qu'ecoient plufieurs 
^difipes anpien^ dot^t il noof refie des veftigefi , pent 
avoir i^n cara6l^re grand. Une des raifont, c'eft que 
le rpedk^teLM* ^cant oblige , pour Teinbraifer entf^rement 
d'un regard , de s'eloignef beaucoap^ le^ petiu detaite 
qui en fbrmfeitt les defauts , difparoifibnt , & qu'ott n'ap- 
per9oit plus que de$ mal&s j. qui y dans cet art , fonc 
toujours r^guliereS),par^ qu'islles Homx ciit^infcritei 
par des ligii^ droite« & fqmAeiit .4«s parallelograouRet 
r^guUers pdiir la plupart. ' 

£nfin da^s le difcpi^^s m^ipe , 4m mot qui enfeivne 
tin fens bien ju|le y un fenpment bien (^ecide a quelqu« 
chofe de grand par fy (i|»p|icHe., C'cft ce qit« I'on 
^prouve ^ lorique le vieil Hera^ de Comeiile ripond i 
Qu^U mQumty 8c Von voittfeiifiblcneat quele fecond 
ym, pa,r ua;det|atl inutijf .en ce moffiem , alfoiblif: le 
grand qui r^QiltQijt de deux jn^its fimples qui expdmen^ 
lin fentiment teis-noble. 

S\Lr quo^ je o^ perQietitrai d'o^ferver que r^lati'^ 
veihent tiux hemes de riaitelligence des,hlMnmes^ 
& aux de£ir frequent qii'ils oftt de 1^ ftanchy ^ 
le va^^ .8^ le vajle da»s lea idees &' dans les 
chofes, produic alTez fouvent I'efiet du gumd^ qui 
eff^^v:eoie%t .y. femble ^ocBipris. Le vapLt n'offrafitpas\ 
de deteri^iuati4>n precife i I'eiprit , & l^vafU hViffranf 
aux regards que des Itmites indecifes & tres-6tendues % 
il en rifultc we force ie grand y a la vlrlt^ indeter-^ 
min6 , mi9.h qui eft impo&nt. 

Ainfi , cette expreflion frappante : t/n h'omme s'eji 
rencontre^ en impofe , parce qu'dle repr^fente va- 
f^mmsii\ ua liemme qui^ peut-Stre KitiqueiUr la terre ^ 

Gg iv 



Digitized by 



)y Google 



^7* G R A - 

s'oftre dins une circonfttnce intere^ante ; Ae mime 
une plaine tr^-etendue , la furface de la m<5r, qui ne 
femble i>omee cjue par l^horifon., le tems , iVfpacc, 
I'uiiiversy la nature, tous ces mots & tous cea objets 
tnpn qui n'oifrent que des ideea vagues , otic quelque 
chofe de grand* 

Je reviens ,^de ees idee^ raftes qui pourroient m'ega- 
rer trop lola de mon fujet, aux difciples de la peinture , 
pour ajottter k ce que )^i dit en genial fur le mot 
grand , quelques oonfeila plus relatifs i I'art qu'ila 
veuknt pratiquer. ' 

L'exi^t^, Poutr^, le gSgamefque, font les ^cueils 
que vous avez k cnxtidte p Ibrfliue' yous defirez de 
vousmontrer^an^ dans vos ouv rages , &ces ^ueili 
^ont d'autant plus dangereux qu*ils fe pr^eiiteront 3 
VOU8 y 8c yous attireront , fi votre genie n'a pas , pour 
•inii dire , en lui^m^me , la ^v^ritlible mefure de la 
grandeur qui convient aux moyens de votre art. Une 
figure plus petite que nature pent avoir le plus grand 
caradere, &un figure glg^ntefque court rifque, lorf- 
que Ton manque de lui donner le caradere dont j'al 
parle, d'etre d'autant plus imparfaite & d'autant plus 
ridicule, que Cbs d^fauts frappent alors en raiftn de 
fe$ dlmenfions. 

La figure outr^e dans Ton attitude ou ^ns fbn ex- 
preflion , ou dans Tes mouvemeiis , eft bien loin de la 
grandeur dont nous avons parl^. 
. Lacolere du maitredu monde s'exprime avec gran'* 
deur dans Hom^re par un feul moavcfnieiit dea four* 
«ils. 

Obfovez un petit bomme : voyei-le d^ontrer (bn 
cpurrouxj V^L&ixivi le rend ^u^em rid^cu^e. 



Digitized by 



Google 



G R A 47J 

h pd&nteur & la mH-zireffe rabaifTent , pour ainfi 
dire 9 le g.4iit qui percl aiors le caradere grand que 
fembleroit devoir offrir fa dimenfion 

Ayea done I'ame grande , fi vous pourez vous donner 
cetcequalite ou cette dimenfion morale , & vos figures, 
Vos compofitions Ceront grandest II feroit aiiede recon-' 
BoStre qti^ oecte perfefti»n de Tart eft une de cellea 
qui dependent le plus du carad^e de Partifte^ 

II eft yrai que f ai eu^tort peut-^tre de dire: ayei 
une ame grande » car on ne fe donne pas ce dont la 
nature feule s'eft referv^ la diftributlon , qu'elle exeree 
avec une in^alit^ , dont on a trop (buvent droit de 
le plaindr^e ; mais enfin ce qui eft certain , c'eft qu'un' 
peimre qu^ eft bblig^ de chercher hors de lui des 
modeies du grand , s'y trompe {buvent , ou les imite mal,' 

II trouvera plut6t ia beaut^ dont il ne ferapasdou^, 
parce que la beaut^ a pour la iaideur un attrait que la 
grandeur n^a jamais, pour hi petiteffe i qui elle eft plus' 
ordinairement antipathique. 

Soyez bien convaincus ^ poiirroit*oa dire 3^ tous lea 
liommes, que l^orgueil, & la vanite flir-tout, nefonc 
point la veritable grandeufr.^ ' 

, Mais enfin, fi, comme artifte> vous n'dtes pas ti& 
grand y conlblez-VQus ^ fUf-tout ne croyez pas en impoler 
par la vanite & par les dimenfions gigantefques de voir 
figures. On peut itre vertueux , eftimable , 8c mdme 
cr^s-bon peintr^e, fans avoir ce^carad^re grand dont 
tralte cet article, & fans entreprendre les ouvrages de 
peinture qui exigent principalement qu'on foit grand. 
L'objet le plus el^entiel dans les arts eft dene pas 
i^obftinerala pretention de parohre'ce que I'on n'eft 
pas. I^s efibns qu!on perd pour acqu^rir ifne perfedioij 



Digitized by 



Google 



%n « R A 

i liqu^Ue on Ae peut atteindre , prlvent miflie ds celM. 
^'on a redoes 4e la naiuie* {Article it M. Watb* 

LET.) . 

I 
GRANDIOSE (adj. ) du mot gfondicfoy employ^ 
pix left artt^es d'ltalie. Cci tenne qui apparti^nc pluar 
particulicrenieikt i la peUitnrv que le precMent'donc 
11 derive, en/emyfunte auiU ea graode partie (a fignir 
ficatioQ. Gependant le mot grmtdiofe \ ua fens qui 
lemble mains d^ternin^. II fe dit d'une compofitioii j 
4'une figurr» mdme 4'utif fente t^e > Ac defigne , pour 
miafi dire, I'appareace du graad , eafiute qu'oa diroit , 
tetH tffuiji , o^ I'Skauche 4t ce taUeau a quelfue 
^Jiofe de gmndhfe / atu tiu a ptine iniiquit paroSt 
gfondiofi ; oa dit d^ le payfage , m fitt granMoft^ 
Le graad fuppafe r#iivrage termini, &: exprime un 
iug<Maent pr6ci^ &; ^felumeat d&eimin^. ( Aniclt ia 

M. W'ATEi^T. ), 

; CKANmqSlTt (iubft. fern. ) La graniiofit^ ou 
le grand ftyle , eft coinme rebftrve M« Meags , cetai 
oii le peintre a fait choix d^ giaadea partiet, ea oaiet-i 
tant les laMiocre^ fe les petitest Le rijs^e de I'liaaiiite , 
par exemple, €;& ^ompoG^ dH^n fm&t^ de iburcilsi 
dV^ux , d'uA nezl, de )oues , 4'un awea^en ^ d'uae faarbe. 
C'eft ce qui forme fes grandes part^ , S^ ^acuae en 
renferme beajucpup 4'^tres plus peti^es. Si H peinire 
t\t cherclie qu'a bien repr^e^Mi^les parties prtacipalea 
dont nous veiions de parler t, |l awa 44n grand ftyle ;. 
s'il s'arr^e d^ m$;^e aux f/es end^s^ , (on ftyle ne f<sra 
que mdyen ou ni^iocre ; &: lorfq^'enfia il defcead 
dans ks plus petits details^, &n A^le iWient .petit ,^ 



Digitized by 



Google 



OR A 3|7f 

vtefquSn ^ & InStne ri^tcule. On'peut "doiac tojmbcrr 4atii 
le ftyle meiqutn en peigntnt une figure cplloflale; ik 
mdme qu'oa peut avmr an grand flyle , en repr^entant 
de petits ob^ts. - 

Or, comme H petntttre ne fert qu'i rendre^l'appa*' 
rence vifible des chofes , &: mdme leur app&rfncfe vi*' 
. (ible ^ uhe certaine diftanoe du fpeftateur , elle aura 
atteint foii but routes Ires ibis qu'ellenous donnera un^ 
idee (^laire, Evidence v& qu> ne fatigue point P^fjjfifrt 
Toii^ ce qui fait que le grand ftyle eft en mtmn^ 
temps le beau ftyle. 

^ Quelques petntres cdl^res fe font £ut une fiiuft 
idee de la grandi(^U ^ & ont cherek^ i y |>anrenif 
par des routes torcueufes qui li'ont fervi qu'a lea edi 
barter. Michel-Aoge , par evemple, auroit cprrompu^ 
par Ton afcetid^t , Icf gbAt de fdil^fi^cle , ft Raphael ne 
«'y f4t fi» oppoie par (bn gdOfr pins Judicieux* Mi» 
chel-Ange, pendant la loligu^ dur^ de fa Tie, n?a 
jamais tatt aucun ouvrage de peinture, ^de iculpoire^ 
ni peut*-Stre m^e d'atchitedure , avec l^inteifition do 
plaire , ou de preduife la beauts ^ qu!il ine connoifToit 
pa , &ns doute ; m^ ^nilement pour fiuve briller Ibti 
fiivoir. On volt que, dans couces fes figures, ii a 
chercb^ les attitudes les phis violentes y les plus fbr^ 
•^ , ou ceHes qui ^toient les phis prcf res a falfO 
patoStre fe^ eonnoifiances dans Panatoii^e ; audi a-^t41 
fortement prbnonoe les mulcles & I'^mplacement des 
^8 , ctHnme s'il avoit craint que le fpe6Uteur n'e^t pas 
reconnu Ton talent fans ces formes lourdes & chargi^es^ 
Cet artifle creyoit cependant avoir mn grand ftyle , 
. quoiqu'a la lectre il n'eidt qu'un petit ftyle , puifqu^l 
te cha)^eoit de taoc de dltails^uM auroit d& negli]^r« 



Digitized by 



Google 



ijT* G R ^ 

II luffit de voir foil fam^x jugetnent dernier, pour 
'fe coiivtincre de ce qtre je dis , & jufqi^'o^ I'extra^ 
vagance peut ^garer un artifte dans la compofition de 
les ouvrages. M* Falconet a eu raifbn de dire que lit 
c&ihre Moyfe de Michel-Ange refimble plutdt k urn 
format qu*k un legiflateur infpir^. 

Sts OBvrages meritent pourrant d'etre Studies , pour 
le former dans la corredion du deffin & dans la connoif-* 
lance d« I'anatomie ; mais en ferappellant tou jours que 
ce ne font ]| que des moyens qui peuvent conduire 
•n y^itable but de Tart. ( Extrait dts ohfervadons 
de M* le CsEVALt^n Azaha , fiir UtraiU deMengs^ 
intituU : R^exkms fur la beaut6 A fur le goAt dam 
h peihture ). 

GRAPPE DE RAISIN. Ceft au celibrcT TIrien, 
4it-on, que I'arr dcb la peiature doit les principes 
caches qu'on donne l entendre aux artiftes , par Texemple 
de Izgrappede raifin. Le favant peintre que je cite, 
qui feuc %tre regarde comme tin des plu^ grands' colo- 
riftes qui aient exift^, en refl^hiffant fa*«s doute f^r 
Faccord de lacouleur & dn clair-obfcur , avoit obfcrv6 
que la degradation des nuahcet & celle des effets de 
Ya lumi^e 9c de I'ombre , produifent dans un petit ef-- 
pape, k regard des grains qui cfrnipofent une grappe 
de raifin, ce qu'ils produi^t/d'une mani^ moins d^ 
montree & plus difficile 1 appercevotr fur les corps di-^ 
Vers, qui, dans un plus grand champ, s'ofirent fans 
cefTe k nos regards. . . 

Titien fe fer^^tt done de cet objet de conparaifun, 
pour d^velopper fes idees & pour renitt plus^rap- 
P^ntes les inftru&ipns qu'il donnott a fea 6^e$M Dana 



Digitized by 



Google 



V 6 R A 477 

pes inftruftions, 11 leur faifoic remarquer que chaque 
grain en parciciilier eft l'ob)et d'qne degradation de lu-* 
mi^re comme mfenfible & d'un^ degradation de nuancet 
extr^mem'ent fines ^, a caufe de la forme r^guli^remenc 
ronde de chacun de ces grains f 8c qu'en mime-temf, 
ces degradations partielles font toujours fubordonn^s 
elles-mdmes a une degradation plus 6/endue , qui a lieu. 
fur la grapft enci^re , r^gardee comme un leul corps : 
«ffet femblable dai^s fes principes &: (es con^quencei 
i celui qui s'op^re danf cha'que grain en parciculier. 

De ces> o^fervations , tir6es de la grappe de rcifin , 
SI entroit (^s doute dans tous les details qui £ont da 
relTort de I'accord des grouppes & de I'harnionie du co- 
lons & du clair-obfcur. 

^ Nous trouTons Papplication de ces loix qu'il con- 
noi^oit i\ bien , dans fes ouvrages ; mais il faut avoir 
deja fait un chemin afTdz conHderable dans I'art de 1^ 
peinture paf le ralfonnemem & I'obfervation , pour ^re 
en ^tat d'entendre ces lefons pratiques, de lire dans 
les tableaux des grands mattres & d'en profiter. Rien 
n^eft audi jiifte que le, cenfeil qu'on donne aux artiftes 
qui commencent leur carriere, lorfqu'on leur dit : 
Voye\ y €tudit{ Its ouvrages de Titien , de Raphael , 
de Vandick, lis cherchent "k ob^ir fans doute ; mai« 
s^il en eft beaucoup qui regardent , il en eft pea qui 
yoyent. ( Article de M. TVaielet, } 

GRAV E;R ( V. aft,) Graver en bois, en picrret 
fines , graver des m^dailles , graver k I'eau forte , au 
burin , en mani^re noire , \ la mani^re du crayon ^ 
en gravure pointillee. 

L'arc.de gravM^ en m^daiiles tienc k U {artie de ls| 



Digitized by 



Goo^(^ 



47* G R A 

ftnlpture qu'ofi "nomme* bas - reliefs , & n^m cKlJefe p«# , 
pour l*arr. Celui de graver en pierresiines tient I U* 
Iculpture en bas-relief & en ronde-bolTe. Le racier 
de Ces deux genres -de gravure ou de fculpture en 
petit , apparti^c ^ti^rement IL la pratique. 

La theorie de la gravure en bois eft la mSme que 
Ifelle de \z gravure \ I'eau -forte & au burin ; en bb'> 
fejrvanc cependanc que les proc^d& de la gravure en 
bois & la matii^re fur laquelle elle opere , ne lui per- 
mettent pas toutes les fineiTet & toutes les resources 
qu'offrent la pointe & le burin operant fur le cuivre. 
' La theorie de la gravure , en mani^re noire , de Ik 
gravure color^e , de la gravure pointill^e n'eft pas diffe- 
reme de celle du deflin. On fe contentera d'en in- 
diquer en peu de mots la manceuvre I I'article Gra« 
tURB , & on fe refervera d'en parler a^ec I'etendue 
tonvenable dans le Didionnaire^ de la pratique. ' 

La th^rie de la gravure dans la mani^re du crayon 
eft bien (imple , puifqu'elle confifte i copier fbrvile- 
ment les hacbures & legren^ du deffin qu'on veut 
l^ndre. Ceft done dans le Didtonnaire de la pratique 
qu'on doit chercher tes details de ce m^ier. 

Mais quoique la ^mvi//vlla pointe &:au burin ne (bit 
^'une manii^re de deffinerou'de peindre avec I'un de 
ees deux inftrumens, ou avec ces deux inftrum^s 
combines , cependant comme ils produifent des travaux 
bien difierens dc cenx du crayon ou du pinceau, fc 
que Texp^rience & I'obfervation des artiftes ont ^it 
connottre quels ^toient ceux de ces travaux qui con- 
venoient le mieux aux d'ffereh sob lets, la theorie de 
cette gravure eft devenue fort ^tcndue. Nous allons 
^ donn^ quelqu^s details , non pour ^lairer les ar- 



Digitized by 



Google 



cjftes, mais pour fatisfaire ceux ^es amateurs qui n^ 
(one pas ^ntr^ dans une coimoifiknce intime d'un art 
qui fait leurs plaifirs. 

Pour rendre ces details ittfelligi1>le&, il eft n^ceflair^ 
de dire icj quclque chofe dte la pratique. 

L^ planche deftin^e ^ graver I I*eau- forte eft cn- 
ti^rement ,couverte d'une couctie tr^s-mince de vernis 
fioirci Ma fumee. On fe fett pour graver fur ce vernis 
de pointes d'acier ajuftees k un nianche de bois , gros 
i-peu-preg comme une tr^- forte plume. 'Chaquc 
trait de pointe doit enljever le vernis & laifTer le cuiyre 
k d^ouvert fur fon palfage. Ainfi ce qui fera blanc 
dans Peftampe , conserve fur la planche le noir dii 
yerniti, & ce qui fera hair a la couleur du cuivre que 
l^ppofition du vernis rend tres^-brillante. Quand le tra- 
yail eft fini , on le fait creufer plus ou moins par I'eauv 
forte, Ce n'eft pas ici le lieu de parler de cette op^a- 
tion, \ 

La pravure au butln opire fur le /cuivre nud. On 
commence feulement par tracer k la pointe fur le vernis 
}e contour , & les places des principales formes , des 
ombres & det Itimieres ; hiais on ne fait pas mordre 
ces traits \ l'«au- forte , & on d^cottvre le cuivre qutod 
lis font eniiirement places. Ih n*y laHTent qu^me trac^ 
li^^ere , qui (e perdira d'elle - m^me dans la fuice du 
travail. 

Le burin i&ft une ^r^ it lame ^paifle d*acier , quarr^^ 
ou lozange, termineeen pointe^ & coupant d'un feul 
c6te. EUe eft -mcmt^ d'un manche de bois en forme 
de pomme , bu de champignon , qu'on coupe d'un c6t« 
pour que rinfti^mimt avec ion manche puiiTe fe cou- 
4her i plat fur le cuiyre, Ce manche , qaand on graye^ 



■Digitized by 



Google 



4»o GKX 

eft appuy^ contre le creux de la main, o^ plat#t 
contre la partie interieure de la main que couche le bout 
du petit doigt quand on le ferme fans effort. Le pouee 
& le doigt du miieu preffent & cuntiennent la lame 
du burin done le doigt index couvre le dos. Get infiru- 
ment eft pouiTe par I'os dii bras. 

Que cela fuffife ma'ntenant^pour les moyem puremene 
ih&haniques de la gravure , & pafToni aux moyens de 
rart. 

La taille principale doit 6tre trac^e dans fa fens dii 
mufcle ft ce ibnt des chairs quel'bn j^Aav€, fuivre la 
marche des plisfi ce font de« draperies, ktve horifen- 
tale, inclin^e, perpendiculaire fuivant les difierentef 
inegalit^ du terrein , fi Ton a des terrafles i graver. 
Comme on peut conlid^rer des fabriques fbui deux di- 
menfions difterentes , leur largeur &: leur hauteur , on 
peut en ^tablir la premiere ta lie horizontale ou per* 
pendiculaire. Le fens perpendiculaire doit dtre prefers 
dans 1^& colonnes, parce qu\i|ie colonne ayant bien 
plus de hauteur que de diamettre , doit dtre conlider^e 
^ut6t comme un corps qui a de la longueur, que 
comme un corps qui a de la largeur , mais fur - tout 
parce que fi I'on p^eferoit de la graver fuivrant fa dimen- 
fion en largeur , on feroit oblige de tenir la taiUe con- 
cave vers la bafe, horizontale au milieu, & convdxe 
vers le chapiteau , ce qui feroit un effet defagreable \ 
I'oBil. C*eft bien afTez de recourir ^ ce mctyen , quand 
Ic ton oblige de ibutenir la premiere tailfe par unc 
(feconde. Mais comme , dans une compofi'ion hif^o- 
rique, il eft rare que l*on voye une colonne entire, 
le graveur peut Tou vent ^tablir fa taille fuivant le dia- 
m^re de la colonnei^ '^ 

II 



Digitized by 



Google 



R A 481 

tl faut eftcore confid^er qu'une fabrique peuc ^tre 
rue de face ou fuyante. C'eft uniquemeht quand elle 
eft vue de face que les tallies peuvent 6tre horizon- 
tales; fi elle eft vue en fuyant, les tallies doivenc 
fuivre la lignc que leur prefcricla perfpedive & tendre 
au point de vue. 

On peut obierver dans h, gravurt des draperies que 
lorfqu'un pli eft long & ^roit , la taille principale doit 
fuivre la longueur du pli en fe reflerrant i Ton ori- 
gine ; qu'elle doit tendre I Isu ligne perpendiculaire 
dans les plis tombans » & fuivre la largeur des plis lorfr 
qu'ils font amples. Une pratique contraire , & PafFefta- 
tion de ne pas abandpnner I'ordre des trayaux une fois 
^tablis , dans les occaftons mdme oiiil y auroit eu del'art 
i les quitter brufquement , a r^pandu de la molleffe 
fur les eftampes de Bloemart & de fes Imitateurs. Ce 
font les graveurs qui ont employ^ le melange de la 
pointe& du burin, & fur- tout Gerard Audran, qui^ 
par leur exemple , ontdetourne de ce proc^d^ yicieux^ 
m6me les graveurs au burin pur. 

Quelques eftampes d*Auguftin Carrache , entr*autres 
ion Saint - J^r6me , peuvent donner de favantes lemons 
pour Tart d'etablir les premiers travaux des chairs. 

Quelquefois, dans les chairs d'hommes , la faille 
principale peut fuivre , fur - tout vers le contour , la 
longueur du mufcle. Ce travail un peu roide, & dont 
11 nc faut pas abufer , cxprimebien la force de l'a6lion* 
Dans les racourcis la taille doit fuivre le fens que 
lui impbfe la perfpe6live -» quand un membre fuit par 
le trait , il feroit ridicule qu'il avan^it pa^ le travail. 

Les principes que nous venons d'etablir ne font pat 
toujours bien ^yidemment fuiyis dans les eaux-forces 
Tome IL ' H h 



Digitized by 



Google 



4^ 



2 G R A 



jl d^ peintres ; mais les licences agr^bles que fe fi^nc 

permis quelques artifles ne font pas des regies. De ce 
que Benedette , Rembrandt , & mSme la Belle fe.font 
permis de jouer avec la poime , parce qu'ijs pr^voyoient 
tous les agremens qui refulteroient de ce jeu , on oe 
conclura pas que I'art doive toujours dtre trait^ comme 
on ing^nieux badinage. D^illeurs en obfervant bien 
leur trayail , on verra que les regies y font moins en- 
fireintes que didimul^es. 

On fentira , fans qu*U foit befoin d'en avertir ^ que les 
travaux des premiers plans devant 6cre plus nourrb que 
ceux des plans recules , les ombres plus fortes que les 
demi-teintes, les terraffes plus brutes que les chairi 
& les draperies , il ne faut pas tracer I'ouvrage entier 
d^un^ mfime pointe , que certains travaux demandent i 
6tre trac^ d'une pointe plus forte , d'autres d'une pointe 
plus d^li^e. 

Sans nous arsSter a l*exemple de Mellan , & a celui 
de plufieurs graveurs en petit , on peut dire g^nerale- 
ment qu'un feul rang de tallies ne ftfffit pas a rendre 
tous les tons qui doivent entrer dans une eftampe. La 
/ premiere doit fouvent ^tre croifde d'une feconde, & 
quelquefois m6me d'une troificme & d*une quatri^me* 
DeU r^ultent differens grains dont les objets recoi- 
rent la variety qui les cara£ltrife. . 

Quoiqu'on ne rifque guere d'etablir des troifiemes , 
& encore moins des quatriemes a l*eau-forte , parce que 
I'acide de cette liqueur cauferoit des accidens au vernis 
dans les endroits oil .il feroit furcharge ' de travaux , 
nous dirons cependant ici en paifant que la feconda 
doit 6tre plus ecartee & plus fine que la premiere , Ig 
(f^^me plus qiie la feconde , Sc la quatri^me encore 



Digitized by 



Google 



G R A 4$j 

pltt^« Qtiand il ne s'agit que de facnfier entikemen 
une parcle y en forte que les travaux if en pourront 6tre 
diftingues , il devient inutile de^ fuivre fcrupuleufe" 
ment cette regie. 

Dans les travaux des %hairs , la premiere & la fe* 
conde doi vent former par leurs fedions p]ut6t des lo<^ 
zanges que des quarres. Le quarr^ fera r^ferve pour les 
snatt^s inflexibles , c^mme la pierre. Le demi-lozange, 
ou mdme le lozange parfait , conviennent mieux a la 
snollefTe de la chair. Les chairs de femmes er^nt plus 
d^licates doivent done tendre plut6t au lozange parfait, 
& celles d^hommes approcher davantage du quarr^. II 
eft a-propos d*evitcr le lozange parfait , & a plus fort^ 
rai(bn le lozange outr^ , dans les parties qui doivent 
6tre pouiTees ^ un ton vigoureux , parce qu'il faudroit 
crop de petits travaux pour ^eindre le blanc que ce 
grain laifTeroit. 

Apr^s avoir ^bauch^ ^ la pointe les ombres des chairs 
par des travaux nourris & profonds , & les demi-teintes 
par des travaux plus lagers, & fouvent pat une feule 
taille , on a befoin d*un travail plus l^ger encore pour 
parvenir doucement \ la lumi^re. Ce travail confifte 
en points. On peut le prendre d*un peu loin , le com* 
sn^ncer par des points longuets en forme de tallies, 
interrompues , & le terminer par des points ronds. On 
peut , fuivant que le goi!it I'infpire , & que la chair 
qu'on veut traiter eft plus ou moins d^icate , tracer 
les points longs en lignes droites , ou leur faire d^« 
crire de foibles courbes, 

Un graveur tr^s-juftement cel^bre , M» Cochin , :| 
confeill^ de ranger les points ronds avec beaucou^ 
d'ordre, parce que P^paifTeur du vemis , opcafionn^rt 

Hhij 



Digitized by 



Google 



484 G R A 

toujours 4ans cet ordre de. foibles derangemens qui les 
^loigneront afTez de la froide regularite. On les rangera 
done J fuivant Ton ^nfeil y cgmme les tailles dont lis ' 
font la continuation ^ & on aura foin qu'ils ne foient 
pas les uns aii-delTus des autrA , mats que chaque point 
d'une taille pondu^e reponde a un blanc de la taille 
ponfluee fup^rieure & inferieure. 

Cependant fi i'on veut ^ comme Gerard Audran en 
a laiiTe des exemples y traiter quelques parties en poiots 
empites , on poupra , des l'eau*forte , ^tablir des points 
fans ordre , qui n'auront d'autre fonftion que celle 
de peindre. Des points plus nourris feront €mp4t& 
par ^'autrcL* plus lagers & moins profonds. Ce premier 
travail pourra n'^tre pas agreablc par lui-m^me *, mais 
Jl r^ra facile, en terminant , delen^toyer& d'achever 
de l.e peindre par un melange d'autres points au 
burin & ^ la pointe s^he. Ce proced^ pent avoir fes 
agremens & i'es avantages. II eft |du nombre de ceux 
qu'on ne doit confeiller aux artiftes de fuivre ni d'e- 
viter , parce que , dans ces chofes indifFercntes par 
elles-mfimes^ & qui doivent tout leur m^rit^ I Tare 
de ceux qui les employent , chacun a fa manidre d'op^rer 
iiui lui eft propre , & riufliroit moins s'il vouloit en 
changer. 

Comme les draperies font des fubftances qui ont de 
la moll eiTe , le grain Ic^ange femble fur- tout leur 
^onyenir. On peut done en tenir les tailles encore 
plus lozasges que fur les chairs, fur -tout dans les 
parties qui ne font pas plong^es dans une ombre qb- 
fcure. C'qft la methode qu'a fuivie dans plufieurs de 
fes oavrages Jacques 5'rey, imite par Wagner, & d« 
^os jpUrs fvar, MM. Strange & Bartolozzi^ Xfagrdment 



Digitized by 



Google 



de ce travail 'a 6t6 prefque -general emetit' fen ti, & la 
plupart das graveurs modernes I'oiit a^opt^. On voifc 
que les Drerets avoient reconnii tout I'av^ntage de 
ce grain, & on pent le remarquer fouvent daiis leurs 
ouvragesi Ed^linck & Nantepil ont et^ plus prodigues 
du quarr^ ; mais ce n'eft point a cet ^gard qu*il$ 
m^itent d'^e pr^fi^r^s a leurs fuccefleurs. On ne rifque 
rien d'l^procher du quarr^ dans les malTes tr^is-fourdcs y 
parce quMl a plug de repos *, mais quelque genre de 
travail qu'on employe pour les draperies , au moins 
doit -on toujours les gr/'^ver par tallies fbuples & on- 
doyantes. Des tallies roides repf^fenteroient plut^t du 
bois ou de la pierre que des 6tofFes. 

Le linge vent 6tre prepare d'une feule tatlle , pla$ 
fine & plus ferr^e que celles des 6toftes qui ont plus 
d'^pailTeur. line faut pas fe Mter do le cduvrir d'une 
feconde , encore moins d'une troid^me *, on doit cher- 
cher au- contraire a I'approcher da ton autant qu'il eft 
4)o{rible avec une feule taille. Par cette m^thode les 
tallies donton lecroifera ne feront que le glacer , & 
confer veront ^ fes ombres de la tranfparence. 

II femble qu'en g^n^ral le grain lozange , ou ap- 
prochant du lozange , convient i routes les parties 
tranfparentes ou reflet^es : & le grain approchanc du 
quarrea toutes celles qu'on veut tenir d'une obfcurit6 
fourde & profonde. 

Nous ayons ^tabli pour r^gle g^n^rale de la difpofi- 
tion reciproque des tallies , que la premiere foit plus 
npurrie & plus ferree que la feconde , &c. : mais dans 
les parties fort fourdes , & tres-obfcur<s , une r^gle 
fup^rieure fait oublier celle que nous venofls de rap- 
porter V c'eft d'employer tous les moyens d'eteindre 

H h iij 



Digitized by 



Google 



4^<r GKik 

ce qui pourroit tentr de la lumik^'^ & It maiiiife H 
plus sAre d'obferver cette loi , eft de ferrer & de 
ttourrir prefque egalemenc tous le8 traraux , & d'em^ 
ployer, s'il eft poffible, le quarre parfait, parcequ'il 
laiffe moihs de blanc .que le lozange & le quafr^ 
long. 

La pierre neuve & bien conferv^e exige des tallies 
d'un quarr^ pjurfait , & la feconde doit 6tre ^le ^ la 
premiere en force & en diftance. Mais la vieille 
pierre , rong^e en partie par le terns , contrade a (a 
furface une apparence de molleiTe qui s'exprime pat 
des travaux moins aufteres. La fe peuvent employer 
des tallies tremblanres , interrompues ^ des travaux 
grignot^s , & quelqoefots un badinage de pointe qui 
exprime la mouife dont cette pierre eft couverte. 

Le bois fe pr^pkre par une taille lohgiie qui en fuit^ 
les fibres, moihs parfaitement drolte ^ molns ferme, 
iholns regulifoe que pour la pierre, Les brifiires & 
les fibres du bois s*expriment par des tallies plus fer- 
ries, les noeuds par des tallies toa^nant^sj la feconde 
peut Sire lozange ou quarr^e fat la premiere , snais 
elle doit toujoii ts 6tre moins ferr^e. 

Pes tallies courtes , fort tremblees , fouvent inter- 
toiApufes , fe changeaht (buvent en points irreguliers , 
tn^gaiix ehtr'eux , qui fuivent quelquefois les taille^ , 
& quelquefois les contrarient , tels font le travaux 
-qui cenvlehnent aux chaumieres , aux ihafures, auit 
-i^bahnesruAiques; lis doiyent dominer dans les partlei 
de demi-teinte & de reflet , 8c f?i\ faut qu*ils foicnt 
eouvferts de (Vcondes tailles , elles participeront au 
imfithe genre , coci^eroht quarrement les prem-ercs , & 
•feront affez ^cart^es pourne fervir que de glacis. On Ct 



Digitized by 



Google 



6 R A 487 

rapprochera du quarr6 parfait daps les fortes ombres, 
Comme la terre eft encore plus molle que Ja fubf- 
tance des chaumi^res. elle fera grav^e d'un travail 
encore moins ferme, plus brut, plus in^gal. On ne 
rifquera rien d*outrer ici le lozange ; tous les petiti 
travaux qu'on employera pour en eteindre les blanch 
li*imiceront que mieux la mollefle de la terrc. Ce feronc 
aufll des travaux tres-lozanges qui formeront les m^ifes 
d'ombre dans le feuillc des arbres ; on y rappellera 
quelques -uns des travaux qui , fur les lumieres , ca- 
« rafterifent ce feuill^. Dire ce que doivent ^tre cei 
travaux fuivant les differentes efp^ces d'arbres , & les 
differentes formes de leurs feuilles 9 ce fcroit vouloir 
donner par ecrit une le^on qui ne peut ^tre prifc avec 
fruit que par I'etude de la nature &: I'obfervation de§ 
tableaux des plus habile^ payfagiftes. On peut avertii; 
du moins qu'on ne s'en acquirtera jamais bien qu'avec 
wne grande libert^. C'eft-la fiir-tout qu'on ne peut 
rendre que par d'adroites indications I'ouvrage de la 
nature ou celui de fes copiftes , & qu'on s'en 6cartera 
d'autant plus qu'on voudra les fuivre plus fervilement. 
Les cheveux fe gravent par malTes *, quelques polls 
voltjgeans, de petites maflTes dctachecs des grandes^ 
en marquent la Icg^ret^. L'afFedation de multiplier 
les poils vdltigeans , comme I'a fait MaiTon , nuiroit i 
cette legerete, parce que la gravure, quelle quefoitla/ 
finelTe de fes travaux , donneroit toujours trop degrof^ 
feur k ces poils. ^ , . 

Les crins des chevaux , lorfque ces animaux font en 
bonne fant6 & proprement entretenus-, offVent une fur- 
face fi lice qu'on doit en ne'gliger les details , except^ 
a la qu^ue, a lacrinidre &c. On grave done le cheval 

Hh iv 



Digitized by 



Google 



^88 O R A 

ftns tvoir egard aux crins lilTe^ dotM: la peaa eft cou-^ 
verte. Mais il n'en eft pas de niSme des animaux \ 
long poi] , ou a laine frifee. On ne les gravera jamais 
mieux qu'i I'eau-forte, parce que le travail de cet 
foils demande une liberty, une forte de badinage , 
ttne indication fpiritu^lle , a laquelle femble fe refufer 
' la marche grave du burin. 

Lesplumes exigent des travaux legers, propres & bril- 
lans. Si la proportion eft un peu grande, le burin s*en 
acquittera mieux .que l*eau-forte fur-tout vers les lu- 
miires. II y a cependant des plumes flexibles , frilees , 
jouantes, telles que celles de Tautruche, & m^me 
celles de la queue des cocqs, qu'on ^baucheroit i 
I'eau- forte avec plus de fucc^s. Quelque proc^d^ que 
I'qn fuive , il ne faut jamais fe hater de les couvrir 
de fecondes. 

Les m^taux demandent un travail ferme & brillan6 
comme eux-mfimes. Cell: encore une des parties que 
reclame le burin. 

La legeret^ des nuages, leurs formes caprlcieufcs , 
leur mollefTe , feront mieux exprimees par l*eau-forte. 
Sur-tout ilnefaut pas pourcette partie confulter lesef- 
tampes d'Annibal Carrache , de Villamene , de Gol- 
zius , de ^fuller. Les nuages y relTemblent a des outres 
pleines de liqueur. II faut ^viter , ainfi que dans les 
draperies , les formes qui reflTembleroient a des fig^ures 
grottefcfues d'hommes ou d^animaux , a des tStes gri- 
ma^antes , &^. 

Les eaux tranquilles ont I'eclat d'un miroir & fe 
gravent de mSme ; on peut done les referver pol^r le 
burin. Sa fermet^ rendra ,bien aulll I'apparence des 



Digitized by 



Google 



<3 R A '^t 

longues vagues de la mer s un l%er travail de pointe 
en exprimeroit mieux I'ecume. 

. Ceft a I'eau - forte a rcndre les tiges noueufes des ar- 
bres y les brifures de leurs ^corces , les moulTes dont 
elles font couvertes , la l^girete des feuilles. Cepen- 
dant Sadeler 8c d'autres grayeurs au burin ont exprim^ 
ces details avec fuccis. 

£n general , dans quelqu'objet que ce folt , les lu- 
mieres & les demi- teintes qui les avoifinent doivent 
£tre peu chargees de travail , & ex^cut^es d'une pointe 
fine & coupante. On pent I'y faire badiner quelque- 
fois , pour temp^rer Ic ferieux des autres travaux. C'eft 
un confeil que donnoic un tr^s - habile graveur , Ni- 
colas Dupuis , foil le tenoit de Duchange , qui si'etoit 
formd lui-mSme a I'ecole de Gerard Audran* 

Dans les corps arrondis , les tallies > en s'approchani 
du contour , doivent elles-mSmes s'arrondir. 11 faut ^ 
ainfi que la forme qu'elles expriment , qu'elles femblent 
fe continuer dans la panie que le fpedateur ne voic 
pas , mais qu'il pourroit voir s'il lui ^ott permis de 
tourner autour de la figure qui eft fuppofee de relief. 
On trouve des exemples contraires dans de^ bonnes 
eftampes -, mais les bons ouvrages ont leurs d^fautf . 

Les troifi^mes tallies font deftin^es ^ achever ,de 
peindre , i colorer , a ^teindre , a facrifier. Nous a von? 
dit qu'on les refcrvoit ordinairement pour le burin II 
y a c^pendant des parties qui demandent un travail fore 
brut & une teinte tr^-vigoureufe ; c'eft U qu'on peut 
braver les accidens de I'eau-forte : lis contraindront 
I'artifte , m6me timide , i poufler fon ouvrage entier \ 
t)n haut ton decouleur^ & deviendront heureuxquand 
la planche fera terminee. Les bonaes eaux-fortes des 



Digitized by 



Google 



1^90 G R A 

^intres p^uvenc infpirer aux grareurs une audace 
louable. 

*L'air Interpol^ entre I'oeil du fpeftateur & les objets 
^loigfi^ , efface les contours de ces objets , en detruit 
les details , & ne laHTe plus appercevoir que les maffes 
^nvelopp^s de vapeurs. C'^jft ce que le graveur doic 
obferver, & ces maifes ind^cifes feront heuteufement 
tvanc^es pat le travail de la polnte. Les tailles ne fui- 
vront pas les tourfians des objets , mats elles feron: 
Stabiles par couches plattes. Une tour i plufieurs c6t^s y 
une tour ronde, font le mSme efFet ^ une grande 
diftance : cet exemple feul prouve afTez que les tra- 
vaux qui arrondiflent feroient d^plac^s fur les plans 
recul^s. On ne peut prendre , I cet ^gard , de meilleurs 
modeles que les eflampes de Gerard Audran. 

II donne audi I'exemple de reflferrer d'autant plus les 
travaux que les plans s^eloignent davintage. Chez lui 
les premieis plans font graves en tallies fort nourries ; 
dies s^afFoibliffent & fe refferrent l mefure que les 
plans gagnent le fond de la fc^ne* Ce proc^de eft Ic 
plus g^n^ralement fuivi -, mais d'habiles graveurs n'oRC 
fas craRit de s'en ^carter. De bonnes raifons peuvent 
«nip6cher de les prendre en cela pour modeles ; d'autres 
raifons , bonnes elles-m6mes , doivent empfecher de let 
tondamner. 

II eft bien vra! que diss travaux larges & nourris 
cfonviennent bien au pinceatu fier & colore qui peint 
les premiers plans , & que la perfpe6live lineale femble 
ordonner que les tailles , en fuyant , fe ferrent davan- 
tage , comme la perfpeftive aerienne ordonne qu'ellcs 
fe d^gradent de force & deyiennent toujours plus 1^ 
geres. 



Digitized by 



Google 



G R A ^pt 

Mais on peut ftire une autre obfervation ; c'eft que , 
liir les premiers plans , le? formes font plus deraill^es , 
oarce qu'un moindre volume d'air interpofe entr'elles 
pc I'oeil du fpe^atfeur , permet de les voir plus nett^ 
4nent; or, tcl detail qui meriteroit d*dtte conferv^ no 
pourra l*^tre , fi I'on ne ferre pas les travaux de ces 
premiers plans. 

Suppofons par exemple qu^on fc proppfe.de graver 
une main d'apr^s un tableau oil cette partie foit bicn 
€tudi^e -, fuppofons encore qu'elle ait fept poucesde long 
dans le tableau , & qu'elle foit r^duite h un pouce dans 
lagravure. 11 fera deja bien difficile, dans cette reduc- 
tion a un feptieme , de conferver les detaik mSftie les 
plus precieux : mais fi Ton no fait entrer que trois 
taiilcs dans une ligne , on fent que la difficulte augmente, 
& va mSirte jufqu*^ rimpoffibilit^. Aufli voit-on que 
les graveurs qui trditent le plus largement les chairs , 
refierrent leurs travaux fur les extremit^s , peut-6tre 
iHoins par reflexion , que parce quails y font copduits 
par la multiplicite des details. 

II faut encore obferver que le plus gtani vice de 
la gravure confider^e comme une mani^re de peindre , 
c'eft d^Stre obligee de laifler des blancs entre fes trar- 
vaux : ces blarics 6nt , par oppofitlon , d^autant plus de 
force , que les tallies font plus profottdes& plus iiour- 
Hes ; c'eft done fur les premiers plans qu'ils p^illent 
davantage : mais plus les travaux feront ferr^s & moins 
ils laiiTeront de ces blancs entr^eux. 

C'efl: ce qui a engag6 d'anciens graveurs , tels que 
Hollar , Sompelen , & parmi les modernes , J. h Fliparc 
it ferrer i-peu-pres ^gaiemeitt tous leurs travaux ; fe 
U^onterttaht de nburrir feulement dayantage ceux dei 



Digitized by 



Google 



I^i G R A 

premiers planst lis bnt a cec ^gard coAfider^ les taiUes 
comme une couleur ,. telle par exemple que I'eitcre 
de la Chine , 8c ils one cru qu^il fufiiroic de tenir cette 
couleur plus ou moins vigoureufe fuivant I'mdication 
dts plans. 

Avant que J. Ph. Lebas , artifte qui a bien m^rit6 
de la gravure , eAt fait contrader k fes ^l^ves I'habi- 
tude de graver k la pointe seche les parties claires des 
ciels , m^thode que fon exemple a rendu g^nerale , on 
^cartoit ordinairement davantage les tailles pour rendre 
d'une teinte plus l^g^re les parties d'un ciel clair les 
plus dloign^es du fpedateur , & les plus voifines de 
rhorifon : c'etoit encore la pratique d^ Vivar^s , ca- 
libre grave ur de payOiges. Heft doncprouvd, par cec 
exemple , que des travaux larges, mais tefidres,peu- 
vent fuir , & par la m6me raifon^ que des travaux 
fcrres, mais vigoureux peuvent avancer , & que , par 
confequent , c'eft par le ton qu'en gravure les objets 
Vavancent ou reculent , & non partfe que les travaux 
font plus ou moins ferres. 

,r Cem^me Lebas, a qui Ton ne reprochera pas le 
d^fflut d'intelligenpe , avoit pour maxime de ferrer les 
premieres tailles, m6me fur les plans avanc^s,. pour 
donner a la gravure le repps du lavis. 

Les principes que itQus venons d'etablir d'apr^s la pra- 
tique des mattres les plus eftim^ , doivent s'appliquer 
aux ouvrages a la pointe , qui feront termines au burii^ 
Les peintres qui fe font un amufement de la gravure 
^ Teau-forte ne s'attachent guerequ'a TefFet, & fou- 
mettent leur travail k peu de regies. II rifulte fouveiit 
de leur licence , limitee par le favoir & par le goAt» 
des travaux que les grayeurs de profeflion peuyent en? 



Digitized by 



Google 



(S R A 4p^ 

Vicr , & qu'ils doivent mSme tocher dMmiter h propos. 
. D^s inegalit^s pittorefques de traraux , des jeux de 
pointe infpir^s par le go(it , one une grace particuli^e 
dans les parties voifines des lumi^res. II ne faut done 
pasadmettre fans interpretation ce qu'on lit dans I'an- 
cienne Encyclop^die , article Gravure, que les ombres 
admettent un travail ferme &plus rempll d'accidens & 
dUn^galitis. D'abord la fermet6 du travail femble en 
exclure les in^galit^s. Enfuite comme les ombres exi- 
gent un grand repos , des accidens y feroient contraires 
puiiqu'ils d^truiroient la tranquillity de la mafTe. Sanf 
doute I'autear de cet article a voulu dire que les in^- 
galit^s , les accidens de Teau - forte etoient fans confe- 
queilce dans les fortes ombres , parce que I'artifte fe- 
roit toujours mattre y en terminant , de r^tabllr le repos 
dans ces maffes vigoureufes, en les reprenant au burin ^ 
& y ajoutant de nouveaux travaux. 

Quoique tous les genres de peinture aient 6t€ rendu& 
avec fucces paries difTi^rentes manidres ie graver ^ foit 
II la pointe , foit au burin, foit en combinant ces inftru- 
mens , il faut cependant avouer que certains tableaux 
femblent demander le concours du burin & de I'eau* 
forte, que pour les/uns l*eau-forte doit dominer, que 
pour d'autres le burin doit faire la plus grande partie 
de I'ouvrage , & que d'autres enfin paroiffent exiger 
2e burin pur. Sans doute ^ a I'aide du burin feul , on 
auroit pu graver ^ 8c bien graver j les batailles d'A- 
lexandre; mais qui ne regretteroit pas que la gravure 
n'en eAt point 6te pr^par^e par la pointe d'Audran ? 

Tous les tableaux oil dominent des objets que I'art 
exprime plut6t par une indication fpirituelle que par 
tiae antttation pr^ife de la nature ^ conviennent mieuz 



Digitized by 



Google 



4P4 G R A 

tu tntyail fplritnel de I'eau- forte. Tel eft le payfagei 
puiifque tout le monde avouera quMl eft impoQible i 
I'arc de copier fcrupuleufem^nt le feuill^ des arbres, 
les accidens ie leurs ^corces, les brins d'herbe , let 
snoufles , le fable Sc toutes fubftanc^s dont la terre eft 
' coayerte ou compofee. 

Les animaux a long^ polls , h laine frlfee appartien"* 
dront i, I'eau-forte par la inSme raifon , audi bien que 
les yieilles fabriques , les ruUies , &c. Le trayail de la 
|K>iiite doit dominer dans tous c^s objets. ' 

Comme la peinture d'hiftpire doit ^tre trait^e d'un 
pinceau large & facile , que les petits details des formes 
& des tons y font n^gjig^s , qu'elle rend tous les ot>- 
jets de la nature, & tous ayec liberty, qu'elle eft 
ennemie de ce fini extreme qui eft Ic fruit d'un travail 
lent & p6nible ; il femble, malgr6 les beaux exemples 
contraires , que la grayure n'etant qu'une tradudioa 
de la peinture , c'eft le m&lange de la pointe & du 
burin qui doit Stre confacre a la grande hiftoire. Cette 
mani^re a plus de moyens' que le burin pur d'imiter 
la fiere llbert^ de la brofTe ; comme elle eft plus fa- 
cile, elle convient i la facility qui brille dans la 
peinture de I'hiftoire , plus prompte dans fes op^ations , 
elle permet k I'artifte de conferver quelques ^incelles 
.du fen de fon auteur ; enfin deux moyens combing 
do.ivent mieux r^uilir qu'un feul a reodre dans ua 
ta&me ouvrage tout ce qui peut ^tte l'ob|et de I'art d^ 
peindre. Je fais combien eft impoCant I'exemple des 
Bolfwert , des Pontius , des Worftermann , qui ont 
traduiten gravure, a I'aide d^ burin feul, lescfaefs- 
tfflBuyre de Rubens, & celui d^Augnftin Carrache; celuJ 
4es £delinck , des ^ouUet , qui oiitinultipli6 vrw tam 



Digitized by 



Google 



G R A 45/ 

it fucc^s ceux des grands maitr^ de la France 8c de 
ritalie : mais fi plufieurs de ces artifles ont unit^ aveo 
le burin les travaux de la pointe, pourquoi n'em* 
playeroit-on pas la poime elle-m^me? Et fur-tout i 
pri^fent qu'on fe feroit un fcrupule d*animer le burin, 
& de lui donner une chaleur, unragoiAt qu'on crain« 
droit qui nuisit ^ Ton ^clat le plus brillant , a fa plui 
grande ^ roprete , il eft devenu moins cbnvenable que 
jamais a la gravure de I'hiftoire* 

Je ne dois pas omettre ici ce qu*on lit a ce fujet 
dans Pancienne Encyclopedie , a I'art^le Gravure^ 
parce qu'oR^ pourroit encore le r^peter ; car on peut 
iremarquer que la v^rit^ fe communique avec peine j 
& que I'erreur eft contagieufe. « L*hiftoire eft I'objef 
» principal de la peincure , dit I'auteur de cet article. On 
» peut exiger , pour qu'elle foit traitee parfaitement 
» par un peintre , que routes les parties, de fon art y 
» cpncourent *, que le beau-fini foit uni \ la grandeur 
» dufairCy a la perfeftion de I'efFet , & i la juftede 
» de Texpreffion. Un tableau de cette efpece , s'il y 
» en a , pour 6tre grav6 parfaitement , doit 6tre rendu 
» dans Peftampe par routes les parties de la gravure. 
» Le burin le plus fin, le plus propre^ le plus vari^^ 
» le plus favant fera ^ peine fuffifant pour imiter par** 
» faitement le tableau dont je parle* Le travail de reau-* 
» forte donneroit trop au hafard , & je crois qu'ii 
» nuiroit a I'executiQn «>. 

L'amateur qui a fait cet article avoit de grandes 
connoiffances , mais il ne femble pas le$ avoir eu pr^-^ 
{entes h I'efprit au moment o\i il ecrivoit ce paragra^ 
phe , & il faut avouer qu'il s'eft tromp^. Qu'entend- 
tl ^ quand il d(( que y ds^ns un tableau d'Hifloire , la 



Digitized by 



Google 



|pi5 GRA 

hau fini doit 6trc uni I la grandeur du fitirt J Ccaxa 
mcnt n'a-t-ilpaslenti que cette grandeur de falre Ceroit 
d^tftiite par un fini extr6me, ( car on ne peut ici entendre 
autremenc ce qu'il exprim^ par un beau fini ,) & qu'nn 
tableau d'hiftoire perdroit en efTec du merite qui lui 
eft propre y au lieu d'acquerir une beltUte nou^elle , li 
le peintre s'amufoit a careiTer Ton ouvrage au lieu de 
le couvrir de feu ? Vouloit-il done qu'un tableau d'hil^ 
toirey pour 6tre parfait, {At ex6cut^ avec la chaleur 
& la grandeur du faire de Rubens , & aree le beau 
fini de Vander-Werf ? C'eft ^iger deux quality con- 
tradiftoires y dont ki derni^re a Ton m^ritt quand elle 
eft bien plac6e , mats qui ne convient abfolument pas 
tu genre dont nous parlons. 

£n ecartant , comme on le doit , de la peinture 
d'hiftoire ce rendu precieux , voyons fi elle a d'autres 
parties qui excluent la gravure a I'eau-forte. Le deiEn 
fera-t-il du plus grand ftyle y & de la plus grande pu- 
ret^? G6rard Audran a prouv^ que la pointe pouvoit, 
audi bien que le burin, fuivre les contours les plus 
purs, L'expreffion fera-t-elle de la plus grande force , 
de la plus grande verite ? L'eau- forte en ^bauchera 
tr^-bien le caraftere , le burin ajout^ra les derniers 
traits. Aura-t-elle Tharmonie du Corr^ge? Duchange , 
en grarant le Correge y a rendft cette harmonie par 
le melange de I'eau-ferte & du burin. Aura -t- elle 
PefFet piquant des tableaux de Rembrandt f Lui-m6me 
a d^montre que cet efFet pouvoit fe rendre a I'aide de 
I'eau - forte & de la pointe s^che •, il peut done fe 
rendre , \ plus forte raifon , en y joignant le burin. 
Mais fi dans le tableau fi parfait que fuppofe notre 
auteur^ il fe trouye det fabriques ruftiques, des palais 

* i:uin&^ 



Digitized by 



Google 



a R X ^>7 

ttttb^s f doht les* dAris foi^nt couverts d'herbes & de 
mouCe, de vieux arbrei dbnt-les troncs foient roiig^ 
par I e temps 9 des moutons I laine^ifee, des ch^vrea 
i long poll, des nuages tourment^ , des eaflx ^cu« 
sneufes ^-^et terrafTes in^gales ^ I'eau-forte ({ui ', jointe 
701 bur'n vt d^ja |m rendre-' laa autres objets > Ma n^- 
ceflairepour.^baacher ceuk-ci avec tout I'efprit , tout 
le.femiment qu'y a impt'imes lepinceau. 

L'auteuf veutique le tableau dont il parle (bit rendu* 
par toures les parties de la gravure. Mais conun'e I'eau-* 
fprte en. eft une partie ' coiifid^ible , comme cette 
parrie , dans les objets auxquels elle eft p^opre , ne ' 
fauroic £tre complettemjent^fappld^ , elle pe doit done 
pas ^treexclue: & c'eft l?auteur lui*m6me qiii a pr^' 
pare oette conlequence. • ■ 

II vent que fott tableau foit gnv6 du hurin h plusfin^ 
U plus proprjty Je phis varie. Mais sMi eft grav^ du 
burin le. plu« gti & le plus propre, il ne fera d6nc 
pas grav^ du burin le plus large', le plus moclleur,^ 
le plus libte^ le>plus ragodtant -, il ne le fera dond pas 
du burin le 'pliis vari^* -- " "* 

. ,«.Le)trarail:de.reau-fbrte, ajoate-t-il , - donheroit' 
» trop au halacd;». II auroit ddfuppoferqu'un graveur 
habile dans fon art & dans le deffih> n'ignfbre^pas' 
qu'elles .lunt les partks oft ' il ' peut ' ab'andonner - en^ 
quelque forte ia pointe k elle -^ mteit^ *, & lalaiffer fe- 
jouer fur le .refnis ; ceites oft :ll d^it la cohtenir Sc 
ne lui permettre. de tracer' que .des travaux purs y 
fenBes.& cara6l6rtftiques-, fexelleai. qu^il d(5if r^r^^er- 
au burin. On. ne:iyii[>ir pasrdansrles b^Ues eftariipes de y^ 

Gerard Audrain ,jiaats belles' de Duehange i de Ckra j - 
des Dupui^^lder lAefplacer que I'eau^orte n'aitpato^t4* 
Tome 1/. I i 



Digitized by 



Google 



^ O R A 

cpndttite pa^ rUttUigtnco dds trdftW^^ & qn'ellr 
ait produic cks hafar^s malheUreux; on Toit au con"* 
traire cjue cettc ij|tfl|}genc9 a r^le in&oiie Us tra«> 
vaux <)u'Us femblent av^r abandonaes au kafar^* 

Nous ne craio4rQa« dga^ pas d-avancar ifite la mt* 
Unge 4a l*cau«fprte A: du burin coavipnt an g^n^l 
i la gravura da la graad^ hiftoira* Nous avona dejlb 
vu comment 4ai^oit fa diTpofc^ le travail da Peau* 
fpr;^^ : yoy^ns maimemaac comment la budn doit le 
tgrmiiier. • 

. Comma la burin fa {Mmffie avec la paiine do la main , 
au lieu da fe coftdyira avac les doigts , on fent que 
fa ii^che la plus naturalla aft la ligns droice. La pre- 
f^i^re d^ffi^ult^ qui ft rencontre dans la mtniamant de 
cet outil , eft done de vaincre (a roideuif. Qu«ld o|i a 
furmontl f ette lixfRcuUi & qu'on eft parvenu 1^ lui 
dpnner de, la (oUfdeiTe ,.lia plus grand danger eft da 
ft Uvrar au 4efi|: ^a i|ioi|treif (on adreflb an lui faifant 
trafcer das lignes n^icculaires. 

Ceft iina fu|t^4f ^aamur-prepra davonloir^ dam 
quelque genre que ce foit, monttar ,qu'6n eft ci^bU 
de fair^ 390 que 1^9 au^ret trourent le' plus .difficile. 
A^ fo^rit^ da fuiyre la rai^ , en pr^£ire le plsifir 
d'^touu^r , 6( I'qH aband^nne le vrai beau potcr fe llvrer 
^.difficile. Dans let ^4ritt , en rcpherahei^s expref* 
fi^s Uis nipiiis liatvtalles ^ les touri les mmint fami- 
l^s y Ifi fd^^s les moins ftmplesv dans la vmuiique> 
on campUice par del tnuts levant ft I'expraffion s dana 
1% p^fiirp , on nffe&\s it^ pofea outrdat , tandis qua^ 
Vhqvfussk^ prend nat^rellmnciit la pafiricarla plus com*> 
lE^odff y %tna la grKvufi aii bndn , cm te.f^zU h montrer 
I^Vn f^ut faire lutvi^a I set infifnoieni lea cheslina 



Digitized by 



Google 



^ ^ ^ ^Mg 

lei plus bizarrei,tandi« qu'il faudroitregler& march* 
fur ceUe qu'inaiquenc les plans des diflgcens objets. 

Uartifte fage ^vitera ccs affeaations. Quoiqufil n'alt 
pas n6gUg6 de fe rendre le burin affez fknulier pour 
lui faire tracer les taille« les plus difficiles^ iln^abu- 
icra pas de cette aifance , & quittera fa taille com- 
mence des qu*elle cbffcra de convcnir au plan qu»il 
doitfuivre. Au lieu des'^obftiner k prolonger la m^me 
taille , il changera de tallies fuivant le Cens des mtf- 
^les , la marche des pUs , &c. II evitem cependant 
qu^une fuite de travaux bru(^uement abafidonfle$ S^ 
\oifins d*une autre fuite de travaux qui les cc^tr^i- 
rient , offre l*appaccnce d'une piece. Souyent il troie 
vera moyen de Her un plan a un autre plan , en rtf- 
prenant 9c continuant la premiere taille de Vuti , pour 
la faire fervir de feconde i Tautre ; quelquefois il Cb con- 
tcntera de lui manager I'office de troifi^e. 

Soit done que Ton prepare' une premi^ taille A Peau- 
forte, ou qu'on retablifle au burin, c'cft a la forme 
qu'elle doit lexpwmer i lui prefcrire le fern qu'elle doit 
fuivrc , & la longueur qu*elle doit avoir fen quality d« 
premise. On trpuvera prefque toujours moyen de It 
lier, de queique faigon que ce foit, aux fiiites <roi* 
fines de tailles. Dans les draperies , il eft quelquefoia 
de Tart de faire contrarier les travaux emr*eux , quand 
les plis fe contrarient eux-m£mes au lieu de fe fiiivrew 
La principale r^le , en tout cela , eft d'ofa&r a Pia*: 
dication de la nature ou du tableau. 

Les tallies courtes plaifent dans les eaux-formi^ 
lorfqu'elles font^tablies par des artiftes habiles , parce 
qu'elles deflinent bien les plans. Ot avantage doit fe 
re^rouyer dans la grarure au burin > & il a , dam Tare 

liij 



Digitized by 



Google 



•crop d'iihportance pour gu'on doive en faire le facrificlf 
k la vanit^ du metier. Le graveur qui manie bien If 
burin ne manquera jamais d'occafions de montfer ce 
talent , & trouvera toujours moyen de placer raifon* 
nablement dans fon ouvrage des fuices^ de belles 
tallies. 

Nous avons avert! que le lozange outre fe doit ^v^ter 

dans Teau - forte , parce que les fedions des tallies 

mordrolent trop. On doit auffi I'^viter au burin , parce 

que ces m^mes fedions forment toujours des taches 

tioires^ 8t que cette forte de combinaifon de tallies 

laifTe des blancs prolong^ dans la forme d'un fer de 

ianceV on ne peut efFacer ces taches & ^teindre ces 

blancs qu'en multipliant les ti^avaux. Les trayaux trop 

multiplies marquent l^embarras de I'artifte ; il y a de 

I'art abieti faire avec le moins grand nombre de tra- 

vaux qu'il eft poffible. 

Les chairs ^bauch^es a I'eau-forte ,rentrees au budn , 
& accompagn^es , fuivant le befbin , de fecondes & de 
troiliemes , ont befoin d'etre empit^es & conduites par 
cet iriftrumdnt jufqu'a la lumiere. Les demirteintes 
les plus voifines des lumieres & les jours fecondaires 
fe traitent ordinairenlent , dans la mani^re moderne , 
avec des points longs, &s*empitent avec des points 
femblables ,* mais plus legers, & mis en entre-tailles. 
On rentre ces points dti c6t^ oppofeacelui par lequel 
on les a ^tablis , pour les emp^cher d'etre aigus. Sou- 
vent il faut achever de peindre avec des points faits i 
la pointe. seche ou iia pointe du burin. 11 n'eft pas 
'fou jours n^eflaire de mettre un grand ordre dans ces 
derhiers travaux. d'empdtemeirt ^ mais ils doivent tou- 
jours avoir de la propr^^t „ 



Digitized by 



Google 



G R A yoi 

On introduic quelquefois audi des points 4 la pointe 
siche & au burin & de fornies difierentes, pour 
^teindre les blancs qui fe trouvent dans les ombres 
Sc dans les plus fortes demi-teintes. Ce travail efl: 
accompagn^ d'une cetratne mollede qui ne convient 
pas mal a la chair , & qui ne maii<)ue pas de ragoAt. 
Mais 11 doit 6tre Infpir^ par le tableau. On fera fouvent 
mieux de donner a Tombre plus de fermete en rentranc 
& nourriffant les taill^s jufqti'^a ce qu'elles foient par- 
venues au ton necefTaire. La premiere mani^re femble 
la plus propre a rendre un grand nombre de maltres 
modernes de P^cole Fran^oife qui ont cherch^ le ra* 
goi^t ; la feconde k . rendre les tableaux des anciens 
maltres de l^Italie qui ont plus recherche la fermet^» 
Puifque la gravure eA une maniere de traduire , elle 
doit rendre la fermet^, oa la mDlleife y I'auft^md ou le 
ragoAt des originaux. 

Les. etoffes gtodi^res feront bien rendu es fur les lu** 
mitres & ' les demi-teintes par de petits travaux com- 
bing de burin 8c d'eau-*forte qui expr^nent la furface 
velue de ces ^toffes ; quelques-uns de ces tcavaux fe* 
robt rappell^ dans les ombres. C'eft en cette occafion 
qu'on pourra placer, jufques dans les parties obfcures 
des points de toute efpece, & des tallies courtes qui 
tiendroat lieu de troilieme ou de quatri^me, ou qui 
feront m^me capricieufement plac^. C'eft II que les 
tallies des ombres ^ ^taUies avec peu d'egalite , ac-» 
<{uerront le repos neceHUre iL I'obfcurtte par jce me- 
lange de travaux ea d^fordre^ 

Mais les ^toffes de foie peuven^ 6tre:r^erv6es an 
burin *, ou (i I'on prend le parti de les 6tablir. I l*eftu-^ 
forte y le& tallies dpivant ^tre fecmes, propr^s^ (g^UsL^ 

liiij 



Digitized by 



Google 



yo« & R A 

c^offirir lucttti tremblement, & n'ttre pas trop moN 
dueff , tiitr que le burin puiiTe les reprendre comme 
s^il les cr^it lui^m&me. Qn leur donne I'eclat de la 
ibie en partie par le piquant dea lunti^res , &: en parcie 
par le moyen des entre-taillls. Quelqites graveurs , 
Ikns recourir tux enrre-tailles j ont fii donner 2i leur 
travail toutlMclat desmati^res brillantes. 

On pent aufli employer les cntre-tailles pour les jad* 
tftux polls ;mais on rendra peut^^tre encore mieux leur 
fermet^ par une feule taille ferme ^ nourrie & ferr^e : 
les lumi^res ^roites Ik piquantes adieyeront d^en ex« 
primer le caradece. 

Le verre eft brillant comme les m^taux ; mats on ex-*- 
prime fa tranfparence en le gravant d^uit travail plus 
fubtil, en laiiTant voir les fubftances qu'il contient , & 
en confervant dans le travail quelques»unes des fbrines 
des ob]ets qui font derri^re lui , & qui s'afFoibliiTettt 
en proportion de I'epaifTeur du verre. 

Les eaux tranquilles fe gravent par deis tallies droites 
& horizon tales. Les objets qui s'y peignent (k repr^ 
fentent par des entre-tailles, par le renflement des 
tallies principales , & quelquefbis par dei fecon^ 
beaucoup moins ferries que les premieres, 
' Les grandes lames d'une.mer agit^ s'expriment par 
des tallies quifuivenr le fensr de ces lanies. On y peut 
glifl^r des entre-tailles parce que la mer effre albrs I'ap* 
parence d^un m^tal en fufion. L'eftampe de Balechou 
repr^fentant une tempSte eft une bonne le^^n pour 
cette partie , & elle a et^ Qiivie avec fucc^ par ^oellet 
& d*autres habiles graveurs. 

Quand on fe propoferoit m^me de graver tine eftampe 
4U biirin pur , ^1 yades objets qu'il fen»it bon d'^ban- 



Digitized by 



Google 



cher i re^-forte; tek font le^ brdoardil d'oi^, Idt 
oontours des grandes fleurs <to et<>ffes , kis fnuigei ^ 
les tapit , & jk plus forte raifoa 1^ fi^utU^ d^ artrte 
& d^autres parties du payfage« 

lies roches dutes ferafit Vitn i:^nduc8 ptr le Buri$; 
les roches de pierres nudles feroot mieu#>caraA^ir4to& 
par I'eau-forte) que le bttrin lui-mtoie dbit imiter ctk 
les terminant. 

C^eft le tnUeaii qui iiidiqv^ le proc^ par leqael 
il fera plus convenabk de le grater. La aiaiiiire libre 
d'ltn grand tableau fkHkoite andique au ^avetir 
remploi de ta paime , 8c ievible lui prefcrire mtme^ 
^avaacer fbn 4baii«he h l^eau^fote^. Lrmafti^re fiiie^ 
detatlLee & tr^-terminee de certains tableaux deche- 
valet peuc faire dcmner la pref^ened aa burhi piir ^ 
quoique cea tableaux repr^fenteac des fujets blftori-^ 
ques ', fur-tout ii I'auteur y a fak dominer les 6tofFes. 
de foie ^les m&aux , tous les ob^ts enfin ^ui feiablenr 
r^fery^s de pref(6refice au, burin , & princips^ment sIL 
a plus affe^ le pr^ieux que le ragout du ptncieau. 

Le portrak eft un genre partkuHer ^ui .exjg€i une 
snaaiere de graver qui lui (bit ptopr«..Le pelfltre d'hii^ 
tolre eft cenfe £tre lui - m&oie le fpe&ar^r d'une 
fcene qull porte fur la toile« II eft i une |i^e dtftftnce 
de cette fcene pour en embralTer toutes lea pti'ties. 
II n'eft pas fuppofe aifev pres des figures pc^r faifir 
tous les details ies traits qui fbrment la refTembltnce^ 
tndividuelle ; a1 ne voit bien que la phyfidaomie ^ Icis. 
traits caraft6riftiques & PexprelEon des dikS^M»k9 der 
I'an^. Comme la diftance eif^kce les fetka. details i fes^ 
yeux y comme 11 les apper^oit nmsis tpkt lit$ utoAs , il 
feins Iar|;emem 8c il dok &w^ giav^ de mAinsb. Qm- 

Ik it 



Digitized by 



Google 



fo4 Xj R a 

details qu'il neglige font recueillis par It peintre de 
portraits; Us lui deviennent precieux IbrfquMs contti* 

.bu^t it In, reffemblance de fbn module-, 51 s'en tient 
afTez pres pour ne les pas Jaiifer ^happer , & voit ce 
que le peintre d'hlftoire n'a pas dA appercevoir. Sa 

.mani^re efV^donc moins large , pirce qu*il voit moios 

.largement les objets; il diftingue nettement des for- 
mes , des tons que le peintre d*hiftoire eft cenleti'avoir 
par indme apper9us ; il les porte fur la tbile, & il doic 
^tre gravi comme il a peint. Malgr^ les exemples de 
beaux portraits graves avec fucces k 1-eau- forte , on 
peut convenir que , pour rendre cette' maniere moins 
libre, le burin doit 6tre pr^fere , parce que cei inftru- 
men t eft moins libre lui-m^me , & parce que fa marche 

.plus lente lui permet mieux de s'occuper des derails. 

D'ailleufs , comme le peintre de portraits 'detaille & 

fermine plus fes t^tes que le peintre d*hiftoire , il ne 

.fifroit pas d'accord avec lui-^^ihe s'il ne tenhiiioit pas 
audi davantage fes draperies. A joutons , comme nous 
I'avons dit ailleurs , que le peintre d*hiftoire , s'il eft 
fiddle au coftume y a rarement l*occafion de v^rir fes 
figures d^etoffes de (bie ; mais le peintre^ de portraits a 
chaque jour occafion de rev6tir les flenhes des plus 
belles ^toffes , de' repr^fenter des m^taux pr^cieux ^ des 
broderies, des perles, des pierres fines, de richos 
ameublemens, 8c nous avons d6]l, dit que ces objets 
brillans font mieux traites dans leur caraft^re par le 
burin, dbnt la coupe eft brillante elle-rndme , que 
par I'eau-foirte. 

Le graveur de portraits fl>auche pat pfkns, avcQ 
autant de foiiplefle qi^^ de pr&ifion , les parties ombrees 
;4e'U tSte , paiTe aux 4^tails desdemt'telntefi , cllQifiti 



Digitized by 



Google 



GRA yoy 

nn travail 2ffez fin po6r nelaiifer ^chapper qu'un tr^s-^ 
p^tit nombre de ces details ; & comme il en trouve en- 
core d'effentiels ^ la parfaite reffemblance fur les parties 
^lair^es, il ne laiiTe de blanc que le point le plus 
yivement frapp^ de la lumi^re; Pour s'approcher par 
des nuances infenfibles & harmonieufes de ce point 
lumineux , il grave fes demi - teintes les plus l^geres 
avec des points longs , & , s'il a befoin de les reprendre 
pour a j outer I leur couleur , il les rentre du mSme 
cot^ qu'il les a ^ablis , enforte que leur cdte aigu (e 
rencontre avec le travail qui eft fait en tallies, & en eft 
4a continuation* Quelques-uns de ces points fervent 
mime d'entre-tailles aux travaux qui en font les plus 
voifins, afin de ne point pafTer brufquement d'un travail 
ii un travail tout different. Ces points peuvent 6tre 
regard^s comme des tailles interrompues ; ceux qui 
compofent une m6me taille laiiTent dent un peu de 
blanc entre eux ; & (i le blanc laiffe par une taille 
en points, fe tencontroit avec le blanc de la taille 
qui eft au-deifus^ & de la taille qui eft au-defTous , 
il en refulteroit une ligne blanche qui nuiroit a I'ou- 
' vrage. 11 faut done que ces points rentrent les uns dans 
les autres par dictation , c*eft-a-dire , comme rentrent 
les uns dans les autres les doigts ouverts des deux mains, 
& que le milieu d'un point fbit oppofe I I'extremit^ 
du point fuperieur & du point inferieur , comme les 
briques fe ran gent piein fur joint dans I'appareil ^es 
bihimens. Quoique , dans de tr^s-belles eftampes , ces 
points femblent ^tablis avec une grande libert^ , ils 
exigent beaucoup d*art. 

Pour quMl y ait de I'accord dans le travail , tous les 
iiGceiroires doivcnt 6tre grav& avec le mSme loin , la 



Digitized by 



Google 



So6 G R A 

mdme propret^ que la tSte, except^ dans les parties 
qui demandent I &tre facrifi^es. D'ailleurs la mani^ 
de las tnuter rentre dans les principes que nout arons 
4ej^ etablis. On obfenrera feulement que tous les ac- 
ceifoires d'un portrait ^ant plus detaill^ que ceux d'ua 
tableau d*hiftoire , ils veulent ^tre graves d'une ma- 
mere moins ferr^e. La mani^re large dpnt Frey, 
Wagner , MM. Strange , Bartolozzi , dec. pne trait^ 
les draperies > feroit peu convenable aux ito&s d^un 
portrait. 

Quoique ce foit de la tSte que nous avens parlf 
d'abord, ce n^eft pas ordinairement par elle que com- 
snence le graveur. II ^I^auche & avance auparavanc 
les fonds , les accefibires , & r^ferve pour (bn dernier 
travail les chairs^ les linges ^ les dentelles & les tnK 
vaux les plus d^licats. Ce proc^d6 eft m^me n&e^re $ 
car sll commen9oit par graver les parties qui exigent 
le plus de fineiTe dans les travaux 9 11 les ternjroit , les 
fatigueroit , les uferoit mdme par le frottement de & 
main , par celui de I'ebarboir , par le frequent nettoye^ 
ment dela planche , &c. II arriveroit que , pendant le 
long travail de la gravure j les parties d^licat€s fe- 
roient plus fatigu^es par ces operations r^p^^es que par 
le tirage d'un millier dMpreuves. II y a m^edes gra- 
veurs qui , par to'i<s ces moyeivs^ ufent leurs planchea 
avant qu^elles foient finies. 

Ce que nous avoas dit de la gravure des portraits ,. 
(e rappone a la pratique modeme que les graveurs ap^ 
pellent par excellency la maniiredu partraii , quoiqu^tt 
puiffe y avoir des mani^res nbn Qioins heureufes de le^ 
rendre. On fent, par lei details dans lefquels nous 
fommes entres , qu'elle eft voiiine de la froideur : m9^ 



Digitized by 



Google 



G R A soj 

les Bolfwere , lei Vorfterman , les Pontiut oti Dupone, 
les Pierre de Jode , les Hpndius , ont grav^ avec ehaleur 
les plus^ beaux, ponraits de Vandytk. Infpir^ par let 
tableaux de ce maitre faitt avee le plus grand art, m$i$ 
»vec autant de feu & d# facility , ils l^iilbieiit la lumi^ri) 
large fur la tite , & fans compter , fans carefTer leurs 
travaux , lis exprimoient la forme de la charpeate ^ le 
mouvement des chair$> le chryftaliA des ytfux avec 
autant de vlrit^ que d'aifance. On ne remarque paks 
s'ils ont fait de belle gra^ure \ eux-m^mes ne paroilTent 
pas s'en ^tre occup^s , & ils ont fait en effet de la gtavure 
excellente , puifqu'elle feniblela plus proprei rendre 
ce quails vouloient exprimer. On volt dans leurs por- 
traits un carad^re de rie , <|ui fe trouye bien raremenc 
dans ceux qui ont M faits avec un (bin plus marqud. 
lis ont employe quelques points longuets pour ap- 
procher des lumieres , & ces points lemblent places 
avec negligence *, mais ils peignent comme Is pinceau* 
Leurs touches miles & hardies animent tout. Les ic- 
ceffoires font trait^ avec la m^me libert^ que les 
tStes , & confervent d^ mSme le carafl^re qui leur eft 
propre. Accordons , fi Ton veut , qu*il faille- avoir pour 
la foiblefle du gros des amateurs ^ la condeicendance 
de ne pas imiter enti^rement ces grands maitres-, mais 
^ du moins leurs eftampes devrotent 6tre fouvent fous les 
yeux dee graveurr*, & (ur-tout a pr^fent que la gra- 
vure fe r^froidit de plus en plus^ ces exemples devien- 
a^nt cfaaque jour plus n^ceflaires. On y voir les v^ri* 
tables beautds de I'art , & l'<m g^it en penfant que , 
.de nils joucs , lellesftint fi fouvent Ckctli^es it k froide 
«UUieBUvre du metier* 
V €e n'eft pas alTf^i pour un grtYeur de fiiiyi^ les 609- 



Digitized by 



Google 



yoS GRA 

tours traces dans le tableau qVil tra^uit, & d'en expri- 
mer les lumi^res & les ombres; jl doit encore fai)'e 
fentir la couleur du maltre , Ton pinceau , fa couleur* 
Tout Ton travail doit changer quand il ceiTe de graver 
le mteie peintre. II faut qu'on ne connoifTe plus la 
mani^re du graveur, & quW reconnolffe celle dii 
mattre. Les travanx qui rendront bien un tableau de 
Raphael , ne conviendront pas \ graver un tableau dit 
Corr^ge ; Rubens ne dojt pas ^re grav^ comme les Car- 
raches, Lanfrahc comme Pi^re de Cortone, ni Rem- 
brandt comme le Titien. Enfin une eftampa dolt rendte 
le defTin, refj)rit & le /aire du peintre. 

Cette partie fi importante de Part eft reft^e long^ 
temps ignor^e. On en doit la d^couverte aux artifte« 
qui ont grave les tableaux de Rubens fous les yeux de 
ce mittre, ou plut6t elle eft due i ce makre lui-m^e 
qui dirigeoit lenrs travaux & les for9oit ii 6tre pein- 
tres. 

Aufn nefe font-ils pas feulement attacTfi^s I rendre 
les degradations des ombres aux clairs : ils ont encore 
fait la plus grande attention I cette partie du clair- 
obfcur fi familiere k Rubens , par laquelle les cotiteurs 
propres atdent a ^tendre la mafle des lumi^res & des 
ombres, parce que certaines couleurs par leiir ^dat, 
tiennent de la nature de la lumi^r^ , & d*autres tiennettc 
de la nature de I'ombre par leur obfcurite. Ainfi, dans 
les eftampesde ces graveurs , toiit ce qui eft bbftur, 
tout ce qui eft clair , n*eft pas toujours de la. lumi^rt 
ou de l*ombre ; c'eft fort fouvent la valcur de la 
couleur propre des o^^jets repr^fent^s dans le tableau. 
On a done eu railbn de dire de leurs eftaimpes qu'ellw 
<coient des tableaux eU)3s> mfinvest, Sl qu'elles KAi 



Digitized by 



Coogle 



G R A yof 

deient les couleurr ; non qu'en efTet , avec du noir & 
du blanc , les auteurs de ces grayures aienc pu faire d^ 
jaune, do bleu, du rouge y mais parce qu-ils ont con- 
ferve la valeur de ces- couleurs differentes , enforte que 
ch^z eux le noir n'eft fouvent qlie rexpfeffion d'une 
couleur vigoureufe qui foutient & prolonge uae maffe 
obfcute , & le clair n'eft quecelle d'une couleur douce, 
qui ^tend & continue uae mafle lumtrieufe. 

lis font les premiers qui .aieot employ^ ce bel ar- 
tifice J & ^ quoiqu'on fe foit attach^ ^ns H Qdte i leg 
imiter , 11 eft rare que-l'on ait eu Le mSme fucc^s , & 
ils cominuent d'obtenir les premiers rangs encre les 
grands coloriftes. cc Ces artiftes , dit un amateur qui 
30 fait honneur k I'Allemagne > M. Hagedorn , ces ar- 
a» tiftes fe font tell ement diftingues par leurs produc- 
» tions , que celui qui voudroit ^rire une hiftoire de 
» la gravure pourroit commencer par ces chefs-d'oeuvre 
» une ^poque dansl'art. K'eft-il pas bienltrange que y 
y> dans la peinture qui renferme la fource des couleurs 
)» locales , on confbnde perp^tuellement les notions 
» des couleurs ? II faiidra a la fin que le graveur ^ qui 
» n^a qu'une couleur pour rendre fon expreflion y donne 
» des lemons de color is au peintre n. 

£n d^taillant les precedes de la mani^re de graver 
a I'eau-forte , & de graver au burin ', nous avons parle 
de la poime*seche , troifieme manteuvre qui s'uiiit aux 
deux autres. £lle opere f\ir le cuivre aud avec une f ointe 
bien. tranchante, Rembrandt en a fait un grand ufage i 
|nais,comme il, n'a p#s diyulgu6 fon fecret y il n'a p^s 
eu d'imitateurs. £n regardant bien attentivement cer- 
tain es eflampes du dernier fi^cle , on y Ireconnolt qu^- 
^ues trayaux k la poiritc s^che , mais fi raws qi/on ne 



Digitized by 



Google 



510 G R A 

les a pas rnfiine reittarqu^. I«e premier qui ^ apris Rem*' 
brandt ^ ait fait un grand emploi de ce moyen , & d'une 
mani^e propre i le combiner aveo les autres parties 
tf une gravure (bign^e , eft M. Lebas. I! ^'en fervoic 
.pour les parties cialre$ des dels , des terraffes & m£me 
des figures en petit. 

Nous croyoos nous dtre affez ^tendus (br les travaux 
de la gravure qui porte le nom de taille - douce. II 
paroit convenable d'en proportionner la largeur a 1'^- 
tendue de la planche, ou du moinslL la dimenfion de$ 
principaux objets. Cependant on m, vu d'habiies artiftes 
s'^arter avec fuccis de cette convenance. On a des 
eftampes d'apr^ Rubens & Van-Uyck , dont les tra* 
yaux fontiins & ferres , quoique les figures foient d'une 
alTez grande proportion. J. J. Flipart , dans faderni^ 
mani^re, a trait^ de grands fujets avec une gravure fine 
& ferr^e. Callot , le Clerc , qui gravoient de fort 
petites figures , n'affedoient pas des travaux tr^s-fins , 
8c \ Von peuc remarquer m^nie que I'extrdme fineffe 
des travaux dont ie ibnt piqu^ en ces derniers temps 
des graveurs en petit , a fait beaucoup de tort k ce 
genre de gravure. Elle les a engages I remplacer ^ par 
le fini froid 8c Uchi , Tefprit qui doit animer ce genre* 
( Articli de Af. LzvEsqun, ) 

GRAVEURS. L'hiftoire d'pn arc eft celle des ar- 
tiftesqui I'ont profefle depuis Ton ongine, &qui one 
contribu(* ii fes progris &r ii fa perfedion. Je crois done 
que la meilleure mani^re de faire ici l^iftoire de la 
gravure , eft de donner une notice chronologique des 
graveurs qui fe font diftingu^ par leurs taleits^ ou 
par I'invention de quelques proc^dc^ utile; aux progr^ 



Digitized by 



Google 



G R A yu 

ide l^trc, demarquerlecara&^e paiticaller ^e chacun 
4*eiix conRdire comme artift^ j de faire connoltre ^ 
aiitant qu'il eft poilible dans un r6city l«s parties d# 
I'art qui les diftinguent les una des autres. 

On me reprochera peuc-dtre d'avoir omis quelquiM 
grareurs qui A'ont pas eu moiQs de mirlte que plufieurs 
de ceux que )*aurai noBiA^s y mais 11 eft aiTbe indif* 
S^ent que fai* gard^ le filence fur quelques artiftes y 
^urvu que je n'aie oubli^ aucun de ceux, qui, par un 
caractere particulio: de trav%ux ou de m^thode , 
0nt fait ^poqiie dans i'att. D'allleurs , je me fuis im- 
pofe la lei de ne parler d'aucun graviur fans ai^ir 
fiius les yeux au moins quelques-uns de fes ouvrages ^ 
& I'on penfera bien que je A*ai pu me procurer* dea 
ouvrages de tous. 
. Comnve il eft peu d'artlftet qui n'aient marqu6 par 
des ouvrages foibles le commencement 8c la fip de fa 
carfiere , & qv? plufiei)rs mdme ^ dans le ten^ de leur 
plus grande force , ont fait des ouvrages negliges , le 
jugement que j'aurai port^ fur tel artifte fle s'accordera . 
peut-dtre pas avec telle eftampe du mime artifte que 
le lefteur aura fons les yeux , ou dont il aura con- 
ferva le fouvenir. Mais j^ai dd fonder le jugemertt que 
J'ai port^ de chaque graveur fur fon caraft^re g^n^- 
ral , & non fur quelques - uns de fes ouvrages en 
particulier. 

Je n'ai d^ faire attention ni aux ouvrages foibles 
d'un homme habile , ni k quelques ouvrages par lef- 
quels un artifte g^^alement mediocre s*eft ^lev^, 
comme par hafard, au^deffus de fa m^diocrit^ ordinaire^ 
Cependant je ne craindrai pas d^avouer qu'il peut m'ltre 
4chapp^ oerutns onvrages i^ui m'auroient fait portec de 



Digitized by 



Google 



yi2 



G R"A 



leurs auteurs uti jugement plus fiavorable que ceWes^ 
de leurs eftampes qui me font connues. Si j'ai comiius 
quelques-unes de ces erreurs , elles ne peuvent toe 
qu'en petit nombre , & ne concernent pas les artiftes, 
du premier ordre. 

Vne notice chronologique des graveisrs 9 fervant i 
compofer I'liiftoire de I'art , s'accorde bien avec I'objet 
de I'Encyclop^die m^tbodique ; mais en m6me - temps 
I'Encyclopedie a la forme d'un Didionnaire , & le lee- 
teur doit s'attendre k y trouver (kns peine ce qiii fait 
I'objet 4e fa recherche. J'ai done «ru , pour fatisfaire 
k la fois k la forme lexique & I lamethode , devoir don- 
Aer d'abord une table alphab^thique des graveurs dont 
je ferai mention. Chaque nom fera fuivi d'un chiffre 
qui rappellera i un chifFre femblable , dont le m6me" 
nom fera pr^de dans la notice chronologique* 

TABLE ALPHABilTHIQUE 

Des plus celibres Graveurs. 



Ch. Albert. (19) 
.Aldegraver. (13) 
Aliamet. (147) 
Altdorfer. (14) 
Marc Antoine. {$) 
P. AquJla. (106) 
Auden-Aert. (1J.3) 
Ch. Audran. (48) 
G, Audran. 0^0 
B. Audran . j[i to) 
J, Audran. (in) . 



Aveline. (141) 

Baldini. (6) 

Balechou.. (142.) 

Ballitt (69) 

Bauduin. (loo) 

Petre Sante Bartoli.(po) 

Baudet. (49) 

Beauvais. (113) 

Beham, (ii) . 

La Belle. (39). 

Berghem. (8*) 

Com. 



Digitized by 



Google 



Corn. Bloemart* (47) 
F. Bol. (73) 
BollVert. (66) 
BofTe. (41) 
Boticello. (5) 
Boulanger. (87) 
Bourdon. (43) 
Brebiette. (37) 
2}. de Bruin. (29) 
Th, de Bry. (15) 
Callot. (34) 
'Aug« Gtrrache (2,3) 
An. Carrache. (24) 
Cars. (132) 
B. deCa[ftiglione)(44) 
Caylus (ii6) 
Chafteau. (J5) 
Chaftillon. {^6) 
Chauveau. (46) 
Charon. (io8) 
F. Chereau. (118) 
J. Chereau (127) 
Lc Clerc. (93) 
Cochin pire. (124) 
IMic. Cornell le. (lox) 
Corn. Cort. (18) 
lA. Coypel. (109) 
DauI16. ^137) 
Defplaces (120) 
Mich. Dorigny. (79) 
N. Dorigny. (107) 
Driver p^re. (ii.j) 
Drevet fils. (130) 
T9me 11^ 



Duchange. (it 2) 
Ch. Dupuis. (121) 
N. Dupuis. (129) 
A. Durer. (8) 
Van Dyck. (3j) 
Edelinck. (104) 
le Febre. (99) 
Ferroni. (116) 
Finiguerra. (4) 
Flipart. ^144) 
Frey. (119) 
Corn. Galle. (2a) 
Gaulcier. (30) 
GefTner. (149) 
Ghifi. (16) 
Gillot. (117) 
Golczius. (26) 
Hainzelman.' (y6) 
Hollar. (38) 
Hondius. (67) 
Hortemels.. (128) 
Mag. Hortemels. (117) 
Houbracken. (131) 
. Huret. (77) 
P. de Jode. (j9) 
Konnick. (76) 
tairefle. (98) 
Lanfranc. (31) 
Jac.-Ph. Lebas. (143) 
liUC de Leyde. (10) 
Lievens. (75) 
Loir. (97) 
CI; le Lorraina (3^) 
Kk 



Digitized by 



Google 



ft4 <& 

J. L. le tottaln. (146} 

Lutma. (JS) 

Luyken. (103) 

Mantegne. (7) 

C. Maratte.\(83) 

MafTon. (91) 

Ifra^'l Van-Mecheliu (1) 

Mellan. (70) 

Mitelli. (8j) 

Morin. (86) 

J. Muller. (27) 

Nanteuil. (88) 

Natalis. (50) 

Oudry. (122) 

Pentx. (11) 

Perelle. (94) 

Perier. (33) 

Pefne. (81) } 

Petits-Majtres; ( ix , 11, 

Picard le I^. (89) 

B. Picard. {xi^^y 

Piranere.;(t35>). 

Pitau. (54) 

Pitteri. (138) : " 

F.;Poilly.<53) 

P. Pontius. (65) :. : 

Le Potre. (45) 

Rembra^tj n(72) . : 

Sal-Rofa^,(4).) , . ,. 

Rota. (17) . ^ , 

Roullet. (58) 

Rouffeleu (ji) 



R A , 

Ryland. (148) 

Les Sadeler. (xi) 

Schmidt. (146) 

Schoen. (i) 

Van Schuppen. (ioj) 
- Schut. (31) 

J. Silveftre. (8o> 

Simonneau. (95) 

Snyers. (68) ' 

Spier. (57) • 

Sompelen. (61) 

^outmaii. (6a) 

CI. Stella. (92) ' ' 

Subleyras. (133) 

Suyderoef. (62) 

Tempefte. (20) 

P. Tefta. (40) 

C. Tefta. (40) 

Thomaffin. (12J) 

Thourneyfen.' (71) 

Vallet. (5i) 

Villamene. (25) 

Vivarez. (i3<Sy 

Van-Uiret. (74) 
.Van Voerft. (63) 

Vorfterman. (64) 

-Wagner, (j^y 

Watelet. (145) 
r^Wierx. (28);. 

Corn. WiflVher. (84^ 

WolgemHth. <3) 

Wollet. <^5o) 

W^orlidge.,\(i|4). 



Digjtized by 



Google 



NOTICE CHRQNOLOGIQUE 

D€s principaux Graveurs , depuis tarigine dt VArt ^ 

OU HlSTOlRE DE LA GrAVURE. 

Long - temps avant que la gravure en eftampes fut 
connue ^ les orfevres gravoi^nt ^ burin des figures & 
des ornemens fur leur argenterie , •& les armuriers 
omoient les armes de travaux aii biirin. Ce n'eft done 
pai de la gravure elle-m^me qu*il faut chercher Tori- 
gine *, elle fe perd dans la nuit des temps ^ toiais feu- 
lement de I'art d'en tirer des ^preuves* 

( I ) Le plus ancien graveur qui alt tire des ^preuves 
de fes ouvrages , &: dont le nom foit parvenu jufqu'a 
nous , eft Martin S G h o e N , qu'on appelle audi JBeau 
Martin de Colmar. II 6toit a la fbis orf^vre , peintre 
Sc graveur. 11 quitta Culmbach , lieu de fa nalflance y 
8c vint s'etablir a Colmar od il mourut en 14^6. l\ n'eft 
pas vrai , oomme on I'a pliifiears fois re\iei6 , qu^il a!t 
6t6 le maitre d* Albert Durer : il venolt de mourir , 
'quand le p^re d'Albert voulut lui envoyer fon fils, 
Ses eftampes ont ete rraifemblableihent gravees depuis 
1460 jufqu'a I'ahnee de fa mbft, 

a Son outil eft form^ , dit M. Huber. Sa mort de 
» la Vierge offre de ^entente dans la compofition & 
» de IVxpreffion dans les figures. Rien deplus dellca- 
» tement travaille qu'tm chandelier qui eft placd fur 
» le devant de Peftampe , & dont la bafe eft orn^e 
» de petites figures d'un firii extraordinaire. » 

Cette liberte d'outil', ce fini precieux feroient feuls 
foup^onner que les ouyrages de Schoen ne font pas 

Kkij 



Digitized by 



Google 



yi(5 G K A 

les premlen eflais de I'art ; 8c I'oti fait en effet qu'il 
acopi^ une paflion 4'apres un autre gravcur plus sin- 
cien que lui fe qui mettoic un F & une S dans fon 
chiffire. C'^ic yraifemblablement fon ma!tre> & , en 
le fuppofant feulement de dix ann^s plus ancien que 
fon ^l^ve , la gravure d'eftampe en Allemagne remonte 
i I'ann^e 14J0. Sandrart a connu une eftampe qui porte 
la 4ate de Pann^ 1455 , & doncl'auteur a pour chifire 
une S dans une H. 

L'auteur du livre intitule : IdSe g/n^raU d'une collect 
tion compUttt JFeJlampes^ imprim^ i Leipfic en 1771 j 
parle d'un graveur plus ancien que Schoen. Ses pieces 
font , dit-il , tr^s-gothiques , audi bien que les carac- 
teres qui lui fervoient de chiffre , & dans lefquels on 
trouve un B, & une S. On a interpr^t^ ce monogramme 
BanhAcmy Schoen , &: on a fait de ce BanheUmy un 
fr&'e ain6 de Martin^ Le mSaie ^crivain connott une 
pi^ce qui lui femble plus ancienne que toutes les prece- 
dentes , & qui reprefente la Sybille montrant h. VEm- 
pereur Auguftc I'imi^ge de la Vierge - Marie dans les 
airs. On voit dans le fond la ville de Culmbach & le 
chiteau de Blaffenberg ; ce qui fait conje&urer ^ non 
lans une forte vraifemblance , i I'auteur dont nous 
parlous , que la gravure en eftampes a pris fon origine 
\ Culmbach, Sc il fixe cette origine k I'annde 1440* 
II feroit facile de la reculer par conje&ure , & il 
feroit jmpofTible de la rapporter i des temps plus r6^ 
cens. 

Que des orfi^res, habitues i graver au burin fur 
leurs pieces d'or£6vrerie y fe foient enfin avifes de titer 
des ^preuves de leurs ouvrages, cela n'a rien que de 
yraifemblable. Un papier humide, & mis ea preflt 



Digitized by 



Google 



G R A yi7 

jpttr bafard fur leur travail) pent les avoir conduits au 
proc^e de I'impreffion des eftampes, Mais que la gra- 
vure en eftampes ait ^t^ invent^e par un berger l qui 
fon ^t ne pouvoit infpirer aucune id£e relative k cet 
art > c'eft ce qui n'a pu £tre imaging que par I'amour 
du merveillenx , &: ce qu'on trouve pourtant dans ua 
livre furl'excellence de la nation AUemande dontl'au- 
teur eft Mathias Quadt de Kinkelbaclu II raconte que 
I'ln vention de la gravure eft due i. un berger des en- 
virons de Mons , 8t que fes figures , quoiqut traitees 
avec dftret^ y femblent plut6t avoir ^t^ faites d'apres 
nature que d'imagination. II donne i ce berger le nom 
de F. yon Sacholt. 

' Comme il exifte en efiet des eftampes msM'qu^ F* 
V. B. on ne manque pas de les donner pour di^t ou- 
vrages du berger VQn'BochoU. Mais ces cara&ires font 
en capitales italiques, & Ton doute avec raifon qull 
y ait en Allemagne aucune infcription du quinzi^me 
fiecle qui ne foit- pas en carafiere& gothiqiles« 

On a bien pr^tendu trouver aufii la m£me marque 
en lettres gothiques ; • mais ii eft tr^-yraifemblable 
qu'on a pris un J pour un F , erreur facile dans ce ca- 
rad^re , & que les eftampes du pr^tendu berger Von 
Bocholt, font d'lfra^l van Mecheln, qui demeuroiti 
Bocholt , & qui a marqu^ plufieurs de fes ouvrages du 
nom de fa demeure. 

(a) Ily a eu deux Israil van MtCHXim , le perc 
& le fils 9 qui tons deux ont grav^. Le fils eft more 
en 15x3* Le pere apucommencer \ graver vers 1450* 
Le ills a ^t^ contemporain d'Albert Durer , que I'on 
pr^end mSme qu'il alia vifiter k Nurembei^, 

Quelque&is des brocanceu/s ont ajout^ i des eftampw 

KkUi 



Digitized by 



Google 



yi8 GRA 

le chi&e. F. V. B. pour les vcndre comme des <m^ 
vrages du faux berger Bocholf. L'auteur de PIdee 
^iinc colie^Uon complcttc £efijamfts a ru la piece de 
SaiHt-Antoine, ourrage de Martin Schoen, portant 
cette fupercherie. . 

(3) Entre ces anclens.graveurs^ il ne faut pas* oublier 
Michel WoLGEMPTH , parcc qju'il fut le maltre d'lm 
artifte c^^bre , Albert Dure*. II ^oit peintre & gra- 
veur ; & nyarquoit fes ofurrages d'un W. 11 eft ne a Nu- 
remberg en 1434 & eft mort dans la mdme ville en 
I J 19* II peut avoir connu I'inventeur de la^grayure 
& en avoir I'e9u des . lemons. 

Les Italiens pretendent hlz glolre d'avoir invent^ 
cec art. Comme il y avoif alors tr^s-p6u de communica- 
.tion entre I'ltalie & I'Allemagne^ on peut aifemenc 
fuppofer qu'aucufae des eftampes gravies dans I'une de 
ces contr^es, ne fut d'abord connue de I'autre. II n'eft 
done pas contraire k la vraifemblance que la gravure 
trouv^e en Allemagne vers 1440 ^ ait ^t4 trouv^e de 
fUHiveau en Italie vingt ans apres. Ainft les deux 
peuples qui fe difputerit la glolre de cette invention 
dotvent peut-^tre la partager. C'eft ainfi que les Eu- 
ropi^ens peuvent avec raifon fe glorifier d'avoit invent^ 
I'art de I'imprimerie , quoiqu'elle ait ^teinventee long- 
tems auparavant par les Chinois. 

(4) C'eft l MasO' FiNiGUERRA, orfevre de Flo- 
rence, que les Italiens attribuent I'invention de la 
gravure en eftampes*. II avoit coirtume de tirer en 
-p^te de terre ou de fouffre I'empreinte de fes gravure.^, 
& ils'apperfut que le noir qui ^toit reft^ au fond des 
tallies s'lmprimoit fur ces pites. II elfaya de tirer de 
femblables impreflions avec du papier humide ^ en le 



Digitized by 



Google 



preffant I Taide d'un rouleau ou d'un mftrumcnt lifTe , 
& il reuffit. P'autres pr^tendent qu'une blanchiffeufe 
pofa, fans y faire attentlpn j du linge humide fur une 
gravure dc Finiguerra 3 que le linge , par fon poids , 
fit VoSf^e d^ufie preflTe , §c qu'en le relevant , on trouva 
furlap.artle qui avoir toGch^ la.j;ravure une empreinte 
femblable a nn deflin. fait a la plume. Ce hafard, 
ajout^-t-on, dojina I'idee a I'orfavre de renouvell^r 
cette^Qxpeifience'^vec du papier, & elle ept le fucc^s 
qu'il de^oit en ait^endre^'^n n'eft pas bien oertain que 
Finiguefr« .ait tire lui-m^me parti de (a d^ouverte,, 
&il'ine -refieaucune eftaiiiipe. qu'on puilTe ^urer qui 
foit de faj^aifl. Mais eQ ^p a ie\Sandro Spticellai 
peintre, & de Baccio Saldini , orfevre , a qui il goui- 
muniqua fon -tnvenuon. On^ peuc i^roire cependant que 
deux .petites pieces de fefuilages, marquees M. Fi^^ 
Ibnt de Finiguerra. On lui. attribue encore quelques 
autres^ morceaux tres -.an&iens"& fort rates. 

(j) Les eftainpes -de Sandro Boticello font d'une 
.tres-foible execution ; on y reconnolt I'enfance Ae 
I'art , & le peu de pratique de ce peintre dans le 
•maniement d'un outil €tv^fi^et \ fa profeflion. 

(6) JBaccio Baldini, orfevr^^.& par confequent ac- 
coufume }i manier le burin pour orner ibs ouvrages , 
montfa plus d'adreife & d& facUic^* 

Une edition tr^s-rare 6\x Dante , imprimee a Florence 
par Nicolo.di Lorenzo deilaJVIagna^ en 1481 , eftorn^e 
de deux vignettes grav^ps.,^ou plut^t ^gratignees d'un 
burin inflexible/, niais d^ile temps, oil' elles par urent, 
c'^oi^t -des^hefs-d'oBuyre. Vafarl nous apprend que 
le defiin en eftde Boticello { on ignore Cl la gravure 
eft de ce peiocre ou de I'orfeyre Baldinu 

K k ir 



Digitized by 



Google 



p(5 G k A 

(7) Sans nous arrlter aux noms & aux ouvrages d& 
quatre I cinq graveurs, qui travailUrent i-peu-pre» 
dans le mdme temps fans contribaer aux progr^ cfo 
Part , nous nous contenterons de parler SAndri Man- 
TEGNE , n^ i Mantoue en 14J1 , & mort a Fadoue en 
I J 17. II ^toit peintre, & s'^toit acquis beaucoup de 

' gloire par Ton tableau du triomphe de Jules G^far. Ses 
eftampes ne font pas , fans doute , d'une manoeuvre 
qu'on puiiTe maintenaat admirer \ mais on y voit du 
moins un commencement de facility ^ & elles fbnc 
eftimables par la corredion du deflin. II a grav^ quel* 

' quefois ibr I'^tain* Ce m^tal , par fa mollefTe , eft con- 
craire ^lanettete delagraruire, & fournit des ^preuves 
fales. 

(8) L'Allemagne avoit donn^ naiffance \ lagravure; 
e'^toit \ I'Allemagne qu'il ^toit aufli r^erv^ de l*ap- 
procher de la perfe&ion. Alhtrt Durer , voifin du 
berceau de cet art , en a tellement avance les progr^ 
que , dans certaines parties , it ne peut-^re furpafTe. 
Nous avons parl^ i Tarticle £co£E , de cet artifte ce- 
l^bre , qui n'edt pas eu de fiiperieurs s^il eAt pu con- 
noltre Tltalie & Tantique* Deflinateur pr^is, il Irf 
xnanqua feulement de i'avoir que les modules offerts 
par la nature ne font pas toujours ceux de la beaut^ , 
qu'il ne fuffit pas de favoir les copier, & qu'il faut 
^re encore (crupuleux dans le choix. Senfible & habile 
\ faifir les (ignes ext^ieurs des affedions de I'ame , it 
edt cxcell^ dans lapartiede I'expreflion s'il y eftt joint 
plus fouvent la noMefTe a la v^rit^. Cette noblefTe 
Teule manque aufli quelqu'efois a fes compofitions. Mais 
pour lui accordertout le tribut d'^ftime qu'il m^rite , 
U faut fe nippeller que ^de fon temps ^unefuite aflez 



Digitized by 



,y Google 



G R A' fit 

jnombreufe d'artiftes avoit lutt^ en Italic centre la ma- 
ni^e gothique des premiers reftaurateurs de I'art , & 
que lui (eul en Allemagne ralTMnbloit fes efforts contre 
la roideur de cette mani^re qui s'oppofoit a la beaut6 
des formes , k la juftelTe des mouyemens, 3^,la v^rit^ 
de Texpreffion* 

Nous ne devons le confid^rer ici que comme gra- 
veur ; mais comme il a tou jours grav^ d'apres fes proprea 
^eflins , ge que nous venons de dire n'eft pas Stranger ' 
a cet article. Si l*on veut feulement le confiderer par 
rapport a la manoeuvre de la gravure , il fera admirable ^ 
non - feulement pourlefi^cle o\i il a v^cu, maisfi(idme 
pour tous les fi^les ,.par la finefle & la variet^ de 
fes travamx, par la nettet^ 8c la couleur de fon burin* 
II femble qu'un homme qui n^a pas eu de modules , 
ne puiffe trouver feul routes les relTources de fon art , 
& qu'elles doivent %txe produites j avec le temps , par 
le concoiirs d'un grand nombre d'hommes habiles* Al- 
bert Durer a ite excepte k plufieurs ^gards de cette 
loi g^n^rale de la nature : & s'il n'a pas trouv^ tout ce 
qiii convient k la' gravure large & fi^re , propre a 
exprimer les grands ubleaux d'hiftoire ^ il a imagine 
& r^unl routes les parties de Part qui font a^ceifaires 
pour graver des tableaux fins & pr^cieux. Quoiqne 
Tart ait acquis depuis fa morttrois fiecles d'exp^rience, 
on ne pourroit aujourd'hui graver mieux ni peut-6tre 
aufTi bien I'eftampe de Saint- J^dme qu'il a publiee en 
I J 14. Une lumiire vive entre par deux fenStres fer- 
mees de vitraux qu'elle fait refletter en les traverfant 
fur la muraille qui fert d'embrifure aux croifees. Un 
plancher de fapin eft rendu avec la plus grande v^rit^. 
Un lion y ua renard couches fur le devant de I'eftampe 



Digitized by 



Google 



yii G R A 

fojit trsLitis avec les travaux qui leur cottvienneftt* 
Le Saint eft aflis devant ion pupirre & plonge dans 
I'etude des ^critures j fa t6te eft d'un carad^re digae 
des grands maltres de I'ltalie. Une foule d'objcts entre 
dans la compofition de cette eftampe , & tous one le 
caraftere qui leur eft propre. Les travaux font fins & 
fcrres fans maigreur ; le cuivre eft coupe nettement , 
mats fans avoir le brillant qui n^it a la v^ite. La pointe 
ne rendroit pas avec plus de godt un grouppe de fa- 
briqucs gothiques que celui qu'il a introduit dans fon 
eftampe de Phermite Saint- An toine. On voit de lui au 
cabinet des eftampes de la biblioth^que du Roi une 
^preuve retouch^e d'une planche de Saint- Jerome qu'il 
gravoit en 1512 , & qui n'eft pas celle ifftkt nous ve- 
nons de parler : la planche eft peu arancee , les pre- 
miers travaux font encore feuls i^tablis , &, quoique 
trac^ au burin y ils font badines comnte un travail de 
pointe.Il a quelquefois grav^ }l I'eau^forte 8c en bois : 
il entendoit mieux ce dernier genre de gravure que 
celui de I'cau-forte. 

Raphael connut les eftampes d^Albert Durer , & I'on 
alTure qu'il en fit affez de cas pour en omer fon cabinet* 
On affure audi que le Guide les confultott 'fouvent, 
& Ton pent lui reprocher d'en avoir quelquefois imit^ 
le ftyle des dt^aperi^s. 

(9) Marc-Antoine, dont le nom de famille eft 
Haymondi yti^qvilta Bologne en 1488 , & eft mort vers 
1546. II eft de dix-'huit «ns plus Jeune qu'Albert 
Durer. Ceft le premier Italien qui ait mis quelqu'art 
dans la gravure , & il eft fur-tout c^lebre pour avoir 
^te le gravcur de Raphael. II fe dMHngua d'abord par 
des ouvrages d'orfi^vrerie , mais il vit i. Venife dts 



Digitized 



by Google 



G R K P5 

eftampcs d' Albert Durer, d^s lors fon inclination le 
porta vers la gravure ^ & il s'y livra tout entier. Les 
orfevrea alors pouvoient §tre regardes comme des fculp- 
reurs en argent ; ils favoient bien modeler & bieti 
deffiner , & pouvoient devenir aifement peintres , fculp- 
tcurs & graveurs. II n'etoit pas rare de trouver des arn 
tiftes qui reuniflent ces talens aujourd'hui trop fepar^s. 
Marc'jintoine co{^a d'abord les eftampes de la paflion 
d'Albert Durer : on n'auroit pu que le louer s'il avoit 
fait feulement ces copies pour (on ^tude ; tnais ayant aflez 
bien r^ufli pour tromper des curieux qui avoient moins 
de connoifTance que d'amour des arts , 11 mit i fes 
copies la marque d' Albert , & les yendit pour des ori- 
ginaux. Albert Durer inform^ de la fupercherie , fut 
moins blefTe fans doute da tort qu'elle pourroit faire au 
debit de fes eftampes , que de celui qu'elle portoit ^ fa 
reputation : il vdyoit avec chagrin fe debiter fous fon 
nom des ouvVagcs trop inf^rieurs ^ fes talens , & il en 
adrefla fes plaintes aux magiftrats de Venife. Marc- 
Antoine fut oblige d'effacer cette mkrque trompeufe. 

Set eftampes peuverit'^tre regard^es comme des co- 
pies a^ez eswift^s , mais froides & timides , des deflins 
de Raphael^ & faites par un proc^de difficile , que 
ne poiTedoit pas aifezbien le copiftse'qui en faifoit ufage. 
Le contour eft trac6 au burin , comme dans les def- 
fins i la plume. Quelquefois le premier trait eft corrige 
par tin fecond , & ces corre6lions font d'autant plus 
pr^cieufes qu'on peut foup^onner qu'elles ont^te in- 
diqu^s par Raphael lui-m6me. Les travaux font roides 
& maigres , ils n'ofFrettt prefque jamais la grace de la 
facility , & font trop inflexibles pour rehdre la vari^t^ 
des carad^res propres aux diff^rens objets : mais fur-tout 



Digitized by 



Google 



^2f G K A 

dans les chtirs , la premiere taille eft toujours ^taBlScf 
dans le fens le plus convenable , & ce n'eft pas un foible 
m^rite ; un m^rite plus grand encore y celui qui fait 
toujours rechercher ces morceaux , c'eft la puret^ du 
trait. 

Marc - Antoine grava d'apres Jules Remain des poT* 
tures obfc^nes qu'Ar^tin avoit d^crites en vers. Le 
Pape Clement VII youloit le punir de mort ; on obtinc 
la grace de I'arcifte en faveur de fes talens. Son maf- 
facre des innocens , grav^ d'apres Raphael, eft I'une de 
fes eftampes capitales, & a et^ .achet6 foixante florins 
par Berghem ^ k qui fa femme laifibit peu d'argent a fa 
dilpofition. 

(lo) Pendant qn'Albert Durer faifbit florir la gravure 
en AUemagne , & que Mar&^Antoine I'exer^oit avec 
snoins d'art, mais avec nonmoinsdegloireen Italie^ 
Lucas Dammefz, connu ibus le nom de Lucas df 
Lbtde , difputoit dans les Pa/s-Bas la palme i ce» 
. deux rivaux. II fut le premier peintre qui fe foit dtf« 
tingu^ en Hollande, & nous avons parle de lui a 
Particle ecoU : il fut auili le premier graveur de (on 
pays dont le nom alt ^e conferv^. Il«naquit en 1454 ^ 
&: 6toit pltts jeune qu'Albert & Marc- Antoine. Un 
orf^vre* fut fon mattre pour la geavure au burin ; il 
apprlt les proc^des de I'eau- force d'un armurier qui 
en faifoit ufage pour les ornemens des cuirafTes. II 
gravoit auill en bois. Les Hollandois le mettent au- 
deiTus d' Albert Durer , mais les autres nations refufe- 
, ront peut-6tre de ratifier ce jugement : on lui reproche 
fur-tout de tenir davantage au carad^re gothique. Ce* 
pendant , malgr^ ce vice & I'incprredion du deffin , les 
Italiens eftimentfes eftampes, & Durer cut Tameaffea 



Digitized by 



Google 



G R A S2f. 

pande pour n'^cre pas jaloux de cet ^ule. II fit m£me j 
"dlt'on , le voyage de Leyde pour ie voir & gagner foti 
amiti^. Les trayaux de Lucas de Leyde font tr^s-fins y 
Sc Ces tStes ont de I'exprefGon* 

Entre les ^l^ves d' Albert Durer , les plus conntr 
font d^fignes par le nom de Petits-Maitres , pares 
qu'ils n'ont gu^e grave que de fort petites eftampes. 
Nous nous contenterons de nommer les plus c^Ubre^ ^ 
( II ) Georges Pei^z , n^ ^ Nuremberg en ijoo, & 
mort en i;56. Apr^ avoir fait fous Albert de grands 
progr^s dan|8 la gravure , il fit le voyage de Rome , 
^udia les ouvrages de Raphael , & travailla «[uelque 
temps avec'-Marc- Antoine. On a de lui un grand 
nombre d'eftampes. On y trouve la fi'nefTe & la nettete 
de la gravure Alleniande , jointes I un choix de deflin 
qui n'^toit encore connu qu'en Italie. 

(ii) Hans SehaldBnHAM , n^ ^ Nuremberg en 1500, 
mort dans "la m£me ville en lyjo , deflinoit la nature 
avec pr^cifion , mais fans choix : on le loue pour 
l^intelligence & I'expreffion* 

( 13 ) Henri Aidegraver, n^ a Socft en Weft- 
phalieen 1501, mort vers ijjj^peignit d'abord des 
tableaux de chevalet, & I'on afiure qu'il avoir un bon 
^oloris. II fe livra enfuite enti^rement k la gravure. 
. (14) Albert AltAkter , que les Fran9ois nomment 
fe petit Albert. 0» ^e fait s'il eft n^ a Altdorf en 
Suii^ y ou dans la ville de Bavi^re qui porte le m£me 
]»om. U eft mort a Ratisbonne en i J38. II fut d'abord 
peintre. Quoiqu'il tie foit pas devenu I'^gal d' Albert 
Durer, quelques-unes de fes planches ont €t€ attri- 
butes h. ce mattre. 

Tous ces grayeurs ont mani£ le burin avec beaucoup 



Digitized by 



Google 



S26 ' G R A 

de finelTe , mais Georges Penz eft celui dont les on-- 
vrages font le plus eftim&. 

(15) On compte aufli parmi les Petits-Maltres Theo' 
dare de Bry j n6 I. Li%e en 1528 , ann^e de la more 
d'Albert Durer. II a cherche a imiter S^bald B^ham , 
& a grav^ d'apr^s les deflins de ce Maitre. II y avoit 
de la delicatefTe y mais fouvent aufG de la fecherefie 
dans Ton burin. 

Comme en Allemagne Albert fit une&ole de gra- 
vure , Maarc - Antoine laifla des ^leves .en Italic. l\s 
grav^rent i-peu-pres comme leur maitre , & n'avan- 
cerent point les progr^s de I'art. Les plus connus font 
Auguflin de Venife & Marc de Raven ne. 

(16) Mais Georges Ghisi dit le Mamtouak, filsde 
Jean-Baptifte Ghili de Bertapo, graveur, & el^ve de 
Jules Romain , m^rite de faire epoque dans Tart , au 
moit\& pour I'ltalie. Le burin peu flexible dans la main 
de Marc-Antoine , acquit alTez de foupleiTe dans celle 
du Mantouaa pour rendre d'une mani^re agreable 8c 
favante les chairs delicates des enfans , les finges , les 
terraiTes , le payfage.: II fut varier fes travaux fuivant 
les plans & fuivant les objets. Son eftampe de la naif* 
fance de Memnon eft de I'ann^e i jdo , quatorze ans 
apr^s la mart de Marc -Antoine On eft ^tonne qucj 
dans un temps au^Ii court , Tart ^^Mllit tant de progr^s. 
Le Mantouana grave I'ecole d'Athenes de Raphael. On 
ignore le temps de fa naifTance & celui de fa mort. 

( 17 ) Martin Rota , n^ a Sebenigo en Dalmarie , 
floriifoit quelques ann^es plus tard. II a grav^ en petit 
le jugement dernier de Michel** Ange , & cette eftampe 
eft juftement regardee comme un chef-d'ceuvre , foit 
^e I'on conlidere lafinefle des trayaux , Ibit qu'on 



Digitized by 



Google 



-^3" 



G R A 5-27 

admire le deflin du maicre conferve d^ns une pro* 
portion fi differefite de ^original. Les Petits-Maltres , il 
eft vrai , I'ont emporte fur lui par lafubtilite des tallies, 
mais il n*ont pas eu tommt lui I'avantage de graver 
Michel- An ge & de s'appuyer fur un grand maitre pour 
aller a la potlerite. II a fait beaucoup d'eftampej 
d'apres fes propres deflin s. 

(zS) La gravujre ne connoiffoit encore que des tra* 
vaux fins & fences , propres aux eftampes de petite pro- 
portion , lorffjue i^omeille Cort , ne a Horn en Hol- 
lande en 1J36, yint a Rome &: y ouvrit la camere \ 
la gravure en grand. II eft le premier qui ait employe 
des tailles larges & nourries ; il a trouv^ le* premier 
un bon grain de travaux pour les draperies & a bien 
trait^ le payfagc au burin. C'eft.annoncer qu'il manioit 
cet outil avec une grande facilite ; de cette facilite de- 
voit naitre une plus grande vari^te de travaux , & par 
confequent de nouvelles reflburces pour Tart, & de 
xtouveaux progr^s vers la perfe6lion. On n*avoit pas 
encore le fecret de donner de la couleur a la gravure ; 
il ne fera trouve dans route fon etendue que par les 
artiftes qui travailleront fous le$ yeux 8c la direftion 
de Rukens -, mais Corneille Cort femble avoir fait les 
premiers pas vers cette d^couverte -dans fon eftampe 
du martyre des innocens d^apres le ^Xintoret. II mourut 
a Rome en 1J78, 

'(19) ^^keruifin Aibkrt , n4 a Borgo (an Sepolcro en 
lyj.i , & mort en 1^15 , n'a pas etendu la carrier e d9 
la gravure , mais il merite la reconnoiiTance des ama- 
teurs^ des arts ppnr avoir confer v6 par fes eftampes les 
belles frifes que Polydore de Caravage , digne el^ve 
de Raphael , avoir peimes fur des facades de maifons^ 
& que le temps a d^truites. 



Digitized by 



Google 



y2S G R A 

(lo) Tou« Us artiftcs dont nous avons parW jufqu'icT 
6nt grav^ au burin pur , ou du xnoins fi quclques-uns 
d*eux , tels qu'Albert Duter & Lucas de Leyde , one 
fait des eaux-fortes , elles n'ont contribu^ que fioible- 
men( k leur renomm^e. Mais Antoine Tempests ^ 
peintre Florentin, il6 en ijjj , doit principalement 
i, fes eaux-fortes I'ecendue de fa reputation. Son 
oeurre en ce genre eft tr^-confid^rable ; ce foht en 
g^n^al des chafTes , ou des marches & d^ combatr 
de cavalerie. Lafcience & la furet^ du trait, 1^ riva- 
cit6 de la touche , la chaleur & la fecondit^ de la 
compontion, la font juftement rechercher par les 
peintres. Quoique la manoeuvre en {bit peu remarqua- 
ble > les graveurs pourront y trouver des lemons utiles 
pour ^tabltr les premiers plans de leurs travaux lorf- 
qu'ils auront des chevaux i traiter. II y a d'ailleurs 
quelques pieces de Tempefte qui, m6me i ne con* 
fid^rer que I'efprit de la pointe, m^ritent d'fitre ac- 
cueillies par les amateurs de la gravure. Get artifte 
eft more i Rome en' 1630. II a fouyent grav^ fur 
retain. 

(ii) Le deftin de la gravure en Italie eft de fleurir 
bien plus par les travaux des Strangers , c^e par ceux 
des artiftes nationaux* Jean & Raphael Sadslsr, 
fr^res , tous deux n^s i Bruxelles , le premier en 1J50, 
fc le fecond en ijjj, fucc^^rent a la profeffion de 
leur pere , damafquineur en acier ; mais leur goAt St 
leurs difpofitions les appelloient a un art plus noble, 
& ils fe livr^rent I la gravure. lis firent enfemble le 
royage de I'Allemagne & de I'ltalie , & perdirent , 
dans cette patrie des arts , une certaine fechereffe qui 
entroit dans leur premiere mani^rc. lis furpais^enc 

tons 



Digitized by 



Google 



G R A s^9 

tbus tes gi^yeurs qui les avbi^nt prec^di^s^ & dans 
certaines parties , ils ne peuvent fetre furpafles par leurs 
fupcelfeufs. On recherche avec^ raifon leur nombreufe 
fuite di!e% hermites reprelentes d'apri^ les deffins de 
Martin de Vos dans des payfages agreftes & tr^s- va- 
ries; les morceaux qu'ils ont grav^ d'apr^ le Baflan ,' 
entreront toujours dans les porte-feuUles choifis -, on 
ne connoit gu^re de gravure plus aimable que celle 
de Raphael Sadeler d'aprSs le Chrift au tombeau de 
Jean van Achen : on pent critiquer le peintre , le gra- 
veur eft fans reproche. Mais on eft fur-tout etonne du 
fuct^s avec lequel les Sadeler ont gray^ le payfage 
au burin pur : les vieux troncs d'arbres y font ex- 
prim6s a\rec la facility du pinceau ; fi leur feuille ne 
peut avoir I'agr^able badinage de I'eau-forte y il en a 
la l^g^ret^ ; les eaux tombantes en cafcades , les roches 
brifees & mena9antes , les fombres enfoncemens des 
•for^ts ne fauroient ^tre mieux rendus par aucun des 
proc^d^s de I'art *, les plantes qui ofnent les devans de 
ces eftampes ont le port , ]a forme & la foupleffe de la 
nature ; les fabriques vues dans le lointain font trait^ea 
avec godt; on n'eft tent^ de regretter I'eau- forte' quo 
pt>ur les terrafTes.. 

Ces deux excellens graveurs furent cependant ftir- 
pafTes de leur vivant \ mat» ce fut par leur 61eve & 
leur neveu , Giles Sadeler , ne ^ Anvers en 1570 ^ 
& qui 8*appliqua quelque temps \ la peinture. II gra* 
voit du burin le plus iin quand le fujet paroilToic 
Texiger ; mais 11 a grav^ du burin le plus large la 
Chrift au tombeau de Barroche , & *il a' donn6 de la 
^orce i fon eftampe fans poulTer au noir aucune partle. 
On deftreroit feulement pliifi d^harmonie & d'accord 
Tomt U. LI 



Digitized by 



Google 



S^a OKA 

dans quelq^^es-unt de fes ouvrages. II a quelqiiefoi* 
la fiert^du burin Sclz coupe hardie de Goltzius & dc 
Mullen On peut voir dans I'eftampe oh il a grav^ It 
peintre Sprangers 8c Catherine Muller , defunte ^poufe 
de cet trtifte , ^ quel degr^ il a ' porte la gravure du 
portrait. II a ^ en quelque forte , cr^ 8c conduit a laper- 
feftion cette branche importante de Tart. 

Jean Sadeler eft mort a Venife en 1600 , Raphael 
^ns la m6me vilie en 1617, & Giles a Prague eh 
1629* I^'^uvre des deux oncles & du neveu eft au 
ntoins de deux mille eftampes. 

Dans le mdme temps florifToient Pierre de Jode, 
Je vieux , & les trois Gaili , Philippe , Tkeodort 
Jk ComeilU > dit le viei^x. 

(12) Comeille Gali.£ a grayd le payfage au burin 
pur. Les roches font fermes ^ le feuille a de la l%^et^ , 
la cojuleur eft agreable tc vraie, chaque objet porte 
ion caraftere , & tout le travail eft large & moelleux. 

(13) Enfin un grand peintre Italien He dedaigna 
|)as de difpucer aux artiftes de I'Allemagne & des 
Fays-Bas le prix.de la gravure* Oetoit Augu/JUn Car- 
HACHE dont f^ous avons parle i I'afticle Ecoxe. On 
exlge a prefentplusde iini qu'il n'cn mettoit dans fes 
#|lampe$ , mais on n'exigera jamais de9 travaux plus 
favamment ^tablis. II fera topJQurs un excellent objet 
d*^ude pour les graveurs , & ils gagD^rgnt a le re* 
garder au moins comme le meilleur module qu'ils putf- 
fient le propofer pour I'^bauche de leurs travaux , & 
fur-tout pour celle des chairs. II ne fe piquott pas 
d'exciter i'^tonneinei;it en, fftifant tracer a fcm burin 
des chemins longs & difiiciles -, mais il manioit cet 
f util aycc aflex d'adreife pour i'obliger a fuitrre (avain>- 



Digitized by 



Google 



y^ 



G R A y^i 

metit le fens des oiufcles, & il mettoit autant de go4c 

que defcience dans fa manoeuvre. Enfin , fes eftampes 

icmt d^excelltnces etudes de gravure & de deiGn , & 

.f>lufieurs m^e d'entpelles , fans 6tre termln^es i !a 

: snani^re nioderne , feront coujours regariies fzr le 

petit notaibre des connoiiTeurs comme les ourrages d^tin 

^rtiile qi4 cohnoiiToic le point iufte oii il eft bon de 

. s'arrSter. M. Huber connoit une ^preure da Saint-JS- 

. tbme qui femble prouver qu' Auguftin gravoit au premilkr 

- C9Up« Les parties qui ft trouvent fur cette 6pireuve fi>hc 

ternvinles, les autret neibnt encore indiqu^es que ^ 

. un trait leger, 

( 24) AnnihalC A raa c hi , fim firire, ne petit itre 

compte au nombre des peintres dont les eaux-fort^s 

bnt ce charnie auquel les artiftes donnent le nom de 

. gouflafe ; mais Con trait eft si^r, hardly farant & arrd^^. 

. Ses travaux font fermes & bien ^tablis. Dans (on ef* 

tampe de la chafte Suzanne, les travaux qui fbrment 

le fein & le bras gauche de cette figure ,-^ m^rite- 

>roient , non d'^cre copies , mais fuivia comme nne belld 

indication ,fi I'on vouloit faire d'apr^s le m^me tableau, 

nne. eftampt plus finle & plus fbign^e. La tdte & la 

' barbe du vieillarSl qiii eft le plus pr^s de Suzanne , 

, offrent audi Vindication des. travaux les plus conve-* 

nables", il fetoit de mime i^poflible de mieux ex{ft»- 

mer les cheveux courts de^i'autre vieiJlard. Enfin , lea 

eflanpe^ d'Annibal , tres-pr^cieufes pour les peintres 

qui les regardent comme de bons deflins d'un grand 

mtltre , miriteroient audi d'etre confult6es par les gra« 

Tears : ils y apprendroient k joindre ce que Part a de 

Civant & die pittorefque k ce que la partie de leur 

, lal^nt qu'on appelle le m6tier y pey t avoir de flatteur* 

LI ij 



:\^^-^ 



Digitized by 



Google 



f32 XJ R A 

Le Guide ^ £Uva d'Mnibal , a audi grav^ i reau-^fert^ 
& d'une maiiidre plas aimable. 

(z$)Franfois Vihamike, natif d'Affifc , fide ^lirer 
d'Auguftin Carrache pour la grarure* Sa mani^re ^eu 
charg^e de travail ^ & dans laquelle 1^ travail eft 
nifime trop econoan^i ^ indique plut6t des deflins d'un 
effejc tr^-dbux que des tableaux colot^. Elle eft d'ail- 
leurs propre'& agreable; mats on fent qu'il eft plus 
facile de conferver la propretf des travaux quand <$n 
en met G peu. Quoiqu'il ne manquitpas abfolumeiit' 
de facilite dans le burin , il n'avoit pas encore toute 
celle que ce genre femble exigdr^ ce qui donile.'a 
fes travaux un fentimenc de maigreur. Son deffin eft 
mani^r^ fur-tout pour les extr^mit^s , & malgr6 fa r^ 
pntatioB , -il femble ne pouvoir 4tre Pobjet d^une ^de 
JFort utile " ni pour les peintres ni pour les graveurs. 

. II eft mort k Rpme en 1626 , & y ^oit venu vers i ;8^. 

Les arcs qui commencent k fleurir conferment encore 

de latimidit^ : s'il s'^ve alors quelques artiftes qui 

combatteht cette timidit^ 'par un exces d'audace ^ ils 

freparent de nouveaux prggr^s en infpjrant k leurs 

. ^mules un jufte degr6 de hardieffe. On ne peutjtron- 
ver le. milieu fans connottre les cleux* extremes. ]J|G- 
chel-Ange en outrant les formes & les mouvemens, 
a])prit aux peintres & aux (culpteurs quel ^toit le point 
oA ils devoient tendre , &/ni il falloit s'arr^ter : Golt- 
zius ) & fes elevies plus audacieux que lui , n'ont peut- 
(ixxe pas et6 moins utiles aux graveurs. 

{t6) tlenri Goltz , que nous appellons GoitzAs ^ 
naquit a Mulbrecht, dans le Duch^ de Juliers en 
XJ58, & eft mort ^ Harlem en i6ij. II etoit fils d'un 
peintre fur yerre qui fiit fon maitre pour le dei&n, 



Digitized 



d by Google 



icil ttqMt ^lutAt descoiifeils que- des legotis de gra- 
vure d'un nomm^ Coornhert qui doit sux talens ip- 
fon &ive toute fa celebrit^. II voyagea en Allemagne 
&en Italie , & il ^tudia Raphael & I'antique , fans 
perdre une maniire barbare que le^ AUemands .s'etoient 
fatte en crojrant Imiter Michel- An ge. Say ant dans le 
deffin , il d^ruifit par fon go4t yicieux I'eftime que m^ 
riteroit (a fcience : mais on ' tie pent lui refufer les 
€loges 4^8 k fes talens dans la gravure , i, fes compofi- 
tions ing^nieufes^ & mSme a une certaine grace que 
ne pouVoit d^truiris fa manl^re fauyage. A le confi- 
derer feulement comme graveur, on trouvera fans 
doute de la bizarrerie dans {es tallies y une affe^ation 
trop marquee de fe montrer adroit burinifte , un ddfaut 
d'a^cord dans lee effets^ & trop de n^ligen'ce otk 
d'ignoranc^ du clair-obfcur r mats ayec tvmt de defauts^ 
, dont quelquesruns lui font conuauns^ec fef contea- 
porains^ aucun d'eux ne lui peut 6cre compart. II 
i*emble que la nature lui ayoit prodigu^ I'avantage dt 
peuvoir changer a fon gr^ le caia^L^re de fes tyavaux.. 
£n g^tt^ral fa gravure efl large Ik fes tallies ont une 
ftffed^tion de hardiefle : mais quelquefok (es travaux 
plus ferr^s condu7>fent a un repos plus tranquille^, & 
luie. couleur plus piquante & plus vraie. On connofc^ 
de lui des eftampes od toutes les tallies ont du mou« 
vement Huis qu'aucuno folt contourn^e d'une mani^rf 
bizarre, oh les tStes font anim^es par des touches* 
fpirituelles & iavantes , od les travaux £ns & les tra<-^ 
vaux miles , egalement bieii places , concourent 4 
donner le vrat carad^re aux objets qu'lls reprefentent. 
On fait avec quelle adrelTe 11 trompa les amateurs ,d^ 
(b^n tempji en iiiikant dans le def&n & dans la grayure ^ 

Lliij 



Digitized by 



Google 



554: * <S'R'A 

Albert Ourer & Iu6a« de Leydo. tJiie i^ eiB eflampcv," 
qu'il avoir eu. la pr&aiuton d^en&met^ fiit pay^chire'^ 
ment parce qu'on la prif pour une pi^cdc in^bnnuo 
d'Albere. Ce (bnt cet imita^ns quViii appetite Ics chcfii 
d*osuvre de O'^ltzliis ^ noa qtiPelles Toient ea eftet fes 
meilleurs ouvraget* mais parcequ'eUes contribadrenfr 
fur* tout i aflur^r fa reputation, II en eft de lui com' 
me de pluiieurs autret artiftes; ce ne font pas fesphts: 
belles eftampes qui font port^s au plus haut prix. On- 
n'Jgnore pas que les amateurs conttnuent de mettr^ 
des prix exorbatans aux ouvrages qui leur ont 6t6 ane 
fois vantes, & ce (bnt ordinairement ceux qui ont 
commence la reputation de leurs auteurs* 

Goitzius commen^a k peindre k l^^e de quarante- 
deux ans : il , a fait de^ portraits & des tableaux d'liif- ' 
• toire. On connolt par fes eftampes fa manike de defliner 
le nud ; oA.dit ^e fit couleur eft vraie. 

II a eu la patience de faire a la plume des deffins 
dont les figures font grandes comme nature. Sa plume . 
eft large & nioelleuf«, & (es deffins n'pnt point la 
fi^chereiTe ni la petitelTe de mani^re qu'on pourroit at- 
tendre de ce proc^de. J'en ai vu un aux falles de Vaca- 
d^mie des beaux-arts dq Saint-Petersbourg* 

Cornell le Cort 8c Anguftin Carrache avoient donn^ 
plus de largeur aux travaux de la gravure , & Golt- 
ziga leur donna plus d& mouvement. II fit d'habiles 
eUves*, Jacques Mathan fongendre^, furpaife par (on 
fi1« Th^odore^ Jacques de Ghei^ y Jean Saenredamy 
Jean Muller. Nous nous arrr^terons au dernier , parce 
qu*il eut un<3 mani^re qui lui fut propVe. 

( 47 ) Jean Muller , Hollandois , eft peut*6tre le 
grayeur quia mani^ le burin ayec le plus de bar- 



Digitized by 



Google 



iieffe. II miritera ton jours d'etre ituiU far les ai'tiftei 
qui afpireroht k fe diftinguer dans cette partie *, mai« 
il faudra quails tempJrent par le goiftt I'exc^s d's^itdacc 
qu^il eftcapaWe d*in%irer, Jamaiijon ne pofs^da mieux 
le metier de la gravnre ; il efV impo(fib'*2 de couper 
le ciiivre avec plus d'aifance, & tr^s-rlifficile d'em- 
ployer motn^ de travaux pour rendre les differens 
objets. On eft 6tonhe de voir avec quelle adrefTe il 
oblige une mSmetaili^ ^ Tui fervir de premiere ou de 
feconde pour rendre ufte figure emigre. II fait tre^-ra- 
rement ufage d'une troiii^me taille , 8t ce n'eft jamais 
que dans une paA| de pei^ d'etendue 8c qu'il a 
voulu facrifien .^41^ cecte favante economie , on ne 
lui peut reprocher n! mondtonie dans l^effet general x 
ni uniformite dans ta manoeuvre : tous ifes plans font 
artiftement varies de travail & de ton. II ^o!t favant 
deflinateur, & n'aaroit^^pu , fans cette quaii^ , parvcnij? 
au proced^ dont il fiaifoit- ufage : mais oh lui reproche 
juftement de la maniere dans les extremit^s, & il » 
be^ucoup grav^ d'apres Bartholom^e Sprangers , peintre 
maniere lui - mSme. Conime il ne faifoit pas fage de 
points pour einpikcer , & qu'il s'obftinoit I. n'employer 
que les deux mSmes tallies pour une figure enti^re,' 
illeur arrivoit fouventde former enfcmble deslozanges 
outresy d'od r^fulte un grain defagr^able a I'ceil que 
les graveurs comparent au dos de maq^ereau. 

( 28 ) Autant il ^tonnoit par la fierte de fes trarauxy 
zmznt Jerdme Wierx ou Wierix , plaifoit par la fi- 
neife des (iens. II excelloit dans le petit , mais fouvens 
il deveno^t fee dans le grand. Le pay fage & les fabri- 
ques defonbapt^me de Jefus-Chrift, eftampe qu'il 9 
psLvie en 1585, font d'un tr^-bon goAt , ^ Ton peut 

LI IT 



Digitized by 



Googk 



/^ remirquer , que, cotitre I'ufage defon temps , il y M 

flit entrer de' I'eau - forte. S^^ tons dans •les chairs 
^oienc fouvent de la plus aimable douceur. II a queH 
quefois grav^ d'une mani^re fort approchante de;^ celle 
dc Coraeille 0>rt. J^r^me Wiekx ^ & fes deux freres 
Antoine & Jean ^toient des Pays-Bas. 
. (a^) Nicolas de Bruyk, natif d'Anvets, ^tolt leur 
contemporain , & fembloit I'^tre plutdt de Lucas de 
Leyde qu'il prenoit pour module ; il a mSme grav^ 
dfapres cet artifte gothique quelques fujets d'hiftoire ^ 
mais il gravoit plus fouvent d'apr^ fes propres deflins. 
On ade lui des compofitions d'gj^res-grand nombre 
de figures *, elles font remarquab]i^||»ar la verit^ & la 
rari^^ des t^tes. Ses agencemens, fon caradcre de 
deffin tiennent du gothique perfe3ionn6. Sa gravure 
peut £tre comparee i celle d*Albert-Durer ou plut6c 
de Lucas de Leyiie ^ mats fans en avoir le m^rite \ ce 
qu'il imitoit de ces anciens mattres, c'etoit fur -tout 
la f^cherefTe : il n^avoit d'ailleurs aucune idee du 
clair-obfcur ni de I'harmonie. Mais fouvent fes figures 
& leurs a)uftemens ne manquent pas d'une cercaine 
grace , & I'on trouve chez lui des tfites de femmes qui 
ent de la beaut^. 

Les Franjois ont re9u aflez tard la gravure* Le pre- 
mier qui l*ait exerc^e eft Jean Duvet , natif de Lan- 
gres qui travailloit a Paris ners 1J50. On cite encore 
les noms d'un Noel Gamier & d\nEtienne de liaulne. 
(30) Mais Leonard GkVLTitK merite d'Stre diftingue 
pour avoir grave le jugement dernier de Michel- Ange, 
d*un burin encore plus fin & plus net que celui de 
Martin Rota : d'ailleurs fpn eftampe parott n'Stre qu'une 
copie de celle du graveur Dalmate, 



Digitized by 



Google 



iS R A y3T 

' Cet artiile travaiUoit vers le commencement du dix*, 
feptieme fiecle. Ceft a cctte ^poqueque la gravure 1 
Tcau-forte , jufqu'alors affez n^glig^e , devint d'abbrd 
Pamufement de plufieurs artiftes, & fit enfuite la 
glcMre de plufieurs. 

(Ji) Lanfranc , c^Wbre pat fes talens dans la pein* 
ture , n'eft pas un de ceux qui ont mani^ la pointe ayee. 
le plus de fucc&. 

(32) Mais ComeilU Schut ^ n^ i Anvcrs en 1590, 
& more dans la mSme villc en i€j6 a grav6 d'apr^ 
fes compofitions des eaux-fortes juftement recherch6es#^ 
Peu de peintres ont pu fe vanter d'ayoir une pointe 
plus fpirituelle & plus ragodtante. II ^oit en mtoe** 
temps peintre habile & poete eftim^. II aimoit la 
grande machine ^ la peinture & ce qu'on peut notBLr. 
mer la peinture d'apparat. 

(33) Francis P£ribr ^ n^ll/Ucon en 1J90 , &mott 
en 1660 re^ut \ Rome des lemons de Lanfranc , & ft 
diflingua dans la peinture. II a grav^ i I'eau-forte un 
grand nombre de flatues & de bas-reliefs antiques s 
mais il en fait feulement connottre I'attitude & le mou- 
veraent. Sa coUcftion feroit plus utile s'il fe fdt attach^ 
davantage a exprimer le deffin & le carad^re des 
chefs-d*oeuvre qu'il gravoit. L'antique & les grandi 
snattres dans Tart du deflin doivent 6tre copies avc© 
la plus grande precifion, la plus exade fidelity,, j'ofe- 
rdis mSme dire avec une foumifilon fervile y car il n']| 
a pas de honte sL fe rendre efclave de tels niattfes, 

" (54) L'eau- forte li'avoit encore occupy que les inf* 
tans de loifir des peintres ; Jacques-CkLtoT fe conlacra 
td>ut enticr a ce genre de grayure. C*etoit un gentil^ 
koinme Lorrain, n^ i Nancy en 1J93. Il>*^chapp5i de 



Digitized by 



Google 



la mai(bn paternelle & fit le voytge de Rome poo^ 
fe livrer (ans obfiacle k fon goiit pour le deffin. II paffii 
de Rome i Florence pour y continuer fes Etudes. Le 
goAt qui regnoic dans cecte patrie de Michel - Ange 
etoit trop charge. (7eft un vice dans le grand , c'eft 
une yertu dans le pezit , oii les formes prendroient 
un caradere de froideur fi on ne leur donnoic pas une 
certaine charge «n les r^duifant. Ainfi le vice de 
t^ecole Florentine devenoit une nuni^e propre au 
geore auquel le jeune Callot ^toit appell£ par la na- 
ture. II fut honor^ des bienfaits du Grand Due, & 
He retourna dans fa patrie qu'lL la mort 8e ce Prince. 
Le Due Henri , qui regnoit alors en Lorraine^ accueil- 
lit fes talens Sc lui fit ^prouver (a g^n^ofite. 

Tout le monde connok au moins quelques oavrages 
de Callot y & I'on fait quel efprit il mettoit dans fes 
compofitions. Si l*on veut le confid^rer feulemenc 
cbjrmue graveur , on !ui trouvera le plus grand talent 
pour trailer de fort petites figures , & I'on s'apperce- 
vra que fes travaux prennent une certaine pefanteur, 
& perdent quelque chofe du godt & de I'efpric qui 
dKtinguei^t ce mattre quand il paiTe k une plus grande 
proportion. Les grayeurs ^ I'eau^forte couyrent ordi- 
nairement leur cuivre d'un vcrnis mou comme de la 
poix & qui c^de ^fcment au tranchknt de la pointe. 
On dit que Callot employa le premier le vernis dur 
de^ luthiers que les Italiens nomment vimice g^Jp> 
de^. lignaiuolL II r^ifle k la pointe , & en m£me- 
temps 11 la contient : on peut mSme repalTer plufieurs 
fqis fur la mSme taille &: lui donner de la profon* 
4^ut. Audi Callot donna-t-il k fe$ tallies lafermet^ de 
c^Ues au burin ^ au lieu^e leur prS^ter I'agrlable ba« 



'Digitized by 



Google 



£nage qui fai^ le chairne de la: polnte* n n^ patht 
obtenu a cet 6g^ri les applaDcBfletnens de la poft^^t^ ^ 
&: les ceniKulTeurs prefer eront toujotirs ii les travaux 
un peu compalles la ragodtante negligence de la Belle.^ 
Les defTim de CalJot ibnt teckerch^s ; on y trour^ 
encore plus d'efprit que dans fa gravure. IL n*^oit pa» 
faelle ii fe contenter lui-ni6me dans fes ouvrages capi- 
taux , & Ton fait qu*il a fait au mohis quatre deffins 
arr^t^s de la tentation deiSaint*Anto]ne avant de graver 
ce fujet^ Cette eftampe, celle de la grande rue de 
Nancy > fes fblres^ fes fupplices, fes mis^res de )a 
guerre y fa grande Sc fa petite paflion , fofi parterre , 
fbn ^ventail , font regard^ comme fes chefs - d'oeuvre* 
S^s talens |ui ont fait la plus grande imputation; il 
n'en merite pas moins par fon courage. Ileut la gloire 
4^ rafter k Eouis XIII, ou plut6t au Cardinal de 
tUf helieu^ I. qui rien ne r^ftoif. Les Frangoia ayaniv 
prisen 1331 la vilic de Nancy iiir le Due de Lorraine^ 
fouverain da Callot , lerpi ou.foanniniffre^oulutqu'il? 
grav^ cette oonqu^ comme il avxHt d6]i gravd la^ 
prlCe deJaRtkhelle : mats I'artlfVe refu(k de coniacr^: 
par fes talens I'kumiliation de fon Prinpe | ft r^pondid 
qu'il aimecoic mieux. & conpei> le pbiice^ cpie d*em>>> 
ploycr la main contre I'honneur de'foa {buyerain &' 
d.e & pBUiBi M mourut en 16^ f. 

(35.)y^ft>m< vAN-D^cmtres-bon peintro d'Jiifloire, 
& 1q pkisc^l^brc^dtfs-pieintres de portraits , n^ k Anvers 
e^ ^599, ftihiorc dans lam^tne^ ville^en i£4t,agr2iv6 
k l?eau'^fert«ravecun fentiment qu'onpourrolt appellef 
de l'enthou(iafin&%' Peu ourieux ^ la propres^ , ne re«v 
cherchant fps mSme cef qu'on appelle I'^rit de la 
pointe, il animoit tout par une to^he mile & sdre. 
&^ the de Vorfierman, celles de Fran^ota Fi:aAQk ^ de 



Digitized by 



Google 



i^6 GRft 

Sneltiiix i it ran Noort ^ fetnMenc rtf^er ; 9c ces tC^ 
ttmpes , bnites tc n^ig^t y ont plot de prix aux yeas 
^'un veritable ami des arts, ^e des porte«»feu»lleft 
^htiers d'eftampes du plus beau fini* Celle de Charles 
Ifallery , termin^e fims fes yeux par Vorftermaii , eft 
Hpuce de chair; 

{36) ClaudeG%zt% dk ib LorrAin , c£lM)r0 
peintre de payfage, mi I Chanagne en iSoo y mbrt i 
Rome en 1682 , a grav^ avec le mfime eftet qu'il met^ 
toit dans fes tableaux. / - 

(37) Brebiettb , qui florifi>jc vers 1636 , itoie 
plein d'efpiit dans fes compofitions , mais il en metto(t 
iiiM>ins dans le travail de fes gravures. 1\ conferv^rmt 
line grande fup^rioric^ fur Gillot , a^il ete gra,y6 dHine 
pointe audi agr&ble 

( 3S ) Wencejlas 'H01.LAR, t& i Prague ea 1607 , 
mort 2L Londres en 1677 , 6toit d'une famille noble qui 
tat nAnit par la guerre. Wenceflas feretira I Francfere 
lA ilfe perfedionna dans la gravure par les lefons de 
Mathieu M^rian> graveur i I'eau'^forte qui mettok 
plus de genie dans fes compolitions que de goi|e & de 
propret6 dans Ton travel. Hollar n'imita pas les d^nts 
de ion maitre. II fut donner \ fes traraux le ton le 
plus ilatteurj £r I'on peut feulement reprocher quel*, 
quefois de la roideur }l fes tallies* Sans imiter le burin y 
elles n^ont pas tout le jeu propre \ la pointe. II les 
tenoit fort ferr^s , & par ce moyen , U parveneit phis 
aifement i un eiFet vigoureux & tcanqnille que s'il 
leur edt donn6 plus de largeur. II excella dans le 
talent d'exprimer les polls fins des animaux , les pelle* 
teries-, les^hfedes. 11 a graf^ audi des portraits ef- 
times , entniutres fplui d^Albert Durer. 

(j9) Etitruu BE LA BbliE| nl3l Florence en xi5xo^ 



Digitized by 



Google 



G R A 541 

mort en 1664, eft le prince des gr^Yeurs 'en petit, 
comme G* Audran eft celui des graveurs d'hiftoire. It 
re9ut, ainfique Callot, les le;pns de Canta GalUna^ 
peintre Elorentin , & furpalTa Ton mattre & fon finale. 
On pourroit le regarder moins corame un graveur., 
^ue comme un peintre qui ejtcelloit a rendre fes idi^ 
par le fecours de la pointe : on peut mSme txouvet 
en lui .de. grands rapports avec Rembrandt, &: I'on 
citeroit aif^pient de ces deux artiftes des eftampes qui. 
^nt entr'flles une grande conformite d'efprit & de 
travaux y mai^ la Belle , ^l^ve d'une mcilleure ^cole , 
avoic en m6me«-temps Tame plus €ley^e«. Les attitudes 
de fes figures. font nobles^ fes airs de ttte gracieux , 
fes compofitlons grandes, riches & ing^nieufes. On die 
qu'il emplpyoit le vernis dur , ce qui rend encore plus 
etonminte 4a (bupleife de fes travaux. II etablilToit avcc 
un go^texquis de petites tallies courtes difpofees dana 
une ibrte de d^(brdre pittoref^ue &: bien plus agreables 
que les tallies les plus foign^s. Sa touche efl piquant 
te , fa couleur fuave y & fes travaux , prefque toujou^ 
les m^mes, offrent par leurs coinbinaifons la plus ai- 
snable vari^t^ : ce font ordinairement de petites lignes 
m^plattes , mais diff^emment inclines , croifees ^ rap* 
proch^es y confondues enfemble. Comme Callot etoit 
4'aMtant plus parfait qu'il r^duifoit davantage la. pro;- 
portion Ae fes figures , il me femble que la Bellf 
gagnoit ii augmenter la grandeur des fiennes. 

(40) PUtre Testa , n^ i, Lucques en 161 1 , fe no;^ 
dans le Tibre en 1^49. Heft c^l^bre par le g^nie , la 
vlvacit^ de fes cox^pofitions : &: nous les a tranfmifea 
d'une pointe un peu maigre , mais toujours animee 
de fon e^fiu Cifar V]ISt\ eft moins connu \ mais fbo 



Digitized 



5d by Google 



y4* G R A 

eftamp6 de Saint- Ji£r6me mourant , d'apris le Dk^- 
itiiniquin , lui donnera toujours une {>lace diftingii^ 
entre les gra^eurs X l*eau-force. 

(41) Abraham Bosse , n6 I Toun ^ & mort ^ Pads 
en 1678, ^toit contemporatn de ta 6^11^ > ituis il alma 
mieux , pour la manoeuvre de Part ^ Strife I'Siiiitaceur de 
Callot* Comme cet artifte , il Hit dcmher i fes travaux 
i I'eau-forte la fermet^ & prelqbe T^clat du burin. 
C?eft plut6t un fujet d'obfervdtion que d'^loge, II 
vaut mieux ^ (\ins doute y imprimer I chaque genre de 
gravure le caraft^b qui lui eft propre -, Isliirer \ I'eau- 
forte fa libert^ badihe , & au biirih fa fageffe & ia 
iev^rit^ On pefut avfec beaucoup d'adrelle, imiter le 
burin avec la pointe , &: la poihte avec le burtn : iiiais 
il faut avbuer auf& que cHacun de ces ififtrtiihens feta 
toujours mieux la! • ihSme ce qu^l dott h^e ^Ue I'inf- 
trument qui affefie de l^niiier. Ofbif^ bllnter Abriihafli 
BofTe de foii ^hoix ^ ttiais accorddnd ibi ie^ loiiaHges 
pour avoii* r^uiH dans ce i^li^il a chercMl. Jl graVoit 
d^apires fes propter deffihs ; & fans inettre fes 'bftampes 
dahs la m&ne clailb que celles de la Belle & de 
quelques aiitres artiftes *du goAt le plus exquis, on 
les efHme jnfteihen^ , hir - ttmt celles qui repr^ntenc 
une falle de ia CharitS , \hi ki-cs & tiieders , les cere- 
monies du mariaged^ Louis XlV^ &c. II nitrite auiS 
de la recbiindifrance . pbiir les trait^s qu'il a publi& 
fur Tarchitedure & la petfpedir^ , & fuf - tout pour 
celiii de la htahiht de graver ii Peau-fone & au turiny 
ouyrage dont M. Cbbhin a donii£ ime nouvelle ^itioa 
avec dei augmentations n^cefTaires. ^s talens le firen( 
recevoit membre db I'acad^ie royale dfe peinture & 
fParchiteAuiire , & il ^ fiit exclfs dans la fuite parc^ 



Digitized by 



Google 



G R A ;»4J 

^e fen carad^re libre ofa rafter au cara&^fe imp6- 
.rieux & defpotique de le Brun qui tenoit alors Ic 
f<?eptre des arts. 

{/\%ySalvator Rosa , n6 i Naples en i6iy , mort X 
Home en 1673 , cel^bre comme peintre &: connu 
coipne p<iete , a gray^ d'une pointe un peu maigre ic 
avcc peu de foin. On pourroit comparer fa gravure \ 
celle de Pietre Teftc : elle efk peu remarquable par 
elle-iin6me , & perdroic tout Ton m^rite fous la main 
^'un imitateur , parce qu'elle le doit tout entier au 
fentiment qu'un maitre habile ne manque jamais de 
mettire dans P^ ourrages. Le grand carad^re des t6te« 
& la vivacite d^ I'^xprei&on aniifiem qitelques^unes de 
fes eftampes, | 

(43) SAaftien BovKdon, ni a Mohtpellier en 1616 , 
mort a Rome en 1671 a beaucoup grav^ d^apres fe« 
propres deffins. Ses eflampes Cbnt plus recherch^es pour 
la compolition que pour le travail de la gravbre. Quoi* 
qu'jil les ayanfdt beaucoup ii i'eau-fohe , 11 favoit &'aider 
du burin pour les terminer. 

(44) Pans le m6m^ temps un peintre Italien prfitoit 
^ la pointe toute la grace dont elle efl fufceptible. 
C?€to\t Bentdettt de Castiglione, n^^ C^nesen 1616, 
mort i. Mantoue en 1670. II eft plein de godt , fes 
tallies font Courted, fa pointe eft badme , quelquefols 
fon ouyrage n'efl qu'un grignotis dont tout le mondc 
fent le charme , doAt leis artiftes feuls peuvent appre-* 
cier I'lntelligenke. Olj peut le comparer 5 la Belle , 
i Rembrandt, 9c i tons x^tnX qui out mis le plus d'efprit 
& de ragout dans 1^ tniVall de I'eau-force. 

(45) Jean iiJ PoTkE , n^ k Paris en i6ij , mort en 
^682, artifte ficond fcfpjritfuel dans fes compofitions , 



Digitized by 



Google 



5*44 G R A 

a quelquefois grav^ du meilleur goAt. On pourtott €h 
citer pour exemple les morceaux qu'il a donnes d'apr^ 
Paul Farinati & un afTez grand nombre de ceux qu'il 
a public d'apr^s fet propres^delEns. Mats I'abondance 
de fes conceptions ne lui permettoit pas d'accorder 
toujours beaucoup de foln au travail de ia grai^re : 
d'tilleurs il laifToit fouvent trop mordre fer planches ^ 
& l*eau-forte en rongeant & creufant fes travaux, 
d^ruifoit ce qu'ilt avoient d*aimable *, mais elle na 
pouvoit d^truire ce qui fait reconnoitre en lui I'excel- 
lent defllnateur pour les ornemens d'architedure 9 & 9 
k ce titre , il (era toujours eftim^ malgr^ les variations 
du goi!it & ley caprices de la mode. II 6toit d'une h" 
mille f^conde en artiftes calibres. L'un de fes parens^ 
Antoine le Potre , architede , a biti I'^glifc des reli- 
gieufes de Port-Royal , & donn^ le deflin de la caf- 
cade de Saint-Cloud *, I'autre, Pierre le Potre, fculp- 
teur , a fait le grouppe d'En^ & Anchife au palais 
des Tuileries > & termini celui de Lucrece y commence 
jpar Th^don. 

(46) Franfois Cha-VVeau, n6 i Paris vers 1610, 
mort dans la m6me ville en 1676 9 fut 61^ve du peintre 
la Hire & peignit y dit - on , en petit d'une maniere 
fort agreable *, mais i| eft fur-tout connu par le grand 
nombre de fes gravures. Comme on recherchoit beau- 
coup fes ouvrages , fur-tout pour Pomement des livres , 
il ^toit (puvent oblige d'exp^dier > & pour ne pas re- 
venir fur {on travail I la pointe , il |e falfoit mordre 
avec trop peu de management, Mais quand il travail- 
loit avec plus de patience &^ de foin y il produifoit des 
ouvrages agreables par Tefprit de la pointe , par la va- 
nity des travaux , & par l;i douceur des tons. II gravoit 

It 



^ Digitized by 



Google 



Je plus tbuvent d'apres fes propres deffins , $c t'ompofbit 
avec beaucoup d'imagination & de feu. Sa maniereor-* 
dinaire ecoit d'avancer fes ouvrages a la pointe , Sc c0 
ne feroic pas lui rendre une pleine juftice que de le 
juger d'apres celles de fes planches oil il refervoic . 
beaucoup de travail pour le burin. II 6toit albrs froid 
&,peu ragoutant, comme on peut le voir par Ifes ef* 
tampes du cloitre des Chartreux qu'il a gravees d'aprei 
le Sueur. 

Nous ^'avons pas voulu interrompfe la fuit« dei 
graveurs a I'eau-forte, n^s a la fin du feizl^e li^cle , 
& dans les vingt premieres annees du dix-fepti^me : 
nous retournons maintenant fur nos pad pour examiner 
les talens de ceux qui fe fbnt» faic un nom par la 
guavure au burin. - 

(47) Corneille BtoEMAfiRx introdulfit une nouvell* 
mani^re de graver qui eut un grand nombre d'imita* 
teurs , enforte qu^on peut le regarder comme le chef 
d'une nombreufe ^cole. Ne a Utrecht en 1603 , & more 
a Rome en i68o , il etoit le troifieme*fils d'Abraham 
Bloemaert , bon peintre de I'ecole dellollande. Lui- 
la^me fe livra quclque temps a la peinture & la'quitta 
entierement pour la gravure. Son maitre , qu'il ne 
tarda pas a furpffer , fut Crifpin de Pas, imitateur de 
Lucas de Leyde. II grava d'abord d'apr^s les deffins 
de fon pere 5 vinta Paris vers 1630, s'y diftingua par 
ies eftampes pour les tableaux du temple des Mufes , & 
fe rendit ^ Rome la capitale * des arts , oii il fixa fon 
fejour. II fe fignala par labeaute de fon burin, par Ic 
talent encqre inconnu de menager une degradation -in- 
fenfible de la lumiere aux ombres, & par la variece dec 
tons fuivant la difference des plans ; mais il ne vari^ 
Jomc II0 M itk 



Digitized by 



Google 



f 4^ G R A 

pas avec le mSme art fes travaux fuivant la (fliveifitl 
•des objets. Son grain , tendant toujours au quarre , a 
^u repos & dc la transparence ; il a du merite quand 
ii eft bion place ^ mais il ne peut conyenir a tout. On 
peut aulli lui reprocher une mollefTe gen^rale caufee 
par le defaut de touchc : ce defaut fe remarque fur-tout 
Ans fes draperies , & il y eft encore augment^ par fa 
<onftancc a ne point quitter I'ordre des tallies qu'il a 
une fois "Stabiles , tandis qu'il faut les abandonner brul* 
quement quand I'ordre des plis I'exige. Les plis longs 
& ^troits doivent ^tre traites par des tallies prifes dans 
le fens de icur longueur : ce proc6de qui donne a la 
^rayure une grande fermetd ne fe trouye point dans les 
^uyrages de Bloemaek •, il chercjioit ce qu'on appelle 
le flou , qui efl toujours Toifin de la molleffe. Cette 
«n6me molleffe fe remarqiie aufTi dans fon trait , qui 
tend plut6t h. la ligne circtilaire qu'au meplat. Ce d^-* 
faut le rendoh plus propre a traiter les figures dt 
dfemmes que celles d'hommes, II a beaucoup gray^ 
id'apr^s Pletre *de Corfon« , & fa maniere ^oit affe* 
id'accord avec celle de ce maltre. II feroit injufte de 
♦efufei* line grande eflime k fes ouy rages ; mais il fe*- 
Toit dangereux dc les imiter fans intelligenoe. On 
floit rrcferer fans doute I'art d'Auguftin Carrache pour 
la preparation des travaux : mais Bloemaert eft le pre- 
4nier g»*aveur au burin qui ait fu linir une ^ftampe* 
C*eft dire affez qn'avant lui on avok bien fu graver 
tm defiin •, mais qu'il eft le premier qui ait bien fu gra-^ 
•ver un tableau. Quoique fa grayure fdt generalement 
«n peu froide , il la rechaufFoit par le ton , quand' il 
^ravoit d'apres de vigoureux coloriftes. On en peut 
voir cnir'autres un exemple dans fon eftampe repr^ 



Digitized by 



Google 



G R A , rii 

feftitStiit Soitit - Pierre qui rcirufcite Tabitlia , grave* 
*4*apr^s Barbieri da Cento. 

Comme Bloemaert a fait ^cole , nous allons doftrtef 
lans interruption la fuite des graveurs qui ont adopr6 
famani^re : car I'ordre chronologique n^autorife p^ 
d d^truire Pofdre ^es chofes. II ne.faut ni I'ouKlicr 
'cntieremeht , ni s^y irop afletvir. 

Si nous confiderions feulement \|'ann^e de la naiflanc^ 
Ae Chades Attdran & A^Edenfie Baudet , nous les pla- 
cerions avant Bloemaert. Mais quoiqu'ilsfuiTent un peii 
j>lus ^g^ qu€ cet artift^ , comme il eft vraifemblabte 
iqu'ilsont plutot imite que cred fa mani^re^ftousayong 
cTu devoir les placet apr^s'lui. / 

(48) CharUs Audrak eft n^ i Paris en 1594, fcrnors 
dafns la la^me vHle en 1674. II apprit d'abord ^ graver 
dans fa patrie, & alia fe perfedionner iRome : II 
put dans cc« deux >filles connoitre Bloemaert , ou du 
moins fes ouvrages^ & il m^rite d'etre diftingue datis 
' la foule des imitateurs de cet arrifte. 

If49) Etlenne Baud£t , ne h Blots en 1598 , Sc more 
i Paris en 1671 4 grav^ d'une maniere generalement 
flflez dure un grand nombre de tableaux. Avec le 
]grain quarr^ de Bloemaert, il m61oit I'eau- forte au 
fcurih , ce qui ne peut reulTir dans ce genre de gravure 
qui exige la plus grande purete. On ne peut cepen- 
^ant refufer de I'eftime a fon eftampe de I'adioratiqn 
du veau d*or , d'apr^s le Pouflin & i quelques autres. 

(50) Michel Nataiis , contempprdin de Bloemaert^ 
tiutra fouvent le grain quarre de ce graveur. Quoique 
les eftampes aient du m^rite ^ elles peuvent fervir a 
prouver combien ce choix de travaux eft vicieiix dans 
les chairs & les draperies. II n'eft r^ellement propr» 

9$m ij 



Digitized by 



Google 



qu'a graver la pierre , & il en donne le caraAerel^ 
tous les objets oii il domine. Quand Natalis a quitt4 
cette maniere quarree , ce qyi lui efk arriv^ trop rare- 
menc y fa gravrure ne manque ni d'agrement ni de dour . 
ceur. 

(51) Giles RoussELET, n6l Paris en 1614, mort. 
dans la m^me ville en 1686 , a grav6 d'apr^ le Gui^^ 
les quatre travaux d'Hercule du cabinet du roi : ;" j^ 
cflampes font bien peintes & d'un bel accord j iL .aut 
cependant en exceptor celle de Dejanire qui n'a pas^ 
I'harmonie des trois autres. Sa maniere tient ordinal- 
rement de celle de Bloemaert ; mais €es travaux font 
plus larges y plus varies , & fon execution a plus de 
chaleur. Son eftampe d'apres Bourdon j repr^fentant la 
cenommee qui porte le portrait du Cardinal Mazarin 
au temple de I'lmmortalite , tandis que la Muf^ de 
Fhiftoire ofFre a la France le rocit des a6lions de ce 
miniftre , eft un morceau qui m^rite d'^re diflingu^. 
Mais fur-tout celle du Chrift au tombeau , d'apres I9 
Titien , eft I la fois d'une gravure moelleufe 3 large 
& vigoureufe. Elle prouve qu'il ^toit bon colorifte, 
& qu'il favoit tr^s-bien rendre les ^tolFes &/les divers 
objets qui peuvent entrer dans un tableau. On a de lui 
des planches d'un efFet fuave a l^ fois & piquant. 

(52) GulllaiimeV AZZET , graveur Fran9ois qui flo- 
rilToit vers le milieu du dix - feptieme fiecle a travail- 
le ^ Paris & a Rome. II gravoit d'une maniere large 
& coloree. . * 

(J3) Frahfois PoitiY , n^ a Abbeville en 1622 , 
mort i Paris en 1693 , alia fe perfe6lionner i Rome 
dans I'art du deflln. Bloemaert fut dans la gravure le 
maicre qu'il prit pour modele , & il rfuflit parfake- 



Digitized by 



Google 



G R A J4^ 

%^ht dans cette mani^re un peu froide , mais tr^s- 
dgr^able Sc fort difficile. Les tallies qui fe croifent 
qiiarremerit ne foufFrent point une manoeuvre timide &. 
ne produifent ui^ efFet heureux que par leur {ferfaite 
^galit^. La purete de Ion deflln repondoit h celle de fa 
gravure , & confervera toujours un prix a fes out 
vrages. Quoiqu'il ait it6 fans, doute fecond^ par d*ha- 
biles ^l^ves , on ne congoit pas qu'avec un precede qui 
exige tant de patience & de temps, il ait pu porter 
i pres de quatre cents le nombre de fes planches, 
I.*une des plus remarquables eft celle qui repr^fbnte 
Saint - Charles Borromee adminiftrant la communion 
aux peftiferes de Milan : e!le eft d'autaht plus pr^cieufe, 
que le tableau n*exifte plus, & qu'il paroit avoir ete \q 
chef-d'oeuvre de Mignard. 

(54) tJicolas PiTAu , n^ a Paris en 1^33 , mortea 
1676, gravoit dans la marii^re de Poilly, mais fes 
tallies etoient plus miles. Sa Sainte Famille d'apres 
Raphael eft un chef-d'oeuvre pour la beaute de I'outil', 
la puret6 du deflin , la vigueur & la juftefle de I'efFet. 
Le caraft^re de Raphael h'a peut-6'tre jamais et^ 
mieux lai(i dans aucune eftampe» L'amateur qui la pr^^ 
fereroit m^me ^ la fameufe Sainte Famille gravee par 
Edelinck d'apr^s le mSme maitre, pourroit donner 
des raifbns plaufibles de fon choix. Pitau a prouve par 
cet ouvrage que le prince de Tecole Romaine pouvoic 
donner aux graveurs des le90fts de couleur , & que 
pour les trouver dans fe^ ouvrages , il ne faut qua 
favoir les bien lire. •. 

(55) Guillaume Chasteau , n^ i Orleans en i<$3J^ 
mort en i68f3 , fit un voyage en Italie par curiofit^> 
fe lia dans cette patrie des arts avec un graveurj^ 

M m iij 



Digitized by 



Google 



fpa ' C R. A 

conqut eh le royant. travailler du gofit foui ftir flft|i 
& y confacra. le refte de fa vie. II eft fur-tout conittt 
par fes eftampes d'iapr^s le Pouflln , gravies au buria 
pur dana )e goiit de Bloemaert & de Poilly , qui no 
convknt pas parfaitement au caiaft^e de ce maitre. 
On conoolt moins celles quil a ccmfid^rablemene 
avancees h I'eau-force, & dans l^fquelles on trouyi^ 
certaines parties trait^es avec efprit & d'un tr^s-bom 
goAt. Oh peut regrecter qu^il n'ait pas toujours fuivi 
cette mani^re plus prttoreft{u« ^ plus llbre, isLSXs la«^ 
quelle il auroit fait fans doute des progr^, & qui 
aurmt augment^ le sombre de fes ouvrages & fa r^ 
p«ttatk>o. On lit dans quelqiies ouvrages fur les arta 
que Chafteau ^toit un graveur mediocre : ou les auteurs 
^toient fortfev^res, ou ik n'avoient pas vu fes merlr 
leur& ouvrages. 

(j6) Elie Haimx£lmaii , natif d^Augsbourg, itoh 
ileve de Poilly , 8c tres - bon graveur dans la mani^re 
de fon mairre. On ignore Tann^e de fa naifiance & 
celle de fa mort ; on fait qui! fiori^oit vevs i6Som 

(5f) Francis Spier , ne a Nancy en 1643 , & mort 
X Marfeille en x^8i y exerqz la peinture, prk iea le-^ 
^ons de gravure dans Tattelier de Poilly, & deyint 
fuperieur a ce tr^s-babile maltre. 11 n\ v^cu que 
trente-huit ans & mourut en revenant d'ltalie oik 
il etoit alle fe perfedionner. II a grave d'apres Pietre 
,de Cbrtone, le Mole, le Bernin, &c. Quand il fuivoit 
, la nianicre de Bloemaert 8c de Poilly , fa gravure ne 
cedok en rien aux plus beau^ ouvrages de ces deux 
Vtiftes , ou plutot elle meritoit de leur 6trc pccferee > 
inais lis n'avoient qu'une maniere , 8c il changeoit life 
fig&ne a foa gre. II a ^rave d'une feule taille avo^ 



Digitized by 



Google 



fme finguliere foupleffe , & dans un go4t tout I fait 
different de celui de Mellan. II y a peu dc graveurs: 
au burin qui aient autant varie leur manoeuvre , peut- 
j^trem^me qu'a cet egard aucun ne lui peut Stre conw 
par^. Tantdt fa gravure eft de la plus grande fierte^ 
tantAt ellc eft fine & badine. II favoit quelquefois. 
donner l fon burin un efprit que l^eau- forte peut k 
peine lui difputer. Le portrait du Gomte Laurent da- 
Marfciano, pemt & grav^ par cet anifte, eftun mor- 
feaiU:remarquaUe par laconleur, qudiqu'aucune partie* 
4e cette eftampe.ne foit pou^ee au noir» On a plu«* 
|ieur£ belles eftampes de fa compolition. Oil dit que- 
fat. manlere de peindre rciTemblok ^celle d^ Pierre de:^ 
CortoAe. Sa Vierge, grav^e d'apr^s le Correge, ett 
xin chef-d'oeuvre *, elle a et^ vendue jpo liv. a la venter 
,de M, Mariette- 

(jS) Jeatp-Louis- Rowllet, n6 i Aries en 164J ^ 
jnM>rt k Paris en 1699 ,1'un des plus Habiles el^ves de^ 
JPoilly , ^ peut-^tre.fuplrieur I. ion maiire. En quitr- 
:Cant cette ^cole, il pafTa en Italie o\i %l travaiila dtjc 
»ns entiers ; & acquit une puret^ de deffin qui le rendir 
capable de graver avec fucces d'apr^s les plus grands.* 
maitres, II. ftifEt a Con doge Ue citer fa belk eftampes 
i[es Maries au tombeau d'apres Annibal Carrache , ou- 
•▼rage . admirable par la corredion- & la fermete du 
jd^Qxn , par la beaute du travail , & par Tart avec lequeF 
Ifc graveur a fu con(erver l?exprcffiott de Ion module. 
Oit a deJur des eftampes que Ton prendroit pour de* 
,|^e»ux ouvfages de Bloetnaert ; mais. c«lle des Maries^ 
^feftera tou jours (on chef-d'oeuvre. 

. BloenuLert & fes imitateurs avoient introd'uit danft* 
lleur art cette {artie. du. clair - obfcur qui conftfta 31 



Digitized by 



Google 



conduirc par une degradation fuivie la lumiere la ptii# 
piquante k Vqmhfe la plus forte : c'etoit donner S^lsi 
gravUre la perfeftion de la peinture monochrome ou eft 
camayeu. Rubens apprit ,un autre art aux graveur» 
qu'il dirigeoit , & dont plufieurs s^etoient formes a ibii 
^cole. Comme la couleur propre contrlbue a l*efFec 
g^n^ral du clair-obfcur , parce qu*une couleur clairei 
^tend une maiTe de himi^re , & une couleur obfcure , 
line mafTe d'ombre , il leur fit fentir quHls detruifoientr 
■«n partle I'efFet d'un tableau uiaUoB-Jbcns ce principe^ 
Vils negligeoient de rendre la valeur de la couleur 
propre, & U leur demomra que cette couleur etant 
n^pefTairement par fa nature ou plus claire ou plu» 
fombre, pouvoit fe rendre par le moyen du noir ou 
du blanc plus ou moins degrade. Cette heureufe de^ 
couverte ajouta une nouvelle perfedlion k la gravure, 
«n lui ^QurnifTant le m&yetf de rendre , non la ceu^ 
Seur elle-meme , ce qui eft abfolumentimpoflible a^e« 
^u noir & du blanc , mais la raleur & Teffet de Iz 
couleur. Les grareurs , devenus coloriftes , ne furenf 
plus reduits an'exprimer que I'ombre (k la lumiere- : 
in fp ires par un grand peintre , lis furent peintres euxr. 
sn^mes. * 

Comme dejl nous avons accorde i quelques graveurs 
la qualite 'de coloriftes , nous paroifTons nous contr^ 
dire ici , en ^rablilTant que les graveurs de Rubens fu- 
rent les premiers exprimer la couleur : mais la con* 
tradidion n'eft qu'appareme. Les langues manquent 
fouvent de> t&rmes pour eXprimer les nuances. Nous 
avoils patle jufqu'i^ide la couleur comme d'une qu»« 
}it<S porr^ par quelques aniftes a ua degr^ eftimabJe^ 
JIOU5 en parlQAs id ccHume d'uo^ qualite porcee au f 1^| 



Digitized by 



Google.^- 



^kautdegr^deperfe^ion. Une grande intelKgence de lai 

liumi^re & de Sombre peut donner a une eftampe da 
¥<^ffet & une bonne couleur*, maisune eftampe gray^ 
d'apres un grand Qolorifte n'eft parfaite qu'en expri- 
jnant encore la valeur de la couleur propre. En ob- 
fervant feulement le clair-obfcur proprement dit, 8c 
lui doanant la vigueur cfu*il exige pour produire ua 
grand effet , on rendra bien en gravure un ubleau de 
I'ecole Romaine •, mais fi Ton n'obfqrve pas encore la 
valeUt des couleut* dtmnSos par le peintre k chaqiie 
objet ^ on ne rendra qu'iniparfaitement un tableau des 

. ^oles Flamapde ou Venitienne. 

Nous aliens fuivre les graveurt qui ont travaille 
fous les yeux de Rubens 8c de Van-Dyck, & qui ont 

' obferve les principes de ces deux grands maitres. 
( 59 ) Pierre de J o d £ , furnomme 2e Jeune pour le v 
diftinguer de fon p^re, naquit a Anvers ver« 1602. II 
a grav6 au burin pur avec beaucoup d'efprit , de go Ac 
& de finefTe. Les travaux de fes chairs ont fouvent le 
ragodtde I'eau-forte. On peut lui rcprocher quelquafois 
jdeu tallies nn peu maigres. On trouvera des exemples 
4ile .fes quality louables & de ce defaut dans fon ef- 
tampe d*apres le Saint - Auguftin de Van-Dick : maisL 
il a grav4 d'apr^s le m&ne'peiHtr^ dee portraits dans 
lefquels il eft au-deflus de tout reproche. 

<6o) Pierre S o u t m a n , qui floriflbit vers i6jo, 
^ grav^ d*apri^s . Rubens des eftampes fort avanc^es ^ 
i*eau fof te. Sa pointe eft maigre ; chacun de fes tra- 
vaux a peu de m^rite fi on les confidere en particu- 
lier; fouvent mfeme ils font vicieux: quelquefois ils 

^ ibi» en^d^ibtdre ; quelquefois leur ordre 8c leur choix 
fembkot coatrainss i la»(b^fio' de I'art: jnais leut 



Digitized by 



Google 



y^4 O R » 

.vnfemble ntgodtant produit des efhunpes <(ut ne icfni 
pas fans ra^rhe , & qui ont toujours ceiui d^iodiquer lik 
snolleiTe des chairs & le colons vigoureux du maitre 
d*apres lequel elles font faites. II a grav6 au Barift pur 
-avec les mantes avantages & les m&nes d^fauts t raais 
qufilque genre de gravure' qu51 ait choifi , il s'eft fou-t 
jours montr^ peintre. 

(6i ) Pierre Van - Sompblem , ^Kve dc Soutmait^ 
floriifoit vers 1^40. La fineffe de pointe avec laquelle 
il a gray^ le tableau de Rutoae reprelentant les dis- 
ciples d*£maus feroit peut-^e dangereufe a imner^ 
& n'exprime pas la largeur de pinceau du maitre ;. 
mais op ne peut s'emp^cher de I'admirer. Elle produit 
des tons fourds , doux & colqr^s qui donnent ^ la gnt-- 
vme I'a vantage du deffin an lavis. Cette cftampe eft dS^ 
•I*ann6ej645. 

{6x) J4>nas StJTDEROEF , autre ^l^ve de Soutmaii/ 
.flor^ffoit vevsle m6me-temps. 11 a. grave avec fucccs 
d'apr^s Rubens. Les amateurs adtnirent la finieire de fes 
. travaux v on pourroit quelquefois lui en reprocher Ix 
petiteflTe , quelquefois auffi la roideur , & ^n m&me* 
tempsia (eicherefl^ des contours : Rials il repard!^ c» 
defauts par la fe'rmete dela toucfte , par lapite , la con* 
leur fel^expreffion. G*eft par-Ki qu'il donne a lbs 
eftampes de la chaleur, quoiqlie las travaux en foient 
un peu frords. r * : 

(63) Kahert Vaw-Voerst, floriffolt vers \&^ 
Oh nfe peut oufclier entre Fes gravcurs diftiagu^ par 
leurs talens , & par rart.d^exprimer.la couleur , cchii 
qui a rendu avec tant det:araft^Be , d^apres Van-^ycl^ 
les portraits du Comte de Fembtocky d'l&lgp JoM^ 
i dft Yoaetv&ie fieaia^ia«^ .« . > ;: 



Digitized by 



Google 



G R A tsX 

f f^S^y Luc VoRSTERMAN , qui florUToit vefts 1640 f, 
'' flat d'abord e'leve de Rubens pour la peinture , & 
iquitta cet art pour ^^ livrer enti^r ement ^ la gravure. 
II gravoit au burin pur , mais il faVoit rendre foit 
l>unn pittor^fque, & il wprimoit tous Ics pbjetsl dans 
leur vrai carad^re. Ori defireroit quelqucfois que fet 
contours , au lieu d'etre fcchemeht annonces p^r uit 
trait , fe trouvaffent fbndus avec Ics objets qui les en* 
vironnent , & qui doivent leur fervir de fond. II fenible 
Hir-toiit que ce moyott «Uvo«c^ ^re employ^ par un grar 
.yeur qui avoit ^t6 peintre. Mais cet art trouve par 
Bloemaert , & pratiqu^ par fes imitateurs , etoit cn<:ore 
(peu coftfiu dans les Pays-bas , & Ton pourroit m^ma 
4»:otre qull y a ^te mtroduit par Vorfterman , car on 
^e remarque dans quelques - unes de fes eftampes. II 
/aut louer eli lui la tineflTe ^^^ travaux ^ le cara6lcrc &: 
,le feAtiraefit des tdtes , & Tefprit du burin qu'il for^oit 
i propos \ imiter la libcrt^ de Peau-forte. QuelquefoU 
W r^ftrvoit de larges lumieres , & avoit l*art d'expri- 
sner la couleur du peintr^, en ^conomi ant les trar 
vaux ; d^autres fois il donnoit a fa gravure toute U ' 
i^igueur dont ellc ^ft capable. Son eftampe dc Tado* 
ration des Rois , d'apr^s Rubeas , efl: un des beaux ou-^ 
yrages de I'att. On y admire la vart^t^ de maniere^ 
avec laquelle eft rendue la multiplkit^ des objets doxtt 
clle eft compose. 

Cette Yftriet^ y recj^erchee par t«us les graveurs d» 

.Rubens avoir ^te jufques-14 trop negligee ,ou fi I'bo^ 

en trouye quelcjues indications dans les graveurs pr4^ 

c^dens, il fautplut6t l^attribuer a un heureux inftinfty 

qu'iiun principefolidemcntetabli. On fent fur-tout 4^ * 

tie grain ^uabcr^^ imroduit dans la grayure par JBiofty" 



Digitized by 



Google 



^y cJ C K A 

maert) devoit s'oppofer I cette vari&e fi JuflF^m^ilf 
recommandee dans la fuite , & done on doit vraifem^ 
blablement la premiere obfervation aux confeils dd 
Rubens , & a la fayante docilite de fes graveurs. 

(65) Paul Pontius ou du Pont , ^l^ve de Vorfter* 
man, florUToit vers i6jo. II ^toic fort aim^ de,Ru'* 
bens , il travailloit* fous Tes yeux , & c*eft Fun de» 
grslveurs qui femblent avoir partag^ Tame de ce grand 
peintre. On connolt , on admire , x)n recherche les 
belles eftampes qu'il a gfav^es^d^iprds ce mattre , & 
fur-tout celle de Tomiris faifant plonger dans un vaf^ 
plein de fang la t6te de Cyrus. II n'a pas moins xEudk 
dans le portrait, & fes travaux font varies comme let 
caraft^res des tfites : c'cft ce que prouvent Its por- 
traits du Marquis de Leganes, du Marquis de Santi 
Cruz , de Don Carlos de Colonne , de Henri Steenvick ^ 
de Rubens , & un grand nombre d'autres , tous grave$ 
d*apr^ Van-Dyck. 

{66) Schdte Bolswert , n^ en Frife , floriflbit ewL 
imSme-temps que Pontius, &: partageoit avec lui l'amiti6 
jde Rubens. Quoiqu'il maniit le burin avec beaucoup 
<l'aflrurance'&de liberty, il ne s'occupoit, jamais afaim 
de belles fuites de tallies brillantes , & tichoit att 
«ontraire d'imiter le ragoAt & le pittoref^iie de I'eau- 
forte. Tous fes foins tendoient a rendre > comme elles 
devoient 6tre rendues, les parties que lui'offroit foa 
original , k fuivre le mouvemei^ des chairs, la forme 
^es osy le^ brifures des plis , quittant fans fcrupule les 
tallies d^s qu'elles ceiToient de lui convenir ; em- 
-l^loyant quelquefois des. tallies courtes , & des em- 
pitemens d« points dans les chairs, & m^me dsms lesr 
draperies, necraignant pas pour parvemrit Peffet^ d^ 



Digitized by VjOOQIC 



lalir fes trayaux, de les confondre, de les contrarier 
par des touches fermes 8c bien plac^es; tendanp 
toujours plus au pittorefque qu'a ce qu'on nomme la 
beaute de la gravure, & la rendant toujours d'autant 
plus belle en efFet, qu'il s'occupoit moins d'en mena- 
ger la beaut^. On a ecrit que Rubens fe plaifoit i 
' travailler lui-ro^me aux planches de ce graveur : c'eft 
fuppofer que ce peintre etoit tr^-familier tvec la 
burin , ce qui eft peu vraifemblable. Les ^crivains qui 
ont rapporte ce fait , & qui ne connoifToient pas afleat 
les precedes de I'art, auront entendu dire apparem-* 
ment , fans le bicn comprendre , que , fuivant Tufage 
ordinaire des peintres, Rubens retouchoit au crayon ou 
au pinceau les ^preuves de Bolfvert, & que ce gra- 
veur revenant fur £es planches, rendoit avec precifion 
les retouches du makre. Ces retouches me paroKTen* 
fenfibles dans un grand nombre d'eftampes de Bolfwert : 
jem'en tiendraiicialaSainte-Cecile. Je n'examine pas 
a c'eft la plus belle de ce graveur , il fuffit pour mon 
objet qu'elle foit belle , & d'un efFet tr^s*pittorefque. 
II me femble tres-probable que c'eft Rubens qui a frappe 
1^ fortes touches des fourcils, des yeux, des narines 
& de la bouche de la Sainte; touches hardies, qui don* 
nent a la t^te une vie extraordinaire , & qui ont oblige 
le graveur a fouiller profondement Ton cuivre, deve- 
nant lui-mlme a fbn tour plutot peintre que graveur. 
On pourroit de m^me reconnoitre dans les draperies 
& d^s les accelToires le crayon de Rubens, d'oii font 
n6s des trava^ix qui ne femblent pas avoir ^t^ pr^ vus 
dans la preparation de la planche. II feroit bon que les 
graveurs, quand ils fe fentent refroidir, mifTent fous 
l^iyrs yeux de. belles eflampes de Bolfwert & apprilTeot 



Digitized by 



Google 



'i^i 6 R A 

de lui a rendre leur gravure moins belle pout lafenai*# 
neilleure. On diftingue entre fes ouvrages, la chute de 
Saint-Paul, I'AfTomptioh de la Vierge^ la vocation d^ 
Saint-Pierre, la chaffe aux lions, d'apres Rubens , le 
crucifix de Van-Dyck, l*education de Jupiter, 8c la 
inort d'Argus d'apr^s Jordaens. II a montfe dans quel- 
^nes eftampes , & entr'autres dans celle de rAflbmp- 
lion , qi^'il etoit tresr-habile butinifte, & qu'il lui auroic 
€te facile de falre parade de cette quality s*il avoir era 
que l^objet de I'arc 4^t fe borner a la mangeuvre qui 
ii*en eft que le moyen* 

(67) Guillattmt Hondius flofilTolt vers i6jo. Pun. 
des meilleurs graveurs qui fe fbient formes du temp* 
de Rubens, & non moists admirable par Fart -4^ con- 
ferver le caraftere du maitre, que par la finelTe 8c la 
fcelle couleur de fon burin. Son portrait de Francois 
Franck le jeune eft l*un des plus beaux qui aicnt et^ 
graves d*apr^s Van-I?yck. La t6te eft vivante*, une 
manche d'ctofFe de foie eft rendue avec le plus grand 
art & fans aucune afFeftation de metier. Ce n*eft pas ainfi 
que I'on grave quand on fe propofe fro':dement de 
feire de belles tallies; mais c'eft alnfi qu'un veritable 
artifte fe hifle ^chauffer du feu d'un autre artifte. 

(68) Hendrick Snyers , contcmporliin desderniers 
graveurs dont nous venons de parler, a travaille comme 
^ux d'apr^s Rubens. Si j'en puis juger par celles de 
fes eftampes qui me font connues , W ne peignoir pas 
avec le burin audi parfaitement que Bolfwert & Pon- 
tius, mais fes travaux font larges & moelleux, & U 
^toit deflinateur dans la maniere flamande. 

{6^) Pierre de BalliU, graveur d'Anvers , * vivofe 
^u milieu du dix - feptieme fi^cle. II eft pcu -recoxo- 



Digitized by 



Google 



J 



IhaTiSaMe par le .choix de fes travaux , & fes portrait* 
tf apr^ Van -4Pyck font fort i-nferieurs a ceux des at* 
rifles dont nous venons de parkr; mais i\ a quelquc^ 
fois donne un tr^s-bon effer a fes eftampes. Nous nous 
contcnterons de citer celle de Saint- Athanafe d'aprei 
Rembrandt. 

Les graveurs formes pas Rubens n*eurent pas dani 
leuir pays des fucceffeurs dignes d!eux. Leurs eftimpel 
regurent un accueil peu favorable en Italic , parce qu^ 
le deffin n'en etoit ni d'un beau choix ni d*une grands 
puret^ : on y difoit x^M\lics Jihtoient le flamand. Let 
graveurs franjois , pr^venus des opinions italiennes , y 
firent eux- m^mes peu d'attention. Quand elleseurent 
€nfin obtenu reftime qu'elles meritoient , les Frangoiji 
qui remportoient alots dans la gravure fur routes l€* 
nations de PEurope , fe contenterent de les louer *, mais 
lis continuerent de fuivre leur goAr particulier, on 
^imiter ceux de leurs compatriotes qui joxiiflbient 
d*une grande reputation , ou qu'ils avoient eu pour 
m^ltre. Ainli les travaux des Vorfterman , des Pontius ^ 
des Bolfwert, n'eurent pas fur l*art une grande in- 
fiuente. Ce furent de b^aux monumens qu'onfe coii- 
tenta de celebrer , mais fans en faire un objet d'&ude, 
& lis n'eurent pas d*imitateurs. 

Nous avons fait connoftre les graveurs imitateurs 
^e Bloemaert, & ceux qu'avoiertt formes les lemons 
ou les confells de Rubens ; parlons maintenant de'ceu^ 
qui ) chez les dilF^rentes nations od I'on cultivoit les 
arts, acquitent vers le mfimfe temps de la celebrity. 

(70) Claude Melian, n^ \ Abbeville en 1601, 
mort ^ Paris en 1688 , commen^ a a peindre dans la 
Quaniere du Vouet dont il avoi( re;u des lemons ^ 



Digitized by 



Google 



Rome , & fe confacra enfiiite k la gfavufe qu'll eterqi^ 
le plus fouvent d'apres fes propres defTii^ Son contoutf 
eft pur , font trait coiilant , fes t^t^s d'hommes ont 
du caraft^re , & celles de femmes de la grace, U a ' 
grav6 d\bord a Rome , & alors il croifoit fes taillet 
comme les autres graveurs •, mais dans la fuite il s'avift 
de rendre les formes & le clair-obfcur par un feul 
rang de tailles renflees ou diminuees, fuivant que le 
.ton I'exigeoit, Ceft dans ce genre de gravure qu"*il 
c'eft fait une grande reputation , & elle auroit peiit-^ 
€tre 6t6 moins brillante , «^ n*cdt pas foutenu Ton 
tnerite reel par la fmgularit^. On eft juftement etonne 
^e la force qu'il a donn^e a fes ouvrages avec une & 
grande economie de travaux; mais il faiit convene 
que 'c*eft fon art , & non fon procede , qui eft admi- 
rable : il n'auroit pu manqiier , avec cetre manoeuvre, 
de donner a fes eftampes Tapparence de I'acier , s'il 
avoit €u cette coupe nette St brillante dont on fait a 
|)rerent tant de cas , & que les amateurs preferent aux 
jpartics les plus importantes de Tart. Son eftampe ^ 
la.fille de Jethro , qu'il a gravde d'apr^s le Tintoret, 
eft d'uns couleur admirable*, & du moelleux le plus 
jare : on voit <Ju'elle eft faite d'apres un grand colo- 
fifte , on croit y reconnoitre le ton du tableau , & 
rarement les peiHtrqs Venitiens ont 6t6 fi bien rendus : 
11 n'y a xroife les tallies que dans quelques acceffoires. 
Dans fon eftampe de Saint- Fran9ois, le travail de la 
robe fur les.parties lumineufes exprime route la rudefle 
de I'etoffe dont eft v^tu I'auftere ccnobite. Quoiq^^e 
la figure principale foit grav^e d'une feule taille , & 
qu'il n'y ait du blanc que fur les parties frappe^ de 
la lumi^t^, I'eftampe eft- d'une grande yigusjur. Il.a 

grave ^ 



Digitized by VjOOQIC 



G R A jH 

gravl) d'aprisfespropresdeflinsf des porcr&its dans-lef* 
qyels on crok reconnc^tre la couleur de la perfonne 
repr^fent^. On peut comparer le portrait de Peirefc , 
aflez bien grav^ fuiyaait le proc6d^ ordinaire, dans le 
recueil des hommes illtrftres de Perraut j & celui que 
Mellan a traite d'une feule taille ; I'avantage de la cou- 
leur eft en faveur du dernier. Tout le monde connott 
laSairite-Face, grande conune nature, & grav^e d^une 
feule taille toumante qui commence au bout du nez, 
€'eft un jeu d'adreffe que les amateurs ne cefTent de 
c^l^brer -, mais ce n'eft pas le plus beau de fes ou- 
vrages : on eft fiftch^ qu'un artifte d'un fi grand ta- 
lent doive la plus grande partie de fa gloire l. un fern- 
blable tour de force , auquet il ne mettoit* peut-6tre 
tfue fort peu de pr^ention. II a eu 1^ patience de faire 
deux fois ^ la plume le deflin de cette t6ce-, on peut 
voir Fun de ces deflins au cabinet des eftampes de \% 
bibliotheque du Roi. 

(71) Jean- Jacques Thourneysbw n^ I Bile en 
1636, &mort dans lamdme ville en 1718, a grav5 
dans la mani^re de Mellan. II y a de la grace dang 
fon eftampe ronde grav^e d'aprds Charles Dauphiii , & 
reprefentant la Vierge , rEnfant-J^s & le petit Saint* 
Jean. Cet ouvrage eft de I'annee 1660. 

(71) Rembrakdt yon - Rhin.' Nous avons d6ji 
fztU de ce grand nuttre a Particle Ecoie. Une libert^ 
vagabonde, lin d^ordre pittorefque, une touche facile y 
la plu^ rare intelligence du clair-obfcur , le talent de 
rendrepar des travaux jett^sen quelque forte au hafarfl, 
le carad^re des difFerens iges, &: celui de tOus les 
«^bjets qu'il traitoit , telles font les parties , & beaucoup 
d'autres encore, qui r^pandent fur le$ eftampes de Rcm- 
Tomt IL N a 



Digitized by 



Google 



y6a G R A 

branclt un charme ine:iiprimable. On cherche lies pro* 
c^d^s , & je ne les crois pas fort difficiles k trourec » 
c'eft Ton art qui eft un fecret unpenetrable, f 1 eil cer* 
tain qu*il a beaucoup employ^ la pointc-s^che ; quel- 
que fois il I'ebarboit imparfaitement , & fes rebarbes 
arrdcant en partie le noir , lui procuroient des tons dd 
lavis : Ton heureufe maladreffe a alguifer fa pointer 
ii la manier , lui fourniiToit des travaux & des tons 
finguli^rement pittorefques. II faifoit aufli quelquefois 
ufage du burin , mais plus rarement. Loin de chercher 
k le rendrebrillant , il ne I'employoit que pour peindre^ 
facrifier , falir , & ne cherchoit qu^k le cacher. On 
Toit cependant qu'il y a beaucoup de burin dans ft 
grande d^fcente de croix. 5ouvent il rentroit k difiS« 
irentes reprifes fes tallies k la poinre secbe. Quelque- 
fois y apr^s avoir fait mordre une plancbe , il la recou-^ 
yroit de yernis , y ajoutoit des travaux , & b remet- 
toit a ^'eau-forte. On a de lui des eaux^ fortes grofli^res, 
«iaispleines d'efprit \ telle eft fa prefentation au temple^ 
Son. eftampe aux cent florin^, & les difierens chan- 
^emens qu'il y a faits ^clairent fur fa manoeuvre. £lle 
repr^fente J^fus-Chrift gu^riiTant les malades. II pa« 
roit dans quelques parties s'Stre procure des tons de 
ilemi-teinte en mettant fur ces parties de I'eau-forte 
k nud. On voit de lui des t^tes enti^rement gravies k 
ia pointe-s^che y telle eft celle de la fameufe eftampe 
du banquier Wtenbogard , dont on pofsede k la biblio* 
theque du Roi* une, ^preuve oil le trait feul de cette 
t£te eft etabli ; encore I'eft-il Ini-m^me k la potnte- 
$kche : telle eft audi la t^e du fiourg-Meftre Six , & 
la pointe-s^che domine dans tout ce motjceau. Mait 
ifuel que foit le m^rite des- eftampes qui , par I'effec 



Digitized by 



Google 



R A ytfj 

tiut \tut a procuf^ cet outll , reiTemblent au lavis ou 
1^ lamani^re noire, nous'croyons pouvoir perfider dans 
Popinion que nous avons annonc^e k I'article Ecole y 
& regarder comme fes chefs-d'oeuvre un grand nombre 
de t^tes grayt^es k I'eau-forte de la pointe la plus fa- 
vante , la plus ragoAtante , la plus fpirituelle. Le' 
portrait d*Wtenbogard eft de ce genre , & I'on pour- 
roit encore trouver dans fbn oeuvre des tStes qui m^i- 
teroient de lui ^tre prefi^r^es. 

On fent que ce jugement porte uniqueftient fur la 
gr«vure, parce que c'eft uniquement de la gravure 
qu'il*s'agit ici , & que nouis failbns abftraftion de 
Teffet, &'de la richelTe de compofition qui peuvent 
faire fretirer d'autres morceaux plus capitaux du meme 
auteur. 

11 a eu plufieurs imitateurs , dont qiielques- uns 
furent fes cloves, (73 ) Ferdinand Bot^, dont les ou- 
yrages font recommandables par le piquant des efFets , 
& la v^rit^ de I'expreffion. (74) Jean-Georges Van - 
Uxi£t, dont I'oBuvre «ft d'un grand prix , quoique 
peu nombreufe. (J f) Jean Lievems , pdntre d'hifloire , 
dont on a ^es t^tespleines de vie & de v^rlt^. Enfin 
(76) Salomon Konnick, peintre d'hiftoire& de por- 
traits , dont les tStes gravies font plus legeres de tra- 
vail que celles de Rembrandt; 

(77) Gregoire JivKET J n^ I Lyon en 1610, mort I 
Paris en 1670. Quoiqu'il ait grav6 d'apres fes deffins , fe^ 
eftampes femblent faites d'apr^s des tableaux vlgoti- 
reufement color^s. II meriteroit , a titre de deffinateuf 
& degraveur, une reputation fup^ridure k celle dont il 
jouit. Ses effets font larges 8c piquans , fes t^tes ex"- 
prefliy^B 1 fes 4raperies bien jetties , fes conceptions 

. Nnij 



Digitized by 



Google 



Xtf-I G R Jl 

neuyes & in{;£AUuftc* Ses acceiToiret oftt i^ la tich^ti^ 
fans tomber dans le luxe. Comme graveur , fans le 
mettre au rang desplus grands buriniftes, on nepeuc 
lui (efufer d'avoir affez bien manie le burin , non pour 
^tonner par une manoetiyre rechereh^e , nu's pour (atis- 
<faireceux qufpcnlent que I'artifte pofsede fuffifammea^ 
fon outil quand il |)eut rendre tout ce que rart exige. 
Sa gravure efl moelleufe & facile *, partout fes travaux, 
font d'un bon choix , & , dans cectaines paities , ila 
font pleins de goAt. 

(78) Janus ou Jtan Lutma , orfevre d*Amfterd^,, 
florifToic vers le milieu du dix-fepti^me fi^cle« II eft 
connu par quaere portraits qu'il grava au cifelet , fe 
fervant d*un petit maillet pour faire p^n^trer cet inf* 
troment dans le cuiv re. II mettoit au bas de £es eltampes 
cpus mallei (ouvirage au maillet )« Ses t6tes. font 
pointill^es d'une maniere doHce & tr^s-agreable. II n'y 
avoit qu'i faire imprimer fes plainches avec de la poudre 
de ianguine ou de crayon noir broyee i I'huile j pour 
qti'elles imitafTent le crayon. I^tma pent dcMic ^re re* 
garde comme le veritable inventeur de la gravure 
dans la maniere du crayon, & c'eft bien vainement 
que les fieurs Francois 8c Defmarttau fe font diiputf 
viveinent dans la fuite la decouverte de ce genre de 
gravure. II n'ont invente que la^ maniere de Timprimer. 
Cetoit en apparence peu de chofe y mais c'eft (buvent 
i peu de chofe que tiennent les decouvertes les plug 
heureules. On a vu qu'au quinziem^ iiecle I'invention 
de la gravure en eftampes ne tenoit audi qu'au moyen 
d'imprimer des ouvrages qu'on favoit faire "depuit 
long-ten^ps. * 

(79O Mkchd Do&ZGKY ^n^k Salnt^Queatin en \6ij$ 



Digitized by 



Google 



G R A s6i 

ft mort 1 PiarlS en 1663 , ^toit gcndrc de Vooet : il 
jravoit a I'eaa - forte , & ne m^rite gufere d*i6tre cirf 
que pour avoir perpetud par la gravure un grand nombr# 
d'ouyrages de ce peincre* La plupart de fes eftampec 
one de la duret^ , & ce d^faut n*e£i pas r^par^ par le 
godt des travaux. 

(80) Ifrael Siivestrs , n6 i Nancy ^n i6%i , mort I 
Paris en 1691 , fit deux fois le voyage d'ltalie. II 
deffinoit des vues avec beaucoup de godt. II compofa fk 
mani^re de celles de Callot & dela Belle, 8c parolts 
fon tour avoir 6t6 imiti parle Clerc. 11 fut employ^ par 
Louis XIV it deffiner les maifons royales & les places 
conquifes par ce prince. II omoit fes deffins de. pe* 
cit^s figures touches avec beaucoup de godt. 

(81) Jean P b s n e , ne 11 Rouen en 1613 mort i 
Paris en 1700. Sa gravure , dont les travaux ne font ni 
agr^ables , ni favans , fil pittorefques , ne lui auroit 
fait aucune .reputation, s^il ne s'^toit pas applique h 
rendre le cara&ire des maltres qu*ll cof^oit ; cette 
quality manque i un grand nombre de graveurs qut 
ont ett d'ailleurs plus de talent. Ce qui a contribu^ 
fur-tout a lui faire unborn dans un art dont il polTedoit 
trop foiblement la manceuvre , c'eft qu^i a grav^ un 
tr^s-grand nombre de tableaux du Pouflin. II avangdit 
teaucoup fes eftampe^ I I'eau- forte. Ses travaux d'Her- 
cule , qui font lagers d'ouvrage , offrent une l)onne 
difpofition de tallies. 

(8i) Nicolas Berghbm , jilont le vrai noqi ^toic 
IC/a^u , naquit i Harlem en 16x4, &eft mort en 1683. 
Il eft c^l^bre comme peintre 4e pay&ges , mais il peut 
£tre compt6 entre les bons graveurs I Teau-fort^, 8c 
peut'fervir de-modele pour la griyure des animaux. 

. If n iii 



, Digitized by 



Google 



S66 G R A 

(83 ) Carle Maratt^ , ne ^ Cameratto en i6%j ^ 

mort i Rome en 171 3 , celebce peimre d^^lftoire , a 

grav^ d'une pointe aflfez maigre. Ses eftampes n'ont 

gu^re que le merite de propager quelques-unes de fes 

ompofitions. 

(Si) CorneilU Visscher, graveur Hollandois, 
fiotifloit vers i66o. 11 «^oit ^live de Soutman. Les ar- 
tiftes femblent s'accorder a lui adjuger la palme de la 
gravure. II eft impofTible de mieux peindre avec la 
pointe & le burin , de mieux accorder ces deux inP- 
trumens , de les faire ' contrafter plus hardiment 
entr^eux , de mieux imiter avec le burin pur le ba* 
4inage pittorefque de I'eau-force. Ses eftampes les plus 
recherch^es font celles qu'il a gravies d'apr^s lui* 
BiSme \ car il ^toit bon deflinateur , qu plut6t il 
^toit toujours peintre , Ibit qu'il mani^t le crayon, la 
pointe ou le burin* Ses ouvrages les plus c^lebres font 
le portrait de Gellius de Bouma , qu'on appelle I'ef- 
tampe I la grande barbe , la fricaiTeufe , le marchand 
de mort aux rats , la Bohemienne , 1^ chat. On ;idmire 
dans la Bohemienne I'oppofition de ce que I'eau-forte a 
de plus brut avec ce que le biiirln a de plus brillant. 
Le portrait de Bouma eft plus ^tonnant encore. Les 
travaux font favamment, & hardiment pris 8c aban- 
donn^ pour fuivre le plan des chairs de ce vieillard* 
Les ^ailjes qui peignent Tenchaflement d.es yeux, & 
celles qui forme nt les yeux eux-m^mes font d'un choix 
& d'une perfedion dont il feroit difficile d'oftrir un 
fecond exemple. Les oifFerens plans du nez offrent de 
la chair veritable , & cette ^hair eft de J'age que de- 
voir avoir le modele. La bouche, en grande, parcie 
capft^e par la barbe, eft d*iine touche jufte 5 on y rer 



Digitized by 



Google 



G R A sSr 

fonnott d'autant plus d'art , qu'elle en montre moinsJ 
Xa barbe blanche femble avoir 6te faite en jouant y Si^ 
de ce jeu a r^fult^ la plus fmguliere v^rit^; en la re- 
gardant a une diftance convenable j on croit en voiir 
les poijlfi. L'habit efk grav^ au burin comme I'eflampe 
eniiere , mais le travail en eft ttemblotte comme celui 
de la pointe : le ton , la touche , I'ordre des plis font 
reconnoitre I'etoffe du manteau , (ans que I'artifte ait 
employ^ aupun des moyens auxquels les graveurs ont 
ordinairement recours pour exprimer des 6tofFes de 
foie ; on remarque mSme^, en regardant les tailles de 
fris J qu'elles fqnt negligees , affez inegales entr'elles , 
& qu'elles ont milme un tremblement de pointe , forte 
de travail qui fembleroit ne devoir exprimer que des 
^tofFes grolGeres. Mais toptes les fortes de travaux, 
conduits par fon intelligence , prenoient fous fa main 
tous les cara6l^res qui lui cpnvenoient , &: c'eft en 
^vitant par-tout I'apparence de I'art^ qu'il eft parvenu 
au ^omble de fon art. 

II eut deux fr^res ; Jean qui a grav6 d'apr^s Ber- 
ghem & d'apres Van-Oftade j il allioit aufli I'eau-forte 
au burin , maisavec unfucc^s tr^inferieur*, & Lam- 
herty qui fit le voyage d'ltalie , travailla avec Bloe- 
maert , & grava d'une mani^re aflez femblable a celle 
de cet artifte. (!)'eft ce qu'on pent reconnoitre dana 
fes eftampes d'apres Pietre de Cortone. 

(8j) Jofeph- Marie Miteili, gravear Italien, a 
public d'apres les plus grands mattres de Pecole de 
Bologne y des recueils qui lui m^ritent de la reputation* 
11 gravoiti I'eau- forte avec efprit , & d'un bon ca- 
rad^re de deflin. Quoique fa pointe foit unpen maigre^ 
il eft digne d'eAime, m^me en qual^it6 de graveur, par . 



Digitized by 



Google 



y(58 G Si K 

rintelligetieeavM laqveDe il ^tabllflbitfentravmit. Sk 
gillerie ifEnie , d'apr^s Annibal Carrtche , fut publi^ 
eft 1663 , & il donna en 1679 itnze eftampes ^apr^ 
I6s plos grands maitres Bolonnois. Mitetli pafFe pout 
Atre le premier f{Ol ak public de femblables recueils. 
Ceft I lui que Ton doit I'eftaiape itaHennede la nuk 
da Cort^. Ce tableau a 6t€ grav^ depuls av^c piva 
d'effet y mkis peut-^tre mvec moins de cara^ere , dV% 
prit & de grace y dam la gallerie de Btefde. 

(86) Jean Mori 11 , rti i Paris , & mart yers 1660 ^ 
ftoit ^l^ve de Chaaipagne^ & fe eon&era d^btyrd a la 
peimure. II im^giQa de graver les ch^ixs avec det 
poifits fairs h. I'oau - fiorte. Ccomne il avoit le bon godt 
de rappeller 6es travauxdumSme genre dans les taille) 
des draperies ^ & des foads, qu'il^ gravoit ^lement I 
la pointe , fes travaux etoient d'accord ^ntr^enx. li a 
fur-xoUt grav6 des portraits fort eftimables , & qui font 
juftement ap^recies par les artiftes; mab on ae le 
donne pas pour module. 

(^87) j€dn BoulAngsr vivoit en la&me terns 
^np Morhd y mais il ^toit plus jeune : nous le mettohi 
i cAt^^de cet artifte^ ,parce qu'il s'ayifa auffi, pour 
Conner glus de douceur Sc de moelleux aux chairs, 
de les graver aVec des^otnts. Mais Morin faifok ces 
points a Teau forte, & fioolanger les ^tabliiroit an 
burin. Comme il -gravoit les autres parties du tableaa 
d'un butin fouventaflez dur, ce contrafte de molldtTe 
& d'une e)cce0ive fenaet^, produilbit un effet vicieux. 
£n g^n^ral fes efVampes ansni^ent d*actord dans les 
tons & dans les travanx. Boulanger & MorIn peuvcnt 
fitrc regatdes oomme les premiers inyenteurs ile cette 
grayure pointillee qui^d^aits quelques ann^es^ eft fori 



Digitized by 



Google 



G H A yfip 

/en ufiige e^ Aiif^leterre > & que les . Ffaiif ois com* 
mencent I imiter. ^ 

( 88 ) Rohm NimriEUit , n^ I R«!n^ en 1630 , more 
en 1678. Qttoique fils d'un tnarchand pea fortune , il 
re^ut line tt^^-^bonne Plication ^ &il avolt on goAt 
fi> rif {>our la gi^vni'e , qu^il grata lui-m6me fa th^fe 
Ae pkilefopiiie. H peigHoit bien le ponrait an pafiel , 
& (4dfiioro(ft cr^-fietiteafbiiKenc les reffc^mblances. Comme 
fes tabl6!au<K n'^oient potxr lui qae les ^fqaiftes de fes 
gpavHr^, dft a eu trop pen de foin de les confer ver, 
& its Ibftt derehus tr^s-rarcs, Nanteuil tient cenaine- 
menc un des premiers rangs enrrelesgraveurs de por- 
traits, & fes ouvrages ferorent aujourd'hui plus re- 
eherches^ s'il ne Vdtoit pas cont^te de faire de 
fimples buftes , qui par confequent li'ofFrent pas d*ac- 
^eWbires ctip^ies d^m^refler les amateurs. II i grav6 
des pdrftraits gran^ comme nature , & dans cette forte 
pfdportio'n, fk graVure eft moelleufe & coloree. Ses 
cheveux ont beaucoup de Icgeret^, quoique-pour les 
^xprimer , il ait faft peu ffufage du moyen trop pro- 
digu^ daris la fuite par MafTon, celui de reprcfenter 
des polls qu^i fe d^tacbent de la itiaflb. Il varioit fes 
travaux dans fes dURrens ouvrages fdivatit qu*il le ju- 
geoic convenable. Sa pratique ordinaire etoit de graver 
efn pdints les dcfmi-teintes, mais Ha grave en tailless 
8c fans aucuns points, la t^te du l^reTident E^onard 
Mot^ , & tout en f)oints celle de ta fameufe Reine 
C^riftine de Sudde -, \e travafl de ce portrait eft ge- 
n^ralement l^er , & I'ajuftentent tres-pictorefque. On 
j^garde comme fes chefs - d'deuvre les portraits de 
PAvocat de Hollande, de M. de Pomponne, & du 
petit Millard- • 



* 



Digitized by 



Google 



j;jo G R A 

M. deJaucourt dit, dans I'anexenne Encyc^op^die, 
en parlant du portrait de Louis XIV par Nanteuil , que 
lacouleur naturelle du teint, le vewieil des )oues, Sc 
le rouge des levres y lont marque^. Tous les lec^ 
fieurs fen^tiront aifement qu'avec du blanc & du noir 
il eft impoffible de marquet du vermeil & du rouge. 
Oft peut pardonner ces exagerations ou ces rnadvertances 
k un amateur : mais, dans un ouvrage tel que I'Ency^ 
clop^die , qui «dolc donner une idee jufte des arts & 
de leurs moyens, il faut fe contenter de dire que Nan* 
teuil , comme les graveurs coloriftes , mais i, un degr6 
inftrieur k quelques - uns d'eotre eux , avoir I'art de 
rendre , avec du noir 8c blanc , la valeur des tons dif- 
ferens , que les peintres expriment avec des fubftances 
color^es. 

(89) Etunne Picard, dit le Remain^ parce qu'il 
^tudia quelque terns I Rome, eft n^ \ Paris en 1631 
&:mort i Amfterdam en 1711. II a grave dans la ma^ 
niere de Poilly, & a fait aufli des ^eftampes oii I'eau-. 
forte domine : mais^ dans ces deux genres, il nepeut 
£tre mis au nombre des arriftes fuperieurs. II a merice 
un grand reproche; celui d'avoir grav6 le Correge, le 
plus harmonieux des peintres, d'une manierjc s^che, 
dure & fans accord. 

(90) Pieue Sanu BARTOtri,ne \ Pefoufe ea 
1 63 J, mort a Rome en 1700, eft moins c^Ubre par 
fon talent pour la gravure, que par fes deflins d'apr& 
I'antique. Comme deffinateur & graveur des monumens 
de Taricienne Rome, il eft bien pr^fer^le i Perier. 
On peut ajouter qu'il merite une place tr^srhonorable 
entreles graveurs a I'eau-forte. Quoique fes travaux 
foiemen apparence peu Studies, on yoit fouventqu'i^ 



Digitizectby 



Google 



G R A y7i 

auroit 4t6 difficile de faire mieux avec plus de foin. 
II m^rite d'autant plus d'etre confult^ par les graveurs , 
qu'il n*eft pas du nombre des artiftes qui font par- 
Venus \ TefFet par des travaux fans ordre *, les. fiens 
font fouvent ^tablis avec beaucoup 'de fentiment & de 
godt« Malgre leseloges qu'onlui accorde en qualit^ de 
deflinateur, on lui reproche dcn'aVoir cu qu'unemaniere 
dedeflin, quelle que fdt celle du maitre ancien ou 
modepne qu'il fe proposAt de rendre* On peut ajoutet: 
qu'il eft plus rond que m^plat dans fes contours. 

\^i) Antoine Masson, ne dans I'OrHanois en 1636^ 
mort a Paris en 1700 , graveur c^lebre par la fouplciT^ 
de Ton burin , & par la juftefTe des tons qui donne }l 
fes eftampes la coiileur & TefFet de la nature. U 
avoit et^ d'abord armurier & damafqui^eur , & avok 
acquis une grande pratique du burin dans cette pro- 
feffion qui I'obligeoit I' graver fur Tacier. On croi- 
roit qu'avec cette premiere Education , Maflbn ne pof- 
fedoit que le metter de la gravure; mais il favoit 
auffi defliner & peindre •, & comme Nanteuil , il pei- 
gnoit quelquefois lui-m6me les portraits dontilpublia 
les eftampes. Sesouvrages doivent une partie de leur 
merite au talent quM avoit d'exprimcr la couleur^ 
Mais avec routes les qualites n^ceflaires pour obtenir 
I'eftime des artiftes & des vrais connoilTeurs , il eut 
tres-fouvent la petite pretention d'etonner le vulgalre 
des amateurs, par des travaux bizarres. Son, portrait 
de Brifacier eft juftement eftime: on reconnoit quel 
^tbit le teint de cet homme, on fent la leg^rete de 
fa belle chevelure grife, fon collet eft de la dentelle 
veritable. Le portrait d'Olivier d'Ormeffon eft aufli de 
la plus grande beaut^ fans aucune affedation, & ce 



Digitized by 



Google 



yj2 G R A 

n'eft dans les cheveux; mais, dans Ton portrait de 
Freddie Guillaume , Eledeur de Brandebourg , on eft 
un peu choqu^ de'voir unetaille en forme de poire , 
£iire le nez de ce ^Prince , 8c une autre taille fpirale 
faire Ton menton. Son portrait de Guy Patin eft itoti" 
fiant : le travail ne fauroit itre plus bizarre » liiais Peffet 
qu'il produit eft admirable. Celui de piarles Patin eft 
d*une excelleiite couleur & refpire Is^vie *> on volt le rire 
mocqueur de ce m^decin , non moins fatyrique que 
ion pere, fes yeux brillent de malice; Phermine d^fa 
fourrure tH en m^me terns de la plus grande liberty 
de travail & de la plus admirable y^rit^ : mais en 
regardant de pr^s les tailles de la face , on trouve fort 
finguliere la marche que fuivent eelles qui defllnent 
le nez pour aller eivfuite former la joue*, on n'eft 
pas moins blelTe des failles du front , &Pon eft ^tonn6 
de voir enfuite une taille roide former le m'enton. Son 
afieflation de repr^fenter des cheveux & des poils 
detaches , & en quel que forte volans , n'a pas €t6 tou- 
jours heureufe. II r^fulte de cette m^thode que dans 
la fameufe eftampe ^es difeiples d^Emaiis d'apr^s le 
Titien, qu'on appelle I'eftafnpe it la nape, le chien 
nvec fes poils h^rilTes femble, quand on le regarde 
de.trop pres, 6tre un chien de paille. On fentira ailS- 
ment que cela doit £tre ; car un poil volant ne pout 
fe repr^fenter en gravure que par deux tailles qui laif^ 
fent entre elles un intervalle ; quand cet intervalle 
ne feroit que de la cinquieme partie d^une ligne , il 
en r^fulte que, dans la proportion que peuvent avoir 
}es figures dans une eftampe , le graveur ; pour rcpr^- 
fenter un poil l^ger, reprefente en cffet un poil qui 
a plus d'une Vtgne de grofTeur. 11 faUt done faii*e iKki 



Digitized by 



Google 



G R A ni 

ufage trhs - (bbre de ce menfbnge qui efl trop aift- 
ment d<5couyert quand il eft trop r^p^ti^. II n^en refte 
pas moins yrai que I'eftampe a la nape, quoiqu'elle 
offre encore quelques autres bizarreries , eft un chef- 
d'oeuvre de gravure & peut 6tre le plus beau niorceau qui 
tjui ait 6t€ fait d'apr^s le Titien. II eft rare que^ 
dans les ouvrages de MafTdn , les beaut^ ne compen* 
Ibnt pas avant^geufement les d^fauts qu'il n'avoit que 
piarce qu'il aimoit k les avoir. Dans le portrait de 
Gafpard Charrier qu'il a grav6 d'apr^s Blanchet , les 
cheveux indiquent plut6t les tuyaux d'un h^ri^on que 
la chevelure d'un homme ; mais la face eft d'un beau 
travail , les yeux fur-tout font graves avec le (enti-» 
^lent le plus rare, & la peinture ne rendroit pas 
mieux l'humidit6 briilante du chryftallin. II a grav^ 
un aiTez grand npmbre de portraits i-peu-pr^ grands 
comme nature ; mais ce h'eft pas dans cette proportion 
qu'il a le miei^ r^ufli. 

M. de Jaucourt dit, dans I'ancienne Encyclop^dle , 
que MafTon , » au lieu de faire agir la main droite fur 
» la planch e, comme c'eft I'ordinaire, pour conduire le 
j» burin fuivant la forme du trait que I'on y veut ex- 
» primer , tenoit au contraire fa main droite mk , & 
» avec fa main gauche, il faifoit agir laplanche dans 
9 le fens que la taille exigeoit. x> Aifur^ment ce n'eft 
pas MafTon qui a le premier imaging de tourner la 
planche , puifqu'on ne peut tracer autrement au burin 
des tallies tournantes. Comjnent M. de Jaucourt ima- 
ginoit-il que Goltzius, que MuUer euffent pu produire 
le^rs travaux en. laifTant la planche immobile ? Com- 
ment , avant MafTon , aurott-on grav^ en tallies arrondies 
4a irunelle de I'oeil fans tourner la planche? II n'eft 



Digitized by 



Google 



5^74 G R A 

pas yrai non plus que MafTon tint fa main droite fixe | 
pendant qu'il tournoit le cuivre de la gauche. Ce qui 
eft vrai , & ce que nous ofons afiinner fans avoir vu 
graver MafTon ^ c'eft que de la main gauche il tour- 
noit le cuivre vers la droite , tandis que du poignet 
droit il poufToit le burin vers la gauche^ &, fans 
ce mouvement du poignet droit, ni MafTon, ni per- 
Ibnne ne pourroit couper le cuivre. 

( 92 ) Claudine BousoKKETStELtA, ni^ce de 
Jacques Stella^ peintre eftimable originairede Lyon^ 
efl nee I Lyon en 1636 & efl morte i Paris en. 16^7. 
£lle merite